iPad : le cahier magique d’Apple

Christophe Laporte |

Si Apple était une société uniquement pragmatique, l’événement du 27 mars aurait sans doute été fort différent. La marque à la pomme aurait présenté un ordinateur classique du point de vue de la forme à un prix très concurrentiel.

On vous épargnera les détails techniques, à savoir si cette machine aurait pu être un MacBook Air low cost sous macOS ou le digne successeur de l’eMate sur iOS. C’est en tout cas, semble-t-il, une demande récurrente du marché, qui se vérifie quand on observe le succès croissant des Chromebooks ces dernières années.

Ce graphique réalisé par Bloomberg l’illustre parfaitement. Il montre les ventes d’ordinateurs portables (au sens large) dans les écoles du primaire et secondaire. Depuis 2014, la tablette d’Apple ne cesse de perdre du terrain que ce soit au profit des Chromebook ou des portables Windows. Mais dans ce domaine, comme dans d’autres, Apple a une vision assez nette des choses. Après, on peut être d’accord ou pas.

Tim Cook ne plaisantait pas quand il déclarait que l’éducation a toujours occupé une place spéciale au sein d’Apple. À la fin des années 1990, quand les jours de la firme de Cupertino semblaient comptés, c’était l’un des rares secteurs qui n’avaient pas totalement abandonné le Macintosh. Steve Jobs avait d’ailleurs créé NeXT pour « révolutionner » l’enseignement supérieur avec ses stations de travail.

Forcément, la situation actuelle d’Apple est problématique. D’où la tentative de rebond effectuée cette semaine à Chicago. Pour Apple, ce keynote consistait autant à présenter son « nouvel » iPad que de réaffirmer sa vision de l’éducation et des outils pédagogiques.

Pour résumer, chez Apple, la tablette est perçue comme un meilleur outil que l’ordinateur portable (et ses dérivés comme les hybrides) pour assister dans leurs tâches au quotidien élèves et professeurs. Pour Apple, sa tablette est en quelque sorte un cahier et/ou un livre magique. Et elle vient d’en donner une nouvelle fois la preuve. Quel est l’outil sur lequel elle insiste particulièrement avec sa nouvelle tablette ? L'Apple Pencil. Le clavier est relayé au rayon des accessoires pouvant être utiles, mais qui au bout du compte ne sont pas si indispensables que cela.

Le quiproquo avec le monde de l’éducation vient sans doute de ce point précis. Dans les cahiers des charges, notamment en France, le clavier est un prérequis indispensable. D’une certaine manière, c’est assez étonnant et finalement un choix relativement conservateur. Le stylet est finalement un objet plus proche du quotidien des élèves que le clavier.

La question de l’utilisation de l’outil informatique suscite beaucoup de passion, mais également de crispation, dans les écoles, que ce soit du côté des enseignants ou des parents. On entend tous types de discours, qui souvent d’ailleurs font l’économie de l’usage de la raison. Il y a ceux qui sont contre par principe, ceux qui militent exclusivement pour l’utilisation de logiciels libres ou encore ceux qui désirent que leurs chers bambins apprennent les mêmes logiciels que papa et maman au travail. Mais finalement, l’usage et la finalité de ces outils, il n'en est que rarement question.

La proposition d’Apple est simple : un iPad, accompagné de préférence de son stylet, permet d’être plus créatif, de facilement travailler à plusieurs, d’être plus mobile et de pouvoir travailler dans toutes circonstances. On appréciera ou non le discours d’Apple, on est toutefois cependant forcé de constater que certains outils sont très bien fichus comme Swift Playgrounds, les logiciels de la suite iWork, qui font maintenant un bel usage du Pencil, ou encore les apps de réalité augmentée présentées hier.

L’iPad est incontestablement un bel objet pour stimuler ses utilisateurs, pour créer, pour réaliser des exposés, pour apprendre, pour découvrir, pour dessiner, pour réviser ou encore valider de nouveaux acquis. Si la proposition d’Apple objectivement est très cohérente, il lui reste à convaincre. Et c’est sans doute le plus difficile. Mais Tim Cook l’a prouvé plus d’une fois avec l’iPad, il sait être patient.


avatar Malum | 

Quel intérêt d’une tablette que ne permet pas un livre ? Des vidéos par exemple. Conserver et consulter ses documents, tous ses documents. Un poids minime pour l’ensemble des livres. De l’interacation avec les documents et avec les professeurs etc.
Un problème majeur que les toutes dernières études ont démontré : l’abandon de l’ecriture cursive diminue les capacités cognitives fortement. Ceci est valable soit avec un clavier soit avec l’écriture typographique. Autres problèmes les correcteurs orthographiques qui diminuent la capacité d’analyse, la connaissance de la langue, la recherche facile des infos par Internet diminue la capacité de mémorisation car on s’en fout on retrouvera bien, l’addiction à l'écran etc.

Le pencil est un plus qui devrait être inclus.

avatar Eurylaime | 

C'est amusant de voir des individus vendre des produits qui sont interdits dans les écoles de leurs enfants ^^

avatar BleuRooster | 

Aller famille avec deux enfants(Ado)

Papa: iPhone SE + Apple Watch = 788€
Maman: iPhone SE + Apple Watch 788€

Un petit Mac, une Apple TV, Abonnement Apple Musique, Abonnement iCloud pour toute la famille 1698€ + 24,98€/Mois + Freebox 29,99€/Mois + Forfait Free Mobile 63,96€

Enfant 1 et 2: iPhone SE + iPad(Pencil + Étui/Clavier Logitec) + Apple Watch 2711,90€

Total: 5985€90 128€93/Mois au moins cher j’ai pas ajouter Netfix ni d’écouteur ou Casque Beats, ni l’HomePods

A renouveler tout les 2/3ans si on souhaite avoir des produits qui beug pas à cause des mise a jours ??????

avatar lemarlou | 

Mon fils a eu un iPad pendant deux ans au collège : il passait son temps avec ses copains de classe à craquer les codes et les sécurités pour en faire tout sauf un outil de travail....c’est tellement tentant! Même si tous ne sont pas comme ça heureusement.
Maintenant au lycée, pas d’iPad, ça ne lui manque pas du tout, et il fait la différence entre travailler et s’amuser avec son ordi/iPad.
Donc pour moi, pas la peine de passer des heures à l’école sur iPad avant et après les heures passées dessus a la maison. Pour lui non plus dit-il.
Trop de distraction gêne l’apprentissage, la concentration, la réflexion.
Apple=marchand, pas éducateur (évidemment..)
Après, si on nous prouve que c’est mieux alors il faut donner les meilleures chances à nos bambins...je ne suis pas convaincu

avatar Ghaleon111 | 

Pour moi apple a eu une super idée pour le coup, j’aurais énormément apprécier d’avoir un outil aussi agréable, léger et pratique qui permet d’apprendre de manière plus ludique et au contenu en constante évolution quant j’etais au lycée ou collège à la place de pleins de cahiers, classeurs et livre.

avatar Mike Mac | 

Voilà encore un article qui ne répond à rien sauf à accompagner la vision d'Apple sans véritable esprit critique, bien mieux exprimé par certains lecteurs plus au fait des problèmes d'éducation visiblement.

Sur la catastrophe de la myopie chez les jeunes qui scrutent trop ces écrans au quotidien, il y a l'excellent documentaire d'Arte "Demain tous myopes ?". Ou comment ce mal qui contamine Singapour et la Chine va se se répandre dans le reste du monde. Moins d'écran et plus d'heures en plein air devraient être le nouveau mantra pour sauver les yeux de la jeunesse.

C'est d'ailleurs marrant, sur un site qui a si souvent regardé avec un certain mépris le stylet chez Microsoft ou Samsung, de le voir aujourd'hui adulé. Comme les jumbophones, "vilipendés" dans ces pages, et qui effrayaient les rédacteurs dès 4,5 pouces…

Et puis le schéma de progression des équipements aux USA est très clair. Alors que la petite musique du plébiscite de l'iPad par les sites pro-marque, c'est le tout tactile opposé au monde d'avant, c'est le monde du clavier qui est revenu en force dans l'éducation.

D'ailleurs, il y a toujours ce même manque qu'on omet de mettre en avant : Apple, contrairement à Windows et Android, ne sait pas retranscrire à la volée l'écriture manuscrite en textes dactylographiés. On peut juste griffonner en surcouche dans Pages ou Keynote. Les applications spécialisées à savoir le faire comme Nebo sont rares. Celles d’Apple en sont bien incapables ! Mais on omet d'en parler.

Pour donner un peu de grain à moudre, on a envie de renvoyer à la lecture de l'article de France Info: “Vos enfants seront-ils bientôt incapables d'écrire à la main ? “, bien plus instructif.
https://mobile.francetvinfo.fr/societe/education/numerique-a-l-ecole/vos-enfants-seront-ils-bientot-incapables-d-ecrire-a-la-main_2641772.html
Mais ici, c'est le bon vieux crayon, la gomme et la feuille de papier que les enseignants plébiscitent pour réintroduire de bonnes pratiques à l'école.

Par ailleurs, un pointeur piloté à la souris rendrait l'iPad couplé à un clavier plus productif pour tout ce qui est navigation rapide dans Pages / Word ou ou Numbers / Excel. J'ai pratiqué via le jailbreak pour une meilleure productivité.

Aujourd'hui, je ne penses pas que le nouvel ipad permette d'inverser la tendance en matière d'équipement des écoles…

avatar LisbethSalander | 

Les grands dirigeants d’entreprises techs ( Jobs, Musk, Brin et compagnie ) refusent de laisser leurs gosses trop en contact avec les écrans et exigent absolument une éducation à base de livres, crayon et papier, avec activités ludiques et artistiques classique. J’avais lue que c’était pour booster leurs créativité et leurs réflexions. Donc pour certains ces gens là sont has been ?
Beaucoup confonde progrès et modernité.
Ce qui est moderne ( neuf) n’est pas nécessairement un progrès.
Au Japon les méthodes traditionnelles d’apprentissage sont plébiscitées à la place du tout écran/ ordi.

avatar Malvik2 | 

@LisbethSalander

Absolument, c’est à dire que ces dirigeants ont compris une chose, c’est qu’il a deux types d’enfants: ceux qui vont être lobotomisés par les écrans 10 heures par jour(je suis modeste), ceux là ne seront sans doute bon qu’à devenir de simple "consommateurs" de produits de type Apps store ou Google store.
Les autres, moins addicts aux écrans pourront laisser voguer leur imagination avec leur crayon et leur cahier sans être dérangé/stimulé toutes les deux minutes par une notif ou un tweet à la con. Ceux là auront une chance certainement plus grande de passer du simple "bouffeur" de produit à celui de créateur.

Et en effet c’est la raison pour laquelle tous les gourous de la silicon valley, Feu Steve Jobs en tête, ne tolère(ait) aucun smartphone/tablette à la maison.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR