Apple : « Spotify ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans l'App Store »

Stéphane Moussie |

Accusé par Spotify de concurrence déloyale avec l’App Store, Apple présente sa version des faits dans un long communiqué de presse. La firme de Cupertino répond point par point aux récriminations du service de streaming, qui a déposé une plainte devant la Commission européenne.

Daniel Ek, le CEO de Spotify. Image Spotify.

Alors que Spotify affirme que son application iOS a été rejetée de nombreuses fois pour des raisons injustes, Apple soutient qu’elle n’a demandé qu’une fois des ajustements parce que Spotify ne respectait pas les règles communes à tous.

La Pomme se dit « particulièrement surprise » par le récit de Spotify concernant son application Apple Watch. Tandis que le service certifie avoir voulu proposer une app watchOS dès 2015, Apple déclare de son côté n’avoir reçu à la validation cette app qu’en septembre 2018 et l’avoir traitée comme n’importe quelle autre app watchOS. Et de faire remarquer que Spotify est actuellement l’app watchOS la plus téléchargée dans la catégorie musique.

L’entreprise californienne affirme également collaborer fréquemment avec Spotify. Elle déclare l’avoir contacté à son initiative pour aider à la prise en charge de Siri et AirPlay 2, une aide dont s’est passé le service, selon elle.

Vient ensuite la question de la commission de 30 % (15 % après la première année d’abonnement), considérée comme une « taxe » par Spotify, qui est prélevée par Apple sur tous les contenus achetés dans l’App Store. La Pomme indique d’abord que 84 % des apps ne lui rapportent rien quand on les télécharge ou qu’on les utilise (une précision importante, ces apps contribuant plus globalement à l’attractivité de l’iPhone).

Ne sont effectivement pas concernées par la commission de 30 % toutes les apps suivantes : celles qui sont gratuites, celles qui sont uniquement financées par la pub, celles dont l’acte d’achat se fait en dehors de l’app (par exemple Netflix et Spotify qui ont retiré la facturation App Store) et enfin celles qui vendent des services ou des produits physiques (Amazon, Uber…).

Apple poursuit en soulignant que seule une « toute petite fraction » des abonnements de Spotify est concernée par le partage de revenus avec elle. Une partie importante de la clientèle de Spotify vient de partenariats avec des opérateurs, auxquels le service verse des frais similaires, fait valoir la Pomme.

Elle accuse finalement Spotify de vouloir le beurre et l’argent du beurre :

Nous fournissons la plateforme avec laquelle les utilisateurs téléchargent et mettent à jour leurs apps. Nous partageons des outils de développement essentiels pour la création de l’app de Spotify. Et nous avons construit un système de paiement sécurisé — ce qui n’est pas une mince affaire — qui permet aux utilisateurs d’avoir confiance aux transactions in-app. Spotify veut garder tous ces avantages tout en conservant 100 % des revenus.

Comme elle l’avait soutenu lors de la précédente dispute publique en 2016, Apple estime que « Spotify ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui [le numéro 1 du streaming musical, ndlr] sans l’App Store. » Elle inverse même les rôles en reprochant au service suédois d’exploiter son poids pour ne pas contribuer à un écosystème pouvant profiter à de nouveaux entrepreneurs.

La firme de Cupertino ne répond pas seulement aux accusations de Spotify, elle l’attaque aussi durement sur le plan de la défense des artistes : « sous la rhétorique, l’objectif de Spotify est de se faire plus d’argent sur les dos des autres. »

Elle fait référence à l’objection récente de Spotify (ainsi que de Google, Pandora et Amazon) vis-à-vis d’une augmentation de la rémunération des compositeurs américains. Apple est la seule à avoir approuvé cette hausse. Mais Apple a peut-être aussi plus de latitude pour répondre favorablement aux demandes des artistes, le streaming n’étant pas son activité principale, contrairement à Spotify. Elle n'est pas exempte de tout reproche non plus. Il avait fallu l'intervention de Taylor Swift pour qu'Apple se décide à verser des royalties aux artistes pendant la période d’essai gratuite d'Apple Music.

Au bout du compte, Apple reste donc droite dans ses bottes face à Spotify. Elle ne montre aucune volonté de faire des concessions sur sa façon de gérer l’App Store ou sur le montant de sa commission. Elle y sera pourtant obligé par la force des choses. La Commission européenne prévoit de nouvelles règles pour améliorer l’équité des pratiques commerciales des plateformes en ligne, dont les boutiques d’apps.

Dans le futur, Apple ne pourra plus changer les règles de l’App Store du jour au lendemain, une récrimination de Spotify mais aussi d’autres développeurs. Les modifications devront être notifiées au moins 15 jours à l’avance.

Apple devra aussi communiquer de manière exhaustive tous les avantages qu’elle accorde à ses propres applications et services sur l’App Store par rapport aux apps tierces. Spotify notait à ce sujet que la firme outrepassait elle-même une de ses règles interdisant l’envoi de notifications publicitaires (il y en a eu pour Apple Music et les nouveaux iPhone).

Le plan de la Commission européenne prévoit également de nouvelles voies de règlement des litiges, dont l’appel à un médiateur spécialisé. Pas de régulation en revanche concernant le montant des commissions, alors qu’un pavé a été jeté dans la mare des plateformes de distribution récemment.

Epic Games s’est attaqué à la forteresse Steam sur PC en proposant une commission supérieure aux créateurs de jeux (88/12 contre 70/30). « Même avec des développeurs qui reçoivent 88 % des revenus et Epic 12 %, [notre] boutique sera toujours une activité rentable pour nous », affirme Tim Sweeney, le patron d’Epic Games. Une offensive qui a poussé Steam à assouplir sa politique de répartition des revenus.


avatar a_y | 

>celles qui vendent des services ou des produits physiques (Amazon, Uber…).

Donc Spotify c’est pas un service ??

avatar moilechiennoir | 

Bonjour,

Juste pour information, est ce que quelqu’un sait si Amazon verse une commission sur les ventes de bien via son application iOS ?

Merci pour vos réponses.

Cordialement,

Le chiennoir

avatar vlsf1 | 

C'est dit dans l'article : non.

avatar moilechiennoir | 

@vlsf1

Merci pour ta réponse. Pardon, je n’avais pas bien lu l’article.

Cordialement,

Le chiennoir

avatar LeoNeyssi | 

Suffit qu’Apple Music son interface avec un meilleurs accès au dernières recherches et je dis bye bye a Sporify.

avatar marenostrum | 

Apple ne distribue pas gratos, les apps. Il faut payer 99 € par an.

avatar byte_order | 

Et acheter un mac. Et le renouveler.

avatar marenostrum | 

sur le mac pas besoin (encore pour le moment) de Apple pour livrer des apps, tandis que sur iPhone ou iPad y en a pas d'autres solutions. et pour faire installer ton app à tes clients, que tu les trouves par tes propres moyens, il faut payer chez eux 99€ par an.

avatar byte_order | 

Nan, ce que je voulais dire c'est que pour publier une app iOS, il faut payer un compte DevID pour pouvoir la publier *et* acheter un mac pour pouvoir la développer.

Ce n'est pas le cas pour d'autres plateformes.
On peut par exemple coder une app Android sur un PC windows, linux ou même un mac. L'achat d'une plateforme matérielle spécifique n'est pas imposée.

Et ne parlons pas du coût supplémentaire de tout un choix de techno proprio, entre le langage imposé, l'IDE imposé, etc, les temps et l'incertude sur la validation assez arbitraire,
tout ça, au final, en comparaison des coûts d'édition pour d'autres plateformes, cela fait une différence. On en arrive à ce que l'app iOS soit désormais moins prioritaire, et ça à terme cela nuit fatalement à la plateforme iOS.

avatar Doctomac | 

"Spotify ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans l'App Store"

Apple n'aurait pas pu faire meilleure réponse.

avatar coucou | 

Mais si ya moyen, regarde

"l'app store ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans cydia, le jailbreak et toutes les applications conçu par des sociétés autres qu'apple et qui ont fait son succès"

Yavait pas d'app store sur l'edge pour rappel. Il est arrrivé après, quand apple à volée le résultat du travail de développeurs a qui elle n'a pas reverser le moindre centime pour leur idée. :)

avatar Doctomac | 

Apple a volé je ne sais pas quoi, je n’arrive pas déchirer ces hiéroglyphes !

Tu peux encore essayer mais en écrivant en français ?

avatar Bigdidou | 

@Doctomac

« "Spotify ne serait pas ce qu'il est aujourd'hui sans l'App Store"

Apple n'aurait pas pu faire meilleure réponse. »

Je te propose pourtant la réponse exactement inverse.
Que seraient l’AppStore et iOS sans les acteurs majeurs que sont Spotify, Netflix et les autres ?
Qui va acheter en 2019 un smartphone sur l’OS duquel « quoi, y a même pas Netflix ni Spotify dessus » ?

avatar Doctomac | 

Il faut arrêter, ce n’est pas juste Spotify qui a fait le succès de iOS et de l’AppStore, loin de là !

Par ailleurs, que serait Spotify s’il n’y avait pas eu avant, le boum de la musique numérique avec iTunes Store ? Il n’existerait pas !

avatar Bigdidou | 

@Doctomac

« Il faut arrêter, ce n’est pas juste Spotify qui a fait le succès de iOS et de l’AppStore, loin de là ! »

Qui a écrit ça ‘à part toi) ?

« s’il n’y avait pas eu avant, le boum de la musique numérique avec iTunes Store ? »

Avec ou sans, il y aurait eu le boum de la musique numérique.
Et puis avec ce genre de raisonnement, Apple ne serait rien si on n’avait pas découvert le feu et doit tout à Zippo. Bref.

avatar Doctomac | 

« Qui a écrit ça ‘à part toi) ? »

Tu le sous-entends fortement :
« Que seraient l’AppStore et iOS sans les acteurs majeurs que sont Spotify, Netflix et les autres ? »

« Avec ou sans, il y aurait eu le boum de la musique numérique. »
Facile de dire cela après-coup. Le fait est que c’est Apple qui l’a permis et Spotify en profite pleinement maintenant.

« Et puis avec ce genre de raisonnement, »

C’est en fait ton raisonnement, je te cite encore :

« Que seraient l’AppStore et iOS sans les acteurs majeurs que sont Spotify, Netflix et les autres ? »

avatar byte_order | 

@Doctomac
> « Avec ou sans, il y aurait eu le boum de la musique numérique. »
> Facile de dire cela après-coup. Le fait est que c’est Apple qui l’a permis.

N'importe quoi.
La numérisation de la musique a commencé avec les CDs !

C'était inévitable qu'avec l'explosion des capacités de stockages et l'apparition de la mémoire flash que cette musique numérisée change de média de stockage. Et avec l'explosion de l'accès à Internet, que la distribution de contenu numérisé - et donc musique également - se dématérialise.

Les premiers baladeurs à mémoire flash n'étaient d'ailleurs pas des iPods.
La première plateforme de musique dématérialisée notable, cela a probablement été Napster. Légalement c'était clairement pas solide, mais techniquement, c'est bien là que le concept a suscité d'intérêt du grand public.

Quelqu'un aurait *fatalement* réussi à en faire un business de la vente dématérialisée plus florissant (ou plus légal) que d'autres.

Que cela soit l'iTunes Store, qui s'est imposé *via* à son intégration (et l'autopromotion, comme c'est pratique, comme cela ressemble à une autre pratique similaire si on change les noms...) dans l'application imposée (protocole de transfert propriétaire, comme par hasard) par Apple au consommateur pour y installer de la musique numérique. Et grace à un protocole et un DRM bien proprio, les a ensuite gardé captif de sa boutique (un autre déja-vu).

Mais on peut renverser l'argument : sans Spotify, l'industrie musicale ne se serrait pas ouverte à l'idée du streaming. Comment ? Quelqu'un aurait fatalement réussi à la faire, c'était inévitable ?!

Exact.
Précisément.

Apple a su convaincre l'industrie de *vendre* de la musique numérique.
Spotify a su convaincre cette même industrie de *louer* de la musique numérique.
Et c'est la mémoire flash et Internet qui a permis tout cela, car au final c'est bien le nouveau média de stockage qui a remplacé le CD.

Et ni Apple ni Spotify ne sont les inventeurs de la mémoire flash ou d'Internet.

Faut arrêter de regarder l'histoire qu'avec des lunettes de fan d'Apple.
Sinon faut appeler cela du marketing, pas de l'histoire.

> et Spotify en profite pleinement maintenant.

Vu le nombre d'année que cela a pris à Spotify de convaincre l'industrie de *louer* leur catalogue, ce "profit" n'a pas été ni automatique ni "plein" ni gratuit.

Je pense que vous confondez avec "Spotify profite pleinement d'un marché de consommateurs voulant louer de l'écoute de musique en mobilité", en fait.

Serriez-vous en train de dire que Apple est propriétaire des usagers de terminaux iOS !? Vous payez un abonnement à Apple pour utiliser votre iPhone, vous ? Vous devez le rendre si vous résiliez ?

Apple a créé une plateforme mobile. Mais elle la vend, elle ne la loue pas !

Apple n'est pas propriétaire "d'usagers", elle n'a aucun fondement pour justifier de monétiser l'accès aux propriétaires de terminaux iOS ni leurs usages, et pourtant, par laxisme ou aveuglement, on la laisse faire quand même exactement cela.

Comme on dit : follow the money.
Qui profite le plus, et dans des proportions sans comparaison, de la situation depuis 10 ans ? Qui annonce chaque année une progression record de ses bénéfices sur son AppStore, sur les services auto-promus par un produit vendu ?

Celui qui profite le plus d'une situation est celui qui fait le plus de profit, point. Apple fait des profits énormes depuis 10 ans, Spotify vient de publier son tout premier trimestre *bénéficiaire*.

Je laisse à chacun le soin d'en déduire qui profite et pourquoi.

avatar Doctomac | 

« N'importe quoi. La numérisation de la musique a commencé avec les CDs ! »

En fait, j’avais en tête la musique dématérialisée. Dans ce cas, oui, il n’y a aucun doute pour dire qu’Apple, iTunes Store et l'iPod en sont les pionniers.

Après, tu peux me parler d’inévitabilité, de prophétie et de « c’était écrit » mais factuellement, Apple a été l’architecte de la musique numérique dématérialisée et sans cela Spotify n’aurait pas existé.

avatar Bigdidou | 

@Doctomac

Je pourrais reprendre un à un tes arguments et les contrer.
Mais tu tournes en rond avec les procédés rhétoriques habituels du type borné ou de mauvaise foi (emphase et sur interprétation, cépamoiquidicétoi, citations tronquées).

Tu as tort, mais le principal, c’est que tu sois heureux de la situation.
Il faut des minoritaires extrémistes partout.

avatar Doctomac | 

gnagnagna,...ok, on a compris.

avatar byte_order | 

"Apple Music ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui sans Spotify."

Ou encore :

"Apple ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui sans Xerox."
"Apple ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui sans MusicMatch Jukebox."

Balle au centre.

avatar Doctomac | 

Quelle comparaison stupide.

Apple s’est inspiré de ce qui faisait à Xerox mais n’est reparti avec aucun code. Apple a ensuite développé entièrement son OS en apportant d’ailleurs des nouvelles idées et concepts. De même Apple sa propre application Apple Music et Apple a participé largement à démocratiser et à imposer la musique numérique avec itunes Store, bien avant l’arrivée de Spotify.

Dans notre cas, Spotify profite de manière passive d'une plateforme et toute son infrastructure et par conséquent, profite d’une exposition sans précédant sur l’AppStore et d’une distribution potentielle sans précédent sur des milliards d’iPhone. Je regardais encore la semaine dernière, Spotify faisait partie du classement des apps de l’année.

Et maintenant qu’Apple a lancé sa propre app de streaming, enfin il y a 3 ans quand même (Spotify se réveille et découvre une concurrence déloyale juste aujourd’hui), Spotify va pleurer devant les inquisiteurs européens.

avatar byte_order | 

@Doctomac
> démocratiser et à imposer la musique numérique avec itunes Store

Nettement moins que Napster. L'idée même de ne plus aller dans un magasin physique mais d'aller sur une plateforme interne pour la musique, cela n'a pas commencer avec iTunes Store.
Mais c'est sur qu'en imposant dans son application propriétaire pour installer du contenu sur son iPod un service d'achat - et uniquement le sien, pardi - tout en refusant de permettre d'installer quoi que ce soit d'autre venant d'autres sources, cela aide bien.

> Dans notre cas, Spotify profite de manière passive d'une plateforme et
> toute son infrastructure

L'infrastructure ici c'est ses serveurs, Internet et le réseau mobile. Qui n'appartient en rien à Apple.
Le seul truc qui passe par Apple, c'est l'installation d'une centaine de mégaoctets de l'app cliente, et cela parce que Apple l'impose de force, y compris aux propriétaires de terminaux iOS qui n'appartiennent pourtant donc plus à Apple.

> des milliards d’iPhone

Le pluriel démarre à 2. Il me semble qu'on en est pas encore là.
Et s'il y a bien plus d'un milliard d'iPhone, il y a plus encore d'autres plateformes mobiles, qui ne doivent rien à Apple.

> Spotify faisait partie du classement des apps de l’année.

Preuve que le *service* de Spotify est populaire, l'app n'étant qu'une app cliente, le service lui est intégralement géré par Spotify : l'achat des droits, les coûts serveurs, la R&D etc. Le support par Apple du téléchargement des quelques megaoctets de l'app cliente de Spotify représente rien comme *gain*, d'autant qu'il est imposé avec des conditions créant une concurrence déloyale avec Apple Music.

> Et maintenant qu’Apple a lancé sa propre app de streaming, enfin il y a 3 ans quand
> même (Spotify se réveille et découvre une concurrence déloyale juste aujourd’hui),

Pas juste aujourd'hui, non. Suivez mieux l'actualité sur le sujet, ils ont déjà lancer l'alarme y'a plus d'un an.

> Spotify va pleurer devant les inquisiteurs européens.

Oh, du name-calling.
Quand un commissaire lance une enquète, vous le traiter aussi d'inquisiteur !?

Parce que vous, vous comptez sur Apple pour défendre vos intérêts de consommateur peut être ? Et cela marche bien ? Vous pouvez faire jouer pleinement la concurrence sans devoir tout racheter ?

avatar Doctomac | 

« L'infrastructure ici c'est ses serveurs, Internet et le réseau mobile. Qui n'appartient en rien à Apple. »

Non Apple propose une plateforme qui affiche, promeut, sécurise, rend disponible, met à jour, une application donnée. Ce n’est pas juste des serveurs et internet.

« Le pluriel démarre à 2. Il me semble qu'on en est pas encore là. »

Relativise comme tu veux, Spotify a bénéficié d’un marché de plus d’un milliard d’iPhone (le milliard avait été atteint en 2016). Là aussi, c’est factuel.

« Preuve que le *service* de Spotify est populaire, l'app n'étant qu'une app cliente, le service lui est intégralement géré par Spotify »

Bien pour des gens qui subissent une concurrence déloyale, ça se passe plutôt bien.

« Pas juste aujourd'hui, non. »
La plainte auprès des inquisiteurs européens n’arrive que 3 ans après le lancement d’Apple Music. Là encore, c’est factuel.

« Parce que vous, vous comptez sur Apple pour défendre vos intérêts de consommateur »

Je ne te demande pas à Apple de défendre mes intérêts de consommateur.

avatar vlsf1 | 

Apple a des arguments justes : oui, ils offrent gratuitement une plateforme qui permet aux apps de gagner de l'argent. Faire tourner l'App Store coûte une fortune. Gérer les paiements demande une infrastructure, pour la sécurité et le bon fonctionnement des transactions. On pourrait dire qu'une app pourrait inclure sa propre méthode, mais ça serait un désastre pour Apple, puisque cela compliquerait la sécurité. Sur ce point Apple suit sa ligne et ils ont raison.

Apple marque aussi un point en rappelant que Spotify reverse très peu d'argent aux artistes... Spotify est mal placé pour parler d'équité.

Je considère que la commission est justifiée, pour plein de raisons. Mais je trouve aussi que les mesures prévues par la Commission Européenne sont très bonnes, pour garantir une meilleure équité.

Apple a aussi raison en rappelant que Spotify accepte des commissions similaires avec d'autres partenaires. En fait, pour moi le seul truc à changer, ce serait le montant de cette transaction. 30% la première année, c'est très élevé. Apparemment certaines apps ont négocié un taux particulier avec Apple... Je ne sais pas quel serait le bon montant, mais je trouve une commission justifiée sur le principe.

avatar byte_order | 

> ils offrent gratuitement une plateforme qui permet aux apps de gagner de l'argent.

Gratuitement !? La taxe sur les recettes, c'est 0% en fait ?
Offrent !? Les iphones sont offerts !?

Faite un effort sur la sémantique, les mots ont un sens, et rien ici n'est offert ni gratuit, contrairement à votre affirmation. Apple n'est pas devenue immensément riche en offrant quoi que ce soit, soyez pas naïf. Même en plein antennagate elle n'offrait pas les coques siliconnes dites youholditwrong, tout juste remboursait-elle celles déjà acheté par le client pour résoudre le pb le cas échéant.

Par ailleurs, ce n'est pas l'application Spotify pour iOS qui génère de l'argent pour spotify, mais l'infrastructure de streaming et le catalogue de contenu que Spotify achète et qu'elle loue à ses abonnés. Hors ça, Apple n'y contribue en rien.

La seule chose que Apple contribue à Spotify, c'est de l'autoriser (ou pas) à distribuer une application native pour les terminaux iOS dont la propriété n'est pas la sienne.
C'est la "valeur ajoutée" d'Apple. La plateforme iOS en elle même n'offre rien de radicalement exclusif qui ne permettrait le service Spotify d'une manière particulièrement plus intéressante pour Spotify. C'est même à ce jour l'exacte inverse : cette plateforme lui pose plus de contraintes que d'autres.

Dans d'autre domaine, on appellerait cette "valeur ajoutée" un racket. C'est même pas une taxe ni un péage, car cela sous-entendrait que celui qui l'exige possède, au sens juridique, la propriété sur laquelle des droits d'accès sont exigés. Non, ici, c'est un verrou chez autrui dont la clé est dans la poche d'Apple qui lui permet d'exiger un droit d'entrée chez autrui.

> Faire tourner l'App Store coûte une fortune

Où sont les chiffres prouvant ces coûts énormes ?
Et par ailleurs, en quoi cela doit être le problème des consommateurs et des fournisseurs les coûts internes d'Apple ?!
Depuis quand les consommateurs et les fournisseurs sont là pour assumer les dépenses internes d'Apple, d'autant plus quand ils n'ont aucun pouvoir de décision pour les réduire ?

> Gérer les paiements demande une infrastructure, pour la sécurité et le bon
> fonctionnement des transactions.

Il se trouve que Spotify, Netflix et autres fournisseurs de service par abonnement ont tous *déjà* cette infrastructure chez eux, qui fonctionne tout aussi bien, vu qu'ils ont (plus) des clients sur d'autres plateformes pour qui cette infrastructure est utilisée en lieu et place de celle imposée de force par Apple pour les abonnés sur terminaux iOS.

> On pourrait dire qu'une app pourrait inclure sa propre méthode,
> mais ça serait un désastre pour Apple,

En quoi c'est le problème du propriétaire du terminal iOS ou le fournisseur d'un service en ligne ?

> puisque cela compliquerait la sécurité.

Hein !?
Prouvez-nous que les abonnées à Spotify, Netflix et autres services par abonnement payant sur les autres plateformes que celle d'Apple rencontrent de grave problème de sécurité de paiement avant d'affirmer un tel truc.
Je n'ai connaissance d'aucune preuve permettant de l'affirmer.

Merci de ne pas confondre argument marketing avec argument objectif.

C'est la "sécurité" de la rente financière d'Apple qui serait plus compliquée, c'est tout.
Y'a des milliards de transactions qui se font *sans* l'intermédiaire d'Apple, et le monde hors Apple n'est pas un vaste far west pour autant.

> Apple marque aussi un point en rappelant que Spotify reverse très peu d'argent aux artistes...

Ohhhh. J'en ai presque des larmes aux yeux.
Le iTunes Store d'Apple reversait combien aux artistes, déjà ?

Je cite :
https://www.clubic.com/mag/actualite-738671-spotify-taylor-swift-remuneration-artistes-question.html

Pour un abonnement mensuel payé 9,99 euros : 6,54 euros seraient reversés aux intermédiaires (70 % aux producteurs (4,58 euros, et c'est pas pour Spotify, ça, hein!), 30 % à la plateforme de musique (soit 1,96 euros), 1,99 euro pour l'État (TVA), 1 euro pour les droits d'auteur, enfin les artistes écoutés se partageraient 0,46 euro.

J'invite donc les artistes a se préoccuper de pourquoi leurs producteurs captent 10x fois plus qu'eux avant de râler que Spotify capte 4x plus que eux.

Certes, 4x c'est trop pour *distribuer* à des millions de consommateurs, mais 10x cela l'est encore plus pour seulement produire la copie initiale. Sachant que la promotion est de plus en plus assurée par la plateforme de streaming elle même, via les playlists et le profiling...

avatar vlsf1 | 

@byte_order

Beaucoup d’amalgames. Evidement que l’App Store coûte une fortune. La bande passante pour les millions de Go par jour, c’est monstrueux.

Et oui, Apple a UN système sécurisé, simple, rapide et fiable, dont les apps bénéficient. Et evidement que pour la sécurité c’est mieux qu’avoir un système par app.

avatar rikki finefleur | 

Si Appstore coûte un fric monstrueux en bande passante, que dire de youtube et de ses videos a gogo..
Il faut arrêter de prendre les gens pour des jambons.
D'autant plus que dans bien des cas les fichiers ne resident pas sur les serveurs d'Apple mais sur d'autres serveurs comme c'est le cas pour dropbox , spot..etc.. Apple ne fait qu'encaisser les commissions.

Bref arrêter de croire tout ce que dit Apple et son staff , ce n'est pas Cook qui disait que tout était légal concernant ses impôts , et pourtant la boite s'est fait redressé combien de fois ?
Ben oui Cook a menti...
Il y a une différence entre ce qui est , et ce qu'ils disent..
Tout le monde n'est pas un jambon.

avatar vlsf1 | 

@rikki finefleur

Ben oui, YouTube coûte une fortune. Je crois que leur première année dans le vert a été 2017

avatar Domsware | 

@rikki finefleur

Ah ah ah ! Puisque ce n’est pas sûr les serveurs d’Apple alors c’est moins cher !

avatar byte_order | 

@Domsware

De toute façon, Apple n'héberge pas la musique streaming par Spotify. Alors quand bien même les coûts d'infrastructure de Spotify pour streamer un catalogue de musique serait plus élévé que les coûts d'infrastructre d'Apple pour distribuer des apps iOS, c'est comme comparer des oranges et des pommes.

Le jour ou Apple prendra à son compte les coûts de streaming du contenu de Spotify en compensation de ses conditions tarifaires, on pourra reparler si cela vaudra alors 30% des recettes.

Mais là, c'est pas pertinent.

avatar byte_order | 

@vlsf1
> Evidement que l’App Store coûte une fortune. La bande passante pour les millions de Go
> par jour, c’est monstrueux.

Et ?
Pourquoi cela justifie d'imposer son coût à tout le monde, en particulier à des acteurs qui gère une bande passante encore plus importe (et Spotify en fait partie sans aucun doute), qui peuvent parfaitement encaisser les quelques millions en plus du téléchargement de *leur* app.

> Et oui, Apple a UN système sécurisé, simple, rapide et fiable, dont les apps bénéficient.

Au prix d'une commission imposée.
C'est une définition assez étrange du bénéfice.

Vous bénéficiez d'un salaire versé par votre employer via *SON* système de paiement sécurisé, simple, rapide, mais il l'ampute de 30% et vous ne pouvez pas vous faire payer autrement. C'est une situation bénéficiaire pour vous !?

Par ailleurs, les autres plateformes de paiement en ligne ont elles aussi des systèmes sécurisés, simple, rapide et fiable, y'a qu'à voir Amazon (qui doit concentrer la plus grosse part des paiements électroniques de nos jours). Pourtant, oh, bizarre, Amazon n'a pas imposé *sa* plateforme.

> Et evidement que pour la sécurité c’est mieux qu’avoir un système par app.

Les transactions chaque jour faite sur d'autres plateformes prouvent que cela ne fait aucune différence. Le système bancaire, les assurances, la réglementation sur les achats en ligne, les plateformes de paiement en ligne concurrentes font exactement pareil, mais sans l'imposer à tous par un abus de contrôle après vente sur une plateforme *vendue*.

avatar Lemmings | 

"Spotify veut garder tous ces avantages tout en conservant 100 % des revenus."

Ils ont jamais demandé ça... Ils disent juste, à juste titre, que :
1) 30% (voire même 15% au bout d'un an) c'est trop et en toute franchise ils ont bien raison là dessus.
2) Que Apple Music, un service concurrent, n'a pas cette "taxe" et peut faire payer 30% moins cher...

avatar malcolmZ07 | 

@Lemmings

1) je suis pas d'accord avec ce point
Ça drop a 15% après un an, qu'elle est la politique des opérateurs et des autres partenaires/market ?
Connais tu les coups de maintenance de l'Apple store ?

avatar Lemmings | 

@malcolmZ07 : 15% ça reste énorme et peu de gens vont accepter de payer 30% de plus la première année pour en bénéficier, je pense sincèrement que peu de gens bénéficient des 15%...

Je ne connais pas les coûts (et non les coups :D) de maintenance de l'AppStore mais je ne suis franchement pas inquiet pour Apple là dessus... Ils gagnent des milliards et sans l'AppStore personne n'achèterais un iPhone alors bon...

La majorité des revenus sont fait par les achats d'applications et l'in-app sur les bonus dans les jeux vidéos... Je pense sincèrement que le % de revenus tirés des abonnements Spotify ou Netflix doit être vraiment limité au global.

avatar byte_order | 

@malcolmZ07
> Connais tu les coups de maintenance de l'Apple store ?

Et vous ?
C'est bien beau de clamer qu'ils ont des coûts, mais sans transparence sur le sujet, Apple et ses fans peuvent tout autant affirmer qu'ils sont énormes ou au contraire hyper optimisés (le crédo des fans étant l'ADN de l'optimisation d'Apple, je penche de ce côté).

Au final, c'est pas le problème du consommateur ou du fournisseur de savoir si tel magasin a des coûts internes énormes ou pas.
Cela le devient *uniquement* quand ils ne peuvent pas faire jouer la libre concurrence, et que donc ces coûts peuvent leur être reportés arbitrairement, sans moyen de s'y opposer.

avatar Domsware | 

@Lemmings

1/ d’où tiens-tu qu’Apple Music ne paye pas les 30 %
2/ Sur la plateforme Spotify, Apple payé pour faire la promotion de ses produits. Spotify ne paye pas.

Alors où se situe le problème ? Doit-on interdire à Apple d’avoir des produits en concurrence avec d’autres produits sur son magasin ?

avatar Lemmings | 

@Domsware : tu le fais exprès ou tu piges pas ?

Apple Music : Abonnement à 9,99 euros/mois + 0 euros de frais de paiement Apple = 9,99 euros.
Spotify : Abonnement à 9,99 euros/mois + 2,99 euros de frais de paiement Apple = 12,98 euros

Tu vois le souci ou pas ? :D

avatar malcolmZ07 | 

Je pense que les règles d'abonnement devrait être améliore oui, Mais Spotify ment clairement sur beaucoup de point (voir vidéo).
Curieux que tout le monde resté bloqué sur une seule phrase.

avatar stephs30 | 

tout ca c'st du vent ... et les grand juriste qui disent n'importe quoi ici ... n'int qu'a créer leur propre store .... et on verra derrière le résultat ....

avatar byte_order | 

@stephs30
> n'int qu'a créer leur propre store ....

Chiche !
C'est pas comme si y'avait que Apple qui savait faire un store dématérialisé, hein.

> et on verra derrière le résultat ....

Apple interdira l'accès à ce store depuis les terminaux iOS, qui ne lui appartiennent pourtant plus.
Comme elle le fait *déjà*.

Répondre "vous n'avez qu'à le faire vous même" alors que c'est Apple qui refuse totalement, justement, cette mise en concurrence, c'est assez fort du chapeau !

avatar guiom2510 | 

Apple vise juste. Il aurait même pu rappeler que sans l’iphone il n’y aurait pas eu de spotify. Il faut rappeler aussi que au départ le motif pour pousser à l’abonnement payant etait de pouvoir l’utiliser sur iphone...

avatar coucou | 

"Il aurait même pu rappeler que sans l’iphone il n’y aurait pas eu de spotify."

Humm... vérifions ça...

D'un côté on a "Spotify est un logiciel développé depuis 2006 [...] Spotify fut lancé pour un accès public le 7 octobre 2008" (avant fallait une invit') + "In 2007, just after launch, the company made a loss of 31.8 million Swedish kronor ($4.4 million)"

Et de l'autre "L'App Store est un magasin d'applications distribué par Apple [...] depuis le 11 juillet 2008, avec iPhone OS 2.0."

Donc spotify aurait eu, des années avant la sortie de l'app store et même avant le 1ier iphone, eu accès à toute la partie logicielle nécessaire pour créer et distribuer son application pour ios alors que le store n'existait même pas ?

Et en plus tellement qu'apple est trop balèze, elle a permit à spotify d'avoir une perte de +4 millions de $ graçe à une application du store qu'aucun appareil sous ios ne pouvait récupérer ?

Le fait que c'était dispo sur les navigateurs web et avec un client windows n'ont absolument rien à voir avec ça, spotify n'existe que graçe à l'altruisme d'apple. Tout ce qu'il pourrait être antérieur à la période app store n'est qu'un mythe mensonger créer par les haters complotistes, cela va de soit. :)

avatar marenostrum | 

ça sert à rien de s'élargir pour noyer le débat comme le fait Apple. c'est simple, Apple vend de la musique pareil que Spotify, mais ce dernier doit augmenter le prix pour les clients de App Store. ce qui lui fait perdre des clients qui vont chez Apple, parce que plus facile, c'est intégré dans le système leur app. c'est tout.

et iPhone ou Mac c'est la même chose. même sur Mac Apple te renvoie dans sa boutique.

avatar Domsware | 

@marenostrum

Spotify ne doit pas augmenter les prix : il choisit de le faire. Et rien ne l’y oblige.
C’est un mensonge de dire que l’augmentation répercute la commission prise par Apple. Puisque Spotify ne baisse pas dans le même temps du montant du gain obtenu par l’utilisation des services d’Apple : gestion de la boutique, coût d’obtention/maintien du client...

avatar byte_order | 

@Domsware
> Spotify ne doit pas augmenter les prix : il choisit de le faire. Et rien ne l’y oblige.

Tout comme quand Apple choisi de répercuter les hausses de coûts sur ses tarifs.
Rien ne l'y oblige.
Sauf la recherche du profit.
Pourquoi cette recherche serait moins légitime pour Spotify que pour Apple !?

Et quid du fait que *seul* Apple Music ne subit pas cette ponction de 30% sur ses recettes ? Apple Music n'entraine pas des coûts de maintenance sur la plateforme AppStore, comme n'importe quelle app à distribuer, promouvoir et mettre à jour ? La maintenance de la plateforme de paiement d'Apple coûte moins quand c'est une transaction avec Apple Music ?

> Spotify ne baisse pas dans le même temps du montant du gain obtenu par l’utilisation
> des services d’Apple : gestion de la boutique, coût d’obtention/maintien du client...

Gestion de la boutique !? Depuis quand Spotify a besoin d'une boutique ? Elle ne vend pas des applications, elle loue l'accès à son service. L'application d'accès est elle gratuite, sur toutes les plateformes.

Et pour distribuer des milliards de giga de musique ils y arrivent sans l'aide d'Apple, mais pour distribuer les quelques millions d'octets quelques fois à chaque nouveau abonné, ils ne sauraient pas faire !?

> coût d’obtention/maintien du client...

Un coût exorbitant quand Apple en plus pousse les mêmes clients à switcher sur son propre service, concurrent : Apple ne maintient pas les clients de Spotify, elle fait tout pour au contraire les capter pour elle. Ce n'est plus un coût pour capter et garder des clients, c'est un coût pour se les faire voler.

avatar rikki finefleur | 

Je crois que bientot on va devoir s'agenouiller devant ce conglomérat..

avatar themasck | 

Spotify pleurniche mais n’arrive pas à vendre ses 30 secondes de pub aux annonceurs. Dezzer y arrive mieux .
C’est un fait les web applications ne fonctionnent pas ,c’est pour cela que spotify a bloqué l’ecoute Depuis un ordinateur contrairement à Dezzer.
L’iphone Représente 20% du marché mais ses possesseurs sont plus enclins à mettre là main à la poche contrairement à Androïde et ces applications crakés qui font le beurre de Google .

avatar byte_order | 

@themasck
> spotify a bloqué l’ecoute Depuis un ordinateur contrairement à Dezzer.

Euh... source ?

J'écoute Spotify au boulot, sur un PC, depuis leur web app, et ce sans aucun problème.
Sous Linux comme sous Windows.

> L’iphone Représente 20% du marché mais ses possesseurs sont plus enclins à
> mettre là main à la poche

C'est pas comme s'ils avaient le choix de toute façon : ils n'ont accès qu'à un seul magasin. Qui prend 30% sur chaque vente ou abonnement. Forcément que ce sont eux, les clients, qui payent d'une manière ou d'une autre cette commission sur chaque transaction.

Rien ne dit que s'ils avaient le choix du magasin, ils continuerait à être autant enclin à payer le niveau de prix qu'ils connaissent actuellement dans leur unique magasin imposé.

Par exemple, entre s'abonner à 12,99€ à Spotify via l'AppStore et s'abonner à 9,99€ mais via un autre magasin ou plateforme, combien continuerait à payer le prix fort à votre avis !?

C'est facile de tirer plus d'argent quand vous imposez votre magasin comme le seul autorisé a être fréquenté par les clients...

> contrairement à Androïde et ces applications crakés qui font le beurre de Google .

Ah mince, j'avais pas vu que je répondais à quelqu'un qui s'amuse encore à soit-disant débattre en utilisant des Micro$oft, Samsoul, Androïde et autre petits noms.
Si j'avais su...

avatar themasck | 

@ byte_order
Spotify a bloqué la possibilité d'écoute sur Safari mais demande de télécharger son application sur l'apple store (sous mac). a quoi comparer l'apple store si ce n'est a Android (correcteur orthographique)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR