Fermer le menu
 

Des patrons de la high-tech américaine inquiets ou révoltés par le décret sur l'immigration

Florian Innocente | | 00:22 |  374

Plusieurs grands groupes américains de la high-tech américaine ont exprimé leur préoccupation, en des termes plus ou moins mesurés, face à l'un des décrets signés ce vendredi par le président Trump.

Donald Trump après la signature du décret intitulé « Protéger la nation contre l’entrée de terroristes étrangers aux États-Unis », limitant l'entrée de certains ressortissants de pays musulmans.

Le texte interdit, pour une durée d'au moins 90 jours, l'entrée sur le sol américain des ressortissants (hors diplomates et employés d'organisations internationales) de sept pays musulmans (Syrie, Iran, Soudan, Libye, Somalie, Iraq et Yémen). Quand bien même ils seraient détenteurs de visa en règle ou d'une carte verte leur permettant de travailler aux États-Unis.

Cette décision a sorti les Microsoft, Apple, Google, Facebook, Box, Netflix ou encore Uber d'une certaine léthargie depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche. Car l'application immédiate de ce décret a bloqué de facto l'entrée de certains de leurs salariés ou de membres de leurs familles.

Tim Cook qui a discuté de la question de l'immigration cette fin de semaine à Washington, a envoyé un courrier à ses équipes, dans lequel il ne cite pas Donald Trump mais insiste sur l'importance que revêt l'immigration à ses yeux, pour Apple comme pour l'Amérique.

Aucune allusion en revanche aux origines syriennes de Steve Jobs (par son père). Il s'agit peut-être pour Cook de ne pas instrumentaliser cet élément biographique de son ancien patron et ami. Cook a indiqué toutefois que plusieurs employés d'Apple étaient concernés par ce décret et que son entreprise s'en était émue auprès de la Maison Blanche. La communication se termine sur une déclaration de Martin Luther King : « Nous sommes peut-être arrivés sur des navires différents, mais nous sommes désormais réunis sur le même ». Ca ne mange pas de pain, mais d'autres chefs d'entreprises comme lui ont été bien plus offensifs.

Le courrier de Tim Cook

Team,

In my conversations with officials here in Washington this week, I've made it clear that Apple believes deeply in the importance of immigration -- both to our company and to our nation's future. Apple would not exist without immigration, let alone thrive and innovate the way we do.

I've heard from many of you who are deeply concerned about the executive order issued yesterday restricting immigration from seven Muslim-majority countries. I share your concerns. It is not a policy we support.

There are employees at Apple who are directly affected by yesterday's immigration order. Our HR, Legal and Security teams are in contact with them, and Apple will do everything we can to support them. We're providing resources on AppleWeb for anyone with questions or concerns about immigration policies. And we have reached out to the White House to explain the negative effect on our coworkers and our company.

As I've said many times, diversity makes our team stronger. And if there's one thing I know about the people at Apple, it's the depth of our empathy and support for one another. It's as important now as it's ever been, and it will not weaken one bit. I know I can count on all of you to make sure everyone at Apple feels welcome, respected and valued.

Apple is open. Open to everyone, no matter where they come from, which language they speak, who they love or how they worship. Our employees represent the finest talent in the world, and our team hails from every corner of the globe.

In the words of Dr. Martin Luther King, "We may have all come on different ships, but we are in the same boat now."

Tim

Même son de cloche chez Microsoft, dont le patron Satya Nadella a rappelé ses origines étrangères (lui, comme les dirigeants de Google et d'Adobe, pour ne citer qu'eux, sont d'origine indienne). 76 employés de Microsoft sont touchés par ce décret, explique Brad Smith, le directeur des affaires juridiques, dans un courrier envoyé en interne. Il y parle également des risques que cette décision fait peser sur la vie même de certains immigrés en possession ou en attente d'un visa.

Chez Google, 100 employés sont concernés. Sundar Pichai, a déclaré dans un courrier qu'il était préoccupé par les conséquences de ce décret et de toute autre proposition qui conduirait à gêner la venue aux États-Unis de talents désireux de travailler pour Google.

Reed Hasting, le patron de Netflix, est plus virulent. N'hésitant pas à citer nommément le président américain et à juger ses actions en contradiction avec ce que l'Amérique représente.

Il évoque les risques que cela pourrait faire peser sur les États-Unis qui vont se retrouver « détestés et lâchés par leurs alliés ». Et de conclure par un appel à la résistance : « Il est temps de se serrer les coudes pour protéger les valeurs américaines de liberté et d'opportunités ».

Reed Hasting, Netflix Cliquer pour agrandir
Aaron Levie, fondateur de Box, le spécialiste du stockage dans le nuage

Cette actualité américaine a poussé le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, à déclarer à nouveau sur Twitter, son pays ouvert à tous ceux qui, indépendamment de leur foi, « fuient la persécution, la terreur et la guerre. La diversité fait notre force. »

Catégories: 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


374 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar Dodo8 29/01/2017 - 11:39 via iGeneration pour iOS

@vrts

Marrant on faisait la même chose avec les juifs dans les années 30. Ah la gauche et la liberté d'opinion quelle belle histoire. 😎

avatar vrts 29/01/2017 - 12:05

@Dodo8 : tu vas nous faire un point Godwin aussi ?

qui a dit que j'etais de gauche ? on peut etre de droite et critiquer Trump, c'est vraiment pas difficile...il y a des gens de droite qui ne sont pas xénophobe ou misogyne, si si je vous assure.
Le monde n'est pas noir ou blanc les gars, va falloir peut être se reveiller un peu.

avatar concretebubbles 29/01/2017 - 12:23 via iGeneration pour iOS

@vrts

"Le monde n'est pas noir ou blanc les gars, va falloir peut être se reveiller un peu"

Oui mais le manichéisme est l'un des instincts les plus vils de l'homme et il n'en faut pas beaucoup pour le réveiller...
Notre société est malheureusement encore organisée de cette manière. Puisque qu'on parle de politique, il n'y a qu'à voir l'organisation des parties politiques gauche et droite comme si il y avait une ligne infranchissable entre les deux. J'espère que cela changera car le véritable débat d'idées n'aura lieu que quand on se sera débarrassé de cet archaïsme.
Pour le moment on nous demande de choisir notre camp (on est en guerre?).



avatar béber1 29/01/2017 - 17:15

"Pour le moment on nous demande de choisir notre camp (on est en guerre?)."

non, à des adhésions à telles valeurs défendues, ou tel ou tel parti-pris/projets politiques dans des débats d'idées sociétaux, économiques et environnementaux, par tel ou telle parti et/ou personnalités politiques.

On appelle ça : des débats et des oppositions démocratiques

avatar harisson 29/01/2017 - 14:24

@vrts

Il y a même des républicains (électeurs) qui n'adhèrent pas à l'hystérie foxnewsienne et qui ne rejettent pas la gpa et l'adoption par les homos, entre autres.

J'espère que les européens et l'UE profiteront de ces saillies alac' trumpienne (EAU, Pakistan, Qatar ne sont pas sur la liste par ex. ^_^) pour mieux s'organiser.

avatar macfredx 29/01/2017 - 22:06 via iGeneration pour iOS

@vrts

"on peut etre de droite et critiquer Trump"

Je confirme, Trump est juste un gros populiste 🙄

avatar Manubzh 31/01/2017 - 12:50 (edité)

non il est gris pour les métisses comme moi ;)

avatar fte 29/01/2017 - 01:56 via iGeneration pour iOS

@flo3183

Peut-être. Mais ce n'est pas ton argumentation qui convaincra l'assemblée.

avatar mourad59 29/01/2017 - 01:17 via iGeneration pour iOS

Flo 3183 tu dis n importe quoi comment sa il a raison si c était toi tu ne dirais pas sa un peu de maturité intellectuelle surtout si tu ne développe pas ton commentaire sur ton trône ne vois tu pas la misère de ce monde et ceux qui engendre ces guerres

avatar bonnepoire 29/01/2017 - 10:08

Les dernières guerres étaient le fait d'obama le grand que je sache. Ton argumentation ne vaut pas mieux et ce site n'est certainement pas l'endroit pour discuter politique.
Chacun a le droit d'avoir son point de vue, pas besoin de casser les gens comme vous le faites.

avatar jackhal 29/01/2017 - 15:59

Les gens qui, quand ils ont tort ou quand ils mentent délibérément, essayent de faire passer leur bêtise ou leur malhonnêteté pour une opinion, prennent leurs interlocuteurs pour des imbéciles et ne méritent pas qu’on les ménage.

Les gens qui les croient aveuglément ou les supportent délibérément ne valent pas mieux et méritent le même traitement.

avatar ckermo80Dqy 29/01/2017 - 16:45 via iGeneration pour iOS

@bonnepoire

Ah ouais parce que le problème est gauche-droite là ? Pauvres crétins. On pourrait pas envoyer les perceval et autres en stage à la Maison Blanche ? puisqu'ils adorent...

avatar en ballade 30/01/2017 - 08:22

quand on a si peu de culture géopolitique, abstiens toi stp. Tes propos sont juste afligeants.

avatar flo3183 29/01/2017 - 10:49 via iGeneration pour iOS

@mourad59
Tu m'excuserai mais ton commentaire n'aspire pas la maturité non plus hein...

Oui Trump à raison. Peut importe la misère qu'il y a à travers ce monde, le monde entier n'est pas obligé de vivre à l'occidentale, dans ce système capitaliste qui détruit tout sur son passage.
Il y a des tribus sur cette terre qui se contentent de ce qu'ils ont, qui sont très heureux de leur vie alors qu'ils n'ont jamais vu la couleur de l'argent. Si ceux qui viennent pleurer sans arrêt arrêtaient de rêver d'un monde meilleur en regardant ce que l'Occident à fait et pensaient autrement, in n'en serait pas la. Tout le monde n'est pas obliger de vivre de la même façon. Le but, c'est que chacun soit heureux.

Que chacun vive à sa manière, sur le territoire qui leur appartient, et les violences en tout genre s'arrêteront sans que l'on ai à faire quoi que ce soit.
Il y a juste besoin de bonne volonté (que chacun se contente du pays qu'il a) et d'un peu de lucidité (que chacun admette que les différences n'apportent au final que de la violence). Mais bon, c'est pas demain la veille....

avatar marenostrum 29/01/2017 - 13:37

sauf que les puissants ils te laissent pas vivre en tribu, tranquille. ils viennent t'exploiter, et voler les richesses de tes terres.

avatar en ballade 30/01/2017 - 08:24

"Que chacun vive à sa manière, sur le territoire qui leur appartient," ah oui? sauf que quand tu possèdes les 3 quarts des réserves en pétrole, tu peux être sur que les puissants "démocrates" vont venir un peu te titiller.

avatar Rigat0n 29/01/2017 - 01:19 via iGeneration pour iOS

D'un autre côté il l'avait clairement annoncé pendant les élections, des gens ont voté pour lui et 45% se sont abstenus. Ça fait deux semaines que les gens s'offusquent et jouent les surpris : "oh il construit un mur", "oh il refoule les musulmans", "oh il crois pas au réchauffement climatique"... Ben oui les gars il fait ce qu'il a dit qu'il allait faire. Fallait aller voter, aussi.

avatar Woaha 29/01/2017 - 01:56 via iGeneration pour iOS

@Rigat0n

Ils ont voté. Le système américain est étrange, en l'occurrence il a perdu le vote populaire avec moins de voix qu'Hillary Clinton mais à été élu quand même. D'ailleurs Bernie Sanders gagnait aussi face à Hillary mais a été bloqué par le système des grands électeurs. C'est le système de vote qui n'est pas adapté, pas le peuple. Renseignez vous.

avatar fondoeil 29/01/2017 - 10:00 via iGeneration pour iOS

@Woaha

Arrêtez de donner des leçons de démocratie à un pays qui n'en a pas besoin et qui fait du respect de sa Constitution un principe fondamental ! Si le décret de Trump est anticonstitutionnel, il sera vite mis aux oubliettes...
Le système des grands électeurs est adapté au fédéralisme américain et ne fonctionne pas comme le système hexagonal... Sans compter que ceux qui le critiquent sont ceux qui ne sont pas du tout choqués qu'au moins 25 % des Français ne soient pas ou presque représentés au Parlement et qui dénigrent la liberté d'expression quand on ne pense pas comme eux... Alors avant de donner des leçons de démocratie aux autres, mieux vaut balayer devant sa porte...
Un élu tient toutes ses promesses électorales : voilà une chose à laquelle nous ne sommes plus habitués depuis longtemps... Que ces promesses nous paraissent choquantes, stupides ou inadaptées est une autre histoire.

avatar bonnepoire 29/01/2017 - 10:09

@fondoeil

BRAVO!

avatar alfatech 29/01/2017 - 10:13 via iGeneration pour iOS

@fondoeil

+10000… C'est exactement ça.

avatar etienne2pain 29/01/2017 - 12:37 via iGeneration pour iOS

@fondoeil

+1000000000000000

avatar Rigat0n 29/01/2017 - 10:28 via iGeneration pour iOS

@Woaha

Toi renseigne toi... il y a 45% d'abstention aux US. Imagine deux secondes qu'en France 45% des gens s'abstiennent à un 2nd tour où y'a Marine le Pen.
Et cette histoire de vote populaire n'intéresse que nous. 2 millions de personnes ça a l'air beaucoup en France mais ça fait 0.5% de la population américaine, c'est ridicule par rapport à ceux qui s'abstiennent et on est quand même très proche de la moitié des votants qui ont choisi un président qui avait clairement annoncé qu'il allait construire un mur entre le Mexique et les US, qu'il allait tenter de bannir les musulmans et qu'il pensait que le réchauffement climatique était un canular chinois. Le système des grands électeurs est différent du nôtre parce que tout leur système est différent, les américains n'en ont jamais changé (malgré, si mes souvenirs sont bons, le cas Bush similaire) et ont accepté ce résultat.
Des dizaines de millions de personnes ont voté pour ce mec, malgré ses propos, malgré la réticence de son propre parti. D'autres dizaines de millions ont choisi de laisser faire en n'allant pas voter. Personne n'a forcé les américains à le choisir.

avatar JLG01 29/01/2017 - 17:23 via iGeneration pour iOS

@Woaha

Le risque est le même en France, le nombre de députés ne reflète pas totalement le vote populaire. Il est fréquent que les majorités soient inversées, pour peu que les écarts soient faibles comme présentement.

avatar iDav92 29/01/2017 - 08:45 via iGeneration pour iOS

@Rigat0n

Aux USA, ce ne sont pas les citoyens qui votent mais les grands électeurs.

Pages