Apple soutient trois projets d’éducation aux médias

Anthony Nelzin-Santos |

Alors que la Semaine de la presse et des médias dans l’école bat son plein, Apple annonce son soutien à trois projets d’éducation aux médias. Aux États-Unis, elle épaulera le News Literacy Project et Common Sense Media, tandis qu’en Italie, elle financera l’Osservatorio Permanente Giovani-Editori. À quelques jours de la présentation d’une nouvelle mouture d’Apple News, la firme de Cupertino veut « encourager la pensée critique et permettre aux étudiants d’être mieux informés ».

Image Apple.

« L’éducation aux médias est indispensable à la liberté de la presse et à la prospérité de la démocratie », dit Tim Cook, « nous avons été impressionnés par l’important travail réalisé par News Literacy Project, Common Sense et l’Osservatorio, qui permet aux jeunes d’être des citoyens actifs et engagés. » Apple annonce qu’elle « soutiendra » ces trois organisations, mais ne précise ni la portée ni la nature de son engagement.

Fondé il y a onze ans par Alan Miller, reporter au Los Angeles Times et lauréat du prix Pulitzer, le News Literacy Project est l’un des plus grands projets américains d’éducation aux médias. Il développe notamment Checkology, une « classe virtuelle » d’apprentissage de la vérification des sources, suivie par plus de 124 000 étudiants à travers les États-Unis.

Apple rejoint la longue liste des soutiens du News Literacy Project, qui compte les plus grands journaux américains et quelques journalistes, plusieurs fondations dont la Knight Foundation dédiée aux médias, et même Facebook et Sonos. « Nous sommes reconnaissants envers l’engagement d’Apple dans le combat contre la désinformation, en faveur d’un journalisme de qualité », dit Alan Miller.

Avec son Digital Citizenship Curriculum, qui mêle l’éducation aux médias avec l’éducation civique, Common Sense s’adresse aux écoliers. Son programme est maintenant étudié dans la moitié des écoles américaines. « Nous devons aider nos étudiants non pas seulement à chercher des informations véridiques, mais aussi à penser le monde des médias et des idées de manière critique », dit James P. Steyer, fondateur de Common Sense :

Apple partage notre objectif, celui d’élever une génération d’enfants qui deviendront des étudiants, des meneurs et des citoyens accomplis dans notre âge numérique. Common Sense est enchantée de faire partie de ce projet important.

L’Osservatorio Permanente Giovani-Editori, enfin, peut être considéré comme le pendant italien du Clémi français. Tim Cook y était intervenu en 2017. « À une époque où les infox se répandent, nous ne pouvons pas nous résoudre à l’idée que les services de vérification de tierce partie sont la seule manière de juger du sérieux des sources d’information », dit Andrea Ceccherini, le fondateur de l’Osservatorio, dans une référence à peine voilée à Facebook et Google.

Du pain bénit pour Lauren Kern, « rédactrice en chef » d’Apple News, qui « s’engage à mettre en avant le journalisme de qualité fourni par des sources de confiance. » « Nous sommes ravis de soutenir ces organisations importantes, afin qu’elles forment la nouvelle génération à la recherche d’informations fiables et précises dans ce paysage médiatique toujours plus complexe. »

avatar koko256 | 

Tiens, un concept d'iPhone pliable... 🤥

avatar 0MiguelAnge0 | 

@koko256

Curieux graphisme d’Apple alors que 2 de ces féroces concurrents viennent de dévoiler en fanfare leurs phones pliables...

avatar max351 | 

"Encourager la pensée critique"...

avatar sensass | 

Unique plutôt. La liberté de la presse est de plus en plus restreinte et il suffit de le voir avec les censures YouTube., Facebook et autres.
Je ne sais pas comment fonctionnera Apple News mais je pense bien que la pensé unique sera de mise...

avatar macbookpro2016 | 

@sensass

+1 la lobotomie des cerveaux va être de plus en plus oppressante

avatar Derw | 

Sûrement un coup des illuminatis ! Heureusement que nous sachons !

avatar fousfous | 

@macbookpro2016

Donc apprendre aux gens à faire la différence entre une vrai et une fausse info c'est de la lobotomie?

avatar sensass | 

@fousfous

Oui quand ça vient de certains qui prônent tout genre d'égalité, mais dès que ça devient sensible, ces principes mêmes s'effritent. En un mot de l'hypocrisie.
Je doute par exemple qu'on aura un jour accès à certains médias dissidents sur Apple News.

Et puis, il suffit de voir ces projets de lois pour censurer certains sites internet car justement ils ne véhiculent pas la pensée unique. Ca a bien commencé avec celle contre les fake news. Des menteurs qui veulent te dire qui ment et qui ne ment pas. C'est drôle.

avatar Derw | 

@ sensass

« Je doute par exemple qu'on aura un jour accès à certains médias dissidents sur Apple News. »
Qu'est-ce qu'un média dissident ?
Par ailleurs, Apple News sera un agrégateur. Un agrégateur fonctionne avec des algorithmes qui obéissent à des règles créées par des êtres humains (donc partiales). Par conséquent Apple News sera partial. Comme tous les agrégateurs de contenu… Où est le problème ? C'est le principe, il est connu (enfin il devrait l'être), et s'il ne convient pas à l'utilisateur il peut trouver l'info ailleurs. En ce qui me concerne, il y a peu de risques que j'utilise Apple News, mais pas plus que n'importe quel autre agrégateur…

« la pensée unique »
Ça, c'est un fantasme de complotiste. La pensée unique n'existe pas :
- Les journaux et encore plus internet proposent des opinions aussi variées que Mediapart et Valeurs Actuelles. Même les platistes ont tribunes !
- Un groupe de personnes qui se rassemblent pour proximité d'opinions (comme un parti politique) n'a pas une pensée unique (sinon, il n'y aurait pas de débat dans les partis politiques).
- Une personne unique n'a pas une pensée unique.

« Des menteurs qui veulent te dire qui ment et qui ne ment pas. C'est drôle. »
Qui détermine qu'un tel est menteur ? Est-ce que ce juge suprême s'appuie sur son ressenti, ses croyances, des preuves scientifiques… ?

avatar sensass | 

Toi tu es trop dans des débat du type : être ou ne pas être.
Les faits sont là.

1-Qu'est-ce qu'un média dissident ?
Un média qui n'est pas en accord avec les médias classiques de masse qui chantent tous la même musique. Evident quand tu comprends qu'il n'existe que 4 agences de presse mondiales qui elles aussi chantent toutes la même musique.

2-Par conséquent Apple News sera partial. Comme tous les agrégateurs de contenu… Où est le problème ?

Bah quand on parle d'égalité à tout va, autant l'appliquer quand il s'agit de liberté d'expression. Je voudrais bien voir si certains médias dissidents auront leurs places à côté des médias mainstream.

3-« la pensée unique » Ça, c'est un fantasme de complotiste.

Oui bien sûr et les lois anti fake news sont là pour faire jolies.
C'est pour ça qu'on a toujours les même infos avec tous les médias mainstream. Et que dire des lois qui t'imposent la pensée unique sur certains événements de l'Histoire. Car si tu conteste, c'est la punition.

avatar Derw | 

@sensass
« Un média qui n'est pas en accord avec les médias classiques de masse qui chantent tous la même musique. »

Mediapart, le Monde, le Figaro et Valeurs Actuelles sont des médias classiques et pourtant il jouent des musiques différentes…

« Je voudrais bien voir si certains médias dissidents auront leurs places à côté des médias mainstream. »

Surement que non. Déjà parce qu'Apple News devra probablement rapporter de l'argent et que les médias minoritaires n'en rapporteront pas. Et aussi, pour des raisons de censures morales qu'Apple revendique déjà (pornographie…).

« Oui bien sûr et les lois anti fake news sont là pour faire jolies. »

Non, elles sont là pour empêcher la diffusion de rumeurs et d'informations fausses ou non vérifiées.

« C'est pour ça qu'on a toujours les même infos avec tous les médias mainstream. »

Ce n'est pas mon cas. J'ai des infos variées et pourtant je ne vais pas les chercher dans des médias particuliers.

« Et que dire des lois qui t'imposent la pensée unique sur certains événements de l'Histoire. Car si tu conteste, c'est la punition. »

Je pense ce que je veux des événements historiques. Par contre, si je veux m'exprimer en place publique sur le sujet, je pense que je devrais pouvoir prouver ce que j'avance. Par exemple, si je sors un livre défendant la théorie que la révolution française à été téléguidée par les musulmans pour déstabiliser l'Europe je pense logique d'être "puni" comme tu dis si je n'ai aucune preuve…

avatar sensass | 

Curieusement je les ai entendu tous à l'unisson défendre le même candidat (Macron) lors des élections présidentielles. C'est ce qu'on appelle de l'objectivité journalistique et de l'impartialité totale (j'ironise).
Mais comme tu m'as l'air d'être un bon produit du système, tu ne vois pas cette pensée unique.

"Non, elles sont là pour empêcher la diffusion de rumeurs et d'informations fausses ou non vérifiées."
Donc d'un menteur tu attends qu'il te dise qui ment. Bravo.

En Histoire, il n'y a pas de pensée unique, c'est sujet à interprétation car justement on découvre encore de nouvelles preuve sur tel ou tel évènement. Si maintenant des lois empêchent les historiens de faire leur boulot. Ou va-t-on.
Je rajouterais que dans un pays où soit disant l'égalité prime et que je ne puisse pas dire ce que je veux de l'histoire en place public, là aussi c'est du délire.

Bref tu as des œillères.

avatar Derw | 

@ sensass
« Curieusement je les ai entendu tous à l'unisson défendre le même candidat (Macron) lors des élections présidentielles »

Faux. France Inter ne défendait pas Macron. Quant à Médiapart, l'Humanité et Valeurs Actuelles, à vérifier, mais je suis quasiment sûr qu'ils ne le défendaient pas non plus (tout du moins pour le premier tour, pour le second, à part Valeurs Actuelles, effectivement ils ont dû le défendre par défaut).

« Donc d'un menteur tu attends qu'il te dise qui ment. Bravo. »
Ton assertion est naïve. Elle part du postulat manichéen qu'il y a des menteurs qui mentent tout le temps et des gens honnêtes qui ne mentent jamais. Dans la vrai vie, tout le monde ment ou dit la vérité à tour de rôle. Les seules questions qui comptent sont : cette affirmation est-elle vérifiable ? Si non, qui me la donne et quelles sont ses motivations ?

Les lois anti-fakes news sont là pour obliger les personnes qui affirment quelque chose à avoir des preuves de ce qu'ils avancent… Ce qui me semble tout à fait normal et devrait être la norme sans lois.

« En Histoire, il n'y a pas de pensée unique, c'est sujet à interprétation car justement on découvre encore de nouvelles preuve sur tel ou tel évènement. »

On est d'accord.

« Si maintenant des lois empêchent les historiens de faire leur boulot. »

Quelle lois s’il te plaît ?

« Je rajouterais que dans un pays où soit disant l'égalité prime et que je ne puisse pas dire ce que je veux de l'histoire en place public, là aussi c'est du délire. »

Ha ! Le pointilleux problème de la liberté d'expression. C'est une question éminemment philosophique qui ne peut avoir de réponse absolue. En tout cas, pas pour moi. Le problème est que l'expression d'une idée peut entraîner des conséquences parfois terribles (cf. le massacre dans les mosquées en Nouvelle-Zélande). Peut-on laisser quelqu’un affirmer une théorie haineuse sans preuve sous le principe de la liberté d'expression ? (je n'ai pas la réponse à cette question)

« Bref tu as des œillères. »

Certes, mais pas plus que toi.

avatar sensass | 

Aucun grand media n'égratignait vraiment Macron. Soit objectif, la grande majorité des médias sont détenus par une poignée d'homme. Donc question neutralité et objectivité on repassera.

Va voir la loi Gayssot Fabius par exemple et on en reparle.

avatar Derw | 

"Aucun grand media n'égratignait vraiment Macron."

Pourtant, moi-même, lors des élections, je combattais l'arrivée de Macron auprès de mes proches, en m'appuyant sur des infos que j'avais obtenues dans les média courants.

"Soit objectif, la grande majorité des médias sont détenus par une poignée d'homme."

Justement, je suis objectif et ne fais pas de procès d'intention. Certes, la situation des médias en France, détenus par des magnas, pose des questions sur leur partialité. C'est pourquoi je suis vigilant. Pour l'instant, ce sont surtout les médias détenus par Bolloré qui ont perdu du crédit (et un peu ceux de B. Arnault). Mais cela n'empêche pas que même eux peuvent avoir des infos et des reportages crédibles (ceux qui ne vont pas contre les intérêts du patron). Et je préfère un média partial dont je connais la partialité qu'un média qui se dit impartial (ce qui est de toute façon impossible) et dont je ne connais rien.

"Va voir la loi Gayssot Fabius par exemple et on en reparle."

Oui, cette loi est un problème. Il y en a d'autres qui ne me plaisent pas dans plein d'autre domaine… Mais tant qu'on est en démocratie on peut garder l'espoir qu'elles évolueront.

Pour revenir sur "la pensée unique", c'est un leurre qui ne correspond pas à la réalité beaucoup plus complexe du monde. Et regarder le monde avec ce filtre génère du coup aussi des fake-news (cf. la rumeur chez les Gilets Jaunes suite à l'attentat à Strasbourg)…

avatar Theluxurywatch | 

Ce dont les gilets jaunes auraient bien besoin ...

avatar fousfous | 

Tiens les complotistes sont de retour à râler sur la "censure" alors que c'est ceux là qui essayent de bloquer tout ce qui ne leur plait pas.

Donc très bonne initiative d'Apple, il faut luter contre les "faits alternatifs".

avatar rikki finefleur | 

alternatif ? Alternatif à quoi..

avatar Mike Mac | 

Alternatifs à la pensée de foufous.

Pourtant plus il y a de foufous plus on rit , c'est bien connu !

Pourtant tout n'est que mensonge et illusion.

Tiens, par exemple, dans son dernier livre, Philippe de Villiers remet en lumière une Europe dont les pères fondateurs ont été rémunérés par les US.A. d'Amérique. Lesquels voulaient une Europe en déversoir commercial pour leurs produits, et plus facile à contrôler que tous ces états épars.

avatar Akes | 

L’ « Éducation aux médias » relève plus d’un conditionnement idéologique que de quoi que ce soit d’autre. Vu l’ampleur des divergences idéologiques qui traversent les États en ce moment définir de la « bonne » et de la « mauvaise » information est une dérive inquiétante et dangereuse.

avatar Derw | 

@ Akes

L’ « Éducation aux médias » ne doit pas dire quelle est la bonne ou la mauvaise info, mais quelle est l'info vérifiée et vérifiable et laquelle ne l'est pas…

avatar Mécréant | 

Marrant comme certains glissent de la notion d'éducation aux médias (permettre à chacun d'analyser l'information plutôt que d'y croire ou ne pas y croire en fonction d'a priori) à une notion manichéenne de bonne/mauvaise information qui serait définie de manière idéologique et viendrait "d'en haut"...

Comme quoi, il y a du boulot...

CONNEXION UTILISATEUR