Mais où est Google Chrome pour Windows ARM ?

Pierre Dandumont |

Ce sont nos confrères de Les Numériques qui remontent le sujet : Google Chrome, le célèbre navigateur, n'existe pas pour les puces ARM… sous Windows. Et la raison derrière cette absence étonnante vient visiblement d'un problème qui peut sembler idiot : la prise en charge des DRM pour les vidéos.

L'optimisation des navigateurs est importante

Apple n'est pas la seule société qui tente le passage du jeu d'instructions x86 vers celui d'ARM : Microsoft a essayé une première fois en 2012 avec Windows RT et une seconde fois dès la fin de l'année 2017 avec Windows 10. Mais la plateforme a toujours un problème, plus de 5 ans plus tard : les navigateurs compilés pour le jeu d'instructions sont rares.

5 ans après le premier PC Windows ARM, Chrome est encore absent en natif.

Chez Apple, le premier Mac « ARM » est sorti en novembre 2020 et Firefox a été adapté aux puces dès décembre 2020. Google Chrome, lui, est arrivé courant novembre 2020 et Safari était évidemment compatible dès le départ. Mais sous Windows, la donne est différente : Edge était bien en natif au départ, mais il a fallu attendre avril 2019 pour une bêta de Firefox, et août 2020 pour une version finale. Et pour Google Chrome ? Il n'existe pas1.

Un problème de performances

Cette absence pose un problème de performances : sur les PC ARM, il faut émuler la version x86, ce qui a un impact très visible sur les performances. Nos confrères indiquent que la Surface Pro 9 a par exemple une autonomie de 10 h 55 dans leurs essais avec Microsoft Edge (11 h 43 pour un MacBook Air M1) et seulement 6 h 22 avec Google Chrome.

Surface Pro 9 : Microsoft fait le grand écart entre Intel et ARM

Surface Pro 9 : Microsoft fait le grand écart entre Intel et ARM

Des raisons obscures, liées aux DRM

Le point étonnant reste que Google Chrome fonctionne parfaitement une fois compilé pour les puces ARM, que ce soit sous macOS, Android ou ChromeOS. Qui plus est, Microsoft Edge est bâti sur les mêmes fondations que Google Chrome et existe pourtant pour les PC sous Windows ARM. Nos confrères pensent que c'est pour éviter de concurrencer les Chromebooks, qui visent parfois la même niche que les PC sous Windows ARM, mais la raison avancée par XDA-Developers est tout autre : ce serait à cause des DRM.

Chrome sous Windows 10.

Le point qui bloque serait en réalité Widevine, la solution utilisée pour décoder les vidéos protégées avec la majorité des navigateurs basés sur Chromium… en dehors d'Edge. C'est Google qui développe Widevine, mais apparemment la société serait en bisbille avec soit Microsoft soit Qualcomm — qui fournit les puces de tous les PC Windows ARM — à ce sujet, ce qui bloque la sortie de Google Chrome pour Windows ARM. Et Google ne compte pas lancer son navigateur sans la prise en charge de la technologie, employée par la majorité des services de vidéos à la demande.

Cette absence bloque par ailleurs aussi l'arrivée d'autres navigateurs qui dérivent de Chromium, comme Vivaldi et Brave, car les développeurs ne veulent pas proposer un produit incapable d'afficher une vidéo sur Netflix ou Disney+.

En attendant, les rares utilisateurs de PC « ARM » souffrent de l'absence d'une version optimisée du navigateur le plus courant… tout comme ceux qui passent par une machine virtuelle Windows sur un Mac moderne.


  1. Les rumeurs d'une version ARM de Google Chrome datent de 2018.  ↩︎


avatar fredsoo | 

De base le même problème existe avec raspberry, les pi étant équipés de puce arm.
La version de base de Chromium ne prend pas un charge Widevine, il existe cependant plusieurs moyens qui permettent de contourner le problème et de lire Netflix Disney Tv+ et compagnie…

avatar joneskind | 

@fredso

La version de Chromium de macOS (installée via Brew) ne prend pas non plus en charge les DRM par défaut, que ce soit pour ARM ou pour x86.

J’ai jamais essayé d’installer Widevine sur macOS cela dit. Tu sais si c’est possible ?

Par ailleurs j’utilise Manjaro sur mon P400, et c’est vrai que c’est une tannée pour faire marcher Netflix (faut passer par un docker du noyau Debian, l’enfer), mais il me semble que l’installation de Widevine ne pose pas de souci particulier du RaspberryOS (noyau Debian)

avatar fredsoo | 

@joneskind

Sous PiOS le plus simple est d’installer piApps puis de télécharger Chromium Widevine.
PiApps est un installeur graphique.

avatar vincentn | 

Il me semble pourtant que Firefox utilise justement Widevine pour afficher les contenus avec DRM.

https://support.mozilla.org/fr/kb/support-drm-firefox

Ce ne serait pas le cas pour la version Windows ARM ?

avatar Adodane | 

C'est le problème avec les solutions propriétaires et fermés, les monopoles, les abus de position dominante...

avatar Furious Angel | 

C’est quand même délirant de voir Microsoft patauger autant avec ARM.

Ils ont de la chance de profiter de l’inertie du marché PC + des gamers pas vraiment ciblés par Apple + les entreprises qui préfèrent acheter des bouses Dell

avatar ddrmysti | 

@Furious Angel

C’est peut être ça le problème. Apple dispose globalement d’une game de produit qui visent la même cible. Ils ont tout passé à l’arm avec un système pensé pour ça et efficace pour les besoins de leur cible.

Le soucis pour Microsoft c’est qu’ils ont une large game de clients et ne peuvent pas en cibler une en particulier. Donc tu ne peux pas dire « demain Windows passe sur ARM et c’est tout, débrouillez vous avec ça. «

avatar Furious Angel | 

@ddrmysti

Et Apple peut décider de faire la bascule seul. Microsoft est dépendant des fabricants et ne peut pas l’imposer… et les fabricants sont aussi dépendants d’un Windows ARM performant et ne peuvent pas l’imposer non plus si ça ne suit pas coté logiciel. Et même attentisme pour les développeurs : faire une version ARM n’a pas trop de sens sur un marché quasi inexistant.

En fait personne n’a le pouvoir de lancer une bascule vers ARM à lui seul, donc la bascule ne se fait pas. Et Apple risque de prendre une avance technologique dingue, mais des gens continueront à acheter des PC peu efficients.

CONNEXION UTILISATEUR