Le Royaume-Uni s'intéresse aussi au duopole d'Apple et Google

Félix Cattafesta |

Après le Japon hier, c'est aujourd'hui le Royaume-Uni qui s'intéresse au « duopoly » d'Apple et de Google sur l'écosystème mobile. L'Autorité de la concurrence et des marchés (CMA) explique qu'elle va se pencher sur la situation des deux géants et sur leurs OS, App Store, et navigateurs web afin de voir s’ils « pourraient entraîner une perte pour les consommateurs dans un large éventail de domaines ».

La CMA craint que ce duopole n'entraine des contraintes à l'innovation et que les consommateurs paient des prix plus élevés pour les appareils, les applications, les biens ou encore les services.

L'enquête va aussi s'intéresser aux entreprises qui s'appuient sur Apple et Google pour commercialiser leur produit, tels développeurs d'apps. Le but est d'examiner les effets et les conséquences de ce duopole. Le directeur général de la CMA Andrea Coscelli a expliqué :

Notre travail en cours sur les grandes entreprises technologiques a déjà révélé des tendances inquiétantes et nous savons que les consommateurs et les entreprises pourraient être lésés s'il n'y a pas de contrôles.

L'Autorité de la concurrence et des marchés a rappelé qu'une enquête est déjà en cours à propos de l'App Store, et que cette seconde enquête a un objectif plus large. Le Royaume-Uni est également en train de mettre en place une nouvelle autorité de régulation pour les marchés numériques appelée Digital Markets Unit. Celle-ci a justement pour vocation d'éviter les monopoles et d'être proconcurrence.

En Europe, la Commission européenne s'intéresse aussi au monopole d'Apple et de son App Store. Aux États-Unis, un projet de réforme des lois antitrust a été déposé, il vise à assurer une meilleure concurrence sur les plateformes dominantes.


avatar shaba | 

Quelqu’un a mis un sacré coup de pied dans la fourmilière, ça n’arrête pas depuis. Pas sûr que les consommateurs soient gagnants si des sanctions sont prises.

avatar fte | 

@shaba

"Quelqu’un a mis un sacré coup de pied dans la fourmilière, ça n’arrête pas depuis."

Je crois que c’est plutôt qu’il y a un problème grandissant, que ce problème devient de plus en plus visible, et que donc des questions naissent.

Car il y a un problème indéniable. Justifie-t-il des sanctions à ce jour, peut-être pas. Justifie-t-il de légiférer maintenant, peut-être pas. Justifie-t-il de s’interroger, de toute évidence oui.

avatar bibi81 | 

Pas sûr que les consommateurs soient gagnants si des sanctions sont prises.

Si les États récupèrent des millions voir des milliards ce sera ça de moins à rembourser pour la covid...

avatar laraigneegypsymontealagouttiere | 

Je ne comprends pas cette situation aberrante…
Aucun état n’a jamais aidé à l’émergence d’un champion national. Tout le monde était bien content d’avoir des iPhone et des Android. Et en même temps ça les dérangeait de voir débarquer des téléphones chinois.
C’est typique du vieux continent d’attendre que ça se passe, que les américains nous amènent leurs produits et leurs services sur un plateau d’argent et ensuite se plaindre de ne plus avoir de choix…
Ça a été le même cirque au moment du covid en se disant oh bah mince alors on dépend trop de la production chinoise en produits manufacturés 🙄

avatar reborn | 

@laraigneegypsymontealagouttiere

C’est typique du vieux continent d’attendre que ça se passe, que les américains nous amènent leurs produits et leurs services sur un plateau d’argent et ensuite se plaindre de ne plus avoir de choix…

+1

avatar debione | 

@ laraigneegypsymontealagouttiere:

Qu'est-ce que le vieux continent a à faire la dedans? Les américains n'enquêtent pas? Le Japon fait partie de l'Europe? Les américains n'ont jamais obligé Microsoft à quoique ce soit? N'ont jamais démantelé genre ATT?

Faudrait voir à ne pas non plus dire n'importe quoi, ni croire que l'herbe est plus verte ailleurs.

avatar Insomnia | 

@laraigneegypsymontealagouttiere

Aberrante que pour toi, les gouvernements commence simplement à s’inquiéter du duo qui a le monopole t peuvent du jour au lendemain profiter de ça. Le but c’est de calmer leur soif, nous avons déjà vu par le passer ce que représentait ce genre de duopole, les prix peuvent augmenter de tout façon, ceux qui utilisent du Apple n’auront plus le choix et devront passer à la caisse et Apple peut se permettre d’augmenter également le prix de ces solutions, Google c’est pareil. Le but n’est pas de les ennuyer mais de leurs faire comprendre qu’ils n’ont pas tout les droits. Google a déjà du séparer ces différents services pour éviter d’être un groupe suffisamment grand pour décider à lui tout seul de l’avenir de la technologie.

avatar Lestat1886 | 

@laraigneegypsymontealagouttiere

Exactement, ils auraient aussi pu soutenir Nokia ou ericcson quand il était encore temps 😅

avatar Arnaudvietnam | 

@laraigneegypsymontealagouttiere

Japon, nouveau pays européen? 😂

États-unis, nouveau pays européen? 😂

avatar laraigneegypsymontealagouttiere | 

@Arnaudvietnam

Ha ha ha

avatar Derw | 

@laraigneegypsymontealagouttiere

« Aucun état n’a jamais aidé à l’émergence d’un champion national. »

Aucun état n’en avait la capacité… l’Europe éventuellement aurait pu, si elle avait été autre chose qu’un simple marché… et encore, pour espérer soutenir une boîte concurrente européenne, il aurait fallu s’y prendre très tôt vu le retard que l’on a dans ces domaines…

avatar laraigneegypsymontealagouttiere | 

@Derw

Et pourtant si on prend le cas de la France
Ça fait des décennies que l’état renfloue à coups de milliards France telecom, Air France, la SNCF…

Cela fait bien longtemps que si on s’était donné les moyens et aussi la vision stratégique qui allait bien, on aurait eu des alternatives aux entreprises américaines

avatar Derw | 

@laraigneegypsymontealagouttiere

Les entreprises que vous citez sont très différentes de celle que vous appelez de vos vœux :
- elles sont nées en même temps que la techno qui les porte. Elles n’ont donc pas un retard à rattraper.
- elles s’appuient sur un savoir-faire local.
- elles maîtrisent déjà bien leur domaines.
- leurs visées internationales sont plus modestes et elles sont pas trop mal placées par rapport à la concurrence…
- elles gagnent de l’argent et le subventionnement ne couvre qu’une petite partie des besoins financiers (une entreprise informatique française, cela demanderait des années avant que ce soit le cas si cela finit par marcher)

Une société française d’électronique/informatique devrait partir aujourd’hui ex nihilo et devrait rattraper les nombreuses années d’expérience et d’investissement des GAFAM…

avatar pat3 | 

@Derw

"- elles gagnent de l’argent et le subventionnement ne couvre qu’une petite partie des besoins financiers (une entreprise informatique française, cela demanderait des années avant que ce soit le cas si cela finit par marcher)"

Et c’est oublier qu’il y a eu des entreprises françaises renflouées par l’état et qui ont bu le bouillon avec pertes et fracas… et dette remboursée par le contribuable : vous vous souvenez de Bull ? Et du plan informatique qui a fait acheter des milliers d’ordinateurs obsolètes pour led établissements scolaires ?

avatar Derw | 

@pat3

+1

avatar fmuser | 

Se donner les moyens, ce n'est pas déverser de l'argent public à une entreprise, mais c'est avoir un système éducatif et un marché libres et flexibles. Le système éducatif français et le marché français encouragent bien plus à devenir fonctionnaire ou salarié, qu'entrepreneur, au point que les Français qui ont envie d'entreprendre préfèrent simplement quitter le pays…

avatar laraigneegypsymontealagouttiere | 

@fmuser

Tu as malheureusement raison

J’avais un copain d’école qui avait monté son entreprise avec 2 autres amis

Créer sa boîte a été un calvaire administratif et financier, lever des fonds en France aussi. Il a fini par partir au Canada. Sa boîte a décollé en même pas 6 mois après avoir galéré 3 ans en France. Il est dégoûté du système et du coup ne reviendra jamais vivre en France, uniquement en vacances pour voir ses proches

avatar Derw | 

@fmuser

« Se donner les moyens, ce n'est pas déverser de l'argent public à une entreprise, »

Oui. Mais c’est quand même un levier. C’est pourquoi il y a des aides pour les jeunes entreprises innovantes qui ont besoin d’argent pendant quelques années pour pouvoir développer leur projets en attendant d’avoir des revenus suffisants.

« Le système éducatif français et le marché français encouragent bien plus à devenir fonctionnaire ou salarié, qu'entrepreneur »

Le système éducatif n’est pas si mauvais puisque ingénieurs français trouvent assez facilement du travail à l’étranger. Dans certains domaines, ils sont même prisés… Ensuite, ce système éducatif cherche avant tout à faire de ces futurs adultes de bons citoyens (avec de la culture générale de l’esprit critique)… Sur ce point, bien que ce soit très perfectible (notamment à cause de problèmes sociétaux),on est meilleur que les USA…
Par ailleurs, l’entrepreneuriat ne s’apprend pas vraiment. C’est comme les arts, le sport… on peut apprendre des techniques et des outils pour s’améliorer, mais il faut un substrat…
Quant aux fonctionnaires et aux salariés, les entrepreneurs en ont besoin…

« au point que les Français qui ont envie d'entreprendre préfèrent simplement quitter le pays… »

Ceux qui n’ont pas d’attaches en France et qui n’ont pas le courage d’affronter les affres de l’admiration française. Moi, j’ai créé ma boîte en France et j’y suis arrivé. Toutefois, ce n’est pas un très bon exemple : c’est une entreprise unipersonnelle, de services sans envergure. Mais j’y suis arrivé seul et elle marche bien. Plus intéressant, j’ai 2 amis qui ont créé des sociétés innovantes, qui conçoivent des produits, avec des salariés (une dans le domaine des énergies renouvelables, une autre dans le domaine des boîtiers de communication de données) et qui fonctionne pas trop mal pour l’instant (ces sociétés sont jeunes…). Certes, ils auraient sans doute décoller plus vite et seraient aller plus loin dans un pays anglo-saxon. Mais ils ont préféré rester ici…

Reste que la France a un gros travail de simplification à faire pour aider l’entrepreneuriat…

avatar pat3 | 

@fmuser

C’est bien, tapons sur les fonctionnaires qui font des burn-out a rien glander. Alors que ces vertueux entrepreneurs qui suent sang et eau sans aucune aide font vivre le pays.
Juste, enlevez la commande publique des entreprises françaises, et la moitié de l’économie française s’écroule,

Je ne nous le souhaite pas, mais il arrivera un jour où nous n’aurons plus de fonctionnaires, que des services payants pour l’éducation, la santé, les routes (on s’en approche), et où il faudra choisir entre le troisième semestre du gosse où se faire soigner une dent.

avatar Derw | 

@laraigneegypsymontealagouttiere

Par ailleurs, moi aussi je souhaiterais une présence plus forte de notre part sur les gros marchés des nouvelles technologies. Mais pour moi ce « nous » signifie « Europe » (d’ailleurs quel poids peut avoir la France face aux USA, la Chine et la Russie ?). Et plutôt que de chercher à faire des ersatz de terminaux mobiles ou desktop, je pense qu’il faudrait investir à fond dans le stockage et le traitement de données afin de se « libérer » du pouvoir des USA, du Patriot Act et de leurs espionnages industriels…

avatar laraigneegypsymontealagouttiere | 

@Derw

Quand je vois qu’on n’est pas fichus de se mettre d’accord si l’harmonisation fiscale ni sur la gestion du covid et des vaccins, je me dis que c’est pas demain qu’on aura un Amazon ou un google européen…

Le plus drôle c’est que ces états lancent aussi des appels d’offres et finissent par acheter aux GAFA et ce sont les mêmes ensuite qui viennent dire qu’ils avaient pas le choix

avatar Derw | 

@laraigneegypsymontealagouttiere

Le 1er problème est qu’au départ l’Europe n’a été vu que comme un marché (c’était d’ailleurs un des débats autour du traité de Lisbonne).

Le 2d est qu’elle a grandit trop vite et a inclu des pays qui ne sont pas « euro-compatibles »…

Depuis, petit à petit, à cause des crises (climat, terrorisme, Covid, immigration…) elle essaye de sortir de cette notion de marché (c’est autre pour ça que le RU a voulu sortir). Mais la démocratie étant ce qu’elle est, cela ne va pas vite…

avatar Derw | 

@laraigneegypsymontealagouttiere

Le hasard fait bien les choses : c’est le sujet d’ « Un jour dans le monde » de ce soir !
https://www.franceinter.fr/emissions/un-jour-dans-le-monde/un-jour-dans-le-monde-du-mercredi-16-juin-2021

avatar ancampolo | 

@laraigneegypsymontealagouttiere

Je suis avec toi a 1000% c’est comme les taxis g7 a paris quand uber est arrivé ils ont pleuré et depuis ils ont récupéré le fonctionnement de l’appli etc…

avatar IceWizard | 

@laraigneegypsymontealagouttiere

« Aucun état n’a jamais aidé à l’émergence d’un champion national. »

Airbus ?

avatar laraigneegypsymontealagouttiere | 

@IceWizard

Ma phrase était relative au sujet de l’article

L’Europe ou les états ont certes aidé d’autres entreprises mais pas d’alternatives aux GAFA

avatar pat3 | 

@IceWizard

"@laraigneegypsymontealagouttiere
« Aucun état n’a jamais aidé à l’émergence d’un champion national. »
Airbus ?"

Ariane ?
L’industrie automobile ?
Dassault ?
Canal + ?

Tu me dis quand tu veux que j’arrête ?

avatar Aardohan | 

Mdr tous ces pays qui font du Apple/Google bashing pour se donner bonne conscience… Ou étaient ils quand Windows Phone, BlackBerry OS et Sailfish OS battaient de l’aile ? Sûrement trop occupés à jouer avec leurs iPhone et autres Samsung…

avatar rikki finefleur | 

L'europe se réveille mollement et toujours avec 10 ans de retard.
Aujourd’hui il est urgent de s'occuper de la place occupée par les GAFAM ( toutes ) qui essayent de s'incruster dans tous les actes de la vie, en voulant établir des monopoles ou duopoles au niveau mondial.
Bientôt tous les citoyens, institutions et entreprises seront sous leur coupe d'une façon directe ou indirecte.

avatar claupatr | 

Le problème, c’est que les européens se jalousent tous les uns par rapport aux autres et empêche le champion du voisin d’émerger. Il est presque impossible d’avoir des champions européens en Europe,malheureusement.

Et l’exemple d’Airbus montre bien aussi ce phénomène de jalousie. Il a fallu construire des usines de composants un peu partout dans les pays.

Et puis quoi qu’en dise les français, les USA Ont toujours un gros pouvoir d’attraction. Y compris en France, il n’y a qu’à voir le nombre de restaurants fast-food de chaînes américaines en France.

avatar bibi81 | 

Et l’exemple d’Airbus montre bien aussi ce phénomène de jalousie. Il a fallu construire des usines de composants un peu partout dans les pays.

En même temps si une entreprise européenne fait tout en France, c'est une entreprise française, non ?

Y compris en France, il n’y a qu’à voir le nombre de restaurants fast-food de chaînes américaines en France.

Il faut dire qu'à la TV entre les publicités françaises il y a les publicités américaines (on appelle ça Série ou Film)... Et paradoxe, elles ont droit à plus de temps de cerveau disponible que les publicités françaises (parmi lesquelles on retrouve d'ailleurs des publicités américaines).

avatar Sic transit | 

Pendant ce temps, personne pour s'attaquer au (vrai) monopole d'Adobe sur le marché des Arts Graphiques… Deux poids, deux mesures…

avatar debione | 

@Sic transit |

Juste pour mon éducation, en quoi Adobe empêche par exemple les gens d'utiliser Afinity? Ou une autre solution? (j'avoue ne pas connaître le marché d'Adobe, si e n'est qu'on me répète qu'il faut être dessus pour faire du graphisme)

Après, c'est quoi le poids d'Adobe si on le compare aux GAFAM? Et qu'elles sont les implications pour le public? Quels sont les dangers que représente la position d'Adobe pour moi par exemple?

avatar fte | 

@Sic transit

"Deux poids, deux mesures…"

Adobe ne verrouille pas les machines sur lesquelles la CS est installée, et il y a de nombreuses alternatives à la CS dans diverses directions, vidéo, retouche, vecteur, effets, UX…

CONNEXION UTILISATEUR