Android : drôle de "victoire"

Arnaud de la Grandière |


C'est bien connu, l'union fait la force. De la même manière que le ralliement des fabricants de PC derrière l'étendard Windows a assuré à cette plateforme son hégémonie sur toute l'informatique, beaucoup ont prédit que le scénario se reproduirait avec Android et l'iPhone. De fait, la part de marché d'Android a dépassé celle de l'iPhone. Mais se limiter à ces seuls pourcentages ne donnerait qu'une image très parcellaire du paysage, car la donne est en réalité bien différente de celle qui oppose OS X à Windows.

La part de marché, une donnée insuffisante

Indubitablement, la grande gagnante de la guerre Mac-PC fut Microsoft. Du point de vue des fabricants, en revanche, le bilan est un peu plus mitigé. Les constructeurs de PC ont en effet été terriblement dépendants de Microsoft, et puisqu'ils n'étaient pas en mesure de se différencier au niveau du système d'exploitation, ni de son intégration avec leur matériel, ils se sont lancés dans une guerre des prix qui les a laissés exsangues.

Moralité, en 2010 le Mac tenait 7 % de part de marché, mais 35 % des bénéfices bruts de l'industrie. À choisir, la position d'Apple sur le marché des ordinateurs est donc bien plus enviable que celle de HP, pourtant numéro un mondial en unités vendues. À y regarder de plus près, ce haut du podium tient plus de la distinction honorifique que d'une réelle performance, en réalité il s'agit d'une bien maigre consolation si l'objectif est de gagner le plus d'argent possible. La part de marché ne permet de dominer financièrement que si les volumes de vente compensent la faible marge, et c'est un savant équilibre à atteindre sachant que de plus faibles marges peuvent contribuer à un plus grand volume (sans pour autant le garantir).

De fait, si Microsoft a si bien su tirer son épingle du jeu, c'est fort de la part de marché de la plateforme Windows, et d'une particularité propre aux œuvres de l'esprit concernant la marge bénéficiaire : leurs coûts de production sont fixes, contrairement au matériel. Une fois le logiciel développé, il ne suffit plus que d'en vendre un certain nombre d'exemplaires pour atteindre l'équilibre, toutes les ventes ultérieures augmentant inexorablement la marge bénéficiaire (avec son corollaire qui permet également de réaliser une marge négative en cas d'échec commercial). Assez ironiquement, Microsoft a martelé son concept de la « taxe Apple » alors même que sa marge sur Windows est de… 85 %.

On le sait, le modèle économique d'Android n'a rien de commun avec celui de Windows, puisque l'OS mobile de Google est libre et gratuit. La firme de Mountain View compte rentabiliser le coût du développement d'Android sur l'affichage de publicités qu'elle pourra effectuer au travers de ses services, pour peu que ses partenaires les conservent dans la version d'Android livrée avec leurs smartphones. Mais en dépit de la part de marché supérieure d'Android, Google gagne malgré tout plus d'argent avec iOS, puisque de son propre aveu les deux tiers des requêtes mobiles qu'elle traite proviennent de l'OS d'Apple.

Du point de vue des fabricants, le contraste est encore plus marqué : à elle seule Apple s'arroge 52 % des bénéfices de l'industrie mobile, tous constructeurs et tous types de téléphones confondus, alors que Nokia écoule bien plus d'appareils qu'elle.

En somme, lorsque seule Microsoft tirait une domination financière de la part de marché de Windows, dans le monde mobile la domination du marché par Android ne fait guère figure que de médaille en chocolat : ni Google ni les fabricants n'en sont mieux lotis pour autant.

Influence et autonomie

Mais au-delà de la seule donnée économique, la part de marché reste malgré tout un élément crucial lorsqu'il est question de plateforme : elle lui garantit une pérennité et un écosystème. Plus une plateforme donnée séduira d'utilisateurs, plus elle sera susceptible d'attirer des développeurs qui pourront tirer parti de ce vivier, induisant un cercle vertueux puisqu'en retour, un plus grand nombre d'applications attirera plus d'utilisateurs. À leur tour, les investissements des utilisateurs dans une plateforme, en achetant des logiciels, les rendent moins susceptibles de changer de crémerie, et permettent de constituer un marché captif : c'est le puissant levier sur lequel Windows a pu assoir son hégémonie.

Mais en l'espèce, la fameuse fragmentation, tant logicielle que matérielle, de la plateforme Android vient contrecarrer ces axiomes : il n'y a pas qu'une seule plateforme Android.

Les différentes formes de téléphones (rapport, taille et définition de l'écran, clavier physique ou non, capacités graphiques, etc) et les diverses versions d'Android actuellement dans la nature viennent totalement diluer la plateforme, qui bien loin de simplifier le travail des développeurs en leur permettant avec un seul développement de s'adresser à une population homogène, rendent au contraire leur tâche bien plus ardue. Il leur faut faire le choix du plus petit dénominateur commun, ou de limiter la compatibilité à un nombre restreint d'appareils.

Si on peut faire les mêmes observations du point de vue matériel concernant les différentes générations d'iPhone, d'iPod touch et d'iPad, les variations restent malgré tout moins drastiques que sur Android. Mais c'est bien au niveau logiciel que la différence devient flagrante : les fabricants n'ayant guère d'intérêt à investir pour proposer les mises à jour d'Android à leurs clients, nombre d'appareils restent désespérément en retard sur le planning, alors même que l'iPhone 3GS, pourtant vieux de deux ans et demi, fonctionne sans problème sur la dernière version d'iOS et permet aux développeurs de tirer parti de ses dernières API.

Michael DeGusta en a fait un récapitulatif éloquent dans le tableau suivant : alors que chacun des modèles d'iPhone permettait d'exploiter la dernière version d'iOS en vigueur 3 ans après sa mise sur le marché, certains smartphones sont mis en vente avec pas moins de deux versions de retard sur Android, d'autres n'ont pas bénéficié de la moindre mise à jour, et aucun des 18 smartphones recensés n'a été à jour sur l'intégralité de la période observée.

skitched

Pire encore, la nature libre d'Android finit par se retourner contre Google, puisque des constructeurs comme Amazon en tirent leur propre parti non seulement sans intégrer les outils de Google, mais même en diluant un peu plus la plateforme Android pour en faire une version autonome, jusque dans son App Store. Ça n'est manifestement pas un hasard si Google ne s'est jamais publiquement félicité de l'arrivée du Kindle Fire, ni de l'utilisation d'Android par un grand nom tel qu'Amazon, alors même que ce pourrait être un exemple éloquent des avantages du logiciel libre. Pour permettre aux clients du Fire de venir chercher des apps sur l'Android Market, c'est Google qui a dû faire l'effort d'ouvrir sa boutique à cette nouvelle tablette. Amazon n'ayant lui pas jugé utile de faire cet effort, préférant s'en tenir à son propre store.

Ces fabricants semblent trouver moins de grâce aux yeux de Google, qui n'a pourtant jamais tari d'éloges sur l'ouverture d'Android. Google semble même avoir changé son fusil d'épaule à ce sujet, puisqu'elle a cru bon de ne pas publier le code source de HoneyComb - arguant du fait qu'il s'agissait de le sortir très vite pour répondre à l'iPad - et qu'elle a introduit une hiérarchie de l'accès à Android en fonction de ses partenaires. D'autre part Google resserre un peu plus son contrôle sur Android 4.0, en permettant par exemple aux utilisateurs finaux de supprimer les applications installées par les opérateurs (une tâche autrefois impossible…)

skitched

Etant donné le contexte, on peut s'interroger sur la pertinence d'Android pour Google, sachant qu'iOS lui rapporte plus de connexions et lui coûte moins cher en développement, et qu'Android se retourne parfois contre son créateur en étant exploité par des concurrents. Il est d'ailleurs assez surprenant de constater que Microsoft gagne plus d'argent avec Android qu'avec Windows Phone 7 (par le jeu des accords de licence pour prévenir des attaques en justice), et que Google gagne plus d'argent avec iOS qu'avec Android. Il reste cependant un intérêt indéniable pour Google : Android lui garantit une certaine indépendance. Si demain Apple se piquait de supprimer les services de Google installés par défaut dans iOS, cela mettrait Google dans une situation délicate au niveau stratégique s'il n'y avait Android pour se garantir une survie dans le mobile. L'ironie du sort c'est que la concurrence d'Android est précisément ce qui motive Apple à rendre la monnaie de sa pièce à Google : elle investit depuis quelques années dans des services de cartographie qu'on s'attend à voir remplacer Google Maps dans de futures versions d'iOS. Plus récemment, avec Siri, Apple va jusqu'à "désintermédier" la recherche en ligne et attaquer Google sur son cœur de métier, en la plaçant à même hauteur que Yelp, Wolfram Alpha et autres, comme prestataires d'arrière-boutique.

L'ouverture et la gratuité n'avaient à vrai dire pour Google que l'intérêt de rendre caduque le modèle économique de Microsoft dans le mobile : les fabricants de téléphones, échaudés par la dépendance des fabricants d'ordinateurs à Microsoft, y ont vu leur salut. Une fois le marché des systèmes d'exploitation tout acquis à sa cause, Google aura moins d'intérêt à laisser les constructeurs faire ce qu'ils veulent d'Android, à ceci près qu'à son tour, la taxe de Microsoft sur l'exploitation d'Android ne fait que remettre en question sa gratuité. Ces coups de Jarnac successifs ne sont après tout que de bonne guerre.

Le cas d'école des tablettes

Malgré la part de marché supérieure d'Android dans le marché des smartphones, jusqu'ici aucun fabricant n'a pu transformer l'essai dans le domaine des tablettes. Ce marché semble quasi intégralement voué au seul iPad, et toutes les initiatives de concurrence semblent confinées au domaine de l'anecdotique. En dépit de leur renommée, de grands noms de l'informatique tels que HP ou Dell se sont brûlés les ailes sur ce marché. Les nombreuses tablettes Android, en dépit de la prétendue supériorité acquise par le nombre qui vaudrait pour les smartphones, n'arrivent pas à séduire : de l'aveu même d'Andy Rubin, seuls 6 millions de tablettes basées sur Android ont pu trouver acquéreur.

Il faut dire que si l'iPhone n'est arrivé qu'en outsider dans la téléphonie mobile, Apple a créé de toutes pièces le marché des tablettes (en les distinguant des TabletPC), et a bénéficié au lancement de son dernier produit d'un véritable ouragan médiatique, jusqu'ici inédit. Le grand public a donc une bonne perception de l'appareil, et conçoit de manière générale les produits concurrents comme de vagues succédanés. Si le français moyen a déjà entendu parler de l'iPad, les Xoom, Playbook et consorts bénéficient d'une notoriété bien moindre.


Une tablette Android en guise de jouet pour enfants…


Si d'aucuns ont un peu inconsidérément traité l'iPad comme un appareil voué à la seule consommation d'œuvres de l'esprit, il n'en a pas moins d'excellentes aptitudes dans ce domaine, puisqu'il fait partie intégrante des écosystèmes d'Apple, tant sur la musique, que la vidéo, les livres, la presse, et les applications. La concurrence, dans sa précipitation à ne pas laisser les coudées franches à Apple sur ce nouveau créneau, aura trop volontiers négligé cet aspect, livrant des tablettes mal abouties qui ne permettent guère que de consulter le web, le mail, et les quelques applications de l'Android Market qui se vouent à ce nouveau format. Certes, Google œuvre d'arrache-pied à rattraper son retard sur la musique et la vidéo, mais il lui reste encore fort à faire pour être à pied d'égalité.

Mais s'il est un élément qui change particulièrement la donne sur le marché des tablettes relativement à celui des smartphones, c'est bien la moindre présence des opérateurs téléphoniques. Les tablettes, du moins dans leurs modèles WiFi qui représentent l'essentiel des ventes, ne bénéficient pas des mêmes conditions de subvention, ni des abonnements et couvertures réseau qui sont liés aux smartphones. Peut-être faut-il y voir une explication au succès d'Android dans la téléphonie : il était indubitablement plus aisé de faire concurrence à l'iPhone lorsque celui-ci n'était disponible que chez un seul opérateur national, et qu'il n'était pas intégralement subventionné. Apple y a mis bonne mesure depuis, reste à voir si cela suffira à infléchir la domination d'Android.

avatar DM75 | 
@lukasmars Quand tu seras capable d'écrire pareil article, tu me le dis stp....
avatar DM75 | 
@pol2095 Tu sembles manquer de personnalité là non ?
avatar lmouillart | 
Concernant le problème de mise à jour les utilisateurs Android ne cessent de faire pression sur les gros constructeurs, Motorola, HTC, Samsung, Sony. Et cela commence petit à petit à porter ses fruits : Sony va porter ICS sur l'ensemble de sa gamme de l'année dernière, Motorola supporte de nouveau les premiers Droid et Droid, Samsung reste toujours moyen et HTC mauvais, pour les autres constructeurs aucune idée. Par contre à la différence d'iOS les applications de gmail, calendrier, youtube, recherche vocal, google books, google shooping, googe traduction, google goggles, google music, google voice, google finance, google listen, ,google+, google video, google wallet, google catalogs, google offers sont des apps et non intégrés à l'OS on profite donc de mises à jour au fil de l'eau.
avatar Powerdom | 
J'aime beaucoup les articles de macgé. Dommage que ce soit les utilisateurs android qui les lisent en pleurant.... Ha ha.
avatar Nathapi95 | 
Cool de cracher sur Android sans arrêt... En attendant Apple prétend avoir inventé des ré-vo-lu-tion avec le multitâche et les notifications, alors que ça existait déjà depuis fort longtemps sur android..!! Android sert de base sur laquelle Apple se donne le droit de se poser, sans rien dire et utiliser la naïveté de la société pour faire croire à une entreprise fantastique...
avatar Marc Duchesne | 
Android s'autodétruiera dans 1 ou 2 années... La guerre des constructeurs, l'argent abscent pour son développement, son manque d'homogénéité, ses problèmes de sécurité, le non contrôle en aura raison. Nous assisterons à un microsoft Windows en accéléré.
avatar Marc Duchesne | 
@ lmouillart : Quand je imouillart, je slip sans lire.,,
avatar lmouillart | 
@nonoche je taperais avec la reco vocale et ça sera encore plus du verbiage :D
avatar DM75 | 
@Nathapi95 Faut revoir tes bases là.
avatar Francis Kuntz | 
C'est trop bon de voir les fanboys android nier la réaliter et critiquer sans arrêt.
avatar lukasmars | 
@dm75 je n'ai pas dit que c’était mal écrit. Relis moi et essaye de comprendre.
avatar LaJoub83 | 
Article très intéressant merci. Analyse objective et pertinente.
avatar Mithrandir | 
@pol2095 : le SDK Android est une merde sans nom. Et Google ne fait rien pour l'améliorer, y compris sur ICS. Documentation déficiente ou fausse, émulateur buggué et lent, API elle même bugguée jusqu'à la moelle. Et langage de développement qui ne peut plus vraiment évoluer. Mais à force de vouloir tout maîtriser tout seul, et faire des évolutions à marche forcée, on arrive à une usine à gaz qui n'a plus vraiment de cohérence.
avatar Manueel | 
J'adore les réactions agressives sur cet article Merci :-) OK il y a un point de perspective Mais comment faire autrement ? Qui gagne de l'argent ? C'est un point de perspective intéressant, non ? :-) Alors pourquoi c'est cris de truie qu'on égorge ? Je ne comprends pas. Dans ces hurlements désespérés, aucune contradiction aucune analyse, aucune réfutation d'éléments erronés juste un cri de souffrance Respect de cet souffrance Je ne comprends pas comment Arnault et Macg peuvent manquer à ce point de compassion en déballant ainsi des infos sans soucis pour les fans d'Androïd qui pourraient en souffrir Toutes vérités n'est pas bonne à dire !
avatar lmouillart | 
@mithrandir Mieux vaut utiliser DS-5 : http://www.arm.com/products/tools/software-tools/ds-5/index.php, par contre ce n'est que pour le NDK. @Manueel J'entends plutôt un cri de désespoir voyant la vache à lait d'une entreprise se faire manger de tous les cotés par des constructeurs conquérant et un Google arbitre détaché de toutes ces velléités pécuniaire régner en maître sur ce qui sera dans quelques années la plus grosse base installé de tous les systèmes informatiques.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
@marc duchesne : Si l'on en croit la plupart des devins, comme toi, Android aurait dû mourir il y a longtemps... @mithrandir : Je ne vois pas vraiment le rapport, la dernière roue du carrosse a toujours été le développeur (sauf sur mac à priori, c'est pour cela que les éditeurs de jeu se lancent en trombe sur ce marché). Cela n'a jamais empêché les courageux de créer pour le plus grand nombre. Si c'est le prix pour atteindre la cible la plus large, alors, why not... Après lecture des commentaires, je note tout de même que l'auteur de cet article a bien travaillé et que son écrit est bon (bien que l'on a mon avis). Je ne crois pas que les fandroids critiquent l'article sur sa forme, mais bien son fond. Enfin vivement 2014, pour que je me fende la gueule en lisant les parts de marché.
avatar Patrick75 | 
N'en déplaisent au Fandroid qui se sont donnés rendez-vous ici, l'article a le mérite de dire des vérités (à l'aide de chiffres) qui ne sont pas du goût de tous. Faut-il le rappeler, Apple ne cherche pas la part de marché à tout prix mais un certain niveau de part de marché qui lui assure pérennité et profit... Doit-on encore faire le rapprochement avec BMW et Mercedes qui ont aussi une approche haut de gamme et vendent une expérience. Chacun son modèle de business et heureusement qu'il y a de la concurrence pour qu'Apple ne s'endorme pas... Je trouve que Microsoft arrive avec une solution qui viendra cannibaliser Android plus qu'iOS à mon humble avis... Je suis sidéré par le nombre de personnes qui se font refourguer des smartphones Android pas cher par des vendeurs d'opérateurs peu scrupuleux et qui n'utilisent que les applis livrées et ne font pas de mise à jour (s'ils le peuvent bien sûr..) @lmouillart: c'est justement la force d'Apple d'offrir une super expérience aux clients potentiels dans ses Apple Store et éviter le syndrome FNAC que tu décris si bien... pour l'instant je ne vois pas beaucoup de fabricants capables d'offrir cette expérience, Sony peut etre ?
avatar iBaby | 
Si on devait prendre le contrepied de cet article et mettre en valeur, ne serait-ce que par élégance et exercice de style, le modèle de Google, exception faite du modèle économique qui, on l'a compris est plus favorable à Apple, on penserait bien-sûr à Microsoft, pour le mode de distribution d'Android. Quelqu'un a dit que Microsoft avait permis de populariser l'informatique, ce qui est vrai, mais comme le souligne l'article, la marge de Microsoft sur Windows est de 85 %. Google, avec ses revenus sur la pub, fait figure de petit joueur, et cela peut paraître moins noble à certains de gagner le plus gros de son argent sur la pub plutôt que sur quelques logiciels mondialement répandus et productifs. Mais je crois que Google, pour l'instant, est une société bien plus démocratique, et presque philantropique, que Microsoft, qui l'a peut être été pour la première révolution de l'informatique, je ne sais pas, quoique l'attitude de Bill Gates à cet égard aujourd'hui puisse le laisser penser. Quant à Apple, si elle est philantropique, c'est plutôt pour la beauté de l'art, avec ses produits ultra-design. Elle s'est démocratisée depuis dix ans, ce qui je pense lui a fait le plus grand bien, mais dans ce domaine elle n'a pas l'aura de ses deux principaux concurrents, elle représente plus le désir en mouvement. Pour aider à sortir de ces histoires de gros sous et de domination qui montent à la tête et font vriller les commentaires. Une fois que j'ai payé mon joujou dernier cri, je ne pense plus à l'argent, mais à mon plaisir et à l'utilité de ce que je possède.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
@Patrick75 : Tu devrais regarder par ta fenêtre, malheureusement ce n'est pas tout le monde qui peut se payer un I-Truc. Si des opérateurs scrupuleux se lancent sur ces marché, c'est que la demande existe. Et comme tu dis, Apple s'est clairement toujours démarqué sur le terrain de l'élitisme (comme merco et BM). Donc cela coule de source, il ne faut pas être chagriné lorsque l'on voit un produit conçu pour toutes les bourses, toutes les classes socio-pro faire la course en tête, à présent. Apple tendra vers sa cible clientèle privilégiée également avec ses produits mobiles, comme avec ses ordinateurs. Et de gros faiseurs se chargeront de vendre les produits similaires au prolétariat.
avatar Oliange | 
Un jour peut être que les gens arrêteront de croire que c'est leur produit qui est le meilleur et qu'il faut dénigrer celui du voisin. Que l'on soit sous Windows ou OS X ou Linux ou qu'on ait un téléphone sous Android, Bada ou iOS l'important est d'être satisfait non ? Quel intérêt de cracher sur l'autre pour s'auto rassurer et croire qu'on est meilleur que l'autre ? La comparaison ça va bien 2 minutes et les gens qui surenchérissent dans les commentaires aussi...
avatar starbus | 
@mike13630 [quote]@mithrandir : Je ne vois pas vraiment le rapport, la dernière roue du carrosse a toujours été le développeur (sauf sur mac à priori, c'est pour cela que les éditeurs de jeu se lancent en trombe sur ce marché). Cela n'a jamais empêché les courageux de créer pour le plus grand nombre. Si c'est le prix pour atteindre la cible la plus large, alors, why not...[/quote] Sauf que même si il y a plus de tel android, il y a beaucoup moins de client. Pourquoi se faire chier à développer une app pour une plateforme qui en plus d'être fragmenté, les utilisateurs n'achète pas ou très peu d'app au contraire des utilisateur d'Iphone. Ce n'est pas un scoop , le marché des app sur andro n'est pas rentable et c'est ça qui qui peux le tuer.
avatar lmouillart | 
@Patrick75 les Sony Styles sont de chouettes boutiques mais souvent mal placés ou mal connu donc assez peu fréquenté. Concernant le nombre d'appli comme je l'ai dit plusieurs fois les gens ont en moyenne assez peu d'applications, quelque soit le smartphone, sur Android et IPhone avec les 400 000 applications environ trouver une application qui n'est pas dans le top 100 ou dont on ne connait pas le nom est un enfer. Je m'étais laissé convaincre par certains ici qu'ils n'y avait pas de bon jeux ou de jeux high end, sur android et mais j'en découvre tous les jours et comme ce sont les angrybird, fruit nijna qui canibalise le top des ventes ont ne les vois pas. Ensuite Android cherche à être partout, smartphone, domotiques, tablettes, ... il y a des constructeurs bas de gamme et d'autres très haut de gamme. Puis surtout pour tous les gouts : appareil rendu insensibles à l'eau grace aux nano technologie chez motorola, smartphone avec la technologie lumix chez panasonic, écran 3D HD chez sharp, ce qu'il y a de mieux en OLED chez Samsung. En fait effectivement apple fait penser aux automobiles blingbling comme BMW & mercedes alors que les Android haut de gamme seraient plus des Aston Martin, Masterati, bref une certaine notion du raffinement et de l’élégance mais un peu moins démocratisé.
avatar arnaud06 | 
Merci pour cette article intéressant. Les androfans n'ont vraiment apporté que peu d'arguments à leur ire injustifiée. Se venter d'une part de marché car la majorité des constructeurs prennent un système 'gratuit' par défaut et le proposent à des clients qui utilisent 5 % des possibilités. Cela donne une grosse part de marché qui semble à maturité sur le seuil des 50 % , mais une proportion des connexions mobiles, des achats d'app en valeur, de l'usage des service Google beaucoup plus faible que la concurrence et par conséquent une rentabilité beaucoup plus faible. Il serait intéressant de voir si Androïd pourra survivre à l'arrivée des services Apple pour remplacer les services de Google (qui génèrent 2/3 des revenus de Google dans le mobile) et surtout de l'écosystème windows/Nokia. Quant en plus on sait que les fabricant Androïd versent des fortune à Microsoft ... Qu'il ne maintienne pas leurs anciens mobiles ... Le tableau n'est pas très reluisant
avatar terkou | 
juste une petite correction mise a part cet article completement subjectif. mais bon c'est normale, on est sur un site pro-mac, on trouvera des articles qui annoncent la mort de l'iphone sur des site pro Android. Je dirais, la n'est pas le debat, on le sait en venant sur un site comme ca. Je tiens a corriger, android est techniquement gratuit, mais si un constructeur veut utiliser l'android market et gmail et tous les Gqqch il faut passer a la caisse. elle est la la principale source de revenue de google. Donc la olupart des constructeur [b]paient une licence.[b] c'est pour cette raison qu'archos ne propose pas les services googles dans ses appareils android! Bref je voulais juste apporter une petite precision qui me semblait importante!
avatar Lesjir | 
@mike13630 : en avant camarde !
avatar lmouillart | 
@starbus c'est exactement le problème inverse pourquoi un éditeur irait se risquer sur une plateforme sur laquelle les utilisateurs ont déjà tout, plutôt que sur une ou il n'y a "rien". Il est plus judicieux d'être dans les premiers dans la ruée vers l'or plutôt que les derniers, d'autant plus si le développement sur android est rendu plus difficile par ces outils et met donc la barre plus haute.
avatar Lesjir | 
*camarade !
avatar starbus | 
Un éditeur va ou cela lui rapporte, aller va te coucher c'est l'heure du marchand de sable.
avatar lmouillart | 
Les discussions me font un peu penser à ça : http://www.youtube.com/watch?v=_z_E0CKDloM&feature=related :-)
avatar codeX | 
@Oliange Ben oui, tout à fait d'accord, mais quid du défoulement que procure ces articles de 'fond', surtout après une longue et harassante journée de travail. Alors la tentation est grande de vouloir reprendre le contrôle en essayant de vouloir faire passer 'l'autre' pour une truffe. Bref, de l'humain pur jus.
avatar rom54 | 
"le ralliement des fabricants de PC derrière l'étendard Windows a assuré à cette plateforme son hégémonie sur toute l'informatique" Il ne s'agit pas d'un ralliement, qui laisse supposer un choix volontaire. De plus cette inféodation est une consequence et non une cause... Les fabricants, constructeurs comme assembleurs ont ete contraint par Microsoft (et par tous les moyens legaux comme illégaux) a adopter DOS puis Windows comme seul et unique systeme. Microsoft est alle meme plus loin dans ce système d'asservissement en contraignant/négociant avec Intel en instituant le plateforme Wintel... Cela remonte a l'epoque (annees 80) ou Microsoft a parasite IBM en installant DOS sur sa ligne d'ordinateur personnel... et a dure jusqu'a aujourd'hui, enfin il y a environ 3 ans avec l'emergence d'ARM, Apple et Google sur le secteur mobile. Microsoft a développé un écosystème propriétaire, ferme et instituant une captivité irrémédiable, autour de DOS puis de son évolution vers Windows. Google a élaboré un OS opensource sans inféoder aucun constructeur, ni fondeur. Plus encore, les constructeurs ont développés des produits fonctionnant sous Android pour des raisons d'efficacité mais aussi pour echapper a Microsoft (qui avait tout de meme Windows Mobile depuis plusieurs annees auparavant). On peut meme prendre le cas de HTC qui a commence comme mule Windows contractuelle pour aller chercher un partenariat d'occasion vers Google... Parce que les produits sous Android se vendent alors que ceux sous Windows Mobile sont devenus anecdotiques... Au-dela de cette différence pour le moins conséquente, il faut bien voir que les modeles de Google comme de Microsoft sont identique sur le fond, ce ne sont pas des entreprises informattiques: -Microsoft est une entreprise financière dont la puissance vient de la masse captive d'utilisateurs au travers de son monopole. -Google vent des "ciblage consommateur" aux annonceurs. Dans les deux cas le produit: c'est l'utilisateur
avatar codeX | 
[quote]@Manueel J'entends plutôt un cri de désespoir voyant la vache à lait d'une entreprise se faire manger de tous les cotés par des constructeurs conquérant et un Google arbitre détaché de toutes ces velléités pécuniaire régner en maître sur ce qui sera dans quelques années la plus grosse base installé de tous les systèmes informatiques.[/quote] Le futur prix Goncourt ? Les partisans d'Android ont trouvé leur héraut.
avatar dimdu28 | 
Merci pour cet article véritable déclencheur de Troll tant d'apple fan que de fandroid! Envoyé depuis mon iphone...
avatar benq | 
Article intéressant ! 1/ les petits trolls vert : arrêtez avec votre mauvaise foi, c'est lassant de toujours entendre les mêmes diatribes. 2/ Android sera amené à être de plus en plus fragmenté. Exemple de Sony, qui utilisera Android avec une sacré surcouche maison pour promouvoir son propre écosystème, idem amazon avec sa kindle, voir même Samsung dans l'avenir ! Car les fabricants commence à comprendre que sans écosystème personnel, pas de grosses marge ! 3/ Microsoft devrait aussi significativement "mordre sur Android" et faire baisser la part de marché d'android.
avatar lmouillart | 
@Benq Quel est le problème d'avoir un éco système fragmenté si il est interopérable. Tu prône le retour à l'époque Soviétique avec des services centralisés et uniformisé pour l'ensemble des consommateurs sans concurrence ? Typiquement sur Google Music un certains nombre de gros titre passent quelques temps à 2.5$. Vivement que je ne loue plus mes films HD à plus de 4€. Ou que je ne paye mes livres à un prix exorbitant.
avatar USB09 | 
@lmouillart : Très cher Pour les films , ce sont les majors qui fixe leur prix.
avatar USB09 | 
@lmouillart : Et les livres ont le meme prix en papier comme en numérique. Sauf s'il n'est que numérique. Et pour cause la loi Lang.
avatar Geoffrey198 | 
"1/ les petits trolls vert : arrêtez avec votre mauvaise foi, c'est lassant de toujours entendre les mêmes diatribes." On peut faire une remarque concernant cet article sans pour autant être fan d'Android à 200%...C'est pénible d'être catalogué "troll" dès qu'on ose défendre ses idées avec un peu de véhémence. Ce d'autant plus que dans le cas présent, il s'agit d'un article fondamentalement sans grand intérêt puisqu'il envisage le "problème" en se focalisant sur certains détails et en omettant plusieurs points capitaux. Bien sur qu'il faut critiquer Android, tout comme il faut critiquer iOS et Windows Phone... Mais si cette critique correspond à peu près aux produits que les clients ont entre les mains c'est pas plus mal.
avatar benq | 
@lmouille Arrête avec ton bla bla qui tourne autour de ton Google chéri...je te dis une chose, ce qui est gratuit et ouvert aura toujours des défauts : moindre qualité, incohérence et pas homogène...ce qui explique les 40 % de possesseur d'android qui pensent changer de crémerie. Android c'est pour les jeunes, les geeks, les clients qui ont viscéralement ancrés dans leurs gènes la bidouille pour payer le moins de chose c'est tant mieux et je comprend leurs démarche, mais quand à raconter constamment des fadaises sur Apple, vous avez un probleme ! Faut allez voir un médecin !
avatar Webanix | 
Moi aussi, comme certains, j'ai trouvé très vite cet article trop lourd et partial, à vouloir justifier, dès les premières phrases, le fait qu'Apple n'est pas premier en part de marchés. Un article plus neutre, comme on en voit souvent sur MacGén d'ailleurs, aurait commencé par reconnaître que le passage de la barre des 50% pour Android était une belle performance et signe d'un engouement pour cet OS, mentionnant ensuite qu'il ne s'agissait que d'une manière de voir les choses puisqu'il s'agit d'un OS fragmenté. Mais cet article est à fond sur la défensive et la critique. Et effectivement ça devient pénible d'être taxé de troll quand on critique Apple ou les dires d'un macophile. Vous pensez vraiment que tout ceux qui émettent une critique sont forcément des anti-Apple venus sur ce forum dans le seul but de s'amuser à casser de la pomme ? Je suis moi-même grand fan d'Apple, mais je trouve que des articles comme celui-ci contribuent à accentuer l'image du fanboy.
avatar benq | 
@geoffrey Dac avec toi, mais de lire tout le temps : "Apple c'est cher, iOS c'est fermé, et blablablivet blablabla" Bien sûr que les produits a la pomme ont leurs défauts. Des défauts là aussi liés aux qualités des produits Apple, mais si nos petits trolls verts pouvaient changer de disque... :-)
avatar lmouillart | 
Je pense que tu fais référence à l'étude qui disait que 40 % de possesseur d'android ne resterait pas fidèle à leur marque. Ca ne veut pas dire qu'il passerait tous sur iOS. Typiquement j'ai eu des android samsung, motorola, et htc, je ne suis pas liée à une marque. Du coté Apple comme éco système = produit effectivement tu es coincé et tu te pose plus de questions quand à aller voir ailleurs. Le gratuit et le libre on justement une bien meilleurs cohérence et qualité que le propriétaire, IBM, Apple, Google, Facebook, etc ne s'y sont pas trompés. Un système qui est testé pour des 100enes d'écrans différents, des dizaines de cpu, de gpu est nécessairement plus robuste qu'un système testé sur 2 cpu et 3 gpu. Et effectivement si les pilotes sons, de baseband étaient libres et gratuit la qualité en serait encore meilleure. Petit exemple je me connecte sur un android neuf sans compte google 3 écrans. Sur un iphone j'ai arrête de compté tellement il y en a. Idem pour les bouts de configurations dans tous les coins et sans aucun sens. Tu veux configurer un application facile ... il faut la quitter et aller dans les préférences iOS ... logique quoi, tu veux envoyer un message facebook a un de test contact du carnet d'adresse bah tu quitte le contacte sur lequel tu était tu lance facebook tu le cherche et zoup. Autant te dire que sur android tout est connecté homogène. De plus les applications Google n'ont pas plus de droits que les applications du market donc au cas ou tu voudrais remplacer quelque chose tu télécharge l'app puis voila, pas de bidouille, de machin, de jailbreak compliquer. Android vise beaucoup plus l'utilisateur novice qui se fiche de savoir qu'il faut un machin airplay pour lire sur sa nouvelle TV. Et qui veut lire facilement ses divx, ses films dessus. Si il a une imprimante wifi il veut pouvoir imprimer dessus sans bidouille et sans changer tout son matériel. Bref les gens veulent des choses solides et prouvés et pas des pièces rapportés faites de bric et de broc.
avatar arnaud06 | 
Les androfan peuvent ils nous sortir une argumentation digne de ce nom plutôt que de se plaindre d'être pris pour des trolls. Apportez des idées au débat comme lmouillard plutôt que de ressasser votre diatribe habituelle.
avatar benq | 
@lmouillart Je n'ai pas dit que les 40 % iraient tous chez Apple. Il y a aussi Nokia ! :-), RIM...et c'est tout avec Apple. Si je devais un jour changer de marque, je le ferais sans soucis !, contrairement à ce que tu dis, je ne me sens pas prisonnier de l'écosystème Apple, mais je trouve celui-ci pratique et pas prise de tête. Comme je te l'ai dit si je ne suis plus en phase avec Apple ça sera sans problème que je changerai de crémerie (entre autre si Apple ne change pas sa politique vis à vis de ses sous traitants)
avatar lukasmars | 
@arnaud06 Ya pas de diatribe a avoir Android EST la plateforme majoritaire. Apres que Google se fasse moins de milliards que Apple sur un OS, mais qu'est ce qu'on s'en fout ! On n'est pas comptables ! Cet argument de qui se goinfre le plus, c'est un argument de depit, donc trés secondaire. La preuve, c'est que pour l'iPad qui lui , domine encore largement en terme de nombres , on "oublie" cet argument de la plateforme la plus rentable et on parle toujours en millions d'unités vendues. cqfd.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
@Benq : Oui, tu n'es plus en phase avec Apple et tu n'es pas le seul. PDM d'Android est là pour le prouver. @arnaud06 : Lis l'article et tu verras qui remets tjrs le même argument bidon sur la table. Dans tous les cas, ya de la place pour les 2 marchés, car il y a bien 2 cibles différentes. Comme je l'ai dit, Apple est synonyme de élitiste et confidentiel, Android d'ouvert et grand public. Et c'est en ça qu'Android ressemble à Windows, Google a compris que son produit ne doit pas être une belle cathédrale, car il a compris que l'on trouve des fidèles même au fond des vieilles chapelles. Apple reste une marque fabuleuse, mais luxueuse, par son image et son prix. Apple = Rolex et Android = Swatch... En nombre de pièce, ya pas photo, Swatch a plus vendu, mais en Chiffre d'affire !!!
avatar benq | 
@mouillart C'est ce que je dis, vous aimez bidouillez ! Aujourd'hui je vais chez Darty, je regarde les tablettes et comme toujours j'essaye touts les tablettes avec un oeil critique. Et bien désolé, l'iPod est le plus intuitif, le plus aisé et avec une interface beaucoup plus structuré et clair ! Donc pour moi ça sera l'iPod ...par contre pour le portable, ma prochaine priorité professionnelle, les jeux sont encore ouverts car le MacBook pro n'a pas de clavier numérique.
avatar Jimmy_ | 
@mike13630 : comparer Apple à Rolex, c'est quand même un terrible aveu.
avatar Dahas | 
Drôle comme le terme de fantruc est utilisé contre tout ce qui peut critiquer Apple. La genèse du terme vient des Macfans ou autres Macaddicts. Plus sérieusement, Android en très peu de temps à su s'imposer et vu le retard de l'iPhone ça va encore se creuser. C'est bon pour la concurrence donc bon pour nous. Allez S.J sort toi les doigts du cul... Ah on me dit de regarder la parodie des guignols sur S.J qui veut réinventer les ailes d'anges ^^
avatar Yves SG | 
Once more... Bravo MacG !

Pages

CONNEXION UTILISATEUR