Le CES prévoit toujours de se tenir en janvier prochain, avec des mesures sanitaires renforcées

Mickaël Bazoge |

Le CES a été un des rares grands événements à avoir pu se tenir normalement cette année. Mais même si la prochaine édition est toujours prévue pour le tout début janvier 2021, le CTA (les organisateurs du salon de l'électronique grand public de Las Vegas) ne veut pas prendre de risque sanitaire et annonce plusieurs mesures visant à réduire les possibilités de contamination.

Plus de 170 000 personnes se marchent sur les pieds chaque année dans les allées du CES, paradis de la propagation épidémique. Image : CES.

Nettoyage régulier et désinfection des immenses allées du show, mesures de distanciation physique et sociale (plus d'espace entre les chaises, par exemple), port du masque et recommandation de ne pas serrer les mains, contrôle possible des températures, accès facilité à des équipes médicales… Des mesures nécessaires en temps de pandémie, qui n'éviteront peut-être pas la catastrophe sanitaire.

Le CES n'a pas abandonné sa volonté de regrouper pendant quelques jours des milliers de personnes dans un lieu fermé. D'ici janvier prochain, le coronavirus n'aura peut-être pas disparu des esprits : il est plus que probable que le vaccin miracle ne soit toujours pas disponible. Et malgré les dispositions qui seront prises, les risques de transmission du virus resteront élevés : sur le salon, les exposants et les badauds passent leur temps à tripoter des appareils.

Dans les prochains mois, les organisateurs vont continuer à évaluer les solutions les plus appropriées pour éviter que le CES ne se transforme en cluster géant. Il se murmure que l'édition 2020 a permis une première éclosion à l'internationale des cas de coronavirus…

L'IFA, cousin européen du CES, se déroulera lui aussi physiquement début septembre, à Berlin. Mais les organisateurs ont mis en place un système par invitation, avec une limite de mille visiteurs par jour (lire : L'IFA aura bien lieu cette année, mais en version réduite).


avatar dorninem | 

Comme les gros exposants comme Microsoft ou amazon ont déjà annoncés qu'ils ne seront pas de la partie je crains que cela soit au final annulé ou tellement riquiqui que...
Pas vu d'annonces de la part de la French Tech encore... Wait @ see

avatar freestef | 

Si on parle toujours de mesures sanitaires en 2021, les complotistes n’auront finalement pas eu tort. L’objectif est de rendre ces mesures permanentes.

avatar Sonic Tooth | 

@ freestef
Porter un masque à vie, j’t’explique pas l’horreur. En dehors de tout complotiste un aréopage de médecins allemands mandatés par le Ministère de l’Intérieur ont sorti un rapport de 90 pages où ils décrivent le Covid 19 comme une « fausse alerte mondiale ».
Ils y expliquent notamment que :
a) la dangerosité du Covid 19 a été surestimée : apparemment à aucun moment le danger représenté par le nouveau virus n’a dépassé le niveau normal ;
b) les personnes qui meurent du coronavirus sont essentiellement celles qui, statistiquement, mourraient cette année car elles sont en fin de vie et leur corps affaibli ne peut plus faire face à un stress quotidien aléatoire (dont les 150 virus actuellement en circulation) ;
c) dans le monde, en trois mois, il n’y a pas eu plus de 250 000 décès dus au Covid-19 contre un million de morts (25 100 rien qu’en Allemagne) lors de la vague de grippe de 2017-2018 ;
d) le danger n’est évidemment pas plus grand que celui de nombreux autres virus. Rien n’indique qu’il s’agissait de plus qu’une fausse alerte ;
e) le reproche de ces médecins s’adresse à l’État qui a prouvé qu’il était l’un des plus grands producteurs de fake news.
Le rapport pointe un scandale en cours de réalisation : le système de santé axé sur les mesures anti-corona reporte des opérations chirurgicales vitales et retarde ou réduit le traitement des patients qui ne sont pas atteints par le virus. Le 23 mai, le journal Das Bild titrait : « les conséquences dramatiques des mesures anti-coronavirus: 52 000 opérations contre le cancer retardées ».
Depuis, les Allemands manifestent contre le confinement comme à Stuttgart le 9 mai où des dizaines de milliers de personnes défilent contre l’OMS en raison du fait que Bill Gates est devenu son premier donateur. Donc les Allemands disent NON 👎 à toute solution orwellienne que le gouvernement pourrait déclencher suite à un nouvel et douteux état d’urgence depuis les applications de surveillance de masse jusqu’aux vaccinations obligatoires. La fuite du rapport, qui embarrasse drôlement le gouvernement, prouve que les craintes outre-Rhin étaient fondées.

CONNEXION UTILISATEUR