Apple vs Epic : Apple ne veut pas du modèle Android

Florian Innocente |

Jardin fermé à dessein pour retenir ceux qui y sont entrés ou jardin sécurisé pour en protéger les occupants ? Epic et Apple ont une vision diamétralement opposée de l'App Store d'iOS. Leurs avocats respectifs ont encore eu l'occasion d'en faire état au premier jour du procès qui oppose les deux entreprises en Californie, et ce pour les trois semaines à venir.

« Epic veut que nous devenions Android, mais ce n'est pas ce que nous voulons », a déclaré Karen Dunn, l'une des avocates d'Apple, ajoutant « Et nos clients ne le veulent pas non plus. Ils veulent avoir le choix ». Le choix entre deux modèles. Celui d'Apple qui conditionne le téléchargement d'apps iOS à un passage par l'App Store, et celui de l'écosystème Android où l'on peut passer outre Google Play et aller chercher des apps ailleurs.

C'est tout l'enjeu du procès, Epic espère obtenir de la justice qu'Apple n'impose plus l'App Store (et, partant, son mode de paiement intégré) comme l'alpha et l'oméga du téléchargement et du paiement des apps et des contenus sur iOS.

« Le jardin aurait pu avoir une porte » a fait valoir Katherine B. Forrest, l'une des avocates d'Epic, affirmant que « Le plan d'Apple était d'enfermer les utilisateurs à l'intérieur et de les empêcher de changer et de quitter l'écosystème Apple ». Epic a produit plusieurs échanges internes montrant que les responsables d'Apple étaient parfaitement lucides quant à la capacité de leurs apps et de leurs services, lorsqu'ils sont réunis, à rendre plus compliqué un changement de plateforme pour les utilisateurs.

Sa consœur a renversé le point de vue, en se plaçant du côté des développeurs, et avancé la carte de la sécurité, une thématique sur laquelle Apple s'appuie systématiquement pour défendre son modèle : « Apple n'a pas créé un écosystème intégré et sûr pour empêcher les gens d'entrer », elle l'a fait pour « accueillir les développeurs sans sacrifier aux principes de confidentialité, de fiabilité, de sécurité et de qualité qu'attendent les consommateurs ».

Là encore, Epic a pu étaler, dans sa présentation préliminaire, des exemples où la surveillance du contenu de l'App Store par Apple a été prise en défaut, au grand dam de ses responsables.


avatar byte_order | 

@Krysten2001
> Et alors ? C’est quand même une donnée personnelle.

Uniquement si vous mettez votre nom dedans.
Sinon, non.

Mais surtout, ce n'est pas *plus* ni *nombre* d'info que Apple ne communiquait pas. Quand on utilise "Se Connecter avec Apple", on reçoit une adresse mail valide, pour rappel. Quand on utilise AppleID aussi, d'ailleurs.

nexus6@free.fr cela vous semble être une donnée plus personnelle que ndx6fejrpx@privaterelay.appleid.com ?

Dans les 2 cas, seusl Free ou Apple connaissent un peu plus d'info de qui est derrière cette adresse. Et sont tenus par la loi, au besoin, de les communiquer aux autorités. Mais sinon, je vois pas en quoi cela relève quoi que ce soit de personnel aux tiers qui la voit passer.

avatar Appleseed | 

@byte_order
"Démentie... après quelques jours de silence étrange d'Apple."

Ho le silence est synonyme de culpabilité ?
Et si en plus il est étrange houuuuuuuuuuuuu !!!
La com ça se prépare, et à l’évidence Epic avait bien préparée la sienne.

--

"Un compte Fortnite c'est juste une adresse mail valide, hein."

Epic avait elle cette info sur les utilisateurs de l'Apple ID ?
N'est elle pas maintenant en possession d'une info lui permettant de faire des campagnes mails qu'elle ne pouvait pas auparavant faire avec ces utilisateurs ?
Y'a pas de cookies qui ont été installés en parallèle sur les navigateurs web des personnes étant passées par le site de Epic comme ce dernier le préconisait pour s'enregistrer directement auprès d'eux ?
Ces cookies ne permettent ils pas de récupérer encore d'autres infos sur ces utilisateurs ?

Étrange ...
N'y a t'il pas motif à défendre la propriété de vos données personnelles face à Epic ?
Un simple revers de la main et vous faites comme si de rien n'était.
Comme quoi votre point de vue sur la défense de la propriété est très arrangeant en fonction des entreprises.

avatar Aardohan | 

C’est quand même incroyable qu’un simple développeur puisse mettre à mal tout un écosystème sécurisé et implanté depuis des années avec une simple plainte. On vit dans un sacré monde…

avatar byte_order | 

@Aardohan
> On vit dans un sacré monde…

Ouais, hein, un monde où quelqu'un qui s'estime victime peut poursuivre en justice des plus puissants que lui.
Mais quel scandale. !

Vivement qu'on revienne à un système plus respectueux de la hiérarchie de l'échelle sociale...

avatar fmuser | 

Epic a complètement tord sur le fond. Si Apple veut un système fermé et cher, c'est son droit. Epic aurait eu mieux fait d'augmenter ses prix sur iOS de 30% par rapport à ceux de son propre store afin que les utilisateurs iOS réalisent que le choix d'iOS se paie aussi au niveau software.

Mais je partage avec Epic ma détestation du monopole de l'App Store, raison pour laquelle je préfère être sous Android plutôt que sous iOS pour mon usage privé. Niveau confidentialité, je suspecte Apple d'utiliser autant nos données que Google, d'autant qu'Apple réserve régulièrement des passe-droits à ses applications. Par contre, le fait qu'Apple pourrait du jour au lendemain m'interdire l'usage d'une application et me faire perdre les données que j'aurais conçues avec est pour moi totalement rédhibitoire.

avatar byte_order | 

@fmuser
> Si Apple veut un système fermé et cher, c'est son droit.

Pas si Apple veut le vendre dans un espace économique, non.
C'est le régulateur de cet espace économique qui décide ce qui est autorisé ou pas, pas les entreprises qui décident seules de ce qu'elles veulent faire.

Sinon, des entreprises loueraient depuis longtemps des esclaves, vendraient de la drogue ou que sais-je.

Apple vend ses plateformes, dans un espace économique. USA, UE, etc. Le régulateur du marché en question est celui qui décide du droit, pas Apple.

Je sais, certains ici semble aspirer à vivre en Appleistan. Mais en attendant, Apple n'est qu'une entreprise, pas un pays. Elle ne dicte pas encore sa propre loi.

> Epic aurait eu mieux fait d'augmenter ses prix sur iOS de 30% par rapport
> à ceux de son propre store afin que les utilisateurs iOS réalisent
> que le choix d'iOS se paie aussi au niveau software.

Sauf que :
- une majorité des utilisateurs iOS ne l'auraient jamais réalisé, car Apple interdit de leur expliquer, c'est aux utilisateurs de le découvrir par eux même uniquement
- la majorité des utilisateurs iOS ont un pouvoir d'achat supérieur à la moyenne, donc ils s'en foutent un peu de payer plus
- cela diminue la compétitivité de Fortnite vis à vis des jeux concurrents
- Apple gagnerait 30% de ces 30% en plus.
- et surtout parmi les utilisateurs qui auraient réalisé que le choix d'iOS se paie aussi au niveau apps, combien auraient compris que ce surcout est dû à Apple, alors que Apple refuse d'indiquer le montant de sa commission lors de tout achat sur l'AppStore et In-App, et interdit aux développeurs de l'indiquer dans leurs propres apps également ?

Selon moi, ce qu'aurait du faire *dès* le départ Epic, qui en avait les moyens, tout comme Netflix, Spotify, c'est de lancer Fortnite sur iOS avec une vaste campagne de publicité dans laquelle ils auraient insister sur le fait qu'en raison des 30% d'Apple, Fortnite sur iOS, bientôt disponible, devront se créer d'abord un compte sur le site web du jeu et acheter leurs V-buck exclusivement ainsi.

Et laisser Apple se démerder avec la contre-communication. Je vois mal Apple envisager alors d'interdire du coup la sortie du jeu sur iOS, mais au pire, cela aurait surement générer plus de bad buzz pour elle que pour Epic.
A l'époque (et même encore aujourd'hui), Fortnite faisait l'objet d'une surmédiatisation, c'était le bon moment pour bousculer Apple par de la communication.

Là, Epic a mis en place une sorte de piège à Apple, et même si je partage les reproches fait à l'AppStore par Epic, cela teinte leur démarche d'une coloration de manipulation moins jojo.

Sinon, je partage l'intégralité de votre second paragraphe.

avatar Krysten2001 | 

@byte_order

« une majorité des utilisateurs iOS ne l'auraient jamais réalisé »

Mais bien sûr 😳
Les utilisateurs d’iOS n’ont jamais joué avant à fortnite et n’ont a mais vu les prix 🤦‍♂️

avatar byte_order | 

> Les utilisateurs d’iOS n’ont jamais joué avant à fortnite et n’ont a mais vu les prix

Les prix sur iOS des V-Bucks étaient différents que sur les autres plateformes :

https://www.reddit.com/r/FortNiteBR/comments/85d3uc/the_app_charges_more_for_vbucks_than_pc_for_the/

Certains des utilisateurs qui avaient déjà joué à Fortnite *avant* la disponibilité du jeu sur iOS l'avaient justement remarqué.

Puis Apple a forcé, via une règle de son AppStore, à devoir proposer le même prix.
Du coup, une grosse majorité des utilisateurs qui ont démarré directement sur iOS ne sont pas au courant, d'autant que Apple refuse toute indication de sa commission.

Ce que @fmuser suggère que Epic aurait du faire, ils l'ont fait, ils ont démarré avec un prix de V-buck supérieur car intégrant la commission d'Apple. Apple leur a interdit de le faire sous peine d'être exclu de l'AppStore.

L'immense majorité des gens ne s'en sont donc pas rendu compte.
Parce que c'est la stratégie d'Apple de dissimuler sa commission à leur yeux au maximum.

avatar fmuser | 

C'est là-dessus qu'Epic aurait dû attaquer, car là elle aurait pu être perçue comme un chevalier blanc et la position d'Apple aurait été difficile à soutenir.

avatar fmuser | 

@ byte_order

Le régulateur n'empêche ni la vente de la drogue, ni certaines formes d'esclavagisme. Il a même tendance à fausser les règles du marché en permettant aux grands d'écraser les petits à coup de procès. 

Le régulateur devrait être chargé à veiller sur la liberté des gens, et là aussi il a échoué: les brevets logiciels sont des contraintes par lesquelles Apple et Google verrouillent le marché, permettant de maintenir leur cartel. Les licences logicielles sont des contraintes par lesquelles Apple et Microsoft interdisent à ceux qui se sont pourtant appropriés légalement des produits de les utiliser comme bon leur semble. C'est contre cela qu'il faudrait lutter, mais comme Epic en profite aussi, ils ne s'y sont pas risqué…

Dès lors qu'Epic augmente ses tarifs sur iOS de sorte à gagner autant que sur ses autres plateformes (voir plus), peu lui importe la marge qu'Apple prend. Et la concurrence s'en inspirera également, cela encouragera à une augmentation des prix sur l'App Store. Quant aux clients, s'ils tiennent tant au modèle d'Apple, ils payeront, ou alors ils commenceront à se retirer et Apple devra revoir sa politique. 

avatar malcolmZ07 | 

Apple représente 7% des bénéfices de fortnite (avant dernière place),android 0,5% ...
L'iphone, c'est 13-15% du marché globale des iPhones.
Il faudra arrêter un moment les conneries de fanboy... est-ce que tu as une seule preuve ou source qu'apple utiliserait les données personnels autant que google qui est leur business, ou bien c'est encore tes désillusions de fanboy? car je peux te donner 40 sources confirmant le contraire, et utiliser ton cerveau ne te ferait pas de mal.

avatar Mike Mac | 

C'est quoi déjà le syndrome de Stockholm ?

avatar Amaczing | 
avatar Oliviou | 

Moi je suis chez Apple pour la simplicité, la fiabilité et la sécurité.
Il se trouve que ces trois éléments sont pour beaucoup dûs au contrôle maniaque d’Apple que ce qui entre ou pas dans ses machines, et sur ce que les logiciels ont le droit ou pas de faire (évidemment il y a aussi la robustesse de fabrication mais c’est un autre sujet).
C’est dans ce sens que je comprends « avoir le choix ». Je veux avoir le choix d’un système verrouillé et cher mais dans lequel je peux avoir confiance. Pas avoir le choix entre deux passoires de sécurité truffées de bugs.
N’étant pas ingénieur, je ne sais pas s’il est possible de faire l’équivalent sur iPhone de ce qu’ils font sur Mac sans tout foutre en l’air , mais en théorie ça semble un bon compromis.

avatar byte_order | 

@Oliviou
> N’étant pas ingénieur, je ne sais pas s’il est possible de faire l’équivalent sur iPhone
> de ce qu’ils font sur Mac sans tout foutre en l’air , mais en théorie
> ça semble un bon compromis.

Bien sûr que c'est possible. Le processus de validation d'une app iOS ne dépend nullement du vecteur de distribution de l'app, c'est purement un choix d'Apple dans son intérêt financier.
On peut même aller nettement plus loin que ce que Apple fait actuellement sur macOS, qui consiste, pour l'instant, qu'à signer l'authenticité du développeur de l'app, pas de valider sa qualité et sa conformité en terme de sécurité.

Sony, Microsoft, Nintendo valident tous les jeux vidéos produits pour leurs consoles respectives. En terme de qualité d'expérience, de sécurité, de performance, de conformité des usages des API, etc. C'est pas pour autant que les éditeurs de jeux sont contraints forcément de vendre leurs jeux uniquement dans le store de ces constructeurs.

Vous avez vu des virus sur des consoles ? Alors qu'elles ont toutes accès à Internet en permanence... étrangement, non.

La qualité, la sécurité et la distribution sont des choses bien différentes.

Apple a lié tout cela dans un tout appelé "règles d'AppStore" parce que cela lui donne l'exclusivité d'un marché, et lui permet d'imposer sans contestation possible (autres que celles en justice, qui nécessite d'avoir de gros moyen pour cela) des règles qui favorisent ses propres services complémentaires.

La sécurité du chiffrement des données entre votre appareil et un site web, mais également de l'authenticité du site, est apporté par un certificat signé par une autorité de certification et présenté par le site web en question, pas parce que tous les sites web sont hébergés chez un seul et unique hébergeur.

Y'a pas de raison technique qui empêche Apple ici. C'est uniquement des enjeux d''argent, et donc de qui contrôle l'accès à poche poche du consommateur.

avatar Krysten2001 | 

@byte_order

« Sony, Microsoft, Nintendo valident tous les jeux vidéos produits pour leurs consoles respectives. En terme de qualité d'expérience, de sécurité, de performance, de conformité des usages des API, etc. C'est pas pour autant que les éditeurs de jeux sont contraints forcément de vendre leurs jeux uniquement dans le store de ces constructeurs. »

Pour l’instant et les jeux ont été contrôlés bien avant d’être mit sur des cd donc ça revient au même.

« Vous avez vu des virus sur des consoles ? Alors qu'elles ont toutes accès à Internet en permanence... étrangement, non. »

Logique. Tout a été vérifier par le constructeur 😳

« La qualité, la sécurité et la distribution sont des choses bien différentes. »

Elles sont liés ensembles sur l’app store. Tout est vérifié. Il serait temps de le reconnaître non ?

avatar House M.D. | 

@Krysten2001

Faut pas chercher, pour lui la validation d’un jeu qui est tiré sur support physique et pressé à des milliers d’exemplaires par des boites ayant pignon sur rue, c’est la même chose que de valider une app fournie par internet par quiconque y compris avec un prête-nom et une fausse adresse qui pourra être modifiée a l’envie une fois la validation passée…

avatar byte_order | 

@House M.D.
> pour lui la validation d’un jeu qui est tiré sur support physique

ou dématérialisé, le support de distribution ne change rien à l'étape de validation

> et pressé à des milliers d’exemplaires

Je ne vois pas en quoi le volume d'exemplaire change quoi que ce soit ici.
La validation se fait sur l'app, pas sur chaque exemplaire distribué !

Et Fortnite sur iOS me semble bien placé en terme d'exemplaire, si on va par là...

> par des boites ayant pignon sur rue

Et Epic Games, Spotify, Netflix, Steam, Shadow ce sont des développeurs anonymes dans leur garage d'une province du fin fond de l'Indonésie, peut être !?

> c’est la même chose que de valider une app fournie par internet par quiconque
> y compris avec un prête-nom et une fausse adresse

Ca, c'est parce que Apple ne vérifie pas systématiquement l'authenticité des identités et adresses données.
Pourtant, elle s'auto-proclame comme ayant le processus de validation très sécurisé.
Vous êtes en train de nous dire que ce n'est pas le cas !?

> qui pourra être modifiée a l’envie une fois la validation passée…

Vous êtes sérieux !?

Comment Apple peut dire qu'elle vérifie toutes les apps et que c'est grace à cela que son AppStore, qu'elle lie à ce processus de validation, est ce qui rend sûr les apps sur iOS, si ce que vous dites est vrai !?

avatar House M.D. | 

@byte_order

Vous comprenez la moitié de travers, mais comme je vous suppose intelligent, c’est surtout que vous ne voulez pas comprendre ce que vous n’arrivez pas à contredire. Bonne continuation dans votre réalité parallèle.

avatar byte_order | 

@House M.D.

Vous vouliez dire qu'il est plus facile de valider des apps développées par quelques dizaines de milliers de studio de développement de jeu que des apps développées par des millions de développeurs d'apps ?

Okay, l'argument peut tenir.

Le hic, c'est que Apple arrive *déjà* à le faire. Hors cela n'a rien à voir avec le nombre d'exemplaire qui sera vendu ensuite dans son store, ça.

Si elle arrive à le faire pour la totalité des apps iOS que les développeurs acceptent de distribuer via l'AppStore, pourquoi elle ne pourrait plus le faire si ces mêmes développeurs ne voulaient plus les distribuer ensuite via l'AppStore ? Cela change quoi ?

De plus, Apple pourra faire payer son service de validation aux développeurs qui ne souhaitent pas distribuer ensuite via l'AppStore, de quoi non seulement limiter le risque d'explosion des demandes de validation mais également de financer, et directement, là, toute augmentation de sa charge de validation.

Si c'est pour votre concept de "l'app peut être modifiée après validation", vous êtes juste dans l'erreur, toute modification de l'app par rapport a celle qui a été validé est facilement détectable, les technos existent déjà, Apple le fait déjà.

Ne surestimez pas ma capacité à comprendre ce que vous essayez de me faire comprendre de travers. On est sur internet, on utilise l'écrit, on ne se connait pas, les difficultés de compréhension sont donc largement possibles, sans même impliquer une volonté de mauvaise fois.

avatar byte_order | 

@Krysten2001
> Pour l’instant

Oui. Et donc depuis encore plus longtemps que l'AppStore.

> et les jeux ont été contrôlés bien avant d’être mit sur des cd

Ou sous forme dématérialisé. Mais dans les 2 cas, bien avant la phase distribution, donc, oui.

> donc ça revient au même.

Ben non, justement, non. Vous vous dites que la validation des apps et l'AppStore doivent être lié. Et alors que vous reconnaissez de vous même que la validation des jeux vidéos des consoles est faite bien avant la distributition et ce quelque soit le support choisi, et donc le ou les stores pour le faire, là, vous dites que cela revient au même.

Cela revient au même *sauf* que le canal de distribution n'est en rien lié. Mais question sécurité, oui, cela revient bien au même, y'a bien la sécurité.
C'est justement ce que je n'arrête pas de dire : ce n'est pas la distribution par l'AppStore qui apporte la sécurité, c'est le processus de validation en amont, tout comme pour les jeux vidéos par exemple, alors que là les stores alternatifs existent pourtant bel et bien.

> Logique. Tout a été vérifier par le constructeur

Mais pas forcément distribué ni même vendu par le constructeur lui même.
Comment est-ce possible, puisque selon vous, reprenant les éléments de langage d'Apple, c'est l'AppStore qui apporte la sécurité parce qu'il est imposé ?

> Elles sont liés ensembles sur l’app store.

Commercialement.

> Tout est vérifié.

En amont de la distribution par l'AppStore.

> Il serait temps de le reconnaître non ?

Reconnaitre une situation ne signifie pas qu'elle n'est pas abusive.
C'est justement ce lien purement commercial et les abus qu'il peut permettre qui fait l'objet des enquètes et, ici, du procès d'Epic contre Apple.

avatar Krysten2001 | 

@byte_order

« Oui. Et donc depuis encore plus longtemps que l'AppStore. »

Et ? Ça change quoi ? Rien.

L’app store et la sécurité sont liés car l’app store veuillent à cela donc les deux sont liés. L’équipe de validation fait parti de l’app store.

avatar House M.D. | 

@Krysten2001

Laissez tomber, il est bouché et irréaliste.

avatar byte_order | 

@Krysten2001
> L’app store et la sécurité sont liés car l’app store veuillent à cela donc les deux sont liés.

Encore fois, non, ce n'est pas l'AppStore qui veille à cela, c'est d'un côté le processus de validation fait par Apple - qui a lieu avant la distribution, donc avant que l'utilisateur n'aille sur l'app AppStore - et de l'autre côté les mécanismes de iOS, dont la vérification du certificat de validation de l'app, qui peut être révoqué après installation - et donc après que l'utilisateur ai cessé d'être sur l'app AppStore.

Mais sinon j'aime beaucoup la symétrie de votre argument : les deux sont liés donc les deux sont liés.

> L’équipe de validation fait parti de l’app store.

Pas de l'app qui tourne sur votre iPhone, non.
Et c'est purement organisionelle chez Apple.

C'est pas comme si l'équipe de validation travaillait avec les gars en charge du développement et de la maintenance des serveurs de l'AppStore, ou de l'app clientète installée avec iOS, hein.

avatar Oliviou | 

@byte_order

Merci pour ces précisions techniques, ça rend les choses un peu plus claires !

Pages

CONNEXION UTILISATEUR