Services en ligne : vers un consentement parental obligatoire pour les moins de 16 ans

Stéphane Moussie |

Pour protéger les enfants et adolescents de l'exploitation de leurs données personnelles par les services en ligne, l'Union européenne pourrait rendre obligatoire le consentement parental. Sans ce consentement, les moins de 16 ans n'auraient pas le droit d'utiliser Facebook, Twitter, Gmail, Snapchat, Tumblr... bref, n'importe quel service collectant des informations personnelles.

Crédit Brad Flickinger CC BY

Cette mesure a été inscrite au dernier moment dans le règlement général sur la protection des données voté récemment en commission au parlement européen. Elle devrait être à nouveau discutée aujourd'hui lors d'une réunion plus large.

Interrogée par Le Figaro, la directrice générale de l'association e-Enfance est très sceptique : « Au mieux, les adolescents mentiront sur leur date de naissance pour s'inscrire quand même à Facebook. Au pire, ils migreront vers des sites moins connus et qu'on ne pourra pas contrôler. »

Actuellement, la plupart des services sont ouverts à tous les utilisateurs de 13 ans et plus, âge à partir duquel des informations personnelles peuvent être collectées sans autorisation parentale dans le droit américain.

Si la mesure européenne sur les moins de 16 ans venait à être entérinée, il faudrait encore plusieurs années pour qu'elle soit transcrite par les États membres.


avatar sapropelet (non vérifié) | 

Merde, il y aura moins de filles de 12 ans à moitié à poil sur Facebook et snapchat

avatar sapropelet (non vérifié) | 

Ouais gros, Vive le contact avec la nature !

avatar sapropelet (non vérifié) | 

Moi j'adore le contact avec la nature

avatar youpla77 | 

Si c'est comme la vérification de l'âge de moins de 18 ans pour les sites porno, j'en rigole d'avance...

avatar oomu | 

tant qu'on est en pays libres, le point n'est pas de mettre des Drones qui vont faire vous faire un examen médical pour déterminer votre âge avant de vous laisser agir

mais de permettre de mettre les entreprises devant leurs responsabilités en cas de manquements (par exemple démarchage actif au près des mineurs, traitements de données qu'elles auraient lors de prestations pour des écoles, etc).

-
A mon sens c'est vraiment pas un sujet intéressant et les politiciens perdent leur temps ici.

Il serait plus intéressant de travailler avec les éditeurs de jeux vidéo, fabricants de jouets, studios et stores en ligne (apple, valve, amazon, google, etc) sur les jeux freemium à destination des enfants.

-
autre sujet qu'un politicien serait bien avisé de considérer MAINTENANT: l'arrivée en masse (gigantesque) de jouets dit connectés au "internet des objets" (internet of things : iot).

Actuellement c'est le foutoir généralisé avec aucune considération sur la sécurité des données récupérées, sur le traitement des données et sur le devenir des données glanées via les jouets.

Ici encore l'imagination des ingénieurs et commerciaux dépasse et de loin tout ce que peuvent imaginer un parent ou politicien.

avatar Alex Giannelli | 

Encore une loi qui va faire chier tout le monde et qui ne va rien changer. Et qui va en plus coûter la peau des fesses à écrire et à mettre en place. Je me sens las...

CONNEXION UTILISATEUR