Apple, Microsoft, Samsung et d'autres ont exploité les données Facebook avec une discrétion certaine [màj]

Mickaël Bazoge |

Dès 2007, Facebook ouvrait aux constructeurs de smartphones et d'appareils de toute sorte un accès aux données de ses abonnés, et à celles de leurs amis, le tout sans leur consentement. Une soixantaine de fabricants a noué ce partenariat avec le réseau social, dont BlackBerry, Microsoft, Samsung, Amazon et Apple, raconte le New York Times.

Ce deal, mis en place alors même que les applications mobiles de Facebook n'existaient pas encore, ont permis aux constructeurs d'exploiter ces données dans leurs appareils, via des API spécifiquement développées pour ces partenaires (un développement qui se poursuivait en 2014). Certains d'entre eux ont pu utiliser les statuts relationnels, les affinités religieuses, les inclinations politiques et les agendas. Facebook reconnait par ailleurs que certains constructeurs ont pu stocker des données des utilisateurs et de leurs connaissances sur les serveurs de ces partenaires.

Mark Zuckerberg face au Congrès US en avril. Photo : Pablo Martinez Monsivais.

Les constructeurs dans la boucle ont aussi pu mettre la main sur les données des amis, y compris quand ces derniers refusaient de partager leurs informations avec une tierce partie. « C'est comme avoir des serrures aux portes de sa maison », illustre le chercheur Ashkan Soltani, un ex de la FTC américaine, « et de se rendre compte que le serrurier a donné des clés à tous ses amis, ils peuvent se rendre chez vous et fouiller dans vos affaires sans vous demander la permission ».

Apple, citée parmi les constructeurs qui ont fait affaire avec Facebook, explique avoir utilisé le coffre aux données de Facebook pour permettre aux utilisateurs de ses produits de publier des photos sur le réseau social sans avoir à ouvrir l'application Facebook, entre autres usages. La Pomme indique aussi que ses appareils n'utilisent plus cet accès privé depuis septembre dernier.

En vertu du partenariat signé avec Facebook en 2008, les produits de Microsoft exploitent les données du réseau social pour ajouter des contacts au carnet d'adresses et recevoir des notifications. Les données sont stockées en local sur les (derniers et rares) téléphones Windows et ne sont pas stockées sur les serveurs de Microsoft.

BlackBerry « ne collecte pas et n'exploite pas les données Facebook de ses utilisateurs », assure un porte-parole. L'article donne pourtant un exemple saisissant de la portée invraisemblable de cet accès, à partir de l'application Hub de BB101 : après s'être connecté à son compte Facebook, Hub a collecté 50 types de données pour 556 de ses amis, puis pour 294 258 amis de ces amis ! Amazon (qui vend des tablettes équipées d'un OS maison) et Samsung n'ont pas donné suite aux demandes d'explications du NYT.

Depuis le mois d'avril, suite au scandale Cambridge Analytica, Facebook a commencé à fermer ce robinet à données dont l'ampleur était méconnue jusqu'à cet article. Il demeure toutefois un certain nombre de partenariats toujours valides.

Mise à jour — Facebook conteste cette présentation des faits. Les constructeurs avaient bien accès aux données des utilisateurs du réseau social, mais cela n'avait aucun rapport avec la controverse entourant Cambridge Analytica.

La société de Mark Zuckerberg explique que ces partenariats ont été établis afin de permettre aux fabricants d'appareils de mettre au point leurs propres apps Facebook. De plus, les données demeuraient « majoritairement » sur les smartphones. Avant le lancement de ces API, en 2007, le concept d'App Store n'existait pas encore et malgré tout les utilisateurs des premiers smartphones étaient demandeurs d'applications Facebook.

« Des entreprises comme Facebook, Google, Twitter et YouTube devaient travailler directement avec les éditeurs de systèmes d'exploitation et les constructeurs pour mettre leurs services entre les mains de leurs utilisateurs », se dédouane Facebook. D'où la création de ces API, mises au point dans l'objectif de répondre au besoin des utilisateurs d'utiliser Facebook « peu importe leur appareil ou OS ».

Facebook l'assure : des garde-fous ont été mis en place pour empêcher les constructeurs d'exploiter ces données, en dehors des apps Facebook développées en interne. « Contrairement à ce que dit le New York Times, les informations des amis, comme les photos, n'étaient accessibles que sur les appareils où les personnes ont pris la décision de partager leurs informations avec leurs amis ».

Ces API spécifiques sont « très différentes » de celles utilisées par les développeurs tiers, qui ne sont pas autorisés à concevoir leurs propres apps Facebook. L'entreprise indique enfin qu'avec la popularité d'iOS et d'Android, la nécessité de ces API est de moins en moins forte (cela fait quelques années maintenant que ces deux plateformes sont majoritaires…), c'est pourquoi Facebook a commencé à en fermer l'accès au mois d'avril.


  1. BlackBerry a mis un terme à sa plateforme et ne commercialise plus que des smartphones Android. ↩︎

avatar Caliguvara | 

Si j'avais pas besoin de Facebook pour la fac..... ?

avatar xDave | 

@DomJ

On peut savoir pourquoi ?

C’est une vraie question

avatar Caliguvara | 

@xDave

Pourquoi j'en ai besoin ou pourquoi je supprimerai mon compte Facebook ?

avatar azer0147 | 

@xDave

En ce qui me concerne, c’est un moyen de communiquer avec l’ensemble de la promotion, de partager avec tout le monde des informations de dernière minute, des changements d’emploi du temps, des sondages, des fichiers de cours (pdf, ppt,...).
Le principal avantage c’est que c’est le moyen de communication le plus universel et le plus direct entre tous les étudiants.

avatar Caliguvara | 

@azer0147

Plus ou moins la même ici.
C'est vrai qu'on pourrait facilement sur Slack ou un site WordPress, mais l'habitude et le confort des 90% des étudiants passe malheureusement outre les 10% qui se soucient de leurs données. Et tant qu'il n'y a pas de réglementation officielle qui oblige les facultés à offrir un forum semblable on est loin d'être sortis de l'auberge.

avatar xDave | 

@DomJ

On est donc d’accord qu’il s’agit plus d’un défaut de l’éducation nationale qui ne met pas à disposition des outils ou d’une certaine vision de l’interaction sociale...

On se demande comment l’humanité a pu s’en sortir avant Internet... ?

avatar Caliguvara | 

@xDave

*internationale.
Mais j'y vois aussi un problème éducationnel dans la vie privée, ce n'est pas à l'école de dire aux jeunes "se déshabiller dans la rue, c'est mal". On m'a récemment parlé d'un exemple à une fac de droit ou quelque chose du genre, mon interlocuteur s'en souvenait plus. Le prof du cours avait demandé aux étudiants "qui se soucie de ses données privées sur internet ?" La grande majorité auront répondu y accorder que très peu d'importance. Du coup il a juste demandé en "devoir maison" de lui envoyer par mail l'intégralité de l'historique des 15 derniers jours. Là il y aurait eu un gros blanc dans la salle et quelques étudiants quelque peu choqués par ce que cela signifie...

Je dirai plutôt que c'est impressionnant que l'humanité s'en sorte depuis 20 ans malgré internet ?

avatar Lonsparks23 | 

J'ai Facebook depuis 10 ans cette année. Par curiosité j'ai demandé mes données il y a quelques semaines. Même si aujourd'hui ça nous parait évident, il faut se dire que Facebook a dans sa mémoire TOUT nos documents d'école et de ma fin de scolarité : les emplois du temps, la liste des élèves des classes, leurs études et surtout tout ce que nous avons pu partager en cours avec le contenu et les schémas. Rien que le contenu intellectuel est déjà impressionnant. Se dire qu'ils peuvent utiliser tout cela est un pouvoir fou...

avatar byte_order | 

@azer0147
> Le principal avantage c’est que c’est le moyen de communication le plus universel
> et le plus direct entre tous les étudiants.

Universel !? C'est un protocole propriétaire, détenu et modifiable par une seule entité comme bon lui semble.
On a pas la même définition de universel.

Les SMS et les mails sont nettement plus universel, par exemple.
Y'a clairement nettement plus de monde, de toute condition, utilisant tout type d'appareil informatique, capable de recevoir/envoyer un mail que d'abonné à Facebook.

Sans parler que chez les plus jeunes, clairement FaceBook est ringard, et n'a rien d'universel pour eux.

avatar charliedeux | 

@byte_order

Il veut dire par la que la majorité des étudiants sont sur facebook et les travaux de groupe, l'organisation des cours et les échanges s'organisent NATURELLEMENT sur ce réseau..du coup, même si tu es anti-réseau social, tu n'as pas vraiment le choix. C'était déjà le cas en 2010-12 lorsque je terminais mes études et c'est encore le cas pour ma soeur en M2. Je me souviens d'un étudiant réunionnais qui était très fier de lui de n'avoir jamais eu de compte Facebook jusqu'au jour où il a intégré notre école et qu'il n'avait plus le choix sinon il se mettait à l'écart de chaque projet éducatif. Il faut dire que Facebook pour bosser en groupe c'est beaucoup plus pratique qu'une chaine de mail et qu'un tableur excel, c'est pas pour rien qu'en entreprise on utilise de plus en plus des outils comme Slack, Taskworld qui se rapproche du mode de fonctionnement des réseaux sociaux.

Pour les plus jeunes, ils seront sur Instagram (qui appartient à Facebook) ou Snapchat ou le future réseau à la mode pour travailler lorsqu'il seront en études supérieurs mais cela ne change rien au problème...la plateforme dominante le sera sur tout les usages tant qu'il n'y aura pas d'alternative, d'encadrement (ministériel ou autre) et aussi d'information auprès des étudiants sur l'importance des données personnelles. Je ne suis plus du tout sur facebook depuis 4ans mais quand j'y pense, avec deux trois algo Facebook serait capable de retracer une grande partie de mes travaux en supérieur.

avatar azer0147 | 

@byte_order

Quand je dis universel ça n’est pas à prendre au sens absolu, mais au sein d’une promotion de 150 étudiants.
Dans cette population, c’est clairement la solution la plus répandue et qui répond le mieux à la problématique, et je voudrais bien voir quelqu’un faire la même chose avec des e-mails ou des SMS...
Quand au côté « ringard », on en est pas là, c’est pour le travail, et la majorité des gens possèdent un compte Facebook même si tu dois certainement bien mieux savoir que moi ce qu’utilisent les jeunes...

avatar byte_order | 

Je réagissais sur l'usage du mot universel pour majoritaire.

> je voudrais bien voir quelqu’un faire la même chose avec des e-mails ou des SMS...

quelqu'un, non, mais justement une solution "universelle", elle, du fait d'un protocole non propriétaire, offrirait des passerelles automatiques pour ceux qui préfère utiliser des mails, des sms, une autre plateforme de messagerie instantannée, un slak ou mattermost, voir même un discord ou autre.

Pour moi une solution est universelle implique interropérabilité.

> tu dois certainement bien mieux savoir que moi ce qu’utilisent les jeunes...

A titre perso, oh non, je suis hélàs d'une génération d'avant Internet.
Mais j'ai des enfants, et autant ceux de la génération Z sont fans de Facebook, autant les suivants, dont les miens, ne semblent pas du tout attiré par ça (question d'identité en rupture avec les générations précédentes ?).

Bref la génération alpha ne like pas franchement FaceBook...

avatar marenostrum | 

Dieu est maître de l’univers, comme Facebook dans son royaume.
Il aurait pu utiliser commun à la place de universel.

avatar C1rc3@0rc | 

@azer0147

«Le principal avantage c’est que c’est le moyen de communication le plus universel et le plus direct entre tous les étudiants.»

Cette situation est aberrante et absurde mais hélas assez général.
Zuckerberg est un pourri absolu mais il a exactement ciblé les bons éléments pour réaliser son entreprise et s'est appuyé sur le pire de l'humanité.
Facebook est un parasite, construit sur des escroqueries, vols et associations perverses, mais il s'appuie aussi sur la servilité d'une population qui prefere ne pas se poser de questions et aller au plus facile qui lui est servi.

On a la un outil de social engineering - donc de piratage - universel, un instrument dont la Stasi aurait pu rever, et le pire c'est qu'autant l'industrie que les internautes se sont jetés dessus, alors que le truc a toujours ete un gouffre financiers monstrueux. Et personne ne s'est posé les questions des conséquences.

avatar pim | 

Après des mois à ne faire que bâcher Marcq Zuckenberg en l’accusant d’avoir vilement triché, on se rends finalement compte que tout le monde était dans la combine et en a grassement profité.

Quand un élève triche, il a droit à une punition ; quand c’est toute la classe, on fait quoi ?!

avatar Malvik2 | 

@pim

On fait redoubler toute la classe non ?
Reste à trouver la forme du "redoublement" adéquat.

Quoi qu’il en soit tous ces groupes, Apple compris, se sont bien servis.
Ils ont en quelques sorte cambriolé des maisons, virtuels certes, mais ça n’en reste pas moins une effraction en douce.

Même si évidement on peut se poser la question de la Naïveté des adorateurs de tous ces sites m’as tu vu, m’enfin c’est un autre débat.

avatar povpom | 

@Malvik2

Pour l’instant M. Zuckbg a surtout été dans le bureau du directeur pour se faire savonner. Et été sommé de passer un Mercredi après midi dans la cour à ramasser les papiers gras. On attend encore une vraie punition.

avatar Malvik2 | 

@povpom

LOL j’ai ri? c’est tellement ça

avatar iVador | 

Quelle saloperie ce FB ...

avatar sambucus | 

@iVador

Ce n'est pas que Facebook, c'est toute l'économie mondialisée qui fonctionne comme cela. Vous trouvez que ce n'est pas normal ? Moi aussi. Que fait-on ?

avatar byte_order | 

On vote avec son portefeuille.

avatar shaba | 

L’argument d’Apple se tient ou c’est du foutage de gueule ?

avatar letofzurichois | 

@shaba

En lisant l’argument, je me suis dit Apple se fou clairement de ma gueule, et je suis pro Apple depuis 10 ans !

avatar shaba | 

@letofzurichois

Je préférerais des arguments techniques à des sentiments :) je pense aussi qu’ils se foutent de nous mais je ne connais pas assez les API et ce genre de choses pour savoir si cet accès était nécessaire ou pas.

avatar letofzurichois | 

@shaba

Certes, mais sur le coup, y’a qu’un ressenti qui me vient, désolé ;)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR