Patrick Drahi et « l'enfer de SFR »

Nicolas Furno |

Le Journal du Dimanche a enquêté sur la situation chez SFR, quelques mois après son acquisition par Altice, maison-mère de Numericable. Et le titre de l’article, paru dans l’édition de dimanche dernier, en dit long sur son contenu : « dans l’enfer de SFR ». On savait déjà que Patrick Drahi, le nouveau patron de SFR, avait imposé une cure d’austérité à l’opérateur, mais les détails apportés par l’hebdomadaire en disent long sur la situation actuelle.

La méthode de Patrick Drahi est assez simple : il veut réduire les dépenses de SFR à tout prix, le plus rapidement possible et le plus fortement possible. Il applique cette méthode partout, des boutiques du réseau SFR qui devaient être rénovées pour 100 000 € et qui n’auront qu’un tiers de la somme prévue, jusqu’aux fournisseurs et sous-traitants. Un ancien dirigeant de SFR, qui a quitté depuis l’entreprise, explique ainsi que « La ligne directrice est claire : c'est –30 % ou on ne paie pas. »

Quand Altice dit qu’il ne paye pas, ce n’est pas une menace en l’air. Plusieurs prestataires, dont certains aussi importants que CapGemini ou l’entreprise de conseil Sopra, ne sont plus payés du tout et ils ont porté plainte. D’autres, comme Teleperformance qui sous-traitait les centres d’appels pour SFR, ont des impayés énormes : SFR doit 40 millions d’euros à cette entreprise. D’autres acteurs, plus modestes, ont été contraints d’envoyer leurs avocats pour récupérer une partie de ce qu’on leur devait.

Et même si Patrick Drahi s’était engagé à ne pas supprimer d’emplois, les employés sont menacés dans les faits. Sur les 70 directeurs qui gagnaient plus de 150 000 € par an, il ne reste plus que 15 encore employés par SFR. Les autres ont été remerciés du jour au lendemain, souvent contre une compensation financière malgré tout. Et les emplois les mieux payés ne sont pas les seuls concernés : un responsable a expliqué au journal que 250 ordinateurs avaient été rendus au service informatique ces trois derniers mois.

Des pans entiers de SFR ont été réorganisés, quand ils n’ont pas été abandonnés : selon Le Journal du Dimanche, c’est déjà le cas des services marketing et innovation. Les responsables actuels de l’opérateur poussent le maximum d’employés à partir d’eux-mêmes, ou à ne plus pouvoir rester dans l’entreprise. Et quand il ne s’en prend pas aux emplois, le nouveau propriétaire de SFR s’attaque à tout, jusqu’aux moindres détails.

Le nouveau siège de SFR, à Saint-Denis, a attiré les foudres de Patrick Drahi, qui trouve que l’opération a coûté beaucoup trop.

Le déplacement de quinze cadres au CES de Las Vegas ? Annulé. Les repas d’équipe sont désormais interdits, les notes de frais passées au crible et il paraît même que le nombre de chemises des vendeurs en boutique a été réduit. Patrick Drahi veut récupérer 600 millions d’euros par an en coupant les dépenses ainsi, avec l’objectif de rembourser au plus vite les 13 milliards de dettes qui ont été nécessaires pour acheter SFR. Autant dire que les ennuis ne sont pas terminés pour tous ceux qui dépendent encore de SFR, directement ou indirectement. Et par ricochet, c'est tout le secteur qui est touché, alors que les baisses de prix imposées par Free (Mobile) laissent encore des traces.


avatar MandrakeTheMagician | 

Patrick Drahi est un abruti fini. Point.
Il vole ses clients Numéricable. Suffit de lire les Forums des Clients Numéricable.
C'est un gros malade de la Noblesse d'Etat à la Française qui lorsque parachutés s'arrangent s'envoler dans les étoiles pour ne fréquenter que les People.
C'est leur seule façon d'exister vraiment. Les exemples de ce genre d'abrutis sont légions.

avatar Aldwyr | 

Bah, tant que ma box est à 20 euro par mois, je resterai chez eux... Mais à la seconde ou je ne peux plus faire d'économie, je ne reviendrai plus chez eux...
Leur forfait qui augmente sans raison. Leur politique absurde... C'est un comble.
J'ai travaillé à Téléperformance, déjà que la direction est une bande de branler, les "conseillers" qui ne connaisse même pas les bases de leur travail... Aussi bien TP que SFR mériterai de couler... Mais ils ne couleront pas... L'état leur viendra en aide au dernier moment...

avatar N1kod | 

on voit bien la ligne.
tout mutualiser avec numericable. reseau/materiel/marketing/ressource. plus besoin de faire en double. tout se fera pour sfr/numericable en même temps .
C'est à se demander pourquoi il y a encore deux marques.
numéricable sur le reseau sfr pour le mobile. sfr sur le réseau cablé pour la fibre fftb + adsl/fibre ffth de sfr pour le reste.
par contre ne pas payer les contrats signés et les prestations effectuées ça va laisser des traces pour leur futur besoin de prestation..

avatar Ponchan | 

On aurait pu titrer "l'enfer de SFR-Numéricable-Completel"

avatar macdebarc | 

Les méthodes de "management" de Drahi sont bien connues. Les entreprises déjà absorbées avaient déjà subit le même régime dictatorial.
La réussite du LBO implique une pression d'enfer sur tout le monde pour remonter du cash. L'intérêt financier de quelques uns est directement lié à la performance de l'entreprise. Autrement dit, le bonheur des uns n'existe que si le malheur des autres survient.

avatar Ponchan | 

C'est la différence entre un entrepreneur à la Niel et un gestionnaire de portefeuille à la Drahi

avatar loup gris | 

en ce qui concerne Numéricâble pour moi c'était pareil , augmentation du tarif sans prévenir ma réplique était immédiate dégager très vite , car pour trouver un responsable ça demande du temps ma lettre recommandée de résiliation est parti aussi sec mais ils m'ont prélevé les 50€ !
de mon côté je ne veux plus en entendre parler et surtout aller à votre banque pour mettre fin au prélèvement

avatar PierreBurgi | 

"Il fait fortune en France, puis à l'étranger grâce à une technique particulière de gestion d'investissements avec effet de levier appelée LBO, consistant à s'endetter fortement pour acheter une entreprise cible, puis la restructurer pour en majorer les profits financiers, et rembourser les emprunts contractés par ponction sur leur propre trésorerie[11]. Dès 2003, il mise tout sur le secteur du câble et détient vite 99 % des réseaux câblés de France[12]."

Wikipedia

avatar PierreBurgi | 

"En avril 2014, il sauve le quotidien Libération de la faillite en investissant 18 millions d'euros[36]."

Il a de bons côtés aussi.

avatar Max1000du35 | 

Pour récupérer quelques millions d'Euros, le plus simple est de barrer de ce pays

avatar adn95 | 

SFR un réseau plus pourri que Free mobile.... Encore deux mois chez SFR marre d'avoir du GPRS ou une 4G a 200ko/s...

avatar stey06 | 

SFR depuis les pourparlers quand a l'acquisition par numéricable c'est devenu de la crotte... Une seule réponse : résilier!

avatar sinbad21 | 

@ C1rc3@0rc Free pour la téléphonie mobile je veux bien, mais pour l'ADSL j'ai choisi Bouygues, presque 2x moins cher que Free.

Content d'avoir quitté SFR en tout cas, Patrick Drahi ce n'est vraiment pas ma tasse de thé.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR