Apple recrute une tête pour mener son intelligence artificielle

Stéphane Moussie |

Plus discrète que Google sur ses projets d'intelligence artificielle (IA) — elle n'est pas du genre à organiser une partie de jeu de go entre Siri et un champion en chair et en os —, Apple n'en reste pas moins très active dans ce domaine. Siri, mais pas seulement, va bientôt bénéficier de la matière grise d'un universitaire spécialiste du machine learning.

Russ Salakhutdinov a annoncé sur Twitter qu'il allait occuper le poste de directeur des recherches en IA de Cupertino. Il va rester par ailleurs professeur à la Carnegie Mellon University. Selon Jack Clark, un ancien journaliste spécialisé, Apple a tiré le gros lot en recrutant ce savant qui fait un travail « incroyable ».

Pour ne pas dresser d'obstacle vis-à-vis de certains chercheurs, la firme va autoriser la publication de certaines recherches dès lors qu’elles ont une forte valeur ajoutée et peuvent bénéficier à la communauté des scientifiques (lire : Apple a l'intelligence artificielle discrète mais partout présente).

Pas plus tard qu'aujourd'hui, Tim Cook a réaffirmé que l'intelligence artificielle allait jouer un rôle de plus en plus grand dans les produits, en prenant l'exemple de l'optimisation de l'autonomie et des recommandations musicales. Apple va d'ailleurs ouvrir très bientôt un centre de recherche au Japon dédié à ce champ.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

La voiture... ce n'est qu'un détail des robots et les robots ne sont eux-même qu'un détail de l'IA.

avatar oomu | 

et l'IA n'est qu'un détail de l'âme

et l'âme n'est qu'un détail de l'onde de la Corde Originale qui résonna dans le Cosmos

Hu...

avatar Powerdom | 

@oomu :
Oomu va te coucher. Il est tard

avatar awk | 

@Powerdom :
Non c'est là qu'il donne toute sa substance:-)

ça change du tout-venant:-)

avatar C1rc3@0rc | 

La voiture en general c'est surtout la cle de voute des problemes climatiques, environnementaux, économique et sociaux. Bon OK y a aussi Monsanto et Bayer qui on fait, font et vont faire beaucoup de mal a tous ces secteur, surtout s'ils fusionnent!
Chez Apple en particulier ça ressemble de plus en plus a un naufrage...

Par contre la grande news:
«Pour ne pas dresser d'obstacle vis-à-vis de certains chercheurs, la firme va autoriser la publication de certaines recherches dès lors qu’elles ont une forte valeur ajoutée et peuvent bénéficier à la communauté des scientifiques»

Pour ceux qui ne le savent pas, on est dans un systeme immonde dans le monde de la recherche ou l'existence et la valeur d'un chercheur equivaut a son nombre de publications (rapport de recherche ) et cela dans des journaux specialisés dont chacun a un coeficient de valeur purement arbitraire.

Donc pour un chercheur, savoir qu'il ne pourra pas publier son travail, et cela juste au niveau des premiere experiementations (faut pas attentdre d'avoir decouvert la peniciline ou la formule E=MC2...)
c'est juste dissuasif!

La Apple, donc le culte du secret passe maintenant apres le niveau de marge mais bien avant la qualité de conception, fait un tres gros effort en laissant publier un petit peu. Mais ça a l'air d'etre sacrement verrouillé quand meme.

«Tim Cook a réaffirmé que l'intelligence artificielle allait jouer un rôle de plus en plus grand dans les produits, en prenant l'exemple de l'optimisation de l'autonomie et des recommandations musicales.»

L'intelligence simulé a tout de meme plus d'importance que de recommander a un décérébré quelle bouillie commerciale écouter!
Quand a optimiser l'autonomie, c'est par l'IA c'est le travail de l'ingenieur.
Tous cet trucs son calculables et modelisables, l'IA c'est pour les cas qui ne sont pas calculables "simplement", la ou les heuristiques sont reines de l'univers!
On va commencer par l'informatique conversationnelle...

avatar awk | 

@C1rc3@0rc :
Ton grand malheur tout n'est pas calculable et réductible à de bels et beaux modèles déterministes

L'humain est un immonde truc capable de transcendance, beurk

avatar occam | 

@awk :

« L'humain est un immonde truc capable de transcendance »

Capable de transcendance ?

Je pense que c'est faire trop d'honneur à notre pauvre cerveau de singe anthropoïde dont la plupart des facultés conscientes ne sont probablement qu'un épiphénomène de l'évolution. Ce serait prendre les limites de notre capacité de raisonnement et de calcul pour une qualité positive. Cela me rappelle un conte de Jorge Luis Borges, «Le Rapport de Brodie», où Borges imagine une peuplade, les bien nommés Yahoos, qui ne savent compter — sur les doigts d'une seule main — que jusqu'à quatre.
Pour les Yahoos, conclut Borges, l'infini commence au pouce.

Entre le pouce des Yahoos et notre prétendue transcendance, il n'est qu'une différence de degré. Et de démesure.

avatar awk | 

@occam :
Je suis un grand fan de l'aveugle de Buenos Aires ;-)

Après face à la musique de Bach ou de Coltrane, face à un Vélasquez ou un Bacon, face à un Frank Lloyd Wright ou un Bramante ... l'art et la pensée en général ... je crois en la capacité de cet étrange animal à transcender parfois sa condition

avatar occam | 

@ awk :

«…face à Bach ou Coltrane, face à un Vélasquez ou un Bacon, face à un Frank Lloyd Wright ou un Bramante…»

Même si ce n’est qu’une belle illusion — ce que j’ai tendance à croire — je veux bien convenir que c’est le genre d’effort qui nous justifie. Ou qui pourrait nous justifier, face à une intelligence supérieure, le jour où nous devrions démontrer que nous avons été aussi autre chose qu’une simple infestation planétaire. Parmi nous, il y en aura eu une poignée qui auront été capables d'imaginer et de créer ÇA.

avatar awk | 

@occam :
Le seul truc qui pour moi justifie que l'homme puisse être considéré comme autre chose qu'une épidémie, sa capacité parfois à produire du beau et du grand.

avatar C1rc3@0rc | 

le beau et le grand sont des jugements humain et quasi exclusivement issus du cerveau limbique, donc on peut difficilement parler d'intelligence et de transcendance dans ce cas.

Se considerer comme une epidemie c'est s'attribuer deja beaucoup trop de valeur et presumer d'une orientation d'une nature que souvent l'on considere comme regit par des conceptions dogmatiques... tres anthropocentristes...

La soupe emotionnelle primitive et primaire qui donne a l'humain son illusion de conscience n'est qu'un echo tres deformé et attenué de l'intelligence.
Je pense donc je suis,... oui mais faut il encore vraiment penser et pas juste regurgiter une lecon bien apprise.

Si l'intelligence pouvait emerger dans la conscience et presider des nos intentions et de nos actes, le marketing n'existerait pas, la finance non plus et le commerce ne serait que transactions fonctionnelles de 1er niveau.

Aujourd'hui le marketing d'un secteur electronico-informatique, pollué par la finance et a bout de souffle, n'a d'autres créativité que ressortir les thèmes du passé, pour en faire des chansons "modernes"!
Et hardi que je te donne du cloud, du big data, de l'IA,... en prenant bien soin de dissimuler derrières ces mots creux les échecs magistraux auxquels ils se référent!

Car toutes ses thematiques, faussement novatrices, sont des régurgitations ou des excrementations d'expériences qui se sont prises le mur et datant d'au moins 30 ans pour leurs précédentes réalisations voire beaucoup plus quand on gratte le concept... quand il y en a un.

Un jour les machines penseront peut etre et auront arrêté d'exécuter des programmes imitant ce que l'abruti névrotique qu'est l'humain la majorité du temps se figure être de l'intelligence, mais a ce moment cela voudra dire que l'humain aura evolué de maniere a ce que son intelligence ait emergé dans sa conscience, et ce qui est certain c'est que c'est pas pour demain!

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@C1rc3@0rc "le beau et le grand sont des jugements humain..."

C'est une simple hypothèse ou une Vérité Révélée ?
Beaucoup d'affirmations gratuites étayées par une vanité
qui attribue à ses divagations deja beaucoup trop de valeur.

avatar awk | 

@C1rc3@0rc

Et oui l'humain vilain pas beau

avatar béber1 | 

C1rc3@0rc
le beau et le grand sont des jugements humain et quasi exclusivement issus du cerveau limbique, donc on peut difficilement parler d'intelligence et de transcendance dans ce cas.

Discutable.
Que les notions de beauté, de grandeur, de sublime, etc soient liées au cerveau humain et à ses conditionnements, cela peut paraitre une évidence frappée au coin de la raison, de la réflexion lucide, voire du bon sens.

Il n'empêche que comme pour l'animal, l'être Humain a longtemps voulu s'en distinguer au point d'être critique sur les projections émotionnelles que certaines personnes pouvaient plaquer sur leurs animaux de compagnie par exemple, ou plus généralement sur l'ensemble de la Vie environnante

Sauf, que ce qui était une critique lucide de l'anthropocentrisme, soit cette tendance à vouloir projeter sur la nature ou la vie environnante des considérations, des émotions, des sentiments, etc purement "humains", est de plus en plus critiquée par des sciences comme l'Ethologie, qui montre que l'affection, le deuil, la vengeance allant au meurtre, la perception de soi, etc... ne sont pas l'apanage du seul humain.
Et qu'en fait, l'être humain ne fait qu'exprimer ce que les niveaux de conscience évoluées dans leurs lignes évolutives permettent.

Autrement dit, on ne peut affirmer que les notions de beau et de grandeur soient strictement "des jugements humains", ou liées qu'au cerveau humain ou qu'aux seuls êtres humains. Disons que circonscrire ces sentiments à la seule psychée humaine procède d'une limitation qui se veut objective et prudente, ne se bornant momentanément qu'au seul vérifié ou démontré.

Un livre qui m'a fait beaucoup réfléchir, comme le Phénomène Humain de Teilhard de Chardin, c'est Formes & Forces de René Huyghe
Dans lequel l'auteur développe un principe qu'il appelle la "Connaturalité" par lequel il montre que l'Homme imite et n'imite pas la Nature, mais "crée" en procédant lui-même des principes de l'Univers dont il fait partie

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@béber1
Merci béber1 pour ton enrichissement bien loin des propos péremptoires et des croyances affirmées comme des certitudes.

avatar awk | 

@béber1 :
Merci pour la référence à René Huyghe

avatar béber1 | 

(je resume à l'arrache)
le mieux pour se faire une meilleure idée, c'est d'écouter René Huyghe lui-même dans un document INA:
http://www.ina.fr/video/CPF10005777

dans lequel il commence ces explications sur "la Forme" à 4'15" env.
qui l'amènent à définir sa notion de "Connaturalité" 8'20" env.

avatar awk | 

@occam :
Après sur sa capacité à produire du beau et de l'intelligent la période n'est vraiment pas faste :-(

avatar béber1 | 

Pas le même avis du tout

avatar awk | 

@béber1 :
Toujours subjectif ;-)
Personnellement j'ai le sentiment de vivre la mort de l'esprit des lumières, la fin du rationalisme, la disparition du surmoi, le triomphe du pathos et du cretinisme :-(

avatar béber1 | 

@awk
pour la subjectivité on est 2, voire 6 milliards

Extrait de l'interview de René Huyghe :
"Je crois que l'Humanisme est un mot dévalué actuellement,
parce qu'on ne se rend pas compte que toutes les notions doivent évoluer.

Il est évident qu'il n'est pas question de reproduire à notre époque l'Humanisme du 16e siècle qui avait sa raison d'être au 16e siècle.
Cet Humanisme là est lié à une culture qui a été "débordée" dans beaucoup de domaines.. et alors (ce qui fait que) nous sommes en face d'une erreur maintenant : c'est que certains restent attachés à cet Humanisme qui est valable pour son domaine, mais qui est, je le répète débordé de partout, par des domaines nouveaux, en particuliers ceux que la Science à créés.

Alors nous sommes en face d'une Culture qui reste Humaniste dans les Lettres, et qui est Scientifique, en face. Il n'y a pas un Humanisme, je ne dirais pas "scientifique"… mais il n'y a pas un Humanisme qui englobe à la fois les Sciences et les Lettres.

Or il n'y a pas de doute qu'une civilisation doit assumer la totalité de sa culture, et elle l'assume le jour où elle a un Humanisme.

Alors ce que j'essaye de faire (par ce livre là qui est en effet une étape plus philosophique) c'est de montrer qu'à partir d'un champ expérimental, donc d'une science (qui est si vous le voulez : une "Science de l'Art", comme disent les allemands), on peut et on doit élargir sans cesse sa conception pour comparer, rapprocher, englober peu à peu les les autres disciplines, (pour) essayer d'arriver à une vue d'ensemble.
(…)
Devant cette civilisation (moderne) qui souffre d'une segmentation : chacun se spécialise; les hommes ne sont plus compétents que dans leurs petits ou grands domaines; vous avez des gens qui ne voient que l'Economie, vous avez des gens qui ne voient que la Sociologie, d'autres la Politique et d'autres que le Piano, et qui en Art ne s'intéresseront qu'à une petite tranche de 30 ans de l'école italienne…"

avatar awk | 

@béber1 :
Je vais être très terre-à-terre : le succès d'un Donald Trump me désole sur l'état intellectuelle de notre temps et est pour moi plus que symptomatique :-(

Je suis en train de puiser à la source que tu as partagè, merci ;-)

avatar béber1 | 

awk
"Je vais être très terre-à-terre : le succès d'un Donald Trump me désole sur l'état intellectuelle de notre temps et est pour moi plus que symptomatique :-("

Désolé de te répondre aussi tardivement.

Si on s'en tient aux hommes de pouvoir tel que Donald Trump,
dois-je te rappeler quels étaient ceux du 16e siècle, ceux du temps d'Erasme, de Thomas More ou de Montaigne ?

L'Humanisme est né aussi des crises diverses que traversait l'Occident, et notamment celles des guerres civiles religieuses issues de la Réforme.

avatar awk | 

@béber1 :
Eux n'étaient pas élu ;-)

avatar awk | 

@béber1 :
Et oui les grands mouvements naissent souvent des horreurs.

Pire on peut adorer l'art issus de la contre réforme dans adhérer à ses objectifs ;-)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR