WWDC 2019 : Apple prépare l’ère « post iPhone »

Anthony Nelzin-Santos |

Que retiendra-t-on de la WWDC 2019 ? Les geeks un peu naïfs retiendront le Mac Pro. Les vidéastes retiendront le prix (étonnamment raisonnable) du Pro Display XDR, ceux qui ne connaissent du cinéma rien d’autre que les seaux de popcorn retiendront le prix (absolument obscène) du Pro Stand. Ceux qui sont suffisamment vieux sages pour avoir utilisé SoundJam MP retiendront la blague de Craig Federighi sur iTunes. Les développeurs, enfin, retiendront Swift UI. Mais ces annonces cachent ce qui s’annonce. En pointillés, cette WWDC 2019 dessine les contours d’une ère « post iPhone ».

Un Mac très Pro

Mais avant d’imaginer le futur, il faut gérer le passé et les braillards qui réclamaient un nouveau Mac Pro. Vous vouliez du matériel professionnel ? Eh bien voilà du matériel résolument professionnel. Avec son processeur Intel Xeon W comptant jusqu’à 56 cœurs logiques, sa banque mémoire pouvant accueillir jusqu’à douze barrettes de 128 Go de RAM ECC, ses deux SSD NVMe reliés en RAID 0, ses modules MPX et ses huit emplacements PCIe, et son alimentation de 1 400 W qui intègre deux ports Ethernet 10 Gb/s, le Mac Pro ne coutera pas moins de 5 999 $.

Le Mac Pro est une station de travail professionnelle, offrant les prestations d’une station de travail professionnelle, au prix d’une station de travail professionnelle. Apple avait préparé le terrain : de l’iMac 21,5” à l’iMac Pro, en passant par le Mac mini, elle propose une gamme qui répond aux besoins des consumers comme des prosumers. Sauf si vous êtes l’un de ces « amateurs éclairés » qui formaient le cœur de la clientèle d’Apple, et que vous cherchez une tour modulaire, auquel cas vous pouvez aller voir ailleurs.

Apple a tranché : elle préfère perdre quelques clients historiques, et encaisser quelques tweets et billets de blog furibards, plutôt que de compromettre le Mac Pro. Mais elle préfère aussi enchainer les amazingly great et les awesome, avec une pointe d’arrogance dans la voix, plutôt que de l’expliquer clairement. Voilà comment elle a pris les développeurs à froid, et provoqué des réactions épidermiques qui vont lui coller à la peau, en présentant un pied d’écran à 999 $. Si seulement elle avait pris trente secondes, dans son keynote de deux heures et demie, pour présenter clairement la future clientèle du Pro Display XDR !

Car même s’il coute 4 999 $, ou 5 999 $ dans sa version mate, cet écran pourrait bien être l’affaire du siècle. Sa fiche technique est digne des meilleurs moniteurs de référence : dalle LCD IPS de 32 pouces affichant 6 016 x 3 384 px, rétroéclairage capable de fournir 1 000 nits en continu et 1 600 nits en pointe, local dimming sur 576 zones pour atteindre un contraste de 1 000 000:1, modes de référence photo et vidéo, possibilité de choisir la fréquence de rafraichissement… Le Pro Display XDR peut être comparé à des moniteurs trois à cinq fois plus chers.

Image Apple.

Tout en contrariant une clientèle d’amateurs qui attendaient une machine à 3 000 € et un écran à 1 000 €, Apple pourrait bien avoir « sauvé » ces créateurs indépendants incapables d’acheter des machines à 10 000 € et des écrans à 30 000 €, qui s’étaient résignés à dépenser des fortunes en locations pour produire des films et des documentaires en 4K HDR ou des jeux vidéo en VR comme les plus grands studios. (Et accessoirement soulagé MacStadium, qui n’est pas mécontente de voir le retour du Xserve.)

Que la même entreprise présente le mardi une non-mise à jour de l’iPod touch à 249 €, et le lundi suivant une refonte totale du Mac Pro à 5 999 €, est fascinant. Apple est capable d’un raffinement technologique presque superflu, comme le prouve l’iPhone XS, et dans le même temps d’un pragmatisme presque vulgaire, comme l’a encore récemment montré l’iPad mini. Le Mac Pro ouvre de nouvelles perspectives, l’iPod touch essaye de répondre en 2019 aux problèmes que l’on n’avait déjà plus en 2015. Apple n’a jamais proposé une gamme aussi clairement articulée, et ses clients n’ont donc jamais autant ressenti les effets de gamme.

L’iPod company, l’iPhone company, la Services company

L’avez-vous remarqué ? L’iPhone, qui représente encore 60 % du chiffre d’affaires d’Apple, n’a pas passé beaucoup plus d’un quart d’heure sur la scène du McEnery Convention Center. Alors que le marché du smartphone semble définitivement saturé, et qu’elle encaisse plus durement que ses concurrents son atterrissage progressif, Apple a voulu montrer qu’elle n’était pas seulement l’iPhone company.

Il faut bien en convenir : iPadOS 13 n’est ni plus ni moins qu’iOS 13. Mais ce nom envoie un message clair. L’iPad est un appareil à part entière, dont le destin n’est pas entièrement lié à celui de l’iPhone, l’iPad est un vecteur de croissance, même quand celle de l’iPhone coince, l’iPad est un pilier de l’édifice cupertinien, et pas seulement un cale-porte. L’iPad devrait représenter 10 % de l’activité d’Apple cette année, autant si ce n’est légèrement plus que le Mac.

Image Apple.

De la même manière, après la présentation du Mac Pro, Apple aurait pu passer très rapidement sur macOS Catalina. Mais elle a présenté certaines nouveautés de l’iPhone au travers du Mac, pour se donner une occasion de rappeler que 100 millions de personnes utilisaient macOS. Avant de présenter un nouveau Mac, Steve Jobs aimait citer Alan Kay, « les gens qui prennent le logiciel au sérieux devraient concevoir leur propre matériel. » Tim Cook ne peut plus ouvrir la bouche sans prononcer le mot « services ».

Que l’on parle de l’iPhone ou du Mac, de l’iPad ou de l’Apple Watch, le matériel est au service… des services. Les ventes de smartphones baissent ? Qu’importe ! Chacun des mille millions de propriétaires d’iPhone dépense quelques euros dans l’App Store. Plusieurs centaines de millions d’entre eux sont abonnés à un forfait iCloud. Apple News+, Apple TV+, Apple Arcade sont autant de moyens de transformer les clients ponctuels en clients réguliers, et de ferrer de nouveaux clients.

Rien de surprenant, donc, qu’ils aient droit à leur minute de gloire. Mais la démonstration de SwiftUI aurait pu attendre le « Platform State of the Union », ce deuxième keynote d’ouverture plus particulièrement consacré aux développeurs. Sauf qu’elle montre clairement le futur du développement sur la plateforme d’Apple. Oui, « la » et pas « les ». À terme, le même code pourra s’exécuter sur tous les appareils avec des interfaces adaptées à chaque écran, être distribué dans une seule et même boutique, voire être exécuté sur les mêmes processeurs lorsque les Mac intègreront des puces ARM.

Des technologies plus personnelles et plus proactives

Cette WWDC nous permet d’apercevoir ce futur de l’informatique « à l’intersection entre la biologie et la technologie ». Steve Jobs avait esquissé ce virage quelques mois avant de mourir, Tim Cook l’a construit, et Apple l’emprunte à pleine vitesse. Oh, d’autres géants de la Silicon Valley ont bien présenté des montres connectées ou des écouteurs sans-fil. Mais Apple propose une vision cohérente, ancrée non pas seulement dans l’innovation matérielle, mais plus fondamentalement dans un lien de confiance.

Images Apple.

Auriez-vous envie de porter une Facebook Watch ? Pourtant, vous portez une Apple Watch. La différence est simple : vous savez qu’Apple n’observera pas votre rythme cardiaque pour augmenter la rentabilité des publicités de son réseau social. Quand certains offrent des options pour limiter la collecte de telles ou telles données, Apple fait en sorte d’être tout simplement incapable de connaitre l’existence même de ces données. À court terme, cela l’empêche de rivaliser pleinement avec certains de ses concurrents, même si l’augmentation de la puissance de calcul des appareils lui permet de rattraper cet écart en exploitant les données localement de manière confidentielle.

Mais à long terme, cette stratégie est payante, parce qu’elle combine good ethics et good business (voilà pourquoi toute la Silicon Valley s’est soudainement convertie à la confidentialité). Avec « Sign in with Apple », la firme de Cupertino porte cette logique à son paroxysme. Non contente de faucher l’herbe sous le pied de Google et de Facebook, elle prend une place centrale dans votre vie numérique, en devenant une fournisseuse d’identité. Mais une identité brouillée, découplée des données, purement utilitaire. La confidentialité est un service comme un autre.

Dès lors, pourquoi ne pas confier une information aussi intime que votre cycle menstruel, ou des données aussi sensibles que les bruits environnants, à Apple ? La confidentialité encadre la collecte des données, la confiance régit votre relation avec l’entreprise, et les deux transforment les produits. L’Apple Watch devient un « centre de contrôle » du corps, le témoin d’une vision holistique de la santé, un élément d’objectivation d’une machine biologique qui nous échappe parfois.

Dès lors, pourquoi ne pas confier une plus grande place à Siri ? L’assistant n’est plus seulement réactif, dans le sens qu’il répond à vos requêtes, mais proactif, dans le sens qu’il peut maintenant lire vos messages et vous proposer de répondre. La même logique est à l’œuvre dans Photos, qui effectue un premier tri de vos photos, sans toutefois supprimer les clichés « inutiles ». Alors que Google prétend pouvoir parler à votre place avec son effrayant Duplex, Apple vous laisse toujours la décision finale.

Image Apple.

Dès lors, pourquoi craindre la réalité augmentée ? Le vibreur de l’Apple Watch égrène les heures et vous guide dans la rue, les hautparleurs des AirPods améliorent votre audition et répondent à vos questions. Après le toucher et l’ouïe, il ne fait aucun doute que la vue sera le prochain « sens augmenté », comme le montrent RealityKit et Reality Composer. Mais regardez la démonstration de Minecraft : personne ne peut croire que l’objectif soit de tenir un iPad à bout de bras. Nous naviguons encore à l’aveugle, mais nous y verrons bientôt plus clair. Après tout, les lunettes, c’est fait pour ça.

Tags
avatar Lukas Apple Fan | 

Ça a l’air cool tout ça 😃
Vous avez iGen en TestFlight ou pas ?

avatar Michaël. | 

Excellent papier. Merci !

avatar misterbrown | 

@Michaël.

Oui merci !

avatar Tchobilout23 | 

Très bon article.. comme je les aime. Merci Anthony.

avatar mccawley2012 | 

+1 pour la phrase de fin. +10 pour un article encore une fois de qualité. ❤️

avatar iMotep | 

@mccawley2012

👍🏻

avatar Malouin | 

@mccawley2012

Complètement d’accord !

avatar lapo | 

Super article !

avatar IlanL | 

Cet article 😍

avatar webHAL1 | 

Voilà un papier bien intéressant. Je dirais qu'il manque juste, en petit, la mention "article sponsorisé"...

avatar codeX | 

Le bal est ouvert.

avatar tib51 | 

@webHAL1

T’inquiète, on est tous capable de lire entre les lignes. Regarde ton commentaire, même si c’est pas indiqué, on voit tous la mention « commentaire cretin ».

Bravo pour l’article.

avatar StephanMart | 

@tib51

+1

avatar broketschnok | 

@tib51

+1
Haha excellent. En effet, la mère de la connerie est toujours enceinte...

avatar raoolito | 

@broketschnok

C quoi cette phrase :D hahaha !

avatar broketschnok | 

@raoolito

😜😃

avatar Switcher | 

Excellent, je te la chipe. :-)

avatar marcopaj | 

@broketschnok

C’est fécond

avatar ForzaDesmo | 

@broketschnok
Haha excellent. En effet, la mère de la connerie est toujours enceinte...

🤔Pourtant je comprends pas on est en France. On devrait en être protégé, non ?!
Dire qu'on a la loi sur l'avortement ! Je comprends pas pourquoi alors il y a toujours autant de con ?!
Est-ce peut-être parce que la connerie n'est pas génétique mais tout simplement éducationnelle. Je dirais plutôt que la connerie appelle à la connerie et que plus un crâne est vide plus elle raisonne en lui.
Le banquet de ForzaDesmo 🤓

avatar Zara2stra | 

@ForzaDesmo

« Dire qu'on a la loi sur l'avortement ! Je comprends pas pourquoi alors il y a toujours autant de con ?! »

Tout simplement car on est toujours le con de quelqu’un (cf « le diner de con »). Sur votre base, avec l’avortement, il n’y aurait plus de français (ni plus personne dans le monde).

Donc remballez votre morgue et votre suffisance, pauvre crétin !

avatar Dimemas | 

Tout à fait d’accord.
Ça part en vrille total ce fil de discussion.
Comme d’habitude.

Avec toujours des utilisateurs de matos Apple autosuffisants et égocentriques au possible.

Genre les références quoi...
Malheureusement en dehors de leur petite bulle, ils devraient savoir qu’il y a parfois des choses aussi bien si ce n’est mieux...

avatar ForzaDesmo | 

@Zara2stra
Tout simplement car on est toujours le con de quelqu’un (cf « le diner de con »). Sur votre base, avec l’avortement, il n’y aurait plus de français (ni plus personne dans le monde).
Donc remballez votre morgue et votre suffisance, pauvre crétin !

Encore un beau spécimen. Un lobotomisé, frustré de la vie qui ne sais qu'insulter là où en plus on rentre de la ronde de l'humour. Faut vraiment être le dernier des idiots pour ne pas comprendre le sens. Mais en même temps j'étais sûr d'en ramasser quelqu'uns. Vu l'heure de votre réponse vu avez dû passer une mauvaise nuit et surtout sans jouir... de la vie.
Votre pseudo est votre antithèse... vous êtes d'un aveuglement sans limite. 🤮

avatar Dimemas | 

J’adore !!!

avatar pariscanal | 

@tib51

😄

avatar arhaifa | 

@tib51

+1 👌🏼

Pages

CONNEXION UTILISATEUR