En route vers Mac OS XI ?

La redaction |
Steve Jobs a précautionneusement choisi ses termes : en signifiant que le devenir de l'informatique était mobile et que le rôle de l'ordinateur, s'il ne devait pas disparaître, allait tout du moins s'amoindrir, l'inventeur de « l'informatique pour le reste d'entre nous » a tracé un sillon limpide. Mac OS ne dispose plus de sa complète attention. La société californienne, toujours précise dans l'allocation de ses ressources, va-t-elle poursuivre les efforts de développements entrepris voilà près de 25 ans, à la fondation de NeXT, la seconde société de Jobs ? Rien n'est moins sûr, mais on peut imaginer quelques scénarios pour l'avenir de Mac OS.

Quatre freins à la redéfinition de Mac OS
skitchedLes arguments en défaveur de Mac OS sont multiples. Le premier est stratégique : Jobs et son équipe ont compris quels étaient les ingrédients d'une recette réussie depuis l'iPod et le raz-de-marée de son succès. Ils sont divers, et chacun d'entre eux nécessite une concentration sans relâche : les problèmes de réception du dernier iPhone montrent combien cette attention doit être prenante. Dans la culture d'entreprise d'Apple, cela signifie donc que l'ensemble des troupes se doit d'être en ordre de bataille. Et si Jobs envisage une transformation rapide du secteur de l'informatique vers un monde numérique nomade et des fonctions informatiques « masquées », il devra redéployer ses troupes, ne laissant que quelques employés continuer à vanter les mérites des Mac. Après tout, l'iPod touch, l'iPhone et l'iPad représentent déjà plus des deux tiers du chiffre d'affaires d'Apple, et la croissance de la part de marché des Mac pourrait ne pas y changer grand-chose. Jobs préférera brûler ses vaisseaux, plutôt que de laisser un seul risque le faire dévier de son objectif : atteindre sa vision de l'avenir de l'informatique, conjuguant mobilité et connectivité. C'est la raison pour laquelle iPhone OS est devenu iOS et que Mac OS est désormais considéré par les observateurs comme une « iOS Development Platform », même si ce n'est pas le point de vue d'Apple. Ringardisé, le système d'exploitation de feu Apple Computer ?


Le deuxième argument provient du marché, et du grand public d'abord, qui se rue sur les solutions nomades d'Apple depuis l'iPod et la disponibilité de contenus au travers d'iTunes. L'App Store n'a fait qu'amplifier la tendance. Au-delà, les marchés institutionnels s'intéressent de plus en plus aux solutions d'Apple : depuis maintenant quelques années, des grands clients d'Apple, comme certaines entreprises ou des administrations demandent des outils plus légers. Empêtrés dans un véritable mille-feuille de technologies, ces grands comptes se sont rapprochées des commerciaux de la firme, à l'affût d'une solution, surtout depuis la présentation de l'iPhone, et plus encore depuis l'arrivée de l'iPad. La théorie selon laquelle les entreprises et les institutions viennent peu à peu à Apple sous la pression de leurs propres employés se vérifie un peu plus chaque jour. C'est déjà le cas avec l'iPhone, qui a fait son trou dans l'entreprise, et c'est là qu'il faudra attendre les effets de l'iPad, qui peut parfois remplacer un ordinateur. Face à cette demande, le Mac est chaque jour un peu plus obsolète.

Le troisième argument est logiciel, et a trait à la programmation de Mac OS, qui se fait dans des langages informatiques dérivés du langage C, et auxquels il manque une composante de programmation moderne : la gestion automatique de la mémoire. Apple a bien intégré une « astuce » qui joue le rôle de gestionnaire automatique, la fonction de ramasse-miettes ou « garbage collection ». Disponible depuis Mac OS X 10.5, l'implémentation de cette fonction a deux effets pervers. D'abord, elle coupe le parc de Mac en deux, car les machines fonctionnant sur une version antérieure de Mac OS X ne peuvent faire tourner les programmes utilisant la fonction. Mais ce n'est pas le plus grave : cette fonction a surtout tendance à utiliser plus de mémoire qu'un programme à gestion de mémoire manuelle. Elle est donc adaptée à Mac OS, qui n'a besoin que d'une réactivité « faible » (tout est relatif), et facilite le travail des développeurs. Mais elle n'est pas adaptée à iOS, d'abord parce qu'il a besoin d'une réactivité « forte », que seule une gestion manuelle de la mémoire permet, mais aussi et surtout parce que la mémoire vive est rare sur les iPhone, iPad et autres iPod touch (256 à 512 Mo), et on ne peut donc s'encombrer d'un ramasse-miettes moins économe en mémoire.

L'augmentation de la mémoire dans de futures versions d'iPhone ne changera pas le problème : en ajoutant un ramasse-miettes à iOS, Apple prendra le risque de faire de l'iPhone un appareil moins rapide et moins réactif. Il s'agit donc bien d'un problème structurel : changer de langage de programmation ou ajouter à Objective-C un API destiné à la gestion automatique de la mémoire. Relevée par John Siracusa d'Ars Technica, l'absence de cette fonction pose la question d'une mise à niveau du langage Objective-C et donc de Mac OS. Mais elle implique aussi de séparer technologiquement iOS de Mac OS, et de diluer la capacité de travail apportée par les développeurs aux systèmes d'exploitation d'Apple. Pour disposer d'un point de vue plus technique sur la question, lisez également le blog de Robert Love, et l'analyse de David Quintana.

Enfin, le quatrième argument est commercial : si l'iPhone, l'iPad et iOS sont amenés à servir de fer de lance à la conquête d'un avenir nomade, Apple doit leur laisser le champ libre, et séparer plus drastiquement appareils iOS et Mac. L'augmentation du prix du Mac mini n'est peut-être pas autre chose, et il y a fort à parier qu'Apple appliquera une augmentation similaire à ses autres Mac dans les mois à venir, pour laisser plus de place aux différents modèles d'iPad. L'iMac pourrait être le prochain sur la liste.

La croisée des chemins
skitchedAu lancement de Mac OS X en février 2001, Steve Jobs avait insisté sur le fait que Mac OS X représentait les fondations d'Apple pour les 10 ans à venir. Ces dix ans sont désormais écoulés, et Apple se trouve face à plusieurs scénarios antagonistes. La question principale qui se pose dérange : faut-il vraiment poursuivre le développement de Mac OS ? Si la part de l'ordinateur doit peu à peu se réduire à peau de chagrin, la réponse est évidente. Mais si les ventes de Mac continuent de progresser, ne faut-il pas qu'Apple continue d'en profiter et soutienne ce nouvel engouement ? Le choix, forcément cornélien, trouve sans doute sa réponse dans une solution intermédiaire, à l'instar de ce que la société avait su faire au lancement du premier Mac, continuant en parallèle la commercialisation des différentes versions de l'Apple II.

Première voie : la firme poursuit sur sa lancée sans mettre à jour ou sans remplacer le langage Objective-C de programmation de Mac OS… car « le Mac est mort ». La croissance de l'iPad semble accréditer cette thèse : dans 2 ans, les ventes d'iPad pourraient avoir cannibalisé celles des ordinateurs conventionnels, à condition qu'Apple maintienne voire augmente la cadence de production. Selon les analystes, les netbooks pourraient bien être les premières victimes (lire : L'iPad et les tablettes : plus fort que les netbooks ? et : Les tablettes font vraiment mal aux netbooks).

Deuxième voie, la firme met à jour Mac OS et divise ses ressources en termes de développements. Apple entraînerait alors ses développeurs à faire un choix : soit sa plate-forme mobile iOS, soit une nouvelle plate-forme Mac OS. De quoi perdre les synergies patiemment construites qui permettent à Apple depuis 2008 d'attirer de plus en plus de développeurs, de bénéficier du lancement ou du portage de plus en plus d'applications (même sur Mac) et de l'attention de plus en plus de clients.

La firme de Cupertino peut-elle s'engager sur une troisième voie ? Les rumeurs d'une nouvelle dénomination de Mac OS qui deviendrait iOS Desktop et iOS Server peuvent le faire croire (lire : Mac OS renommé iOS Desktop ?). Elles parient sur une transition du système d'exploitation de bureau vers une interface tactile introduite sur le système d'exploitation mobile. Il s'agirait d'une solution intermédiaire, qui aboutirait au « recyclage » de Mac OS par la révision de son interface graphique, le transformant en un système de nouvelle génération se débarrassant des traditionnels périphériques d'entrée et des dispositifs de pointage en les remplaçant par d'autres technologies.

Vers un iOS Desktop en guise de Mac OS XI ?
Écartons les deux premiers scénarios pour retenir le troisième, celui d'un hypothétique iOS. Quel paradigme celui-ci est-il susceptible de représenter, s'il ne fait pas évoluer Mac OS dans les profondeurs de son langage de programmation ?

On pense immédiatement à l'interface homme-machine. Trois innovations pourraient alors intervenir : la première concernant le Finder, métaphore du bureau qui n'a pas réellement changé depuis le premier Macintosh en 1984. S'il s'agit de modifier les périphériques d'entrée et de pointage, une transformation de l'interface de Mac OS impose un nouveau Finder, adapté à ces nouvelles méthodes d’entrées.

La deuxième innovation concerne donc l'entrée d'informations et le pointage : le passage à l'écran tactile paraît alors évident. Il a l'avantage de régler le problème de l'ergonomie des claviers, une difficulté récurrente qui avait été à l'origine du rachat par Apple de la société Fingerworks, et qui a permis l'introduction des écrans tactiles multipoints dans les produits d'Apple. Sur un Mac, l'utilisation d'un écran tactile conjointement avec un Finder et une interface revisitée est susceptible d'être adoptée facilement par un public plus large : la courbe d'apprentissage de l'utilisation des Mac en serait raccourcie.

La troisième innovation pourrait aller chercher du côté de la commande vocale et de l'utilisation de l'intelligence artificielle. Face à un ordinateur sans clavier ni souris, l'utilisation de la voix pour demander à la machine d'accélérer certaines tâches semble évidente. Cela tombe bien, Apple a justement racheté Siri, une start-up spécialisée dans l'intelligence artificielle il y a quelques mois (Apple rachète l'application de recherche Siri). Il y a fort à parier que cette acquisition n'est pas uniquement destinée à fournir de l'intelligence au seul iOS mobile. Les avancées de Siri trouveraient parfaitement leur place dans un iOS Desktop.

La quasi-absence de sessions Mac OS à la WWDC indique qu'Apple travaille d'arrache-pied sur son nouveau système, et n'a rien à montrer pour le moment. Les rumeurs du lancement d'un iMac tactile dès cet été semblent trop précoces : Apple n'a certainement pas eu le temps d'intégrer autant d'innovations, et d'aussi profondes, dans un Mac OS revisité. Il faudra vraisemblablement patienter encore de longs mois avant de voir un hypothétique iOS Desktop. Mais face à l'iPhone et surtout l'iPad, qui passera à l'iOS 4 cet automne, cela en vaudra-t-il encore vraiment la peine ?
Tags
avatar Elcos | 
@ kubernan je retournerais sous Windows quand je jugerais que c'est utile, pour le moment, je suis sur Mac et le Mac n'est pas encore un ipad.
avatar divoli | 
@ Kubernan; Bien sûr que non, je n'ai pas le choix, puisque je dois nécessairement passer par le store d'Apple (en tout cas pour les applications) et Apple décide de son contenu selon ses propres critères. Et oui, c'est une forme de diktat, puisque Apple se met en situation d'imposer ses exigences et ses choix aux développeurs et aux clients selon ses propres critères (modèle qui est radicalement différent de celui que l'on connait sur Mac). Quand aux médias qui risquent de se retrouver dépendant de ce genre d'appareil, on peut se demander s'ils auront encore la possibilité de se montrer critique par rapport à Apple. http://www.macbidouille.com/news/2010/04/02/est-ce-que-l-ipad-va-provoquer-un-conflit-d-interet-pour-la-presse Si l'on avait réellement le choix, le jailbreak serait moins pertinent, et les androphone auraient probablement moins de succès. C'est un modèle complètement fermé, verrouillé, dangereux pour le consommateur s'il devait se développer. Et après, ce sera difficile de s'en débarrasser (il suffit de voir ce qu'il se passe avec MS et son duo Windows / Office depuis de nombreuses années). Si j'ai fuit le traquenard qu'a réussi à mettre en place Microsoft, ce n'est certainement pas pour encourager celui d'Apple. Finalement, on a pas d'autres choix que d'acheter ou ne pas acheter. Perso, à ce niveau, concernant ce genre d'appareils mon choix est fait (j'ai juste un iPod Touch, qui est un superbe appareil multimédia, et j'évite de me mettre en situation de dépendance vis-à-vis du store). Mais je m'inquiète pour les Mac.
avatar kubernan | 
@divoli : Ca ressemble à un choix. Tu as fait le choix de ne pas être asservi, que dis-je, enfermé, dans l'univers carcéral des iphone et ipad. Il est certain également que des développeurs ont délibérément choisi de se tourner vers des outils web pour lutter contre l'impérialisme outrancier et numérique d'Apple. Des gens de convictions quoi.
avatar divoli | 
@ Kubernan; Beaucoup de développeurs s'intéressent à la plateforme mobile d'Apple parce qu'il y a du fric à se faire (on ne peut pas leur reprocher ça), mais ils sont conscients qu'ils doivent se soumettre à ce diktat et que c'est à double tranchant, ils se mettent eux-même en situation de dépendance vis-à-vis d'Apple, qui décide elle-même des critères de validation et qui peut les changer d'un jour à l'autre si ça l'arrange. Il y a eu un article sur MacG les concernant et on voyait bien que certains d'entre eux en étaient pleinement conscients.
avatar ispeed | 
Je ne veux pas taper sur le pauvre rédacteur, mais traiter ce genre de news n'est pas simple surtout si on n'est pas programmeur en objective C . Pensez-vous taper sur votre iPad 10 000 lignes de code cocoa ? Ou sur votre iPhone ? Apple est obligé de garder sa plate forme ordi pour la programmation. Xcode4 que je n'ai pas encore utilisé apportera de nouvelles Api, class etc.. relative à la programmation tactile. Personne ne peut prédire ce que sera l'informatique dans 20 ans( l'internet ? ) transitera grâce aux rayons solaires mais ça c'est un autre débat
avatar Nicosun | 
Il y a quand même une chose que beaucoup ici oubli, l'iPad par exemple a un clavier en option donc taper des lignes de codes c'est possible (même la souris d'ailleurs). Concernant l'écran tactile vous ne pensez pas quand même qu'Apple va intégrer ça en gardant l'écran vertical ? (d'ailleurs il y a de quelques brevets d'apple qui montre justement comment pourrait basculer cet écran pour utiliser le mutltitouch de manière souple et simple).
avatar hawker | 
Si Apple ne supporte plus MacOS, je n'ai plus le moindre interet pour cette compagnie. De société fière de sa technologie de pointe, elle devient fière de sa technologie pour bouffon de base frimeur et pour les personnes sans utilisation poussée d'un ordi. Avec les bénéfices qu'ils se font ces enfoirés, a lieu de sacrifier des ressource dev de la branche mac, il aurait tre bien les moyens de la maintenir et agrandir celle pour bouPhone. Mais non... De toute façon l'avenir est dans Linux (pour les veritables utilisateurs de l'ordinateur)...
avatar hok | 
Franchement cet article c'est n'importe quoi du début a la fin. C'est un long delire, trop long pour etre clair ça mélange plein de trucs sans rapport; et surtout ça parle de l'arrêt de Mac os x, c'est juste nimp.
avatar jujuv71 | 
Les Mac de bureau ne sont pas morts. Le monde pro en a trop besoin, et les particuliers préfèreront largement un grand écran confortable et un OS puissant pour pouvoir travailler (iWork...) ou s'amuser (iLife...) que de s'arracher les yeux sur un écran de 10" avec un iOS pas aussi maniable que OS X... Les iBidules et les Ordi Mac n'ont pas du tout la même utilisation et le même but. Par contre, voir disparaitre petit à petit les portables Mac, pourquoi pas... Encore faudra-t-il que leur successeurs soient aussi puissant qu'un MacBook Pro... Ce qui implique de réaliser un nouvel OS hybride qui mixe la puissance de OS X et l'interface tactile de iOS... Mon avis : MAC OS XI sortira avec un iMac tactile... Et sera le mixe dont j'ai parlé plus haut...
avatar xatigrou | 
J'ai switché sur mac il n'y a pas si longtemps et il est clair que je reviendrais au monde PC en courant si ce que cet article suggère se réalisait. Mais calmons nous, comme je l'ai sous-entendu dans un précédent commentaire il s'agit d'un roman d'anticipation et en rien d'un article journalistique étayé par des éléments concrets. Donc pas de jugements hâtifs, les Mac classiques se vendent mieux que jamais, et les pontes d'Apple sont moins allumés que certains fans. Le succès amène parfois l'arrogance, mais heureusement certains savent garder les pieds sur terre.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Depuis que l'informatique est née on vit dans un même schéma de pensée.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Il est rassurant d'imaginer qu'on ne restera pas enchainé a nos claviers et souris et que nous avons la capacité de repenser notre utilisation de l'informatique. Votre article a le mérite d'ouvrir de nouveaux horizons prometteurs. Et Apple a les moyens de mener cette aventure.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Et si Apple sur le plus ou moins long terme avait choisi de ne s'intéresser qu'au grand public en réservant une toute petite partie de son activité OS pour les dev. Perso, c'est plutôt comme cela que je le vois: Apple continu à fabriquer des iMachin, toujours plus fin, plus puissant, plus fermé... (point de vu perso) Pendant ce temps, elle licencie Mac OS comme ça les dev, les geek et tout ceux qui veulent peuvent l'installer sur n'importe quel ordi, arrêtant de ce fait la prod des Mac. L'utilisation d'OSX serveur étant plus qu'anecdotique et les Mac pouvant être très bien intégré dans des parcs hétérogènes, plus la peine de se prendre la tête puisque les iBidule n'ont besoin que de iTunes et à terme tout ou presque passera par le cloud computing [rappel l'énorme ferme de serveur acheté par Apple (d'ailleurs à ce propos, je doute qu'ils tournent sous OSX Server)] Donc oui, je vois très bien Apple lâcher complètement les Mac (hardware) et ne faire que du grand public.
avatar Osteres | 
Cela me rappelle un concept que j'avais tout particulièrement aimé et où Apple aurai peux-être des idées à piocher (ou racheter ;) ) http://blog.osteres.com/article/multi-touch-que-nous-dira-lavenir_285
avatar lecoeur | 
L'ordinateur avec les doigts ça fait penser au macDo, désolé d'être rabat-joie, mais pas pour moi.
avatar pitav | 
J'ai connu un temps où avoir un Mac était une fierté parce que réellement "think different". Aujourd'hui, Apple à inventer un business model diaboliquement efficace et fait les machines qui vont avec... les gentils consommateurs toujours plus captif marchent d'un seul pas bien cadencé toujours plus ravis ! Si c'est ça la grande vision du Léonard de Vinci moderne et des autres ils peuvent se la mettre où je pense !
avatar baptistecanazzi | 
MacGénération est décidément le seul site d'information Macintosh qui tienne la route. Vos articles sont passionnants et relèvent d'un vrai travail de journalisme. Reste qu'à la question que vous posez en fin, il me semble que cela vaudra toujours la peine. Car si pour beaucoup de personnes l'informatique consiste en une utilisation orientée internet (mail, surf, etc.), il me semble que pour tous ceux qui utilisent leur Mac dans des tâches un peu plus spécifiques (retouche photo, montage vidéo, etc.) une interface tactile devient limitée. Ce n'est pas pour rien que l'OS des interfaces mobiles s'appelle "iOS", c'est à dire "Internet OS". N'oubliez pas que la souris offre une précision de travail nettement plus importante que nos gros doigts potelés ! La limite du tactile se situe là, à mon sens. Mais les perspectives d'un iOS Desktop me semblent intéressantes, parce que la volonté d'Apple de s'affranchir, au moins en partie, du couple souris-clavier n'est pas neuve. Il me semble avoir déjà lu des brèves de rumeurs là dessus à y a quelques années. Je ne crois pas à un abandon du secteur historique de la firme pommée ; reste que je peux me tromper, le iMac ne s'appelait-il pas déjà, "Internet-Mac"... Dans tous les cas, de belles perspectives !
avatar Anonyme (non vérifié) | 
(Désolé, pas moyen d'éditer) Apple a déjà largement démontrer sa capacité à ne pas/peu/plus s'occuper des Pro. Toute la gamme Apple ou presque est déjà orienté grand public voir très grand public dans le sens le plus péjoratif du terme.
avatar setnan | 
woah que de commentaires ! mon simple point de vue, observateur développant sur mac depuis.. 1986 (tout petit !) : toutes les décisions d'Apple sont basées non pas sur le confort de l'utilisateur mais sur le moyen de gagner le plus d'argent. Point important, la durée de vie d'un mac (laptop/desktop) s'est réellement allongée. Il n'est plus utile de racheter le dernier modèle tous les 1,5 ans pour faire fonctionner confortablement la plupart des logiciels et MacOS, le plus gros se jouant sur la quantité de mémoire. Ce "taux de renouvelement" s'amoindrissant, Apple a de - en - besoin de se concentrer ses ressources sur les évos d'OSX. iPhone et iOS sont des modèles économiques bien plus propices à ramener du $$ et tirer AAPL vers le haut :) Mon pronostic à moyen terme ? Ca va continuer ainsi qques années même si les noms des OS changent (iOS/iOS Desktop par ex) et l'interface s'uniformise un peu, car les fondations, les API, la façon de créer du soft sont suffisamment proches sur Mac ou iPhone. XCode4 me donne l'impression de confirmer tout cela, Et il est probable (presque souhaitable ?) que le GUI d'OSX se rapproche d'iOS, l'interface graphique n'étant finalement qu'une petite couche d'enrobage :) Le Finder mériterait bien un jour son lifting, et faudrait pas laisser partir devant en innovation Windoze8 ^^
avatar jeremyl | 
Hmmmm, je crois vraiment qu'il ne sert à rien de tirer des plans sur la comete, Steve Jobs est plutot imprevisible. Qui aurait pu croire à l'epoque qu'on allait basculer sur intel. Qui croyait qu'apple sortirai un jour un telephone, ou une tablette. je me souviens de la sortie de 1er iphone avec tout le buzz qu'apple avait fait avec son site, un truc du genre " une revolution en marche". Tout le monde avait trouvé ca bidon et finalement Apple à bien revolutionné la chose non? Je ne crois pas un instant à l'abandon d'un mac os ( peut importe son nom, en meme temps on va avoir fait le tour des felins lol). Dans les milieux créatifs, le mac est trop bien implanté et est un outil devenu necessaire. De plus quoi ameliorer sur Snow Leopard, deux trois truc mineurs, un finder peut etre different quelques trucs par ci par la, mais aucun changement profond. Osx est arrivé à maturité et certainement à la fin de ses possibilités de developement. Le prochain os risque d'etre completement different. Personnelement un rapprochement avec la philosophie Ios ne me derangerait pas du tout. Avoir un interface tactile à la place du clavier pour faire defiler les apps, qu'il agissent comme un ecran tactile pour les programmes genre MAO (avoir le mixer de logicpro par exemple). Serait plutot une excellente idée. Pour ce qui est de la frappe au clavier, il va falloir s'y faire, ca va disparaitre et il faudra s'habituer...
avatar GerFaut | 
Steve Jobs ne tuera jamais la branche historique d'Apple : le Mac avec son OS. Pour deux raisons : affective, c'est sont premier enfant ; rationnelle, il a son utilité. Par contre, qu'il spécialise plus ses produits est une évidence : les iBidules pour le grand public (avec des adaptations pour certains pros) et les « vrais » ordinateurs de production pour les pros. Maintenant, que Mac OS évolue, c'est évident. Que iOS évolue, c'est évident. Que des interactions voient le jour entre les deux systèmes, c'est fort probable. Mais Mac OS ne pourra et ne deviendra un iOS comme ce dernier ne peut rivaliser avec Mac OS. À chacun ses spécificités, à chacun son public et sa cible. Il faut cesser de fantasmer sur des iMac tactiles qui sont inutilisables en prod et sur des iPad qui deviendraient des extensions en prod aussi. Mais il est évident que les avancées technologiques des différents matériels et logiciels profiteront à tous.
avatar DrFatalis | 
J'archive ces réactions et vous donne rendez-vous en Juillet 2015, sous un soleil radieux....
avatar kubernan | 
@DrFatalis : Te fatigue pas, nos réactions n'ont aucune valeur. Tu enregistre tes discussions avec ton boulanger, ton plombier ou ton coiffeur ?
avatar ZeLegolas | 
Tant que je peux installer ce que je veux sur mon Mac sans avoir à passer par l'AppStore pour ce faire je me fou du nom qu'ils pourront donner au système d'exploitation.
avatar laurange | 
Faire sauter le finder avec une approche iOS4 des applis et de leur lancement pourquoi pas ... un petit coup de jeune à l'interface avec une interaction et une ihm proche de l'ipad ... mais attention le mode tactile ne convient pas pour la pure production, personne ne peut tenir les bras levés pour taper sur un écran toute la journée, mais la souris peut aider à clicker sur des boutons à la iOS, ça ferait moins de menus, une interactivité nouvelle. Allez Steve sors nous un truc de ton chapeau, montre nous que tu as encore des idées pour les desktops qui vont bousculer notre quotidien et montrer aux autres qu'il faut penser différemment, surtout de nos jours.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR