Phil Schiller : les abonnements sur tous les types d’apps (ou presque)

Christophe Laporte |

Quelques jours avant la WWDC, Apple avait surpris son monde en dévoilant d’importantes nouveautés concernant l’Apple Store (lire : App Store : Apple fait sa petite révolution). Au programme notamment : des délais de validation plus rapides, des publicités dans l’App Store et surtout un business-model appelé à prendre beaucoup plus d’importance qu’actuellement : l’abonnement.

Suite à cette annonce, il y avait un certain nombre de points à clarifier. Il y avait un certain décalage entre ce que Phil Schiller avait affirmé en interview et ce qui était écrit sur les pages web d’Apple (lire : App Store : la nouvelle voie des abonnements).

Lors de son passage chez John Gruber à The Talk Show, Phil Schiller, qui était accompagné de Craig Federighi, a pu s’expliquer en détail. L’idée est bel et bien d’ouvrir ce business modèle à tous les types d’apps, mais encore faut-il que cela ait du sens. Et c’est pour cela qu’Apple est resté suffisamment flou pour s’offrir une certaine latitude lors de la mise en place de cette fonctionnalité dans les premiers mois. Apple veut clairement éviter les abus. Phil Schiller prend l’exemple des apps de lampe de poche pour lesquelles ce modèle n’aurait strictement aucun intérêt.

À l’inverse, il a insisté sur le fait que cette fonctionnalité collerait parfaitement aux applications professionnelles. D’autre part, le patron du marketing d’Apple a expliqué qu’il y a des considérations légales à prendre en compte. Dans certains pays ou états américains, on ne peut proposer un abonnement sans contrepartie à long terme pour l’abonné.

Bref, comme c’est souvent le cas, lorsqu’Apple expérimente quelque chose de nouveau pour l’App Store, les zones de flou lui servent avant tout à s’adapter, le temps de prendre en compte tous les cas de figure. Mais il y a véritablement le souhait d’en faire bénéficier le plus grand nombre d’apps. Au final, le bon sens l’emporte souvent (même si cela n’empêche pas les exceptions !).

avatar Woaha | 

Le système peut convenir du moment que l'on peut utiliser à vie les fonctionnalités qui s'exécutent en local et qui sont présentes au dernier jour d'abonnement. Par exemple j'arrête mon abonnement à la version 12.8.64 de je ne sais quoi, je devrais pouvoir continuer à l'utiliser sans payer. Ainsi l'abonnement reviendrait à une sorte de micro paiement à chaque petite mise à jour. Ça me semblerait juste. Évidemment on va dire oui mais sans le cloud vous ne pouvez plus faire ci et ça... Abonnez vous, réabonnez vous qu'ils disaient ! À voir si le système est raisonnable sinon jailbreak.

avatar bafouille | 

Pas partisan de la location d'app (que ce soit adobe ou microsoft) et encore moins pour les app achetés sur appstore ou itunes

Payer pour que les logiciels soient moins buggés ! c'est de l'arnaque

Payer pour une nette amélioration ou avancée du logiciel pourquoi pas
mais si on veut rester dans la version précédente on doit pouvoir le faire.

avatar SwissMac | 

Au final, c'est l'utilisateurs qui paye (de plus en plus...)
Ce modèle est une pure arnaque.

avatar Orus | 

Les abonnements... Pfff... Encore une belle inventions pour plumer les pigeons.
Tellement d'abonnement qu'à la fin du mois : plus d'argent.
Apple n'est plus qu'un épicier.

avatar patrick86 | 

"Apple n'est plus qu'un épicier."

??

Mon épicier ne m'a jamais proposé de payer un abonnement pour acheter des légumes.

avatar pocketalex | 

@patrick : il y a l'AMAP qui le fait ;o)

avatar mimot13 | 

Tiens donc.. Apple vend des applications aux Professionnels ? Lesquels ?

Il me semble que Apple s'adresse de plus en plus au "Grand Public".. et ce n'est pas péjoratif bien sûr, mais le public n'est pas le même.

L'abonnement arrange les éditeurs surtout et pérennise d'une certaine manière, sans trop d'efforts, leurs rentrées d'argent récurrentes. Belle trouvaille et exemple d'un marketing réussi. Cf. Adobe et son CC.

avatar r e m y | 

@christophe
Et le jour où vous arrêtez de payer l'abonnement, il se passe quoi?

avatar pocketalex | 

@r e m y

bonne question ... je suis, pas exemple, abonné aux impots. Faudrait que je leur demande d'arrêter l'abonnement pour voir. En plus, il me coûte un bras.

avatar patrick86 | 

"Et le jour où vous arrêtez de payer l'abonnement, il se passe quoi?"

J'ai posé la question à mon épicier. Il m'a répondu promptement : plus d'abonnement, plus de poireaux mon bon monsieur. J'ai bien essayé de négocier quelques salades, mais j'ai fait chou blanc.

avatar zearnal | 

Pourquoi tant d'émotion pour un sujet qui n'en est pas un ?
Oui, les abonnements ça existe aussi depuis pas mal d'années, et non ce n'est pas la réponse universelle à tous les maux (tout le monde sait que c'est 42 la réponse ;) ).

Personnellement, je pars du principe que JE suis le seul qui a, in fine, la décision de payer (et donc d'utiliser) ou non pour un service ou une app. Si d'aventure une app que j'utilise passe en abonnement payant, il me revient à MOI et à MOI seul d'évaluer si le service et à la hauteur du coût et si cela est compatible avec le budget que JE veux bien y mettre.

Au delà du caractère un peu narcissique de la réponse, c'est une manière de rappeler que NOUS, les clients, avons encore le choix et que nous ne sommes obligé à RIEN, si ce n'est à nous adapter en fonction de nos choix.

avatar Pierrotlalune | 

C'est le modèle économique de MacG qui va être content !

Pages

CONNEXION UTILISATEUR