Apple et Intel en instance de divorce

Stéphane Moussie |

13 ans après un mariage qui aura donné naissance à de nombreux Mac x86, les chemins d’Apple et d’Intel sont en voie de se séparer. La collaboration aura été fructueuse pour l’un comme pour l’autre, mais elle ne correspond plus aux objectifs ni aux impératifs de Cupertino.

Paul Otellini offrant un wafer Intel à Steve Jobs en 2006.

La première fracture ne concerne pas le Mac, mais l’iPhone. Devenu fournisseur de modems 4G depuis 2016, Intel ne sera pas reconduit à ce poste pour la 5G. C’est Qualcomm qui rafle la mise, alors même qu’Apple avait entamé une grande bataille judiciaire contre son ancien partenaire.

Conséquence de ce revirement de situation, Intel abandonne tout bonnement le marché des puces 5G pour smartphones, puisque le contrat avec Apple aurait dû être sa principale source de revenus, sinon la seule. « Sur le marché des puces réseau pour smartphones, il est devenu clair qu’il n’existait aucun chemin menant à la rentabilité », admet Bob Swan, le CEO de Santa Clara, à la suite de l’annonce du partenariat pluriannuel entre Apple et Qualcomm.


Tags
avatar LeoNeyssi | 

Et si Apple démarrerait la transition vers ARM avec le nouveau Mac Pro ? ??? En alignant plusieurs processeurs ARM dans un seul et même ordinateur on peut rivaliser avec la puissance de calcul d’un Xeon non ?

avatar sebasto72 | 

@LeoNeyssi

La puissance brute sans le logiciel fourni pour en tirer partie sans effort ne sert à rien.

Passage 68K->PowerPC : émulateur logiciel intégré à MacOS. Une appli 68K non recompilée tournait quand même plus vite.
Passage PPC->x86 : idem avec Rosetta.

Il faudra qu’il en soit de même avec ARM. Donc avoir la même puissance ne suffira pas, il en faudra « plus » pour faire en sorte que les applis x86 existantes continuent de tourner, et plus vite, sur les premiers Macs ARM.

avatar LeoNeyssi | 

@sebasto72
Je vois alors vaut mieux préparer d’abord la transition sur le plan logiciel et puis de la passer les Mac sur ARM en commençant par le MacBook 12 pouces qui, sans ventilateur, est le Mac qui se rapproche le plus d’un iPad au niveau hardware. Mais pour ne pas que ca soit un bordel monstrueux au niveau software cette transition ne devra pas dépasser les 3 ou 4 ans.

avatar sebasto72 | 

@LeoNeyssi

Voilà.

Tu comprends maintenant le dessein des grandes manœuvres sur les API conjointes iOS/OSX.

En remontant le temps, lorsque Steve Jobs annonçait après la sortie de l’iPhone le projet « Back to the Mac », ils devaient déjà avoir ça en tête chez Apple. Ce genre de stratégie prend (beaucoup) de temps à se concrétiser.

avatar LeoNeyssi | 

@sebasto72

En effet dès 2010 avec la puce A4 du premier iPad et de l’iPhone 4, j’imaginais déjà des Mac à processeurs Apple. Surtout qu’Intel a plombé et retardé plusieurs renouvelles de Mac par le passé donc ce serait une bonne chose qu’Apple contrôle ses sorties de Mac de la même manière que celles de l’iPhone et l’iPad. Seul Apple peut avoir une telle visibilité sur le très long terme concernant un très haut niveau d’intégration hardware et software. Y’a qu’a voir l’A12X de l’iPad Pro qui allonge un paquet de PC ! Apple réussira enfin sur le hardware ce qu’ils ont réussi a faire sur le software : concevoir ses propres solutions faites-maison et évoluer tout seul dans sa bulle pendant que la concurrence s’arrache les cheveux sur Android, Windows et Intel.

avatar coucou | 

"Surtout qu’Intel a plombé et retardé plusieurs renouvelles de Mac par le passé"

En sortant une nouvelle gen' de cpu chaque année ? Bizzare cette façon de pensée. Comme si c'était Intel qui décidait ou non du hard dans les macs. J'aurais plus penser qu'apple était en charge de ça mais bon. :)

avatar sebasto72 | 

@coucou

Intel est en retard sur ses roadmaps, depuis plusieurs années maintenant.

C’est une des raisons du succès d’ARM, Intel évolue moins vite, ARM accélère...

avatar coucou | 

Accéléré quand on part de 0 c'est pas bien difficile, même amd y arrive. Quand t'es déjà à +300km/h c'est plus difficile de gratter la suite. :)

Mais ça empêche rien, surtout quand tu vois la gueule des gpu dans les macs. Le problème c'est pas intel. :)

avatar sebasto72 | 

@coucou

ARM ne part pas de zéro.

J’ai utilisé le premier PC équipé d’une puce ARM vers 1996, un copain de Fac avait acheté un Accorn.

ARM est connu du grand public depuis peu, nuance :)

Après on aime ou pas, c’est autre chose... j’adorai le design des puces SPARC et Power, celui d’Intel ressemble à celui de MS: rétro compatibilité poussée trop loin qui impose encore des segments datant des premiers 8086... bref.

Il a fallu des ingénieurs ultra bons pour compenser. Et il y en a plein chez Intel, pour sûr !

avatar occam | 

@sebasto72

+100 ? pour le design SPARC et Power.

Il est fort instructif de voir ce que IBM a su tirer de l’architecture Power pour comprendre où Apple s’est complètement fourvoyé, dans son absence de stratégie de l’époque. (Mais bon, avec l’eau dans les narines, difficile de prendre de la hauteur.)

avatar occam | 

@CLang

"Mais l’adoption de celle-ci pour les Mac fut courageuse et salutaire"

Malentendu, je crois : l’adoption des CPU x86 en 2005 était probablement la seule issue pour Apple.
Là-dessus nous sommes bien d’accord, je pense, et nous le sommes par la force des choses.

Apple a manqué de stratégie bien en amont, lors de la valse-hésitation sur Pink/Taligent, qui était censé valoriser les atouts du PowerPC, et ensuite lors de la débandade Copland/Gershwin.

Quant à l’architecture, j’ai bien précisé : Power, et non pas les PowerPC utilisés dans les Mac, qui n’en sont qu’un subset. IBM avait une vue très claire sur cette architecture, dont on voit aujourd’hui ce dont elle est capable. Si Apple avait voulu développer le PowerPC dans un sens utile à leur roadmap Mac, il aurait fallu d’abord définir une stratégie logicielle cohérente, ensuite peser de tout leur poids sur un branching de l’architecture. Mais la masse critique n’existait sans doute déjà plus pour justifier et motiver l’investissement nécessaire.

?

avatar sebasto72 | 

@occam

Sauf qu’IBM n’a jamais eu comme priorité de faire du Power un cpu pour portable... j’ai eu la chance de voir un Thinkpad sous AiX, PowerPC dedans... la série des Power n’a jamais eu de version mobile dans les Roadmaps IBM, donc de toute façon...

Allez, ARM64 c’est de la balle !

avatar occam | 

@sebasto72

"Sauf qu’IBM n’a jamais eu comme priorité de faire du Power un cpu pour portable"

Justement.
Et Apple aurait dû se démener à la puissance 10, et bien des années avant, pour qu’il y en ait.
Comme je disais : aucune vue stratégique.

À propos du ThinkPad : mon premier Power était une POWERstation RS/6000, et je rêvais d’une version mobile, jusqu’à ce qu’un gars de chez IBM me fasse le calcul de l’enveloppe thermique nécessaire vs celle réalisable ?.
Par conséquent, je vous envie.

avatar sebasto72 | 

@occam

Pour te rassurer, le Thinkpad sous AiX n’était pas le mien, je ne l’ai eu qu’une dizaine de minutes entre les mains, mais c’était un peu magique, j’avoue :)

avatar Ducletho | 

@CLang

Et ta gueule, tu pourris le forum. Comme d’habitude avec des banalités, des vérités qui n’en sont pas , des preuves qui n’en sont pas...bref stop la chiasse verbale

avatar melaure | 

@sebasto72

Excellente machine que j’ai connu en marge de l’Amiga 500 et l’Atari 520st .... toutes ces machines mettaient d’aulleurs une jolie baffe en perfs aux macs de la même époque ;)

Après le passage a ARM sera interessant a suivre, mais pitié pas d’ios-isation de macOS ou ça deviendra un unix médiocre et sans intérêt ..

avatar sebasto72 | 

@melaure

Celui dont je parle était plus contemporain du Falcon030 que du 520ST, tu as du connaître celui d’avant ?

Cote Perfs, ça nous semblait mieux que sur l’HPUX sous Motif qu’on se partageait à 80 à la Fac, pas sûr qu’on était très objectifs :D

Pas de comparaison avec le mac à l’époque. Les deux étaient sur du Risc, mais l’arm n’était pas aussi évolué que le PPC à l’époque, ça peut aider à aller plus vite, de ne pas faire trop gaffe à qui utilise quoi en RAM :D

avatar melaure | 

@sebasto72

Oui j’ai connu aussi le Falcon, les Amigas 3000, 1200,4000 et les stations Apollo DNS 2000/2500/3000 en 68020/68030 ;)

avatar sebasto72 | 

@CLang

Oui, ta façon de le dire est bien plus juste, tu as raison :)

avatar iPop | 

@LeoNeyssi

La transition Mac os9 et OS X pris plus de 5 ans. Plus de trois ans de retard pour les logiciels qui marchaient en majorité sur Rosetta.
L’arrivée de Safari pris tout son temps.
Ceci dit on n’est plus à la même époque.

avatar totoguile | 

On est bien loin de la période ou Apple a du proposer Rosetta pour le passage du PPC vers le x86:
- l'environnement de développement xCode peut compiler du ARM et du x86
- Les applis sont principalement distribuées par l'AppStore qui est capable de gérer du pseudocode et recompiler dans le cloud des apps en fonction de l'architecture cible.
- Meme microsoft à un windows ARM et des applis ARM.

Si migration vers ARM il y a, Apple peut se passer de la compatibilité avec x86, ou assurer cette compatibilité avec un emulateur qui peut etre un peu moins performant.

avatar XiliX | 

@totoguile

"Si migration vers ARM il y a, Apple peut se passer de la compatibilité avec x86, ou assurer cette compatibilité avec un emulateur qui peut etre un peu moins performant."

Tout à fait d’accord avec toi.
En plus Apple a la maîtrise des outils de développement...

avatar sebasto72 | 

@totoguile
@XiliX

Je ne pense pas qu’Apple puisse se passer d’un émulateur (ou d’un transpiler just-in-time, ou autre) performant.

Sortir un Mac qui fera tourner l’immense parc logiciel existant plus lentement que le précédent n’aurait pas beaucoup de sens pour le grand public.

Sans compter que les gros éditeurs traînent la patte en général pour recompiler leurs applis, ils ont leurs propre Roadmaps produits...

On verra :)

avatar sebasto72 | 

@CLang

On verra. Le Mac App Store n’a pas autant d’influence que l’AppStore...

Je mise un jus de salsepareille :D

avatar sebasto72 | 

@CLang

« Pourquoi se focaliser sur le MAS ? »
Ce n’était qu’une réflexion en passant, du calme :)

« C’est un des éléments intéressant mais ce n’est qu’une des facettes de la réalité des modes de distribution des logiciels de nos jours. »

Les SPA ou autres WPA s’en contrefichent du proc en général, si je comprends ta remarque.

Pour la distribution de binaires, Apple peut imposer des contraintes techniques et logicielles assez facilement sur iOS, on aime ou pas, mais c’est bigrement efficace.

Rien de tel sur OSX, jusqu’à présent. Un ordinateur n’est pas une tablette ou un téléphone, je pense qu’il y a encore des gens qui le savent chez Apple.

« Les usages marginaux ne sont pas essentiels pour le succès d’une offre ARM bien positionné. »

C’est quoi ta définition d’un usage marginal ?

« Si les 70% représenté par Apple, MS et Adobe sont là c’est plus que suffisant ? »
Tu parles de quels % ?

Ce n’est ni Adobe ni MS qui ont par le passé été les premiers à suivre les évolutions d’OSX.

Adobe a été un des derniers gros éditeurs a abandonner Carbon, par exemple.

Ma mise de salsepareille tient toujours : d’une façon ou d’une autre, Apple permettra aux Apps x64 de tourner plus rapidement sur les premiers Mac ARM qui sortiront. Ils sont même capable de garder un iCore dans un coin de la CM rien que pour ça.

avatar sebasto72 | 

@CLang

Bof.

avatar sebasto72 | 

@CLang

Ta perception de la réalité.

avatar sebasto72 | 

@CLang

Contrairement à ce que tu sembles croire, il n’y a pas qu’Adobe dans la vie...
Même si la situation est sans doute meilleure qu’en 2005 ou que dans les 90s, certes.

avatar sebasto72 | 

@CLang

Dommage, c’était une discussion intéressante.

L’histoire se répète, et comme l’histoire de l’informatique va vite, elle a tendance à se répéter plus souvent...

Je te laisse le découvrir seul, Padawan.

avatar sebasto72 | 

@CLang

« Pour le reste je suis sans doute loin du statut de padawan ? »

En ce qui concerne l’humilité, je pense que si, un peu à l’inverse de la condescendance affichée. Cela gâte inutilement la conversation que je vais par conséquent quitter ici.

avatar Antoine360 | 

"Meme microsoft à un windows ARM et des applis ARM."

Le "Même" qui fait peur. Bien que membre de cette communauté depuis très longtemps, et possesseur de divers produits Apple depuis au moins 20 ans, je n'oserais jamais écrire une telle énormité. Oui, le Mac est un produit très bon, mais le "même" en comparaison de Microsoft au sujet du desktop... Windows supporte ARM depuis au moins 8 ans (tout du moins dans la version castrée RT, support du vrai Windows depuis 2 ans)... Windows supporte le tactile... Windows supporte les pens... Windows supporte la VR (et propose même un desktop VR)... etc. Je ne juge pas la qualité de l'expérience, tous les goûts sont dans la nature, mais c'est le niveau d'objectivité qui me rend triste.

avatar Bigdidou | 

@Antoine360

« Windows supporte le tactile... »

Il le supporte, oui, on peut dire ça comme ça.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR