La guerre des systèmes d’exploitation de retour

Christophe Laporte |
PCMag consacre un dossier complet aux différents systèmes d’exploitation en vogue : Leopard, Windows XP, Windows Vista et Ubuntu. Le magazine américain a comparé ces systèmes selon 8 critères : prix, installation, interface, logiciels inclus, quantité de logiciels disponibles, nombre de pilotes, réseau et sécurité.

N’en déplaise à Microsoft, son petit dernier n’est arrivé en tête dans aucun test. Leopard se classe premier quatre catégories (Installation, Interface, logiciels inclus et sécurité), Windows XP dans trois (quantité de logiciels disponibles, nombre de pilotes et réseau) et Ubuntu dans la catégorie prix.

Mais pour PCMag qui a mené ces tests avec Mac OS X 10.5.1, cela ne fait pas l’ombre d’un doute : Leopard est actuellement ce qui se fait de mieux en matière de système d’exploitation.

Ce n’est pas la première fois que PCMag est dithyrambique au sujet de l’OS d’Apple. Lorsqu’ils l’avaient testé fin octobre, PC Mag clamait : «Leopard est loin d'être parfait, mais il est meilleur que n'importe lequel de ses concurrents et il devient de plus en plus difficile de trouver une bonne raison pour utiliser quoi que ce soit d'autre».
avatar thierry61 | 

Quand on est un vieux con du mac, qu'on a connu la récession "macinthoshienne" des années 90 , qu'on a du se farcir tous les clichés possibles et imaginables du type "les GUI, c'est pour les gonzesses", "le Mac n'est pas communiquant" (celle-ci m'ayant été sorti par quelqu'un qui à l'époque était développeur AS/400 , RPG , 5250 ...), on apprécie forcément - un peu- ce genre de papier. Surtout de la part de revues dont le pain quotidien était le monde windows. C'est humain :- )

avatar LaurentR | 

BeePotato : je serais d'accord avec toi si il s'était agi d'une seule entreprise de bout en bout. Mais aucun des projets cités n'a à voir avec les autres. La FSF n'a rien à voir avec Linus Torvald, qui a utilisé les outils GNU juste à cause de la licence GPL et Matthias Etrich a décidé en 1996 de créer KDE pour doter les Unix d'un bureau, mais pas spécialement pour le système GNU/Linux. D'ailleurs KDE ne fonctionne pas que sous Linux, mais également sous toutes les sortes de BSD, Solaris, ... Je maintiens donc que comparer Mac OS, Apple et ces projets disparates n'est pas juste. A part si c'est pour dire que Apple a piqué l'idée de Spaces aux gestionnaires de fenêtres de Linux, qui l'a peut-être piqué à ..., etc...

avatar Born | 

je ne sais plus a qui, et j' ai la flemme de chercher, car je suis sur iPod touch!

Le terme "etats-uniens" est un neologisme issu d'un bidouillage linguistique récent fait par les économistes et géographes français par simple souci de commodité. Les habitants des usa eux-memes s'appellent "americans" et sont bien contents ainsi, et jusque la aucun autre peuple américain ne s'est officiellement plaint de cela.

Inutile donc de faire preuve de pedantisme en utilisant un mot technique n'ayant pas vocation a entrer dans le langage courant. Et n'y ayant d'ailleurs pas sa place en raison de son incongruité étymologique.

Restons en donc a Americains si vous le voulez bien...

avatar paisley | 

[Windows XP dans trois (quantité de logiciels disponibles, nombre de pilotes et réseau) ]
Je suis quand même surprise de cet élément, car on ne peut pas dire que la réseautique de Windows soit la mieux pensé. L'interface de configuration du réseau est complexe.

Peut-être qu'ils ne voulaient pas donner un 100% à Léopard, même 10.5.1 (10.5.2 est encore plus précis et sécuritaire).

avatar mfam | 

@Born
-----

Que les américains s'appellent americans n'est pas surprenant. Ils s'approprient toujours tous !! Mais il y a des gens AILLEURS qu'aux Zétats-Unis qui sont américains (sans en avoir la citoyenneté) puisqu'il restent en Amérique.
----

Je cite: Cédric Laudet

"La signalisation et, plus largement, le nom donné aux Etats-Unis d'Amérique dans la langue du pays nommé est une calamité.

Nous apprenons tous sur la planète que Amérique ou les Amériques représentent un continent.

Or, nous entendons souvent USA ou, au mieux, l'Amérique et, plus rarement, états-Unis d'Amérique.

De même, les citoyens sont appelés Américains, alors que les gens de Saint-Pierre et Miquelon, Guyane, Guadeloupe et Martinique sont des Américains... français.

(Je rajoute Canada)

Sachez, anglicistes de tout poil, que le terme exact de citoyens des EU d'Amérique est, une bonne fois pour toutes, étatsunien, faute de mieux. Et profitez en aussi pour enlever votre loi interdisant l'apprentissage du français en Louisiane, qui date de 1914 et est en pleine contradiction avec votre chère constitution fourre-tout.

Réf.:
http://www.imperatif-francais.org/bienvenu/a-vous-la-parole/2006/etatsuniens.html

------

Il y a des néologismes nécessaires parfois.
Comme parfois en France on apprend à créer de nouveaux mots.
C'est ce qui enrichit la langue française je crois.

avatar mfam | 

..et je ne faisais pas dans la pédanterie mais bien plus dans la nuance car je trouve qu'on a tendance à faire dans le stéréotype. Désolé pour ces réactions hors contexte de la "guéguerre" Léopard contre Vista.

avatar Nicky Larson | 

[quote]Mettez un béotien devant un PC Windows, devant un Mac ou un PC Linux et son appréhension sera identique, il n'aura pas plus de difficulté à utiliser l'un comme l'autre.[/quote]
Mais bien sûr. J'attends de voir la première merde sur linux et le voir surfer sur les forums pour trouver une solution.

quand il va se rendre compte qu'il faut ouvrir un terminal dans 99% des cas, j'attends de voir sa réaction ..

avatar Mac1978 | 

Cocasse que XP se classe devant Vista pour des points aussi importants que le réseau et les pilotes, alors que Vista est venu avec plus de 2 ans de retard. Et que Vista est disponible depuis plus d'un an, ce qui aurait largement dû lui laisser de rattrapper le retard initial.

Maintenant, pour ce qui est de OS X en entreprises - autres qu'agence de pub ou sociétés artistiques - il faudra plus, beaucoup plus...

Et en entreprise, on aime bien mettre régulièrement en concurrence les fournisseurs de PC pour obtenir le "meilleur" prix. Il n'est pas rare de voir une boîte passer de Dell à HP à Packard-Bell, etc... On a l'impression d'être moins client captif du fournisseur. Or, pour l'instant et rien n'indique que cela va changer, OS X ne tourne que sur du matériel Apple...

avatar Un Vrai Type | 

@ Mac1978 :
C'est pourquoi un devis moins cher avec des mac est refusé, même pour des postes isolés.
Et quoi qu'il en soit, il manque beaucoup de type d'ordinateur dans la gamme Apple pour satisfaire toutes les entreprises.

(et un décideur ne va de toute façon n'accorder aucun crédit à PCMag).

avatar BeePotato | 

@ LaurentR : "je serais d'accord avec toi si il s'était agi d'une seule entreprise de bout en bout. Mais aucun des projets cités n'a à voir avec les autres."

Ils ont à voir les uns avec les autres en ce sens que ce sont les briques que l'on assemble pour constituer ce qu'on appelle à l'heure actuel le système Linux (ou plutôt "les systèmes"). Et ces projets ont tout de même un lien, le fait qu'ils ont été développés plus ou moins en cascade, chaque nouveau projet dépendant du précédent (je ne suis pas sûr que KDE aurait vu le jour si Linux n'avait pas existé, et il aurait été difficile à Linux d'exister ou de prendre autant de poids si les outils GNU n'avaient pas existé).
D'une certaine façon, on peut bien le considérer comme un seul et même projet. Même s'il est vrai que, contrairement à Mac OS ou Windows, ce n'était pas un projet défini de façon précise dès le début par un groupe de personnes précis. Mais c'est le principe même du développement opensource, d'avoir un groupe de contributeurs ouvert et sans limite, et par conséquent des projets aux frontières plus vagues et aux buts et à l'évolution plus fluctuants. En raison de ce principe, il faut considérer la notion de projet un peu différemment de ce qu'on fait pour Apple ou Microsoft.
Ici, l'histoire nous montre bien que ces divers projets étaient bien dans la continuité l'un de l'autre et ont formé logiquement un tout que tout plein de monde utilise maintenant.

Enfin, n'oublie pas que Mac OS X aussi est issu d'un ensemble de projets disparates et pas prévus initialement pour se rencontrer : une partie de Mac OS classique d'un côté, une partie de NeXTStep de l'autre et une dernière partie issue des BSD libres.
Est-ce que, parce que l'assemblage de ces divers projets par Apple n'a commencé qu'après le début du développement de KDE, on doit considérer qu'il n'est pas juste de comparer Mac OS X à l'ensemble GNU/Linux/KDE ? ;)

avatar BeePotato | 

@ LaurentR : "A part si c'est pour dire que Apple a piqué l'idée de Spaces aux gestionnaires de fenêtres de Linux, qui l'a peut-être piqué à ..., etc..."

Je vais encore chipoter, mais Apple n'a pas du tout "piqué" l'idée de Spaces aux gestionnaires de fenêtres de Linux. Tout simplement parce que cette idée est bien plus vieille que les gestionnaires de fenêtres en question et qu'elle a été popularisée bien avant leur apparition.
Il semble que l'idée aurait son origine au PARC de Xerox (une de plus), mais apparemment on trouvait aussi quelque chose de similaire dans Amiga OS (je dis "apparemment" parce que je n'ai pas eu l'occasion de le voir en personne), et ensuite tous les utilisateurs d'Unix ont eu l'occasion de tester ça, notamment via le CDE.
Il y avait également des gestionnaires de bureaux virtuels pour NeXTStep avant même la sortie de Linux.
Et si on veut en rester aux systèmes Apple, il devait être possible d'installer un gestionnaire de bureaux virtuels sur A/UX, au moins pour la partie X-Window (et oui, n'oublions pas qu'Apple faisait déjà de l'Unix bien avant l'arrivée de Linux...).

Donc on va plutôt dire qu'Apple et les gestionnaires de fenêtres de Linux ont piqué l'idée au même endroit (c'est-à-dire plus ou moins dans le domaine public, tellement l'idée était connue). ;)

avatar Mac1978 | 

@ Un Vrai Type

J'ai toujours exigé de mon DSI qu'il obtienne une offre Apple lorsque cela était possible. Et ce n'était pas trop dur car il a un PowerBook 12". Mais, jamais nous n'avons obtenu une offre moins chère, ni même comparable, sur du matériel Apple.

Avec en plus les questions habituelles de type: mais les compétences internes sont nulles sur cet OS, comment on va faire dans 3 ans, est-ce que Apple est vraiment intéressée par les entreprises, est-ce que Office sera encore disponible ultérieurement y compris VBA (on a la réponse maintenant...). Bref tout ça donne à penser que le risque de prendre du matériel Apple est trop élevé en entreprise, sauf pour celles qui ont besoin des spécificités de la Pomme, telles que photo, vidéo et arts graphiques.

avatar Brewenn | 

Matériellement le Macintosh c'est combien de configurations possibles ?
(Cartes mères, processeurs, cartes vidéo, cartes son, lecteur/graveur CD/DVD, contrôleurs, etc...)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR