Steve Jobs : 5 ans déjà

Christophe Laporte |

Dans l’histoire d’Apple, le 5 octobre est un jour pas comme les autres. Après s’être longtemps battu contre la maladie, Steve Jobs nous quittait il y a tout juste 5 ans, à l’âge de 56 ans.

À la rédaction, on s'est fait aujourd'hui la réflexion qu’on se souvenait tous précisément de ce que l’on faisait au moment où l’on a appris la nouvelle. Sans doute beaucoup d’entre vous se souviennent également de cet instant. Cela fait partie des dates qui marquent une vie.

Apple a maintes fois rendu hommage à Steve Jobs. Si cette année, la Pomme n’a rien fait de particulier sur son site en ligne, Tim Cook n’a pas manqué de rendre hommage à son ami sur Twitter.

Tim Cook reprend l’une des phrases fétiches du cofondateur d'Apple : « Le plus important, c’est d’avoir le courage de suivre son cœur et ses intuitions ». Et d’appeler ses abonnés sur Twitter à se souvenir de Steve Jobs et de son oeuvre.

À cette occasion, les journalistes Kara Swischer et Walt Mossberg ont rassemblé leurs entretiens avec Steve Jobs aux conférences All Things Digital en podcasts disponibles sur iTunes. Un concentré est visible sur YouTube.


Tags
avatar Mat-e | 

S. jobs avait également le talent et le charisme rare pour imposer sa vision au monde. En cela, ses fameuses Keynotes sont un chef d'œuvre de communication. Souvent imité, jamais égalé...

avatar awk | 

@Mat-e

C'est sans doute un des points où l'absence de Jobs se fait le plus sentir : son charisme, sa force de conviction, sa puissance durant les key-note ...

avatar Mat-e | 

Et puis S. Jobs est quand même l'auteur d'un miracle dont je ne suis toujours pas revenu : il a sauvé son entreprise qui était, début 1997, à quelques jours du dépôt de bilan. Il n'a pas fait que la sauver. Il a transformé une entreprise moribonde, qui avait perdu ses valeurs, en leader du marché de la high-tech. Je pense que beaucoup d'entreprises souhaiteraient avoir un "simple commercial" de la trempe d'un S. Jobs ;)

avatar alan1bangkok | 

RIP man
Mais il y a quand même ( j'espère ) des choses autrement plus importantes et dramatiques

avatar daffyduuck | 

@Protos:

"Tout le monde voulait son ordinateur personnel". Encore une ineptie de ta part, parmi tant d'autres. En 1976, le concept d'ordinateur personnel n'existait pas. Du tout. Rien. L'ordinateur "personnel" le plus évolué était l'Altair, et il fallait être sacrément motivé pour le faire tourner.
Wozniak a pondu les prémices de ce qui allait être l'Apple 1. Juste pour le fun. Personne à l'époque ne voulait d'ordinateur personnel. Personne ne voulait vendre non plus. HP a rejeté le projet. Jobs a eu la certitude que ce serait l'avenir. Pareil pour la souris et l'interface graphique: Xerox n'en voulait pas, n'y croyait pas. Pareil pour le téléchargement légal de musique. Pareil pour l'iPhone. Pareil pour l'iPad. Pareil pour Pixar.
Il n'est pas nécessaire d'inventer pour être bon. Napoléon, Christophe Colomb, Martin Luther King, Jules César, Henri Ford, n'ont rien inventé. Ils avaient juste des convictions, des intuitions. Et ce ne sont pas des "Einstein" non plus.
Tu penses ce que tu veux, je comprendrai. Mais comprends de ton coté qu'on puisse admirer un type qui a "senti" aussi bien les choses que Jobs.
Son système est basé sur Unix? Oui, et? C'est un peu comme si tu disais d'une Porsche "ouais mais leur système est basé sur le moteur à explosion, ils n'ont rien inventé".
Colérique, insupportable? Oui, tout comme toi, il était tellement sûr de lui qu'il en devenait arrogant et pénible quand les choses n'allaient pas comme il voulait. Mais à la différence de toi, lui avait raison dans les grandes lignes.

avatar awk | 

@daffyduuck

Pour rentrer dans les détails, il y avait un micro-marché de hobbyst et de bricoleur achetant des systèmes en kit, s'échangeant des plans ... mais strictement aucune vision pour un marché de masse qui semblait pour une grande part des acteurs de l'industrie informatique tenir du fantasme sous LSD.

avatar igaijin | 

Au risque de passer pour un Fanboy ou je ne sais quoi, je me rappelle très bien ce que je faisais. Je me réveillais à peine et j'ai saisi mon MBA pour regarder les news. En voyant ça j'ai une boule qui est arrivée au milieu de la gorge et après qq minutes j'ai écrit. J'ai écrit un article car en plus de bosser en magasin j'alimentais la partie communauté du site fnac avec qq articles sur l'univers Apple. Ce fut pour moi une journée étrange, j'ai eu l'impression de perdre quelqu'un que je connaissais alors que je n'ai pas eu la chance de Awk. Est-ce parce que j'admirais son parcours ou sa détermination, ou bien pour les produits qui m'ont accompagné depuis mon performa 630 quand j'étais gamin jusqu'à aujourd'hui, ou encore son combat contre la maladie (contre laquelle j'ai aussi lutté avec plus de chance que lui) ou peut être avoir le 24 février (82 pour moi!) en commun. Je ne sais pas mais je me rappelle très bien ce moment et je comprends que cela puisse paraître absurde à certains. Sa disparition n'a pas empêché la terre de continuer à tourner mais si l'on part de se principe cela s'applique à tout le monde donc respectons le pour ce qu'il nous a apporté à des degrés divers et respectons les sensibilités de chacun. Personne n'oblige quiconque à éprouver la même chose face à la disparition de S Jobs.

avatar Le docteur | 

J'ai la mémoire qui flanche un peu (de nombreuses années fatigantes). Je ne me rappelle plus trop ce que je faisais quand j'ai appris la mort de Steve Jobs. Clairement ça m'a marqué, par contre, et je me suis dit que c'était la fin d'une époque. Je continue de le penser, malheureusement, après m'être demandé si Jobs n'avait pas réussi à mettre en place une équipe qui continuerait selon ses critères.

Mais ce n'est pas facile de mettre en place une pensée collective digne de ce nom, surtout quand son génie tient en un individualisme forcené.

Par contre, en cherchant un autre exemple de ce souvenir clair, comme celui décrit par la rédac, je me rappelle très bien la journée où j'ai appris la mort de Charb, Wolinsky, Cabu et Maris. Bien sûr qu'il y en a eu d'autres, mais j'ai particulièrement mal pris la mort des deux premiers.
On nous a conseillé (pas tout de suite, si ma mémoire est bonne) d'accompagner les élèves, mais personnellement j'étais trop révolté par ça pour en parler sur le coup. Pendant une journée j'ai dit que je ne dirai rien sur ce sujet.

Je me rappelle très bien que j'étais en train d'écouter la radio, que j'ai entendu parler d'une fusillade à Charlie, mais qu'étrangement, je n'ai pas pensé aux dessinateurs. C'est après que j'ai entendu la liste des victimes, et à chaque nom c'était un coup.

C'est là que je vois que vous êtes des geeks avant tout et que je reste un fou de BD très marqué par les journaux anars (comme je le suis par ailleurs par la SF française de l'époque Métal Hurlant et d'une certaine manière aussi par les comics américains). On a la mémoire sélective, mais effectivement ça me paraît normal d'être marqué par la mort de Jobs, même si clairement on l'a vu arriver.

avatar Le docteur | 

Jobs n'était pas qu'un marketeux, c'était un maniaque de l'ergonomie et de l'interaction homme-machine. Heureusement que des types comme lui s'intéressaient à des choses aussi futiles que le rendu des polices, la fluidité du déplacement des fenêtre, du défilement ou des glisser-déposer.
Quand on regardait les vidéos de présentation de NextStep en 92 et qu'on bossait sur un Windows 3.1 on devait chialer un bon coup, pour peu qu'on ait un peu d'exigences esthétiques.

avatar awk | 

1/ Pour illustrer ce qu’était le rare talent de S. Jobs, la visite au Xerox PARC est ce qu’elle produisit est archétypal de sa force.

Dans les années 70, le Palo Alto Research Center de Xerox regroupait une grande part des meilleurs chercheurs du temps voulant définir l’informatique du futur. Et d’un point de vue conceptuel ils y parvinrent : une très grande des fondements de l’informatique tel que nous la vivons est issue des travaux du PARC, en premier lieu des quels l’interface utilisateur graphique WIMP.

Si les grands esprits animant le PARC avaient jeté les fondations de l’informatique du futur, il manquait un élément clef pour parachever le succès : Une vision produit forte de ce qu’il pouvait être proposé de désirable à un large public s’appuyant sur ces fondations.

Les deux instanciations des concepts du PARC que furent l’Alto One et le Xerox Star pour potentiellement révolutionnaire qu’elles soient soufrées, entre autre, d’être « sous-designé » et de manquer d’une vision produit forte.

Quand Jobs a eu l’occasion de visiter le PARC il a vécu un réel choc intellectuel, une épiphanie … il a vue comment tout cela pouvait offrir au plus grand nombre des machines conviviale, désirable, abordable par le plus grand nombre…

Les accords passés avec Xerox d’accès au PARC en échange d’actions Apple, donnèrent le meilleur retour sur investissement produit par le PARC pour Xerox lors de l’IPO d’Apple.

Jobs fît avec une volonté implacable, un sens du détail, de l’importance du design, naitre une machine, certes imparfaite, mais terriblement excitante et riche en promesses, désirable qui aller jeter les bases de la révolution du GUI pour le grand public.

avatar awk | 

2/ Sans la volonté, la vision, l’obstination de Jobs il est certain que les GUI serait arrivée sur les ordinateurs personnelle plusieurs années plus tard, aucun des acteurs de l’industrie ne voyait de raison de se presser et de ne pas tirer le maximum de la donne avant de se poser la question d’un changement de paradigme que personne ne réclamait et que la concurrence mis bien du temps à adopter sérieusement.

La transition au paradigme de GUI WIMP (Windows, Icons, Menus and Pointing device) doit énormément à Jobs et au vue de ce que cette approche à permit tous les utilisateurs d’ordinateur peuvent lui en être redevable.

avatar iPomme | 

Un grand Homme. Il a changé son époque, la notre et probablement celle des petits qui gambade dans les écoles...

avatar bombigolo | 

… jusqu'à ce que le dernier smartphone disparaisse des rayons , remplacé par le futur "ammmazing" objet de télécommunication .
Il disparaitra alors des mémoires , tout comme Martin Cooper aujourd'hui .

avatar awk | 

@bombigolo :
L'exemple de Martin Cooper n'est absolument pas significatif

Tu parles là d'un inconnu qui a toujours était inconnu en dehors d'un microcosme

Steve Jobs avait de son vivant un statut d'icône, de ce qui marque les esprits bien au delà d'un microcosme

Steve Jobs a une grande part des marqueurs qui font une postérité légendaire dans l'inconscient collectif.

Le parallèle le plus juste me semble être avec Edison

avatar Dumber@Redmond | 

@protos:

Euuuuuh pour résumer : TA GUEULE, ABRUTI !!!

avatar awk | 

Toujours étrange d'être confronté à ce type d'énergumènes.

Quelle frustration de l'ego. quelles aigreurs, quel manque de reconnaissance sociale, quel misères ... peuvent conduire à un tel plaisir d'eructer et de déféquer publiquement ?

Quand on en est à faire une maxime du : je provoque comme un enfant capricieux donc je suis ... c'est qu'on touche un fond de misère

avatar feefee | 

@awk :

"Toujours étrange d'être confronté à ce type d'énergumènes."

Parfois j'aime à penser qu'il le fait exprès malgré tout , pour susciter l'intérêt , n'ayant aucun autre moyen , de coup ça le rend moins idiot ...

avatar awk | 

@feefee :
Il le fait exprès
on peut difficilement être réellement aussi bête ;-)

C'est de la provocation puérile et affligeante de bêtise

avatar awk | 

@feefee :
L'autre hypothèse est que nous ayons affaires à un technicien très limité qui ne supporte pas d'avoir depuis longtemps atteint son plafond de verres et rend responsable de ces échecs ceux qui ont une culture, un cadre de pensée, des connaissances... qui lui manquent terriblement

C'est un modèle de frustrés assez courant

avatar pocketalex | 

@awk : je ne sais pas ... surement

J'ai tout de même lu des trucs qui m'ont interpellé dans les réactions de @Protos et de @TmrFromNO

Par exemple, la casse systématique du chef d'équipe, du visionnaire, ce qui qui "dit ce qu'il faut faire mais c'est pas lui qui fait, ce sont ses ingénieurs", manière cachée de dire "il sert à rien, c'est pas lui qui fait le taf mais ses équipes" est un discours extrême-gauchiste qui nie le rôle d'un manager, d'un leader, pour privilégier celui des petites mains, limite en conclure qu'elle feraient le même taf, voir mieux, sans l'empêcheur de tourner en rond

En gros, c'est quelqu'un qui privilégie le modèle communiste à celui du capitalisme qui imposerait une hiérarchie, une exploitation des masses par quelques privilégiés, et de caser Steeve Jobs dedans bien évidemment, un sale exploiteur.

C'est une lecture que j'en ai faite, à méditer...

De manière plus générale, suivre la vision de quelqu'un de "génial" est toujours un exercice difficile. Je suis bien placé pour le savoir, limite pour le vivre au quotidien.

C'est tout sauf un promenade de santé, et il faut constamment se remettre en question, faire face à des décisions que l'on ne comprend pas, à des logiques qui ne sont pas les notres, à des décisions tranchées, violentes, directes, et qui parfois remettent en cause un énorme travail de plusieurs personnes ... dans ma boite, ça en a laissé un paquet sur le carreau, et je parle d'une petite PME de 20 personnes. Alors sur une multinationale, ça a pas du être facile pour beaucoup de monde :)

Si l'on est pas animé par la passion, par l'envie de faire de belles choses, de vivre de belles choses, d'avoir une utilité à la dépense d'énergie que l'on met dans son travail, c'est sur, ça part au clash.

avatar awk | 

@pocketalex :
Entendons nous bien, mon propos ne visait nullement à réhabiliter ces deux cretins congénitaux ;-)

Il s'agissait juste de donner un éclairage sur le statut don joui Edison et sur le fait que la postérité n'est pas qu'une question de légitimité historique;-)

avatar alan1bangkok | 

J'ai faim !

avatar awk | 

@protos

Tu passe à côté de l'essentiel, le pacte faussiez qu'avait passé Jobs avec les forces du mal pour réussir a tirer le plus grand profit du travail de jeunes cerveaux réduit en esclavage, son habitude de commencer ses journée en ce délectant de la cervelles d'une jeune doctorat vierge (ce qui est difficile à trouver) juste déglacée d'un que de citron, les sacrifices humains auquel il participait régulièrement lors de rites animés par les société les plus secrètes des USA ayant pour objectif la domination du monde et la spoliation de tous les esprits créatif au service du grand capital et je ne parle même pas de ces bains de sang de jeunes philosophe, de ses orgies sous l'emprises des drogues les plus diverses où il vampiriser les artistes et les penseurs ... ni même des graves mutilation qu'il fit subir au corps et à l'âme de Wozniak

avatar IceWizard | 

@Protos
"Jobs avait des idées sur ce qu'il fallait faire et comment il voyait les choses. Il avait une vision. Mais ne savait rien faire de lui même car il n'était ni ingénieur, ni doctorat, ni chercheur etc..."

Il était tellement nul que son premier travail salarié a été .. développeur de jeu vidéo chez Atari. Il est crédité comme étant l'un des deux programmeurs du premier casse-brique ! Quel incompétent ce type ..

@Protos
"Je voudrais quand même rappeler que l'interface graphique du premier Macintosh venait de chez Xerox, ce n'est ni Jobs ni les ingénieurs de chez Apple qui l'ont inventée."

Je voudrais quand même rappeler que la souris et l'interface graphique ont été inventés dans les années 60 par Douglas Engelbart (brevet de la souris déposé en 1967), dans son laboratoire (SRI - Standford Research Intsitute), financé par la DARPA (armée américaine). Une présentation du combo (souris/interface graphique ET vidéoconférence) a été faite en 1968, devant plus d'un milliers de personnes, dont de nombreux ingénieurs de la NASA. Bide complet .. les gross geeks de la NASA se sont publiquement moqués de la gueule d'Engelbart et sa vision de l'interface homme-machine. Des prophètes ces gars.

XEROX s'est inspiré de la présentation de 1968 pour développer sa propre souris puis l'ordinateur Xerox Alto. Et engagé des anciens étudiants d'Engelbart.

L'ordinateur n'étant qu'un sujet de recherche théorique, sans objectif commercial, les dirigeants de Xerox ont décidés d'organiser une série de démonstration technologique auprès des principales entreprises informatiques us. Steve Jobs a immédiatement compris les implications du concept, et négocié une licence à Xerox et SRI pour développer commercialement leurs technologies.

avatar awk | 

@IceWizard :
Petite précision le PARC avait des objectifs de recherches appliquée et il en est sorti une machine commerciale: Le Xerox Star

https://en.m.wikipedia.org/wiki/Xerox_Star

avatar IceWizard | 

Effectivement, je viens de relire le chapitre traitant de la genèse du LISA dans le livre "Steve Jobs". C'est plus complexe que mon explication sommaire. Il y a notamment le fait que Xerox ne faisait pas de démonstration de son Xerox Alto, se contentant de montrer des choses plus basiques. Mais comme Xerox voulait acheter un gros paquet d'action Apple à un prix d'ami, Jobs a réussit à négocier le droit de regarder l'intégralité des recherches en cours.

C'est intéressant de comparer le Xerox Star avec le Lisa pour voir l'importance des travaux d'Apple sur les premières interfaces graphiques commerciales :
- Fond d'écran noir (pas de WYSIWYG)
- Souris à 3 boutons ne détectant que les mouvements verticaux et horizontaux
- Ergonomie très mauvaise (il fallait cliquer sur une liste de commandes avant de réaliser une action, au lieu d'un système contextuel réagissant à un clic en fonction de la position de la souris sur l'écran).
- Impossibilité de superposer une fenêtre au dessus d'une autre
- Impossibilité de déplacer les fenêtres sur l'écran
- Aucune fluidité dans l'interface, les objets se déplaçant brutalement, passant d'une position A à une position B sans transition).
- machine extrêmement lente (plusieurs minutes pour sauvegarder un fichier)
- Prix délirant de 16.500 $

avatar fte | 

@IceWizard : on dira ce qu'on veut, en ce qui me concerne je vois du génie lorsque quelqu'un voit ces prototypes de Xerox et en saisit la portée, décide de se lancer dans la conception d'une machine et débouche sur le Mac premier du nom. 30 ans plus tard, les UI n'ont pas tellement changé...

avatar IceWizard | 

@fte
C'est clair. Il n'y a pas de différence fondamentale entre l'interface du premier Lisa et celle d'un Mac/Windows/Linux actuel. Des améliorations de détail (couleur et meilleurs graphismes), mais le fond reste le même. Jobs et son équipe ont fait un travail fantastique a partir du concept souris/écran graphique.

avatar fte | 

Le niveau de certains contributeurs est consternant. Que l'avis aille dans un sens ou l'autre, qu'importe, mais le fond du discours est si profondément enfoui sous les couches d'idioties qu'il n'est pas prêt de décongeler malgré le réchauffement climatique. Mieux vaut passer son chemin.

À ceux qui pensent que Jobs n'a rien inventé, vous vous trompez. Jobs a posé les bases d'un ordinateur que les gens ont eu envie d'utiliser, d'un ordinateur qui disait Hello et qui souriait en démarrant. Jobs a inventé l'UX, deux fois. La première fois avec Lisa (puis le Mac), la seconde fois avec l'iPhone. L'iPhone à pour la première fois fait comprendre aux gens qu'une UI n'est pas nécessairement chiante et énervante, y compris aux utilisateurs de PC. Il y a clairement un avant iPhone et un après iPhone, la tolérance aux interfaces pourries a beaucoup baissé.

avatar awk | 

@fte :
Nous vivons l'époque du Trumpisme triomphant, la fin de l'héritage des Lumières, la fin du surmoi, la fin de la valeur des faits ...

avatar fte | 

@awk : ah les faits, c'est vrai que c'est tellement chiant. Ils sont si difficiles à réfuter, on ne peut pas le modifier discrètement... c'est beaucoup plus facile de les ignorer et d'en inventer des tout neufs.

avatar IceWizard | 

@Protoss
"Jobs ne savait même pas comment fonctionne l'électronique de son téléphone."

C'est clair que le gosse de 13 ans qui appelait au téléphone le président d'HP, lui demandant des échantillons gratuits de composants pour fabriquer un fréquencemètre, n'a aucune connaissance en électronique .. Il a eu ces composants ET un job d'été chez HP !

avatar Dumber@Redmond | 

@protos

Tu viens du vide, ta tête est vide et tu retourneras au vide (que tu n'aurais jamais dû quitter).
Tu es à la vacuité ce que le tien est au néant.

PS : tu n'es qu'un proto-rien...

avatar Dumber@Redmond | 

@protos

Tu es à la vacuité ce que le rien est au néant.

avatar JokeyezFX | 

RIP Steve Jobs

avatar Stéphane83000 | 

Il faut respecter sa mémoire.
Et d'autres génies nous ont quittés depuis et pas des moindres : David Bowie, Prince...

avatar iLionel | 

Steve Jobs : De bons côtés, de mauvais côtés … bref, un être humain.
Mais avec quand même quelque chose en plus, la volonté de vouloir changer le monde … RIP

avatar grigby | 

Moi je me suis réveillé avec une notification sms d'un service SFR qui m'annonçait toutes les morts des gens célèbre. (Le service génial ..)
J'ai passé pas mal de temps à réfléchir au fait qu'être la personne la plus influente d'un monde n'est La épargnée par une mort prématurée...

Mais A l'époque je n'étais pas du tout fan d'Apple :D Bien au contraire même. Mais j'avais quand même conscience de la carrure du personnage

( J'avais 18 ans, pour expliquer les réflexions métaphysique au réveil...)

avatar umrk | 
avatar Jeanlucesi | 

Je ne peux pas m'empêcher de penser à tout ces ouvriers exploités en Chine dont certains ont mis fin à leurs jours.

avatar awk | 

@Jeanlucesi

Et une fois que tu n'as pas pu t'empêcher d'y penser jusqu'où te porte ton empathie concrètement ?

S'il y a bien une chose que Steve Jobs n'a pas inventé c'est bien la délocalisation en Chine.

avatar pocketalex | 

@Jeanlucesi : pour penser, faudrait deja que tu aies un cerveau. Achetes en un et reviens commenter autre chose que des affirmations total hors sujet et au niveau zero de la réflexion

parceque bon, oui la guerre c'est pas bien, la famine, c'est pas bien aussi, et la maladie ... ben c'est pas bien non plus hein.

avatar awk | 

@pocketalex

Dans cette veine puissante d'analyse de la vie des grands hommes, un de nos regrettables camarade évoqué Albert Einstein.

En suivant l'implacable logique compationelle de Jeanlucesi nous pourrions dire : "Je ne peux pas m'empêcher de penser à Hiroshima et Nagasaki"

Car si Einstein ne fût pas directement impliqué dans le projet Manhattan, la lettre qu'il adressa au président Franklin Roosevelt fût pour beaucoup dans le processus conduisant au final à Little Boy et Fat Man.

Sans même parler de l'importance de ces travaux théoriques sur le concept même de bombe atomique.

avatar IceWizard | 

@jeanlucesi
"Je ne peux pas m'empêcher de penser à tout ces ouvriers exploités en Chine dont certains ont mis fin à leurs jours."
Et fort étrangement tu ne penses pas aux ouvriers chinois exploités pour la création de ton ordinateur, de ton smartphone, de ta tv, de ton micro-onde, de ton porte-clé, de tes chaussures et de tes slips Auchan à 8 € les 5 paires. Parce que c'est bien quand c'est pour toi..

avatar Vivid (non vérifié) | 

Mise a part les gens qui directement apporte un plus a la civilisation, il est préférable de magnifier ceux qui sont profondément avant tout humain.

avatar awk | 

@Vivid

Niveau apport à la civilisation Steve Jobs se pose un peu là. Peu d'homme sur ces dernières décennies ont eu autant d'impact sur la vie en occident que lui.

avatar pocketalex | 

@Vivid : pas évident ta proposition, il faudrait rayer de la mémoire collective 98% des personnalités

Il resterait Gandhi et pas beaucoup d'autres personnes

avatar awk | 

@pocketalex :
Sur Gandhi c'est loin d'être tout blanc ;-)

avatar pocketalex | 

@awk : oui enfin c'est surtout quand il était enfant. Entre temps, il a bien gandhi ^^

avatar awk | 

@pocketalex :
3/20 ? ;-)

non ça vaut quand même mieux au pays de Ghandi comme dans tous les pays :-)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR