Vous ne pourrez bientôt plus brouiller les radars militaires avec du Wi-Fi

Pierre Dandumont |

L'Arcep, le gendarme des télécoms en France, vient de publier une décision qui modifie un peu la gestion des bandes de fréquences utilisées pour le Wi-Fi en France. L'année dernière, l'Arcep avait ouvert la voie à l'utilisation de la bande des 6 GHz (celle choisie en Wi-Fi 6E), cette année il change (un peu) les possibilités de la bande des 5 GHz.

Des différences selon les pays

La question des fréquences est un peu compliquée : quand on parle de la bande des 5 GHz, la définition varie selon les pays, et quelques fréquences qui sont « dans les 5 GHz » ne sont pas utilisables pour un réseau sans fil (entre 5 350 à 5 470 MHz, par exemple, il n'y a pas de Wi-Fi, car un programme européen exploite ces fréquences pour l'observation de la Terre).

De même, certaines fréquences sont limitées : une partie du spectre ne peut être utilisé qu'en intérieur… et c'est un des changements. Entre 5 150 MHz et 5 250 MHz, il est maintenant permis d'utiliser les fréquences à l'extérieur, mais pas sur des antennes extérieures fixes : un usage possible va être la communication avec un drone. Entre 5 250 et 5 350 MHz, seul l'usage en intérieur est permis, alors qu'il est possible d'émettre en extérieur entre 5 470 MHz et 5 725 MHz.

Pour l'anecdote, Steve Jobs a présenté l'iPhone en profitant d'un canal Wi-Fi interdit aux États-Unis pour éviter les perturbations liées au grand nombre de journalistes présents.

Un radar militaire, qui ne peut pas être brouillé par le Wi-Fi (Spotter2, CC BY-SA 3.0)

Une protection plus efficace, impossible à désactiver

L'autre nouveauté, comme le relève Next INpact, est liée au DFS (Dynamic Frequency Selection). Cette technologie permet de réserver certaines fréquences à des usages prioritaires, tels que les radars militaires ou météorologiques. En simplifiant, les points d'accès Wi-Fi doivent changer de fréquence s'ils détectent un signal précis pour éviter les perturbations. Ce mécanisme était jusqu'à maintenant obligatoire, mais souvent désactivable par l'utilisateur, ce qui n'est plus permis.

Certains coupaient en effet cette protection pour être certains de travailler sur des canaux plus larges, ce qui autorise dans certains cas des débits plus élevés1. Il faut donc s'attendre à des mises à jour pour les routeurs Wi-Fi, ce qui évitera peut-être des amendes à certains : pour ses 25 ans, l'Agence Nationale des Fréquences a publié un petit eBook qui donne quelques exemples d'enquêtes liées à des brouillages par les utilisateurs… avec les amendes liées.


  1. Un changement inutile dans le cas des appareils Apple, les cartes Wi-Fi ne permettent généralement pas de travailler sur des canaux de 160 MHz, un des cas où le DFS peut poser des soucis.  ↩︎


Tags
avatar nykk | 

Donc, on ne pourra plus brouiller l'écoute des militaires ⇾ je suis déjà parti...

avatar zoubi2 | 

@nykk

😂😂😂

avatar oomu | 

pffff... on ne plus s'amuser de nos jours...

avatar Matlouf | 

Météo France n'aura plus cette excuse.

avatar Pierre H | 

Je vais montrer mon age là... ceux qui ont connu la première borne Airport se souviennent peut être qu'il fallait la déclarer en préfecture car c'était considéré comme un problème militaire potentiel. Et le mot Wifi n'existait pas encore.

avatar Paquito06 | 

@Pierre H

“Je vais montrer mon age là... ceux qui ont connu la première borne Airport se souviennent peut être qu'il fallait la déclarer en préfecture car c'était considéré comme un problème militaire potentiel. Et le mot Wifi n'existait pas encore.”

On a eu la meme avec l’arrivee des drones. Bon le wifi existait deja 🤣

CONNEXION UTILISATEUR