Tim Cook sur les outils de contrôle parental et sur la « crise » de la surveillance

Mickaël Bazoge |

Tim Cook a profité de sa fin de semaine pour répondre à quelques questions d’ABC concernant plusieurs sujets d’actualité. Celui qui a occupé la scène médiatique ces derniers jours, c’est le contrôle parental, avec la suppression des apps tierces exploitant des outils de gestion de flotte.

Le CEO d’Apple explique pour commencer que le modèle économique de son entreprise est de vendre ses iPhone. « Mais je ne veux pas que vous utilisiez trop nos produits » : « Ce que nous voulons, c’est que nos produits enrichissent votre vie, qu’ils vous permettent de faire des choses que vous ne pourriez faire sans eux ».

D’où la fonction Temps d’écran introduite avec iOS 12, qui permet aux utilisateurs de se tenir au courant de l’usage qu’ils ont de leurs appareils. Et, le cas échéant, de revoir leurs habitudes afin de passer moins de temps dessus. Tim Cook en convient : ça n’a rien changé pour lui, il passe toujours autant de temps derrière ses écrans.

En revanche, son usage des notifications a changé, il s’est rendu compte qu’il dégainait trop souvent son iPhone : environ 200 fois par jour. « Je pensais que c’était moitié moins ». Il indique aussi recevoir beaucoup de courriels de parents qui ont de « super idées » pour améliorer les options de contrôle des appareils de leurs enfants.

« Il n’existe aucun standard pour être parent. Les gens ont des visions différentes ce qu’ils veulent autoriser à leurs enfants ou pas », explique-t-il. « Ce qui peut me sembler raisonnable [pour un enfant] ne le sera peut-être pas pour mon voisin ».

Tim Cook n’a cependant pas indiqué si Apple comptait proposer une API de contrôle parental aux apps qui le demandent. En revanche, il laisse entendre que des nouveautés vont être proposées dans Temps d’écran (lire : Contrôle parental : les éditeurs rejetés de l'App Store demandent une API publique).

Autre préoccupation de Tim Cook, le respect de la vie privée dans ce qu’il qualifie de « crise de la surveillance ». Un cheval de bataille bien connu du patron d’Apple, pour qui les services en ligne qui recueillent des données sur leurs utilisateurs sont pires que les voyeurs qui se cachent derrière les fenêtres pour vous espionner : « [Ces services] en savent bien plus sur vous que les voyeurs ».

Quand on lui pose la question sur la contradiction qu’il y a à gagner de l’argent sur des apps distribuées par l’App Store qui enfreignent la confidentialité, Tim Cook répond qu’Apple ne touche rien sur Facebook. En ce qui concerne Google, la situation est différente selon lui.

Le constructeur génère des revenus grâce à Google, qui est le moteur de recherche par défaut de Safari, un privilège qui rapporte beaucoup à la Pomme. Surtout, cela permet à Apple d’offrir avec Safari « le meilleur navigateur web ».


avatar Chris_974 | 

@showmehowtolive

Tu as peut-être raison mais c’est le prix d’une tranquillité privée si je puis dire.
Bon dimanche.

avatar marenostrum | 

en venant ici t'es traqué mon gars. tu peux pas t'échapper, sauf ne pas utiliser le net.

avatar ClownWorld 🤡 | 

Les entreprises veulent les données des enfants aussi.
Apple, rien que pour la confidentialité c’est un plus.

avatar fosterj | 

L’art de répondre à côté.. toujours. C’est très agaçant..

avatar UraniumB | 

Hey, si vous êtes sur iPhone, faites ceci:
-Aller dans l’article
-Sélectionner le mot « Voyeur »
-Cliquer sur « Définition »
-?
-Oui je suis un gamin. Mettez moi le contrôle parental svp.

avatar Osei Tutu | 

Pourquoi ne pas retranscrire sa réponse sur Google plutôt que cette phrase laconique? Étant donné qu’une partie des lecteurs soulèvent cette question dans les commentaires, les propos de Tim Cook seraient une réponse à ces questions

avatar debione | 

Le passage sur Google est franchement savoureux... Plus ce type parle et plus il me débecte ...

avatar reborn | 

@debione

Pas plus que la réponse de Jobs sur les suicides chez Foxconn en 2010 qui donnait ça:

vous inquietez pas tout se passe bien, ils ont des terrains de foot à disposition etc..

?‍♂️

avatar pommier | 

@debione

En même temps, le gars dit juste le même message depuis le début:
« le moteur de recherche est devenu synonyme d’internet pour les non-initiés d’internet, on est presque obligé de inavoué par défaut pour proposer une expérience utilisateur la plus complète, mais pour les autres, vous avez le choix de changer de moteur de recherche. »
En tant que business, y a un équilibre à respecter entre:
1) tes valeurs
2) le niveau d’efficacité des solutions alternatives que tu proposes
3) la qualité de l’expérience utilisateur
4) la rentabilité pour l’entreprise

L’histoire de Plans est un bon exemple de ce dilemme géré sans tenir compte des points 2 et 3...

avatar Steekus | 

« Enrichir la vie des gens »... bah voyons!!

avatar marenostrum | 

il a pas tord (mais sans le comprendre ou en parlant de biais. en tout cas c'est pas son rôle d'éclaircir. lui c'est avant tout un commercial). un web sans publicité ne peut pas exister et sera pire en terme de pistage ou de libertés.
heureusement qu'ils (les grosses boites américaines) nous considèrent comme des clients potentiels, (en ligne de mire ils n'ont que l'argent) et on profite de faire autre chose que la commerce (macG fait de la commerce en fait, mais nous les lecteurs au moins). sinon on serait resté au minitel.

avatar huexley | 

« Enrichir la vie des gens »$

Comprendre ceux du board de Apple :D

avatar codeX | 

On sent bien là le fin connaisseur du mode de fonctionnement d'une entreprise ayant un conseil d'administration. Ça rassure ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR