Des anecdotes sur la création du premier iPhone

Florian Innocente |

Greg Christie a partagé avec le Wall Street Journal quelques-uns de ses souvenirs sur la genèse de l'iPhone. L'homme s'occupe de l'interface utilisateur chez Apple et cette dernière l'a autorisé à parler en prévision d'un nouveau round dans ses procès avec Samsung.

L'iPhone fut dévoilé en janvier 2007 et commercialisé six mois plus tard, mais c'est à la fin 2004 que Christie monta à bord du projet. Scott Forstall lui proposa à cette époque de rejoindre le projet "purple" consistant à créer un téléphone doté de fonctions musicales et d'un écran tactile. La mission confiée à Greg Christie et son équipe était immense, il s'agissait de traduire sous la forme d'une interface graphique les nouvelles interactions permises par un appareil muni seulement d'un grand écran multitouch et sans clavier physique.

C'est à cette occasion que furent créés des comportements comme le rebond en fin de défilement (utilisé par Android puis retiré après une bataille de brevet) ou la présentation des échanges par SMS inspirée du chat sur ordinateur « On s'est tapé la tête contre les murs » pour trouver la bonne formule, raconte Christie.

"Wallaby", nom de code d'un prototype à écran en plastique, branché à un Power Mac G3 simulant le fonctionnement, plus lent, de ce que serait la partie matérielle de l'iPhone. Jobs changea aussi d'avis sur l'écran en préférant le verre Gorilla Glass de Corning, moins sujet aux rayures que le plastique prévu au départ.

L'équipe était « incroyablement » petite malgré l'importance du projet, explique le responsable, sans l'étayer par un chiffre. Deux fois par mois, des démonstrations étaient faites à Steve Jobs dans une pièce discrète et sans fenêtres. En février 2005, le PDG d'Apple témoigna de son exaspération devant l'absence de vision ambitieuse, large et cohérente pour la future interface.

Un ultimatum de deux semaines fut lancé à l'équipe de Christie : soit il avait quelque chose à proposer soit une autre équipe entrait en lice et prenait la place. Au final, iPhone OS fut rempli d'idées pratiques, comme le glisser pour déverrouiller, le déclenchement d'un appel depuis le carnet d'adresses et le fonctionnement de la partie iPod.

Une fois Jobs convaincu, une démo fut organisée pour son ami et membre du conseil d'administration Bill Campell. Celui-ci déclara que ce téléphone provoquerait un séisme plus important encore que le premier Mac. L'avenir lui donnera raison.

Quelques jours plus tard, démo encore pour Jonathan Ive. Celui-ci, qui travaillait sur le design du téléphone, « était curieux de voir comment on allait réussir ce tour de magie » logiciel autour de l'interaction tactile. D'autant plus que c'est Ive qui avait contribué à vendre à Steve Jobs l'idée d'aller vers des interfaces tactiles.

C'est après le feu vert donné au début 2005 qu'un véritable marathon de deux ans et demi a démarré, avec chaque détail placé sous la loupe de Jobs. En 2006, quelques mois avant l'annonce à Macworld Expo, le patron d'Apple s'enquit auprès de Christie des albums de musique qui seraient les plus judicieux de choisir pour illustrer la fonction Cover Flow, celle qui faisait défiler les jaquettes. Des visuels forcément riches en couleurs pour mettre en valeur l'iPhone et son écran. C'est ainsi que fut retenu l'un des groupes préférés de Jobs avec l'album Sergent Pepper des Beatles. Mais c'est Macy Gray qui eut les honneurs des visuels utilisés dans la première campagne marketing.

Une fois la révélation de l'iPhone faite au public, d'autres aménagements furent réalisés avant la commercialisation. Ceux qui ont vu cette présentation se rappellent peut-être d'une interface dans Mail qui fut absente de la version finale : un écran partagé avec, en tête, les titres des messages et en dessous leur contenu. Jobs décida que l'écran de l'iPhone était trop petit pour conserver cet autre mode de navigation.

Christie conclut en racontant que quelques jours avant la présentation de l'iPhone, entrant dans la salle du keynote, il vit derrière un épais rideau noir une image géante du téléphone et de son écran d'accueil « Mon coeur s'est arrêté une demi-seconde et je me suis dit : "ça y est, on y est" ».

Tags
avatar globeman | 

La keynote de présentation de l'iPhone était une pure folie, derrière mon Mac pour la suivre j'étais comme un petit garçon qui découvre ses cadeaux, un sentiments que l'on éprouve que très rarement étant adulte

avatar Bruno de Malaisie | 

@globeman

Que c'était bon. Ne me souviens aussi.
La meilleure Keynote de Steve Jobs. D'autant plus que l'iPhone plantait régulièrement et qu'il fallait qu'il change de iDevice à chaque fois.
Un chef d'œuvre que je conseille de voir à mes étudiants quand ils ont à faire des présentations.

avatar whocancatchme | 

Je m'en rappelle, quel folie cette keynote, j'ai du la revoir 3 ou 4 fois depuis, juste pour entendre la foule faire "wouuuaa" lorsqu'il fait défiler les contacts, et c'est avec ce genre de réaction qu'on se rend qu'à l'époque même un scroll vers le bas vous faisait halluciner...

Et sinon pour l'histoire du changement d'iPhone, il n'en avait justement qu'un et les développeurs ont dû lui faire un "golden path" pour pas faire crasher l'iPhone donc je ne sais pas d'ou tu tiens ça, tu dois confondre. Surtout que l'iPhone était raccordé à l'écran géant avec un câble branché donc difficilement écahngeable...

avatar iRobot 5S | 

Il n'as pas eu à le faire, mais c'était prévu, car la veille, les iphones plantaient.

avatar Bruno de Malaisie | 

@whocancatchme

C'est un article que j'ai lu sur MacG il y a quelques mois. L'iPhone était loin d'être commercialisable en l'état.
Sans parler du fait que la marque iPhone n'appartenait pas encore à Apple.

avatar XiliX | 

C'était de la pure folie... j'étais comme un gamin...

Je travaillais déjà sur des Palms, Nokia et autres Windows Phone...
Quand j'ai vu la démo d'iPhone, je me suis dit... ptin... ils ont 10 ans d'avance. Et le lendemain quand je suis arrivé au travail et quand je regarde les Palm et HP pocketPC... pfffff... des dinosaures

avatar ziedjo | 

C'est clair. Et quelques mois plus tard, les reproches pleuvaient : pas de 3G, un son de mauvaise qualité pour certains (je me souvient d'une vidéo d'un mec qui appelait des artisans, et qui disait : "vous m'entendez mal ? C'est parce que j'ai un iPhone"), pas d'applications sans jailbreak…
Tout ça pour dire qu'on se lasse bien vite… Parce que oui, rien que le scroll du bout des doigts, le fait de pincer les photos pour zoomer ou dézoomer, un seul écran pour tout faire, c'était quand même une sacré révolution. Comme dit plus haut, c'était comme un noël quand on est gosse. On était tous hyper impatients de l'avoir.
D'ailleurs j'avais fais venir le mien des USA, et j'avais un paquet de potes qui venaient voir "le précieux"

avatar Anthanagor | 

@globeman :
J'étais exactement dans la même situation :)
J'avais vraiment adoré ce keynote :)

avatar Passionavia | 

@Anthanagor

J'en avais des frissons, et les yeux qui piquaient, cela peut sembler ridicule, mais c'était un tel séisme.

avatar Albendazole | 

"Celui-ci déclara que ce téléphone provoquerait un séisme plus important encore que le premier Mac. L'avenir lui donnera raison."

Une nouvelle preuve s'il en est qu'apple n'a jamais eu comme objectif 1% de part de marché sur le marché des téléphones. Ils savaient très bien ce qu'ils avaient entre les mains, et ce chiffre de 1% n'était qu'un moyen de relativiser un échec peu probable et de faire croire qu'on avait explosé l'objectif en cas de succès.

avatar VinyPalmer | 

Il est aisé de comprendre le sentiment de trahison et de frustration chez Apple après les sorties d'Android ou des smartphones Samsung après avoir lu des anecdotes comme celles-ci.
Apple a créé une interface unique et adaptée au tactile à partir de (presque) rien. Ne fût-ce que l'interface des SMS, c'était aussi brillant que simple.
Sans vouloir chatouiller les fans de chez la concurrence, Google et Samsung étaient à l'époque à mille lieux de ce que proposait Apple. Je me souviens encore des smartphones Samsung qui ont suivi la sortie de l'iPhone... Ils tentaient de l'imiter avec ce "grand" écran tactile mais n'avait rien compris. Pour taper des SMS, on avait encore un pavé numérique... alors qu'avec un écran tactile, on peut afficher n'importe quelle interface, et donc un full clavier azerty au besoin.

L'iPhone, comme pour la plupart des produits Apple, c'est un device qui vient des tripes, et je trouve personnellement que ça se ressent quand on l'utilise, même encore aujourd'hui. Je n'ai pas du tout cette sensation avec aucun autre appareil d'aucune autre marque, ou très rarement.

avatar senze | 

L'iphone edge a été mon premier iPod. ça doit être LE produit que j'ai le plus révé et attendu d'Apple.

avatar tomate | 

J'ai aussi eu cette impression de révolution magique avec l'iPhone.

Je ne suis pas sûr du tout que l'Oculus de Facebook ou les Google glasses en fassent autant. En tout cas, moi, c'est produits me laissent froid et sceptique et je n'ai pas du tout cette sensation: "j'en ai rêvé, X l'a fait"...

avatar adrien1987 | 

Vous savez combien se negocie un iPhone 2G sous blister ?

avatar EricdeB | 

10 000$ ;)

avatar XiliX | 

c'est vrai ???

avatar MacSedik | 

Je confirme sur eBay ça se négocie autour des 10000$... neuf sous blister. Mais bon j'ai essayé un iPhone Edge il y'a quelques mois c'est très lent et il a pris un sacré coup de vieux.
Sinon qui se souvient des petits sites sur le net qui te commandait l'iPhone aux USA et qui mettaient des plombes pour te l'envoyer (ça puait l'arnaque) ?? des premier jailbreak avec zibri blog etc... moi je l'ai acheté chez Orange lors de sa sortie en Novembre 2007 j'étais étudiant et 400€ plus le forfait c'était pas donné (j'ai économisé et travaillé pendant l'été pour l'acheter). Par contre, à la fac entre ceux qui étaient curieux (j'étais la star pendant un moment ^^) et ceux qui (par jalousie) se foutaient de ma gueule d'avoir payé une telle somme pour un téléphone... aujourd'hui toutes ses personnes sont passées à l'iPhone. en tout cas c'était la belle époque ^^ on découvrait pour la première fois le vrai internet sur le téléphone, l'iPod tactile, la fonction téléphone d'une simplicité déconcertante...etc et de la prise Jack qui n'acceptait que certains écouteurs adaptés à l'iPhone... Apple a bien changé depuis :)

avatar RomainB_ | 

C'est ambitieux. J'ai eu un reconditionné pour 200 euros (à l'époque où Apple les changeait encore) mais ça doit bien valoir dans les 1000 euros grand minimum. Bonne chance dans ta recherche !

avatar MacSedik | 

Oui je pense aussi que 1000€ pour un collectionneur c'est le maximum 10000$ c'est du craquage complet.

avatar Doctomac | 

C'était quelqu'un ce Jobs quand même !

avatar amigafred91 | 

C’était un super téléphone ^^

Et ce telephone a mis tout le monde d'accord.

Et Nokia a perdu de sa superbe, a partir de ce moment la.

10 ans d'avance, et maintenant ... je dis un train de retard.

Oui, a cause d'itunes, et des bridages d'iOS maintenant.

Avant on découvrait ce que c’était un SmartPhone, maintenant, moins ^^

avatar philoo34 | 

@amigafred91

"Oui, a cause d'itunes, et des bridages d'iOS maintenant."

Non justement , iTunes a supprimé le côté informatique des baladeurs mp3 de génération précédente , c'est justement pour ça que ça a marché ..

avatar _mabeille_ | 

@amigafred91

on ne peu pas m'accuser de fanboyisme pro Apple mais sur le coup un train de retard je ne dirais pas ça. L'iphone a repris sa place parmi d'autres smartphones, mais c'était tout vu dès la sortie du premier Androïd j'ai annoncé parmi d'autre que tôt ou tard l'iPhone serai rattrapé et c’est le cas. Si maintenant quand Apple n'a pas d'avance, elle semble avoir du retard c'est quand même un peu injuste.

avatar lion.mar | 

@amigafred91

"dès la sortie du premier Androïd j'ai annoncé parmi d'autre que tôt ou tard l'iPhone serai rattrapé et c’est le cas"

Bravo, tu veux une médaille ???

ça me fera toujours rigoler les personnes qui s'auto-complimente.

avatar Doctomac | 

Il faut que l'on m'explique où est le retard !

Pages

CONNEXION UTILISATEUR