En Espagne, les Apple Store en pleine forme

Mickaël Bazoge |

Le business espagnol d'Apple n'a pas connu la crise l'an dernier. Selon les chiffres compilés par la publication Expansión, le réseau d'Apple Store (11 boutiques en tout, qui emploient 1 290 salariés) a engrangé des ventes de 433,85 millions d'euros durant l'année fiscale 2019 qui s'est achevée fin septembre. Ce chiffre d'affaires est 10% plus élevé que celui de l'année précédente. Cet excellent résultat s'explique notamment par la hausse du prix moyen des produits qui dépassent les 1 000 € (+20%).

L'Apple Store Passeig de Gràcia, à Barcelone.

Les bénéfices réalisés par Apple Retail en Espagne s'établissent à 12,78 millions d'euros, soit… 73% de plus qu'en 2018. À la fin de l'année fiscale 2017, le réseau d'Apple Store avait affiché des pertes de 371 000 euros. Aussi étrange que cela puisse paraitre, les impôts payés en 2019 par Apple sur cette activité se sont montés à 1,19 million, contre 4,6 millions en 2018. Des chiffres qui ne manqueront pas d'intéresser la Commission européenne qui voudrait bien que les grandes entreprises de la tech mettent un peu plus la main à la poche (lire : Thierry Breton somme Mark Zuckerberg de payer ses impôts en Europe).

Le poste de dépenses le plus élevé est le coût de personnel, qui a représenté 57,4 millions d'euros (3 millions de plus par rapport à 2018). Les baux pour les magasins ont pesé 14,4 millions. En Espagne, Apple possède une autre entreprise, Apple Marketing Iberia, qui fournit des services de soutien commercial et de marketing : elle a engrangé un chiffre d'affaires de 76,3 millions l'an dernier, soit 87% de plus d'une année sur l'autre. Le bénéfice net est de 42,1 millions, contre 13 millions durant la précédente année fiscale. Elle a réglé deux fois plus d'impôts qu'en 2018, soit 10,3 millions d'euros d'impôts. Preuve que l'activité en Espagne est florissante.

Le bilan ne sera peut-être pas aussi réjouissant pour l'année fiscale 2020, touchée par l'épidémie de coronavirus qui a forcé la suspension de toute activité dans les boutiques espagnoles (Apple n'a d'ailleurs pas annoncé de réouverture pour ses magasins).

avatar Terence993 | 

L’une des techniques qu’utilisent Apple et beaucoup d’autres entreprises pour échapper à l’impôt est connue de tous depuis longtemps : les prix de transfert.
En consultant le compte 2019 d’Apple Retail Belgium (https://cri.nbb.be/bc9/web/catalog;jsessionid=A5777BDA8073777E6CF0FB93EB...), on peut ainsi constater que le plus gros poste de dépenses était les achats de marchandises destinées à la revente (40,4 millions d’euros). Ces achats ont sans doute étaient réalisés auprès de la filiale irlandaise d’Apple et à un prix proche de celui de revente en Belgique afin de réduire au maximum la base imposable.
Il est temps que toutes les entreprises ne puissent plus user de ces mécanismes car cela se fait au détriment de chacun. N’oublions d’ailleurs pas qu’Apple bénéficie (in)directement de nombreux services publics financés par la collectivité : les douanes qui luttent contre les contrefaçons, les infrastructures routières pour ses livraisons, l’enseignement et les formations dont ont bénéficié son personnel,...

avatar BingoBob | 

@Terence993

+ 1

avatar agrippa | 

@Terence993

Merci pour ce commentaire intéressant

avatar marenostrum | 

par contre, de l'article on constate que c'est le personnel et les loyers qui leurs coute le plus. l'état est gagnant dans les deux, parce que tout est taxé, plus d'autres gains qui viennent indirectement par l'attraction, etc.

pour ça que quand ils leurs demandent plus d'impôts , ils parlement doucement. sinon ils peuvent s'imposer par la loi. seul risque est de perdre tout. il avait des pertes un an avant (2018). un club de foot la bas, réalise plus de bénéficies en produisant que du spectacle (à la con).

avatar demenla971 | 

@marenostrum

A la con pour toi mais pas pour les milliers d’emploi qui en découlent tu sais construire un stade l’entretenir le mec qui coupe le gazon et l’entreprise qui le fabrique le fabricant de maillot les établissements qui les vendent les entreprises de BTP qui rénovent les boutiques, l’entreprise de ménage qui nettoie tout le bordel laisser par les supporters. Bref il faut lutter avec énergie et pragmatisme contre les montages fiscaux qui visent à réduire les impôts payés par ces entreprises.

avatar marenostrum | 

je suis moi-même le foot, abonné de longue date chez Bein Sport, RMC Sport, etc. mais c'est un gain plus facile le leur. pas besoin d'être scientifique, avoir des usines, etc, pour ça je l'ai mis entre guillemets, parce que pour ceux qui suivent pas, le Foot ne sert à rien.

d'ailleurs même moi 2 mois sans foot je me suis habitué. j'aurais du mal à payer maintenant.

avatar Aardohan | 

@Terence993

Et ? Qu’est-ce que ça peut te faire à toi, petit consommateur comme nous tous d’ailleurs, qu’Apple paye ses impôts en France ? Qu’est-ce que cela t’apporterais personnellement ?

Je ne comprendrais jamais pourquoi certains s’acharnent sur ce point, surtout qu’Apple paye ses impôts en France :

« Apple France avait payé 13 millions d'euros d'impôts, après avoir déclaré un chiffre d'affaires de 618 millions d'euros. «La firme à la pomme aurait donc un volume activité comparable à celui des petits pots Bledina», ironisait à l'époque le site Capital »

« Michel Sapin, ministre de l'Economie et des Finances entre avril 2014 et mai 2017, explique: «Je pense que dans ce cas-là, c’est ce qu’Apple a accepté de payer, et pas forcément la somme que l’administration fiscale a demandée. De mémoire, c’était quand même en centaine de millions.» Comment expliquer qu’Apple ait pu payer dix fois moins? Réponse de Sapin: «L’administration fiscale française notifie une somme, mais l’entreprise peut saisir la justice administrative, pour contester cette somme, ce qu’a fait Apple visiblement.»

Apple est tout à fait dans son droit :

« C'est un fait : voilà plus de vingt ans qu'Apple est à la pointe de l'optimisation fiscale, une pratique contestée mais légale au sein de l’Union européenne. »

« Apple bénéficie, depuis plus de vingt ans, d'un accord avec l'administration fiscale irlandaise, lui permettant de payer très peu d'impôt, voire pas du tout, sur les bénéfices de ses ventes en zone Europe (dans laquelle l'entreprise inclut ses ventes en Inde, au Moyen-Orient et en Afrique). Un accord négocié en 1991 alors que l'entreprise était en difficulté financière, et renouvelé en 2007, alors qu'Apple se portait déjà beaucoup mieux grâce au lancement, six ans plus tôt, de son baladeur numérique, l'iPod. »

Ne soyons pas hypocrites, si chacun de nous gagnait autant d’argent, on chercherait tous à en dépenser le moins possible en impôts. C’est ce que fait Apple, légalement.

avatar doobie28 | 

@Aardohan

Payer ses impôts ça permet d’avoir des hôpitaux, des écoles, des routes entretenues etc... Tout ce que tu dois utiliser même si tu ne payes pas d’impôts.

avatar Terence993 | 

@Aardohan

Ces montages peuvent être certes légaux (optimisation fiscale et non évasion fiscale) mais ça n’en reste pas moins immoral à mes yeux. Les entreprises qui agissent ainsi par pur égoïsme font payer pour elles le reste de la société car ces pertes de recettes fiscales sont soit compensées par des hausses de la fiscalité sur les autres contribuables, soit par de l’endettement pour financer les dépenses courantes, soit par une réduction des services publics (l’hôpital public, par exemple ?).

Sinon, je ne suis pas qu’un simple consommateur. Je suis également un citoyen et un contribuable et il me parait tout à fait normal d’être en droit de demander aux élus qui nous représentent de faire le nécessaire pour que l’égalité devant l’impôt soit la plus effective possible (au risque sinon de réduire le consentement à l’impôt de la population). Ce que font ces entreprises (Amazon, Apple et cie) participe en outre à casser le circuit de l’argent étant donné que les sommes dépensées par les consommateurs français ou belges n’alimentent plus l’économie réelle mais sont d’abord transférées vers des pays comme l’Irlande, les Pays-Bas ou le Luxembourg avant d’être finalement accumulées dans des paradis fiscaux (Îles vierges britanniques, etc.).

Quand le robinet de la cuisine goûte, on fait le nécessaire pour réparer la fuite.

avatar marenostrum | 

normal que la somme d'un iPhone va aux usa (et ailleurs). parce que ce n'est pas un appareil produit ici. tu veux qu'eux ne touchent rien ? les taxes que l'état touche sont dans la facture.

avatar Derw | 

@marenostrum

« normal que la somme d'un iPhone va aux usa (et ailleurs). parce que ce n'est pas un appareil produit ici. »
Oui. Dans une certaine mesure (il faut quand même qu’une part reste dans le pays dont est issue cette richesse). Mais ce n’est même pas le cas. Sinon, le fisc états-unien ne réclamerait pas à Apple le retour de ces bénéfices sur son sol…

« tu veux qu'eux ne touchent rien ? »
Il ne me semble pas qu’il ait dit ça…

avatar Inconnu-Soldat | 

Voilà la très très courte vue et facilement moralisatrice. Il manque, oh, juste un détail. Lequel ? Que fait Apple de ses bénéfices ? Tout d’abord il faut intégrer dans son petit raisonnement que les bénéfices sont calculés après avoir inclus les dépenses en R & D. On parle là de milliards qui retournent à l’économie et donc des emplois, des infrastructures, des machines, des bâtiments, et ensuite des dépenses courantes, des impôts y compris indirects.
Et Apple utilise son argent pour bâtir son siège social : emplois, impôts etc. Quelques milliards.
Ensuite Apple a un programme de centaines de milliards d’investissements et à nouveau emplois, bâtiments, machines, impôts et donc en second rang d’autres emplois etc. Dans la vue complète économique en plus d’être globalement imposée à plus de 20 % ce qui est sans doute plus que la majorité des entreprises du CAC 40, en plus d’être une des sociétés qui dans l’absolu paye le plus d’impôts au monde, l’argent qu’Apple provenant de ses bénéfices sert infiniment plus à l’économie qu’employé à construire un pont qui ne sera jamais fini. Pour les actions nécessaires de l’état (justice, police, éducation, administration etc.) Apple paye sa part, y compris en Espagne, pour le reste elle redistribue des sommes colossales en investissements créatrices de richesse.

avatar Derw | 

@Inconnu-Soldat

« Voilà la très très courte vue et facilement moralisatrice. »
Attaque à priori à visée insultante qui n’a pas sa place dans un débat d’idées.

« Que fait Apple de ses bénéfices ? »
Une grande partie est bloquée sur différents comptes (le fameux « trésor de guerre » d’Apple), une autre est reversée en salaires et dividendes faramineux à ses dirigeants, une autre en dividendes aux actionnaires (chose que refusait de faire S. Jobs)…
Je n’ai pas de chiffres, mais cela fait des années que c’est connu et documenté par différents articles, y compris ici.

« Tout d’abord il faut intégrer dans son petit raisonnement que les bénéfices sont calculés après avoir inclus les dépenses en R & D. »
Non. Les bénéfices, c’est ce qui reste après avoir dépensé tous ses investissements : R&D bien sûr, mais aussi personnels, infrastructures…

« On parle là de milliards qui retournent à l’économie et donc des emplois, des infrastructures, des machines, des bâtiments, et ensuite des dépenses courantes, des impôts y compris indirects. Et Apple utilise son argent pour bâtir son siège social : emplois, impôts etc. Quelques milliards. »
Des milliards, je ne sais pas, mais en tout cas q’un petit pourcentage de ces bénéfices. D’abords parce qu’une partie de ces dépenses sont des charges avant bénéfices, ensuite, parce que, pour éviter de payer trop (!) d’impôts dans son propre pays, une bonne part des bénéfices sont soit rapatriés dans des paradis fiscaux, soit bloqués dans les filiales étrangères d’Apple.

« Ensuite Apple a un programme de centaines de milliards d’investissements et à nouveau emplois, bâtiments, machines, impôts et donc en second rang d’autres emplois etc. »
Cf. ci-dessus. De plus le fait de payer ses impôts sans chercher à optimiser ne limiterait probablement pas ces investissements. Enfin, ces investissements ne se font pas forcément sur les territoires où l’enrichissement s’est fait.

« Dans la vue complète économique en plus d’être globalement imposée à plus de 20 % ce qui est sans doute plus que la majorité des entreprises du CAC 40 »
Mais moins que les sociétés qui ne font pas de l’optimisation…

« en plus d’être une des sociétés qui dans l’absolu paye le plus d’impôts au monde, »
Et alors ? La question n’est pas de savoir qui paye le plus, mais qui paye de façon juste. S’il suffisait d’être ceux qui payent le plus dans une société pour échapper à ses responsabilités… Oh ! Wait… !

« l’argent qu’Apple provenant de ses bénéfices sert infiniment plus à l’économie qu’employé à construire un pont qui ne sera jamais fini. »
🤨Qu’elle est cette assertion ridicule ? Ha oui ! De la mauvaise foi…

« Pour les actions nécessaires de l’état (justice, police, éducation, administration etc.) Apple paye sa part… »
Il paye une part, pas sa part…

avatar Derw | 

@Aardohan

« Ne soyons pas hypocrites, si chacun de nous gagnait autant d’argent, on chercherait tous à en dépenser le moins possible en impôts. C’est ce que fait Apple, légalement. »

Non. On n’est pas tous de s.les égoïstes… D’ailleurs, qd je paye mes impôts, je vois ça comme un investissement dans le pays qui me fait vivre et me rend (de moins en moins malheureusement) des services.

avatar Aardohan | 
avatar Inconnu-Soldat | 

Ce qui est évident et contredit qu’Apple ne paye pas d’impôts c’est que non seulement on voit qu’ils en payent, ceux pour les magasins mais aussi ceux pour la société de marketing qui a été taxée à plus de 25 %. À cela s’ajoutent de la richesse créée dans le pays par les salaires engendrant cotisations sociales et impôts, les baux qui rémunèrent les propriétaires et qu’il vont payer impôts et taxes. Il faut ajouter toutes les dépenses locales : assurances, fluides, entretien et réparation, taxes et impôts locaux sur les bâtiments et enfin la TVA générée par le chiffre d’affaires. Or comme le prix moyen d’un produit Apple est plus élevé que la concurrence pour un même achat Apple rapporte plus de TVA que les concurrents.

Les critiques à courte vue, ne tenant compte d’aucun des autres éléments procèdent soit de la méconnaissance totale du processus économique complet soit de la plus pure mauvaise foi. Il est si facile de se prendre pour un justicier vengeur et fier de soi en tapant sur Apple. En ce qui concerne l’Irlande Apple n’est pas responsable des lois. Et que tous ceux qui profitent des prêts à taux zéro, des réduction d'impôts pour économie d’énergie, pour don aux associations, de la TVA réduite pour travaux, de PEL ou CEL ou assurance vie défiscalisée, un livret à la caisse d’épargne, tout autre livret, ou qui bénéficient d’heures supplémentaires non imposées ou encore de la participation ou de l’intéressement, de la tontine feraient mieux de la fermer car ils font comme Apple ils profitent des lois et optimisent.

avatar Terence993 | 

@Inconnu-Soldat

En gros, les autres paieront pour Apple parce que l’entreprise a la bonté de créer de l’activité dans les pays où elle vend ses produits : ses salariés avec l’impôt sur le revenu, ses fournisseurs locaux avec l’impôt des sociétés, ses clients avec la taxe sur la valeur ajoutée,...

Sauf que même en payant ses fournisseurs, ses salariés, la R&D et cie, l’entreprise fait des bénéfices et ces bénéfices doivent être taxés dans les pays où les prestations ont été réalisées. Il n’y aurait aucun problème à ce qu’Apple Retail Belgium achète à la structure irlandaise les produits à leur coût de revient (incluant les matières premières, la R&D, la fabrication, etc.) mais on n’ira pas me faire croire que ce coût représente 75 % du prix de vente d’un appareil. Dans ses 75 %, il y a ce fameux profit qui part en Irlande pour ensuite être rapatrié dans un paradis fiscal.

avatar Rifilou | 

@Terence993

Pour rappel, nous sommes dans un monde capitaliste où le but des entreprises est de faire de l’argent. Ceux qui doivent faire attention au bien du peuple ce sont les gouvernements, pas les entreprises. Il est en effet déplorable que beaucoup de sociétés optimisent leurs impôts, mais on leur en laisse la possibilité. Plutôt que de se plaindre, il faudrait changer nos lois. T. Breton m’a bien fait rire avec Zuckerberg: « ce n’est pas parce que c’est interdit que c’est autorisé ». Il faut assumer ses choix et comprendre que les entreprises ne sont pas là pour redistribuer leur argent. L’état doit se charger de le récupérer. On n’avance pas là

avatar Terence993 | 

@Rifilou

Mais je suis tout à fait d’accord avec vous. C’est pourquoi je disais plus haut que nos élus doivent faire le nécessaire pour rétablir l’égalité devant l’impôt.
Je ne compte nullement sur les entreprises pour le faire volontairement.

avatar Derw | 

@Rifilou

« Pour rappel, nous sommes dans un monde capitaliste où le but des entreprises est de faire de l’argent. »
Hum… c’est une vue un peu simplifiée par généralisation… ce monde capitaliste ne concerne pas tout le monde et n’est en place que depuis peu de temps…

« Ceux qui doivent faire attention au bien du peuple ce sont les gouvernements, pas les entreprises. »
Je suis d’accord avec vous à cette nuance près : les entreprises ne sont pas obligées à faire attention au peuple, mais rien ne les empêche de le faire ! Soit en acceptant de payer tout ses impôts sans faire d’abus d’optimisation, soit en reversant une partie de ces bénéfices dans des actions au bénéfice de ce peuple (qui, par ailleurs, est sa clientèle directe ou indirecte…). Il y a d’ailleurs un certain nombre de sociétés qui font ainsi (les entreprises états-uniennes privilégiant plutôt la seconde façon de faire, plus dans leur culture).

avatar Inconnu-Soldat | 

Et vous, vous n’avez ou n’avais jamais eu ni livret à la caisse d'épargne, ni PEA, ni PTZ, ni PEL, ni CEL, ni intéressement, ni participation, ni fait faire des travaux à TVA réduite, ni réduit vos impôts pour des dons, ni livrets défiscalisés, ni d’assurance vie etc. Et pourtant vous avez-vous forcément bénéficié des bienfaits de la République (éducation, route, toute activité subventionnée). Si vous rentrez dans l’une au moins des catégories vous n’avez strictement rien à dire car à votre échelle vous faites comme Apple et vous bénéficiez des lois. Comme je l’ai écrit :
1- Apple n’a pas créé les lois dont elle bénéficie
2- les bénéfices après impôts génèrent par leur utilisation de la richesse et des impôts .
3- Apple est un de ses premiers contributeurs mondiaux d’impôts

Maintenant si votre hargne héroïque s’appliquait à vous-même c’est-à-dire que vous refusez et refuserez tout au long de votre vie tout mécanisme fiscal qui vous permette de soit moins payer d’impôts directs ou indirects soit d'obtenir un crédit d’impôts, que vous ne possédiez ni obligations, ni actions, ni SICAV ou FCP directement ou indirectement, ni compte épargne entreprise alors vous reviendrez poster pour en apporter la preuve. Et il vous restera un combat plus utile que les diatribes : engagez-vous en politique et faites changer lois en Irlande ou aux Pays-Bas ou au Luxembourg, faites vous y naturaliser et renversez-y démocratiquement les pouvoirs.

avatar Inconnu-Soldat | 

Puisqu’on y est, j’espère que vous n’avez aucun produit Apple sinon vous êtes leur complice. De plus j’espère également qu’avant d’entrer dans un café, une boulangerie, un restaurant etc. vous avez vérifié que ces honnêtes commerçants déclarent tous leurs encaissements, l’intégralité des rémunérations, que les serveurs déclarent tous leurs pourboires. J’espère aussi que vous n’avez jamais payé quoi que ce soit de la main à la main (ou reçu pour service rendu quelques menues monnaies jamais déclarées).

avatar demenla971 | 

@Inconnu-Soldat

Vos arguments se tiennent pour Apple jusqu’à une certaine limite quand un Français épargne en passant par un PEL ou qu’il bénéficie d’une réduction d’impôt autrement appelé niche fiscale, le dit français réinjecte le pognon dans l’économie française. C’est la grosse différence qu’il peut exister avec Apple qui étant une multinationale optimise pour planquer les sous ailleurs. Je vous ferai remarquer que toutes les PME françaises contribue également à l’effort national. Par cette optimisation à outrance malheureusement permises par des lois permissives Apple ne joue pas la même partition que les entreprises installées en France et ne pouvant réaliser de tels montages fiscaux.

Pour répondre au dernier point sur lequel vous reprochez aux intervenants de participer à l’optimisation fiscale il est totalement faux. Les produits peuvent avoir été acheté d’occasion et avoir besoin d’un produit spécifique ne signifie pas que nous sommes pleinement en adéquation avec la politique fiscale d’Apple Google ou Amazon.

J’apprécierai pour conclure que les gouvernements gèrent mieux les deniers publics, que les citoyens comprennent mieux les mécanismes fiscaux et les résultats de leurs choix politiques mais aussi que les entreprises et ultra riches cessent l’optimisation qui crée un déséquilibre croissant entre eux et le « petit peuple ».

avatar Derw | 

@Inconnu-Soldat

Encore une déclaration simpliste qui décrédibilise complètement vos propos. Le choix de payer pour un service ou un produit est multi-factoriel. L’adéquation entre les valeurs morales de la société productrice et celles de l’acheteur n’est qu’un des facteurs possibles et il peut ne pas être suffisant pour influer sur l’achat. En ce qui me concerne, j’achète du Apple parce que leurs produits sont ceux qui me conviennent le mieux et que leurs pratiques morales ne contreviennent pas suffisamment aux miennes pour empêcher ces achats. Cela ne doit pas m’empêcher d’avoir un avis, de l’exprimer et de militer pour que soit, les lois changent, soit le producteur change ses pratiques par lui même par prise de conscience ou peur de perte de chiffre d’affaire à long terme pour mauvaise publicité …

avatar Derw | 

@Inconnu-Soldat

« Ce qui est évident et contredit qu’Apple ne paye pas d’impôts… »
Personne ne dit ça, même pas Attac ! (A part peut-être quelques piliers de comptoirs…)

« Et que tous ceux qui profitent des prêts à taux zéro, des réduction d'impôts pour économie d’énergie, pour don aux associations, de la TVA réduite pour travaux, de PEL ou CEL ou assurance vie défiscalisée, un livret à la caisse d’épargne, tout autre livret, ou qui bénéficient d’heures supplémentaires non imposées ou encore de la participation ou de l’intéressement, de la tontine feraient mieux de la fermer car ils font comme Apple ils profitent des lois et optimisent. »
Vous confondez l’optimisation prévue par la loi et qui est faite pour soutenir des secteurs économiques, des orientations politiques… et l’optimisation non prévue par la loi (je n’ai pas dit « illégales » qui veut dire « interdites par la loi »). Aucun soucis avec le fait qu’Apple France paye moins d’impôts en France parce qu’ils font des travaux en France… Le soucis est que ces optimisations sortent de ce cadre.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR