Uber lance ses véhicules autonomes à Pittsburgh

Mickaël Bazoge |

L’industrie naissante de l’automobile autonome va franchir un cap décisif dès la fin du mois. Uber va proposer à ses utilisateurs de Pittsburgh de monter dans des voitures “sans chauffeur“, et de se laisser conduire entièrement par le véhicule sans l’aide d’un humain. Une première pour ce secteur bouillonnant, qui jusqu’à présent se contentait d’avaler les kilomètres à bord de voitures de test, sans visée commerciale.

Cliquer pour agrandir

Les voitures autonomes de Uber sont des XC90 de Volvo modifiées par le constructeur : elles embarquent toute l’électronique indispensable, des dizaines de capteurs, des caméras, des lasers, un radar, des récepteurs GPS. D’ici la fin de l’année, Pittsburgh sera quadrillée par une centaine de ces véhicules ; les deux entreprises ont par ailleurs signé un accord pour développer une « vraie » voiture autonome qui devra prendre la route en 2021. Un investissement de 300 millions de dollars pour commencer.

Les premiers passagers, qui ne paieront pas leur course, ne seront pas seuls en voiture. La loi exige qu’il y ait une personne au volant, pour conduire le véhicule « à l’ancienne » en cas de souci. En l’occurrence, il s’agit d’ingénieurs spécialement formés pour ces cas de figure. À la place du mort, on trouvera un autre ingénieur qui relèvera les données enregistrées par les capteurs de la voiture.

Avec les informations de l’application mobile, Uber espère pouvoir améliorer rapidement la cartographie ainsi que les systèmes de navigation. À terme, Uber veut faire en sorte de se passer complètement de chauffeurs, et de les remplacer par des « robots pilotes ». Une perspective qui fait froid dans le dos, mais Travis Kalanick le CEO d’Uber n’a aucun problème avec ça ; mieux, ou pire, il veut que la bascule soit la plus rapide possible…

Cliquer pour agrandir

Uber sera encore plus profitable sans ses chauffeurs, et les utilisateurs y gagneront aussi puisque le coût de la course baissera de façon significative, y compris pour les trajets les plus longs. Le patron de Volvo y voit non pas une menace, mais « une opportunité ». Difficile de prédire l’avenir, mais en tout cas on y roule à toute vitesse.


avatar Mathias10 | 

@BleuRooster :
Il faudra les nettoyer ces voitures, les entretenues, les réparer, les construire , assurer le dev informatique etc... On appel ça la destruction créatrice... Jamais le progrès ne détruit des emplois... En revanche il mène indéniablement vers un chômage structurelle (offre ne correspondant pas à la demande, le cas de la France)

avatar r e m y | 

A part le "dev informatique", tous ces emplois existent déjà... ce n'est pas en supprimant les conducteurs qu'on en créera plus (sauf si ca genère plus d'accident et donc plus de réparation, mais il parait que ce sera l'inverse)

avatar Un Type Vrai | 

Moins d'accidents = moins de blessés et donc moins d'infirmiers. Des emplois en moins !!!

Mutilons nous tous pour sauvegarder des emplois...

avatar DG33 | 

@Un Type Vrai :
Moins de tôliers pour réparer moins d'accidents...
Moins de concessionnaires pour vendre moins de voitures...
Moins de transports de voitures entre l'usine et le concessionnaire puisque les voitures rejoindront seules leur destination d'usage...
Moins de station essence car beaucoup seront électriques...
Peut-être plus de parkings avec une prise électrique...
L'avenir est aux électriciens ?

avatar teejay | 

@Mathias10 :
Et les robots qui feront ces petits travaux tu les oublies ? Pauvre rêveur ....

avatar marc_os | 

@Mathias10 :
« Jamais le progrès ne détruit des emplois »

Y a encore des gens pour croire à cette fable ?? Hallucinant.

avatar Giloup92 | 

@BleuRooster :
C'est vrai que depuis les voitures à chevaux, beaucoup d'emplois ont été perdus.

avatar teejay | 

@BleuRooster :
Tu as tout compris, les idiots qui ne voient que leur petits avantages à payer moins cher seront les premiers à gueuler pour le chômage de masse mondial qui nous attends !

avatar ys320 | 

Ils sont sympas les chauffeurs chez Uber ! Pas cool !

avatar Hoppy | 

@ys320 :
MDR!

avatar Mathias10 | 

Je le dit surtout qu'avec son réseau d'autolib dans toute la france Bolloré est assis sur une mine d'or à horizon 5 ans avec les voitures autonomes à la demande

avatar anti2703 | 

2016 : on remplace les salariés par des auto entrepreneurs...
20?? : on remplace les auto entrepreneurs par des robots...

UBER porte bien son nom.

avatar BleuRooster | 

C'est évident que des gens vont perdre leur emploi, puis bon courage pour la reconversion en France avec pôle-emplois lol

avatar BleuRooster | 

La technologie qui remplace l'homme c'est bien mais va falloir revoir notre modèle de société

avatar Mr Bob | 

"[sans chauffeur…] le coût de la course baissera de façon significative"
lol. Je n'y crois pas une seconde.

avatar jerome74 | 

Même si une voiture autonome coûte 2 fois le prix d'une voiture manuelle, elle peut rouler 365 j par an, peut-être pas 24 h par jour car pas beaucoup de demande la nuit, mais disons 12 h par j. Calcule le salaire d'un chauffeur pour 4380 h de travail par an, et compare à l'amortissement annuel du prix de la voiture… Après il y aura des coûts induits par les services nécessaires à la conduite autonome, les frais d'entretient, de réservation etc, mais vu la concurrence sur ce marché…

avatar oomu | 

En tant que geek, j'ai longtemps adhéré à la théorie du "destructeur-créateur" d'emplois par la technologie. Mais c'est faux.

Après plusieurs décennies de retour, les études et chiffres prouvent que la technologie, l'informatique en particulier, détruit des emplois. Le "PC", l'ordinateur personnel, n'a pas apporté tous les gains promis en productivité mais son apport est conséquent.

La productivité augmentant dans un monde fermé (la planète, elle gonfle pas. L'explosion de population ne se traduit pas par + d'activité et de service vu qu'une part majoritaire du monde est laissé à ras le sol dans la guerre. Même la guerre peut se voir robotiser et informatiser pour devenir + rentable pour un pays industrialisé.

il y a suppression de travail et gain de temps libre.

Les emplois dans la Technologie ne compensent pas le nombre d'emplois d'ouvriers et de services détruits.

Notons qu'on est à l'aube de pouvoir remplacer administratifs et un sous-ensemble des ingénieurs avec des progrès promis en système experts et "deep learning". Mais on a déjà connu cette promesse (années 70s). Ce qui amplifierait la destruction d'emplois.

-
On en arrive donc à une baisse drastiquement le temps de travail (mouvement enclenché dans tout le monde industrialisé, que ça soit en restant chez soi ou en bullant au café). Si on compare sur 100 ans, c'est flagrant.

La "solution" est soit de tenter d'"occuper" de force: des emplois ou hobbys inutile subventionnés et menace de déclassement social. (Parce que sinon je me plains de l'existence de feignants, BOUEERKL... Le politicien m'a entendu, faut donc foutre tout le monde dans un boulot, n'importe lequel ! à part ça je vois pas sinon, la "morale" quoi.)

Ou on se doit d'aller vers toujours + de consommation (nouveaux gadgets, etc) pour produire +. PAS de décroissance.

Ou l'Humanité travaille moins et fait ce qui lui plait en le reste du temps (idéalement, dormir sans emmerder autrui avec des rituels et commandements).

avatar madaniso | 

@oomu Ton discours est juste mais tu manques d'une vision à long terme.

Nous sommes une génération sacrifiée (j'ai 27 ans) car à l'aube d'une révolution technologique bien plus importante que Facebook ou Uber qui sont déjà des aventures énormes.

Moi je me suis préparé à ça et je suis prêt mais ça me rend triste de voir des gens voter en pensant que le chômage va baisser (Il est une nécessité de la société de consommation) ou bien réfléchir comme il y a 50 ans.

Je ne me sens pas particulièrement plus intelligent que les autres, mais je vois des gens autour de moi, de mon âge, complètement largués avec des notions économiques vraiment faibles. Des gens se rendre compte que le salariat ne répond plus à leurs besoins mais qui ne savent pas comment le remplacer. Alors ils partent en voyage un an.... Lol.

Je ne sais pas si quelqu'un est responsable de cela. Chacun défend ses intérêts, point. Pour arriver à mes conclusions en tout cas, j'ai bossé et me suis remis en question souvent. Et oui c'est dur de progresser.

Cette génération sacrifiée reste une vraie aubaine d'opportunités car tout est va encore changer, comme au début d'Internet et c'est là qu'il faut savoir imposer ses idées.

Perso, je réfléchissais l'autre jour à lancer une app de conseils en bourse, un truc minimaliste sur des bons placements. Mais bon avec toutes les arnaques et le problème des français avec l'argent, je vais faire un flop. Pourtant quand je vois ce que je gagne en bourse et ce que propose les banques comme placement, il n'y a pas photo. Mais bon la logique échappe parfois à l'être humain.

Les abonnés râleurs pourraient commencer par lire La Boétie (457 anniversaire de sa mort hier), ce serait un bon début.

avatar Fanoo | 

@madaniso :
Tu n'as pas eu l'idée d'un truc qui écrivait tout seul le français ? Sans erreur de grammaire ni d'orthographe ?

avatar madaniso | 

@Fanoo

Pourtant je n'écris pas en langage sms. Je fais quelques fautes mais cela fait aussi parti de l'évolution de notre monde même si tu veux te la jouer élite. Une élite, c'est fait pour être défoncer par une autre. Tu fais parti de l'ancien monde mon gars.

Après si tu n'as que ça à répondre à mon commentaire, c'est franchement triste.

avatar r e m y | 

@fanoo
;-)
faut faire gaffe à ce qu'on a écrit quand on fait ce genre de remarque,
"...un truc qui écrivait tout seul le français ..."

avatar MKln | 

@madaniso :
(Moi perso ça m'intéresserait les conseils de bourse, ça me tente mais je n'y connais rien et il faut que je trouve un bon truc pour apprendre :p)

avatar madaniso | 

@MKln Ce ne serait même pas pour apprendre, ça tu peux le faire seul sur Internet mais plutôt recommander deux ou trois valeurs à acheter aujourd'hui.

avatar patrick86 | 

"Des gens se rendre compte que le salariat ne répond plus à leurs besoins mais qui ne savent pas comment le remplacer. Alors ils partent en voyage un an.... Lol."

Pour "lol" !?

Le voyage est, pour beaucoup de jeunes qui ne trouvent pas quoi faire, ni où aller, dans l'horizon de leur société, entourage, milieu éducatif et médiatique, une excellente occasion de dépasser cet horizon limité. Le voyage est l'opportunité de découvrir d'autres sociétés, cultures, modes et choix de vies, relations avec le travail, manières de voir le monde, etc. Beaucoup de gens trouvent leur voie grace au voyage.

Je déplore qu'en France, l'année sabbatique soit aussi peu considérée par le système éducatif — au point que le Crous vous dégage définitivement de son système bousier, si vous faites une pause d'un an à la sortie du lycée ou au milieu de vos études. On veut faire rentrer immédiatement les jeunes dans un moule pré-établi, dans des filières toutes prêtes et on leur demande de "choisir" un cursus à un age ou énormément d'entre eux ne savent quoi faire.

Partir, pendant quelques mois, un an ou plus, est souvent — ce n'est pas nécessairement le seul —moyen de "trouver quoi faire" ; c'est-à-dire trouver, ou plutôt devrais-je dire comprendre, ce pourquoi nous sommes ici ; qu'est-ce qui nous passionne, nous inspire, nous motive, etc.

Vous n'avez peut-être pas eu besoin de voyager pour trouver votre voie. Eh bien, soit, tant mieux pour vous, mais votre expérience n'est ni universelle, ni davantage une référence que d'autres. C'est votre expérience.

avatar madaniso | 

@patrick86

Je suis d'accord avec votre commentaire mais j'ai vu plusieurs personnes revenir sans avoir vraiment avancer professionnellement donc pour moi le gain est limité.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR