Fermer le menu
 

Chroniques numériques de Chine : les apps murailles

Mathieu Fouquet | | 18:00 |  72

Il est un pays où les Google, Facebook et autre Twitter dont nous ne pouvons pas nous passer sont quasiment inexistants. Ce pays, c'est la Chine. Expatrié dans l'Empire du Milieu, Mathieu Fouquet nous raconte son périple technologique. Après son arrivée, il fait le point sur l'écosystème d'applications mobiles.

Enfonçons les portes ouvertes : partir pour la Chine (et, de manière générale, à l’étranger), ce n’est pas particulièrement simple. Réserver des billets d’avion, obtenir un passeport si vous n’en possédez pas déjà un, faire une demande de visa à Paris ou Marseille, aller chercher ledit visa, prendre l’avion pendant une quinzaine d’heures… Même lorsque l’objectif est de partir en vacances, il y a quand même plus reposant.

Carrefour à Chengdu
Et tout ça pour finalement faire vos courses à Carrefour… Cliquer pour agrandir

Mais aussi contraignantes puissent-elles être, ces formalités ne sont que cela : des formalités. De bêtes tâches à cocher sur une liste. Un faible prix à payer, en fin de compte, pour se retrouver à l’autre bout du monde et découvrir un nouveau pays. Et quel pays ! À cheval entre Confucius et Foxconn, entre les pandas et le smog pékinois, la Chine est toujours sûre d’évoquer un véritable kaléidoscope d’images fortes et contradictoires. Elle laisse, en tout cas, rarement indifférent.

Partir pour la Chine, ce n’est donc pas si compliqué… mais il faut ensuite parvenir à y entrer. Pas en escaladant la Grande Muraille tel un brave guerrier mongol : les barrières qui existent aujourd’hui sont davantage linguistiques et culturelles que physiques, et au moins aussi élevées. Acheter un billet d’avion, c’est facile. Apprendre une nouvelle langue et s’ouvrir à des mœurs différentes, par contre…

Mais laissons pour l’instant de côté ces écarts, et intéressons-nous (surprise !) aux murailles technologiques. La plus visible est sans aucun doute le Grand Firewall de Chine, que j’évoquais déjà dans mon précédent article. Cette muraille est conséquente : sans VPN, impossible d’accéder à une myriade de sites populaires dans le reste du monde. Parmi les sites bloqués, on trouve notamment Twitter, Facebook, Google (et tous ses services connexes, dont YouTube, Google Maps, Gmail, etc.), Instagram, Dropbox… Autant dire que la liste est longue, et qu’un VPN est quasi-obligatoire pour un Français séjournant en Chine à moyen ou long terme.

Croissants Paris Baguette
Mais voyons les choses en face : ce qui est vraiment obligatoire, c’est d’avoir un Paris Baguette pas trop loin de chez soi. Cliquer pour agrandir
Tour de vis contre les VPN

Le gouvernement chinois a très récemment durci sa position face aux VPN. Pour autant, ne nous empressons pas de déclarer leur mort : les autorités savent que les éradiquer, c’est aussi pousser certains expatriés et entreprises à aller s’installer ailleurs, et donc chasser une partie de l’activité économique. Un scénario qui n’a rien d’impossible, mais dans ce jeu du chat et de la souris, n’est-il pas dans l’avantage du félin de laisser un peu d’avance à sa proie ?

Aussi visible soit-il, ce mur n’est pas le plus compliqué à franchir : il est purement technique, et il existe des moyens techniques relativement accessibles pour l’enjamber. Son existence a néanmoins le mérite de soulever une question : si jamais il disparaissait du jour au lendemain, est-ce que les habitudes de centaines de millions de Chinois s’en trouveraient soudainement bouleversées ?

Aussi choquant que ce soit pour nos yeux occidentaux, la réponse serait sans doute non. Google ? Il y a toujours Baidu et ses services associés. YouTube ? Ce ne sont pas les vidéos qui manquent sur Youku. Twitter ? À quoi bon, tout le monde échange sur WeChat. Le fait est que pour chaque site, chaque app ou chaque plateforme populaire en Europe ou en Amérique du Nord, il existe généralement au moins une alternative qui domine le marché local.

Cela ne m’était pas inconnu lorsque je suis arrivé en Chine, mais les habitudes ont la peau dure. Je m’imaginais utiliser mon VPN à tout bout de champ plutôt que de m’intégrer au « web chinois ». C’était en partie vrai : hors de question de m’isoler de mes amis en France, ou d’essayer de les faire migrer sur WeChat. Mais c’était aussi ignorer que la sphère d’influence — et d’utilité — de certains services s’arrête aux frontières du pays.

Un après-midi d’été, alors que je visite Chengdu, la faim me pousse à vérifier s’il y a de bons restaurants aux alentours. Par réflexe, je télécharge Yelp sur mon iPhone… avant de réaliser que je viens de bêtement gâcher 100 Mo de data.

Yelp non disponible
Oups…

Un service peut être bloqué en Chine, mais il peut aussi tout simplement ne pas y être disponible. C’est alors que ma compagne m’exhorte à utiliser Meituan, qui produit immédiatement des résultats bien plus utiles.

Si l’on s’arrête à la surface, Meituan est une sorte de Yelp chinois. L’application affiche le même type de catégories : restaurants, films, points d’intérêts, etc. Cela étant, il n’y a pas une correspondance parfaite entre les fonctionnalités des deux services. Logique : Meituan a commencé sa vie en tant que site de promotions, à la Groupon, avant de se diversifier. Conséquence possible de cet ADN, on peut payer dans certains restaurants chinois directement depuis l’application, avec souvent des réductions à la clé. Difficile d’imaginer une situation similaire en France, où les choix de règlement sont bien plus limités [ndr : LaFourchette est le service qui s'en rapproche le plus dans l'Hexagone].

Réduction Meituan
Il y a une réduction de 11% sur cette commande…

Et c’est important de le souligner : un service chinois n’est que rarement une simple copie carbone de son équivalent occidental. Il s’intègre dans une sphère linguistique et culturelle différente et ne peut donc pas se contenter de proposer les mêmes services. eBay a tenté une percée sur le marché chinois en 2004 et a plié bagage deux ans plus tard, faute de comprendre les attentes et les besoins locaux (Taobao, lui, n’a pas raté le coche).

L’équivalence est rarement parfaite. C’est pourquoi, dans la continuité du parallèle entre Yelp et Meituan, je me propose de faire un petit tour d’horizon des services que j’utilisais fréquemment en France et de ceux qui les ont (plus ou moins) remplacés dans l’Empire du Milieu. Parfois, c’est parce que le service « français » est bloqué ou indisponible. Souvent, c’est parce que le service local est… local.

Je tiens à souligner que cette liste n’a rien d’exhaustif, est totalement personnelle et ne contient pas les services qui sont venus s’additionner aux autres. Par exemple, si je discute fréquemment sur WeChat et QQ, j’utilise toujours iMessage et Facebook Messenger. Même remarque pour YouTube et Youku (bien qu’un nombre surprenant de vidéos YouTube finissent uploadées sur la plateforme concurrente). Pour plus de clarté, les services sont classés par catégories.


Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


72 Commentaires

avatar Antho60 04/03/2017 - 18:09 via iGeneration pour iOS

Good y aura t'il une suite à celui ci ??

avatar Mathieu Fouquet 05/03/2017 - 05:49

Bonjour,

C'est bien prévu ! Il s'agit d'une série d'articles abordant la Chine sous l'angle de la technologie ;)

avatar 0MiguelAnge0 04/03/2017 - 18:26 via iGeneration pour iOS

Comment oublier Wecchat comme service de payment et mettre ApplePay, quasiment inexistant...



avatar Mathieu Fouquet 05/03/2017 - 05:55

Bonjour,

Excellente remarque, WeChat Pay est également très important dans le pays (c'est le grand rival d'Alipay). Les moyens de paiement en Chine feront très probablement l'objet d'une future chronique dédiée.

Quant à Apple Pay, beaucoup de Chinois(es) ne l'utilisent pas, j'en conviens. Mais c'est le côté personnel de cette chronique ;)

avatar mandrak134 04/03/2017 - 18:28 via iGeneration pour iOS (edité)

Et sinon, au Japon on a aussi ce pb de VPN à mettre en place ?

avatar MerkoRiko 04/03/2017 - 19:01

@mandrak134
Il me semble que le Japon est une Démocratie, ce qui n'est pas de le cas de la Chine Populaire...
Donc, sans être allé au Japon, je crois pouvoir t'affirmer que les apps & sites, que nous utilisons communément en occident, sont disponibles...

avatar fte 04/03/2017 - 20:41 via iGeneration pour iOS

@mandrak134

Pas besoin d'aucun VPN au Japon, tout est ouvert. Par contre, il vaut mieux aussi souvent utiliser des services locaux bien plus pertinents comme Yahoo Maps au lieu de Google/Apple Maps.

Il vaut mieux aussi ne pas se séparer de ses lunettes de soleil, les sites japonais étant, disons, colorés.

avatar MrMeteo 04/03/2017 - 18:30 via iGeneration pour iOS

Très très bon article 👍🏼

avatar ZANTAR2054 04/03/2017 - 18:40 via iGeneration pour iOS

Génial ce comparatif Occident/Chine 👍

avatar Lestat1886 04/03/2017 - 18:46 via iGeneration pour iOS

Pour les vpn, on peut le laisser tout le temps actif aussi. J'ai pas l'impression qu'il ralentit de manière rédhibitoire la connexion (sauf si le réseau est faible)

avatar Mathieu Fouquet 05/03/2017 - 05:57 (edité)

Cela n'a vraiment pas été mon expérience, malheureusement. Mais tout dépend de votre connexion et du VPN utilisé.

Pour être honnête, je ne dispose pas d'une excellente connexion ici, ce qui joue sans doute énormément !

avatar MerkoRiko 04/03/2017 - 19:05

Article au sommet, il en faudrait d'autres d'ailleurs...petit souci, si je vois bien, c'est qu'il faut savoir lire le chinois pour la majorité des apps, donc...

avatar Sindre 04/03/2017 - 19:30 via iGeneration pour iOS

Très bon article. Simplement la vie existe sans Tweeter, sans Facebook. Si, si. Cela s'appelle le réalité réelle. Essayez pour voir.

avatar fte 04/03/2017 - 20:41 via iGeneration pour iOS

@Sindre

Beurk. Non merci.

avatar smog 04/03/2017 - 21:16

Merci Sindre. On peut effectivement très bien s'en passer, heureusement, et j'ai eu peur en voyant que l'article commençait ainsi.

avatar Almux 04/03/2017 - 20:35 (edité)

Très chouette article... et bien écrit! Bravo!

avatar fte 04/03/2017 - 20:43 via iGeneration pour iOS

Un plaisir à lire, merci pour cet article !

avatar Mathieu Fouquet 05/03/2017 - 05:59 (edité)

Et merci à tous pour vos commentaires positifs ! Cela fait toujours plaisir d'avoir des retours !

avatar Le docteur 04/03/2017 - 21:11 via iGeneration pour iOS

Vraiment passionnant cet article. À mettre dans un coin au cas où, d'ailleurs

avatar leovallet07 04/03/2017 - 21:25 via iGeneration pour iOS

Moi qui pars en Chine à Xi'an dans 4 mois pendant 1 an cet article tombe à point !

avatar ys320 04/03/2017 - 21:41 via iGeneration pour iOS

Cela mérite une suite ! Je la cherchais la semaine dernière. Sinon igénération avec ou sans VPN ? 😉

avatar Mathieu Fouquet 05/03/2017 - 05:59

MacG/iGen ne sont pas bloqués en Chine. Ouf !

avatar toketapouet 07/03/2017 - 22:54 (edité)

Mon blog photo est bloqué en Chine, j'en suis super fier! Je suis "subversif" pour le gouvernement chinois, YEAH! 🇫🇷 🇨🇳 😎

avatar Mara12 04/03/2017 - 23:18 via iGeneration pour iOS

Le jeune d'aujourd'hui, jamais sans son smartphone, drogué au Facebook, incapable de communiquer autrement qu'avec son téléphone. Un peu triste quand même.

avatar fte 05/03/2017 - 01:29 via iGeneration pour iOS

@Mara12

Et qu'est-ce qui vous fait croire que les gens savaient mieux communiquer avant le smartphone ? Et si on vous disait qu'ils savaient moins bien communiquer avant ?

Pages