Apple met à jour son rapport sur la responsabilité sociale de ses fournisseurs

Nicolas Furno |

Apple a publié son onzième rapport d’évolution sur la responsabilité sociale de ses fournisseurs. En 2016, le constructeur a mené davantage d’audits que les années précédentes, avec 705 contrôles réalisés par une entreprise tierce dans toute sa chaîne de production. Trois fournisseurs ont été éliminés cette année pour non respect des règles établis par Apple.

Usine d’assemblage de l’iPhone (photo Apple). Cliquer pour agrandir

Néanmoins, le constructeur se félicite des bons résultats, avec notamment 98 % d’entreprises qui respectent la durée limite de travail fixée à 60 heures par semaine. Autre bon point, Apple a réussi à réduire les émissions carbone à hauteur de 150 000 tonnes cette année, soit l’équivalent de 31 000 voitures. Les lignes d’assemblage en Chine ont aussi atteint l’objectif zéro déchets UL, une norme de l’industrie. Plus de 200 000 tonnes de déchets n’ont pas été déversés en décharge cette année.

Outre les conditions de travail et l’environnement, Apple continue aussi son effort concernant les « minerais du conflit », ces matières premières précieuses qui proviennent de zones en guerre, en particulier du Congo. Cela concerne l’or, l’étain ou encore le tungstène et le constructeur s’est publiquement engagé en 2010 pour ne plus utiliser ces minerais.

Pour garantir l’origine des minerais et éviter les trafics illégaux, Apple mène des audits chez tous ses fournisseurs et tous doivent s’y plier sous peine de perdre leurs contrats. Alors que l’administration Trump envisage de réduire les limites imposées aux entreprises américaines sur les minerais de conflit, Apple s’engage à nouveau dans sa politique.

Paula Pyers, la directrice de la responsabilité sociale de l’entreprise vis-à-vis de sa chaîne d’approvisionnement, a ainsi indiqué dans une interview à Buzzfeed :

Nous avons indiqué très clairement à nos fournisseurs que, quelque soient les changements de régulation ou de dérégulation, nous maintiendrons la même politique qu’au cours des six dernières années. Nous allons continuer les audits tiers.

Une mine d’or au Congo, 2013. Cliquer pour agrandir

Depuis l’an dernier, la liste de fournisseurs d’Apple est totalement débarrassée de minerais de conflit, en tout cas d’après les audits menés en son nom. Même si les législations devenaient moins contraignantes aux États-Unis, l’entreprise compte maintenir sa politique. Et Cupertino va même plus loin : le rapport 2017 prend aussi en compte le cobalt, un minerai qui n’est pas surveillé normalement. Là aussi, des audits ont été menés et Apple va publier la liste exhaustive de tous ses fournisseurs.

Pour finir sur une note plus positive, Apple a formé l’an dernier plus de 2,4 millions de travailleurs dans le monde sur leurs droits et dans leur langue. Plus de deux millions d’étudiants ont été pris en charge par un programme dédié aux sous-traitants d’Apple depuis sa création, en 2008.

avatar Joël Pierre (non vérifié) | 

« Néanmoins, le constructeur se félicite des bons résultats, avec notamment 98 % d’entreprises qui respectent la durée limite de travail fixée à 60 heures par semaine. » 60 heures par semaine, c’est vrai, qu’on peut se féliciter de cette avancée sociale…

avatar Mrleblanc101 | 

@Joël Pierre

Si tu savais le nombre de personnes qui travaille 60 heures par semaines même dans un pays développé comme la France ou le Canada...

avatar Mrleblanc101 | 

@Joël Pierre

Si tu savais le nombre de personnes qui travaille 60 heures par semaines même dans un pays développé comme la France ou le Canada...

avatar alfatech | 

@Joël Pierre

"« Néanmoins, le constructeur se félicite des bons résultats, avec notamment 98 % d’entreprises qui respectent la durée limite de travail fixée à 60 heures par semaine. » 60 heures par semaine, c’est vrai, qu’on peut se féliciter de cette avancée sociale…"

Redescends sur terre mon gars…Les 35h ne sont pas la norme mondiale,même en France (restauration,service hospitalier etc…) beaucoup bossent plus de 50h par semaine.

avatar C1rc3@0rc | 

@Joël Pierre

Cela peut paraitre ironique mais c'est pas tellement ce nombre d'heures/semaine qui est remarquable, mais le fait qu'il y ait une norme sur le nombre d'heures par semaine... En en faisant un standard de facto, les entreprises font ce que les etats ne font pas!
On est bien sur un progres social important!

avatar guibson | 

@Mrleblanc101

Et alors ? vous cautionnez le principe qui veut qu'il faut travailler à en crever pour satisfaire les oligarchies du libéralisme débridé ? (sans régulation) ? bien vous en fasse, vos enfants et petits enfants doivent vous en savoir gré ? non? Les pigeons qui acceptent de mourir au boulot sous prétexte que le voisin fait de même... Bah allez travailler à réellement gagner votre pitance dans un des pays "non développés" et vous verrez que la remarque ci dessus de Joël n'est en rien débile. Mais élever la condition humaine n'est pas à la portée de tous. Le système à besoin d'esclaves, même chez vous/nous.

avatar _io_ | 

@guibson

Tu peux te calmer ? Tu interprètes les propos des autres en plus des les juger. Ils ne faisaient que mentionner que "60 heures maximum par semaine" est malheureusement encore bien rependue. Jouer les vierges offensées et insulter tout un chacun te discrédite au point de passer pour un troll.

avatar Madalvée | 

Keynote numbers Pages mis à jour.

avatar Domsware | 

@Madalvée

Merci !

avatar v1nce29 | 

Et sa propre responsabilité sociale, c'est pour quand ?

avatar larkhon | 

Quand les reportages qu'on peut voir à la TV montrent que certains sous-traitants débauchent les étudiants pour en faire des ouvriers, est-ce qu'il faut se féliciter d'employer deux millions d'étudiants ? Le problème est complexe, et on est sans doute blasé en pensant que l'entreprise qui se fait le plus de bénéfices devrait faire cent fois plus d'efforts.
En tout cas on ne peut plus passer à côté de l'idée qu'une entreprise employant autant de sous-traitants puisse s'en sortir avec quelques contrôles et diluer sa responsabilité en cas d'abus. Quand on voit le reportage de Cash Investigation sur Ikea on voit bien qu'il suffit de rajouter des étages et à un moment donné l'un d'entre eux va être moins regardant sur les conditions dans lesquelles un maillon à bas prix est produit.
Quand une entreprise dit respecter une certaine éthique comment vérifier ?

CONNEXION UTILISATEUR