Apple et les DRM : lettre ouverte de Steve Jobs

La redaction |
Attaqué de toute part, tant par ses concurrents que par les artistes indépendants, les associations de consommateurs et les pouvoirs publics de plusieurs pays européens, Apple contre-attaque. Dans une lettre ouverte publiée mardi soir, Steve Jobs justifie personnellement son choix de verrouiller jusqu'à présent la musique achetée sur l'iTunes Music Store par ces DRM qui limitent la lecture et la copie des morceaux. Ce fut, rappelle-t-il, la condition sine qua non imposée par les "big four", autrement dit ces quatre majors qui détiennent 70% du marché de la musique, pour mettre leur catalogue en ligne.

Trois ans plus tard, alors que les débats sur l'interopérabilité font rage, Apple est à la croisée des chemins. Trois choix sont envisageables. Garder confiance dans un modèle fermé, comme Microsoft et Sony. C'est ce modèle qui permet aux industriels de continuer d'innover, explique Steve Jobs, en même temps qu'il balaie les accusations de modèle fermé. Sur un iPod, seuls 3% de la musique proviennent en moyenne de l'iTunes Music Store. "Les utilisateurs d'iPod ne sont clairement pas enchaînés à l'iTunes store pour obtenir de la musique", justifie-t-il.

L'autre choix, c'est la licence de Fairplay, le système de DRM d'Apple. Cela permettrait à d'autres fabricants de commercialiser des baladeurs compatibles iTunes ou à des plates-formes de vendre des morceaux protégés pour l'iPod. C'est une fausse bonne idée, explique en substance Steve Jobs, qui invoque cette fois des justifications techniques. D'une part, multiplier les interlocuteurs augmente les risques de fuite et de voir le système cassé. D'autre part, les mises à jour pour combler les brèches n'en sont que plus délicates. Conclusion, en licenciant FairPlay, Apple "ne pourrait plus garantir la protection de la musique" des quatre majors, qui lui retireraient leurs catalogues.

La troisième solution, c'est l'abolition des DRM. Et là, Steve Jobs se fait retors. Certes, ce serait la meilleure solution. "Les DRM n'ont jamais fonctionné et ne fonctionneront peut-être jamais pour endiguer le piratage de musique", lance le patron d'Apple. Si ces protections étaient supprimées, "l'industrie de la musique pourrait créer un afflux de nouvelles entreprises prêtes à investir dans de nouveaux disquaires en ligne et de nouveaux disquaires. Cela ne peut être que positif pour eux", ajoute-t-il. Dès lors, qu'est-ce qui retient Apple ? Mais les majors, justement, sur lesquelles Steve Jobs fait porter toute responsabilité. Car leurs positions n'ont pas encore changé.

Dès lors, dans une conclusion aux accents consuméristes, Steve Jobs invite les Européens, si en pointe dans le combat contre les DRM, à se mobiliser pour faire plier les "big four" qui vendent la quasi totalité de leurs musiques sur des CD non protégés. Après tout, Vivendi est un groupe français, EMI est anglais et Sony BMG détenu à moitié par un allemand. "Les persuader de licencier à Apple et aux autres leur musique sans DRM créera un marché sans DRM vraiment interoperable. Apple y participera sans réserve", promet-il. Éludant toutefois les questions sur la vente dès à présent et sans protection des morceaux d'indépendants, les 30% restants, premier signe tangible d'un engagement pour une musique débarrassée de ses verrous.

avatar jibe | 
Aussi sur la première page du site français.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
peut-être parce qu'il n'a pas envie de se tirer une balle dans le pied comme en 82.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Ca c'est du très très gros! Allez, je lance un pari : En 2008, les DRM n'existent plus... En tout cas la lettre est bien argumentée et ça fait plaisir de voir que S. Jobs a répondu à l'initiative des associations de consommateurs européens. Je dis bravo. Je pense que ça peut faire bouger les choses, d'autant que B. Gates a le même avis. Bon, reste plus qu'à convaincre les 4 mammouths!
avatar Anonyme (non vérifié) | 
"Cependant, il y a un bug dans l’équation: pourquoi ne licencie-t-il pas Fairplay?" Il l'explique dans sa lettre.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Ben c'est expliqué dans sa lettre....
avatar levinch | 
Bravo Mr Jobs !!! Et bien fait ce que tu fais si bien alors :anticipe !
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Waou, Voila de quoi faire parler les journalistes myopes pendant quelque temps....
avatar Edge@51 | 
J'ai réagi un peu vite, sans même avoir lu l'article. Je n'ai plus rien à reproché à Apple pour la politique de DRM qu'elle emploi. je n'avais pas penser que licencier FairPlay reviendrai à divulger à un grand nombre de personnes ses secrets. En tout cas, Apple compte sur nous (européens), tâchons de ne pas le décevoir et de montrer aux USA qu'on est pas à la ramasse côté numérique (oui, bon, il y a DAVDSI tout de même ...)
avatar Mecky | 
À mon avis, ce doit être expliqué dans sa lettre, non ?
avatar shenmue | 
Pour ceux qui ont de la mémoire, il faut savoir que SJ s'était opposé dés le début aux DRM...cette lettre (analyse brillante au passage, mais qui en doute de la part de ce type ?) n'est là que pour remettre les choses à leur place aprés que certains aient fait l'amalgame entre DRM et Apple alors que c'st bien les majors qui sont derrière tout cela... Bon...SJ a juste la classe tout de même...
avatar Edge@51 | 
Je le précise au cas où: dans mon second commentaire, je retire ce que j'ai dit au premier (concernant le fait qu'Apple ne licencie pas FairPlay).<br /> Toutes mes excuses pour mon empressement, ça ne se reproduira plus.
avatar nicolas | 
Très bien construit, très bien argumenté. Il sera difficile de contre argumenter (en restant de bonne foi bien sur) En attendant que cette lettre soit traduite et placardée dans les différentes assemblées Europpéennes.....
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Perso je n'ai pas d'ipod et j'achète ma musique sur l'ITS. Je ne vois vraiment pas où est ce problème d'enchaînement entre l'ITS et l'ipod. A croire que la plupart de ceux qui ont écrit sur ce sujet n'avaient ni mac, ni ipod, ni itunes ce qui facilite bien sûr l'écriture de contre-sens.
avatar groumpf | 
Mouaih enfin tant que ce système dure, ça asseoit la position écrasante de Apple et de Steve ! Il est donc très facile pour Steve de prendre cette position ! D'autant que la marge sur la musique est faible !<br /> Ca m'étonnerait qu'il tienne cette position sur la vidéo ! C'est là que ça se joue maintenant !
avatar Mox Folder | 
Il est pour moi évident qu'Apple cherche à couper l'herbe sous le pied de Microsoft, sans DRM le format WMA du géant de Redmond ne présente plus grand intérêt... évidemment ce qui s'applique à la musique pouvant s'appliquer à la vidéo, il va de soit qu'Apple espère aussi couper l'herbe sous le pied de Microsoft avec son format WMV. A croire aussi qu'il ne fait pas confiance à ses compatriotes pour se mobiliser...
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Après lecture je dois dire que le raisonnement est bien mené. Ya plus qu'a se bouger le cul. Comme ça on pourra acheter du sans drm sur les prochains ipod tactiles. ;-)
avatar Anonyme (non vérifié) | 
@ mox folder : Et en plus, à un microsoft qui c'est cassé les cou...es à faire un OS bourré de DRM . !!!
avatar Nathalex | 
Mon argument préféré est celui qui met la balle dans le camp des majors au motif qu'elles vendent déjà 90% de leur musique sans aucun DRM ou copie particulière, par l'intermédiaire des CD. Pourquoi alors s'obstinent-elles à vouloir (sur)protéger les 10% restants, ceux vendus en ligne. Je suis assez convaincu par cet argument !!
avatar joe | 
C'est clair, la seule chose qui me freine pour acheter de la musique sur l itms ce sont les drm. SI j'achète qqe chose c'est à moi et pas entre les mains du bon vouloir d'un boite qui peu couler ou changer d'avis (cf zune)
avatar macmaniac | 
Tout à fait d'accord avec toi Shenmue.... D'ailleurs, c'était au tout début d'iTunes et bien avant l'ITMS. Il était accusé d'encourager le piratage en diffusant un logiciel aussi simple d'emploi... D'ailleurs j'me rappelle encore la galère (y a presque 10 ans) sur PC pour encoder et lire en MP3, mais depuis chuis sous Mac t tout va mieux ;-) Quant à la réponse de Steve, elle cible parfaitement ses détracteurs et leurs contradictions : Pacal Nègre, PDG d'Universal et grand lobbyiste de la Loi DADVSI n'avait qu'à y réfléchir à 2 fois !!! Au lieu de chouiner parce qu'il vend de moins en moins de CD pourri de Star Ac' à 20€ alors qu'il se rempli les poches de l'autre mains avec les chansons vendus en ligne, les DVDs musicaux(à peine + cher que les CDs) et surtout les sonneries de portables (hors de prix, mais à la croissance exponentielle)... Quant à l'anticipation... Ben il l'a dit : d'ici quelques années, il n'y aura même plus de DRM, alors... à eux de voir !<br /> Et boum : renvoie dans les 22 !!! Bien joué Steve... La grande classe ;-)
avatar Anonyme (non vérifié) | 
shenmue quel fanboy !!! (lisez donc ses interventions enamouracheés envers la pomme sur macbidouille).T'as une photo de Jobs dans ton portefeuille ? la lettre de Jobs est exactement ce que les fanboys ont envie d'entendre. L'amour rend aveugle. Franchement il croit quoi Jobs, qu'on va le croire ? Moi aussi à sa place j'aurai écrit la même chose et j'aurai pointé du doigt les majors.(quand on a le monopole il est hors de question de partager le gateau avec les autres)
avatar solo | 
===time after time "Moi aussi à sa place j’aurai écrit la même chose et j’aurai pointé du doigt les majors.(quand on a le monopole il est hors de question de partager le gateau avec les autres)" Relie la définition de monopole, Apple n'est certainement pas en situation de monopole avec l'ITMS il est en position dominante sur le marché mondial ou si tu préfère il est le leader c'est très différent d'un monopole. Il existe des dizaines d'alernatives à l'ITMS et encore plus à l'iPOD. Ce que SJ dit n'est pas pour son Fanboys c'est la strict réalité et le message va exactement là ou il doit aller, cela semble te déranger.. sans que l'on sache pourquoi d'ailleur.. explique toi... tu travers pour une major..?
avatar Anonyme (non vérifié) | 
certes, disons en quasi monopole, ou comme la même situation que microsoft sur le marché des OS, si tu préfères. Bref il n'est absolument pas dans l'intérêt d'Apple de licencier son Fairplay (on ne change pas une équipe qui gagne).<br /> Non merci je ne travaille pour ces escrocs du disque. Je fais partie des vaches à lait, mais j'évite de me faire entuber avec le sourire, le postérieur en avant.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Je savais que Steve Jobs y était opposé dès le début, mais son manque d'intervention ces derniers mois semait le trouble... Enfin, voilà qui va donner du grain à moudre aux concurrents, aux associations de consommateurs, et aux benêts qui criaient au loup par ignorance de sa réelle pensée, et parce que la lutte contre la DADVSI justifiait d'inventer tout et n'importe quoi ici bas (on s'enflamme vite sur certains forums de geeks) En revanche, ce qu'il manque, c'est qu'il ne dit pas pourquoi il a mis du DRM dès le début sur des productions qui ne demandaient pas de DRM (tous les indés, soit sûrement au moins 25% du catalogue...) On a aussi fait tout un foin pour la Fnac et VirginMega qui ne mettaient plus de DRM sur ce catalogue, mais personne ne leur a jamais rien demandé... Enfin bref, tout le monde essaie un peu de se montrer sous un beau jour au consommateur, alors que dans tous les cas ils défendent surtout un business model Comme je l'ai dit au moment du coming out de Pinault et Lagardère, se préocupper plus du consommateur est une première chose dans le développement de la musique en ligne... la seconde sera de se préocupper de l'artiste (qui gagne, avant impôt guère que 4 cents par vente à 1 Euro)
avatar zerozerosix | 
KeskiDitCePasCon... Intéressant son analyse et je partage son point de vue dans les grandes lignes. Surtout la conclusion : merci Monsieur Vivendi de virer ces DRM à la con. Très honnêtement j'ai acheté un album sur iTunes et alors que j'aurais bien réitéré, je me suis finalement ravisé... pourquoi : parce mes CD qui on 10 ans je peux encore les lires sans problème... Mais dans 10 que seront devenus FairPlay et les iPods ??? et dans 20 ans ? Bref j'attends de pouvoir acheter de la musique dont je peux disposer comme je l'entends. En attendant, CD ou rien... Il est assez intéressant de noter que Bill et Steve partagent (pour une fois) le même point de vue.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR