Interview : qu'est-ce qui manque à Apple pour dominer le jeu vidéo ?

Christophe Laporte |

Apple et le jeu vidéo… C’est une longue histoire ! Parfois, ce couple marche du tonnerre, parfois c’est beaucoup plus compliqué. Côté pile : le Mac qui dans ce domaine reste toujours à la ramasse par rapport au PC. Côté face : iOS qui est devenu en peu de temps une plateforme majeure pour l’industrie du jeu vidéo.

Il y a quelques mois sortait un livre au titre évocateur : L’écosystème, l’arme d’Apple et de Google pour dominer le jeu vidéo ? (Éditions Universitaires Européennes, 32,89 € en papier, 5,99 € sur Apple Books). Dans ce livre, Nicolas Levé explique une notion bien connue par les lecteurs de MacGeneration, celle de l’écosystème, et pointe son importance dans l’industrie des jeux vidéo.

Qu’est-ce qu’il manque à Apple et Google pour dominer ce marché ? Quelles sont les stratégies de Microsoft, Nintendo et Sony dans le milieu du mobile ? Nous avons posé ces questions à Nicolas Levé pour y voir plus clair.

MacGeneration : Les consoles auraient pu être tuées par le PC, le streaming, et par les smartphones qui ont eu la peau des lecteurs MP3 et des PDA, mais rien n’y fait jusqu’à présent. Alors, pourquoi Apple et Google pourraient y arriver finalement ?

Nicolas Levé : Si les consoles ont effectivement remporté de grandes batailles contre des concurrents parfois féroces, c’est parce qu’elles ont eu de bons arguments aux bons moments. Leur simplicité d’utilisation par rapport à celle des PC en est certainement une des illustrations les plus frappantes.

La vraie question est donc : est-ce que les consoles auront toujours des arguments suffisamment forts à faire valoir par rapport aux produits d’Apple et de Google ? Jusqu’à présent cela a été le cas, notamment grâce à une puissance de calcul supérieure et à des contrôles de meilleure qualité via les manettes.

Néanmoins, nous ne pouvons que constater que d’un côté l’écart de puissance, et donc de qualité technique des jeux entre les deux supports, diminue, et d’un autre côté que le problème des contrôles sur écran tactile pourrait être corrigé en utilisant une manette de jeux classique. La mort des consoles au profit des mobiles est une option envisageable.

Admettons que les consoles finissent par ne plus avoir d’arguments forts par rapport aux mobiles, cela ne signifie pas non plus que les mobiles auront des arguments à faire valoir face aux consoles.

Vous avez absolument raison, sauf que la console est le produit outsider, c’est donc à elle de faire ses preuves par rapport aux mobiles. La question de ce que vous devez choisir entre une console et un mobile ne se posera certainement jamais car vous aurez de toute façon besoin d’un mobile quoi qu’il en soit pour d’autres activités. La seule question qui se posera sera : est-ce que cela vaut le coup que j’achète une console sachant que j’ai un smartphone ?

En matière d’écosystème, que pensez-vous justement de la stratégie mobile de Nintendo qui se sert en quelque sorte de ses apps iOS et Android pour recruter des clients consoles ?

Nintendo utilise en effet le mobile pour recruter des clients console. La société japonaise crée des versions diminuées de ses jeux phares qui ne les remplacent pas, mais donnent plutôt envie de jouer aux versions « plus avancées », qui restent évidemment exclusives aux consoles.

Il faut reconnaitre à Nintendo que transposer certaines de leurs licences sur mobile sans que cela ne vienne concurrencer leurs jeux console est un succès en soi, d’autant que cet aspect revêt une importance stratégique capitale.

Sur des aspects plus secondaires, nous pourrions en revanche être plus critiques. En matière d’écosystème à proprement parler, les versions mobiles n’ont pas d’incidences dans le sens où elles n’apportent pas de valeur aux jeux consoles comme le ferait une companion app. Elles sont donc davantage à considérer comme une action marketing.

Comme c’est très bien expliqué dans le livre, le marché des consoles est assez simple à appréhender : d’un côté Nintendo qui joue sur ses points forts (pour aller vite) et de l’autre côté Microsoft et Sony qui sont sur des positionnements assez proches. Lequel selon vous est capable de mieux résister aux écosystèmes d’Apple et de Google ?

Le camp qui sera le plus à même de résister est celui qui sera le moins attaqué. S’ils décident d’investir davantage le marché du jeu vidéo, Apple et Google devront positionner leur offre, c’est-à-dire qu’ils devront avoir au moins un angle d’attaque, un argument de vente, comme de la puissance technologique, des innovations de gameplay ou des licences exclusives.

Dans le cas où ils choisiraient par exemple de mettre en avant une puissance technologique, alors ils attaqueraient directement Sony et Microsoft sur leur terrain. Nintendo resterait alors relativement hors du combat puisque l’entreprise serait sur un terrain différent, et aurait donc moins besoin de résister.

Mais l’inverse est aussi envisageable : Apple et Google pourraient avoir des difficultés à proposer des produits mobiles capables de rivaliser avec des consoles de salon et pourraient donc se concentrer sur les joueurs plus casuals, en proposant des expériences plus proches de celles de Nintendo.

Dans ce dernier cas, Nintendo pourrait toujours faire valoir ses licences exclusives (Mario, Zelda, Pokémon, Animal Crossing…) ultra populaires.

À défaut d’être rayées de la carte, les consoles n’ont-elles pas entamé un long déclin ? Certes, elles continuent d’exister, même à bien se vendre, mais si l’on met Nintendo de côté, est-ce que le champ de l’innovation et de l’expérimentation n’a-t-il pas déjà changé de camp ? L’un des derniers phénomènes dans le monde du jeu vidéo reste Pokemon GO, un titre disponible uniquement sur smartphone.

La problématique de la pérennité des consoles est très complexe parce qu’il est impossible de prédire le futur de ce marché. Nous n’avons par exemple aucune idée de ce à quoi ressembleront les prochaines consoles.

Ce que nous savons pour l’instant, c’est que les consoles continuent à se vendre correctement comme en témoignent le récent succès de la Nintendo Switch, dont les ventes ont déjà dépassé celles de la Wii U, ou les chiffres de la PlayStation 4, relativement proches de ceux de sa prédécesseure, alors que son cycle de vie n’est pas terminé.

Nous pouvons expliquer cela par le fait que ces dernières offrent des expériences plus profondes que les mobiles notamment grâce à des contrôles plus précis et plus complets, et à une puissance de calcul offrant plus de possibilités. À partir de là, on peut émettre l’hypothèse que si les mobiles prennent l’avantage du point de vue de l’innovation, alors ils s’amélioreront jusqu’à ce que la valeur ajoutée des consoles disparaisse.

On pourrait constater le manque de nouveautés du côté des consoles ces dernières années, mais cela serait oublier qu’elles innovent de manière non continue et qu’il est nécessaire de considérer des cycles entiers. Il faut donc attendre les présentations des prochaines PlayStation et Xbox afin de voir si elles seront à la hauteur.

Ne donnons pas les mobiles gagnants trop tôt. Même s’ils sont un champ d’expérimentation, peu d’innovations réelles se créent et moins encore remettent le modèle des consoles en question. Pour reprendre l’exemple de Pokémon GO, le phénomène a été certes mondial, mais il s’est rapidement essoufflé.

Du point de vue de l’innovation, le constat est également en demi-teinte puisque le jeu met en valeur la réalité augmentée et la géolocalisation, deux innovations ayant montré qu’elles pouvaient avoir un intérêt certain, sans pour autant avoir changé la face du jeu vidéo pour l’instant.

Sur le plan de l’innovation, les fabricants de consoles ne sont-ils pas en train de s’adapter ? L’innovation n’est-elle pas un peu plus linéaire dans le domaine des consoles avec par exemple l’arrivée du casque de réalité virtuelle PSVR sur PS4, l’évolution hardware avec la PS4 Pro et la Xbox One X ou encore Nintendo Labo pour Switch ?

En effet, et j’ajouterais même que certaines de ces initiatives mettent un terme à la non-continuité de l’écosystème entre deux générations. Avec la PS4 et la PS4 Pro, les jeux PS4 sont 100 % lisibles par la PS4 Pro et ceux optimisés pour la PS4 Pro sont quand même lisibles dans des versions légèrement diminuées sur PS4. En ce sens, il n’y a pas eu de rupture brutale entre les deux modèles.

Ceci étant, il est trop tôt pour dire si ces innovations en cours de génération marquent un réel changement de stratégie en vue de faire disparaitre le principe de générations (qui ne sera d’ailleurs pas facile) ou si elles ne viennent que ponctuer la génération en cours, comme l’ont fait les motions controller ou le Kinect, en attendant l’arrivée d’une nouvelle génération compatible uniquement avec de nouveaux jeux exclusifs. Aujourd’hui, la PS4 Pro reste une PS4 de la même manière qu’une Xbox One X reste une Xbox One, comme les marques l’indiquent.

Quant au Nintendo Labo, il est à considérer différemment dans cette problématique. Si intéressant soit-il, cela n’est « qu’un » accessoire, peut-être comme l’était la Wii Balance Board qui, bien qu’ayant connue de beaux moments, est finalement tombée en désuétude.

On pourrait faire un parallèle avec les tablettes et les smartphones. Les premières ne parviennent pas à tuer le PC, principalement à cause de leur absence de clavier, les seconds souffrent de l’absence de manettes. Malgré toutes les avancées technologiques, on imagine mal, à tort peut-être, les gens se passer totalement de ces objets physiques. On ajoutera au passage que c’est également le gros défaut de l’Apple TV. Alors, que faire ? Et est-ce qu’il y a selon vous une réelle volonté d’Apple et de Google de plier ce marché ?

L’absence de contrôleurs physiques est effectivement l’un des freins les plus importants pour les mobiles. En fait c’est à moitié vrai car des manettes compatibles avec les mobiles existent, néanmoins la liste de jeux compatibles est si limitée et les utilisateurs si peu au courant que l’on ne peut pas réellement considérer que le sujet soit réglé. Pour que ce soit le cas, il faudrait du bon vouloir de la part d’Apple ou de Google ainsi que la volonté d’une grande entreprise de régler ce problème.

Le bon vouloir d’Apple ou Google peut sembler étrange si l’on avance qu’une autre grande entreprise pourrait décider de régler le problème elle-même. Néanmoins, cet élément sera bien indispensable car en tant que leaders des écosystèmes, ce sont eux qui décident des règles s’y appliquant. Aujourd’hui, même si les joueurs se disaient prêts à utiliser largement des manettes, que les créateurs de jeux avaient la volonté d’implémenter ces types de contrôles dans leurs créations et qu’un constructeur de périphériques fabriquait les manettes, les règles mises en place par Apple et par Google seraient défavorables à leur adoption.

Par exemple, une règle de validation d’un jeu iOS est qu’il soit jouable dans de bonnes conditions avec l’écran tactile, or certains types de jeux ne le seront jamais vraiment. Paradoxalement, les types de jeux qui sont donc acceptés et qui pourraient être joués avec une manette sont ceux qui en ont le moins besoin. Cela est encore plus absurde sur l’Apple TV où les jeux publiés doivent pouvoir être jouables avec la très limitée Siri Remote. D’autres éléments contrôlés par Apple et Google devraient également être mis en place comme une signalétique des compatibilités avec les manettes dans les marchés d’applications.

Le second élément indispensable au développement des manettes sur mobiles serait une entreprise déjà installée et désireuse de régler le problème. Différents scénarios sont imaginables. L’un d’eux est qu’Apple et Google pourraient décider de produire leur propre périphérique afin de renforcer leur écosystème et prendre l’avantage l’un sur l’autre. Une autre solution serait qu’une autre entreprise voit une opportunité à créer une manette. Microsoft ou Sony par exemple pourraient accélérer leur virage vers les services et créer une application permettant d’accéder aux jeux de leur catalogue et d’y jouer avec une manette. Cela pourrait ainsi ressembler à un Netflix du jeu vidéo.

De manière plus terre à terre, il pourrait y avoir la volonté d’Apple et de Google à investir davantage ce marché, parce que c’est assez évident. Passons rapidement sur le fait que le jeu vidéo représente bien une opportunité tant sur le plan financier que sur le plan concurrentiel. Ceci étant dit, et malgré son importance, le marché du jeu vidéo gamer, celui pour qui l’utilisation d’une manette a de l’importance, n’est pas aussi mainstream que d’autres marchés comme celui de la musique par exemple.

Ainsi, bien que ce soit un marché intéressant, il n’est peut-être pas prioritaire stratégiquement. Malgré tout, certains indices peuvent nous laisser penser qu’Apple et Google ont un intérêt pour ce marché. De la part d’Apple, je pense notamment à la mise en avant prononcée des jeux dans le nouvel App Store [ndlr : depuis cet entretien, une rumeur de service de cloud gaming en préparation par Google est apparue].

Quelles sont les technologies selon vous qui sont les plus à même de redistribuer les cartes ? Le streaming combiné à la 5G ? L’avènement de la réalité augmentée et/ou de la VR ?

Toutes les technologies que vous citez ont effectivement le potentiel de bousculer le statu quo. Le streaming pourrait jouer aussi bien en faveur des mobiles que des constructeurs traditionnels de consoles. Le streaming fait disparaitre un argument très important des consoles : la puissance de calcul. Ainsi, les mobiles auraient les ressources pour proposer des expériences similaires du point de vue de la puissance.

D’un autre côté, Sony et Microsoft sont bien placés pour profiter de cette technologie : ils se tournent déjà de plus en plus vers les services et le dématérialisé, cela est compatible avec leurs compétences fondamentales et ils pourraient profiter de la puissance de leur marque, de leur catalogue, etc.

L’AR et la VR ont aussi le potentiel pour changer les choses, et cela pour tous les acteurs également. Ces technologies peuvent bénéficier aux consoles dans le sens où elles sont extrêmement gourmandes en puissance. Ainsi l’écart avec les mobiles pourrait être re-creusé temporairement.

D’un autre côté, la puissance a bien entendu un coût et cela pourrait jouer en faveur des mobiles : acheter une console et un casque de VR pourrait être un investissement trop important pour beaucoup, d’autant plus si les mobiles proposent une alternative dans laquelle le smartphone sert d’écran, et réduit ainsi les coûts.

Autour de 2010, John Carmack, le créateur de Doom, a beaucoup disserté sur la capacité des smartphones et des tablettes à remplacer la console de jeu. A l’époque, il était question de puissance, de moyens d’interaction, mais également de budget. Il disait qu’il ne serait pas surpris si un jeu pour iPhone avec un budget de 1 million de dollars était en cours d’élaboration. Cela peut faire sourire aujourd’hui, mais justement question budget et titre, est-ce que ce n’est pas encore cela qui manque aux smartphones ?

Est-ce que cela manque ? Oui. Est-ce que cela bloque ? Je ne crois pas. Bien entendu les mobiles n’ont pas de blockbusters aussi importants et réguliers que les consoles avec Call of Duty, FIFA ou GTA, entre autres.

Néanmoins, la question ne se pose pas en ces termes puisque justement les mobiles n’ont pas résolu leurs problèmes. Ainsi, la création de titres plus ambitieux reste compliquée au-delà des budgets car certaines autres conditions ne sont pas réunies. Mon avis personnel est que les budgets ne sont pas limitants : si les conditions étaient réunies, les budgets pourraient augmenter.

avatar R1x_Fr1x | 

Qu’est-ce qu’il manque à Apple pour dominer le marché de l’équipement de chasse sous marine ? Ô Apple l’omnispecialiste

avatar Horfilas | 

@R1x_Fr1x et @lecureuil

Il aurait suffit de lire l’article, juste un peu, pour comprendre qu’on parle d’Apple... et de Google :

« L’écosystème, l’arme d’Apple et de Google pour dominer le jeu vidéo ? »

Ou encore :

« Qu’est-ce qu’il manque à Apple et Google pour dominer ce marché ? »

avatar Ourson | 

@Horfilas

Beaucoup n’ont lu l’article qu’à moitié voir ne l’ont tout simplement pas compris, mais de permettent d’émettre un avis, ça en devient usant 😫

avatar albert einstein | 

Qu'est-ce qui manque à Apple pour dominer le jeu vidéo ?...

LA VOLONTÉ

avatar Grizzzly | 

@albert einstein

Exactement
Apple a tout ce qu’il faut mais semble avancer avec retenue sur ce marché et j’avoue ne pas comprendre pourquoi.

Un controleur maison, une app et un app store dédié (distinct des jeux mobiles tactiles), quelques contrats avec de grosses licences pour buzzer et la mayonnaise prendrait assurément.

Avec les manettes 3rd party et les contraintes imposées aux dev, on sent qu’Apple n’a fait la chose qu’a moitié, et ce, meme sur Apple TV.

Jai limpression parfois que le jeu video est un peu méprisé par Apple comme s’il devait rester secondaire par rapport aux produits culturels classiques (cinema musique)

Ou peut etre qu’apple attend tout simplement l’ère du très très haut debit et du cloud gaming pour frapper un grand coup (comme Google semble s’y préparer).

avatar michelmo | 

Une carte mère évolutive.

avatar Ourson | 

@michelmo

Tout comme Sony Microsoft et Nintendo il ne faudrait pas qu’Apple fasse l’erreur de proposer de la complexité pour ses clients (qui ne sont pas tous des Geeks) en leur proposant de la tambouille façon kit PC à bricoler soit même au fil du temp et des besoins, mais plutôt une solution semblable (identique) au Shadow Blade :
Pour 20€/mois l’offre comporterait une liste de jeux en streaming illimité, une puissance de calcul évolutive, une app iOS (Apple TV en priorité), et une manette Bluetooth spécifique.

Mais comme dit dans l’article cela pourrait très bien être une autre entreprise qui le proposerait en étant compatible iOS et Android mais toujours avec sa proppre manette, cela arrangerait tout le monde je pense car les deux système prélèverai une commission sur les abonnements

avatar pagaupa | 

Il ne manquerait plus que cela...

avatar huexley | 

Il est pourtant loin le 1er avril

avatar pfx | 

Il manque surtout des batteries qui permettent de jouer longtemps sans se retrouver emmerder !

En réalité les consoles de salon, resteront. L’écran sera toujours plus confortable, voire l’équipement de VR sera beaucoup plus précis (pour capter les mouvements de tous les membres du corps). Et la taille du boîtier et la consommation électrique permettront toujours de garder de l’avance sur la puissance de calcul....

avatar apotheker | 

Le jour où un iPad ou un Mac feront tourner des licences récentes FPS ou courses alors ok les hardcore gamers migreront.
Mais pour l’instant la seule chose que l’on peut espérer c’est la prochaine version de GTA 4 10th anniversary sur iOS ;)

avatar SebKyz | 

@apotheker

Les gamers n’ont pas beaucoup d’argent. Une console c’est 200-400€ pas le double ou le tripple. C’est ça aussi l’avantage des consoles de jeux, elles sont plutôt bon marché.

avatar ActionScript | 

Ah bon ? et les cinéphiles ils ont de de l'argent ? et les mélomanes ? les lecteurs des comics ? les téléspectateur de TF1 ?

On parle d'un "média", pas d'une classe social.... Il suffit de voir le prix d'une 1080TI pour comprendre que l'on trouve du matos pour tout les publiques...

avatar SebKyz | 

@ActionScript

En général...
Il parle d’iPad ou de Mac pour jouer s’ils ont des licences de fps ou autres shooter.
Ca reviendrais beaucoup plus cher qu’une console de salon, les 100 millions de vendues de cette génération en sont une preuve que leur tarifs sont juste ce qu’il faut.
Tu n’as pas 100 millions de cartes Titan de vendues car ça concerne un public restreint.
Et perso j’achèterai pas un iPad pour jouer à 800 balles alors qu’une bonne vieille console Playstation moins chère fera l’affaire.

avatar McDO | 

@apotheker

Non, ils ne migreront jamais sur Apple. Les hardcore gamers sont des geek, des connaisseurs du monde de l'informatique et ne se font pas entuber aussi facilement que Jean-Michel 54 ans, avocat qui paye son ordinateur portable de 13 pouces 2300€.

Ce que proposera Apple c'est un super design, 800€ plus cher que la concurrence, fiche technique passable, collé, soudé, inupgradable, non modulable avec du matos noname et une ventilation de merde (cfr: iMac Pro qui monte à 90C) N'importe quel gamer avec 3 neurones préférera investir dans un PC monté avec soin ou dans une console Sony ou Microsoft où leur réputation n'est plus à prouver.

Le seul segment du JV où Apple peut percer c'est iOS, et viser les Clémentine 22 ans plutôt que les gamer qui ne laisseront aucune chance à Apple de faire quoi que ce soit.

avatar Ourson | 

@McDO

Encore une vision bien réductrice de la communauté Gamer.
Encore une fois :
- 20-25€/mois
- une app de service Cloud gaming Apple TV ou Chrome TV (façon Netflix pour la simplicité d’utilisation)
- compatible 4-5G et fibre/adsl (Sandow le fait très bien sur adsl)
- un catalogue AAA illimité en temps et nombre
- une manette Bluetooth comprise dans le service ou fournis par Apple et Google
- une puissance graphique toujours à jour
- la possibilité de deporter le service sur tablette en reprenant toujours la même manette

Que faudrait-il de plus ?

Tout est dans l’article, et l’avenir n’augure rien de bon aussi bien pour les console que les PC, lisez l’article un peu plus bas sur la 5G en test chez orange (et d’autre opérateurs mondiaux)

avatar bugman | 

@Ourson

L'avenir peut être, oui, suis d'accord. Faut voir. Mais Apple ne semble pas spécialement intéressé par le domaine (hors mis Métal). Un pépin qui ne passe pas ?

avatar MightyMac | 

"un pepin qui ne passe pas".... Bravo l'allusion ;-)

avatar pommedor | 

"Que faudrait-il de plus ?"

Une surface d'affichage beacoup plus grande qu'un vulgaire écran de 5-6". Entre un écran 27"/32", voir du dual ou du triscreen, pour le PC, la TV d'au moins 40" pour les consoles, et l'écran ridiculement petit d'un smartphone... Ca fait envie les smartphones...

Les smartphones c'est pour les casu, un hardcore gamer il a besoin de stabilité (sur la qualité de la co), la possibilité de jouer trèèèèèès longtemps sans se préoccuper de la source d'énergie et faut qu'il puisse visualiser ce à quoi il joue.

Va t'éclater les yeux en 4k ou 8k sur ton machin ridicule qui va te forcer à vivre à côté d'une prise pour jouer plus de 2-3h d'affilé...

Une session sur un rts ou un fps en 4k/8k sur du 5-6" qui dure -3h avant la course à la prise murale, ça doit être le rêve de tout hardcore gamer... ou pas.

Ah et un HCG ça peut jouer pendant des années au même jeu pour atteindre un niveau très élevé, voir faire parti des top mondiaux, quand on voit apple et le long terme inexistent... Devoir changer une machine très onéreuse tout les 2 ans pour pouvoir continuer à jouer au même jeu qui date de X années parce qu'ya plus de suivi sur les anciennes machines...

avatar Grizzzly | 

@pommedor

Non mais c’est pas vraiment le sujet, evidemment qu’un ecran de 6 pouces ne remplacera jamais une tv, comme le tactile ne remplacera jamais un controleur physique

En deplacement, le smartphone sera toujours un smartphone mais l’idee c’est que le smartphone puisse remplacer la console ou le pc a la maison, en deportant l’image sur la tv, et en connectant un controleur.

avatar daxr1der | 

@Grizzzly

En déportant l’iphone sur un écran ? tu penses que ca va permettre à Apple de dominer le jeu vidéo ? Tu m’as fait rire. Relis le titre du sujet. 😉

Quand je rassemble des sujets comme celui ci + d’autres sujet concernant le mode vidéo dans le milieu du cinéma, puis l’apple watch qui dépasse tous les horlogers suisse. Je trouve cela plutôt comique.

Il y a toujours des sujets pour dire qu’il manque pas grand chose de l’iphone pour faire la même chose voir même mieux que du matériel qui coute bien plus chère. Ce genre de sujets fonctionne que avec des gens qui connaissent rien à l’informatique, le high tech et le jeux vidéo.

Mais les moutons sont présents, avec des œillères bien évidemment

avatar Grizzzly | 

@daxr1der

Lol désolé mais t’as rien capté aux enjeux posés par l’article…
Evidemment que de déporter l’image sur une TV ne fera pas d’Apple le n°1 du jeu video…

Une Switch c’est quoi ? De la merde ? Tu la colles dans un boitier, tu passes en mode console salon. Un smartphone (Android ou iPhone d’ailleurs) pourra très bien remplir ce rôle à l’avenir…il n’y a plus vraiment de limitation technique à cela.

Et quel est l’avantage pour les éditeurs de jeu ? Eh ben tout le monde il a un smartphone….donc la cible potentielle est énorme. Si quelques grosses licences s’y mettent ça peut prendre très vite.

Ce n’est pas Apple qui va développer les jeux hein t’es au courant ? Le rôle d’Apple serait de poser les bases matérielles et logicielles. (Controleur, app store dédié)
Mais pour cela il faudra une réelle volonté de leur part de le faire.

Ah et en ce qui me concerne j’ai un iPhone mais je ne joue jamais avec…j’ai un bon PC pour ça. Mais ça ne m’empêche pas d’etre ouvert et d’avoir la capacité de comprendre que le monde change et que les Apple et Google ont une carte à jouer énorme dans le monde du jeu video.

C’est peut être toi qui devrais enlever tes oeillères de puriste de je sais pas quoi…

avatar Horfilas | 

@McDO

Il fait beau aujourd’hui, va prendre l’air, ça te fera du bien.

avatar iPop | 

@McDO
54 ans, avocat qui paye son ordinateur portable de 13 pouces 2300€.

T’as jamais des gamins de 18 ans se faire entuber à la Fnac ?

avatar alouette22 | 

@iPop

Par extension, un consommateur de produits Apple est quand même quelqu’un qui aime se faire entuber.
Mais - diantre - qu’il fait beau dans ce tube ! :D

Pages

CONNEXION UTILISATEUR