Apple a-t-elle encore sa place pour gérer nos photos ?

Nicolas Furno |

Pendant longtemps, Apple a proposé au grand public la meilleure option pour gérer ses photos, peut-être même la seule. Avec la suite iLife et en particulier iPhoto, le constructeur avait réuni tous les composants nécessaires pour gérer ses clichés. Du déchargement de l’appareil photo jusqu’à leur exportation sur papier, internet ou DVD, en passant par la gestion des images, avec mots-clés et dossiers intelligents, iPhoto était complet.

À sa sortie, c’était un outil vraiment novateur par sa simplicité d’utilisation. En masquant totalement la gestion des fichiers et en regroupant toutes les photos en un même endroit, Apple a offert à la majorité la possibilité de gérer facilement ses photos à l’ère du numérique. Une belle performance, qui a fait la réputation de l’entreprise pendant toutes les années 2000 : avec son hub numérique, Apple proposait ce qui se faisait de mieux à l’époque.

14 ans après la sortie de la première version d’iPhoto, ce logiciel renommé « Photos » n’a plus autant la cote, parce que les usages ont changé et aussi parce que les ordinateurs ne jouent plus forcément le rôle de hub. Ce n’est pas qu’Apple est totalement passée à côté de ce changement, pas du tout. Avec la photothèque iCloud et l'application Photos disponible sur toutes ses plateformes, la Pomme a fait du « cloud » le cœur de la gestion des photos. Mais est-elle allée assez loin dans cette transition ?

L'entreprise a perdu son statut de solution par excellence pour gérer ses photos. À tel point que, même quand on utilise uniquement des produits conçus par ses soins, on peut privilégier ce qui se fait ailleurs. Ainsi, la question se pose : Apple a-t-elle encore sa place pour gérer nos photos ? L’entreprise est-elle passée à côté d’une nouvelle manière de gérer sa photothèque ?

Photos à l’heure d’iCloud

iPhoto était la solution idéale à une époque où l’on utilisait surtout des ordinateurs fixes et largement déconnectés. Avec la démocratisation de l’internet puis de l’informatique mobile, la gestion des photos s’est déportée sur les smartphones et les tablettes. Apple a mis un petit peu de temps pour changer de modèle (qui se souvient du flux de photos limité aux 1 000 dernières images au début d’iCloud ?), mais c’est désormais bien le cas : la gestion des photos est pensée autour du cloud avant tout.

Le hub numérique n’est plus le Mac, c’est désormais iCloud. Sur tous les appareils vendus par Apple, Photos en prend acte et incite fortement l’utilisateur à activer le service associé qui est payant au-delà des 5 petits Go de base. Il faut compter 0,99 € par mois pour 50 Go de stockage, avec deux offres supérieures (200 Go pour 2,99 € et 1 To pour 9,99 € par mois), pour stocker ses photos et ses vidéos (et d'autres données si on le souhaite) sur les serveurs d'Apple.

En activant iCloud, l’application sur votre Mac, iPhone ou iPad ne sera plus qu’une copie du serveur et elle se mettra à jour en fonction. Par défaut, les appareils continuent à télécharger tous les originaux en local, mais quand la place vient à manquer, on peut optimiser le stockage local. Dans ce cas de figure, on ne conserve que des vignettes des photos et les fichiers complets ne sont chargés depuis le serveur qu’à la demande.

Avec la photothèque iCloud, les photos sont chargées depuis un serveur. Ici, pendant la première phase de synchronisation ; par la suite, on aura au moins des vignettes en local.
Avec la photothèque iCloud, les photos sont chargées depuis un serveur. Ici, pendant la première phase de synchronisation ; par la suite, on aura au moins des vignettes en local.

Ainsi, la photothèque iCloud ne se contente pas de transférer les fichiers sur un serveur, elle maintient toutes les données dans le même état. Albums, modifications sur les photos… tout ce que vous faites sur un appareil est synchronisé avec les autres appareils associés au même compte iCloud. Pour le reste, les applications n’ont pas vraiment évolué : on peut toujours organiser les photos par albums, trouver une image, créer des diaporamas et même des livres.

Au fond, sur beaucoup de points, la gestion des photos proposée par Apple n’a pas changé depuis 2002 et c’est peut-être le problème.

Google Photos va beaucoup plus loin

Pour comprendre ce qui ne va pas avec la gestion des photos proposée par Apple, le mieux est d’aller voir ce qui se fait chez la concurrence. Et depuis un an, le concurrent en vue, c’est Google Photos. Relancé à l'occasion de la Google I/O 2015, ce service propose non seulement de stocker toutes vos photos et vidéos gratuitement, mais il exploite en outre la puissance des serveurs de Google pour proposer des fonctions novatrices et vraiment utiles.

Le stockage illimité et gratuit est probablement le plus gros point fort de Google Photos, même s’il convient de rappeler la nuance qui a son importance. Quand on ne paye pas, le géant de la recherche ne stocke que des copies optimisées des médias, pas les fichiers originaux. Ces copies sont limitées à 16 mégapixels, et même pour les appareils photo qui sont sous cette limite (c’est le cas des iPhone), les fichiers sont optimisés pour réduire leur taille.

Cette limite n’est vraiment pas un problème pour stocker des photos de famille. Google applique un traitement qui n’est pas destructeur, en tout cas pas à l’œil nu et la différence est imperceptible dans l’écrasante majorité des cas. Néanmoins, c’est un problème si on veut une sauvegarde parfaite de ses photos et il faudra alors payer pour le faire avec Google Photos. Les tarifs ne sont pas plus intéressants que ceux d’Apple et sans doute pires dans la majorité des cas, puisqu’il n’y a aucune option entre 100 Go et 1 To.

Sans jamais payer, Google Photos permet quand même de stocker toutes les photos et toutes les vidéos que vous prendrez avec vos smartphones, mais aussi toutes celles que vous mettrez en ligne manuellement. Il n’y a aucune limite de nombre et si vous avez d’immenses archives, vous pourrez tout envoyer sur les serveurs de Google. Et c’est là que la supériorité technique de l’entreprise est très nette par rapport à Apple. Le transfert est plus rapide, et la recherche et la récupération de photos sont quasiment instantanées.

Mais le vrai point fort de Google Photos, c’est son intelligence. Google met à profit son avantage et exploite des années d’apprentissage avec Google Images pour analyser les photos et comprendre leur sujet. Vous cherchez des photos de chat ? Le service est capable d’afficher instantanément toutes les images où il détecte l’animal. Cela fonctionne aussi avec des objets du quotidien, un fruit, ou même les photos de mariage et celles d’anniversaire. Naturellement, on peut aussi exploiter les dates et la géolocalisation associée aux photos pour trouver un résultat.

Google Photos analyse le contenu de vos photos pour améliorer sa recherche.
Google Photos analyse le contenu de vos photos pour améliorer sa recherche.

Outre cette recherche bien utile, Google Photos se distingue aussi par son aptitude à organiser automatiquement vos photos. Avec le stockage illimité, on a vite tendance à se retrouver avec un très grand nombre de photos. Et plutôt que de les organiser manuellement en albums, le service se propose de le faire pour vous.

Tous ces albums ont été créés automatiquement par Google Photos.
Tous ces albums ont été créé automatiquement par Google Photos.

Son assistant suggère automatiquement des albums autour d’un thème commun, comme un voyage ou un week-end passé en famille. À l’intérieur on retrouve les photos pertinentes prises à cette occasion, mais aussi des cartes qui indiquent les déplacements. Et à partir de cette base, l’utilisateur peut toujours ajouter et masquer des images, mais aussi ajouter un contexte avec du texte s’il le souhaite.

Album de vacances généré automatiquement par Google Photos, avec une carte qui indique les déplacements.
Album de vacances généré automatiquement par Google Photos, avec une carte qui indique les déplacements.

Google Photos est également capable de faire d’autres propositions : ajouter un filtre pour changer l’aspect d’une photo, rassembler plusieurs photos et vidéos pour en faire un petit film ou même créer un panorama à partir de plusieurs photos connexes. Comme avec tout système automatisé, le résultat n’est pas toujours heureux, mais on est parfois surpris par les propositions et on peut très bien refuser toutes celles qui ne conviennent pas.

Que doit faire Apple pour retrouver nos photos ?

Commençons par reconnaître qu’Apple a fait beaucoup de progrès avec ses services en ligne et que la photothèque iCloud fonctionne plutôt bien dans l’ensemble. On est loin des années MobileMe où l’entreprise n’arrivait même pas à fournir des fonctions de base de manière fiable et on peut, aujourd’hui, compter sur ce service pour synchroniser ses photos et vidéos. Mais est-ce vraiment suffisant ?

Par rapport à son concurrent, Apple a du travail à faire sur la vitesse : que ce soit pour synchroniser les dernières photos ou pour accéder à un cliché ancien à partir du cloud, la photothèque iCloud souffre encore de trop de lenteurs. Et puis l’entreprise a aussi du travail à faire pour limiter l’utilisation du stockage local : même quand on choisit d’optimiser les images sur un appareil, le cache est toujours énorme et occupe parfois plus de 10 % du poids total de la photothèque. Sur ce point aussi, Google fait beaucoup mieux.

Néanmoins, tout n’est pas à jeter et l’intégration à Siri est vraiment convaincante pour retrouver de vieilles photos. Tant que l’on a une date ou un lieu, on retrouve facilement les images que l’on veut en posant la question à l’assistant vocal d’iOS. Et pour le coup, c’est rapide et souvent précis.

Tant que l’on en reste à des requêtes simples, comme ici un lieu, Photos est très efficace. Surtout quand on passe par Siri pour le faire.
Tant que l’on en reste à des requêtes simples, comme ici un lieu, Photos est très efficace. Surtout quand on passe par Siri pour le faire.

Malheureusement, Apple accuse le coup dès lors que l’information est à l’intérieur d’une image, et pas dans les métadonnées. On peut lui demander les photos de Venise prises au mois de mai 2014, mais pas les photos de pigeons que l’on a prises à cette occasion. Alors que Google Photos saura très bien le faire, tout comme il affichera toutes vos photos de couchers de soleil si vous le souhaitez.

L’ironie, c’est qu’Apple a longtemps été à la pointe dans ce domaine aussi, avec la recherche de visages ajoutée à iPhoto en 2009. À l’époque, c’était une première et la détection fonctionnait déjà très bien. Mais comme cela arrive parfois avec les innovations présentées par Apple, cette avancée n’a pas été suivie et si la fonction est toujours présente, elle est désormais en retard par rapport à la concurrence. Détecter les visages, tout le monde le fait très bien — parfois en rusant en raison de législation européenne très prudente à ce sujet —, mais ce n’est pas toujours suffisant.

Reconnaissance de visages dans Photos. Cette fonction n’est accessible qu’en lecture seule sur iOS, et elle est aujourdhui dépassée sur le plan technique.
Reconnaissance de visages dans Photos. Cette fonction n’est accessible qu’en lecture seule sur iOS, et elle est aujourd’hui dépassée sur le plan technique.

Apple pourrait-elle reprendre la fonction de Google Photos ? Probablement pas. Ce n’est pas une question de moyens ou de compétences, mais de choix politique. Pour reconnaître les chiens dans vos photos, Google doit analyser toutes les photos sur ses serveurs et utiliser cette base de données pour améliorer ses connaissances. C’est une stratégie incompatible avec le respect strict de la vie privée que veut suivre Apple et il faudrait une toute nouvelle stratégie qui n’est probablement pas sur le point d’arriver (lire : Les « tsars » de la confidentialité font la pluie et le beau temps chez Apple).

Il y a un point qui pourrait aisément être amélioré toutefois chez Apple : la capacité de stockage. À l’heure de l’illimité chez Google ou même chez Amazon (où un compte Premium facturé 50 € par an permet ensuite de stocker toutes ses images), proposer seulement 5 Go gratuitement, c’est franchement radin. D’autant qu’il faut aussi garder de la place pour les sauvegardes d’appareils, les mails et les documents synchronisés avec iCloud.

Apple, proposer une offre illimitée ? On n’y croit vraiment pas. Mais espérons au moins que le stockage offert augmente un petit peu, voire beaucoup. Ce serait encore le meilleur argument pour la photothèque iCloud.

Le partage en famille, le talon d’Achille de tous les services

Apple est peut-être à la traine en matière de photothèque dans le nuage, mais il y a un point où Google Photos ne fait pas mieux du tout : le partage en famille. À l’époque d’iPhoto, un Mac servait souvent pour toute la famille et c’est lui que l’on utilisait pour décharger, stocker et gérer tous les clichés. Mais aujourd’hui, tous les membres de la famille ont un smartphone et un compte personnel dans le nuage. Comment rassembler toutes les photos ?

Le partage de photo en famille chez Apple ? Un album commun.
Le partage de photo en famille chez Apple ? Un album commun.

Malheureusement, aucun service ne propose de solution parfaite. Quand on active le partage familial sur un compte iCloud, on bénéficie d’un album supplémentaire, partagé entre tous les membres de la famille. Tout le monde peut y accéder et contribuer en ajoutant d’autres photos et des commentaires. C’est bien, mais ce n’est pas une solution pour rassembler toutes les photos et vidéos en un même lieu. Et sur ce point, Google ne fait pas mieux. L’entreprise s’est contentée de reprendre l’idée et d’ajouter des albums partagés similaires à ceux d’iCloud.

La seule solution, c’est de partager le même compte. Et sur ce point, Google reprend l’avantage : on peut très simplement passer d’un compte à l’autre et rien n’interdit d’utiliser un compte commun pour les photos, différent de chaque compte individuel. Ce n’est pas encore l’idéal, mais c’est mieux qu’Apple qui a tellement bien intégré iCloud à iOS et OS X que l’on ne peut pas avoir un compte secondaire uniquement dédié à Photos.

avatar Yoskiz (non vérifié) | 

Personnellmét j'ai abandonner la Photothèque sur iCloud...
Je n'ai que 34 Go de photos et depuis mon Mac malgré que j'ai la fibre pour Internet cela mettait un temps astronomique. D'autant plus que je n'ai pas besoin de voir toutes mes photos sur mon iPhone en permanence, je préfère amplement la gestion via flux photo des clichés que je réalise avec mon iPhone.

avatar jackhal | 

"malgré que j'ai la fibre pour Internet cela mettait un temps astronomique"
Tu es chez Free ?

avatar melaure | 

Je suis bien d'accord, mes photos restent chez moi, et quand je synchronise c'est par USB, pas par iCloud. Je ne veux rien sur leurs serveurs, excepté mon agenda.

Par contre, je tiens particulièrement à iPhoto que j'utilise depuis le début, j'ai acheté chez pack iLife (ou Mac Pack après). Je viens de passer mon iMac à El Capitan, et ma version 9.4.3 n'est pas compatible. La mise à jour me propose bien la 9.6.1 qui fonctionne sur El Capitan, mais comme je ne l'ai jamais téléchargé du MacApp Store, je n'ai pas le droit de le prendre ...

J'ai contacté l'assistance Apple, et il ne peuvent rien pour moi, ou n'ont pas voulu (difficile à dire). iPhoto 9 est le seul logiciel dont on a plus droit aux dernières maj, alors que les dernières de chaque versions précédentes sont encore dispo.

De qui se moque-t-on ??? Ca vous donne encore envie d'utiliser des softs Apple ce genre de comportement ?

Je passerais peut-être un jour à Photos, mais quand ce sera un produit mur. Après iMovie 6 HD, il a fallu attendre iMovie '11 pour retrouver un produit équivalent. Il faudra donc attendre pour Photos.

avatar Ibiscus | 

Si je me souviens bien, il y a une possibilité pour mettre à jour en 9.6.1

Un internaute a résolu le pb en septembre 2015 en procédant comme ci dessous :

1) DÉSINSTALLER L'APPLICATION IPHOTO EN FAISANT GLISSER L'APPLI DANS LA CORBEILLE (SEULE L'APPLI EST DÉSINSTALLÉE MAIS PAS LA BIBLIOTHÈQUE )

2) retourner sur App Store , et rechercher iphoto. App Store propose de réinstaller (et non plus la maj)

installer iphoto (c'est gratuit)
...et ça marche !
il ne reste plus qu'à réinstaller la bibliothèque (ce que le nouvel iphoto propose dès son lancement)

Je rajouterais qu'il faut mieux que tu sauves ta version actuelle d'iphoto, par exemple sur une clef USB au cas où cela ne marcherait plus (on doit la retrouver aussi sur son Times machine).

avatar melaure | 

Non ça ne marche pas, que ce soit sur Yosemite ou El Capitan, le Store ne propose plus iPhoto et les mises à jour non plus quand on enlève l'appli ... et ne t'inquiète pas j'ai des partitions différentes pour chaque OS.

J'ai peur que ce soit vraiment mort ... et moi plus que mécontent. Je vais devoir rester à Mavericks très longtemps ...

avatar r e m y | 

Ca ne fonctionne qu'à la condition d'avoir au moins une fois téléchargé iPhoto depuis le Mac appStore, même pour une simple mise à jour de la version présente sur son disque dur, avant qu'il ne soit retiré, au quel cas on le retrouve dans ses "Achats" pour le retélécharger.

(Idem pour Aperture, si on veut avoir la version 3.6 indispensable sous Yosemite et El Capitan)

avatar Moumou92 | 

Cet article est une vaste blague... J'adore Macg mais dire que pendant longtemps iPhoto à été la solution par excellence...

C'est bien les œillères et l'auto persuasion, mais malgré mon fanatisme absolue pour Apple, Apple a toujours été très loin d'être une référence en workflow photo...

Lightroom est de loin bien supérieur, depuis de très nombreuses années et avant cela il y avait déjà DxO, et compères...

iPhoto est un jouet pour bobo classant du jpeg... Meme aperture ou nikon capture étaient bien au dessus (pourtant aperture était loin d'être bon...).

avatar iGeek07 | 

@Moumou92 :
Je pense que MacG parle d'une utilisation grand public, pas pour les passionnés de la photo. Et clairement personne n'utilise Lightroom pour gérer les photos perso prises avec son téléphone. Donc toi aussi tu devrais enlever tes œillères.

avatar iGeek07 | 

@iGeek07 :
Je veux dire personne de non geek

avatar Patrick75 | 

@iGeek07 :
+1

avatar rolmeyer | 

@iGeek07 :
1

avatar occam | 

« Et clairement personne n'utilise Lightroom pour gérer les photos perso prises avec son téléphone. »

Au contraire. Je connais un tas de gens qui ont abandonné leur caméra compacte au profit des iPhone plus récents, depuis qu'ils ont découvert le potentiel des fichiers iPhone, une fois traités dans LR. Pour ceux qui utilisent un workflow DxO -> LR, avec débruitage et corrections optiques et géométriques dans DxO, les résultats sont encore plus probants.

Il ne s'agit pas de geek/non-gek ; il s'agit de savoir regarder, et de prendre le temps de voir.
Le savoir-faire requis pour le traitement est relativement modeste, comparé à ce que tout amateur lambda devait prendre en compte du temps de la photo argentique.

avatar xipiron | 

@Moumou92 :
90% des gens font des photos en jpeg et le classement avec iPhoto reprend le "workflow" de l'argentique.
Même si je suis d'accord que lightroom est la référence ça reste une usine à gaz pour le commun des mortels.

avatar XiliX | 

@Moumou92

Non mais c'est toi la grosse blague non ? Tu compares des solutions gratuites grand public avec des solutions Pro

avatar adixya | 

Oh c'est bon on a compris que le grand moumou92 est un génial expert perfectionniste de la photo, un esthète, qu'il n'accepte aucun compromis sur la qualité, qu'il n'utilise que le meilleur matériel, et les meilleurs services de gestion, faut changer de disque là.

avatar otop | 

@Moumou92
iPhoto est un jouet pour bobo classant du jpeg... Meme aperture ou nikon capture étaient bien au dessus (pourtant aperture était loin d'être bon...).

mouaip...l'article met pourtant clairement en evidence qu'iphoto et photos traitent les photos de monsieur et madame tout le monde et le font bien. C'est aussi stupide de comparer photos (ou iphoto) a lightroom qu'itunes et protools.

avatar Romuald | 

Ah, je m'étonnais que le 'point bobo' n'ai pas encore été atteint. Merci de me rassurer.
Mais dis moi, tes raw, une fois qu'ils sont développés, ils sont en quel format ? Perso le jpeg haute qualité me va bien mais si je ne suis pas un bobo je dois être un con-con

avatar oomu | 

@otop

ho, un bobo a fait caca dans votre cawa et ça vous fait bobo ? aAAAaaaww.... :(

-
iphoto était efficace et simple. Pendant un temps, il fut une très bonne solution dispo pour Mac pour décharger un apn et gérer tranquillement ses photos.

Après le monde change, les gens ont des priorités différentes et la vie est belle.

avatar Sic transit | 

@Moumou92 : Lightroom supérieur à iPhoto ?????
Tu nous apprend quelque chose !!
Merci d'être passé, la porte est par là…

avatar veurlatonra | 

@Moumou92 :
Vous êtes dégoulinant de mépris c'en est navrant. Les "bobos qui classent des jpg sur le jouet iPhoto" existent, sont nombreux et ne vous en déplaise, ils le font avec plaisir. J'en fais partie. Rappelez-vous que le Mac a été pensé pour tout le monde et surtout le grand public. Vous voulez vous extraire de cette étiquette grand bien vous fasse mais le commun des mortels, de 7 à 77 ans, utilise iPhoto/ photos pour classer ses photo, pas lightroom. Tiens d'ailleurs pour les retoucher je n'utilise pas Photoshop mais Pixelmator, vous allez me traiter de bobo? Ou pire de gauchiste/trotskyste?

avatar oomu | 

pire: alter-mondialiste qui refuse de de soumettre à mes valeurs d'Alpha Geek. bref: un bobo à mon ego.

avatar patchoulol | 

Le flux de photos avec 1000 photos max, je continue de l'utiliser, je ne suis pas passé à la photothèque iCloud. C'est le meilleur moyen pour avoir une synchronisation automatique des photos de mes devices tout en gardant l'offre gratuite limitée à 5 Go. Et la publication d'albums iCloud est illimitée.

avatar Yoskiz (non vérifié) | 

@patchoulol :
1

avatar lord-j | 

@patchoulol :
Tout pareil

avatar Jacalbert | 

Depuis la disparition de iPhoto et de Apperture je me sens un peu perdu pour gérer le flux de mes photos.
Quel conseil me donnez vous ?
Merci d'avance

Pages

CONNEXION UTILISATEUR