L'action AAPL crève les plafonds

Mickaël Bazoge |

Bim, ça c'est fait. À la clôture de Wall Street, l'action Apple a atteint son plus haut historique à 183,83 $ (durant la journée, elle avait même touché les 184,25 $), explosant ainsi son précédent record du 12 mars, qui était de 181,72 $. C'est sans doute un soulagement pour les actionnaires, qui ont vu le titre AAPL flirter avec les 160 $ il y a deux semaines…

Cette spectaculaire remontada est la conséquence de l'annonce des très bons résultats du second trimestre financier, de la solidité des ventes d'iPhone, et aussi du soutien remarqué de Warren Buffett. Le milliardaire très écouté des investisseurs a acheté 75 millions d'actions supplémentaires au premier trimestre (une emplette qui s'élève entre 12 et 13 milliards de dollars tout de même).

Le patron du fond d'investissement Berkshire Hathaway possède désormais 240 millions de titres Apple, ce qui en fait le troisième plus gros actionnaire, derrière Vanguard et BlackRock. « Si vous regardez Apple, je pense qu'ils ont gagné près de deux fois plus que la deuxième entreprise la plus profitable aux États-Unis », a-t-il expliqué à CNBC. « Et vous pouvez placer tous leurs produits sur la table de la salle à manger », apprécie-t-il.

Tim Cook est en tout cas ravi de voir Warren Buffett reprendre du rab de pomme. Le CEO d'Apple a aussi précisé que « sur un plan personnel, j'ai toujours admiré Warren et je lui suis toujours reconnaissant de sa perspicacité et de ses conseils ». Apple soigne ses actionnaires : l'entreprise a annoncé une rallonge de 100 milliards de dollars pour son programme de rachat d'actions et de versement de dividendes.

avatar Yacc | 

@JohnDevil

Tu prends ton nombril pour le centre du monde.

Les réalités des marchés sont bien plus complexes et diversifiés que ton cas personnel.

On ne comprend jamais rien en contemplant son nombril pour en tirer des conclusions de portée universelle ?

avatar Yacc | 

@JohnDevil

Et tout ce que tu mets en avant est absolument marginal pour Apple en terme de business ?

Ce sont tes pb pas les leurs ?

avatar JohnDevil | 

Ce ne sont pas que MES problèmes, ce sont des problèmes rencontrés également par d'autres personnes qui travaillent dans le même domaine que moi, l'audiovisuel, et ce domaine est un très bon client pour Apple, FCP X leur a rapporté à lui seul plus de 750 millions de dollars, hors même si ce logiciel peut être bon, le hardware ne suit pas. On parle des mac pro 2013 dont les gpu grillaient, des boites d'étalonnage qui ont perdu des dizaines de MP à plus de 10 000 € pièce ? Aucune réponse sur les écrans d'ailleurs alors que le revirement d'apple sur cette question montre clairement qu'ils ne savent plus quel est leur coeur de métier.

avatar Yacc | 

@JohnDevil

Je peux reformuler : ce sont les pb d’une part du marché bien trop marginal pour que cela soit un pb pour Apple.

Le business du Mac se porte remarquablement bien malgré les pb que tu évoques et c’est là un des tours de force d’Apple.

avatar Yacc | 

@JohnDevil

« clairement qu'ils ne savent plus quel est leur coeur de métier. »

ça part contre c’est plus que discutable.

Ils savent parfaitement où sont leurs marchés et connaissance très bien leur métier puisqu’ils le font mieux que tout leur concurrents.

Apple est la référence absolue en terme de busses sur le créneau de l’ordinateur individuel, le dernier acteur majeur à y avoir une activité réellement profitable.

Si ça ce n’est pas connaître son métier.

Le fait que tu ne t’y retrouves pas ne signifie pas qu’Apple soit dans l’erreur, il y a même de grandes chances que ce soit l’exact contraire.

avatar r e m y | 

@Yacc

On n'a juste pas mesuré à sa juste valeur ce que signifiait le changement de nom de l'entreprise quand ils sont passés d'Apple Computer à Apple.

Désormais le cœur de métier d'Apple c'est faire du fric, un maximum de fric. Et il faut reconnaître qu'ils sont passé maîtres en ce domaine.

avatar jazz678 | 

@r e m y

« Désormais le cœur de métier d'Apple c'est faire du fric, un maximum de fric. »

Tu penses vraiment que ce n’était pas le cas « avant » (avant quoi d’ailleurs ?). C’est par définition l’objectif de toute société à but lucratif.

avatar webHAL1 | 

@jazz678

Personnellement, je ne pense pas que les deux Steve ont fondé Apple en 1976 en se disant "Trop cool, on va pouvoir se faire un maximum de fric !" (ne serait-ce que parce qu'à l'époque, personne n'aurait pu prédire que la micro-informatique allait connaître un tel essor).
Ni que le Macintosh ait été lancé en 1984 dans l'optique de gagner des montagnes d'argent (ça ne devait en tout cas pas être le but premier).
Donc oui, il y a une époque où Apple était "différente" d'aujourd'hui. Comme bien des sociétés, il devait y avoir autre chose à sa création qu'une seule motivation financière.

avatar reborn | 

@webHAL1

"Trop cool, on va pouvoir se faire un maximum de fric !"

On se rappellera des 5000$ que Jobs à touché et donné 800$ à Wozniac, pour le développement d’un jeu.

De la raison pour laquelle il refusait tant que possible de distribuer des dividendes.

De la raison d’être de l’application bourse sur l’iPhone..

Ces 10 dernières années le cours de bourse d’Apple bat record sur record et fait la une des blogs spécialisé. Rien a changé

Apple à toujours vendu cher, aujourd’hui c’est la même chose mais pas dans les mêmes quantité. D’où la quantité astronomique de cash qu’ils engrangent.

La marge brut d’Apple tourne toujours autour des 35-40% depuis 10 ans.

https://ycharts.com/companies/AAPL/gross_profit_margin

Donc Il ne faut pas croire qu’avec Jobs les produits Apple actuel serait 30% moins cher.

Si le but d’Apple serait de gagner uniquement de l’argent, la marge brut serait passé de 35-40% à 60, 65% comme par exemple une boite comme.. Intel ou Nvidia ou Samsung (40- 45%)

https://ycharts.com/companies/INTC/gross_profit_margin

https://ycharts.com/companies/SSNGY/gross_profit_margin

Et pourquoi en fin de compte Apple se retrouve avec de plus grosses proportion de bénéfices dans ses poches que les autres ?

Grace à l’excellente maitrise de coût, géré par Cook depuis 1998. C’est pas pour rien que Jobs l’a fait venir de chez IBM..

Apple reste fidèle à elle même, pour le meilleur et pour le pire.

avatar pagaupa | 

@reborn

Surtout pour le pire car le meilleur a quelques failles ces derniers temps...

avatar pagaupa | 

@reborn
"C’est rien a coté de MobileMe par exemple. "

Cela ne rend pas la gestion d'Apple plus morale

avatar reborn | 

Ni tes choix cohérent, le business et la moralité ça fait 2. Apple et la moralité cela fait 2 (tu l’as bien compris il y a des années..) Et malgré ça tu as craqué 1000€ pour le 6S en 2015. Comme quoi les choix moraux d’Apple tu t’en tape comme en l’an 40

avatar pagaupa | 

@reborn

Décidément tu te répètes... sans prendre la peine de me relire...

avatar reborn | 

@pagaupa

10 ans que tu répète la même chose : Apple boite de merde, obsolescence programmé, enfermement.. ?‍♂️

Tu fais quoi 5 ans plus tard ?

Boum, 1000€ dans un 6S plus ? "parce que finalement Apple c’est de la merde, mais c’est pratique"

C’est effectivement ce que j’appelle de la cohérence ?

avatar pagaupa | 

@reborn
"Ni tes choix cohérent,..."
Merci de reconnaitre ma cohérence...?

avatar webHAL1 | 

@reborn
« Donc Il ne faut pas croire qu’avec Jobs les produits Apple actuel serait 30% moins cher. »

Je n'ai jamais dit cela.
Steve Jobs était clairement plus "commercial" que Steve Wozniak, et je ne pense pas qu'il se désintéressait de l'argent (d'autant moins dans la deuxième partie de sa vie).
Par contre, je suis persuadé que les gains financiers n'étaient pas la raison principale de la création d'Apple ou HP par exemple. Ça devait bien davantage être l'envie de faire quelque chose de nouveau et exploiter le potentiel de la micro-informatique, alors balbutiante (et à laquelle IBM ne croyait pas du tout).
Il n'y avait pas que Steve Jobs lors des débuts d'Apple. Et il n'était pas tout puissant (il a même fini par se faire évincer).
Bref, si tout le monde avait dans l'idée de gagner un maximum d'argent, il n'y aurait pas beaucoup d'entrepreneurs qui se prennent des risques et se lancent en terrains inconnus. Il faut aussi garder à l'esprit que pour un Steve Jobs il y a des milliers de personnes anonymes qui ont échoué avec l'entreprise qu'ils ont lancée.

avatar jazz678 | 

@webHAL1

Apple avait une logique de startup à l’époque, avec les ambitions modestes qui vont avec.
Mais même avec cette logique, il y a des exemples de produits qui avaient été lancés avec l’ambition claire que ça rapporte beaucoup d’argent (Lisa en 1983 a presque 10k$, PowerMac Spartacus en 1997 a 7,5k$, G4 Cube en 2000 trop cher pour ce que c’était).
Comme l’a évoqué @yacc, c’est juste qu’à l’époque Apple n’avait pas les moyens de ses ambitions financières. Ce qu’ils ont clairement aujourd’hui

avatar Yacc | 

@jazz678

Non Apple a très rapidement fait de grosses levées de fonds et une IPO.

La rentabilité est au cœur des ambitions depuis le début et Jobs a toujours été très âpre au gain et très libéral d’un point de vue économique.

avatar webHAL1 | 

@jazz678
« Apple avait une logique de startup à l’époque, avec les ambitions modestes qui vont avec. »

J'ai du mal à croire que Steve Jobs ait jamais pu avoir des ambitions "modestes". ^_^
Je pense qu'il avait vraiment envie (dans sa jeunesse) de "changer le monde" et laisser sa marque. À ce niveau je crois qu'il voyait l'argent comme un moyen (il lui en fallait, beaucoup) et pas comme une fin.

« Mais même avec cette logique, il y a des exemples de produits qui avaient été lancés avec l’ambition claire que ça rapporte beaucoup d’argent [...] »

Euh, pas d'accord. Certains produits ont été lancés avec une volonté d'être pionnier et de prendre des risques. Bien sûr, aucune entreprise espère que ses produits vont connaître l'échec et lui faire perdre de l'argent ! Mais je ne pense vraiment pas que le Spartacus ait été lancé dans une idée d'engranger des milliards ! Ni le Cube. Ni l'Apple TV. Ni le prochain Mac Pro, par exemple. Oui, ça paraît fou, mais il est possible que certaines personnes chez Apple aient des objectifs qui ne soient pas "encaisser le plus possible", mais faire rayonner la marque et laisser une trace.
Fort heureusement, tout le monde sur la planète ne se lève pas le matin avec comme seule idée en tête de gagner plus d'argent...

avatar reborn | 

@webHAL1

L’argent est une finalité bien sur, Apple a toujours était comme cela depuis le retour de Jobs.

Jobs et le cours de l’action d’Apple:

https://www.forbes.com/sites/bruceupbin/2011/11/04/steve-jobs-was-obsess...

avatar webHAL1 | 

@reborn
« L’argent est une finalité bien sur, Apple a toujours était comme cela depuis le retour de Jobs. Jobs et le cours de l’action d’Apple »

Je ne pense pas que les deux soient forcément liés. J'imagine que Steve Jobs se préoccupait du cours de l'action car il ne voulait pas être victime d'une tentative d'OPA hostile. Là encore, l'aspect financier est un moyen (indispensable), mais pas une fin en soi.
Il est mort "jeune", d'une maladie. Je pense que cela fait sacrément relativiser l'importance de l'argent.

avatar Yacc | 

@webHAL1

Tu te fais de gros fantasmes.

Jobs était un homme de pouvoir et voyait l’argent pour ce qu’il est : le moyen d’acquérir du pouvoir et de la liberté.

Des premiers jours jusqu’à la fin il n’a eu de cesse que d’avoir les moyens de ses immenses ambitions.

La vision hippie de Jobs doit être très circonscrite.

avatar webHAL1 | 

@Yacc

Je te recommande de te renseigner sur la vie de Steve Jobs, ce n'est pas inintéressant (pour quelqu'un qui apprécie Apple, bien sûr). :-)
Il a passé plusieurs mois en Inde dans sa jeunesse et a d'ailleurs recommandé par la suite à Mark Zuckerberg d'y faire un voyage. Je doute fortement que cela ait été dans une idée de gains financiers.

avatar Yacc | 

@webHAL1

Je connais fort bien la biographie de SJ.

Ce que je met en avant c’est que certains font de ses dimensions issues de la contre-culture une interprétation absolument fausse.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR