Apple aurait renforcé son équipe spécialisée dans les satellites

Florian Innocente |

Apple s'intéresse toujours aux satellites et une équipe d'une douzaine d'ingénieurs cogite sur la manière de les utiliser avec les produits de la marque, explique Mark Gurman chez Bloomberg.

Dès 2015 une rumeur prêtait à Boeing et d'autres sociétés technologiques, dont Apple, de vouloir s'unir pour concevoir un satellite. Deux ans plus tard, le même Gurman repérait l'embauche d'anciens de Google bien versés dans cette thématique. En 2018, il était toujours question qu'ils travaillent sur cette possible utilisation de satellites.

Pour faire quoi de précis et à destination de quels produits (ses iPhone ? son hypothétique voiture ?), mystère. La première idée est que les utilisateurs de produits Apple connectés puissent gagner en indépendance vis-à-vis des opérateurs, mais tout cela reste extrêmement flou et spéculatif.

Ces ingénieurs, venus de l'aérospatiale, de l'industrie des satellites et celle des communications sans-fil, sont placés sous l'autorité de Dan Riccio (vice-président directeur de l'ingénierie matérielle). Ils ont pour mission de présenter un projet concret d'ici les cinq prochaines années.

Il n'est pas assuré qu'Apple poursuive dans cette voie, prévient Bloomberg et la manière dont pourraient être utilisés ces satellites n'aurait pas été formellement décidée. Des interrogations subsistent aussi sur la manière dont Apple pourrait s'y prendre : enverra-t-elle ses propres objets en orbite ou s'appuiera-t-elle sur des réseaux existants ?

Apple a renforcé les rangs de cette équipe ces derniers mois, poursuit Bloomberg. Ce sont toujours Michael Trela et John Fenwick qui la pilotent, deux hommes venus de chez Google en 2017 où ils travaillaient sur le même sujet. Un troisième cadre les avait rejoints, Greg Duffy, ex-Nest et fondateur de Dropcam, acheté par Google pour muscler son catalogue de caméras domestiques. Mais Duffy a quitté Apple en octobre dernier pour se lancer dans l'immobilier. Son profil Linkedin indique qu'il travaillait au sein des "projets spéciaux" — comme les baptise Apple avant qu'ils ne débouchent sur des produits — et il y mentionne entre autres les « communications par satellites » parmi les sujets de développement.

Bloomberg cite les noms de nouvelles recrues comme Ashley Moore Williams (Aerospace Corp), Daniel Ellis (Netflix pour son réseau de distribution de contenus) et Matt Ettus (National Instruments Corp) qui ont tous touché aux sujets de la diffusion de contenus en réseau.


avatar raoolito | 

iSatellite?
Attention Apple les bugs hardwares se réparent difficilement sur les satellites, ya pas de rappel et franchement les options design sont limitées :D

avatar dujarrier | 

On peut penser que Apple a peut etre en tête de developper un reseau de satellites similaire a ce que SpaceX (qui appartient a Elon Musk) veut faire avec je crois son projet Starlink : un reseau d’accès a internet par satellites qui a une couverture mondiale

Je pense que cela pourrait aboutir a une nouvelle source de revenu / croissance supplémentaire pour Apple avec un abonnement de 10€/mois ou 15€/mois

Au depart, l’abonnement pourraitpar exemple être offert pendant 3 mois suite a l’achat d’un produit Apple neuf (nouvel iPhone, nouvelle Apple Watch, nouvel ordinateur portable « always connected »,...), et ensuite facturé l’abonnement ~15€/mois : j’ai aucun doute que cela intéresserait beaucoup, beaucoup des utilisateurs de produits Apple, à condition que l’offre soit compétitive (avec l’avantage qu’elle aurait une couverture d’accès mondiale : finis les frais de roaming !!!)

avatar Memo | 

@dujarrier

Ca interesserait les gens en zone blanche. Donc pas bcp de monde. J’ai 150mega avec sosh, pourquoi je passerai par le satellite avec son lot de probleme de coupure à cause des nuages et de la pluie ? Bof. Ca doit etre pour autre chose ce satellite

avatar dujarrier | 

@Memo

Si les performances de la connexion internet par satellite de Starlink (par SpaceX) sont à un prix compétitifs avec une couverture mondiale, alors pourquoi prendre un abonnement chez un opérateur cellulaire en France ?

Ou bien eventuellement, avec double SIM et l’e-SIM, prendre 2 abonnements : l’un chez un opérateur en France (type 200G/mois en 5G pour 15€/mois vers 2023 / 2025), et un autre de 50G/mois via réseau satellitaire avec couverture mondiale pour 10€/mois

Cela depend des besoins, mais c’est difficile a dire sans connaitre les specifications techniques exactes (débit, latence, consommation d’énergie, encombrement,...) et le prix d’un abonnement par satellite...

En tt cas, si Elon Musk semble y croire, en terme de probabilité, ça a pas mal de chance d’être un succès à un moment donné (il se trompe parfois aussi, mais il a souvent une très bonne analyse des choses)

avatar armandgz123 | 

@dujarrier

Ça m’étonnerait que ce soit pour ça... le wifi/4G est bien bien moins energivore que le satellitaire, et bien plus fiable (même avec une nouvelle super technologie).

Pour rappel, Starlink, c’est une antenne chez soit connecté à un routeur qui émettra le traditionnel wifi (ok, ça peut évoluer).
Comme une 4G box

avatar dujarrier | 

@armandgz123

Je me demande si avec les progrès de la miniaturisation, il ne serait pas possible d’intégrer les antennes dans un appareil mobile (téléphone portable, Apple Watch, ordinateur portable « always connected »,...) ?

Si le projet devait etre similaire au projet Starlink d’Elon Musk, ce serait des satellites basse orbite, et donc je pense « faible » latence.

Que ce soit Google (project Loon), Facebook (avion solaire), SpaceX (Starlink),... il y a de nombreux projets en R&D qui souhaite aboutir a la creation d’un réseau internet haut débit qui aurait une couverture totale de la planète : de mon point de vue, cela ne fait aucun doute que cela finira par arrivée, ce n’est qu’une question de temps, que certaine technologies arrivent a maturité pour baisser les coûts (et pour moi, en 2019, le plus proche de cet objectif, c’est Elon Musk grace a la reduction du coût des fusées grace a SpaceX)

avatar Link1993 | 

@dujarrier

Tu as quand même des limites physiques (on tend à l'oublier dans notre monde moderne) : la forme de l'antenne. Cette dernière dépends de la fréquence. Et si tu veux émettre suffisamment loin avec une bonne bande passante, tu ne peux pas utiliser des petites antennes, sinon, la fréquence ne va pas, ou la forme de l'antenne ne va pas non plus.

avatar studdywax | 

Un satellite en prise usb-c ou format maison ?

avatar bebaile | 

Malheureusement toujours les meme fantasmes dès qu’une technologie « disruptive » est associée au nom d’Apple. Pourtant jamais Apple n’opérera son propre réseau de satellite, elle en a déjà fait l’amer expérience au tout début d’internet, ce n’est pas son métier, point à la ligne, et l’économie des megaconstellations de satellite basse orbite pour du haut débit est tout sauf mature et très risquée. L’intérêt de satellite d’observation pour plan, éventuellement une solution bas débit pour de l’IoT basse consommation ou apporter un support pour une connexion supplémentaire en zone non couverte en 4G-5g avec un travail sur les interface radio pourquoi pas ... mais jamais ils n’opéreront leur propre réseau

Mais à ce stade , même s’ils font ça sérieusement, le plus probable est qu’ils ne font que réfléchir au sujet.

avatar mclaren | 

Les satellites n’existent pas
Apple le sait très bien
#lavagedecerveau

avatar Samus | 

mclaren n'existe pas
Nous le savons très bien
#chut

avatar Wallon_pas_con | 

ils peuvent acheter intelsat valorisé moins d'un milliard ou sirius Xm 32 milliards

avatar pilipe | 

@Wallon_pas_con

Ah non non non. Je travaille avec Intelsat. Pas envie qu’Apple vienne mettre se doigts dedans. Après ça va être la merde. Niveau pro Apple c’est pas le plus doué.

avatar pagaupa | 

Normal! Qu’Apple avec ses prix stratosphériques investisse dans les satellites! 😜

avatar Lightman | 

Apple, j'ai une idée pour toi :
Recycler tous les vieux iPhone avec écran cassé en les envoyant dans l'espace. Tu les satellise et tu fais un réseau maillé.
Écologique… ou pas !?

CONNEXION UTILISATEUR