T2 2016 : Apple annonce la première chute de son chiffre d'affaires en treize ans

Anthony Nelzin-Santos |

Apple présentait ce soir les résultats financiers du deuxième trimestre de son année fiscale 2016. Un trimestre plombé par le cours du dollar et le ralentissement de l’économie chinoise, si bien que la société a annoncé une baisse de son chiffre d’affaires, la première depuis 2003.

Les bureaux d’Apple à Results Way (Cupertino). Image Apple.
Les bureaux d’Apple à Results Way (Cupertino). Image Apple.

Chiffre d’affaires

Apple connaît donc la première baisse de son chiffre d’affaires depuis le T2 2003. Après trois ans de mévente du Mac et avant que l’iPod ne connaisse le succès que l’on sait, la société était encore fébrile.

Cliquer pour agrandir

Son chiffre d’affaires annuel dépassait à peine les 6 milliards de dollars ; son chiffre d’affaires trimestriel atteint aujourd’hui 50,557 milliards de dollars. Autant dire qu’il n’y a pas péril en la demeure, d’autant que 10,516 milliards de dollars sont rentrés dans les caisses (–22,68 %).

Cliquer pour agrandir

Reste que cette baisse de 12,85 % demeure frappante, même si elle était prévue et annoncée. La forte croissance d’Apple en 2015 semblait avoir démenti la thèse de l’« atterrissage » de la société, mais ces six derniers mois ressemblent à un crash. De Samsung à Microsoft, toutes les sociétés technologiques souffrent de la conjoncture, mais aucune autant qu’Apple.

Ventes d’iPhone

Elle paye là sa « dépendance à l’iPhone », qui représente deux tiers de son activité, mais souffre sur tous les plans. Le dollar fort ? C’est le prix de l’iPhone qui augmente. Le ralentissement de la demande chinoise ? C’est le meilleur soutien de la croissance d’Apple qui s’effondre. Les difficultés au Brésil et en Russie ? Ce sont de potentiels relais qui s’essoufflent.

Cliquer pour agrandir

Pour la première fois donc, les ventes d’iPhone sont en baisse : elles peinent à atteindre 51,19 millions d’unités, contre 61,17 millions l’an passé (–16,31 %). Le premier trimestre a montré que les nouveautés ne suffisaient pas à relancer un marché atone, et ce n’est pas l’iPhone SE qui changera sensiblement la donne dans les prochains mois.

Ventes d’iPad

Ni l’iPad, d’ailleurs, dont les ventes baissent pour le neuvième trimestre consécutif. Apple n’a vendu « que » 10,25 millions de tablettes ce trimestre, 18,79 % de moins que l’an passé… où les ventes avaient déjà baissé de 16,05 %. La barre des 20 millions d’unités semble définitivement s’éloigner, alors que celle des 30 millions était en vue il y a quelques années.

Cliquer pour agrandir

Il est encore trop tôt pour proclamer l’échec de l’iPad Pro, mais il est certain que même s’il a relancé l’intérêt de certains clients pour les tablettes et en a poussé d’autres à renouveler leur matériel, ses effets sont encore limités.

Ventes de Mac

Tous les voyants sont décidément au rouge, puisque les ventes de Mac baissent pour le deuxième trimestre consécutif, et dépassent à peine 4 millions d’unités. Le Mac n’avait pas connu un tel repli depuis la fin 2013, la dernière fois qu’Apple dû affronter les conséquences du contexte économique mondial.

Cliquer pour agrandir

Ses ventes baissent cette fois de 11,59 %… soit exactement le taux auquel le marché du PC s’est replié ce trimestre. Apple n’a donc pas grignoté de parts de marché sur ses concurrents ce trimestre, mais ne perd toutefois pas sa place de numéro quatre mondial.

Cliquer pour agrandir

Services et autres produits

Cela va devenir une habitude : les seules bonnes nouvelles viennent d’activités autrefois périphériques, aujourd’hui centrales. Les « services », d’abord, vague terme qui regroupe iCloud, Apple Music, Apple Pay, et les diverses boutiques en ligne. Ils pèsent pour 5,991 milliards de dollars dans le chiffre d’affaires d’Apple (+19,92 %), c’est-à-dire plus que le Mac.

Cliquer pour agrandir

Les « autres produits », ensuite, continuent sur leur belle lancée avec une progression de 29,60 % pour représenter près de 2,2 milliards de dollars. Sauf à ce que les ventes de Magic Mouse et de Smart Cover aient soudainement explosé, il ne fait aucun doute que ces bonnes performances sont dues à l’Apple Watch. Mais la firme de Cupertino refuse toujours de dévoiler ses chiffres de ventes…

Cliquer pour agrandir

Pour le troisième trimestre

Si Tim Cook se félicite que ses équipes se soient « extrêmement bien comportées face aux forts vents macroéconomiques contraires », Apple n’est pas encore sortie de l’ornière, bien au contraire. Car lorsque son directeur financier Luca Maestri estime qu’elle devrait réaliser un chiffre d’affaires compris entre 41 et 43 milliards de dollars au troisième trimestre, il dit que la baisse sera encore plus violente, entre 13,3 et 17,4 %.

Aller plus loin

Les annonces effectuées à l’occasion de la conférence téléphonique qui a suivi l’annonce de ces résultats, sur MacGeneration et iGeneration :

Notez par ailleurs ces chiffres, donnés pêle-mêle :

  • la société a « rendu » 10 milliards de dollars aux actionnaires ce trimestre ;
  • elle augmente d’ailleurs son programme de « retour de capital » à 250 milliards de dollars ;
  • dont 140 milliards pour le rachat d’actions — son orientation à la baisse est une occasion trop belle pour être ratée ;
  • et le reste pour le versement du dividende, qui augmente de 10 % : le 12 mai prochain, Apple versera 0,57 $ par action à tous les actionnaires de référence au 9 mai ;
  • Apple a réalisé 67 % de son chiffre d’affaires hors des États-Unis ;
  • sa marge brute est repassée sous les 40 %, à 39,4 %.
avatar Powerdom | 

Whaoo !!

avatar Ouya | 

Et c'est pas qu'un peu

avatar occam | 

Regardons les chiffres avec un peu de sérieux.

Ce qui est phénoménal, c'est que sur 53 trimestres considérés ici, il n'y en ait que deux sur lesquels la croissance du C.A. devienne négative. Apple ne fait pas de pertes, simplement la baisse du C.A. rejoint le tassement que toute l'industrie a absorbé depuis au moins 15 mois. Si on y regarde de près, depuis 2003, il y a eu 4 cycles de croissance de suite, suivis de baisse. Le cycle présent est le plus faible, relativement.

Mais une phase de croissance ininterrompue de cette longueur est absolument anormale, statistiquement comme économiquement.

avatar C1rc3@0rc | 

@occam
Tu n'as pas tort, mais il faut tout de meme ressortir des directions qui sont reellement presentes.
Lorsque Jobs est revenu dans Apple avec le paquet NeXT sous le bras, le Mac etait le seul produit Apple et etait moribond.

Jobs a eu l'idée de creer un écosystème composé d'iDevice qui gravitaient autour du Mac, dans une optique grand public. L'iDevice devant "tirer" le Mac, dont la gamme se simplifiait. Et ça a marché.

Apple profitait aussi de la chute de Microsoft et surtout de Wintel qui perdait son coté intouchable avec les condamnations exemplaires de Microsoft et d'Intel.
Puis est arrivé l'ere du mobile, et la Jobs a lancé l'iPhone qui faisait passer le smartphone dans la dimension de l'ordinateur individuel multiconnecté, mais qui restait toujours un iDevice, moteur de switch puissant.

Les constructeurs de PC a la recherche d'un relai de croissance se sont embourbé dans le netbook, vielle escroquerie du PC ressortie comme la 3D en video quand la situation est désespérée.

Jobs a atomisé le netbook avec le Macbook air, la référence de l'utrabook, qu'aucun constructeur n'a réussi a concurrencer, et qui se plaçait au-dessus des netbook.
Puis Jobs a achevé le netbook avec l'iPad, la machine a consultation de contenu ultrasimple et efficace.

Puis Jobs a disparu et on a vu Ive devenir tout puissant, nombre d'ingénieurs clés partir, les Mac s'étioler, l'iPhone devenir le pilier central d'Apple, l'iPad monter en puissance mais son OS se compliquant devenir moins simple a utiliser.
Puis le Mac a souffert de la lourdeur de 10.9, puis la gabegie de 10.10, son Windows Vista .

Certes Apple a encore de la réserve et du potentiel, l'iPhone est toujours solide et rentable, l'iPad est un coureur de fond qui tient bien, l'Apple TV semble une vraie réussite qui tire les bénéfices, mais Apple doit se reprendre et arrêter les imbécilités et revenir a ses fondamentaux.

avatar 33man | 

Je jouis !!!

La claque ! Allez Apple réveillé toi !

avatar asheden | 

@33man :
Il vous en faut pas beaucoup quand même :). Cette obsession de voir Apple se casser la gueule. Ça en devient drôle

avatar Chanteloux | 

Oui, on veut qu'Apple se casse la gueule, pas pour qu'il disparaisse, au contraire, mais pour qu'il redevienne Apple .

avatar C1rc3@0rc | 

@33man
Etre content parce que cela va forcer Apple a se reveiller, oui, mais c'est mauvais.

La claque était annoncée, mais elle est violente.

Si l'iPhone souffre, ce n'est rien comparé au Mac.
Il faut bien prendre la mesure de l'impact que l'on observe sur le Mac, il est considérable.

On peut même parler d'un échec pour Apple et il est inquiétant. Avec les portables Apple etait en train de reussir son pari de prendre des PDM au PC Windows. Le Macbook Pro et le Macbook Air etaient devenus des references.

Le MacMini avait lui aussi atteint un sorte de compromis ideal avec la version 2011. Et puis Apple a commencé a le degrader en 2012 au niveau du GPU qui disparaissait.
Puis ça a ete la course au sabordage avec des processeurs indigents et la fermeture de la machine.
On parlera meme pas du MacPro, et l'iMac, un écran-mirroir de bureau embarquant une carte de portable au prix d'une station de travail!

Le pire c'est le cas des portables. Le Macbook Pro qui depuis le retina perd en puissance et en fonctionnalité.
Puis le MacBook Air, le fleuron de l'ultrabook délaissé sur le bord de la route.

Le summum du ridicule arrivant avec le Mabook: un netbook souffreteux construit comme une tablette mais au prix d'un ultrabook de luxe!

Quand a l'iPad, il reste lui stable sur les bases de 2012. Apple vend par trimestre entre 9 et 15 millions d'iPad. Par contre la montée en prix risque bien de faire passer les ventes sous les 8 millions et la ce sera inquiétant.

Bref Apple paye son manque d'innovation, mais surtout sa perte de crédibilité avec des machines absurdes (MacPro, Macbook, Apple Watch), la dégradation des performances et de la fonctionnalité ou de l'ergonomie, l'obsolescence programmée. Le design ne vend pas surtout s'il est raté et se fait au détriment des performances.

L'iPhone "5" SE est toutefois un signal dans le bon sens, mais il va falloir qu'a la WWDC, Cook montre qu'il reprend les rennes et qu'il présent du lourd niveau Mac...

avatar lord-j | 

@C1rc3@0rc :
+++

avatar occam | 

Je doute fortement que le Mac ait pour Tim Cook, comme pour quiconque en position de force chez Apple, la même importance que pour vous et moi.
Je doute même qu'Apple le considère encore comme un produit stratégique, sauf pour les développeurs. (J'espère me tromper.)

D'autre part, en série temporelle pondérée, le Mac reste beaucoup plus stable par rapport au tassement des ventes d'iPhones ou à la chute continue de ventes d'iPad. Or, ce sont ces catégories qui rapportent le plus à Apple. Il serait logique qu'on s'y concentre, à Cupertino, encore une fois au détriment du Mac.

Depuis des années, Apple esquivait la concurrence en créant des marchés nouveaux. C'est ce moteur-là qui s'est enrayé. Désormais, Apple doit affronter la concurrence directement. Les marchés sont renormalisés ; jusqu'à l'émergence de nouvelles catégories de produits ou d'une nouvelle phase de croissance globale, on est revenu à un jeu à somme nulle.

Jason Snell vient de publier ses graphiques, limpides :
https://sixcolors.com/post/2016/04/apple-q2-2016-results-going-down/#more
L'image qui me frappe le plus est la chute absolument vertigineuse de la croissance en Chine.

avatar C1rc3@0rc | 

Le probleme avec l'iPad c'est que les attentes ont ete construites sur la croissance initiale et sur le pic de 2013, alors que c'est un produit durable a croissance lente. La vitesse de croisière a été étalonnée en 2012. Seulement les financiers attendent un modele de croissance continue.

En moyenne il se vend 50 millions d'iPad par an. 250 millions d'iPhone et au mieux 25 milions de Mac.
La grosse question c'est celle de la rentabilité par machine.
S'il se vend 200 millions d'iphone au lieu de 250 millions ça fait toujours 200 millions. Pour le Mac passer de 5 millions par trimestre a moins de 4 millions c'est autrement plus grave.
Mais, oui, tant qu'il se vendra 300 millions d'iDevice ça assurera entre 5% a 10% de vente de Mac pour les programmer...

Mais on sait que dans le secteur des smartphones comme des tablettes Apple et Samsung font du benefice, tres peu des autres sont a l'equilibre et la majorité est a perte. Par contre les PC s'est toujours vendu a benefice et a benefice important. On sait que pour Apple le Mac a une tres forte rentabilité.
Quand on voit l'ecart de prix sur les tablettes et les smartphone, on se rend compte que la rentabilité d'Apple sur le Mac doit etre tres superieur a celle des devices.

Maintenant il est clair qu'on fait plus de benefice sur 250 millions d'unites que sur 25 millions, meme si 25 millions sont plus rentables.

Quant au fait qu'Apple esquivait la concurrence, je ne suis pas d'accord. L'iPhone est arrivé dans une situation d'hyperconcurrence et ne s'est jamais arreté. Le Mac a toujours ete en concurence. Pareil pour l'iPod.
Le seul qui a ete sans concurrence c'est l'iPad, jusqu'à 2011. Apres la concurrence a ete ferooce, les producteurs de netbook decidé a vendre leurs netbook tranformés en tablettes a perte. Ils ont echoué et se sont ventilés sur les moins de 9 " et ensuite sur les plus de 10". Mais sinon Apple a toujours ete en concurrence et jamais majoritaire.

avatar bes | 

@C1rc3@0rc :
Moi je vais me coucher

avatar enzo0511 | 

@C1rc3@0rc :
Dans tous les topics, faut absolument que tu nous fasses 50 commentaires qui font des pavés de 3 pages ?
On pourrait faire un ebook avec toute ta science

C'est surtout lassant de lire quelqu'un qui répond aux autres en faisant mine de tout savoir

avatar XiliX | 

@enzo0511

Pas de chance pour toi, parce que son analyse est intéressante

avatar Chanteloux | 

Vous avez raison, ce M. est souvent un peu agaçant et pense tout savoir, mais là je crois qu' il faut reconnaître que son analyse est brillante et qu' il a raison!

avatar C1rc3@0rc | 

@enzo0511

C'est juste de la logique et si tu reprends le raisonnement point a point tu arrives a la même chose, c'est pas une question de déroulement de données ni de croyances.

Personne ne t'oblige a lire mes commentaires. Tu en fais ce que tu veux.

avatar JackOne | 

@C1rc3@0rc :
+1
Même analyse

avatar pocketalex | 

En fait c'est super simple les gars, il suffit juste qu'Apple ajoute un 2e port USB-C au Macbook et tout va rentrer dans l'ordre

avatar Chanteloux | 

Je le pense aussi, mais Apple a préférer le rajout de la couleur or rose. .. tout un symbole. ..

avatar vsotre77 | 

Panne d'innovation ?

avatar asheden | 

@vsotre77 :
Je sais pas... 3D Touch ?

avatar Kimaero | 

@asheden :
Oui mais ça ne suffit pas.
J'ai un 6s depuis sa sortie, je ne me sers de 3D Touch que sur le clavier pour me déplacer dans du texte.
Pour le reste je trouve que ça manque encore d'utilité.

avatar macbook60 | 

@Kimaero :
D'autres personnes l'utilisent plus

avatar Kimaero | 

@macbook60 :
C'est sûr, mais dans mon entourage proche avec un 6s je trouve que l'utilisation de 3D Touch relève presque d'une utilisation d'initiés.

C'est un peu exagéré bien sûr, mais il faut bien avouer que c'est pas 3D Touch qui va attirer des masses de clients, mais plutôt une batterie ou un APN encore meilleurs.

avatar asheden | 

@Kimaero :
Pour l'APN, je suis plutôt d'accord même si il n'y a aucune prise de risque. Voir une techno comme 3D Touch montre une réelle volonté de créer. Sortir un nouvel APN avec 34M de pixel f1.2 ne me fait pas spécialement "bander". Concernant par contre l'autonomie, il n'y a rien à changer. Le 6S à une excellente autonomie. Ton avis ressemble trait pour trait à ceux lisibles en masse sur les divers forum de sites spécialisés

Pages

CONNEXION UTILISATEUR