Adobe, un loueur de logiciels heureux

Florian Innocente |

4 ans exactement après le lancement de son Creative Cloud, Adobe a gagné son pari de basculer d'un modèle de vente de licences à celui d'un abonnement. Quark, son principal adversaire dans la PAO, a beau insister à chaque révision majeure d'XPress sur sa différence de modèle économique ( «Toujours disponible sous forme de licence perpétuelle : aucun abonnement n'est nécessaire ! ), Adobe n'a pas varié de cet objectif de tout miser sur l'abonnement, sans offrir d'autre choix.

Des concurrents sont arrivés, comme Serif, l'éditeur d'Affinity Designer (concurrent d'Illustrator) et d'Affinity Photo disponible sur Mac et sur iPad qui revendique 6,5 millions de clients. Il prépare avec Affinity Publisher un outil de PAO qu'il opposera à InDesign et XPress. Cependant Adobe est à la tête d'un impressionnant catalogue de logiciels sur toutes les plateformes et il a pour lui l'avantage de l'ancienneté et d'un solide enracinement dans les professions qu'il sert.

Il y a quelques jours, lors de ses derniers résultats trimestriels, Adobe annonçait un chiffre d'affaires de 1,77 milliard de dollars dont 83 % (1,48 milliards) provenaient de l'abonnement, c'était 400 millions de mieux qu'il y a un an. Le Creative Cloud s'arroge la part du lion avec environ 55 % du CA de la location, aux côtés de prestations en marketing numérique, contenus photo et analyse de données.

C'était la première fois que le Creative Cloud dépassait le milliard de dollars de chiffre d'affaires. L'éditeur ne communique plus sur le nombre de ses clients mais son patron, Shantanu Narayen déclarait à cette occasion qu'il y avait environ 7 millions d'utilisateurs des précédentes licences Creative Suite à convaincre de venir sur la location.

Pour les nouveaux venus, l'entrée dans le Creative Cloud peut se faire au travers d'un seul logiciel — Adobe a aussi des offres en ce sens — puis certains sont tentés ensuite de migrer vers la formule intégrale avec toutes les applications. Un contingent qui s'est notamment renforcé avec les apps mobiles iOS et Android.

Les prix n'ont pas augmenté, au contraire. En 2013, les formules du "logiciel seul" ou de la totalité coûtaient respectivement 24,59 € et 61,49 € par mois contre 23,99 € et 59,99 € maintenant. Shantanu Narayen expliquait que l'abonnement à Photoshop et Lightroom avait souvent servi ces dernières années de première étape avant d'aller sur la formule complète, et que ce rôle était de plus en plus tenu aujourd'hui par Premiere Pro.

Avant qu'Adobe ne franchisse le Rubicon, la location représentait 5 % de son CA, rappelle Mark Garrett, le directeur financier, dans une interview à Bloomberg. En ne comptant que sur les ventes de boites au lieu de s'appuyer sur des revenus récurrents et prévisibles « Chaque trimestre on recommençait de zéro. Le désavantage du modèle de licence perpétuelle est devenu criant au moment de la récession économique, lorsque le CA a chuté de 18 % en un an ».

Adobe a donc démarré un programme pilote d'abonnements en Australie avant d'en faire la seule et unique proposition commerciale, un choix sans options concurrentes « Ça ne pouvait fonctionner que si les clients, et Adobe lui-même, n'avaient pas le choix ». Les utilisateurs ne se voyaient offrir aucune alternative que de rester sur leur CS ou de s'en aller. Quant à Adobe, il n'avait plus qu'un seul fer au feu. Peut-être aussi qu'un tel chemin est plus simple à prendre lorsqu'on dispose d'un presque monopole sur quelques-unes de ses principales applications ? La première année sous ce nouveau régime a toutefois vu le CA stagner après une baisse de 8 % dans la foulée de l'annonce. Puis l'éditeur est parvenu à amorcer la pompe.

Aujourd'hui, poursuit Mark Garrett, plus du tiers des abonnés sont des nouveaux venus, qui n'ont pas connu les années Creative Suite dans les boîtes en carton. L'époque est aussi plus propice à ce principe d'un abonnement en échange de mises à jour régulières des logiciels.

En conclusion, Bloomberg donne la parole à Brad Trent, un photographe qui avait lancé une pétition en 2013 pour obliger Adobe à reconsidérer sa décision. Lui-même a fini par céder et loue maintenant Photoshop « De leur point de vue, je comprends leur stratégie, mais c'est quelque chose dont vous ne pouvez plus vous séparer » regrette-t-il « C'est comme s'ils avaient rendu tout le monde accro à une héroïne électronique, et vous allez en prendre pour le reste de votre vie ».


avatar pocketalex | 

@DavidAubery

"Le bal des râleurs est ouvert."

Oh tu sais, ici, c'est open bar, 24/24 et 7/7

Mac c'est pas bien, MacOS c'est pas bien, iPad c'est pas bien, iOS c'est pas bien, les logiciels c'est pas bien, Apple .... pas bien

C'est un repère d'aigris ou il est impossible d'avoir une discussion intéressante, positive, constructive.

On passe son temps à répondre aux mêmes personnes qui sont pas contentes.

Achetez vous une vie les gars, au lieu de pourrir dans votre aigreur

avatar tchit | 

C'est un faux débat total. N'importe quel professionnel va financer son logiciel pour plusieurs années au bout d'un contrat. Et puis je suppose que c'est déductible des charges.
La grosse différence c'est que n'importe qui peut investir 60€ pour commencer à bosser, quand il y a quelques années le modèle économique était hyper élitiste. Je trouve que c'est une très belle évolution.

avatar Lapin85 | 

J'ai arrêté mon abonnement à CC , non pas parce que c'est trop cher (la qualité des produits vaut le prix), ni parce que c'est buggé, mais tout simplement parce que je n'ai pas le temps de faire autre chose que du catalogage !
Et là Photo suffit ! On verra quand je serai en retraite pour le reste ! (Purée encore 10 ans ! C'est loin 67 balais ! )

avatar JoKer | 

Je travaille dans la vidéo (une boite d'une quinzaine de personnes).
Après Final Cut Studio on a fait 3 ans sur la suite Adobe.
Ensuite on est passé à Final Cut Pro X et Motion.
Avec l'argent économisé sur les abonnements on a pu acheter des plug-ins et payer des formations aux employés pour élargir leurs compétences.

avatar gui | 

"Je trouve que c'est une très belle évolution."

Et moi je trouve que c'est une évolution de me*de comme tout ses systèmes de locations que je fuis.
Pour un free, cela revient beaucoup plus cher pour... une location et non plus un achat. Chez moi Acrobat est bugué à mort. J'ai eu plusieurs erreurs type 16 ou 14 ou il faut tout arrêter, éteindre et redémarrer (et non tout désinstaller comme le conseille Adobe) sinon les softs refusent de se lancer. Quel les emmerdes et aucun avantage comme je m'en doutais.

Les grands gagnants sont les grosses boites et les actionnaires.

J'espere qu'affinity trouvera son public, il le mérite. Je connais de plus en plus de free qui y passent.

avatar tchit | 

@gui

LOL, je suppose que tu t'es payé la Master Collection du temps de la CS6. C'était que 3000€ HT. Je te laisse calculer le nombre d'années de location de CC que ça représente, et à débourser en 1 fois pour un Freelance qui débute....
Bien sûr l'upgrade entre chaque version était moins cher. Tu payais quoi, 1500€ ?

Et qu'on ne vienne pas me dire que rester sur une version "boite" sans jamais se mettre à jour a du sens. Les changements sont énormes au fil des années. Sinon rien n'empêche de se trouver une CS6 d'occasion, je suppose que c'est tj utilisable.

avatar gui | 

@tchit.
La design premium avec une mise à jour toutes les 2 versions au prix le plus intéressant, et l'abonnement à CC me coute en gros 300€ de plus par an soit le double de ce que je payais. Il suffisait d'avoir un peu de fond et la version était acquise contrairement à ce système captif.
Je finirai par migrer le plus possible de dossiers vers affinity. Peut-etre conserverai je indesign pour certains de mes clients. Adobe se goinfre depuis la mise en place de ce système.
Tu peux rigoler mais ce système est autrement plus onéreux pour pas mal d'indépendants.

avatar tchit | 

@gui

Je comprends les inconvénients du nouveau système et je ne parle pas de la qualité des produits (je n'utilise que Première et After occasionnellement et ils font parfaitement le job.) Mais tu dis toi-même "il suffisait d'avoir un peu de fonds" - 2200€ pour une version figée en l'occurrence. C'est énormément d'argent pour un jeune qui termine ses études. Donc (en supposant que tu sois extrêmement honnête) tu pouvais prendre un crédit sur 2 ans et rembourser 100€ par mois pour un logiciel qui serait devenu relativement obsolète à la fin du remboursement.
Tout ça sans possibilité de te désengager !
Par exemple toi-même tu dis que les logiciels Adobe que tu utilises t'exaspèrent et que tu as vraiment envie de changer de crèmerie. Avec l'ancien système ton discours serait encore plus amer...

avatar rodnem | 

Désolé mais Adobe ça saoule... trop lourd, trop lent, trop cher!
Deplus je considère qu'ils ont pris au moins 3 ans de retard depuis l'abandon de Fireworks.

avatar pocketalex | 

Fireworks ? le truc pour découper des maquettes (ce que fait photoshop) et faire des GIFs (ce que fait photoshop) ???

avatar tempest | 

Pour avoir pratiqué les deux je peux vous affirmer que Fireworks pour la production d'image pour le web met un e colossale branlée à Photoshop dans tous les domaines. Certes PS sait faire de la découpe, PS sait faire des Gif, mais PS n'arrive pas à la cheville de FW concernant la productivité et les options possibles… FW est une vraie perte pour les web devs.

avatar vrts | 

J'ai arrêté mon abonnement CC pour une seule raison : les updates d'une année à l'autre sont vraiment minables, des ptites options par ci par là, et des nouveaux bugs à chaque mise à jour.
After Effects n'a toujous par récupéré sa fonction de calcul multi core, c'est super pénible (ça fait 3 - 4 ans maintenant).

J'en ai marre de cette grosse boite qui n'arrive même pas à ajuster une UI et des raccourcis coherents d'une appli à l'autre.
J'ai choisis la case piratage en attendant que ça innove un peu plus. ça fait des années que je paye pour voir toujours les mêmes defauts, les mêmes bugs... Marre.

avatar lenogre | 

J'ai toujours une CS4 avec El Capitan.
Illustrator a quelques bugs : impossible d'importer des images, il faut les incorporer, mon menu déroulant de polices est tout blanc, ce n'est qu'en passant la souris dessus qu'il affiche la police, la gestion de l'Helvetica Neue est un cauchemar.
Photoshop fonctionne sans problème pour les manips que j'y fais.
InDesign aussi même si parfois le fait de dupliquer une page fait planter le soft.

J'utilise principalement Illustrator. Ça fait des années que je pense que les mises-à-jour sont ridicules.
Un grand bond avait été fait entre Illustrator 3 et 5.5. Une vraie révolution : travail en couleurs et plus uniquement en mode tracés, gestion des dégradés enfin simplifié (avant c'était l'équivalent du dégradé de formes !), couleurs perso, etc. Vraiment du tout bon.

Après, ça a été cosmétique.

Je cherche encore la différence entre la 5.5 et la 6…

La version 7 a été catastrophique : gros pbs avec les couleurs persos.

La 8 a vu arriver les filets de dégradés.

Ensuite, la version 10 avait été un excellent cru avec l'intégration je crois de Dimension et Streamline à moins que ce ne soit avec la CS.

La CS2 super pénible avec son système de protection de licence et pour finir la CS4 parce qu'elle prenait enfin en compte les processeurs intel. Et aussi pour InDesign qui progressait à grands pas.

Pendant des années, j'ai attendu un système de cotations et j'attends toujours. Il faut acheter un plugin de chez hotdoor.com.

Il a fallu attendre la CC pour voir arriver enfin un outil d'arrondi enfin évolué.

Sans parler des plantages à répétition sur des fichiers trop lourds (surtout pendant l'enregistrement, un pur bonheur), des effets qui sont sans cesse à se recalculer dès qu'on déplace un élément.

Bref, ils ont abusé de ma patience.

Et j'ai découvert Affinity Designer : J'ai éprouvé un immense soulagement. Mes fichiers ne plantent jamais, l'enregistrement se fait à la vitesse de l'éclair, on peut ajouter des calques de chromie, le dessin vectoriel est plus agréable. Je gagne un temps fou avec ce logiciel.

Malgré tout, j'ai toujours Illustrator ouvert en permanence pour des manips qui n'existent pas encore dans Affinity. Et comme le copier/coller est transparent, c'est hyper facile de passer de l'un à l'autre.

Par contre, je me suis pas fait à Affinity Photo. Je bute encore sur des manips de base et j'ai eu des soucis avec des fichiers 32 bits.

J'attends aussi avec impatience Affinity Publisher mais comme ils ont décidé le partage de Designer et Photos (chose qui n'était pas prévue initialement) sur Windows, ça a pris beaucoup de retard.

Financièrement, les économies sont énormes : Affinity Designer, c'est 44 euros la licence perpétuelle et ça fait 3 ans que je l'utilise.
Graphiquement, ce que je sors est beaucoup plus "léché" qu'avant grâce à ce mélange de vectoriel et de pixel.

Si j'étais resté avec Adobe, j'aurais dépensé 1000 euros et j'aurais les nerfs à vifs…

Bref je ne regrette pas mon misérable investissement.

avatar doczlu | 

Je me sers aussi très peu de Photoshop donc pas l'intérêt d'avoir un abonnement.
J'ai essayé Affinity Photo : sur le papier c'est un concurrent de Photoshop, dans la pratique c'est beaucoup moins intuitif à utiliser, dommage. Et je ne parle pas des plug-ins qui me semblent inexistants (?)

Il va falloir que je teste affinity Designer surtout si les fichiers sont parfaitement compatibles avec Illustrator.

avatar lenogre | 

Ce n'est pas parfaitement compatible entre Illustrator et Designer mais on récupère l'essentiel.

Il y a dans Designer encore de grosses lacunes, c'est pour ça qu'avoir un Illustrator en dépannage pour certaines opérations est indispensable.

Au jour d'aujourd'hui, Designer n'est pas encore suffisant même si les mises à jour se succèdent rapidement avec des améliorations conséquentes (AD 1.6 : mise à l'échelle depuis un point défini, tracé stabilisé avec les outils crayons et pinceau).

avatar damien.thg | 

le problème avec Adobe, c'est qu'il profite de leur position dominante ! Abonnement ou pas, leurs logiciels sont bon mais c'est codé avec les pieds (lourds et plein de bugs), comme flash en somme.

Si leur logiciel était mieux optimisé je me serais abonné.

avatar Bill Roundcat | 

Et au prix de pratiques commerciales douteuses. Ils utilisent les fichiers de leurs clients revendeurs pour prospecter en direct. “Mais on peut vous faire l'abonnement en direct, votre revendeur est d'accord et ne sert à rien ...“ Adobe est une machine de guerre, le Microsoft de la PAO, pardon, le Google des Arts Graphiques qui abuse de sa position dominante ...

avatar tchit | 

@Bill Roundcat

C'est ridicule. En quoi abusent-ils de leur position dominante ? Rien ne t'empêche d'utiliser des logiciels concurrents.

avatar Bill Roundcat | 

Je suis d'accord c'est un exagéré. Mon propos, c'est que dans la profession des Arts Graphiques, qui sont la plupart de mes clients, ils sont incontournables. Et ce qui est insupportable, c'est qu'ils appellent mes clients en direct pour leur vendre les renouvellements. Alarmés d'être privé de leur outil de production, certains se laissent avoir. Ils n'abusent pas d'une position dominante parce que la concurrence existe, ils abusent d'une position de domination dans un métier et dans un eco-système.
Maintenant, pour être honnête, je profite bien de la petite marge que nous laisse Adobe, et ce modèle d'abonnement m'arrange bien. Ce pourquoi ça m'énerve quand ils me piquent mes clients.
Et pour finir sur le, oui bon OK, mes clients râlent de ne plus pouvoir utiliser des licences non payées pendant des années. Maintenant, ils ont une ligne dans les Frais Généraux ...

avatar tchit | 

@Bill Roundcat

Mais tes clients n'ont jamais pensé à aller voir ailleurs ? Ils savent qu'ils payent pour un service non ?

avatar Bill Roundcat | 

Ah ? Avec Quark par exemple ? égaré depuis des années avec un logiciel isolé. A partir d'incontournables comme Illustrator (Freehand n'est plus), Photoshop, Acrobat, Adobe a réussi le pari de la suite. Et cela a permis de conforter After Effects et de remettre sur les rails Adobe Première. Non, mes clients ne peuvent pas aller voir ailleurs.

avatar tchit | 

@Bill Roundcat

Donc tes clients sont heureux. Ça tombe bien, Adobe aussi.

avatar pocketalex | 

Les logiciels seraient incontournables mais des merdes finies, je me rangerait du coté des raleurs

Après tout, on a bien la suite Office à mon taf alors que pour ce qu'on fait avec, la suite iWork suffirait largement, mais on est OBLIGE d'utiliser office parcequ'on reçoit des words, des excels et des PPT, et qu'on doit transmettre des words, des excels et des PPT, surtout des PPT, et qu'on a essayé de bosser avec iWork, ça marche pas.
Les conversions sont foireuses, on perd du temps, il y a plein de trucs qui vont pas, bref, Office et c'est "pain in the ass". De vraies bouses. A part Excel, le reste, au secours.
C'est lent, ça rame, l'ergonomie est à chier, j'en passe et des pires.

Mais la suite Adobe, on pourra toujours trouver mieux pour chaque soft, ça reste une suite d'excellents logiciels, on nous "impose pas de la merde".
Les ténors de la suite, Photoshop, Illustrator, Première Pro, After Effect, Lightroom, Audition, InDesign sont des références et des outils d'une efficacité redoutable
Il y a ensuite pléthore de logiciels, certains complètement nuls, certains complètement inutiles, certains pas mal...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR