Obsolescence programmée : le parquet de Paris lance une enquête visant Apple

Mickaël Bazoge |

Le parquet de Paris a ouvert le 5 janvier une enquête sur Apple pour « obsolescence programmée ». La DGCCRF (Direction générale de la concurrence de la consommation et de la répression des fraudes) est en charge de la procédure, qui concerne aussi des faits de « tromperie ».

Les détails sont encore maigres pour le moment, mais il s'agit des suites de la plainte déposée par l'association HOP (Halte à l'obsolescence programmée) auprès du procureur de la République de Paris fin décembre. La prise en charge de cette plainte a donc été extrêmement rapide, sachant qu'elle est intervenue entre Noël et le jour de l'An. On imagine que les deux parties ont hâte d'avoir le fin mot de l'histoire.

L'association avait effectivement accusé Apple d'avoir mis en place une « stratégie globale d’obsolescence programmée en vue d’augmenter ses ventes » en dégradant volontairement les performances des iPhone en circulation afin de promouvoir les nouveaux modèles. Effectivement, Apple a reconnu réduire la vitesse de ses processeurs afin de ménager la batterie de ses anciens smartphones, assorti d'un programme de remplacement de batterie à 29 €.

L'absence de communication autour de la dégradation des performances a certes été dommageable. Mais Apple pourra défendre son point de vue en arguant que cette procédure est finalement tout le contraire de l'obsolescence programmée, puisqu'elle rallonge la durée de vie de l'appareil.

Le délit d'obsolescence programmée a été introduit dans le droit français en août 2015.

avatar Ricobtz | 

Aaah le fameux mythe de l’obsolescence programmée, ce gros LOL qu’on nous vend depuis des années http://econoclaste.org.free.fr/econoclaste/?p=7583

avatar Giloup92 | 

@Ricobtz
Très bon article. Merci.

avatar Ricobtz | 

@Giloup92

Avec plaisir :)

avatar EBLIS | 

Parce que certains confondent vieillissement avec "obsolescence programmée". Cela ne veut pas dire que ça n'existe pas pique ça n'arrange pas parfois les constructeurs.

avatar popeye1 | 

@ RICOBTZ
Article dithyrambique qui ne prouve rien : 26 paires de bas de mauvaise qualité moins chères qu’une seule de qualité supérieure ! Qui prend en compte le gaspillage de matière première et d’énrégie ? La planète ?

avatar stephs30 | 

Me Émile Meunier, l’avocat de l’association, déclare beaucoup de chose et il ne connait rien à la technique ... c'est un avocat qui essais de se faire un nom et beaucoup de d'argent ..... comme d'autres d'ailleurs ......

avatar zatfco | 
avatar Mac13 | 

@zatfco

Merci mais je préfère en un seul fichier .pdf car scriptbd ralentit la consultation par web.

Voilà qui détaille les éléments probants dans l'intérêt des utilisateurs (surtout la graphique).

avatar Bigdidou | 

@zatfco

Merci beaucoup ?

avatar zatfco | 

@Bigdidou

Merci, chacun peut ainsi s’informer précisément et avoir sa propre idée, être d’accord ou pas.

avatar Seedlers | 

Oh ! Un nid de Troll :)

avatar Ricobtz | 

Autant la tromperie est une infraction quantifiable et donc défini par des éléments probants, autant l’obsolescence programmée est une idéologie ne reposant sur aucune preuve factuelle.
Mais c’est très vendeur dans l’opinion.

avatar fte | 

@Ricobtz

La loi française est pourtant claire. Il faut qu’il y ait modification des spécifications résultant en un renouvellement plus fréquent. Il n’y a a priori pas besoin qu’il y ait intention, ni de prouver qu’il y a eu intention.

Le ralentissement intentionnel du processeur, gardé secret qui plus est, est très susceptible de pousser au renouvellement plus rapidement que si le processeur n’avait pas été ralenti. Donc très susceptible de tomber sous le coup de cette loi. Donc d’être une obsolescence programmée selon les termes de cette loi.

L’autre option est qu’il y ait eu tentative de dissimulation d’un vice de conception, intentionnelle ou non, masquée par une modification des spécifications. C’est susceptible d’être une fraude.

avatar jazz678 | 

@fte

« Le ralentissement intentionnel du processeur, gardé secret qui plus est, est très susceptible de pousser au renouvellement plus rapidement que si le processeur n’avait pas été ralenti. Donc très susceptible de tomber sous le coup de cette loi. Donc d’être une obsolescence programmée selon les termes de cette loi. »

Ça c’est ton interprétation. Pour conclure à l’obsolescence programmée
- apporter des preuves sur les moyens techniques mis en place par le vendeur pour réduire la durée de vie d’un appareil
- prouver que ça entraîne un renouvellement plus fréquent par le client. En gros apporter la preuve (au delà de sa simple parole) qu’un client n’aurait pas changé son téléphone sans ce problème

C’est toute la difficulté de cette loi et sa mise en application

avatar fte | 

@jazz678

Apple a admis réduire la performance. Pas besoin de le prouver.

Apple publie fièrement des chiffres de vente, de nouveaux clients. Un peu d’analyse devrait sortir quelque stat intéressante. On verra l’effet sur les ventes de ce programme de remplacement de batteries. On devrait voir apparaître qu’il y a un lien entre performance dégradée, remplacement de batterie, et chiffres de vente sans trop de difficulté. Il restera à déterminer le degré de la faute : mineur, sans condamnation, petite tape sur les doigts, ou grosse baston.

L’hypothèse n’est pas exclue. C’est juste mon avis.

Ce que j’aimerais surtout c’est qu’Apple reconnaisse s’il y a un défaut de conception ou non, honnêtement, et corrige le tir pour les modèles fin 2018.

avatar jazz678 | 

@fte

« Apple a admis réduire la performance. Pas besoin de le prouver. »

Oui ça il l’ont dit. Ça n’en fait pas de l’obsolescence programmée. Et c’est de ça que je parlais. Jusqu’à preuve du contraire réduire les performances d’un processeur n’est pas un délit

avatar Bigdidou | 

@jazz678

« Jusqu’à preuve du contraire réduire les performances d’un processeur n’est pas un délit »
Je n’en sais rien.
Mais si on me réduit la puissance d’un processeur après que je l’aie acheté, on doit pas être très loin de la grosse tromperie.

avatar fte | 

@jazz678

"Jusqu’à preuve du contraire réduire les performances d’un processeur n’est pas un délit"

Réduire les performances d’un processeur de sorte que la fiche technique du produit soit erronée, c’est très proche d’un délit. Réduire les performances d’un processeur sans rien dire jamais et clairement en contradiction avec la fiche technique et les annonces grandiloquentes d’ultra-puissance-leader mondial-plus-puissant-qu’une-station-de-travail, ça ne doit pas être très compliqué de plaider la fraude, ou la tentative de dissimulation d’un défaut, voire l’obsolescence programmée dans le sens de la loi française d’obsolescence (aka qui résulte en une augmentation du renouvellement, sans nécessairement intention d’augmenter le renouvellement)...

Ce n’est pas à nous de dire ce qui est ou ce qui n’est pas un délit. C’est à la justice. Il y a de quoi s’interroger en tout cas.

Personnellement, je trouve que Apple s’est franchement foutu de notre gueule. A tellement savoir ce qui est mieux pour leurs clients, qu’ils croient, ils sont passé de l’expertise à l’arrogance mal placée, aux excuses, et au foutage de gueule. Avis personnel.

avatar Ricobtz | 

Il y avait largement l’arsenal nécessaire avec la fraude et la tromperie. L’obsolescence programmée est une chimère. Le délit énoncé répéte des éléments déjà présents sur les deux autres infractions. C’est une loi de confort pour rassurer le chaland, mais dont le fond s’appuie sur du subjectif. Pour les prochains lave-vaisselles qui tombent en panne, on fait quoi ? On fait un tour de table, on recense ? A partir de quand c’est obsolète pour le consommateur ?
Qui va juger d’une panne, d’un vice de série sur une chaîne, et différencier l’obsolescence ? "J’espérais que mon four dure toute ma vie mais il a fait "que" 10 ans, c’est inadmissible"
Sans parler des conditions d’utilisation des objets, qui est complètement différent en fonction des personnes.
C’est un délit subjectif qui se mélange avec un peu de fraude, un peu de tromperie. Un juge qui va devoir donner sur le fond la durée de vie espérée ou attendue d’un objet ça m’effraie un peu, moins que celui qui va devoir nous dire ce qui est fake news ou pas, mais presque:)

avatar ovea | 

@Ricobtz

Il faudrait quand même arrêter de bêtifier :
Comparaison n'est pas raison

On parle de traitement d'informations

D'un système d'exploitation pour traiter de l'information, et d'une couche intermédiaires de se soustraire à une analyse à des fins qu'on ne peut plus cacher sans être pris pour un haut parleur sans voix.

La preuve en est très simple :
Un modèle économique proposant des objets de la pensée sensés se soustraire à la réalité à un rythme connu.
Mais par une méthode informatique inconnu, puisque dissimulée par une forme dégradé de secret industriel, au service du rythme connu, du renouvellement imposé de ces même objets de la pensée.

Remplaçons les termes «objets de la pensée» et «rythme imposé» par ceux en regard pour découvrir la vérité qui met en lumière la tromperie.

L'interface utilisateur et son développement faisant d'Appel une interprétation abstraite qui révèle une sémantiques concrète pour élever l'abstraction mais au pris le plus souvent d'un compromis — ici économique prouvé par son rythme imposé, et c'est bien le charnier dans lequel s'engouffre la consommation, au point que le message spécifie bien dans les conditions d'utilisations qu'il ne vaut mieux pas s'en soucier outre mesure.

Le point précis qui fait force de foi économique en regard d'un vitalisme irréductible — qui consiste à bêtifier la conscience collective, c'est que cette répétition reconnue de préconisations a une forme équivalente a une injonction cardinal sans forme de procès possible — une autre forme de carbonisation de la conscience de classes.

Une belle théorie ergodique qui reste largement intenable sans préconisation/préconisations

Le pommier cache bien la forêt, et la pomme était/sera empoisonnée

avatar fte | 

@Ricobtz

"Il y avait largement l’arsenal nécessaire avec la fraude et la tromperie."

Non. Il n’y avait pas.

Cette loi unique au monde découle des imprimantes jet d’encre qui cessaient d’imprimer lorsqu’elles "pensaient" la cartouche vide - alors qu’elle ne l’était pas -, plutôt que lorsque l’utilisateur constatait que ça n’imprimait plus correctement. Et donc de racheter des cartouches d’encre plus fréquemment que réellement nécessaire ou désiré.

Cette loi sanctionne ce cas de figure entre autres choses, qui n’est ni une fraude, ni une tromperie. C’était clairement annoncé, comme une feature, qu’il y avait une détection "sophistiquée" du niveau d’encre pour "garantir la qualité d’impression". Marketing !

avatar iBaby | 

Il faudrait pouvoir restaurer un iPhone /iPad sous une version antérieure d’iOS comme c’est possible avec macOS, ça éviterait toute équivoque et donnerait vraiment de quoi satisfaire les partisans de la théorie de l’obsolescence programmée.

avatar philiipe | 

Énorme l’ampleur que cela prend ! Rappelons que le chiffre d’affaires d’Apple tient majoritairement sur la vente d’iPhone !
Assistons nous à une fin de régner ?

avatar Ricobtz | 

@philiipe

Oh ben oui c’est sûr

avatar Paquito06 | 

Non mais oh. Apple devrait aller tout droit en prison et ne pas passer par la case depart!

Pages

CONNEXION UTILISATEUR