Vers une nouvelle saison de la série « Apple contre le FBI »

Mickaël Bazoge |

Le FBI pourrait repartir à l’assaut d’Apple afin d’obtenir une porte d’entrée dans iOS, ou à tout le moins une dégradation du niveau de sécurité dans le système d’exploitation. Une nouvelle affaire relance le débat sur l’équilibre entre protection de la vie privée et lutte contre le terrorisme. Le FBI a récupéré l’iPhone de Dahir Adan, qui a poignardé dix personnes dans un centre commercial du Minnesota avant qu’un policier ne l’abatte ; l’acte a été revendiqué par Daesh.

Les enquêteurs, qui n’ont pas précisé la génération du smartphone ni la version du système d’exploitation, sont dans la même situation que leurs collègues californiens en début d’année : comme l’iPhone 5c du tueur de San Bernardino, ce smartphone est protégé par un code de déverrouillage. Et il est possible qu’au bout de dix tentatives, son contenu soit effacé et avec lui, des informations qui pourraient s’avérer précieuses pour l’enquête.

L’agent spécial Rich Thorton, en charge du dossier, a expliqué durant une conférence de presse que les enquêteurs sont en train d’évaluer leurs options techniques et juridiques afin d’obtenir un accès à l’appareil. On ne sait pas si le FBI a demandé l’aide d’Apple, mais il est habituel pour le constructeur de donner un coup de main aux forces de l’ordre, dans la limite de ses moyens.

Apple peut éventuellement recouvrer des informations contenues dans la sauvegarde iCloud, mais si les données sont restées dans le smartphone, l’opération est beaucoup plus difficile. Tout dépend du modèle d’iPhone et de la version d’iOS ; dans le cas de l’iPhone 5c, la technique du NAND mirroring peut faire des miracles (lire : Casser le mot de passe d’un iPhone coûte une centaine de dollars), même si le FBI a payé plus d’un million de dollars pour un résultat assez limité. Apple avait refusé de mettre au point une version d’iOS qui aurait permis de casser le mot de passe de cet iPhone par la force brute.

Dans cette nouvelle affaire, les fins limiers ont déjà analysé 780 Go de données provenant des ordinateurs et des différents appareils électroniques détenus par le meurtrier. Et il reste encore à dépouiller les réseaux sociaux qu’il fréquentait. Mais si jamais le FBI fait chou blanc et que la technique employée avec l’iPhone 5c ne fonctionne pas, le Bureau pourrait bien de nouveau se tourner vers le constructeur. Et on aurait droit à une deuxième saison de la série « Apple contre le FBI ».


avatar Nesus | 

L'utiiisation de la sauvegarde iCloud est quand même la meilleure solution. Seul Apple y a accès et il suffit d'une demande de juge pour l'obtenir. Bref, exactement ce que j'attends comme sécurité. Le problème c'est qu'aujourd'hui plus aucun état n'accepte de devoir se plier à des règles.

avatar oomu | 

"Le problème c'est qu'aujourd'hui plus aucun état n'accepte de devoir se plier à des règles."

?

ben si, LEURS règles ^_-

-
non, il est salutaire et nécessaire que les machines que nous utilisons personnellement soient le plus fiable et sécurisées (comprendre: obéisse qu'à son propriétaire, explicitement) que possible. Les besoins autant professionnels qu'économique qu'intimes sont trop importants pour mégoter sur ça. Les machines (voitures, ordinateurs, etc) doivent être _fiables_.

Au delà, si les données sont confiées à un tiers ou partagées, alors il devient légitime qu'elles soient éventuellement exploitable par une autorité démocratique. Après tout, l'utilisateur a choisi (tant que c'est explicite) de mettre hors de la sphère privée.

A condition que cela soit encadré, clair, limité et qu'il y ait un contre-pouvoir (l'institution judiciaire) et non du seul souhait du Prince (qu'il soit sous la forme d'un policier ou agent fédéral ou ministre en cravate).

avatar C1rc3@0rc | 

«Au delà, si les données sont confiées à un tiers ou partagées, alors il devient légitime qu'elles soient éventuellement exploitable par une autorité démocratique. Après tout, l'utilisateur a choisi (tant que c'est explicite) de mettre hors de la sphère privée.»

Va dire ça a l'industrie du divertissement...

Le fait qu'une personne communique avec une autre, donc echange des informations avec un tiers, ne signifie pas que ces information perdent leur statut privé.
Le fait que des données soient hebergées sur un reseau et non sur l'appareil lui meme ne devrait pas rendre ces données publiques. Le fait de rendre une donnée publique est (devrait ) etre un acte volontaire et conscient.

On a le meme debat entre le droit de l'image selon la version francaise ou la version anglaise. Dans le droit francais on reste proprietaire de son image que l'on soit dans un espace privé ou public. Pour les anglais, c'est l'espace environnent qui determine la nature de l'image: dans un espace public l'image est publique.

Mais meme dans ce cas si on le transpose a l'informatique, les serveurs d'Apple, d'Amazon, Google,etc sont des installations privées, nullement publiques.

Il n'y a aucune justification a ce que les donnees perdent leur statut privé parce qu'elle se retrouvent sur un serveur, pas plus parce qu'elle sont partagées entre 2 personnes. Pourtant c'est effectivement le cas, au mepris total de la notion de citoyen, des droits de l'Homme et de la simple notion de proprieté. Il y a la une anomalie gravissime.

Ce qui est legitime par contre c'est que si un individu viole le contrat social de citoyenneté il soit dechu de son statut de citoyen et de ses droits. Et a ce niveau la justice dispose de tout ce qu'il faut dans les constitutions, nul besoin d'aller bricoler et violer le droit.
Ici en plus on est encore dans une situation qui tombe sous le Patriot act, c'est l'armée et le renseignement qui sont concernés, pas la police...

avatar oomu | 

"Apple contre le FBI"

c'est mon feuilleton favori :) Cela dit je reste encore perplexe par l'absence de Duchovny dans la dernière saison...

avatar C1rc3@0rc | 

Duchovny cherche la verité et la justice, il n'a pas sa place dans cette histoire.
La seule raison qu'il aurait d'etre ici serait de lutter contre le complot interne des agences contre la population, mais les responsables de ces organisations sembles avoir reussi a virer tous les Duchovny. Et puis Duchovny, Duchovny,... ce serait pas un peu russe ça comme nom, rahhhh un traitre communiste en puissance!

avatar Yohmi | 

Ils ont raison. Il faut que Chie Jinping, Crime Jong-un et Vladimir Proutine puissent avoir accès aux informations privées de tous les utilisateurs d'iPhone au monde, c'est comme ça qu'on arrête le terrorisme. Et les terroristes et autres criminels, eux, ne pourront jamais emprunter la faille, parce que… euh… c'est contraire à la morale, ils vont quand même pas faire ça, si ?

avatar kouriachicoach | 

Ma deuxième série préférée : la Numero un étant le galaxy note 7

avatar IceWizard | 

C'est un peu lassant à la longue ces séries tv centrées sur des bad boy.

avatar Thierry6 | 

Jack Malone va retrouvé le code disparu

avatar heret | 

Et toi, tu es Bob Sin-Clar !
(attention, celle-là elle vient de loin !)

avatar r e m y | 

@IceWizard
Moi j'aime bien le style de Tim Cook en bad boy... Au début son jeu surprend, mais finalement, ça renouvelle le genre.

avatar IceWizard | 

@remy
"Moi j'aime bien le style de Tim Cook en bad boy... Au début son jeu surprend, mais finalement, ça renouvelle le genre."

Il est pas assez cool. Dexter, lui est cool.

avatar Moonwalker | 

Perseverare diabolicum.

avatar r e m y | 

@IceWizard
Je préfère le style Walter White... Tim c'est le Heisenberg de la Silicon Valley!

avatar occam | 

Note en marge :
« L’agent spécial Rich Thorton, en charge du dossier,... » n'a de spécial que le nom.

Tous les agents de l'auguste officine (comme de tant d'autres “three-letter outfits”) portent le titre ronflant de Special Agent. (Tous, à part les stagiaires...)
Même s'il n'ont guère plus de cervelle que feu Maxwell Smart (Max la Menace).

Les échelons supérieurs sont dignes des titres de mandarins :
- Senior Special Agent
- Supervisory Special Agent
- Assistant Special Agent-in-Charge (ASAC)
- Special Agent-in-Charge (SAC)

Finalement, à noter que les analystes sont classifiés comme personnel auxiliaire, au même titre que les manutentionnaires et les concierges. Ceci explique peut-être cela...

avatar IceWizard | 

Il y a une bonne raison à ça. Un "agent spécial" est hors hiérarchie, ce qui lui permet d'enquêter et d'arrêter des gens quelque soit leurs statuts civils ou militaires.

avatar r e m y | 

Je découvre que Charles Pasqua était Spécial Agent in Charge...

avatar zoubi2 | 

LOL !

avatar IceWizard | 

@r e m y
Faut pas mettre tous les gens dans le même sac !

avatar MonsieurZed | 

ATTENTION SPOILER MAJEUR : Le méchant utilise Télégram.

La série a été reconduite pour une saison 3 !

CONNEXION UTILISATEUR