Le carrousel du site web d'Apple sous le coup d'une plainte

Mickaël Bazoge |

Pour agrémenter la page d’accueil de son site web, Apple affiche un carrousel qui présente les dernières nouveautés. Ce n’est pas un effet très original, mais il pourrait bien valoir cher au constructeur, si d’aventure la justice américaine donnait raison à Samuel Lit. Ce dernier a en effet déposé un brevet couvrant la « technologie » du carrousel web. Plus précisément, ce brevet décrit un moteur d’affichage configuré pour fournir du contenu dans un carrousel depuis un serveur sur une page web.

Samuel Lit a bien tenté de licencier son « invention » au travers d’un site web, mais il a arrêté cette activité en décembre. Il a clairement décidé de passer à une autre manière de monétiser ce brevet, en faisant appel à la justice, en l’occurrence auprès d’un tribunal de l’Illinois. Il réclame des royalties avec intérêt à Apple.


Source
Tags
avatar buzzb0x | 

Ça va pas passer. Apple utilise ça sur son site depuis dix ans.

avatar Androshit | 

Des milliers de site utilisent le carousel... c'est devenu un standard.

avatar yasuo87 | 

Mais le brevet n'est pas valide... si?

avatar oomu | 

que des milliers de sites utilisent quoi que ce soit, c'est pas le problème d'un brevet. Ou de ceux qui les valident en tout cas.

avatar r e m y | 

Ca paraît assez incroyable qu'il ait pu déposer un tel brevet...
S'il perd son procès, j'espère qu'il pourra se retourner contre le bureau des brevets et se faire rembourser les sommes qu'il a dû dépenser pour protéger son "invention" s'il s'avère que son idee n'était pas brevetable.

avatar Strix | 

Donc le gars va attaquer toute personne utilisant un carrousel ?

Eh ben...

avatar oomu | 

ça paie les carottes aussi bien que vendeur d'assurances.

avatar r e m y | 

@yasuo
Soit le brevet est valide, et ceux qui utilisent un carrousel tombant sous le coup (coût?) du brevet devront s'acquitter de royalties (avec effet rétroactif)
Soit le brevet est valide, mais les carrousels utilisés ne correspondent pas à la "technique" décrite dans le brevet, et il ne pourra prétendre à aucun dédommagement
Soit le brevet n'est pas valide et la question à poser (et qu'il devra poser lui meme) c'est pourquoi on l'a laissé deposer de brevet et payer les droits pour en assurer sa protection!

avatar cosmoboy34 | 

C'est leur année question plainte ! C'est tout de même assez impressionnant que ce soit toujours Apple qui soit visé. Comme si toutes les autres entreprises étaient sans reproches. Ça devient fatiguant tout cet opportunisme envers Apple

avatar oomu | 

les autres sociétés sont visées constamment, sauf qu'on s'en fout éperdument. surtout dans les forums oranges.

Aussi, Apple est une société très lucrative avec de nombreuses activités, forcément ça la rend plus visible.

avatar daxr1der | 

@cosmoboy34 :
Parce que tu bloques sur Apple, mais toutes société ont ce genre de soucis

avatar rikki finefleur | 

Encore un brevet de concept façon US
Ce sont des plaies ces trucs.
Et dire que l'on risque d'avoir des brevets de concept arrivés en europe via le tafta..
Actuellement les brevets de concept, de gesture, ou d'interface sont interdits.
On se souvient du fameux brevet "glisser pour déverrouiller", qu'apple avait d'ailleurs copié sur une autre boite..

avatar oomu | 

même sans TAFTA, on risque d'avoir la même chose via le projet de brevet européen pour unifier tous les états membres. La même pression existe au niveau national.

La vigilance est nécessaire.

avatar r e m y | 

@cosmoboy
J'imagine que d'autres sociétés qu'Apple subissent les mêmes attaques... Mais si ça concerne GeneralMotors ou Unilever, on en parle moins sur MacGe!

avatar Mickaël Bazoge | 
Déjà que c'est casse-pied avec Apple, c'est pas pour parler d'autres marques…
avatar iPop | 

Donc il t a un brevet pour un diaporama

avatar oomu | 

sigh

avatar Abd Salam | 

On dit "monnayer" en Français !

J'ai hâte de voir le mot Anglais "energetic" transcrit en "énergétique" au lieu d'être TRADUIT par "énergique".

avatar oomu | 

Cela dit, ne pas confondre idée et implémentation (travail artistique, ergonomie, etc).

avatar BigMonster | 

Je viens d'inventer le carrousel à baffes.
J'ai pas besoin de vous faire un dessin, je suppose.
En revanche, ça serait bien qu'on puisse le tester sur ce bouffon…

avatar daxr1der | 

C'est ce qu'on appel un slide show mais bon

avatar becausebreast | 

Un brevet sur les carrousels ? C'est une blague ?

Tellement de sites utilisent des carrousels... C'est étrange.

Pourquoi Apple en particulier de plus ? J'imagine que beaucoup d'autres utilisent des carrousels non ?

avatar EBLIS | 

Pour moi le carrousel ça ressemble plus à la présentation des albums sur un ipod classic, quand ils défilent de petite taille et que l'album central est plus grand.

Cela dit je pense que cette histoire de brevet n'est pas toute neuve concernant ce carrousel car j'ai l'impression d'avoir déjà croisé le problème il y a une dizaine d'années en voulant en implémenter un sur des pages pour unr une université et je devais donc faire attention à ce genre de pièges.
Ça rappelle un peu l'histoire du gif.

avatar cloudy | 

Je pense que le gars espère qu'on lui lâche quelques millions pour avoir la paix.
Mais en la matière le prior art devrait pas être trop dur à trouver rendant le brevet caduque.

avatar Philactere | 

C'est intéressant ce concept de brevets sur les interfaces ou la présentation.
Imaginez il y a quelque siècles en arrière :
Un brevet décrivant "un procédé consistant à disposer en colonnes des textes narrant l'actualité"
Hop, pas de journaux si vous ne passez pas à la caisse.

Un autre pour le "procédé d'assemblage par reliure entre elles de pages contenant des signes destinés à être lus" (description Wikipedia).
Le livre serait resté un objet confidentiel.

Un dernier décrivant un "procédé de mélange de pigments et d'huile formant une pâte puis son application à l'aide de brosses sur un support en toile monté sur un châssis".
Combien de grands artiste peintres auraient pu exercer leur art en devant verser des royalties sur chaque œuvre ?

CONNEXION UTILISATEUR