App Store : Apple réduit à 15% sa commission pour les PME et indépendants

Florian Innocente |

Apple va proposer à certains éditeurs sur l'App Store un taux de commission réduit à 15 % au lieu des 30 % habituels. Ce sont les petites entreprises et les éditeurs indépendants qui en bénéficieront.

Baptisée « App Store Small Business Program », cette nouvelle formule est décrite comme un coup de pouce aux petites sociétés et aux entrepreneurs pris dans la tourmente de la pandémie, et qui vendent des biens ou des services au travers de leurs apps. Elle sera inaugurée le 1er janvier prochain, Apple la détaillera au début décembre.

Image : Apple

Apple se garde bien d'évoquer le mécontentement qui, depuis plusieurs mois, s'est exprimé à propos de ce niveau de commission de 30 %, qui lui vaut par ailleurs un intérêt de la part de Bruxelles (lire La fronde des développeurs contre les pratiques d'Apple & Concurrence : la Commission européenne ouvre aussi une enquête sur l'App Store).

Les développeurs éligibles à ce taux de commission réduit de moitié doivent avoir gagné, sur l'année 2020, un maximum de 1 million de dollars en ventes d'apps ou d'In-Apps (des gains comptabilisés après la ponction d'Apple). Les développeurs nouveaux venus sur l'App Store peuvent aussi se déclarer auprès d'Apple pour bénéficier de cet aménagement.

Dès lors que le développeur voit ses gains dépasser la limite du million de dollars, le taux de 30 % est réinstauré pour la période restante de l'année. Si d'aventure ses gains redescendent sous cette barre, il pourra soumettre à nouveau sa candidature à ce programme.

De grands acteurs de l'App Store, et parmi les plus critiques ces derniers temps à l'endroit d'Apple, comme Epic Games ou Microsoft, ne seront pas concernés par ce programme. Leurs gains dépassent largement ce palier. Mais Apple peut désormais faire valoir qu'elle sait entendre les reproches qui lui sont faits et qu'elle n'est pas inflexible. Quant à Epic Games, il avait fait valoir qu'il ne menait pas sa bataille pour ses seuls intérêts mais pour tous les éditeurs sur l'App Store. Au moins sur ce point il aura été entendu…

Dans un second communiqué, de petits éditeurs d'apps à succès — MySwimPro, Song of Bloom, Hopscotchexpriment leur soutien à cette décision qui leur permettra de dégager des revenus pour investir dans leurs développements futurs.

Précédemment, ce taux de 15 % était réservé à des éditeurs proposant des formules d'abonnement. À l'issue de la première année de souscription, lorsque le client renouvellait son adhésion, le taux de 30 % était divisé par deux.

Source
Tags
avatar iVador | 

Très bonne initiative

avatar romainB84 | 

😍😍😍😍😍🍿🍿🍿🍿🍿

avatar vomi | 

Grande nouvelle, ça va faire une belle bulle d’oxygène !

avatar Thms | 

Donc par exemple un petit dev amateur gagnant quelques sous avec ses apps sur le store peut en bénéficier ?

avatar R-APPLE-R | 

@Thms

Oui enfin jusqu’à un million par ans ... se qu’ils appelle Small business ! 😂

avatar draco1544 | 

@Thms

"Donc par exemple un petit dev amateur gagnant quelques sous avec ses apps sur le store peut en bénéficier ?"

Oui

avatar Clément34000 | 

@Thms

Yes, et dès qu’il passe le million (le million mdr), il passe à 30%

avatar Ali Ibn Bachir Le Gros | 

@Thms

En le lisant, j'ai eu l'impression que c'est exactement de ça et de rien d'autre dont l'article parlait.

avatar Thms | 

@Ali Ibn Bachir Le Gros

Pas moi, puisque dès le début il est dit « qui vendent des biens ou des services au travers de leurs apps ».
Donc on peut se demander si une app qui ne vend rien (d’autre qu’elle-même) entre dans ce cadre.

avatar François31400 | 

J’ai toujours eu du mal à comprendre cette contestation... cette commission de 30% est valable dans beaucoup de secteurs et pas uniquement dans la tech. Ces 30% ne sont pas choquants vu que c’est Apple qui assure le service le marketing et la logistique.

avatar geooooooooffrey | 

@François31400

C’est pas parce que c’est une pratique répandue qu’elle est forcément bonne.

Après si 30% sont justifiés ou os j’en sais rien.

avatar airmax95 | 

Non non. Surtout quand t as pas d autres choix lol. Abus de position dominante totale...... Apple est pas multi milliardaire pour rien. Elle ponction partout. Même la pub est faite sur le dos des opérateurs télécoms..... à se demander en quoi ils dépensent hormis pour les actionnaires ....

avatar François31400 | 

@airmax95

Mais pas du tout. Ils ont une plateforme qui fait office de distributeur pour les développeurs encore heureux qu’ils puissent choisir leurs règles. Si les règles ne conviennent pas ils ont juste à se tourner vers d’autres plateformes..
C’est quoi le problème que l’entreprise fasse des millards? Tu connais la définition en droit français de société ? “La société est instituée par deux ou plusieurs personnes qui conviennent par un contrat d'affecter à une entreprise commune des biens ou leur industrie en vue de partager le bénéfice ou de profiter de l'économie qui pourra en résulter.” Pas tellement de côté philanthropique dans ce cas... sinon faut se tourner vers l’associatif 😜

avatar r e m y | 

@François31400

La plateforme en question, fait office de distributeur exclusif! C'est là le problème... si les développeurs avaient le choix de se tourner vers d'autres plateformes de distribution, Apple pourrait bien fixer ses barèmes sans souci, les développeurs mécontents pourraient choisir un autre distributeur avec des conditions lui convenant mieux, mais ce n'est pas possible sur iOS.

avatar François31400 | 

@r e m y

La plateforme c’est l’iPhone ou l’iPad. Où est l’exclusivité ? Il n’y a pas un autre truc qui existe ? ... Android ou un truc dans le genre...
Quand un utilisateur achète un iPhone il accepte que le seul moyen officiel de télécharger des applications ce soit l’app store. Si cela ne lui convient pas il n’a pas l’obligation d’acheter un iPhone... il peut acheter un Samsung par exemple. Où est l’exclusivité ?

avatar madmak | 

@François31400

Ceci,est le point de vue d’Apple. Libre à quiconque de le partager ou non. Nous verrons ce qu’en pense les régulateurs Américains et Européens. Certains indices vont plutôt dans la direction d’une entorse à une juste concurrence.

avatar r e m y | 

@François31400

Je ne suis pas sûr que tous ceux qui achètent un iPhone sachent que le seul moyen d'installer des apps est de passer par l'AppStore d'Apple

avatar nnay07 | 

@r e m y
“Je ne suis pas sûr que tous ceux qui achètent un iPhone sachent que le seul moyen d'installer des apps est de passer par l'AppStore d'Apple”

Je pense que si... et je suis sûr à 100% que ceux qui ne seraient pas au courant, n’iraient pas se servir de store alternatifs.

avatar r e m y | 

@nnay07

Je ne partage pas ce point de vue... en particulier ceux qui passent d'Android à un iPhone (j'en ai de nombreux exemples dans mon entourage) sont souvent surpris de ne trouver QUE l'AppStore d'Apple.

avatar dvd | 

Samsung est le premier constructeur mondial de smartphone. Sur leurs devices il y a le Galaxy Store qui s'est lancé au moins une fois. On peut donc penser qu'il y a au moins une bonne moitié des acheteurs qui sont au courant de ce store.

Sur iPhone il n'y a que l'app store qui est référencé et mis en avant.

avatar Paul_M | 

@François31400

Le fond du débat est plus compliqué que juste le % de commission qu'Apple prend, qui est effectivement assez standard.
Mais Apple t'empêche d'utiliser ton propre système de paiement in-app par exemple, donc si tu décides que tu veux confier la gestion des paiements dans ton appli à PayPal ou autre (ou le faire toi-même) au lieu d'Apple, tu peux pas. Apple t'empêche aussi de rediriger tes clients vers ton site ou ton propre système de paiement extérieur à l'App Store depuis ton appli. En fait même si tu veux faire ton marketing et ta logistique toi-même, tu ne peux quasiment pas le faire depuis iOS - sauf dans quelques exceptions genre streaming vidéo (Netflix) et biens matériels (Amazon).

Par ailleurs leurs règles pour accueillir ou non du contenu sont un peu arbitraires (le streaming de jeux vidéos par exemple est interdit) et changent régulièrement, et ils sont souvent dans des positions de force par rapport à leurs concurrents, par exemple Apple Music bénéficie naturellement d'une meilleure intégration à iOS que Spotify, et en plus Spotify doit leur filer 30% des abonnements premium qui sont pris dans l'appli

Tout ça ne serait pas très embêtant si iOS était minoritaire, mais il se trouve que le marché des OS mobiles est un duopole dominé par iOS et Android. L'argument "tu as qu'à proposer ton appli sur une autre plateforme si tu es pas content de celle d'Apple" n'est pas aberrant, mais il arrive un moment où ça devient un abus de position dominante, et on a des règles pour éviter ça. Les juristes des différentes commissions décideront si il faut contraindre Apple et Google, à titre perso j'ai pas d'avis très tranché.

avatar BeePotato | 

@ Paul_M : « Tout ça ne serait pas très embêtant si iOS était minoritaire, mais il se trouve que le marché des OS mobiles est un duopole »

… dans lequel iOS est minoritaire.

avatar webHAL1 | 

@BeePotato :
… dans lequel iOS est minoritaire.

En termes de revenus générés, la boutique en ligne d'Apple n'est en aucun cas "minoritaire".
Mais de toute manière, ce qui va intéresser les autorités à Bruxelles, à Washington et dans les autres pays ayant lancé des enquêtes concernant les pratiques d'Apple, ce n'est pas la part de marché d'iOS, c'est de savoir si la concurrence est faussée avec le monopole d'Apple sur l'App Store.

avatar Paul_M | 

@BeePotato

Ça dépend du point de vue. En part de marché oui, en revenus pour les développeurs générés je pense qu'ils écrasent Android. Aujourd'hui si tu veux faire un jeu ou une appli et gagner ta vie avec, ou même vendre un produit qui est connecté à un smartphone, c'est extrêmement difficile de se passer d'iOS.
Après, est-ce que ça constitue une position dominante, c'est un débat compliqué qui existe depuis un bon moment, et comme je disais je n'ai pas d'avis tranché.

avatar webHAL1 | 

@Paul_M :

Merci pour ce commentaire intelligent. :-)
Il n'est jamais inutile de rappeler qu'Apple exerce un contrôle totale sur l'App Store et que, contrairement à ce qu'affirment certains, elle ne fait rien pour les développeurs, mis à part stocker leur(s) application(s). En échange, elle ne demande pas un montant fixe (ce qui serait logique), mais un pourcentage sur les revenus générés. C'est donc bel et bien une taxe, imposée de manière unilatérale. C'est comme si le propriétaire de bureaux commerciaux les louait à une entreprise en disant "vous ne devrez pas me verser un loyer fixe, mais un pourcentage de vos revenus".

Sinon, je pense que la décision d'aujourd'hui de la Pomme va donner d'excellents arguments à ceux qui contestent son monopole et font en sorte de sensibiliser les utilisateurs par rapport aux effets néfastes de celui-ci. On le constate encore une fois : du jour au lendemain, de manière totalement arbitraire, Apple change les règles du jeu. On peut difficilement imaginer meilleure démonstration d'un monopole absolu.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR