Une carte du coronavirus basée sur des enquêtes publiées par Facebook et Google

Sabrina Fekih |

À mesure que la pandémie gagne du terrain, les outils permettant de suivre la propagation du coronavirus se multiplient. Des chercheurs de l'Université Carnegie-Mellon ont mis au point une carte du virus en se basant principalement sur les réponses de questionnaires en ligne proposés sur Facebook et Google.

Ces questionnaires sont centrés sur les symptômes liés au Covid-19 (toux, fièvre, etc.). Les résultats, qui ne sont pas partagés avec le réseau social, sont combinés avec des données provenant de sources supplémentaires (dont les cas confirmés de personnes contaminées) et fournissent ainsi des indications sur la propagation du Covid-19. Dans un communiqué, Ryan Tibshirani, co-directeur de l'équipe de recherche, a déclaré avoir reçu des millions de réponses, offrant une visibilité à l'équipe sur l'activité de la pandémie au niveau de plusieurs régions américaines.

Ces informations sont mises à la disposition du public sur le site web COVIDcast de l'Université Carnegie Mellon et également sur une carte interactive publiée par Facebook. Plus tard dans la semaine, le site COVIDcast publiera des cartes affichant non seulement les estimations des enquêtes de Facebook, mais aussi des utilisateurs de Google. Les cartes inclueront également des données anonymes fournies par d'autres partenaires, dont Quidel et un prestataire de soins de santé national.

À terme, ces estimations pourraient fournir des prévisions qui aideront les hôpitaux à anticiper le nombre d'hospitalisations et d'admissions aux soins intensifs plusieurs semaines à l'avance.

En parallèle, Facebook prévoit d'étendre cette carte à d'autres pays avec l'aide des chercheurs de l'Université du Maryland, a indiqué Mark Zuckerberg au Washington Post. « Obtenir des données précises comté par comté à travers les États-Unis est un défi mais obtenir des données aussi ciblées à travers le monde entier est encore plus difficile », a déclaré Zuckerberg, ajoutant que Facebook est « particulièrement » adapté à ce genre d'enquêtes d'envergure compte tenu du nombre d'utilisateurs présents sur le réseau social.

Pour l'heure les chercheurs de Carnegie Mellon déclarent avoir reçu environ un million de réponses par semaine des utilisateurs Facebook et environ 600 000 de la part des utilisateurs de Google à travers l'application Google Opinion Rewards.


avatar WWII | 

Aucune confiance en facebook et google

avatar fabrice16 | 

Ce n’est pas vraiment en Facebook et Google que j’aurais confiance en premier !

avatar Sindanárië | 

Pfff c’est la carte du début de Walking Dead

avatar pagaupa | 

@Sindanárië

Attention! Netflix peut être dangereux en cas d’excès !
A consommer avec modération !

avatar Sindanárië | 

@pagaupa
T’inquiètes ! Me suis arrêté à la deuxième saison...
jamais plus voulu continuer 🥱

avatar pagaupa | 

@Sindanárië

Tu as vu What if? Avec Renée Zelweger? Excellent! Et elle y est superbe!

avatar Rodney Jerkins | 

@Sindanárië

+ 1

avatar pagaupa | 

Ça va éclairer Trump!
Ou plutôt lui mettre l’électricité à tous les étages!

avatar fousfous | 

@pagaupa

De toute façon tout le monde sait que c'est un coup des chinois pour détruire son bilan économique! Ou alors c'est crée par le gouvernement américain pour empêcher la réélection de Trump 🤪

avatar Sindanárië | 

@fousfous

Ouais d’ailleurs ils ont tué Kim Jong il avec ce virus !
Et puis ça se transmet seulement quand tu flânes sous une antenne 5G

avatar fousfous | 

@Sindanárië

Ah moins je croyais que la 5G ça nous irradiais pour nous empêcher de dormir! Remarque vu la portée de la 5G en effet faut vraiment être en dessous de l'antenne pour capter quelque chose!

avatar clarksebat | 

@pagaupa
Parce que Trump avait maîtrisé le feu ?

CONNEXION UTILISATEUR