Starlink lance une bêta « mieux que rien » : 99 $ par mois et 150 Mb/s au maximum

Nicolas Furno |

Starlink, le fournisseur d’accès à internet par satellite créé par SpaceX, a ouvert une première bêta limitée auprès de quelques clients. L’entreprise d’Elon Musk parle d’une bêta « mieux que rien », on dirait plutôt une alpha en développement informatique. Pour les premiers cobayes, le service ne sera pas garanti et les performances pourront varier du simple au triple.

Cette étape est quand même importante : près de trois ans après le déploiement de son premier satellite, Starlink est prêt à accueillir des clients. Précisons qu’ils sont tous en Amérique du Nord et même si le service sera ouvert au monde entier, les États-Unis et le Canada seront servis en premier. Pour les bêta testeurs, l’entreprise a aussi mis en ligne une app pour iOS et pour Android, mais elle n’est pas proposée en France pour le moment.

Montage MacGeneration. Photo de base : Official SpaceX Photos (CC BY-NC 2.0)

Cette bêta « mieux que rien » nécessite de payer 499 $ pour l’équipement, qui intègre une antenne parabolique et un routeur, puis 99 $ par mois pour accéder à ce service. Pour ce prix, les testeurs pourront bénéficier d’un débit en téléchargement qui variera entre 50 et 150 Mbit/s et d’une latence qui oscillera entre 20 et 40 ms. Des coupures peuvent aussi survenir à n’importe quel moment, mais il n’y a pas de quota sur la quantité de données transférées.

Les mesures de performance en usage réel publiées jusque-là, notamment pendant la phase de tests internes, confirment ces débits en moyenne. Ce qui permet d’apprendre qu’en envoi de données, la vitesse tourne autour de 12 Mbit/s en moyenne, avec des pointes à légèrement plus de 40.

On est encore assez loin des promesses initiales, notamment sur la latence qui est censée être bien plus faible en raison de l’altitude peu élevée des satellites. Toutefois, ces premiers chiffres sont des limites de la bêta et le service devrait s’améliorer rapidement. Starlink s’avance sur la latence et évoque un chiffre de 16 à 19 ms pour l’été 2021. Sur les autres variables, l’entreprise reste encore prudente, mais la constellation de satellites est encore très réduite par rapport à l’objectif.

À l’heure actuelle, il y a 844 satellites Starlink qui tournent autour de la planète. Si tout va bien, l’entreprise devrait en avoir déployé 1 440 à la fin de l’année 2021 ou le début de l’année suivante. À ce stade, le service devrait sortir de bêta et être ouvert à tous en Amérique du Nord, mais le nombre total de satellites prévus pour couvrir le monde entier est beaucoup plus important : la firme envisage d’en avoir à terme jusqu’à 42 000 en orbite.

Décollage d’une mission de déploiement des satellites Starlink, en septembre 2020 (photo Official SpaceX Photos (CC BY-NC 2.0)).

Starlink espère offrir des débits dignes de la fibre optique quand sa constellation sera complète et notamment une vitesse de téléchargement autour du gigabit. On n’y est pas encore, mais on devrait pouvoir vérifier l’été prochain si le service tient la route en version finalisée. On ne sait pas si le tarif de 99 $ par mois restera ou si c’est uniquement le prix de la bêta. Quoi qu’il en soit, si l’entreprise parvient à offrir 150 Mbit/s sans quota et avec une latence inférieure à 20 ms, ce sera une bien meilleure offre que ce qui existe aujourd’hui en connexion à internet par satellite.

À titre de comparaison, la filiale d’Orange Nordnet propose une série d’offres à partir de 40 € par mois (hors promotions) pour une connexion sans limite, mais avec 50 Go par mois « priorisés » et un débit qui peut être réduit au-delà. Même pour ces 50 Go, les débits théoriques sont loin d’être aussi bons : jusqu’à 22 Mbit/s en téléchargement et 6 Mbit/s en envoi.

avatar 406 | 

Y a déjà qq années, on pouvait avoir un abo satellite pour internet mais fallait bien orienter l antenne sur la caravane et dés qu il pleuvait, c était mort...

avatar bodipif | 

Franchement 20 à 40 ms de latence ça reste largement acceptable, surtout comparé aux autres offres.
Je suis dans une zone avec 1mb/s et la latence est de l’ordre de 80-100.
J’ai également une box 4g avec antenne sur le toit, c’est tout juste un peu mieux et parfois c’est bien pire.

avatar DG33 | 

@bodipif

En « fixe » 50Go par mois priorisés et débit réduit au-delà, c’est plutôt là-dessus qu’Orange pèche par rapport à la promesse de Starlink.

avatar celebration | 

Après les océans et la terre, adieu le ciel.

Vivement les 🍏 lentilles de réalité augmentée pour réintroduire les animaux et effacer les satellites.

C’est ce monde dont on rêve. C’est ce monde que l’on crée. Que l’on veut laisser à nos enfants.

avatar vsi | 

@celebration

Qui pense encore comme ça aujourd’hui ?? malheureusement... très peu de monde.
+10000
Les ronchons nous traiteront d’amish qui refusent le progrès. Ils diront qu’on est bien contents d’avoir la 4G alors pourquoi râler sur la 5G etc. C’est sans fin...

avatar jean_claude_duss | 

@celebration
Pourrir le ciel nocturne, les prévisions météo pour 150mbs pas garanti. Ça valait bien le coup.
Entre les 3 ou 4 boites qui se lancent on devrait se retrouver avec pas moins de 100.000 de ces merdes en orbite.

avatar melen | 

@celebration

Je me sens moins seul, merci de dire l'absurdité de ce projet. Je ne sais s'il est technologiquement utile ou nécessaire (j'ai quelques doutes), mais priver l'humanité de son patrimoine céleste est inacceptable.
La communauté scientifique s'en est émue (Cf. La méthode scientifique sur France Culture du 4 février 2020).

Cela ne rentre pas dans les missions de ce site MacG, mais j'avoue que si un questionnement des journalistes sur les conséquences de ces myriades de satellites pouvaient accompagner ce genre d'article, ce serait positif.

avatar mixou49 | 

Sa fait très cher par mois

avatar Thanat0s | 

@mixou49

Pas vraiment non.
Les forfaits français à 30€ c’est plutôt l’exception que la règle.

avatar zoubi2 | 

@Thanat0s

Yep.

avatar 33man | 

@mixou49

Bah quand tu penses à tout ceux qui pourront regarder du Pr0n au lieu d’aller chez les dames... question virus / Covid / risque / prix, Starlink est quasiment offert à ce prix la

avatar winnipeg | 

On devrait avoir assez rapidement plus de satellites gravitant autour de la terre que d’étoiles dans l’univers

avatar 421 | 

@winnipeg

Un bon moyen d’accéder à un bête Wikipedia pour ne pas évité d’âneries alors... 🙄

avatar DG33 | 

@421

😅(Ceci dit, Wikipédia, parfois...)

avatar quentinf33 | 

@DG33

C’est probablement bien plus fiable que bien d’autres choses... mais au moins c’est gratuit.

avatar DG33 | 

@quentinf33

Et il est possible de faire un don 😉

avatar jean_claude_duss | 

@421

Captain Premier degré !

avatar IceWizard | 

@winnipeg
"On devrait avoir assez rapidement plus de satellites gravitant autour de la terre que d’étoiles dans l’univers"

2 000 milliards de galaxies dans l'univers OBSERVABLE (qui n'est peut-être qu'une infime fraction de la totalité). Et dans chaque galaxie .. beaucoup beaucoup d'étoiles. Rien que dans la nôtre, (qui n'est pas la plus grande, mais pas la plus petite non plus) .. environ 300 milliards d'étoiles !

avatar lll | 

Je pense que l'idée de winnipeg était de dire qu'il y a trop de satellites autour de la Terre.

avatar IceWizard | 

@lll

« Je pense que l'idée de winnipeg était de dire qu'il y a trop de satellites autour de la Terre. »

La connaissance de quelques ordres de grandeur sur l’univers qui nous entoure, c’est bon pour tout le monde, y compris les néo-luddites !

avatar naas | 

Il existe une application qui permet d’observer les trains de satellite spaceX, si vous avez la chance d’en observer un c’est tout bonnement incroyable

avatar r e m y | 
avatar armandgz123 | 

@r e m y

C’est la vie

avatar pechtoc | 

@armandgz123

Ben non, justement, y a rien de vivant la dedans

avatar armandgz123 | 

@pechtoc

C’est l’activité humaine si tu préfères

Pages

CONNEXION UTILISATEUR