Pages '09, une évolution en douceur

Vincent Absous |
S'il y a quelques années, le seul Word régnait en maître dans le monde du traitement de texte sur Macintosh, les choses ont bien changé. Succès de Mac OS X aidant, de nombreux programmes sont venus tailler des croupières au leader : Mellel, Nisus Writer (Pro ou Express) et Pages, pour ne citer que ces trois exemples.

Au fil des versions, le traitement de texte d'Apple se fait d'ailleurs toujours plus complet. Si la version 3, lancée à l'automne 2007, avait mis l'accent sur la P.A.O., la version 4, présentée en ce début d'année, ne révolutionne certes pas le programme, mais l'améliore encore sur quelques points.


Liste%20de%20mod%C3%A8les


Ce n'est pas dans l'interface qu'il faut chercher les changements les plus flagrants. Quand bien même la bibliothèque des modèles qui s'affiche au lancement du logiciel a subi un sérieux lifting. Désormais, elle ne s'affiche plus comme sortant d'une nouvelle page, mais seule à l'écran. Surtout, les modèles, toujours classés par catégories, se mettent au coverflow : s'ils comportent plusieurs pages, il suffit de passer le pointeur pour que ces dernières défilent. On peut aussi modifier la taille d'affichage de ces vignettes presque animées. Apple met aussi un peu d'effets spéciaux ailleurs : si on veut ouvrir un fichier depuis cette bibliothèque des projets, la fenêtre se retourne dans un joli mouvement.

Et puisqu'on parle de modèles, signalons que, comme il se doit, Pages '09 arrive avec six nouveaux. Le dossier « Templates », caché dans le paquet de l'application, a pris un certain embonpoint (il est passé de 123 à 191 Mo). Son organisation a d'ailleurs changé quelque peu. Avec Pages '08, les modèles étaient rangés dans des dossiers correspondants aux catégories affichées dans le sélecteur de modèles ; avec Pages '09, on retrouve certes des dossiers, mais ils sont là pour les modèles des versions précédentes . Les modèles ne sont sinon plus classés dans des dossiers.


Apple%20-%20iWork%20-%20Pages%20-%20L'%C3%A9criture,%20encore%20simplifi%C3%A9e.


Apple propose quelques nouveaux modèles : deux permettent de créer des journaux (« Nouvelles personnelles » et « Lycée ») ; « Vente de pâtisseries » rejoint la rubrique Prospectus ; « Rapport visuel », celle des Rapports ; un nouveau poster, « Foire de la science » est également disponible ; tout comme le très classe dépliant « Musée » ; enfin, un deuxième modèle de diplôme est proposé.


Labo%20de%20Pages%2009



Labo%20de%20Pages%2009


Pour en revenir à l'interface, signalons que la barre d'outils gagne de son côté quelques icônes : celle d'iWork.com, le service en ligne associé à cette nouvelle version de la suite bureautique, par exemple (lire notre aperçu de ce nouveau service). Certains boutons sont d'ailleurs un peu différents (celui déployant les « figures » possibles étant un peu plus explicite).


Labo%20de%20Pages%2009


La barre de format, apparue avec la version précédente, reste la même. Ou presque. En effet, petit truc qui passe facilement inaperçu, mais qui améliore les choses : on peut saisir au clavier la taille voulue des caractères ; on n'est plus obligé d'en passer par une liste déroulante (ou d'ouvrir la palette des polices.


Image%201


En bas de la fenêtre, une petite roue crantée a fait son apparition. Elle permet de se rendre très vite aux notes de bas de page, à tel signet, tel lien, etc., ou d'accéder aux styles de paragraphe ou de caractères. Pour ce qui est de l'interface générale, Apple a toujours affiché sa volonté de jouer l'antiWord en proposant une interface sobre, au risque de paraître peut-être un peu tristounette.

De toute façon, on peut se débarrasser de cela très facilement. C'est en effet l'une des grandes nouveautés de Pages '09, le traitement de texte d'Apple se dote d'un mode « Plein écran » qui est une vraie réussite.


Image%202


Un clic sur l'icône ad hoc de la barre d'outils et tout ce qui n'est pas la page sur laquelle on travaille disparaît. Autour ? Plus rien que du noir (qu'on peut remplacer par la couleur de son choix). Tout juste y a-t-il alors le numéro de la page et le nombre de mots saisis (pas le nombre de signes, c'est dommage). On n'est pourtant pas démuni. Il suffit en effet de déplacer le pointeur vers le haut ou le côté gauche de l'écran pour qu'apparaissent la barre de format (et celle des Menus) et la disposition des pages.


Image%203


Si on a besoin de faire défiler la ou les pages du document, il suffit d'approcher le pointeur du bord droit pour qu'apparaisse l'ascenseur. On peut aussi convoquer si on en a besoin un ou plusieurs inspecteurs. On peut encore choisir d'afficher la page sur toute sa largeur, sur toute sa hauteur ou selon un facteur de zoom personnalisé. On peut enfin préférer afficher, côte à côte, deux pages. Ce mode « Plein écran » est la première bonne nouvelle de Pages '09.


Image%206


On passera assez vite sur la réorganisation des Préférences. Là où l’on avait deux pages, on en a désormais trois. Les informations concernant les unités des règles, le zoom par défaut et les guides d'alignement ont été déplacées dans une troisième page intitulée « Règles ». Quant à la page « Correction automatique », elle gagne une nouvelle et jolie icône (représentant un petit flacon de blanc).


Pr%C3%A9f%C3%A9rences%20R%C3%A8gles


Profitons de ce que nous parlions de la correction automatique pour signaler deux petites nouveautés. La première permet de demander à ce que les suggestions du correcteur orthographique soient automatiquement appliquées (terriblement dangereux).

La seconde était attendue depuis longtemps : Pages sait enfin utiliser les guillemets français. C'est dans les préférences qu'on précise qu'on veut les utiliser.


Pr%C3%A9f%C3%A9rences%20Correction%20automatique


Malheureusement, Apple a fait les choses à moitié. Elle a oublié l'espace insécable. Du coup, on retrouve les guillemets ouvrants ou fermants collés au mot. Idiot. Si on laisse une espace, on risque de retrouver ses guillemets tout seuls, bêtement, en bout de ligne. Et si l'on insère de soi-même une espace insécable, avant des guillemets fermants, on ne pourra justement pas fermer les guillemets. Le logiciel, considérant qu'il faut mettre des guillemets ouvrants pour un mot ou une expression à suivre, ne veut rien entendre. Word fait, et depuis des lustres, bien mieux ! On en est réduit, si l'on veut respecter la typographie française, et nos usages, à utiliser les raccourcis clavier (alt-è pour les guillemets ouvrants ; alt-shift-è pour les guillemets fermants ; sans compter le alt-espace pour une espace insécable). Perte de temps.

Dans un tout autre domaine, l'inspecteur est lui aussi quelque peu revu. La plupart des icônes sont un tout petit peu différentes. L'inspecteur des documents se voit doté d'une case à cocher si l'on veut protéger ledit document par un mot de passe exigé à l'ouverture.


Document


L'inspecteur des graphiques a été réorganisé et un nouveau bouton, justement appelé « Graphique », fait son apparition. Dans l'inspecteur des liens, le menu Fusionner a lui aussi été revu.


Image%207


Interface toujours. Pages gagne un nouveau menu Partage (mais perd un élément Exporter du menu Fichier). C'est depuis ce nouveau menu qu'on enverra le document en cours vers iWork.com. C'est aussi depuis ce menu qu'on demandera à l'exporter aux mêmes formats que dans la version 08 de Pages : PDF, DOC, RTF ou TXT. Pour ce qui est de l'exportation au format PDF, de nouvelles options de sécurité permettent de définir un mot de passe pour l'ouverture, l'impression et la copie du contenu du document. C'est aussi depuis ce même menu Partage qu'on enverra, comme le permet aussi Word depuis longtemps, le document ouvert par courrier électronique (on peut alors demander une exportation au format Pages, au format Word ou en PDF). Du coup, c'est aussi vers ce nouveau menu qu'a été transférée l'option du menu Fichier permettant de transférer le document vers iWeb (au format Pages ou au format PDF).


Image%208


Le menu Format est complété d'une option concernant les images insérées dans le document et permettant de demander une optimisation en vue de réduire la taille du fichier. Le menu Insertion gagne, lui, une option permettant de demander la pagination automatique du document. On peut alors préciser l'emplacement du numéro, son alignement, son format. Bienvenu.


Pages


Le même menu récupère aussi deux items (« Champ de fusion » et « Champ de l'expéditeur ») qui sont en lien avec la possibilité de faire du publipostage. Si Pages savait déjà le faire, Pages '09 va plus loin.

Le publipostage selon Pages '09

Voilà une fonction que la très grande majorité des utilisateurs de Pages ignore certainement. Pourtant, pour espérer rejoindre les disques durs des Mac dans les entreprises, les commerces, chez les artisans, nul doute qu'il faut proposer un vrai module de publipostage. Pages offrait jusqu'à présent quelques fonctions relativement rudimentaires. En liaison avec le Carnet d'adresses de Mac OS X, on pouvait toutefois réaliser toute une série de lettres ou d’enveloppes sans se coltiner la saisie manuelle des adresses et autres informations sur les contacts à qui on destinait ces documents.


Lien


Pages '09 va plus loin. Le logiciel sait travailler avec Numbers. Inutile alors de passer par le Carnet d'adresses. Un listing créé avec Numbers ou récupéré depuis Excel (AppleWorks, aussi) deviendra la source dont on se servira pour constituer son mailing. Pour le reste, les manipulations, assez simples, restent identiques : on construit son document « modèle » en utilisant le menu Fusionner de l'Inspecteur de liens, on indique la source (un fichier Numbers ou le Carnet d'adresses et, le cas échéant, le groupe de contacts), puis on demande au logiciel de s'occuper du reste (en passant par le menu Édition « Fusion d'adresses électroniques »). Pages construit alors un nouveau document comprenant l'ensemble des lettres, des enveloppes demandées et créées en quelques secondes. Même si certains attendaient cette fonctionnalité depuis longtemps (en fait depuis AppleWorks parfois), gageons toutefois que la plupart des utilisateurs ne sont pourtant pas émus par cette nouveauté-là.

Et tant qu'à parler de la collaboration avec Numbers, signalons qu'Apple son retard sur elle-même. Désormais, on peut lier les graphiques créés dans Numbers à ses documents Pages. Il suffit de copier-coller des données du tableur vers le traitement de texte. Une modification à apporter aux données ? Les données étant liées, il suffit de modifier la feuille de calcul et de cliquer sur le graphique dans Pages pour que ce dernier soit actualisé. Il était presque temps.

Du dynamisme dans les plans

Ce qui pourrait les intéresser plus, c'est peut-être le nouveau mode « Plan » de Pages '09. Là encore, Apple rattrape son retard. Word en effet permet depuis belle lurette de travailler dans ce mode qui se focalise sur la construction du texte. Pages le permet donc aussi. Enfin. Chez Apple, on ne parle d'ailleurs pas de mode Plan mais de « mode Structure ».

Pour utiliser ce mode : deux solutions. La première consiste à partir d'un modèle préconçu. Pages en propose six. On n'a plus qu'à modifier le document construit en remplaçant les titres et sous-titres donnés par les siens.


Liste%20de%20mod%C3%A8les


La seconde consiste à partir d'une page vierge et à basculer en mode Structure en cliquant sur le bouton du même nom dans la Barre d'outils. On ne travaille plus alors en WYSIWYG (What You See Is What You Get, ce que vous voyez et ce que vous obtiendrez), mais sur un espace où les idées sont visiblement hiérarchisées. Le plan se construit en effet à partir des styles appliqués aux paragraphes. Pour passer d'un niveau (de 1 à 9), on n'a plus qu'à utiliser la touche Tab. Si on utilise un titre d'un niveau 1, une pression sur la touche Tab et ce qui vient après est de niveau 2, et ainsi de suite. Une pression simultanée sur les touches Tab et Maj et, cette fois, on remonte d'un cran. Ce qui était de niveau 3 passe en niveau 2. Évidemment, dans les deux cas, la hiérarchie suit aussi.


Labo_de_Pages_09


L'intérêt est alors de pouvoir n'afficher que les paragraphes d'un certain niveau (les titres les plus importants par exemple) en cliquant sur les pastilles qui les initient sur le document ou en utilisant les icônes de la barre de format qui permettent de n'afficher que les niveaux désirés (de 1 à 9) où la seule première ligne de chaque paragraphe.


Labo_de_Pages_09


L'intérêt est aussi de pouvoir très facilement réorganiser le contenu en déplaçant telle ou telle partie du discours. Si l'on glisse un titre de niveau 1 ailleurs dans le document, c'est toute la hiérarchie inférieure (les sous-sections en langage Pages) qui suit. Si l'on « dégrade » un titre en le faisant passer d'un niveau à un autre (à la souris ou en appuyant sur la touche Tab), c'est encore toute la hiérarchie qui suit. L'intérêt est encore de pouvoir illustrer le document, mais de ne pas laisser ces illustrations (images, vidéos) prendre trop de place (on peut les afficher sous forme de vignettes). Si le mailing est important dans le monde de l'entreprise et du commerce, le mode Plan ou plutôt Structure est important, lui, dans le monde scolaire et universitaire.

Des nouveautés, mais à moitié

Important également dans ce monde universitaire et scolaire : la possibilité de construire une bibliographie. Word propose déjà un module permettant de constituer la liste des sources consultées et utilisées pour un mémoire, une thèse, un ouvrage quelconque, mais ce n'est qu'un outil de présentation. Word, comme Pages '09, a recours à un logiciel tiers pour construire une vraie bibliographie. La nouvelle version du traitement de texte d'Apple sait donc collaborer avec EndNote, l'un des meilleurs programmes de sa catégorie.


Sample_Library.enl


C'est dans EndNote qu'on construit en fait sa bibliographie (pour avoir une idée du logiciel, on pourra se reporter à notre test). Une fois cela fait, on peut convoquer EndNote, ou plutôt sa base de données, depuis Pages '09 (en passant par le menu Insertion). Si l'on a une citation à renseigner, il suffit de chercher l'occurrence dans la base de données pour que s'affiche ensuite dans Pages le titre de l'ouvrage et le nom de son auteur et que dans la bibliographie, généralement constituée à la fin du document, s'inscrive automatiquement la référence de l'ouvrage, référence présentée selon les critères académiques.


Rechercher%20des%20citations%20EndNote%C2%AE


Essentiel pour un travail universitaire efficace. Pages se met donc au niveau de Word. On regrettera toutefois que pour un travail plus simple, un T.P.E. en classe de première par exemple, Pages ne soit tout simplement pas livré avec quelques modèles de bibliographie prêts à l'emploi.

Par ailleurs, Pages '09 sait aussi parler le langage des mathématiques. La nouvelle version du traitement de texte permet en effet d'insérer des équations dans les documents. Là encore, c'était une fonctionnalité attendue par de nombreux utilisateurs (étudiants, chercheurs, enseignants, etc.). Le logiciel d'Apple était en retard sur ce point sur certains de ses concurrents. Las, à la différence de Word, pour ne citer que lui, Pages '09 ne propose pas de lui-même un éditeur d'équation. Là encore, comme pour la constitution de bibliographies, il faut en passer par un logiciel tiers : MathType 6, en l'occurrence. Dommage, car avec EndNote et MathType, le prix de Pages '09 augmente quelque peu…

Autre regret : il manque toujours une fonctionnalité essentielle dans certains cas. Pages ne sait toujours pas numéroter automatiquement les lignes. Là encore, son principale concurrent sait le faire depuis bien longtemps. Apple donne le sentiment d'en garder sous le pied, en vue des versions suivantes.

Par ailleurs…

Mais au-delà de ces nouveautés, qu'en est-il des performances ? À vrai dire, la version précédente avait singulièrement amélioré les choses sur ce plan-là. On n'avait plus depuis Pages '08 ce sentiment d'un logiciel un peu pataud, en retard sur la frappe. La nouvelle version n'y change rien. C'est déjà ça. On n'a pas eu le sentiment que Pages '09 allait plus vite ; on n'a pas eu le sentiment qu'il allait moins vite. Le programme est toujours agréable à utiliser, au moins sur des configurations récentes. Sur un Mac moins puissant, certaines lenteurs sont notées, mais ce n'est pas vraiment nouveau.

En revanche, certains ont cru remarquer du nouveau dans le rendu des polices. Et c'est vrai : avec Pages '09, un texte apparaît plus sombre qu'avec Pages '08. Surtout, Pages '09 sait désormais utiliser les réglages du lissage des polices tel que défini dans le Tableau de bord Apparence des Préférences Système. Du coup, le traitement de texte se rapproche d'autres logiciels de sa catégorie sur ce plan-là.


Labo_de_Pages_09_08

Le rendu du texte, version '09




Labo_de_Pages_09_08

Le rendu du texte, version '08



Le mot de la fin

On l'aura compris, la nouvelle version de Pages ne révolutionne pas le programme. Il faut dire que ce dernier est arrivé à une certaine maturité qui permet qu'on envisage de l'utiliser sérieusement dans de nombreuses situations depuis longtemps déjà. La quatrième version apporte toutefois son lot de nouveautés intéressantes (à commencer par le mode plein écran). On regrettera alors que certaines d'entre elles nécessitent en fait l'achat d'un logiciel tiers. Une nouvelle version qui n'est peut-être pas essentielle, mais qui n'en est pas moins intéressante.

Sur le même sujet :
Test de Keynote '09

Note

Les plus :

- Le mode plein écran - iWork.com, le service associé - Le mode Structure - De nouvelles possibilités pour les mailings - La création de bibliographies - La possibilité d'insérer des équations - Les nouveaux modèles

Les moins :

- La nécessité d'avoir EndNote et Math Type pour les bibliographies et les équations - Les guillemets français mal gérés - Quelques lenteurs sur une « petite » configuration
8.5
10

Prix :
79 € (Pages est vendu avec Keynote et Numbers dans la suite iWork '09.

avatar Anonyme (non vérifié) | 
Arrêtez d'écrire qu'Endnote est un des meilleurs logiciels de sa catégorie !!! Pour le peu qu'il y a dans cette catégorie, c'est le pire et le plus cher (300€ / 189€ Education). Pour l'avoir subi sous PC et sous mac pendant plusieurs années faute de choix, je peux vous dire que ce programme est une arnaque. Préférez-lui Bookends: Made for mac (interface iTunes); lui n'est pas une simple copie du programme PC à l'ergonomie archaïque, et il fonctionne, même avec de gros documents. Beaucoup moins cher (75€ / 52€ Education), il est compatible avec Pages (par glisser/déposer et bien d'autres softs (dont word, via une barre d'outils). Il sait travailler avec les database d'endnote et peut-être utilisé gratuitement jusqu'à 30 citations (pour les TPE). Au passage, même si je travaille sous Pages, je trouve honteux qu'Apple ait choisi d'afficher sa compatibilité avec les logiciels les plus onéreux, mais aussi les plus éloignés de son interface. S'il vous plaît ne la relayez pas !
avatar Archaon59 | 
La fausse joie quand je me disais que je pouvais laisser tomber MacJournal pour Pages pour prendre mes cours en amphi : je viens d'essayer EndNote, une vraie plaie, hors de prix, interface confuse et sans aucun rapport avec le code d'interface des applications MacOS ... Dommage, le mode plein écran est bien mieux foutu que MacJournal ... Niveau performance, je trouve le tout plutôt fluide, les nouveaux modèles sont sympa, le mode structure est carrément pratique pour les cours à rallonge sur 5 niveaux .
avatar Almux | 
...corrigez-moi, j'ai dû mal comprendre, mais est-il vrai que Pages n'exporte des "newletters" que par iworks.com ou mac.com, ou quelque-chose comme cela? Dites-moi que cette fonction n'est pas totalement dépendante de l'usage d'iWeb?!?! Je tremble dans l'attente d'un réponse...
avatar spleen | 
Parvenir à sortir 6 pages sur une mise à jour aussi pauvre que ça en nouveautés, il fallait le faire. Mais c'est vrai que vous êtes à bonne école (les 300 nouveautés de Leopard !!!!!). Chapeau bas....
avatar NiarKal | 
De toute façon pour les références, rien ne vaux BibTeX, avec Bibdesk sur Mac. Idem pour les formules mathématiques, un coup de LaTeX et de LaTeXit (ou autres), et on a de belles formules sans efforts dans Pages, quelle que soit la version.
avatar Brewenn | 
Rien non plus concernant les possibilités d'import du gestionnaire de fichiers Bento, de la filiale d'Apple ? Toujours pas de possibilités d'exportation vers internet (idem pour Numbers) sauf a travers de l'inutilisable Iweb.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Faux point négatif ! « La fusion se fait avec votre liste toute entière. » En utilisant les catégories de Numbers, c'est tout à fait possible de sélectionner les adresses !
avatar mathusalem | 
parce que avant, il n'y avait pas d'éditeur d'équation ?! Scandaleux !
avatar n0no | 
Incroyable que les guillemets français ne soient toujours pas bien gérés, c'est pourtant si simple et effectivement Word le fait très bien... Mon truc pour y remédier (dans Pages 08) c'est d'avoir insérer dans Correction automatique une substitution automatique de " par « + espace insécable, mais enfin c'est moyen comme bricolage. Ce genre de tout petit détail (qui n'en est plus un quand on rédige beaucoup, et qu'on fréquente des milieux très attachés aux règles typographiques) est un peu honteux, ça ne fait pas sérieux pour un logiciel bureautique... C'est dommage.
avatar Anabys | 
« La nouvelle version du traitement de texte d'Apple sait donc collaborer avec EndNote, l'un des meilleurs programmes de sa catégorie. » Même remarque que ci-dessus : vous ne savez pas de quoi vous parlez.
avatar lukum | 
D'accord avec macderoo, afficher la prise en charge Endnote c'est nul, quand on sait que nombreux sont ceux qui ont cessé de l'utiliser depuis qu'existent Bookends et Sente, pour ne citer que ceux-là. On peut toujours scanner un doc issu de Pages avec Bookends ou Sente, mais en effet Apple aurait pu choisir un ou des partenaires plus sérieux qu'Endnote.
avatar DrFatalis | 
Cher mathusalem, autrefois, il y avait un très pratique éditeur d'équations... dans appleworks! Sinon, j'espère bien que pages ne deviendra pas un "word like". Il devrait pouvoir gérer une bibliographie seul, sans des appels du pieds à des softs externes (allez, avec peut être une limité à une cinquantaine de refs, par exemple). Quant à dire que les modèles ne respectent pas les "normes françaises", j'en reste coi : quel:es sont donc ces merveilleuses normes (que-le-monde-nous-envie) en matière de modèles Pages ? Je m'interroge...
avatar Ellipse | 
Par curiosité, j'ai essayé iWorks. A part Keynote, ni Pages, ni Numbers ne parviennent à me faire oublier Word (hélas, mais je l'utilise pour des petits documents) et encore moins LaTeX, ni Excel. OpenOffice est aussi un peu décevant. Dommage qu'Apple ne finisse pas correctement ces logiciels pourtant prometteurs. Pourquoi ne pas intégrer du code LaTeX dans Pages ?
avatar puccini | 
@Ellipse Pages n'a rien à voir avec Word. Toute la logique est différente. Pages et plus proche de ce qu'était Adobe Pagemaker. Et c'est pour cela que je l'aime. :-)
avatar gironapa | 
A propos d'Endnote et du choix d'Apple: on peut le regretter mais Endnote est de facto le standard dans nombre et nombre de laboratoires. Alors, à moins de travailler en solo dans son coin, l'usage de ce logiciel, certes hors de prix et à l'ergonomie douteuse, mais pas si mauvais que ça (faut quand même pas exagérer...) est quasi obligatoire pour beaucoup de chercheurs. Apple n'a fait qu'entériner un usage. Peut-on réellement lui reprocher? Ceci dit, Pages est un logiciel agréable, mais si on veut remplacer word sans pour autant passer par openoffice pas toujours très fiable, il y a Nisus Writer Pro et son ergonomie irréprochable.
avatar jjrmusic | 
J'ai téléchargé la version trial d'iWork '09 que je suis entrain de tester. Je suis tout à fait en accord avec le test de macgeneration, bravo au passage pour ce test que je trouve agréable à lire et qui va a l'essentiel sans omettre les points importants. J'ai bien noté que concernant une bibliographie il fallait en passer par EndNote ce qui augmenterait la "note" surtout si on y rajoute l'éditeur de formule de math. J'ai été visité le site d'EndNote; et bien ça coûte la bagatelle de 300 € ! Soit 379 € pour iWork + EndNote ! Me suis-je trompé ? Beaucoup trop cher pour moi en tous cas !
avatar jjrmusic | 
Petit additif : si je parle du prix d'EndNote bien qu'ayant lu ce que d'autres en disent ici, c'est pour enfoncer le clou. De plus il semblerait que d'après l'expérience de ces personnes EndNote soit une plaie. C'est du joli ! Question : y a t-il quelqu'un qui sait si Page '09 sait utiliser BibTeX ?
avatar Napoleonsolo3 | 
Tout d'abord bravo pour le test. Simple et efficace. Tout ce que j'aime sur Mac Gé! Pages, très bien je n'ai jamais regretté Word (et surtout pas la version 2007). Un point très positif la vision plein écran, quel plaisir. J'aime aussi la gestion du format PDF et la facilité d'utilisation, même si au départ il faut un temps d'adaptation. Enfin n'oublions pas le prix de l'ensemble, bien moins cher qu'Office (même si microsoft l'offre aux enseignants pour que les élèves, et donc les futurs acheteurs soient formatés).
avatar vonjos | 
il ne faut pas comparer avec Word qui existe depuis 150 ans et qui a toutes les fonctions du monde. C'est du Cro$oft il ne faut pas l'oublier. Pages correspond à 80% des besoins de tous les utilisateurs, il n'est pas cher, démarre rapidement. C'est à la fois un traitement de texte et un logiciel dePAO. C'est sûr il y aura toujours des usages plus pointus mais c'est un tel plaisir à utiliser une fois habitué à l'interface. J'utilise Word depuis 18 ans maintenant et c'est carrément génétique mais Pages a de sacrés atouts alors qu'il est tout jeune. Ca ne sert à rien de copier, APPLE a regardé ce que faisait 80% des users et a sorti un super produit.
avatar vonjos | 
Ah j'oubliais : j'ai réalisé tout mon Business Plan d'une nouvelle activité sur Pages. Le résultat final, à partir d'un modèle Pages, avait vraiment l'air très pro, très léché, chose qu'on peut aussi obtenir avec Word mais au prix de nombreuses heures de travail. J'ai eu mon financement. Merci Pages. La grande différence c'est qu'avec les logiciels APPLE on travaille tout de suite et on a un résultat tout de suite. Avec les softs microsoft on passe des heures à comprendre des trucs inutiles et on se déconcentre.
avatar tomate | 
Quelques détails: Tout d'abord dans la majorité des université ou EndNote EST la norme (que vous le vouliez ou non), il est à diposition des collaborateurs et étudiant grâce à une license de site. On peut en effet regretter que d'autres logiciels ne soient pas supportés comme BookEnds, mais ce dernier même s'il est capable d'importer ses données depuis EndNote, n'est pas multi-plateforme. Ceco le limite terriblement sont usage dans les universités où les groupes de travail qui se partagent les biliographies sont très souvent composés de personnes étant sur Mac ou PC. A quand un SDK pour Pages? Sinon, je rappelle à tout le monde que si vous n'êtes pas contents, il faut impérativement envoyer votre feedback à Apple. Ils les consultent et les décisions qu'ils prennent sont quand même influencés par les avis/demandes des utilisateurs. En tout cas, les réclamations/critiques sur postés uniquement surdes des forums hors Apple, eux, ne permettront pas à améliorer la qualité des logiciels de la pomme...
avatar Brewenn | 
"Avec les softs microsoft on passe des heures à comprendre des trucs inutiles et on se déconcentre." Con ou menteur, peut être les deux!
avatar Brewenn | 
Pour insulter une personne il faudrait qu'elle soit nommée ... ce qui explique la difficulté de certains à comprendre quelque chose de simple.
avatar Brewenn | 
Oui mais tu sembles aimer cela Car tu espères me relire Puisque tu signes [b]A+[/b] :)
avatar endymion | 
Il n'y a pas que les guillemets français qui demandent une espace insécable, il y a aussi les !, les ?, les ; Cette mauvaise gestion des règles élémentaires de la typographie française rendent, à mes yeux, ce logiciel inutilisable. Et c'est bien dommage. (Écrire est mon métier).
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Venant de PageMaker, (PAO), Pages est une régression. Il n'a pas les capacité de créativité de PM7 (C'est vraiment dommage d'avoir arrêté cet excellent logiciel). Si je suis passé à InDesign pour certains travaux, avec XPress ils sont beaucoup trop cher/complexe et Page fait alors très bien son travail, sauf la lenteur sur une petite configuration, là ou PageMaker était une bombe (sous OS9). Le gros défaut de ce type logiciel comme Word, c'est qu'au départ ils ont été conçu pour des secrétaires/assistantes qui tapent à la machine au km. Et pour pas changer leurs habitudes, ces logiciels ne sont qu'une amélioration de la veille machine à écrire avec sa feuille blanche au format A4. PM7, c'était un tout autre concept … parfait pour ceux qui n'avaient connu que le MAC (Plus, MAc II …) !
avatar rei_vilo | 
Sans oublier que la table des matières doit obligatoirement être placée en début de document (selon la norme anglais/américaine) et non en fin de document, comme le veut la coutume française ! A revoir donc.

CONNEXION UTILISATEUR