Adobe InDesign : 15 ans, l'âge bête

Mickaël Bazoge |

Il y a 15 ans, pratiquement jour pour jour, un vent nouveau a commencé à souffler dans les studios de PAO. Le seul outil à disposition des maquettistes, QuarkXPress, était certes un bon logiciel, mais son éditeur Quark usait et abusait de son monopole absolu pour imposer toutes sortes de limitations (qui, de cette époque, ne se rappelle pas ces maudits dongles ADB ?). Le pire étant sans doute l'absence presque totale d'innovation. Pourquoi investir dans le développement de nouvelles fonctions quand vous êtes celui qui impose ses vues sur tout un secteur ?

C'est en mars 1999 qu'Adobe commença à faire la démonstration qu'un autre logiciel de PAO était possible. La tornade InDesign n'a cependant été qu'un léger coup de vent : la version 1.0 livrée le 31 août 1999 se montrait en effet largement sous-dimensionnée pour les besoins des utilisateurs pro. Mais c'est dès la mouture suivante, la version 1.5, que les maquettistes ont pu sérieusement envisager de bazarder XPress pour un outil moderne, sérieux, bien moins onéreux et surtout, respectueux de ses utilisateurs.

15 ans plus tard, les choses ont bien changé. Le métier de maquettiste s'est mué en une sorte de chef d'orchestre multimédia, qui doit savoir non seulement mettre en forme un article sur une page blanche, mais aussi créer une animation et mettre à jour un site web. Adobe a suivi cette évolution en livrant des mises à jour successives d'InDesign ayant petit à petit imposé le logiciel dans les studios. Mais le fantôme de l'ancien QuarkXPress a rattrapé Adobe. La mainmise progressive d'Adobe sur le marché s'est accompagnée de réflexes que l'on pensait définitivement disparus.

Branislav Milic est un des meilleurs spécialistes mondiaux d'InDesign. Consultant et formateur dans une dizaine de pays européens et aux États-Unis pour les groupes de presse et des agences, il est parfaitement au fait du logiciel et de ses coulisses. Il y a cinq ans, nous l'avions interrogé pour fêter les dix ans du logiciel, et depuis la situation a évolué… mais pas dans le bon sens. Un vent mauvais s'est levé.

Lors de notre dernière rencontre, vous aviez prédit un avenir radieux pour InDesign devant l'émergence des nouvelles formes de publications électroniques. Aujourd'hui nous nous revoyons et vous semblez inquiet. Pour quelles raisons ?

Depuis plusieurs années, Adobe ne développe plus InDesign en écoutant réellement les utilisateurs. Même si lors de l'une ou l'autre conférence publique nous avons la possibilité de rencontrer les développeurs pour leur soumettre nos impressions et requêtes, généralement c'est le département Marketing d'Adobe — pas vraiment au fait de la réalité du métier de metteur en page — qui décide quelles sont les fonctions qui seront ajoutées et/ou améliorées et qui a le dernier mot, avec tout ce que cela entraîne comme décalage entre l'offre et la demande. À cela se greffe une détérioration progressive de la qualité du logiciel après InDesign CS5.5. Et pour couronner le tout, les équipes de développement ont beaucoup changé ces derniers temps... dans la moins bonne direction.

Prenons les problèmes les uns après les autres. Vous dites que l'équipe de développement d'InDesign est sous la coupe du marketing. Qu'est-ce que cela signifie ?

Adobe regarde d'abord les tendances du marché et, actuellement, l'EPUB et le Digital Publishing sont les nouvelles révolutions en publication. Au lieu de compléter les fonctions inachevées ou buggées de l'InDesign historique pour le « print », le marketing impose des fonctions uniquement pour ces nouvelles tendances sans corriger les fonctions existantes qui sont pourtant aussi utilisées dans ces nouveaux types de publications. Ce n'est pas seulement ma propre conclusion vue de l'extérieur, elle m'a été confirmée de l'intérieur par des développeurs désabusés. Il n'y a plus l'esprit entretenu par des spécialistes et experts du noble art de la « mise en page » comme entre 1980 et 2000. Aujourd'hui le marketing dit qu'il faut des animations dans InDesign, mais quid des notes de bas de page toujours aussi limitées ?

Je rappelle régulièrement cette anecdote révélatrice qui date d'InDesign CS (2003). Un important client d'Adobe aux États-Unis avait dit: « Ajoutez cette série de fonctions et nous vous achèterons 1 000 licences ». Aussitôt dit, aussitôt fait en moins de deux ans. Pendant des années, j'ai demandé autour de moi qui utilisait ces fonctions... quasi personne. Dans InDesign CS6, l'outil Récupérateur de contenu est apparu, il est censé aider à la mise en page de documents de formats différents. C'est l'exemple parfait de la fonction qui n'a été demandée par personne, dans laquelle Adobe met beaucoup de temps et d'énergie, mais qui n'est utilisée par personne comme j'ai pu le constater lors de mes différents sondages.

Les utilisateurs d'InDesign sont-ils quand même écoutés par Adobe ? Est-ce que les demandes sont prises en compte par les développeurs ?

Chaque année les développeurs rencontrent les utilisateurs dans des échanges directs lors de la conférence PepCon. Entre cinq et huit développeurs sont là et prennent des notes en écoutant les doléances des utilisateurs.

Pour y avoir assisté à plusieurs reprises, je peux affirmer que la très grande majorité des demandes ou améliorations évoquées ne se retrouvent pas dans le logiciel même après plusieurs années. Et pour les raisons évoquées tout à l'heure, ce n'est pas forcément la faute des développeurs. Ces réunions sont donc peu pertinentes, elles créent l'illusion d'une écoute de la part d'Adobe.

Vous avez constaté une détérioration dans la qualité du logiciel depuis sa version 5.5. Avez-vous quelques exemples ?

Ils sont nombreux. Les premiers soucis sont apparus avec InDesign CS6 qui éprouvait toutes les peines du monde à éditer un texte long chaîné s'ils comportaient des Styles Imbriqués ou des Styles GREP. Nous avons réalisé des tests très précis avec un script qui devait appliquer automatiquement des rechercher/remplacer et des styles de texte dans un texte en deux colonnes chaînées sur 80 pages. La première page était traitée en 1 seconde, la deuxième page en 2 secondes, la troisième en 4, la quatrième en 8,... vous l'avez compris : il a fallu une nuit entière à InDesign CS6 pour traiter tout le document alors qu'avec InDesign CS5.5 cela aurait pris cinq minutes. Et encore, la solution que nous avions trouvée relevait vraiment d'un tour de force de niveau « expert » qui allait même au-delà du scripting. Adobe nous dit qu'avec le Creative Cloud les améliorations et corrections seront constantes grâce aux mises à jour régulières. Le hic c'est que des problèmes nouveaux surgissent et le développement des scripts qui nous permettent de les contourner nous coûtent à chaque fois des centaines d'euros, quasi un an d'abonnement au Creative Cloud ! Le pire : quand on envoie les documents et les scripts en question aux développeurs, on ne reçoit jamais de réponse. 

D'autre part, toujours à partir de CS6, InDesign n'était plus capable d'exporter en PDF des documents grands ; le processus s'arrêtait à chaque fois au deux tiers pour un document de 1,8 mètre sur 25 cm en l'occurrence. Là aussi, silence radio d'Adobe alors qu'ils étaient en possession de mes documents. Je downgrade le document en CS5.5 et miracle : l'exportation se fait sans problème.

Plus récemment, InDesign a été complètement réécrit en 64 bits et de nombreux morceaux du logiciel ont été mal convertis : le scripting est encore cassé dans pas mal d'endroits, la colorimétrie présente des bugs qui n'existaient pas avant, les Bibliothèques .INDL converties d'anciennes versions qui se retrouvent vides, et j'en passe...

Le scripting est-il vraiment utilisé par la majorité des utilisateurs d'InDesign ? Est-ce vraiment un problème pour eux ?

En 2014 oui, il y a pas mal de monde qui utilise des scripts déjà faits en les téléchargeant sur internet. Une petite minorité les fait développer quand il s'agit de publications plus complexes pour des clients importants comme des groupes de presse. Lorsqu'on signale aux développeurs que telle fonction manque à l'appel, qu'elle est incomplète, et qu'elle serait très certainement utile pour la majorité des utilisateurs, ils m'ont souvent répondu : « Si vous désirez ce comportement, InDesign est très scriptable et donc vous pouvez écrire un script ». D'abord, un metteur en page est rarement un développeur, et les développeurs du « logiciel-de-mise-en-page-qui-s'appelle-InDesign » pensent que les graphistes et metteurs en page savent (faire) écrire facilement un script. L'expérience sur le terrain montre que c'est très rarement le cas.

Mais si en plus des bugs rajoutés à chaque version, même le modèle de scripting qui est censé nous aider à contourner les limitations se détériore à chaque nouvelle version, alors comment ne pas affirmer que la santé d'InDesign s'aggrave progressivement depuis InDesign CS6 et que nous sommes obligés de garder jusqu'à quatre versions du logiciel sur nos postes ? Et, bien évidemment, lorsque je dis à Adobe que tout cela nous coûte de plus en plus cher car on doit développer des scripts pour contourner les bugs, pas de réponse.

Vous avez évoqué les fonctions de l'InDesign Print qui sont toujours en souffrance, en attente d'amélioration. Quelles sont ces fonctions ?

Je vais vous répondre en citant quelques fonctions mais aussi en vous expliquant comment on en arrive à des situations absurdes. Un ancien responsable d'InDesign racontait avec amusement et consternation une anecdote vécue avec un développeur qui avait étudié une sorte de concept, une série d'interconnexions logiques entre des fonctions. Il en fait la démo aux responsables qui se sont demandés en quoi cela pourrait être utile à InDesign. Personnellement, pour avoir montré par l'exemple chez eux, dans leur labo de Seattle où InDesign est développé, les gros problèmes en matière de gestion multilingue, j'avais l'impression de parler à des gens qui n'était pas sur la même planète que nous et qui ne voyaient pas en quoi les problèmes de l'Europe et ses dizaines de langues pouvaient les toucher. 

Lorsque la fonction Légendes (dynamiques et statiques) a été développée, la première fois qu'on nous l'a présentée j'avais tout de suite pointé un certain nombre d'incohérences et de limites. Lorsque j'ai expliqué comment depuis des siècles, et plus particulièrement depuis trente ans en PAO, les légendes fonctionnent et devraient fonctionner, le développeur qui en avait la charge était incapable d'entendre un avis venant de la vie réelle, c'est-à-dire de professionnels de la mise en page qui s'attendent à utiliser les légendes comme... des légendes ! Ce développeur était coincé dans une logique de développeur ne connaissant pas la réalité d'usage des légendes, nous expliquant que « c'était comme ça », et que seules les remarques concernant le débuggage allaient être acceptées, mais certainement pas pour améliorer la fonction. Depuis son apparition dans CS5, cette fonction n'a plus été améliorée. Aujourd'hui encore, si l'on utilise une légende dynamique (qui peut être automatiquement mise à jour via les métadonnées), elle doit obligatoirement tenir sur une seule ligne de texte sinon le texte se condense. Si l'on utilise une légende statique, elle peut tenir sur plus d'une ligne de texte, mais elle ne peut être mise à jour.

Donc, au lieu de créer une seule fonction, ils en ont créé deux, chacune possédant 50% des avantages et des inconvénients de l'autre. Totalement absurde.

Un autre exemple encore plus éclairant: les tableaux... apparus dans InDesign 2.0 et améliorés dans CS (3.0), ils étaient restés en léthargie depuis dix ans. Combien de fois n'a-t-on pas lu des demandes pour que les coins puissent être arrondis ? Cela viendra peut-être un jour. Mais dans la dernière version InDesign CC2014, une amélioration est apparue : on peut déplacer le contenu d'une ou plusieurs lignes ou colonnes par simple sélection puis glissement de celle-ci... à condition :

  • qu'il n'y ait pas d'en-tête de tableau,
  • ni de pied de tableau,
  • ni de cellules fusionnées…

Vous avouerez que cela réduit considérablement le champ d'action de cette nouveauté ! Quel tableau n'a-t-il pas au moins un titre ou des intitulés de colonne ? C'est ce que l'on appelle en anglais une « half-baked feature », une fonction à moitié cuite.

Les notes de bas de page ne sont utilisables que dans des documents simples, comme les livres de littérature. Cela fait dix ans que les utilisateurs demandent qu'elles ne soient pas contraintes à une seule colonne, qu'elles puissent sortir du bloc de texte... Il y a toutefois une petite amélioration dans InDesign CC2014 qui permet à la note de bas de page d'être composée correctement lorsqu'elle EST sous l'influence d'un habillage. Mais pourquoi alors n'ont-ils pas résolu le même problème lorsqu'un habillage vient perturber une liste à puces !

Éternel problème dans InDesign : l'habillage de texte appliqué aux objets ancrés n'est effectif qu'à partir de la seconde ligne du paragraphe. 

Pour résoudre le problème, il faut ancrer l'objet au paragraphe précédent. Une solution qui ne fonctionne pas si le paragraphe précédent se trouve sur la planche précédente. De plus, placer ainsi le point d'insertion ailleurs qu'au début du paragraphe associé ne respecte pas le sens logique de lecture du document, ce qui veut dire qu'à l'exportation en HTML, en EPUB ou en PDF accessible, l'objet ancré apparaîtra ailleurs que là où il devrait se trouver. Ce n'est vraiment pas sérieux.

La fonction Mise en page liquide, censée nous aider dans la déclinaison de mises en page dans des formats différents, est tellement basique et mal conçue que non seulement son champ d'application est très limité mais sa mise en œuvre est très laborieuse. Je pourrais continuer la liste encore et encore. C'est ainsi depuis dix ans dans InDesign.

Les développeurs d'InDesign sont-ils au niveau des standards de qualité que l'on est en droit d'attendre d'Adobe ?

Depuis une dizaine d'années, sous l'impulsion du CEO d'origine indienne d'Adobe, de nombreux pans d'InDesign ont été progressivement transférés chez Adobe India, l'outsourcing traditionnel à prix cassé. Quand j'avais demandé aux développeurs des bureaux de Seattle quelle était la qualité du travail de ces fameux développeurs indiens à la réputation flatteuse, la réponse était un « It's... OK » long et ironique, avec un regard et un sourire qui voulaient dire que c'était en fait moyen à acceptable. 

Shantanu Narayen, CEO d'Adobe.

Vous êtes assis-là ? La décision a été prise il y a quelques mois : InDesign n'est plus développé à Seattle, tout est parti en Inde. La direction du logiciel reste aux États-Unis mais les derniers développeurs historiques, même ceux qui étaient dans la gestion de nombreux départements, ne font plus partie de l'équipe originelle. La détérioration progressive du logiciel ces dernières années s'explique aussi par ce réaménagement. Maintenant vous me demandez si le niveau des développeurs est suffisant. Il y a du souci à se faire suite à ces constats. Surtout depuis que j'ai appris que tout DPS (le module de Digital Publishing) est en fait développé en Inde depuis le début...

Les développeurs d'InDesign n'ont pas participé à DPS ?

Que nenni. Non seulement ils n'ont jamais participé à l'élaboration de DPS, ni collaboré à la moindre fonction mais pire : ils ne savent même pas qui en sont les développeurs en Inde ! Les équipes ne se sont jamais rencontrées… Il faut considérer DPS comme un plug-in tiers.

Quelle est la conséquence de cette séparation des équipes ?

On avait créé une application qui se mettait à jour correctement au gré des mises à jour de DPS. Puis un jour, quelque chose bloquait dans la mise à jour de l'app pour Android, impossible de la sortir à temps alors que mon client avait préparé une grosse campagne de communication à une date très précise. Reconnaissant le problème, mon contact chez Adobe a mis en place une task force de quatre personnes en Inde pour comprendre pourquoi des fichiers InDesign qui jusqu'alors, passaient sans problème dans le cloud DPS, étaient rejetés. Cela a pris plus d'un mois. Le constat : les développeurs avaient oublié de documenter une modification qui, si nous avions été mis au courant, auraient pu être appliquée dans nos templates. La conséquence : une gestion catastrophique du service, une réponse tardive... tout cela est indigne pour le prix payé pour la licence. Le client, furieux de voir sa campagne s'effondrer, de devoir rendre des comptes à sa hiérarchie, a demandé en guise de compensation la gratuité d'un an de service DPS Professional. Refus d'Adobe qui ne proposait qu'une remise ridicule. Le client a finalement rayé Adobe DPS et m'a blacklisté comme « prestataire peu fiable qui n'a pas livré un produit à temps alors qu'il s'y est contractuellement engagé »... C'est grave, tout cela va se jouer devant un tribunal avec plusieurs acteurs.

DPS est-il au point ?

Le problème de DPS est que c'est une usine à gaz qui a d'abord été pensée pour les groupes de presse moyens à grands. Nous sommes obligés de travailler en ligne sur le Cloud DPS Adobe avec tous les problèmes que cela a déjà engendré (lenteur, coupure du service, lourdeur des fichiers et donc uploads laborieux), de nombreuses étapes nécessitent des opérations manuelles fastidieuses, l'interaction avec les fonctions d'InDesign est très incomplète. L'illustration parfaite de la déconnexion entre l'équipe de Seattle et Adobe India est la suivante : InDesign permet d'avoir des pages de formats différents pour produire, entre autres, des applications mobiles au format de plusieurs sortes de tablettes et téléphones ; l'un des grands credos d'Adobe. Imaginez que vous avez préparé tous les pages dans tous les formats... et bien DPS ne vous permet pas de créer d'un seul clic de souris toute la publication et ses déclinaisons de format, vous devez réaliser une opération manuelle pour chaque page et chaque format. Twixl, un concurrent de DPS, réalise l'opération en quasi un clic de souris, c'est à dire 20, 50, 100 fois plus vite en fonction du nombre de pages et de déclinaisons. 

Pourtant DPS est utilisé massivement par de nombreux titres ?

Tout à fait, mais les concurrents comme Aquafadas ou Twixl grappillent des parts de marché à DPS de façon impressionnante ces derniers temps. Aquafadas n'est pas bon marché, est moins facile à apprendre, mais la palette de fonctions qu'il propose est aussi impressionnante, ils sont vraiment à la pointe des publications électroniques. Twixl propose grosso modo la même chose que DPS mais le flux de travail est tellement plus malin, plus rapide et plus facile. Un nombre considérable d'opérations manuelles dans DPS sont exécutées d'un seul clic de souris dans Twixl. Et puis l'argument déclencheur qui a forcé un nombre important d'utilisateurs à quitter DPS est le prix. Récemment, de façon un peu inexplicable, Adobe a modifié sa politique de prix qui rend leur solution de digital publishing encore plus chère qu'auparavant. Les agences qui ont investi et formé leur personnel à Adobe DPS voient tout cela d'un très mauvais œil.

Comment voyez-vous l'avenir d'InDesign ? Pensez-vous que, comme à l'époque de la domination de Quark, un éditeur puisse lancer une nouvelle solution innovante et s'emparer du marché ?

Depuis que le PDF s'est imposé comme format d'impression, peu importe l'outil, du moment que l'imprimeur réussit à imprimer correctement. Mais développer un logiciel concurrent à InDesign est une entreprise titanesque qui, chez Adobe, a nécessité entre 100 et 300 personnes pendant 20 ans. Sans parler du travail d'orfèvre que représentent la composition optique du texte, le moteur d'aplatissement de transparence et d'impression PostScript, la gestion vectorielle façon Adobe, l'interaction avec les autres logiciels majeurs... Toute nouvelle solution serait inférieure mais elle devrait aussi être scriptable pour rencontrer les besoins des groupes de presse qui ont besoin d'automatisation... Et les développeurs de plug-ins tiers, vont-ils suivre d'emblée ? Tâche colossale. InDesign est donc bien installé, pour longtemps, mais est devenu un logiciel non optimisé, où les fonctions ne sont plus harmonisées entre elles. Il lui manque aussi une vision cohérente, une direction qui va appliquer un plan de consolidation, de nettoyage des bugs, et non mettre la charrue avant les bœufs.

Ce nouveau contexte représente-t-il une chance pour Quark de rebondir ? QuarkXPress a-t-il les moyens d'intéresser à nouveau les déçus d'InDesign ?

Une chose est sûre et visible : le prix de QuarkXPress n'arrête pas de chuter si l'on se réfère aux courriels promotionnels réguliers de Quark annonçant des prix fracassés comme dans une solderie désespérée... Plus sérieusement, et Quark le sait, ils ont perdu 90% du marché dans les structures petites à grandes. Là où ils sont encore présents c'est dans les mégastructures verticales produisant de très gros documents composés automatiquement sur des serveurs. Quant à InDesign, il n'a pas encore atteint le seuil critique dans le mécontentement de ses utilisateurs. De plus, les gens paient déjà 50 € HT par mois l'abonnement Creative Cloud et, compte tenu de la crise et de ce qu'ils sont prêts à dépenser pour des logiciels, je doute qu'ils soient prêts à payer davantage. Tiens, une idée pour Quark : rendre QuarkXPress gratuit mais ne faire payer que l'impression et les exportations en PDF, en EPUB, en Digital Publishing... là ce serait peut-être intéressant.

Tags
avatar greggorynque | 

Super article !

Le fan d'un design que je suis ne peut qu'approuver.

Je rajouterais qu'avant même l'ajout de fonctions, c'est rendre indesign plus cohérent avec Photoshop et illustrator que nous demandons le plus. Par exemple la gestion du plein écran est toujours inexistante sous indesign (je parle du basculage d'affichage en une touche) alors qu'il y serait encore plus important que sous illustrator par exemple.

Cela étant dit après une gros refonte du moteur Photoshop suivie d'une grosse refonte de celui d'illustrator je croise les doigts que ce soit le moment d'indesign ! (Tout en espérant que cela n'amène pas autant de crash que sous illustrator)

avatar pecos | 

15 ans, l'âge bête ?
Pour moi ça n'a jamais été autre chose qu'une usine à gaz imbitable qui reprend tous les défauts de Photoshop sans ses qualités, pour - au final - n'offrir face à son concurrent XPress qu'une politique tarifaire plus agressive (du moins au début) sans jamais atteindre la limpidité et la rapidité de son concurrent.

Que des centaines de milliers de maquettistes et de studios l'aient adopté ne change rien à l'affaire et ne prouve rien quand à son éventuelle supériorité, le milieu des graphistes étant par définition aussi moutonnier et conformiste que le reste de la société :
Il suffit d'un peu de buzz autour d'un produit soi disant révolutionnaire (inDesign), de quelques évangélistes acharnés pour porter la bonne parole, d'un désamour passager face à un tarif trop élevé (XPress) pour que XPress se retrouve avec la portion congrue.

Dans la réalité, quand on a inDesign et XPress sur le même mac, la comparaison n'est pas très flatteuse pour le premier.

Juste un truc qui m'a toujours fait hurler de rire : dans XPress, on bouge la page avec la touche alt.
Dans inDesign, c'est comme dans photoshop : avec la touche espace.
LOL...
Super quand on est en train d'éditer un bloc de texte... Complètement aberrant !

avatar branislav_milic | 

Se déplacer sur une page dans InDesign: ALT+Espace

avatar EricdeB | 

Ben non. Espace suffit...

avatar branislav_milic | 

Lire le commentaire d'origine svp.

avatar EricdeB | 

???
Il déplore le fait que la touche Espace permette de se déplacer dans une page ID.
Toi tu réponds : Se déplacer sur une page dans InDesign: ALT+Espace
Je dis ensuite qu'Espace seul suffit...
Comprends pas...

avatar Cap.Achab | 

Dans le post d'origine, Pecos le déplore quand on est en mode édition de texte, je cite : "Super quand on est en train d'éditer un bloc de texte... Complètement aberrant !"
Sauf qu'à l'intérieur d'un bloc de texte, donc en mode édition de texte, le raccourci pour se déplacer dans la page c'est Alt + Espace. La touche espace dans ce cas sert à… insérer un espace.

avatar branislav_milic | 

Voilà EricB, Cap.Achab lit bien avant de répondre.

Vu qu'InDesign est un logiciel qui utilise beaucoup de texte, et que donc Espace ne suffit pas pour se déplacer comme dans Photoshop sinon ça insèrerait une espace dans le texte, j'ai pris pour habitude de toujours utiliser Alt+Espace pour me déplacer dans un document, ainsi je ne risque pas d'ajouter une espace dans le texte.

avatar - B'n - | 

Alt seulement cela suffit lorsque l'on est dans un bloc texte. ;)

avatar studdywax | 

La bonne nouvelle c'est que je ne suis pas seul du tout à penser tout ça !
La mauvaise nouvelle c'est que même si on le pense, cela ne changera rien.....

avatar ritchi_paris | 

Ce sera le grand retour de Quark… :)
Très bon article… merci la rédaction

avatar bortek | 

Tous les produits Adobe sont dans la meme situation. Les ajouts dans Photoshop et Illustrator ne sont là que pour les démos. Rien n'est corrigé entre chaque version.

https://www.facebook.com/AdobeCsGuiInconsistency?ref=hl

avatar FloP1 | 

Un service marketing qui essaye de réinventer une roue, et ne s'intéresse absolument pas aux retours clients (puisqu'en général ils ne maîtrisent pas le sujet). Des développeurs qui attendent du client qu'il s'adapte à leur métier (il me semblait que ça devrait être l'inverse), et un client final qui dépense une fortune pour un outil qui est de plus en plus déconnecté des besoins de la profession.

A chaque fois que je discute d'un logiciel spécialisé, c'est le même genre de remarques...

avatar ysengrain | 

Quoiqu'il se passe avec ID, les solutions tierces de valeur sont absentes. Adobe peut rouler tranquillement.

Les faits relatés par BM n'engagent pas du tout à s'engager sur le cloud. Et je ne parle pas du coût.

Cette bataille est perdue/ nous continuerons à être les spectateurs d'une vie qui n'est pas la nôtre.

avatar Pimentpub | 

Excellent l'article. Une très bonne idée de ne payer que la publication PDF ou autre pour Quark !

avatar misc | 

InDesign étais partiellement basé sur Aldus PageMaker, racheté quelques années auparavant par Adobe. Le moteur a surement été re-ecris, mais l'interface étais très proche. C'était l'alternative principale a XPress durant les années 90.

http://en.wikipedia.org/wiki/Adobe_InDesign
https://en.wikipedia.org/wiki/Adobe_PageMaker

avatar Kris Coppieters | 

Excellent! Tout a fait d'accord!

avatar 406 | 

je m'étais aperçu (à mes dépens) d'un bug dans la gestion des couleurs sur un seul document. je changeais le profil d'impression et pouf, mes valeurs de teintes (cmyk) changeaient en même temps alors que conserver les valeurs étaient activées.
une belle galère, j'ai tout désactivé depuis et plus de soucis mais bon...

avatar emts | 

Ce qui m'enerve, c'est cette délocalisation en Inde pour faire encore plus de profits... On vie une époque formidable, si au moins c'était pour baisser les prix des utilisateurs... plus de profits, moins de qualité... cool !
En tout cas merci a BM pour son honnêteté.

avatar Waterfront | 

Excellent article/interview.
Je me souviens d'un certain Franck Petit qui nous faisait tester InDesign avant la 1.0 en conditions réelles dans la boîte où je bossais à l'époque : il était d'une écoute et d'une attention remarquables. On créait, exécutait, flashait, cromalinait... Toutes nos remarques étaient les bienvenues. C'était un plaisir de tester.
Dommage qu'Adobe aie pris cette direction.

avatar 406 | 

la 1 était quand même une bonne galère au flashage de plusieurs pages. obligé de les envoyer une par une ou de bidouiller pour arriver à ses fins mais rien qu'un ombré sous un texte, la moitié chevauchant une image en arrière plan m'a vite convaincu du potentiel du logiciel comparé à xpress à l'époque, qui obligeait à tout monter dans toshop avec une grosse perte de temps.

avatar branislav_milic | 

Les ombres c'était dans la v2 et non la v1.

Aussi il fallait un peu lire le mode d'emploi pour comprendre comment utiliser les ombres au stade de la séparation en présence de CMJN et tons directs, plus la superposition des objets sur la page qui était importante. Mis à part cela, je n'ai jamais eu de problème de séparation. Il fallait juste apprendre la technique de l'aplatissement des transparences… technique que QuarkXPress n'a intégré que bien des années plus tard… avec les résultats catastrophiques que l'on sait. Voilà pourquoi je parle de travail d'orfèvre.

avatar 406 | 

ha vi. je viens de réinstaller la 1 et, effectivement, y'a pas. bon. faut croire que j'aimais aussi toucher à toute nouveauté. :-p

avatar FloP1 | 

@emts: si cette délocalisation permettait d'avoir le même boulot, ou mieux, ça ne me dérangerait pas. Sauf qu'en général (et comme laissé sous-entendre dans l'article) c'est pire, et là c'est inadmissible

avatar emts | 

évidemment !

Pages

CONNEXION UTILISATEUR