Mac OS 9 : le Classic, c'est chic

Mickaël Bazoge |

En octobre, on fêtait les 15 ans de Mac OS 9. L'ultime système d'exploitation « classique » d'Apple a vécu de longues années en tant que système d'exploitation autonome, puis comme OS d'appoint sous OS X, avant de prendre définitivement sa retraite en 2007 avec Leopard (OS X 10.5).

Cliquer pour agrandir

Si l'on excepte les plus nostalgiques, il est aujourd'hui bien difficile de se rappeler de l'expérience offerte par Mac OS 9, qui a en fait connu deux vies. La première en tant que système d'exploitation sur les Mac de l'époque (premiers iMac et iBook, le Cube, la tour G4 graphite), ensuite comme environnement de transition sous Mac OS X, où il portait le nom de Classic.

Mac OS 9 était installé sur un nouveau Mac de l'époque, ou à acheter dans une belle boîte pour 99$ (600 francs).

Mac OS 9, vendu à l'époque comme le « meilleur système d'exploitation pour internet » comportait rien moins que « 50 nouvelles fonctions ». Le saut depuis Mac OS 8.6 n'a pas été bien difficile, les deux moutures partageant bon nombre de points communs, à commencer par une interface très proche. Le fameux look « platinum », qui n'est autre que la version la plus aboutie de l'interface inaugurée dès 1984 avec le Mac, offrait des textures en métal brossé (que l'on retrouvera ensuite sur OS X) pour Quicktime et surtout Sherlock 2, la principale nouveauté mise en avant dans Mac OS 9.

Cliquer pour agrandir

Ce service de recherche, ancêtre lointain de Spotlight (que ce dernier a remplacé avec Mac OS X 10.4 Tiger), permettait à Apple de vanter l'aspect « branché au web » de Mac OS 9 : on pouvait en effet rechercher non seulement dans le disque dur du Mac, mais également sur internet et des sites web, sur des sites de shopping, d'actualité, dans la base de connaissances d'Apple, sur des sites dit de référence… Le tout pouvant être personnalisé à loisir avec un système de plug-in permettant à n'importe quel site d'apparaitre dans les sélections du logiciel. Aujourd'hui, tout est soumis à des accords entre Apple et les fournisseurs de services…

Sherlock 3, intégré à Mac OS X 10.2 Jaguar, allait encore plus loin dans la recherche sur internet, avec des fonctions qui rappelaient fortement celles de Watson (Karelia Software). L'affaire avait fait beaucoup de bruit à l'époque : souvent, lorsqu'Apple « s'inspire » un peu trop du travail d'un développeur tiers pour ses propres logiciels, on dit que telle app a été « sherlockée » (« sherlocked »).

Les versions classiques de Mac OS apportaient aussi au moins une fonction qu'on ne retrouvera sous OS X que des années plus tard : les tags de couleur !

Ces étiquettes, aux contenus et aux couleurs entièrement personnalisables, ne sont réapparues qu'avec OS X Mavericks, en 2013. Mac OS 9 inaugurait aussi des technologies qui ont certes beaucoup évolué, mais qui sont toujours présentes aujourd'hui, comme un trousseau d'accès (Keychain), un système de mise à jour automatique des logiciels d'Apple, des fonctions de reconnaissance vocale innovantes (Siri ne supporte d'ailleurs toujours pas l'identifiant vocal VoicePrint qui déverrouillait Mac OS 9 à la voix), le chiffrement 128 bits (FileVault offre un chiffrement de 256-bit AES), la gravure de CD directement depuis le Finder (avec Mac OS 9.1), ou même le support de volume Unix.

C'est surtout de la stabilité et de la rapidité de cette version que se remémorent les plus anciens utilisateurs Mac, surtout lorsqu'ils ont commencé à prendre en main les premières versions d'OS X aux performances particulièrement médiocres. La première beta publique du nouveau système d'exploitation, distribuée durant l'Apple Expo à Paris le 13 septembre 2000, proposait des innovations inconnues de Mac OS 9 : un vrai multitâche, la fiabilité d'Unix, une interface très (trop) colorée, un moteur moderne et ouvert…

Mais les premiers balbutiements publics de Mac OS X faisaient aussi preuve d'une mollesse que l'on a retrouvée dans la version finale, et jusqu'à Mac OS X 10.2 (au moins), y compris sur des configurations plus puissantes. Surtout, l'architecture Unix de Mac OS X a obligé les développeurs et éditeurs à adapter leurs logiciels à la nouvelle donne; mais en attendant que tout le monde s'y mette, aussi bien les éditeurs que les utilisateurs, la Pomme a mis au point un environnement Classic qui permettait d'utiliser Mac OS 9 au sein d'OS X.

Classic permettait de se servir des logiciels compatibles avec Mac OS 9, mais ne prenait pas en charge Mac OS X au travers des deux environnements de programmation Carbon ou le plus moderne Cocoa. L'expérience était pour le moins étrange, et ressemble un peu à l'utilisation de Windows dans OS X via Boot Camp ! Jusqu'en 2003, il restait possible de redémarrer l'ordinateur sous Mac OS 9. Beaucoup d'entre nous (dont votre serviteur, maquettiste PAO à l'époque) ont continué à travailler avec Mac OS 9 qui certes, n'était pas aussi moderne que son successeur sous Unix, mais permettait de rester productif avec par exemple QuarkXPress (le logiciel de mise en page fonctionnait très mal dans Classic).

Mac OS X marquait aussi une franche rupture par rapport à un environnement de travail très sobre, parfois instable certes (le fameux redémarrage sans les extensions afin d'isoler celle qui faisait planter le Mac…), mais néanmoins solide, sans fioritures et productif. Sans parler de certains pilotes de périphériques qui n'ont jamais été adaptés au nouveau système… On peut retrouver sous OS X Yosemite un petit goût de cette sobriété en jouant avec les réglages (lire : OS X Yosemite : un air de famille avec Système 7).

En juin 2002, durant le keynote d'ouverture de la WWDC, Steve Jobs enterra Mac OS 9 en le présentant… dans un cercueil. Un éloge funèbre grand-guignol, qui signifiait de manière claire et nette que les développeurs devaient désormais passer à autre chose.

Processeur Intel aidant, l'environnement Classic ne peut plus être utilisé depuis Mac OS X Leopard, sorti fin 2007. Mais il est toujours possible de regoûter à cette madeleine sur les versions les plus récentes d'OS X, y compris Yosemite, avec SheepShaver ! Cet environnement d'abord conçu pour BeOS et Linux fonctionne parfaitement sur OS X 10.10 et permet d'utiliser Mac OS 9.0.4… presque comme dans le bon vieux temps.

avatar Pascal-007 | 

Étant désormais un vieux, je peux dire que ce n'est pas vrai du tout. J'ai connu Mac OS de la version 1 à la version 10.10.0, alors je suis prêt à argumenter !

C'est vrai que la version 7 représentait un profond changement comparé à la version 6, beaucoup plus légère mais monochrome et monotâche (ou presque). C'est vrai que la version 7 avait été perçue comme révolutionnaire par les utilisateurs à l'époque. Mais en rétrospective, System 7 était lent, bogué, et extrêmement plantogène. Ce n'est pas pour rien qu'il y a eu un exode vers Windows 95 !

Avec System 7.6, au retour de Jobs, la situtation s'était nettement améliorée, et l'OS classique n'a cessé de gagner en stabilité jusqu'à la version 9. C'était remarquable sur G3 desktop de l'époque. Je me souviens avoir pris une photo d'écran montrant une connexion continue à internet de 256 h sans redémarrage, du jamais vu (personnellement) à l'époque ! (10 jours, ouaahh. Et dire qu'aujourd'hui je passe des mois sans redémarrer !)

Tout ça pour dire que j'éviterais de trop glorifier System 7. Bon, certainement. Excellent ? Certainement pas. Merveilleux ? Absolument pas.

Le passage vers OS X a été lourd, mais c'était un mal nécessaire pour obtenir un OS nettement plus stable, réactif et agréable au final.

avatar Workke | 

Séance nostalgie ;)

avatar Citelis | 

Steve Jobs a eu des cheveux ? Je suis resté trop longtemps hors du monde profond du mac !

avatar Jean-Jacques Cortes | 

Ce qui me manque, ce sont les thèmes pour modifier l'interface. J'adorais Drawing Board.

avatar chammer | 

OS 9, c'était un Copland avorté et "The thing" (le bug des extensions jamais résolu) qui prouvait que cet OS était en fin de vIe. BeOs qui tournait à la même epoque sur mon 8600 avait des années d'avance et n'a été rattrapé avec MacOs qu'avec le 10.6.

avatar Moonwalker | 

C’est une tentative d’humour ?

Copland y’en avait un peu partout, dans MacOS 8, dans MacOS 9 et surtout dans Mac OS X… tu crois qu’ils l’ont sortie d’où l’API Carbon ? Copland fut un ensemble de projets assez disparates, un OS sur le papier, mais son influence sur OS X fut réelle, peut-être plus que Rapsody en fin de compte puisque celui-i s’est fini en impasse.

BeOS, le système qui n’a jamais servi qu’à faire des démonstrations. Déjà trois trains de retard sur NeXTStep (l’OS qui a permis de créer le WWWeb), quand est sorti Mac OS X 10.4 la messe était dite depuis longtemps, un requiem. Le plan Be était le plan perdant.

Comparer BeOS avec Snow Leopard… ah! ah! ah!. Pourquoi pas Haiku avec Windows Seven tant qu’on y est ?

avatar chammer | 

Doublon app MacGe

avatar BitNic | 

Que de souvenirs enfouis fait resurgir cet article !
Mon arrivée dans l'univers Mac via un PowerBook 15" sous OS 9.1.
Mais rapidement Jaguar est sorti et je l'ai adopté sans regret.
Par contre j'avais oublié les redémarrages sous 9.2 via Classic.
Vraiment une autre époque...

avatar melaure | 

Tous les systèmes 2 a 9 tournent encore chez moi ...

Un truc excellent de Classic qu'on ne retrouve pas ailleurs : il suffit d'un copier coller du dossier systeme sur un autre volume pour le rendre bootable ... Et si par malheur on renomme le dossier systeme, pas de soucis les fichiers systeme sont "tagués" par leurs ressources, il peut donc etre n'importe ou dans l'arborescence.

Essayez de renommer le c:\windows sur PC ou le dossiers systemes sous unix ... Flingage assuré ...

avatar bpisano | 

Notez que Aide-Mémoire de Mac OS 9 est toujours présent sous Yosemite

avatar iNicolas70 | 

J'ai un vieux iMac G3 sous la main ça me donne envie d'essayer Mac OS 9...

avatar FollowThisCar | 

Bon, chacun fait ce qu'il/elle veut, mais voilà une raison possible d'utiliser Mac OS 9 sur SheepShaver.
Ainsi, le vieux Civilization II est de loin le plus intéressant de tous les Civ (à mon avis bien sûr) et à la fois celui qui offre le plus de liberté. Pourquoi ?

1) On peut jouer des heures sans être obligatoirement collé/e à l'action en cours. Infiniment plus reposant que les jeux modernes qui bousillent le coeur et exigent l'attention totale. Très propice à la réflexion aussi, existentielle ou matérielle, à vous de choisir.

2) On peut explorer des tonnes de musiques nouvelles tout en jouant, et un Mac Core 2 Duo peut tout-à fait soutenir à la fois Civ II et iTunes, plus d'autres bricoles et outils. Ce n'est pas un jeu qui bouffe toute la puissance du processeur.

3) L'intérêt de Civ II n'est pas dans ses graphiques mais dans le développement du jeu, qu'on peut à loisir calibrer et modifier à l'infini pendant des années. De fait, il n'exige pas de carte graphique dernier cri.

Alors si vous avez de la musique à (re)découvrir, rien de tel que d'installer SheepShaver afin de mettre en route Civ II pour de longues journées pleines de sensations et de challenges intellectuels simultanés.

avatar Jean-Jacques Cortes | 

Avec Sheep Shaver, on ne peut pas aller au delà de Mac OS 9.0.4, mais on peut avoir le Finder de Mac OS 9.2.2 à la place de celui de Mac OS 9.0.4.

avatar Connavar | 

OS 9, entre bons et mauvais souvenirs, je me rappelle surtout de l'insupportable bug "Table du système de fichier incorrect" qui nécessitait un redémarrage et qui n'a jamais été solutionné...j'étais retourné à 8.6 beaucoup plus stable à cette époque! La sortie de Mac Os X fut une véritable libération!

avatar aldomoco | 

@Connavar

..... oui il y en a qui ont vite oublié les bombes et les extensions vérolées :-(

avatar aldomoco | 

Il faut dire qu'avec SheepShaver OS9 sur nos bécanes actuelles est rapide comme l'éclair ;-)
http://zalabiakipeg.free.fr/os9.jpg

avatar BigMonster | 

Une petite question à ceux qui l'utilisent:
Est-ce que SheepShaver permet de faire tourner Myst, Exile, Riven, toussa ?

avatar Mecky | 

Sur 30 ans, il est normal de se tromper dans la chronologie des faits. Et puis chacun a vécu ses expériences à son rythme. Je vais m'essayer moi aussi a une petite rétrospective.

Les meilleurs moments sont pour moi ceux d'équilibre réussi entre l'OS et le matériel ; par exemple :
1. LC 475 (68040 donc) sous Mac OS 7.1 avec plein d'extensions (PopChar, Popup Folder, et autres After Dark)
2. G3 sous Mac OS 8.6 : un aboutissement de l'OS initial.
3. iMac bondi blue sous Panther : enfin un retour à de l'efficacité avec la modernité assumée.
4. iMac Tournesol sous Tiger : le summum !
5. iMac i7 sous SnowLéo à Yosemite… ou plus : des améliorations, mais rien de transcendant.

Pour revenir à l'Histoire, Mac OS 7.5.2 a été l'aboutissement… de la décadence, de l'effondrement, des errances : une année entière à faire de l'assistance, horrible ! Si Apple n'avait pas lié ses matériels à des versions minimales de l'OS, j'aurais tout rebasculé en 7.5 (un pis-aller).

L'OS 9 ? Comme il a été dit plus haut, juste une transition vers l'OS X.

Les plantages sous ce bijou qu'était l'OS 8.6, on ne peut pas les nier. Mais pour la grande majorité des utilisateurs lambda (donc hors les Quarck, Adobe, et autres grosses cylindrées), ces plantages étaient rares et n'empiétaient qu'exceptionnellement sur la productivité. À des lieues de ce qui était proposé « en face » !

À l'inverse, il est encore plein de fonctions modernes qui me manquent de l'époque ! Même si, comme le chantait l'autre : « Je ne voudrais pas refaire Le chemin à l'envers, Et pourtant je payerais cher, Pour revivre un seul instant… » ;^)

avatar jbmg | 

Système 7, la galère : 2 mois à planter à qui mieux-mieux, puis tout d'un coup il est devenu assez stable.

Os 9 celui qui est resté le dernier et que je chéris encore car il a un logiciel professionnel que je veux pas mettre à jour, j'ai arrêté le boulot mais il faut garder les données.
Et Excel 4 dont les macros étaient faciles à travailler et surtout à lire dans leur ensemble. VBA, c'est trop petit programme non visualisable dans leur ensemble quand on veut faire des corrections ou des copies pour mettre dans une autre feuille.

Je maintiens 10.4 sur PB G4 pour ça et un 3400 en Os 9 au cas où.
j'ai connu tous les Os depuis Le Mac 128 mais j'ai sauté 10.0-.1et .2 parce que les contributeurs, sur les forums, n'étaient pas très enthousiastes.

Sur SheepShaver, j'ai un problème de transfert de fichiers entre le 10 et SheepShaver, je me retrouve avec des caractères différents entre les 2 environnements, je les "stuffite" pour les mettre dans le dossier "Partage" puis transfert sur le "disque" et déstuffité ensuite. Quelqu'un a-t-il une méthode plus facile car il faut avoir des logiciels Stuffit qui se comprennent donc des anciens.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR