Les députés veulent vraiment leur système souverain

Nicolas Furno |

Le projet de loi « pour une République numérique » est actuellement discuté à l’Assemblée nationale et c’est au cours de la deuxième journée de discussion, le 20 janvier 2016, que l’amendement CL129 a été approuvé par les députés. Déposé par Delphine Batho, c’est lui qui prévoyait la création d’un « système d’exploitation souverain », c’est-à-dire d’un système conçu entièrement en France.

Ceci n’est pas un OS souverain
Ceci n’est pas un OS souverain

Plusieurs députés avaient voulu retirer cet article, notamment Lionel Tardy, mais l’Assemblée l’a validé malgré tout. Est-ce que cela veut dire que l’on aura un Windows ou un OS X français dans les années à venir ? C’est une première étape dans ce sens, certes, mais rien n’est fait, car la loi ne prévoit que la mise en place d’un « Commissariat à la souveraineté numérique rattaché aux services du Premier ministre dont les missions concourront à l’exercice, dans le cyberespace, de la souveraineté nationale et des droits et libertés individuels et collectifs que la République protège. »

Et c’est sous l’égide de ce commissariat qu’un rapport devrait être remis pour évaluer la possibilité de créer le système d’exploitation souverain. Est-ce possible ? Oui, bien sûr, mais est-ce raisonnable ? Numerama a essayé d’évaluer le coût nécessaire pour créer un tel système, aussi complet et fiable que ceux qui existent aujourd’hui sur nos ordinateurs. Et en partant sur le principe, plutôt optimiste, que cinq ans et 40 personnes suffiraient, le site atteint rapidement le milliard d’euros.

Quand on connaît les moyens déployés par Apple ou Microsoft pour leurs propres systèmes, on se dit que c’est une estimation assez basse. À moins, bien sûr, que ce futur Commissariat à la souveraineté numérique se contente de partir sur une base existante, par exemple une distribution Linux modifiée pour en faire un système d’exploitation français. Mais dans ce cas, quel serait l’intérêt du projet ? Ce sera au commissariat créé par la loi d’en juger.

Mandriva, une distribution Linux française, aujourdhui disparue. Ici, la version 2008 avec un effet 3D en passant d’un bureau virtuel à l’autre.
Mandriva, une distribution Linux française, aujourd’hui disparue. Ici, la version 2008 avec un effet 3D en passant d’un bureau virtuel à l’autre.

Les députés ne se sont pas contentés de débattre sur l’intérêt d’un système souverain. Le projet est très complet et d’autres mesures ont été adoptées hier, comme l’ouverture systématique des données publiques, ou encore la priorité donnée aux logiciels libres dans les administrations et les services publics.

image de une Frédéric Bisson CC BY

avatar PierreBondurant | 

L'idée est louable mais je sens que la réalisation va être ridicule et finir par une avalanche de dépenses sans aucun résultats.
Dans la grande tradition de l'administration française !
Le dernier exemple de soft créé par l'administration qui me vient à l'esprit c'est Louvois. Les militaires avaient pas l'air très contents...

avatar Ultranova | 

Ce n'est pas une idée louable venant des politiques mais encore notre pognon qui va engraisser des crétins inutiles;

Il faut bien donner un lot de consolation aux perdants des dernière élections.

avatar Max Layn | 

ça me rappelle le "Cloud souverain" Vaste échec.

avatar Trillot | 

Plutôt que d'accuser l'administration française, vous feriez mieux d'accuser les élus qui sont responsables de ce que fait l'administration, laquelle ne fait qu'obéir.

Et c'est nous tous qui les élisons, nous sommes responsables et là ça me rend pessimiste... :-(

avatar poco | 

@Trillot :
Queue dalle! Les politiques tapent des pieds et font la roue le temps de leur mandat. L'administration, de par ses grands commis, n'en fait qu'à sa tête. Ils ont tout leur temps ces seigneurs de la République.

avatar C1rc3@0rc | 

Le problème c'est que l'Administration prend le pouvoir des systèmes constitutionnelles et le droit administratif remplace le Droit civil.
Il a noter aussi que les politiques au pouvoir sont des produits de l'administration (ENA en particulier).

Il faudrait ne pas que ce commissariat soit juste une excuse pour sortir des inepties comme ça:
http://korben.info/wp-content/uploads/2016/01/capture-decran-2016-01-18-...

M'enfin, quand on voit que B. "NSA" Kazeneuve nous pond comme imbécilités anti-democratiques, faut s'attendre a tout.

avatar Pierre H | 

Ah ben c'est sûr qu'avec une moyenne d'age dans les 60 ans par député, avec des connaissance informatiques proches du néant (à part pour faire du Candy Crush sur les bancs de l'Assemblée), c'est pas étonnant qu'on se retrouve avec des projets de loi complètement à côté de la plaque...

avatar Mathias10 | 

@PierreBondurant :
En même temps c'était sopra-steria...une boîte d'ingenieurs ratés....

avatar PierreBondurant | 

@Mathias10 :
Merci pour l'info, je ne connaissais pas le nom de l'éditeur responsable de ce fiasco.

avatar C1rc3@0rc | 

Ce qui est ridicule c'est de creer une societe qui developperait cet OS.
L'etat veut un OS souverain, ok.

Si par souverain l'Etat souhaite un OS garanti sans scorie de la CIA, NSA, Mossad et intelligence chinoise, la seule solution serieuse c'est de le realiser en libre et de certifier les source par des audits reguliers.

Dans ce cadre, plutot que de mettre des fonds perdus dans la gestion d'une entreprise d'Etat, il suffit de creer un fond de finance qui sera attribué aux universités, qui elles regorgent de talents. Le développement se faisant comme dans tout le système libre: de manière repartie!

EN faire un projet libre financé par des fonds souverain garanti un développement minimal, ce qui va permettre d'attirer des contributeurs de partout.
Il n'y a pas de meilleur moyen d'avoir un soft de haute qualité, rapidement et a un cout plus que raisonnable. De plus pour qu'un système soit populaire, il faut qu'il soit accessible: le libre c'est justement l'accessibilité

Si les politiques veulent réaliser quelque chose d'honnête, de durable et utilisant les compétences nationales, la solution est donc le libre!

Dans le cas contraire, on va sur un gros patacaisse et de la corruption.

avatar Moonwalker | 

Le problème réside dans les "si".

Encore une usine à gaz en perspective.

avatar RyDroid | 

Stéphane Bortzmeyer résume, à mon sens, parfaitement la solution, et il est sur la même longueur d'onde ps optimiste. http://www.bortzmeyer.org/os-souverain.html

avatar patrick86 | 

@RyDroid :

Bon résumé en effet.

avatar umrk | 

On peut aussi faire des lois pour bannir la pauvreté, garantir le plein emploi, le droit au logement (ça c'est déjà fait ...), .....

La nullité de nos représentants est incommensurable. Ils n'ont pas fini de nous faire tourner en dérision à l'étranger ....

Vous auriez pu également parler de l'obligation pour l'administration de "publier ses algorithmes " !!!!!!! (au Journal Officiel, j'imagine ...)

avatar Elmediterraneo | 

Un Red Star OS français la blague.

avatar buluhab | 

Ils n'avaient que ça à faire...

avatar bidoul73 | 

Et il faut que ce soit entièrement français? Du genre il faudrait réécrire des bouts de codes qui existent depuis des années et qui sont très performant. Peut être réécrire les drivers aussi. Ah et j'y pense : il faudrait aussi créer un langage de programmation français pour faire tout ça. C'est ridicule!

Voila un bon exemple (parmi tant d'autres) qui montre que quand des non spécialistes d'un domaine prennent des décisions sur ce domaine ça foire.

avatar C1rc3@0rc | 

Des langages de développement créés par des Francais, il y en a deja et des sacrements solides:
-ADA (ok developpé pour la defense US, mais c'est un developpement francais)
-Eiffel, créé par B.Meyer
-OCaML,.... INRIA
...

Il n'y a qu'a voir tout ce qui est créé a l'INRIA.
Certes tous les langages ne sont pas adaptés a la programmation systeme (Prolog par exemple), mais ADA et Eiffel le sont.

Sinon il y a aussi des langages libres, et créés dans des pays neutres: rien qu'en Suisse en allant du coté de l'ETHZ, on trouve des perles comme Niklaus Wirth auteur de Pascal, Modula2, Oberon!

Ce sont des langages tres robustes (prevus pour des applications industrielles, certifiés, initialement orientés sur la securité du code).
De plus ils sont libres ou ont une version libre!

Ensuite, en plaçant le developpement en libre, cela permet de s'appuyer sur tout ce qui existe en libre, pas besoin de reinventer la roue.

Le probleme des drivers va se poser comme dans n'importe quel OS.
La question est alors est qu'un Etat a les moyens d'obliger des entreprises privées a produire des drivers libres? Si ce n'est pas le cas on va tomber dans le meme probleme qui se pose pour tous les OS libre.
Aprés ca peut etre une opportunité, soit pour developper des entreprises francaises de materiel informatique (spinoff venant de l'INRIA et du systeme universitaire en general), soit pour ecremer les entreprises qui bossent pour les US...

Rappelons que la France avait une industrie informatique concurrente des USA et que Bull etait, avant d'etre victime de la CIA, le concurrent direct d'IBM!

avatar occam | 

Pascal, Modula-2, Oberon… ça me rappelle de bons souvenirs de mes premières amours informatiques, lors de mon passage à l'ETHZ.

Si l'on peut douter de la pertinence de Pascal comme langage moderne de programmation de système, il faut rappeler qu'Apple embarqua UCSD-Pascal comme OS "alternatif" pour l'Apple ][ (OS repris par la suite sur les Sage II et Sage IV, géniales machines basées sur MC68000 à OS multi-user, multitasking, 2 ans avant le premier Mac !).

Lisa, ébauche XL du Mac, était en grande partie programmée en un dérivé d'Object Pascal. Les premiers Mac OS gardaient beaucoup d'éléments d'Object Pascal. Il n'y a qu'à reprendre en main un volume d'Inside Macintosh.

Modula-2, successeur de Pascal, était un langage universel, conçu entre autres pour programmer le système de Lilith, la workstation de Niklaus Wirth; échec commercial, mais conception époustouflante et influence conceptuelle considérable.

Pour illustrer la solidité industrielle de Modula-2, un exemple saisissant: Modula-GM, adapté par Delco pour General Motors. GM l'utilisa dès 1985 dans un "embedded controller" pour leur système de freinage ABS, géré par un processeur Motorola 68xxx.

avatar yoyo3d | 

Typiquement le genre de projet qui aurait du sens au niveau européen mais pas au niveau national.

avatar bompi | 

Toutafé.

Là, on est ridicule : toujours cette manie de se croire capable de tout, avec nos moyens minables (et l'obsession de la coupe budgétaire en arrière-plan).
Dans le même temps, on ne veut pas soutenir l'Open Source, on est contre l'opendata.
Et on veut mettre des mouchards partout.

Pfff...

Bref : ils n'y comprennent vraiment rien, là...

avatar Iounmoutef | 

Allez, on prend les paris. Pas sur le flop : attendu et inévitable. Mais combien d'années ? de milliards ? ;-))))… enfin pas trop lol quand même : il s’agit de nos impôts.

avatar ovea | 

Un système sur une base OCaml serait un excellent point de départ

Mais bon, contrairement au grincheux ceci est une proposition tout à fait honorable

avatar bompi | 

Je ne vois pas bien ce que la proposition a d'honorable. On peut se poser la question de faire un "OS souverain". Mais cette réponse est inepte et montre simplement qu'ils ne comprennent pas les objets dont ils parlent.
Cela n'a rien d'insultant de le dire : simplement, factuellement, ils comprendraient qu'ils ne pourraient pas entretenir ce genre d'illusions.

C'est un peu comme les âneries de Donald Trump, qui nous font bien rigoler (encore que) : cela est totalement irréaliste.

avatar iBaby | 

Son nom sera OSeF, il sera distribué dans chaque foyer dans des boîtiers de minitels recyclés, il contiendra un dossier avec la Constitution, le rappel des droits et devoirs du citoyen français, ce sera un OS de bureau dans un premier temps, puis mobile, nul ne sera plus censé ignoré la Loi et les beta-testeurs devront donner leur avis aavant prélèvement.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR