Apple a-t-elle encore sa place pour gérer nos photos ?

Nicolas Furno |

Pendant longtemps, Apple a proposé au grand public la meilleure option pour gérer ses photos, peut-être même la seule. Avec la suite iLife et en particulier iPhoto, le constructeur avait réuni tous les composants nécessaires pour gérer ses clichés. Du déchargement de l’appareil photo jusqu’à leur exportation sur papier, internet ou DVD, en passant par la gestion des images, avec mots-clés et dossiers intelligents, iPhoto était complet.

À sa sortie, c’était un outil vraiment novateur par sa simplicité d’utilisation. En masquant totalement la gestion des fichiers et en regroupant toutes les photos en un même endroit, Apple a offert à la majorité la possibilité de gérer facilement ses photos à l’ère du numérique. Une belle performance, qui a fait la réputation de l’entreprise pendant toutes les années 2000 : avec son hub numérique, Apple proposait ce qui se faisait de mieux à l’époque.

14 ans après la sortie de la première version d’iPhoto, ce logiciel renommé « Photos » n’a plus autant la cote, parce que les usages ont changé et aussi parce que les ordinateurs ne jouent plus forcément le rôle de hub. Ce n’est pas qu’Apple est totalement passée à côté de ce changement, pas du tout. Avec la photothèque iCloud et l'application Photos disponible sur toutes ses plateformes, la Pomme a fait du « cloud » le cœur de la gestion des photos. Mais est-elle allée assez loin dans cette transition ?

L'entreprise a perdu son statut de solution par excellence pour gérer ses photos. À tel point que, même quand on utilise uniquement des produits conçus par ses soins, on peut privilégier ce qui se fait ailleurs. Ainsi, la question se pose : Apple a-t-elle encore sa place pour gérer nos photos ? L’entreprise est-elle passée à côté d’une nouvelle manière de gérer sa photothèque ?

Photos à l’heure d’iCloud

iPhoto était la solution idéale à une époque où l’on utilisait surtout des ordinateurs fixes et largement déconnectés. Avec la démocratisation de l’internet puis de l’informatique mobile, la gestion des photos s’est déportée sur les smartphones et les tablettes. Apple a mis un petit peu de temps pour changer de modèle (qui se souvient du flux de photos limité aux 1 000 dernières images au début d’iCloud ?), mais c’est désormais bien le cas : la gestion des photos est pensée autour du cloud avant tout.

Le hub numérique n’est plus le Mac, c’est désormais iCloud. Sur tous les appareils vendus par Apple, Photos en prend acte et incite fortement l’utilisateur à activer le service associé qui est payant au-delà des 5 petits Go de base. Il faut compter 0,99 € par mois pour 50 Go de stockage, avec deux offres supérieures (200 Go pour 2,99 € et 1 To pour 9,99 € par mois), pour stocker ses photos et ses vidéos (et d'autres données si on le souhaite) sur les serveurs d'Apple.

En activant iCloud, l’application sur votre Mac, iPhone ou iPad ne sera plus qu’une copie du serveur et elle se mettra à jour en fonction. Par défaut, les appareils continuent à télécharger tous les originaux en local, mais quand la place vient à manquer, on peut optimiser le stockage local. Dans ce cas de figure, on ne conserve que des vignettes des photos et les fichiers complets ne sont chargés depuis le serveur qu’à la demande.

Avec la photothèque iCloud, les photos sont chargées depuis un serveur. Ici, pendant la première phase de synchronisation ; par la suite, on aura au moins des vignettes en local.
Avec la photothèque iCloud, les photos sont chargées depuis un serveur. Ici, pendant la première phase de synchronisation ; par la suite, on aura au moins des vignettes en local.

Ainsi, la photothèque iCloud ne se contente pas de transférer les fichiers sur un serveur, elle maintient toutes les données dans le même état. Albums, modifications sur les photos… tout ce que vous faites sur un appareil est synchronisé avec les autres appareils associés au même compte iCloud. Pour le reste, les applications n’ont pas vraiment évolué : on peut toujours organiser les photos par albums, trouver une image, créer des diaporamas et même des livres.

Au fond, sur beaucoup de points, la gestion des photos proposée par Apple n’a pas changé depuis 2002 et c’est peut-être le problème.

Google Photos va beaucoup plus loin

Pour comprendre ce qui ne va pas avec la gestion des photos proposée par Apple, le mieux est d’aller voir ce qui se fait chez la concurrence. Et depuis un an, le concurrent en vue, c’est Google Photos. Relancé à l'occasion de la Google I/O 2015, ce service propose non seulement de stocker toutes vos photos et vidéos gratuitement, mais il exploite en outre la puissance des serveurs de Google pour proposer des fonctions novatrices et vraiment utiles.

Le stockage illimité et gratuit est probablement le plus gros point fort de Google Photos, même s’il convient de rappeler la nuance qui a son importance. Quand on ne paye pas, le géant de la recherche ne stocke que des copies optimisées des médias, pas les fichiers originaux. Ces copies sont limitées à 16 mégapixels, et même pour les appareils photo qui sont sous cette limite (c’est le cas des iPhone), les fichiers sont optimisés pour réduire leur taille.

Cette limite n’est vraiment pas un problème pour stocker des photos de famille. Google applique un traitement qui n’est pas destructeur, en tout cas pas à l’œil nu et la différence est imperceptible dans l’écrasante majorité des cas. Néanmoins, c’est un problème si on veut une sauvegarde parfaite de ses photos et il faudra alors payer pour le faire avec Google Photos. Les tarifs ne sont pas plus intéressants que ceux d’Apple et sans doute pires dans la majorité des cas, puisqu’il n’y a aucune option entre 100 Go et 1 To.

Sans jamais payer, Google Photos permet quand même de stocker toutes les photos et toutes les vidéos que vous prendrez avec vos smartphones, mais aussi toutes celles que vous mettrez en ligne manuellement. Il n’y a aucune limite de nombre et si vous avez d’immenses archives, vous pourrez tout envoyer sur les serveurs de Google. Et c’est là que la supériorité technique de l’entreprise est très nette par rapport à Apple. Le transfert est plus rapide, et la recherche et la récupération de photos sont quasiment instantanées.

Mais le vrai point fort de Google Photos, c’est son intelligence. Google met à profit son avantage et exploite des années d’apprentissage avec Google Images pour analyser les photos et comprendre leur sujet. Vous cherchez des photos de chat ? Le service est capable d’afficher instantanément toutes les images où il détecte l’animal. Cela fonctionne aussi avec des objets du quotidien, un fruit, ou même les photos de mariage et celles d’anniversaire. Naturellement, on peut aussi exploiter les dates et la géolocalisation associée aux photos pour trouver un résultat.

Google Photos analyse le contenu de vos photos pour améliorer sa recherche.
Google Photos analyse le contenu de vos photos pour améliorer sa recherche.

Outre cette recherche bien utile, Google Photos se distingue aussi par son aptitude à organiser automatiquement vos photos. Avec le stockage illimité, on a vite tendance à se retrouver avec un très grand nombre de photos. Et plutôt que de les organiser manuellement en albums, le service se propose de le faire pour vous.

Tous ces albums ont été créés automatiquement par Google Photos.
Tous ces albums ont été créé automatiquement par Google Photos.

Son assistant suggère automatiquement des albums autour d’un thème commun, comme un voyage ou un week-end passé en famille. À l’intérieur on retrouve les photos pertinentes prises à cette occasion, mais aussi des cartes qui indiquent les déplacements. Et à partir de cette base, l’utilisateur peut toujours ajouter et masquer des images, mais aussi ajouter un contexte avec du texte s’il le souhaite.

Album de vacances généré automatiquement par Google Photos, avec une carte qui indique les déplacements.
Album de vacances généré automatiquement par Google Photos, avec une carte qui indique les déplacements.

Google Photos est également capable de faire d’autres propositions : ajouter un filtre pour changer l’aspect d’une photo, rassembler plusieurs photos et vidéos pour en faire un petit film ou même créer un panorama à partir de plusieurs photos connexes. Comme avec tout système automatisé, le résultat n’est pas toujours heureux, mais on est parfois surpris par les propositions et on peut très bien refuser toutes celles qui ne conviennent pas.

Que doit faire Apple pour retrouver nos photos ?

Commençons par reconnaître qu’Apple a fait beaucoup de progrès avec ses services en ligne et que la photothèque iCloud fonctionne plutôt bien dans l’ensemble. On est loin des années MobileMe où l’entreprise n’arrivait même pas à fournir des fonctions de base de manière fiable et on peut, aujourd’hui, compter sur ce service pour synchroniser ses photos et vidéos. Mais est-ce vraiment suffisant ?

Par rapport à son concurrent, Apple a du travail à faire sur la vitesse : que ce soit pour synchroniser les dernières photos ou pour accéder à un cliché ancien à partir du cloud, la photothèque iCloud souffre encore de trop de lenteurs. Et puis l’entreprise a aussi du travail à faire pour limiter l’utilisation du stockage local : même quand on choisit d’optimiser les images sur un appareil, le cache est toujours énorme et occupe parfois plus de 10 % du poids total de la photothèque. Sur ce point aussi, Google fait beaucoup mieux.

Néanmoins, tout n’est pas à jeter et l’intégration à Siri est vraiment convaincante pour retrouver de vieilles photos. Tant que l’on a une date ou un lieu, on retrouve facilement les images que l’on veut en posant la question à l’assistant vocal d’iOS. Et pour le coup, c’est rapide et souvent précis.

Tant que l’on en reste à des requêtes simples, comme ici un lieu, Photos est très efficace. Surtout quand on passe par Siri pour le faire.
Tant que l’on en reste à des requêtes simples, comme ici un lieu, Photos est très efficace. Surtout quand on passe par Siri pour le faire.

Malheureusement, Apple accuse le coup dès lors que l’information est à l’intérieur d’une image, et pas dans les métadonnées. On peut lui demander les photos de Venise prises au mois de mai 2014, mais pas les photos de pigeons que l’on a prises à cette occasion. Alors que Google Photos saura très bien le faire, tout comme il affichera toutes vos photos de couchers de soleil si vous le souhaitez.

L’ironie, c’est qu’Apple a longtemps été à la pointe dans ce domaine aussi, avec la recherche de visages ajoutée à iPhoto en 2009. À l’époque, c’était une première et la détection fonctionnait déjà très bien. Mais comme cela arrive parfois avec les innovations présentées par Apple, cette avancée n’a pas été suivie et si la fonction est toujours présente, elle est désormais en retard par rapport à la concurrence. Détecter les visages, tout le monde le fait très bien — parfois en rusant en raison de législation européenne très prudente à ce sujet —, mais ce n’est pas toujours suffisant.

Reconnaissance de visages dans Photos. Cette fonction n’est accessible qu’en lecture seule sur iOS, et elle est aujourdhui dépassée sur le plan technique.
Reconnaissance de visages dans Photos. Cette fonction n’est accessible qu’en lecture seule sur iOS, et elle est aujourd’hui dépassée sur le plan technique.

Apple pourrait-elle reprendre la fonction de Google Photos ? Probablement pas. Ce n’est pas une question de moyens ou de compétences, mais de choix politique. Pour reconnaître les chiens dans vos photos, Google doit analyser toutes les photos sur ses serveurs et utiliser cette base de données pour améliorer ses connaissances. C’est une stratégie incompatible avec le respect strict de la vie privée que veut suivre Apple et il faudrait une toute nouvelle stratégie qui n’est probablement pas sur le point d’arriver (lire : Les « tsars » de la confidentialité font la pluie et le beau temps chez Apple).

Il y a un point qui pourrait aisément être amélioré toutefois chez Apple : la capacité de stockage. À l’heure de l’illimité chez Google ou même chez Amazon (où un compte Premium facturé 50 € par an permet ensuite de stocker toutes ses images), proposer seulement 5 Go gratuitement, c’est franchement radin. D’autant qu’il faut aussi garder de la place pour les sauvegardes d’appareils, les mails et les documents synchronisés avec iCloud.

Apple, proposer une offre illimitée ? On n’y croit vraiment pas. Mais espérons au moins que le stockage offert augmente un petit peu, voire beaucoup. Ce serait encore le meilleur argument pour la photothèque iCloud.

Le partage en famille, le talon d’Achille de tous les services

Apple est peut-être à la traine en matière de photothèque dans le nuage, mais il y a un point où Google Photos ne fait pas mieux du tout : le partage en famille. À l’époque d’iPhoto, un Mac servait souvent pour toute la famille et c’est lui que l’on utilisait pour décharger, stocker et gérer tous les clichés. Mais aujourd’hui, tous les membres de la famille ont un smartphone et un compte personnel dans le nuage. Comment rassembler toutes les photos ?

Le partage de photo en famille chez Apple ? Un album commun.
Le partage de photo en famille chez Apple ? Un album commun.

Malheureusement, aucun service ne propose de solution parfaite. Quand on active le partage familial sur un compte iCloud, on bénéficie d’un album supplémentaire, partagé entre tous les membres de la famille. Tout le monde peut y accéder et contribuer en ajoutant d’autres photos et des commentaires. C’est bien, mais ce n’est pas une solution pour rassembler toutes les photos et vidéos en un même lieu. Et sur ce point, Google ne fait pas mieux. L’entreprise s’est contentée de reprendre l’idée et d’ajouter des albums partagés similaires à ceux d’iCloud.

La seule solution, c’est de partager le même compte. Et sur ce point, Google reprend l’avantage : on peut très simplement passer d’un compte à l’autre et rien n’interdit d’utiliser un compte commun pour les photos, différent de chaque compte individuel. Ce n’est pas encore l’idéal, mais c’est mieux qu’Apple qui a tellement bien intégré iCloud à iOS et OS X que l’on ne peut pas avoir un compte secondaire uniquement dédié à Photos.

avatar jeantro | 

@Jacalbert :
Lightroom le top du top

avatar Jacalbert | 

@jeantro :
Merci pour votre conseil - j'ai ce programme, dernière version que l'on reçoit avec un Leica, mais je dois approfondir car je ne trouve pas très convivial
Assez lourd je trouve

avatar Fumomono | 

Capture One pro est un excellent logiciel qui remplace bien Aperture et une très bonne alternative à Lightroom pour ceux qui n'aiment pas son fonctionnement.

avatar Chanteloux | 

Lr programme très lourd, interface peu conviviale et intuitive. Mais il vaut la peine qu'on s'y accroche.

avatar en ballade | 

pour les flux de photo onedrive est une excellent solution et plus rapide que iCloud

avatar xipiron | 

@Jacalbert :
iPhoto est toujours disponible

avatar expertpack | 

@Jacalbert :
Pas de lezard : lightroom

avatar coink | 

Pour la gestion/catalogage, j'ai gardé Aperture, qui est suffisant.
Pour tout le reste, la suite Nik Collection, que Google à passée gratuite, fait des merveilles et est intégrée dans l'interface d'Aperture.

avatar fousfous | 

Bah personnellement je sais pas pourquoi mais je préfère pas que Google regarde dans mes photos, ça devient de plus en plus intrusif.
Et puis pour retrouver des photos rien ne vaut le classement par événement d'iPhoto, c'est ultra efficace et sans avoir à lancer la moindre recherche.

avatar frankm | 

Oui mais si Apple pouvait détecter les objets et situations ça permettrait de faire des recherches sur des choses qui n'ont pas été pensées au moment du classement.
La reconnaissance d'objet devrait pouvoir se faire dans le respect de la vie privée logiquement.

avatar oomu | 

uniquement si l'intelligence et le moteur était exécutée localement dans votre ordinateur chez vous sans nécessiter un serveur distant.

Tant que c'est fait dans le "nuage", le risque potentiel d'abus, manipulations, usages non explicités, archivage à long terme malgré votre choix et exploitations restent possibles.

Pour l'heure, il est peu crédible de faire aussi bien qu'un "google" en local. Les algorithmes ont besoin de travailler sur un ensemble gigantesque d'exemples pour apprendre.

D'où le besoin de ces entreprises d'aspirer le plus possible de contenus d'utilisateurs, d'une manière ou d'une autre: à la fois pour rester incontournable (vous avez besoin de leurs serveurs) mais aussi pour améliorer leurs propres moteurs de reconnaissances. Plus les gens publient chez eux, plus ils fournissent du matériel brut pour améliorer ces produits.

Cela a de la valeur et il est hors de question de la partager en vous la proposant paquetagée pour votre ordinateur.

et cela avant même de se demander si un appareil de poche ou ou imac pourrait faire rapidement le traitement en local.

avatar Kriskool | 

J'utilise photos et la photothèque Icloud, j'avoue que la vitesse de synchro est lente. Le pire c'est sur l'Apple TV. Je paye un abonnement pour 200 go sur iCloud. Je suis moyennement satisfait ... Mais je ne sais pas quelle autre solution choisir

avatar Domsware | 

@Kriskool :
Tu as regardé du côté de ton opérateur internet ? Free bridait clairement les service Apple à tel point que j'ai dû passer par un VPN pendant plusieurs mois pour retrouver un usage agréable.

avatar Kriskool | 

@Domsware :
Suis chez NUMERICABLE en fibre aucun soucis de débit. Mais ce sont les serveurs d'Apple qui synchronisent parfois mal. Sinon je suis content de Photos. J'aime la fonction de partage sur iCloud avec les amis qui ont presque tous des iPhones. D'ailleurs j'ai fait découvrir les albums partages à plus d'un. Actuellement j'utilise 100Go de stockage sur 200. J'ai rassemblé presque toutes mes photos depuis 1990. J'adore la recherche Siri qui épate mes amis. Bien sûr cela demande un travail régulier de tagage mots clés et visages depuis le Mac. Mais ça marche assez bien.

avatar frankm | 

Le débit sortant des box est pathétique

avatar Lecorbubu | 

Ma phototèque fait un peu plus de 100go, j'ai plus de 10 ans de photos numériques dessus et j'avoue en être très content. Par ailleurs j'utilise beaucoup le partage de photos avec ma famille et ça marche bien. Photo à l'avantage d'être bien plus rapide que le dernier iPhoto en date qui était à ce niveau là assez catastrophique.

Bien sûr tout n'est pas parfait, mais cette solution est quand même simple et efficace, les outils de retouche embarqués suffisent pour l'usage qu'ils prétendent avoir.

Ceci dit, maintenant que l'iPad pro est sorti, que aperture est enterré et que Google photos offre une très bonne prestation ce ne serait pas étonnant que Apple réagisse lors de la WWDC avec un outil globalement plus puissant et plus productif. Il me semble qu'au moment de l'arrêt de aperture et du lancement de photos ils avaient indiqués que certaines fonctionnalités retirées pourraient re-apparaitre progressivement. Si cela est juste reste à voir lesquelles.

avatar yannc | 

Depuis iOS 6 ou 7 je ne sais plus... Avec photo et moments c'est devenu une usine à gaz!
C'est ma grosse déception depuis plusieurs années.

avatar Dr. Kifelkloun | 

Pourquoi pas un mot sur Dropbox?
Aussi, il serait bon de discuter le bien fondé de stocker des jpeg énorme, voire des raw... Le problème de base est que les fabriquant de tout ce qui capture des images fixes ou des vidéos font la course au pixels et nous font générer des fichiers de plus en plus énormes, très souvent pour rien. Photos de 20-30 MP, vidéos 4K... C'est devenu insensé et le stockage est de plus en plus difficile à gérer.
Ça me prend du temps pour gérer tout ça, mais perso je ne fais pas confiance au cloud pour stocker mes photos. Peu importe que ce soit Apple, Google ou un autre. On capture tout et importe quoi et la plupart des ces captures seront sûrement perdues. Ceux qui veulent vraiment les garder précieusement ont intérêt à y consacrer du temps et de la réflexion !

avatar lll | 

Je suis bien d'accord avec toi et j'aimerais que la recherche creuse davantage du côté de l'encodage que de l'augmentation des formats. Quand je vois les photos de ma mère qui font 10 Mo alors que la moitié sont floues... Bref, c'est un vrai problème aujourd'hui et tout ce qu'on nous propose, c'est le cloud, l'impression photo ou des disques durs taxés et pas fiables... À quand une véritable réflexion sur le stockage pérenne ?

avatar frankm | 

Le format BGP peut être

avatar lmouillart | 

Google Photo sait aller piocher les photos dans Google Drive (l'équivalent Google de Dropbox).

avatar Romuald | 

C'est pour ça que je garde mes originaux chez moi sur un NAS, avec sauvegarde, et que je ne partage que les récentes au format web et HD sur dropbox : le format web c'est léger, ça suffit pour être vu sur un ordi ou une tablette et se faire une idée, et si la tata veut garder la photo du petit dernier elle peut télécharger la version HD. Vous partagez beaucoup de photos de plus d'un an vous ? Et même si c'est le cas rien n'empêche de les remettre dans le cloud pour un temps.

Et le NAS permet même d'aller les chercher à distance. Alors oui c'est long parce que le débit d'upload de chez un particulier c'est tout pourri, mais si on en profitait pour prendre son temps, ou l'apéro ? Le tout tout de suite ça vous bouffe !

avatar Kayli | 

@Dr. Kifelkloun :
J'hésitai et j'ai décidé de pas utilisé la photothèque iCloud
Ta bien raison

avatar Lestat1886 | 

Je n'ai jamais autant gardé de photos que depuis mon premier iphone en 2010!

avatar Lestat1886 | 

@Lestat1886 :
Et sans avoir activé icloud photo library!

Pages

CONNEXION UTILISATEUR