Chroniques numériques de Chine : les apps murailles

Mathieu Fouquet |

Il est un pays où les Google, Facebook et autre Twitter dont nous ne pouvons pas nous passer sont quasiment inexistants. Ce pays, c'est la Chine. Expatrié dans l'Empire du Milieu, Mathieu Fouquet nous raconte son périple technologique. Après son arrivée, il fait le point sur l'écosystème d'applications mobiles.

Enfonçons les portes ouvertes : partir pour la Chine (et, de manière générale, à l’étranger), ce n’est pas particulièrement simple. Réserver des billets d’avion, obtenir un passeport si vous n’en possédez pas déjà un, faire une demande de visa à Paris ou Marseille, aller chercher ledit visa, prendre l’avion pendant une quinzaine d’heures… Même lorsque l’objectif est de partir en vacances, il y a quand même plus reposant.

Carrefour à Chengdu
Et tout ça pour finalement faire vos courses à Carrefour… Cliquer pour agrandir

Mais aussi contraignantes puissent-elles être, ces formalités ne sont que cela : des formalités. De bêtes tâches à cocher sur une liste. Un faible prix à payer, en fin de compte, pour se retrouver à l’autre bout du monde et découvrir un nouveau pays. Et quel pays ! À cheval entre Confucius et Foxconn, entre les pandas et le smog pékinois, la Chine est toujours sûre d’évoquer un véritable kaléidoscope d’images fortes et contradictoires. Elle laisse, en tout cas, rarement indifférent.

Partir pour la Chine, ce n’est donc pas si compliqué… mais il faut ensuite parvenir à y entrer. Pas en escaladant la Grande Muraille tel un brave guerrier mongol : les barrières qui existent aujourd’hui sont davantage linguistiques et culturelles que physiques, et au moins aussi élevées. Acheter un billet d’avion, c’est facile. Apprendre une nouvelle langue et s’ouvrir à des mœurs différentes, par contre…

Mais laissons pour l’instant de côté ces écarts, et intéressons-nous (surprise !) aux murailles technologiques. La plus visible est sans aucun doute le Grand Firewall de Chine, que j’évoquais déjà dans mon précédent article. Cette muraille est conséquente : sans VPN, impossible d’accéder à une myriade de sites populaires dans le reste du monde. Parmi les sites bloqués, on trouve notamment Twitter, Facebook, Google (et tous ses services connexes, dont YouTube, Google Maps, Gmail, etc.), Instagram, Dropbox… Autant dire que la liste est longue, et qu’un VPN est quasi-obligatoire pour un Français séjournant en Chine à moyen ou long terme.

Croissants Paris Baguette
Mais voyons les choses en face : ce qui est vraiment obligatoire, c’est d’avoir un Paris Baguette pas trop loin de chez soi. Cliquer pour agrandir
Tour de vis contre les VPN

Le gouvernement chinois a très récemment durci sa position face aux VPN. Pour autant, ne nous empressons pas de déclarer leur mort : les autorités savent que les éradiquer, c’est aussi pousser certains expatriés et entreprises à aller s’installer ailleurs, et donc chasser une partie de l’activité économique. Un scénario qui n’a rien d’impossible, mais dans ce jeu du chat et de la souris, n’est-il pas dans l’avantage du félin de laisser un peu d’avance à sa proie ?

Aussi visible soit-il, ce mur n’est pas le plus compliqué à franchir : il est purement technique, et il existe des moyens techniques relativement accessibles pour l’enjamber. Son existence a néanmoins le mérite de soulever une question : si jamais il disparaissait du jour au lendemain, est-ce que les habitudes de centaines de millions de Chinois s’en trouveraient soudainement bouleversées ?

Aussi choquant que ce soit pour nos yeux occidentaux, la réponse serait sans doute non. Google ? Il y a toujours Baidu et ses services associés. YouTube ? Ce ne sont pas les vidéos qui manquent sur Youku. Twitter ? À quoi bon, tout le monde échange sur WeChat. Le fait est que pour chaque site, chaque app ou chaque plateforme populaire en Europe ou en Amérique du Nord, il existe généralement au moins une alternative qui domine le marché local.

Cela ne m’était pas inconnu lorsque je suis arrivé en Chine, mais les habitudes ont la peau dure. Je m’imaginais utiliser mon VPN à tout bout de champ plutôt que de m’intégrer au « web chinois ». C’était en partie vrai : hors de question de m’isoler de mes amis en France, ou d’essayer de les faire migrer sur WeChat. Mais c’était aussi ignorer que la sphère d’influence — et d’utilité — de certains services s’arrête aux frontières du pays.

Un après-midi d’été, alors que je visite Chengdu, la faim me pousse à vérifier s’il y a de bons restaurants aux alentours. Par réflexe, je télécharge Yelp sur mon iPhone… avant de réaliser que je viens de bêtement gâcher 100 Mo de data.

Yelp non disponible
Oups…

Un service peut être bloqué en Chine, mais il peut aussi tout simplement ne pas y être disponible. C’est alors que ma compagne m’exhorte à utiliser Meituan, qui produit immédiatement des résultats bien plus utiles.

Si l’on s’arrête à la surface, Meituan est une sorte de Yelp chinois. L’application affiche le même type de catégories : restaurants, films, points d’intérêts, etc. Cela étant, il n’y a pas une correspondance parfaite entre les fonctionnalités des deux services. Logique : Meituan a commencé sa vie en tant que site de promotions, à la Groupon, avant de se diversifier. Conséquence possible de cet ADN, on peut payer dans certains restaurants chinois directement depuis l’application, avec souvent des réductions à la clé. Difficile d’imaginer une situation similaire en France, où les choix de règlement sont bien plus limités [ndr : LaFourchette est le service qui s'en rapproche le plus dans l'Hexagone].

Réduction Meituan
Il y a une réduction de 11% sur cette commande…

Et c’est important de le souligner : un service chinois n’est que rarement une simple copie carbone de son équivalent occidental. Il s’intègre dans une sphère linguistique et culturelle différente et ne peut donc pas se contenter de proposer les mêmes services. eBay a tenté une percée sur le marché chinois en 2004 et a plié bagage deux ans plus tard, faute de comprendre les attentes et les besoins locaux (Taobao, lui, n’a pas raté le coche).

L’équivalence est rarement parfaite. C’est pourquoi, dans la continuité du parallèle entre Yelp et Meituan, je me propose de faire un petit tour d’horizon des services que j’utilisais fréquemment en France et de ceux qui les ont (plus ou moins) remplacés dans l’Empire du Milieu. Parfois, c’est parce que le service « français » est bloqué ou indisponible. Souvent, c’est parce que le service local est… local.

Je tiens à souligner que cette liste n’a rien d’exhaustif, est totalement personnelle et ne contient pas les services qui sont venus s’additionner aux autres. Par exemple, si je discute fréquemment sur WeChat et QQ, j’utilise toujours iMessage et Facebook Messenger. Même remarque pour YouTube et Youku (bien qu’un nombre surprenant de vidéos YouTube finissent uploadées sur la plateforme concurrente). Pour plus de clarté, les services sont classés par catégories.

S’orienter

En France : Google Maps, Apple Plans

En Chine : 高德地图 (Gaode Maps), 百度地图 (Baidu Maps), Apple Plans

Remarques : Notons qu’il est techniquement possible d’utiliser Google Maps via un VPN, mais au vu des performances du réseau et de la fraîcheur de la carte, il faudrait être un peu masochiste. J’utilise personnellement Gaode Maps depuis mon arrivée (la majorité des chinois semble utiliser Baidu Maps), mais lors de la rédaction de cet article je me suis rendu compte qu’Apple Plans proposait souvent des résultats tout aussi pertinents. S’il fallait encore une preuve que la Chine était une dimension parallèle…

La ville de Chengdu sur Gaode Maps et Apple Plans.

Voyager

En France : Trainline Europe (anciennement Captain Train)

En Chine : 铁路12306 (Tielu 12306)

Remarques : Trainline propose une expérience fluide, agréable et rapide, alors que l’application officielle des chemins de fer chinois a été développée par des âmes corrompues du septième cercle de l’Enfer. Entre deux bugs et un crash, il est parfois possible de réserver des billets de train avec.

Détail pratique : les détenteurs d’une carte d’identité chinoise peuvent utiliser celle-ci pour retirer leurs tickets dans une borne automatique. Les étrangers, hélas, doivent en passer par le guichet. Et donc, faire la queue.

La pire app du monde
Lorsque j’ai voulu prendre une capture d’écran pour cet article, l’app s’obstinait à afficher une même fenêtre modale en boucle. Rien à ajouter.

Payer

En France : Paypal

En Chine : 支付宝(Alipay), Apple Pay

Remarques : L’argent en Chine, vaste sujet qui méritera un article à lui tout seul. Inclure cette catégorie, c’est presque tricher : Alipay n’est pas l’équivalent de Paypal ou des différentes applications bancaires françaises. Alipay est à Paypal ce que Michael Phelps est à un caneton blessé. Pour faire synthétique, Alipay est un moyen de paiement universel, ou presque. Vous voulez envoyer de l’argent à vos amis en quelques secondes ? Alipay. Vous voulez recharger votre crédit téléphonique ? Alipay. Payer dans à peu près n’importe quel commerce ? Alipay. Régler vos achats en ligne ? Alipay.

Alipay
Résoudre les conflits géopolitiques mondiaux ? Alipay.

Quant à Apple Pay, bien que le service de Cupertino soit aussi disponible en France, je n’avais pas la chance d’être client d’une banque compatible. Je fus donc agréablement surpris de constater que ma carte chinoise, elle, l’était. Au quotidien, pas de bouleversement, mais un confort supplémentaire indéniable : aussi omniprésent Alipay soit-il, il ne peut s’intégrer aussi proprement à iOS que les services d’Apple. Le support d’Apple Pay est loin d’être aussi universel que celui d’Alipay, mais il est présent dans beaucoup de grandes enseignes et même dans certains distributeurs automatiques.

Écouter de la musique

En France : Spotify, Apple Music

En Chine : QQ音乐 (QQ Music)

Remarques : Répétons-le : la Chine est un marché énorme, mais il n’est pas si facile d’y pénétrer. Spotify n’y est pas officiellement disponible à l’heure actuelle, contrairement à Apple Music. Je n’ai pas encore eu l’occasion de tester sérieusement Apple Music depuis la Chine, mais il existe sans surprise un certain nombre d’alternatives locales.

QQ Music
Petit détail agréable : QQ Music affiche les paroles de la chanson au fur et à mesure.

QQ Music est notamment très populaire, et propose un catalogue conséquent. Son offre basique, gratuite, ne semble pas comporter de restrictions de lecture, contrairement à Spotify. Et son offre payante permet à l’utilisateur de télécharger un certain nombre de morceaux par mois.

Regarder des films et des séries

En France : Netflix

En Chine : Youku, Tencent Video, Acfun, Bilibili

Remarques : À l’instar de Spotify, Netflix ne propose pas encore d’offre chinoise. C’est que c’est un véritable casse-tête : il faudrait non seulement se plier aux règles de censure du gouvernement (ce qui demande un travail conséquent), mais aussi parvenir à percer dans un pays où le contenu vidéo est largement disponible gratuitement en streaming. Et ce ne sont pas les sites qui manquent, y compris pour regarder des séries américaines. Il existe même des sites axés sur certains types de contenu, comme Bilibili pour les séries d’animation.

Soku - The Flash
Il est facile de trouver des séries récentes en streaming… (ici, après une simple recherche sur Youku)

Et pas question d’utiliser un VPN pour accéder au catalogue Netflix français : Netflix bloque activement cette pratique qui remet en question la division géographique de son offre (les droits de diffusion d’une série n’ont pas nécessairement été négociés pour toutes les régions). Dommage, j’étais prêt à continuer à payer mon abonnement…

Acheter des billets de cinéma

En France : Les cinémas Gaumont Pathé

En Chine : 猫眼电影 (Maoyan Dianying)

Remarques : Même principe de base dans les deux cas : sélectionner son cinéma, sa séance, et payer. Mais là où l’application Pathé ne permet de réserver que dans les salles… Pathé, Maoyan Dianying propose un grand nombre de salles classées en fonction de l’emplacement géographique de l’utilisateur. Luxe ultime : on peut — on doit — réserver sa place dans la salle de cinéma (les fauteuils sont numérotés). Seule ombre au tableau : on ne peut pas directement entrer dans la salle avec son smartphone, il faut se munir de son numéro de réservation et retirer un ticket papier au distributeur.

Maoyan Dianying
On peut sélectionner son fauteuil (les places rouges sont déjà réservées).

Mais ne boudons pas notre plaisir : au moins il n’est jamais difficile de trouver une séance en VO, et les salles IMAX sont légion.

Effectuer des recherches sur internet

En France : Google

En Chine : Baidu, Bing (et Google !)

Remarques : Quand mon VPN est actif, la question ne se pose même pas : c’est Google. Mais voilà bien le problème : activer un VPN, ce n’est pas instantané (la connexion met dans le meilleur des cas quelques secondes), et c’est beaucoup trop lourd lorsqu’il ne s’agit que de faire une petite recherche. La plupart du temps, utiliser Baidu, le « Google chinois », produit des résultats suffisamment pertinents.

Macg sur Baidu
Pas de problème, MacG est bien sur Baidu (même si le choix d’image est un peu curieux).

Quant au moteur de Microsoft, il a le mérite de… ne pas être bloqué par le Grand Firewall. Il n’est pas forcément plus pertinent (je ne serais pas surpris qu’il le soit moins), mais il est toujours utile d’avoir un autre moteur sous la main, histoire de ne pas se limiter à un seul point de référence.

En conclusion

Je ne finis pas sur l’exemple des moteurs de recherche par hasard : il illustre parfaitement comment un étranger, habitué à utiliser certains outils et en mesure de continuer à les utiliser en Chine, finira par graviter naturellement autour des services que les natifs utilisent. À Pékin, fais comme les Pékinois.

Mais je vois que certain(e)s d’entre vous me font remarquer, le sourire en coin, que le contenu de mes captures d’écran, c’est vraiment du chinois. Eh oui, si nous avons fait le choix d’attaquer la question des murailles sous un angle technologique, il est illusoire de penser que l’on peut évoquer la technologie sans évoquer la langue… ou la culture, du reste (demandez à eBay). Ces trois aspects sont fondamentalement liés et s’influencent mutuellement en permanence, comme autant de briques dans la maçonnerie de la Grande Muraille.

Autrement dit, pour utiliser l’écosystème des services chinois, il vaut mieux… comprendre le chinois (mais ne le faut-il pas pour réellement exister dans le pays de toute façon ?). Très peu d’applications proposent en effet une localisation, ce qui peut choquer un Européen habitué à l’omniprésence des versions anglaises. Mais — accrochez-vous — la Chine n’est pas l’Europe. Ni géographiquement, ni politiquement, ni linguistiquement, ni ethniquement (je me suis habitué depuis longtemps aux regards curieux des passants)… ni technologiquement. C’est l’autre bout du monde, après tout. Un bout du monde fermé et homogène, avec un écosystème technologique tout droit sorti de la quatrième dimension et une langue aux milliers de caractères. Oui, la Muraille peut-être haute.

Mais aussi haute soit-elle, ce n'est pas à elle de s’abaisser pour moi ou pour quiconque : il appartient aux curieux de l’escalader.

image de une : Peter Dowley (licence CC BY)

avatar Antho60 | 

Good y aura t'il une suite à celui ci ??

avatar Mathieu Fouquet | 

Bonjour,

C'est bien prévu ! Il s'agit d'une série d'articles abordant la Chine sous l'angle de la technologie ;)

avatar 0MiguelAnge0 | 

Comment oublier Wecchat comme service de payment et mettre ApplePay, quasiment inexistant...

avatar Mathieu Fouquet | 

Bonjour,

Excellente remarque, WeChat Pay est également très important dans le pays (c'est le grand rival d'Alipay). Les moyens de paiement en Chine feront très probablement l'objet d'une future chronique dédiée.

Quant à Apple Pay, beaucoup de Chinois(es) ne l'utilisent pas, j'en conviens. Mais c'est le côté personnel de cette chronique ;)

avatar mandrak134 | 

Et sinon, au Japon on a aussi ce pb de VPN à mettre en place ?

avatar MerkoRiko | 

@mandrak134
Il me semble que le Japon est une Démocratie, ce qui n'est pas de le cas de la Chine Populaire...
Donc, sans être allé au Japon, je crois pouvoir t'affirmer que les apps & sites, que nous utilisons communément en occident, sont disponibles...

avatar fte | 

@mandrak134

Pas besoin d'aucun VPN au Japon, tout est ouvert. Par contre, il vaut mieux aussi souvent utiliser des services locaux bien plus pertinents comme Yahoo Maps au lieu de Google/Apple Maps.

Il vaut mieux aussi ne pas se séparer de ses lunettes de soleil, les sites japonais étant, disons, colorés.

avatar MrMeteo | 

Très très bon article 👍🏼

avatar ZANTAR2054 | 

Génial ce comparatif Occident/Chine 👍

avatar Lestat1886 | 

Pour les vpn, on peut le laisser tout le temps actif aussi. J'ai pas l'impression qu'il ralentit de manière rédhibitoire la connexion (sauf si le réseau est faible)

avatar Mathieu Fouquet | 

Cela n'a vraiment pas été mon expérience, malheureusement. Mais tout dépend de votre connexion et du VPN utilisé.

Pour être honnête, je ne dispose pas d'une excellente connexion ici, ce qui joue sans doute énormément !

avatar MerkoRiko | 

Article au sommet, il en faudrait d'autres d'ailleurs...petit souci, si je vois bien, c'est qu'il faut savoir lire le chinois pour la majorité des apps, donc...

avatar Sindre | 

Très bon article. Simplement la vie existe sans Tweeter, sans Facebook. Si, si. Cela s'appelle le réalité réelle. Essayez pour voir.

avatar fte | 

@Sindre

Beurk. Non merci.

avatar smog | 

Merci Sindre. On peut effectivement très bien s'en passer, heureusement, et j'ai eu peur en voyant que l'article commençait ainsi.

avatar Almux | 

Très chouette article... et bien écrit! Bravo!

avatar fte | 

Un plaisir à lire, merci pour cet article !

avatar Mathieu Fouquet | 

Et merci à tous pour vos commentaires positifs ! Cela fait toujours plaisir d'avoir des retours !

avatar Le docteur | 

Vraiment passionnant cet article. À mettre dans un coin au cas où, d'ailleurs

avatar leovallet07 | 

Moi qui pars en Chine à Xi'an dans 4 mois pendant 1 an cet article tombe à point !

avatar ys320 | 

Cela mérite une suite ! Je la cherchais la semaine dernière. Sinon igénération avec ou sans VPN ? 😉

avatar Mathieu Fouquet | 

MacG/iGen ne sont pas bloqués en Chine. Ouf !

avatar toketapouet | 

Mon blog photo est bloqué en Chine, j'en suis super fier! Je suis "subversif" pour le gouvernement chinois, YEAH! 🇫🇷 🇨🇳 😎

avatar Mara12 | 

Le jeune d'aujourd'hui, jamais sans son smartphone, drogué au Facebook, incapable de communiquer autrement qu'avec son téléphone. Un peu triste quand même.

avatar fte | 

@Mara12

Et qu'est-ce qui vous fait croire que les gens savaient mieux communiquer avant le smartphone ? Et si on vous disait qu'ils savaient moins bien communiquer avant ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR