Audition antitrust : Tim Cook reste droit dans ses bottes

Mickaël Bazoge |

Tim Cook, Mark Zuckerberg, Sundar Pichai et Jeff Bezos passent sur le gril de la commission législative du Congrès américain en charge de la concurrence. Les quatre CEO sont tour à tour interrogés sur les pratiques commerciales de leurs entreprises, ainsi que sur d'autres sujets qui n'entretiennent qu'un rapport lointain avec l'objet de la commission.

Google et Facebook intéressent ainsi beaucoup les députés américains (en particulier les Républicains), sur toute sorte de questions : liens entre le moteur de recherche et la Chine, soi-disant censure du réseau social contre la frange la plus réactionnaire des conservateurs américains, demande de support technique pour Gmail ou encore la « cancel culture » véritable épouvantail de l'extrême droite américaine.

« Je le jure ».

Tim Cook a tout de même eu droit à une salve de questions sur l'App Store. Il a ainsi expliqué que la boutique faisait partie intégrante de l'iPhone, comme l'est l'appareil photo ou sa puce. Le CEO d'Apple n'a pas bougé d'un iota des propos liminaires connus depuis hier soir (lire : Audition antitrust : comment Tim Cook va défendre Apple), en s'enfermant dans des arguments qui ne tiennent pas la route. Au représentant qui lui demandait si Apple traitait tous les développeurs de la même façon, Tim Cook a assuré que oui.

Mais c'est un secret de Polichinelle : si tous les développeurs sont égaux, certains le sont assurément plus que d'autres, ils bénéficient de contacts privilégiés et Apple peut même à l'occasion leur faire des fleurs. Après tout, difficile d'en vouloir à la Pomme qui sait la valeur de certaines applications de premier plan pour son écosystème, mais pourquoi ne pas le reconnaitre ? Interrogé sur la faveur faite à Baidu d'accélérer le processus de validation de l'App Store, Tim Cook a concédé qu'il ne connaissait rien de cette situation spécifique.

Tim Cook, Sundar Pichai.
Mark Zuckerberg, Jeff Bezos. Qui utilise un MacBook pour filmer son témoignage ?

Autre exemple de l'asymétrie de traitement de l'App Store : le passe-droit accordé à Amazon Prime Video et quelques autres applications, qui leur permet de passer outre le système d'achats intégrés. Ce programme est-il disponible pour tous les développeurs ? « Il est disponible à quiconque respecte les conditions », s'est borné à répondre Tim Cook. Or, ce fameux programme est entouré d'une lourde chape de plomb, on en ignore tout — y compris les éditeurs qui adoreraient faire partie du club.

Document : House Judiciary Dems.

Tim Cook assure également qu'Apple « n'intimide pas » les développeurs qui se plaignent publiquement des pratiques de l'App Store. Transmis aux développeurs qui ont été intimidés par l'App Store pour les forcer à intégrer le système d'achats intégrés de la boutique (lire : Apple veut forcer le renouvellement automatique de l'abonnement après un essai dans l'app Down Dog).

Sur la question de la concurrence à proprement parler, le CEO d'Apple n'a pas varié son discours : les développeurs ont la possibilité de concevoir des apps pour Android, pour la Xbox, la PlayStation, « c'est comme un combat de rue pour les parts de marché ». D'autres plateformes existent bien sûr, mais sur iOS les développeurs n'ont pas d'autre choix que de passer sous les fourches caudines de l'App Store. Tim Cook a également assuré qu'Apple n'augmenterait jamais la commission de 30%, même si l'entreprise a toute latitude pour le faire.

Les poids et les mesures de l'App Store

Une affaire remontant à la fin de l'année 2018 est revenue hanter Tim Cook durant l'audience, celle qui concerne les applications de contrôle parental qui surveillaient l'activité des bambins via l'installation d'un profil MDM (Mobile Device Management). Plusieurs d'entre-elles ont été retirées de l'App Store, certaines ont pu y revenir (lire : Apple s’en prendrait aux applications concurrentes à Temps d’écran). À l'époque, le soupçon portait sur la concurrence que faisait peser ces apps sur la fonction Temps d'écran inaugurée avec iOS 12.

Le patron d'Apple a expliqué que la technologie MDM utilisée — qui sert normalement dans le cadre d'une entreprise — plaçait les données des enfants à risque. « Nous nous inquiétions de la sécurité des enfants ». Pourtant, en février 2019, Apple autorisait une application de flicage des femmes en Arabie saoudite, Absher, basée sur le même principe. À l'époque, Tim Cook avait assuré qu'il ne connaissait rien de cette application… et ça n'a pas beaucoup avancé.

« Je ne connais pas cette app », a-t-il encore dit, avant de proposer de se pencher plus avant sur ce dossier. « Nous appliquons les mêmes règles à tous les développeurs », a-t-il encore assuré. Pour les apps de contrôle parental, Tim Cook explique qu'il en existe une trentaine aujourd'hui sur l'App Store, « il y a beaucoup de concurrence ». Il ajoute qu'Apple ne génère aucun revenu sur cette activité.

Le CEO jure vouloir toutes les applications possibles et imaginables sur sa plateforme, malgré le pouvoir de vie et mort qu'Apple s'est octroyé sur le catalogue de l'App Store… et les éventuelles distorsions de concurrence. L'application de l'éditeur Random House a ainsi été refusée au moment même où elle refusait de rejoindre l'iBooks Store.

Une coïncidence pour Tim Cook, qui s'est placé sur le terrain de la technique : « Il y a beaucoup de raisons qui font que l'application n'a pas été acceptée par l'App Store. Cela peut ne pas fonctionner correctement, ou il peut y avoir d'autres problèmes ».

Le patron d'Apple a également été interrogé sur les cas d'Airbnb et de ClassPass, qui à la faveur du confinement, ont commencé à vendre des cours virtuels sur lesquels le constructeur cherche à imposer sa commission. Tim Cook assure qu'Apple ne cherche pas à profiter du coronavirus et de ses conséquences.

« La pandémie est tragique et elle fait mal aux Américains et partout dans le monde. [Pour ces deux applications], ce sont des cas où les apps proposent des services numériques qui techniquement doivent passer par notre modèle de commission ». Il confirme qu'Apple travaille toujours avec ces éditeurs. Tim Cook reconnait toutefois que l'App Store peut faire des erreurs, la boutique recevant 100 000 soumissions d'applications chaque jour.

La question du sherlocking a aussi été évoquée. Tim Cook a expliqué que les applications d'Apple étaient soumises aux mêmes guidelines que les développeurs tiers (ce qui est faux, les apps d'Apple utilisent des API privées interdites aux développeurs). Dans ce cas, pourquoi Apple se permet-elle de proposer des clones d'applications quand les règles de l'App Store interdisent spécifiquement ce genre de pratique. Le CEO d'Apple se dit « pas familier » de ce dossier et indique qu'il reviendra vers la commission avec davantage d'informations sur le sujet.

avatar Paquito06 | 

@YetOneOtherGit

"Je sentais bien un profil Sloan plus que MIT canal historique 😂😉"

Ingenierie financiere, ca reste de l’ingenierie 😛

avatar fte | 

@TheG

J’ai lu ton message avec un accent québécois dans ma tête. 😄

avatar pagaupa | 

Tim Cook a tué l’esprit Apple de Steve Jobs...
C’est la seule certitude...

avatar TheG | 

@pagaupa

Y avait un moment émotion très chou dans l’opening statement de Tim où il a drop une phrase de Steve pour expliquer la philosophie d Apple

Qqch dans la veine de : you would recommend it to friends and family

avatar IceWizard | 

@papauga
"Tim Cook a tué l’esprit Apple de Steve Jobs...
C’est la seule certitude..."

Sur l'indice papauga, ça atteint au moins les 1,2. Félicitations de ce nouveau record !

avatar YetOneOtherGit | 

@IceWizard

Toujours surprenant les fantasmes sur « l’esprit Apple » de S. Jobs.

Si on fait la liste des choix de SJ qui ont fait hurler ceux qui sont sans doute les mêmes à hurler sur TC, ça risque d’être long 😀

avatar jerome_Mos | 

C’est étonnant qu’ils soient tous en costume cravate quand même...
Jamais ça ne serait passé en France 😱

avatar Paquito06 | 

@jerome_Mos

"C’est étonnant qu’ils soient tous en costume cravate quand même...
Jamais ça ne serait passé en France 😱"

Hein? Ah ben non au contraire, c’est la premiere fois qu’ils en sortent un 😅

avatar jerome_Mos | 

@Paquito06

Je voulais dire que malgré la Silicon Valley, ils respectent les institutions et suivent le dress code)

avatar Paquito06 | 

@jerome_Mos

"Je voulais dire que malgré la Silicon Valley, ils respectent les institutions et suivent le dress code)"

Ah oui dans ce sens je comprends mieux, bien sur 👍🏼

avatar alan1bangkok | 

Tous les mêmes
menteurs hypocrites
pleins aux as
vomissons ensemble mes frères

avatar fte | 

@alan1bangkok

"vomissons ensemble mes frères"

C’est très résumé, mais d’accord. 🤢🤮

avatar Mike Mac | 

Pandémie
Oligarchie
Illettrisme
Communautarisme
Néolibéralisme
Mondialisation
Immigration
Paupérisation

Que faire Mister Cook, Pichai, Zuckerberg, Bezos ?

Souverainisme !

avatar YetOneOtherGit | 

Toujours intéressant de constater que le populisme démagogique de certains quand ils l’affichent ouvertement ne surprend pas, tant on retrouve les mêmes courte-vues manichéennes quand ils abordent des sujets qui sont bien plus de l’ordre des actualités de MacGe que des éructations se voulant politiques, qui pour moi n’ont pas de place ici.

Décidément les semblants de pensées politiques de comptoirs sont du même acabit que les semblants de « pensées » que portent les mêmes individus sur quelques échanges que ce soit 🤢

Le populisme démagogique est un cancer de l'esprit terrifiant qui détruit toute les réflexion qui touche, c'est peut-être là ce qui rend depuis des années les échanges on-line si affligeants et désespérants.

Mépris primaire des élites, détestation tout aussi primaire des intellectuelle et de la pensée complexe, dialectique et réthorique de préaux, machisme assumé, homophonie plus où mins apparente , racisme et xénophobie, rancoeurs rances, manichéisme, réductionnisme, conspirationisme, post-vérité, caricatures, schématisation... nourrissent tant de propos même sut un lieu consacré à l'univers d'Apple 🤢

avatar fte | 

@YetOneOtherGit

"caricatures, schématisation... nourrissent tant de propos"

En disant ceci tu schématises.

Déjà il faudrait distinguer ce qui touche au fond du message et ce qui touche à sa forme.

Ensuite, il faudrait pour bien faire dire pour chaque point quelle utilisation en est faite et en quoi le message est affecté.

Et également, chaque point n’est pas nécessairement négatif. L’usage auquel tu penses l’est peut-être, mais ce n’est pas une fatalité.

Caricature et schématisation sont tous deux des outils nécessaires pour transmettre des savoirs et permettre aux étudiants de progresser sur la voie du savoir. Le modèle atomique de Rutherford–Bohr est faux, pourtant il est enseigné. Il permet d’approcher certains phénomènes avec facilité. Les harmoniques sphériques et ondes stationnaires en 3D ne sont... pas simples.

La brièveté des contributions sur un forum n’est guère adaptée à l’élaboration de pensées qui seraient mieux exprimées pas un essai travaillé.

avatar macinoe | 

A celà s'ajoute la nécessaire exigence de pédagogie du messager.
Je pense à la phrase de Boileau
"Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément"

Pour ma part, ça s'est toujours vérifié.
Les professeurs les plus brillants, ceux qui maîtrisaient le mieux leur sujet étaient toujours ceux qui parvenaient le mieux à expliquer les choses. Avec un vocabulaire simple, accessible à tous et une très grande clarté.

Ceux qui utilisaient un vocabulaire pompeux, un style ampoulé ne faisaient qu'ajouter une complexité inutile et camouflaient une mauvaise maîtrise du fond par l'utilisation d'une forme nébuleuse.

Et je crois que sur ce forum on a un bon exemple de ce travers.

avatar YetOneOtherGit | 

@macinoe

""Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément""

Evalues donc tes contributions à l’aune de cette maxime, cela risque d’être assez redoutable 🤓

avatar YetOneOtherGit | 

@macinoe

"Avec un vocabulaire simple, accessible à tous et une très grande clarté."

Les mots rares sont extrêmement peu présent dans mes propos, un vocabulaire simple ce n’est pas celui,d’un élève de primaire.

De même quand on aborde des sujets complexes ce ne sont pas des éructations pouvant se résumer à « vilain pas beau  » qui permettent de créer du sens.

La paupérisation de la pensée repose en grande partie sur la généralisation de la pauvreté du vocabulaire et de l’articulation des propos des populistes format Trump & Co.

Non une flatulence ou une éructation ne sont pas recevable au titre de production de l’esprit 🧐

avatar fte | 

@macinoe

"A celà s'ajoute la nécessaire exigence de pédagogie du messager."

Il faudrait ajouter : ne pas parler de ce qu’on ignore totalement.

avatar YetOneOtherGit | 

@fte

"Il faudrait ajouter : ne pas parler de ce qu’on ignore totalement."

Et là ça fait un sacré ménage, d’autant plus avec le biais faisant que beaucoup croient savoir de quoi ils parlent et ne supportent pas qu’on relativise la qualité de leur connaissance du sujet.

Notre camarade est très fort pour ça et il n’est hélas pas le seul ici.

avatar macinoe | 

@YOOGaliasaliasalias

Voilà un exemple qui illustre parfaitement mon propos.
Où le fond qui ne va pas plus loin que
"c’est celui qui dit qui l’est"
Prend la forme que tu viens de lui donner.
Mais en réalité c'est la même vacuité sur le fond, avec la pédanterie en plus sur la forme.

avatar YetOneOtherGit | 

@macinoe

""c’est celui qui dit qui l’est""

Nullement puisque celui qui dit ici c’est fte et il n’est absolument pas de ceux qui abordent des sujets sans un minimum de connaissances sérieuses.

Quant tu t’essaye à l’art de la réthorique et de la dialectique nous sommes bien loin de Schopenhauer, pour le moins 🤪

avatar macinoe | 

Et quand le défaut de pédagogie se mèle au défaut de compréhension avec toujours la même pédanterie, ça donne ce genre de résultat qui parle de lui même.
😄

avatar YetOneOtherGit | 

@fte

Mais étrangement certains ne tombent jamais dans ces travers ou s’en excusent quand ils y tombent et d’autres y tombent systématiquement. 😎

Et tu ne prends qu’une toute petite part de la liste de ce qui me désole 😫

avatar fte | 

@YetOneOtherGit

"Et tu ne prends qu’une toute petite part de la liste de ce qui me désole 😫"

C’est intentionnel, car ce sont ces deux outils de discours en particulier dont l’usage est parfois nécessaire et très positif, et que j’ai retenu pour illustrer mon propos.

Il est clair que l’homophobie par exemple n’a pas sa place dans quelque discours que ce soit, sauf à, et bien... caricaturer... et montrer par l’exemple en quoi c’est épouvantable et faux.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR