Steve Jobs : le patron de la décennie selon Fortune

Florian Innocente |
Patron de la décennie, c'est le titre que le magazine Fortune vient de décerner à Steve Jobs. Le patron d'Apple a été préféré à douze autres hommes et femmes parmi lesquels le duo fondateur de Google, le multi-milliardaire et investisseur Warren Buffet, Bill Gates, Alan Greenspan, Oprah Winfrey, etc.

L'hebdomadaire économique écrit "À 54 ans, la simple énumération de ses accomplissements suffit à expliquer pourquoi il est pour Fortune le patron de la décennie. Sur ces seules 10 dernières années il a radicalement et de manière très lucrative réorganisé trois marchés - la musique, les films et la téléphonie mobile - tandis que son influence sur son industrie d'origine, l'informatique, n'a fait que se développer."

SteveJobsCEOofthedecade


Fortune dresse le parallèle avec d'autres grands chefs d'entreprise qui ont eu un impact profond, comme Henri Ford ou Juan Trippe (fondateur de la compagnie PanAm), mais sur un seul marché à chaque fois. Et encore, ces domaines de l'automobile et du transport aérien civil étaient largement balbutiants à leur époque. Contrairement à Jobs qui a mis cul par-dessus tête des industries déjà en place.

Fortune révèle aussi qu'autour de l'année 2001, Steve Jobs faillit lancer une offre de rachat sur Apple, avec l'aide d'une firme d'investissement. Ceci afin de prendre le contrôle plein et entier du capital de la Pomme et de sa destinée. A cette époque le marché n'avait pas su évaluer l'importance des produits et services qui avaient été lancés : iTunes, l'iPod, Mac OS X, les Apple Store. Et un mauvais trimestre avait été annoncé. Résultat, l'action d'Apple se traînait. Mais finalement, pour une raison qui n'est pas précisée, Steve Jobs stoppa ces grandes manœuvres.

L'avenir sans Jobs à la tête d'Apple est évoqué. Son meilleur ami Larry Ellison (Oracle) le juge "irremplaçable" et s'il a su construire une "marque fabuleuse" avec quantité de bons produits, il s'agit justement d'une entreprise où les cycles de vie des produits sont très rapides.

Les tenants du verre plein estiment que Jobs a su diffuser sa manière de voir les choses au sein de ses équipes et que ses hommes sauront prendre le relai et s'inscrire dans le même sillon.

Fortune donne également la parole à quelques figures connues. Extraits :

Andy Grove, (ex patron d'Intel) se souvient de Jobs "première période", qui à l'occasion d'un dîner, en 1983, se leva et lança "personne au-dessus de 30 ans ne peut comprendre quoi que ce soit à l'informatique." Grove le traita d'arrogant, Jobs lui demanda de lui apprendre quelque chose. S'en suivit une conversation qui finalement porta plutôt sur des sujets personnels. Et Grove aujourd'hui de rappeler malicieusement "Il avait tort d'effacer ainsi une génération, quel âge avait-il quand il a lancé l'iPod, 46 ans ?" Puis vint Jobs "seconde période", capable de démarrer et développer plusieurs coeurs de métier quand d'autres sont déjà bien heureux lorsqu'ils y parviennent au moins une fois.

Larry Ellison "La différence entre Steve et moi c'est que je suis disposé à vivre avec ce que le monde peut m'offrir de meilleur et qu'avec Steve ce n'est jamais assez bien. […] Il est incroyablement fier du fait qu'Apple est maintenant l'entreprise la plus cotée de la Silicon Valley, plus que Cisco, qu'Intel, Google et plus qu'Oracle".

Marc Andreessen (co-fondateur de Netscape) "Quand il est revenu chez Apple la société n'était qu'à quelques semaines de la banqueroute et il a réussi à passer de cette situation aux produits que l'on connaît aujourd'hui."

Bob Iger (patron de Disney) "Il définit des exigences sur la qualité, il remet en cause les statu quo et il n'accepte jamais un "non" comme une réponse". Iger évoque aussi la contribution de Jobs dans la remise en forme des boutiques de Disney : il nous a dit de nous définir un principe qui réponde à cette question "Que voulez-vous que ces magasins expriment lorsque les gens y entrent ?"

Ralph de la Vega (AT&T Mobility) se souvient lorsqu'il a vu l'iPhone à l'état de prototype "Steve Jobs avait trouvé le moyen de faire rentrer Mac OS X dans un appareil de poche. C'est là que ça a percuté, cet appareil allait changer l'industrie pour toujours. Et c'est ce qui s'est passé. Il a transformé les États-Unis en épicentre du développement des smartphones."

avatar Anonyme (non vérifié) | 
On ne peut qu'applaudir aussi, et pourtant, je ressens que c'est très insuffisant.
avatar oomu | 
j'attends beaucoup (enfin, stricte intérêt commercial) de la refonte des disney store. Je suis curieux de voir ce que Disney peut donner si on les fouette. Déjà, disney animation, quel changement !
avatar Zed-K | 
"La différence entre Steve et moi c'est que je suis disposé à vivre avec ce que le monde peut m'offrir de meilleur et qu'avec Steve ce n'est jamais assez bien." C'est à mon sens ce qui manque à beaucoup de "dirigeants" (du monde propriétaire comme dans le libre) dans le domaine de l'informatique, le perfectionnisme. C'est ce que j'apprécie énormément chez Apple : le soin apporté au détail, détail sur lequel n'importe quelle autre boîte trouvera totalement inutile de se pencher.
avatar wooper69 | 
sympa quand même d'avoir le titre de patron de la décennie quand on s'appelle "jobs"
avatar LeConcombreMaske | 
Oula, le supermarché Apple du Louvre + la consécration du Dieu Steve, tout ça la même semaine, il y a un paquet de Macgeek qui vont être atteints de priapisme au moins jusqu'à la fin de l'année !!!!
avatar youpla77 | 
Autant je trouve quasi extraordinaire le travail qu'il a accompli au sein d'apple, autant je n'aime pas trop le bonhomme (même si je ne le connais pas personnellement).
avatar oxof | 
Apple est la seule marque qui me fait rêver. Merci Steve.
avatar Mabeille | 
@youpla77 +1
avatar oomu | 
" autant je n'aime pas trop le bonhomme (même si je ne le connais pas personnellement)." tiens, pourtant tout ce que je lis sur lui me fait l'apprécier. il est dur, inflexible, exigeant, arrogant, perfectionniste, passionné, quelqu'un de difficile à supporter, mais c'est clairement le genre de personne que j'apprécie dans mon travail et avec qui on arrive à un Fucking Grand Résultat. Le mot clé, c'est la passion. Ils sont très rares les dirigeants passionnés d'informatiques. Et il l'est, faut se rappeler les années 80. Dans les années 80, Bill Gates était déjà cynique, Compaq était froid, IBM était "corporate", Steve Jobs parlaient déjà de rêve délirants avec un ordi.
avatar noAr | 
@ oomu : Idem. Complètement.
avatar mocmoc | 
a chaque foi on entend parler d'apple dans "FORTUNE" :p ils sont poto ou quoi ?
avatar mfam | 
Moi je pense que Steve Jobs devrait juste être dur, exigeant, perfectionniste, passionné et quelqu'un de difficile à suivre pour être clairement le genre de personne appréciable et avec qui on arrive à un fulfilling Grand Résultat. De plus ... il est normal qu'il ait quelques défauts et pas que cesdites qualités.
avatar Le_T | 
@oomu : +2 pour le coup Tu reflète totalement ma penser sur l'homme en question. C'est ce qui fait de lui ce qui l'est : un passionner qui a su le rester tout en acquierant les qualitee essencielle d' un grand Boss.
avatar jlvande | 
Je suis sur Mac depuis 1986 et depuis, je n'ai jamais cessé de trouver les produits Apple très fun et hyper conviviaux. Tous les produits Apple me font le même effet… Vous en connaissez beaucoup de marque qui font ce genre d'effet vous ? Vraiment, Steve et un crac, quoi qu'on en pense…
avatar Eurylaime | 
Il a aussi eu la chance de travailler avec des collaborateurs très doués à qui nous devons des produits originaux. Les créateurs de l'Apple I (wozniak), du Mac (raskin), de l'iPod (fadell) et de l'iPhone (hullot). @oomu : "il est dur, inflexible, exigeant, arrogant, perfectionniste, passionné, quelqu'un de difficile à supporter" à titre pro ça peut faire progresser mais à titre personnel, s'il est comme ça, il est à fuir.
avatar Socrate1 | 
@ Eurylaime Ce sont probablement ces mêmes caractéristiques, quoi qu'on pense du bonhomme, qui lui ont probablement permis de les faire se dépasser, se défoncer, et obtenir d'eux probablement encore bien plus qu'eux mêmes au départ ne s'en pensaient et croyaient capables. Et la plupart des membres de sa Dream Team qui ont quitté Apple n'ont plus vraiment fait d'étincelles depuis, y-compris le génial Wozniak qui pour le moment s'amuse surtout à se balader partout avec son Segway ^^
avatar P'tit Suisse | 
Programmeurs cherchent investisseurs : http://www.businessinsider.com/the-life-and-awesomeness-of-steve-jobs-2009-6#jobs-and-wozniak-1975-4
avatar boxster31 | 
"il est dur, inflexible, exigeant, arrogant, perfectionniste, passionné, quelqu'un de difficile à supporter" Mais c'est totu mon Pêre ça ! ;)
avatar iZorg | 
"il est dur, inflexible, exigeant, arrogant, perfectionniste, passionné, quelqu'un de difficile à supporter" Comme bien des gens finalement... En revanche, lui, il a en plus des couilles, des tripes, surement un sacré grain et un chiouia de chance^^ PS Mais il reste quand même vachement moins drôle que le Steve "d'en face" ;)
avatar fantomx6 | 
Tiens les Pom Pom girls sont de sortie !!! C'est quand même lui qui a failli mener Apple au bord du gouffre !!! Et puis, s'il était juste un homme comme les autres qui faisait son boulot de patron !!! Harry Potter enlève ces lunettes rondes et sort de ce corps
avatar titusmarco | 
@famtomx6: Jobs a sauvé Apple de la faillite. C'est Amelio qui a failli couler la boite. Il ne faut pas faire d'amalgames avec l'histoire. Sculley l'avait virer car selon lui il ne savait pas gerer une boite. Jobs est un génial pirate d'idées: il n'a rien inventé mais il a arrivé à révolutionner des choses existantes. Le mac est issu du boulot de Xerox. Avant l'iPod, il existait déjà des baladeurs mp3 (creative ou Rio). Avec l'iPhone, il y avait Windows mobile/Palm et ....Apple avec le Newton
avatar Manu | 
@Eurylaine "Il a aussi eu la chance de travailler avec des collaborateurs très doués à qui nous devons des produits originaux. Les créateurs de l'Apple I (wozniak), du Mac (raskin), de l'iPod (fadell) et de l'iPhone (hullot)." Crois-tu qu'ils auraient eu l même résultat avec quelqu'un d'autre. C'est d'ailleurs Raskin qui disait qu'il le haïssait pour pas mal de choses mais que paradoxalement c'était le seul capable de tirer le meilleur des gens avec qui il travaillait. Quand un journaliste lui demandait s'il ne regrettait pas d'être distancé financièrement par Bill Gates, avec qui il avait démarré l'aventure de la micro informatique, il répondait que malgré sa richesse, Bill n'aura pas connu, comme lui, la chance de bosser avec les gars les plus talentueux dans leur domaine. S'il faut résumé la philosophie d'Apple c'est comme d'ailleurs l'a toujours souligné Steve, un esprit sain dans un corps sain. Une technologie brillante ne peut s'exprimer qu'à travers un matériel très bien fini. La vue d'un PC montre souvent une machine assez désordonnée (ça clignote de partout, c'est froid et sans âme) qui reflète justement la cacophonie de son OS.
avatar loukonmac | 
Steve transforme en or ce qu il touche de sa pensée.... oui Steve est Dieu.... enfin c'est qui Dieu ok ok ,,,, mais mon iMac a toujours autant de problème lié à Snow Leopard ok quoi j ai pas compris c'est donc une GRACE divine ces bugs.....les fans à 3200 .... je suis touche par la grâce cool.....(Bill Gates faisait aussi de jolie photo dans les année 90) les jolies photo c est pour les couronnes mortuaires de l innovation et la niveau innovation (pas photocopie alu en plus) à Cupertino il y a des oublis........
avatar IGerard | 
Hullot n'a rien à voir avec l'iPhone
avatar Bruno de Malaisie | 
Pour moi, Jobs est ce que Todt est au sport auto. On peut en dire du mal, mais leur grande intelligence est de savoir extrèmement bien s'entourer. Puis, il ne leur reste plus qu'à "diriger" l'entreprise vers les idées auxquelles ils croient... C'est ce que tout un chacun est en droit d'attendre d'un dirigeant. Chapeau bas à Steve (et à Jean:))
avatar Feroce | 
"Je suis sur Mac depuis 1986 et depuis, je n'ai jamais cessé de trouver les produits Apple très fun et hyper conviviaux. Tous les produits Apple me font le même effet… Vous en connaissez beaucoup de marque qui font ce genre d'effet vous ? Vraiment, Steve et un crac, quoi qu'on en pense…" En 1986 ? Alors que Jobs était déjà parti d'Apple (enfin, parti, façon de parler) ? C'est clair, il n'est donc pour rien dans ton amour de la petite Pomme :-)
avatar BlueShell | 
pourquoi il a les même lunettes que Gandhi ? sérieux, sacré bonhomme faut reconnaitre...
avatar oZen | 
A non celles de Gandhi avaient un cerclage métallique.
avatar Jimmy_ | 
@IGerard : Alors dans l'interview qu'il a donné à SVM Mac il aurait raconté n'importe quoi Jean-Marie Hullot ?
avatar B-Wort | 
J'admire beaucoup Steve Jobs et il est bien plus encore que ce qu'on peut lire dans cet article, pour les intéréssé je vous conseille de voir le trés trés bon téléfilm "Pirate of silicon valley" de 1999 qui dépeint remarcablement bien la vie de Gates et Jobs au début de l'ère informatique, c'est fasicinant, et il est trés bien fait, au final les deux hommes n'ont rien inventé, à part leur engouement pour la technologie informatique de base, leur génie réside dans le sens avangardiste, le talent commercial, la recherche de nouvelle idées meilleures que les anciennes, pour moi ils ont guidés la technologie dans un droit chemin qui est le leur.
avatar shenmue | 
@B-Wort: Le film "les pirates de..." est tout de même très élogieux vis à vis de B.Gates qui a fait à l'époque des coups bien plus pendables sur SJ et a été bien moins visionnaire que bon gestionnaire de ses intérêts. Beaucoup d'erreurs et d'approximations juste pour les mettre dos à dos aux yeux de l'histoire. B.G a fabriqué la boîte IT la plus rentable et puissante de l'histoire, on était pas obligé d'en faire un aussi bon visionnaire que SJ. LE beurre et l'argent du beurre pour le coup, mais bon, même la partie Wikipédia sur Microsoft est un peu discours mensonger de pure propagande sur cette société.
avatar B-Wort | 
Oui mais justement, c'est vrai que le film a tendance à montrer un B.G. aussi talentueux que S.J. mais si on analyse bien moi j'ai trouvé que c'etait le contraire et qu'en plus S.J. passait pour la victime au final, alors qu'il s'est tout autant aproprié la technologie de l'interphase graphique et de la souris à Xerox, que B.G. lui à volé par la suite, le téléfilm montre bien deux visionnaire avec l'un plus en avance sur l'autre (S.J.) et l'autre à ses crochet dans la course avec lui, sauf que S.J. à eu la vision de la machine parfaite et novatrice et s'est concentré sur ca, alors que B.G. captait que c'était un des plus gros marché du futur et se demander comment vendre le plus de ces produit la, en definitive c'est plus un très bon commercial et le film le montre bien, mes les deux sont entre guillemet des "voleur" pour atteindre leurs reves.
avatar codeX | 
Jean-Marie Hullot n'a pas inventé l'iPhone. Il a seulement sensibilisé SJ sur le fait qu'un bête téléphone mobile doté d'un appareil photo pouvait être en soit une petite révolution si tant est qu'on l'accommode à la sauce Apple.. Cela c'est passé dans le bureau de Pascal Cagni, place d'Iena alors que SJ était à Paris pour une Apple Expo. Cela n'enlève rien à Jean-Marie Hullot qui est et restera un grand bonhomme de l'informatique, malgré sa petite taille.
avatar shenmue | 
@B-Wort:"alors qu'il s'est tout autant aproprié la technologie de l'interphase graphique et de la souris à Xerox, que B.G. lui à volé par la suite" Entre Apple et Xerox, il y avait des accords de licence entre les deux sociétés et même des échanges de salariés. De plus Apple a considérablement fait évoluer le concept original de Xerox. Dans le cas de Microsoft il y a eu seulement un pillage, sans aucun ajout d'originalité de la part de Microsoft qui, pire, a rendu une première "copie" inférieure presque en tout point à l'original. Même si les trolls sur Clubic prétendent l'inverse, les deux sociétés n'ont pas du tout eu le même comportement face à l'innovation. Apple s'est toujours inspiré e travaux antérieurs, mais pour largement en démocratiser l'usage tout en y rajoutant ses spécificités propres. Microsoft lui, (et on peut encore le voir aujourd'hui avec le Microsoft Store) n'a fait QUE suivre Apple dans son sillage sans presque jamais apporter une plus value.
avatar B-Wort | 
Mais je suis d'accord avec ca Shenmue, mais je me recentre moi sur les personnages en eux même, la mentalité de Jobs n'est pas très différente de celle de Gates, d'ailleurs c'est pour ca qu'ils s'entendaient si bien et qu'ils s'entendent encore aujourd'hui, bien sur c'est flagrant quant on voit les nouveaux Windows resemblaient de plus en plus aux évolutions de Mac OS X, et le coup des Microsoft Store m'a fait tout autant rire, c'est connu tous ca et ca reste une simple guerre commerciale tout comme Nintendo, Microsoft et Sony sur le marché des consoles. Donc il y avait des accords avec Xerox mais il y en avait aussi avec Apple et Microsoft quand Apple leur a preté le prototype du premier Macintosh comme on voit dans le film, il n'y à pas eu d'espionnage industriel et Jobs savait ce qu'il faisait, je veux dire Jobs ne peut s'en prendre qu'a lui même et tout le monde à la place de Gates aurait pareil, d'ailleurs Gates dit à Jobs une phrase très vrai dans le film si je me souviens bien, un truc du genre: "Toutes les marques de voiture font des voitures pourtant elles ne prétendent pas toute être l'inventeur du volant", Microsoft et Apple étaient deux fabriquants d'ordinateur et on repproche à Gates d'avoir volé "le système de guidage" (OS) même pas mis au point par Apple lui même mais par Xerox, jve dire faut rester logique aussi.
avatar ziggyspider | 
[quote]Puis vint Jobs "seconde période", capable de démarrer et développer plusieurs coeurs de métier quand d'autres sont déjà bien heureux lorsqu'ils y parviennent au moins une fois.[/quote] C'est pour ça qu'il s'appelle Jobs et non Job !
avatar ziggyspider | 
[quote]La vue d'un PC montre souvent une machine assez désordonnée (ça clignote de partout, c'est froid et sans âme) qui reflète justement la cacophonie de son OS.[/quote] C'est surtout le reflet de son proprio.

CONNEXION UTILISATEUR