Apple recrute une tête pour mener son intelligence artificielle

Stéphane Moussie |

Plus discrète que Google sur ses projets d'intelligence artificielle (IA) — elle n'est pas du genre à organiser une partie de jeu de go entre Siri et un champion en chair et en os —, Apple n'en reste pas moins très active dans ce domaine. Siri, mais pas seulement, va bientôt bénéficier de la matière grise d'un universitaire spécialiste du machine learning.

Russ Salakhutdinov a annoncé sur Twitter qu'il allait occuper le poste de directeur des recherches en IA de Cupertino. Il va rester par ailleurs professeur à la Carnegie Mellon University. Selon Jack Clark, un ancien journaliste spécialisé, Apple a tiré le gros lot en recrutant ce savant qui fait un travail « incroyable ».

Pour ne pas dresser d'obstacle vis-à-vis de certains chercheurs, la firme va autoriser la publication de certaines recherches dès lors qu’elles ont une forte valeur ajoutée et peuvent bénéficier à la communauté des scientifiques (lire : Apple a l'intelligence artificielle discrète mais partout présente).

Pas plus tard qu'aujourd'hui, Tim Cook a réaffirmé que l'intelligence artificielle allait jouer un rôle de plus en plus grand dans les produits, en prenant l'exemple de l'optimisation de l'autonomie et des recommandations musicales. Apple va d'ailleurs ouvrir très bientôt un centre de recherche au Japon dédié à ce champ.


avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

La voiture... ce n'est qu'un détail des robots et les robots ne sont eux-même qu'un détail de l'IA.

avatar oomu | 

et l'IA n'est qu'un détail de l'âme

et l'âme n'est qu'un détail de l'onde de la Corde Originale qui résonna dans le Cosmos

Hu...

avatar Powerdom | 

@oomu :
Oomu va te coucher. Il est tard

avatar awk | 

@Powerdom :
Non c'est là qu'il donne toute sa substance:-)

ça change du tout-venant:-)

avatar C1rc3@0rc | 

La voiture en general c'est surtout la cle de voute des problemes climatiques, environnementaux, économique et sociaux. Bon OK y a aussi Monsanto et Bayer qui on fait, font et vont faire beaucoup de mal a tous ces secteur, surtout s'ils fusionnent!
Chez Apple en particulier ça ressemble de plus en plus a un naufrage...

Par contre la grande news:
«Pour ne pas dresser d'obstacle vis-à-vis de certains chercheurs, la firme va autoriser la publication de certaines recherches dès lors qu’elles ont une forte valeur ajoutée et peuvent bénéficier à la communauté des scientifiques»

Pour ceux qui ne le savent pas, on est dans un systeme immonde dans le monde de la recherche ou l'existence et la valeur d'un chercheur equivaut a son nombre de publications (rapport de recherche ) et cela dans des journaux specialisés dont chacun a un coeficient de valeur purement arbitraire.

Donc pour un chercheur, savoir qu'il ne pourra pas publier son travail, et cela juste au niveau des premiere experiementations (faut pas attentdre d'avoir decouvert la peniciline ou la formule E=MC2...)
c'est juste dissuasif!

La Apple, donc le culte du secret passe maintenant apres le niveau de marge mais bien avant la qualité de conception, fait un tres gros effort en laissant publier un petit peu. Mais ça a l'air d'etre sacrement verrouillé quand meme.

«Tim Cook a réaffirmé que l'intelligence artificielle allait jouer un rôle de plus en plus grand dans les produits, en prenant l'exemple de l'optimisation de l'autonomie et des recommandations musicales.»

L'intelligence simulé a tout de meme plus d'importance que de recommander a un décérébré quelle bouillie commerciale écouter!
Quand a optimiser l'autonomie, c'est par l'IA c'est le travail de l'ingenieur.
Tous cet trucs son calculables et modelisables, l'IA c'est pour les cas qui ne sont pas calculables "simplement", la ou les heuristiques sont reines de l'univers!
On va commencer par l'informatique conversationnelle...

avatar awk | 

@C1rc3@0rc :
Ton grand malheur tout n'est pas calculable et réductible à de bels et beaux modèles déterministes

L'humain est un immonde truc capable de transcendance, beurk

avatar occam | 

@awk :

« L'humain est un immonde truc capable de transcendance »

Capable de transcendance ?

Je pense que c'est faire trop d'honneur à notre pauvre cerveau de singe anthropoïde dont la plupart des facultés conscientes ne sont probablement qu'un épiphénomène de l'évolution. Ce serait prendre les limites de notre capacité de raisonnement et de calcul pour une qualité positive. Cela me rappelle un conte de Jorge Luis Borges, «Le Rapport de Brodie», où Borges imagine une peuplade, les bien nommés Yahoos, qui ne savent compter — sur les doigts d'une seule main — que jusqu'à quatre.
Pour les Yahoos, conclut Borges, l'infini commence au pouce.

Entre le pouce des Yahoos et notre prétendue transcendance, il n'est qu'une différence de degré. Et de démesure.

avatar awk | 

@occam :
Je suis un grand fan de l'aveugle de Buenos Aires ;-)

Après face à la musique de Bach ou de Coltrane, face à un Vélasquez ou un Bacon, face à un Frank Lloyd Wright ou un Bramante ... l'art et la pensée en général ... je crois en la capacité de cet étrange animal à transcender parfois sa condition

avatar occam | 

@ awk :

«…face à Bach ou Coltrane, face à un Vélasquez ou un Bacon, face à un Frank Lloyd Wright ou un Bramante…»

Même si ce n’est qu’une belle illusion — ce que j’ai tendance à croire — je veux bien convenir que c’est le genre d’effort qui nous justifie. Ou qui pourrait nous justifier, face à une intelligence supérieure, le jour où nous devrions démontrer que nous avons été aussi autre chose qu’une simple infestation planétaire. Parmi nous, il y en aura eu une poignée qui auront été capables d'imaginer et de créer ÇA.

avatar awk | 

@occam :
Le seul truc qui pour moi justifie que l'homme puisse être considéré comme autre chose qu'une épidémie, sa capacité parfois à produire du beau et du grand.

avatar C1rc3@0rc | 

le beau et le grand sont des jugements humain et quasi exclusivement issus du cerveau limbique, donc on peut difficilement parler d'intelligence et de transcendance dans ce cas.

Se considerer comme une epidemie c'est s'attribuer deja beaucoup trop de valeur et presumer d'une orientation d'une nature que souvent l'on considere comme regit par des conceptions dogmatiques... tres anthropocentristes...

La soupe emotionnelle primitive et primaire qui donne a l'humain son illusion de conscience n'est qu'un echo tres deformé et attenué de l'intelligence.
Je pense donc je suis,... oui mais faut il encore vraiment penser et pas juste regurgiter une lecon bien apprise.

Si l'intelligence pouvait emerger dans la conscience et presider des nos intentions et de nos actes, le marketing n'existerait pas, la finance non plus et le commerce ne serait que transactions fonctionnelles de 1er niveau.

Aujourd'hui le marketing d'un secteur electronico-informatique, pollué par la finance et a bout de souffle, n'a d'autres créativité que ressortir les thèmes du passé, pour en faire des chansons "modernes"!
Et hardi que je te donne du cloud, du big data, de l'IA,... en prenant bien soin de dissimuler derrières ces mots creux les échecs magistraux auxquels ils se référent!

Car toutes ses thematiques, faussement novatrices, sont des régurgitations ou des excrementations d'expériences qui se sont prises le mur et datant d'au moins 30 ans pour leurs précédentes réalisations voire beaucoup plus quand on gratte le concept... quand il y en a un.

Un jour les machines penseront peut etre et auront arrêté d'exécuter des programmes imitant ce que l'abruti névrotique qu'est l'humain la majorité du temps se figure être de l'intelligence, mais a ce moment cela voudra dire que l'humain aura evolué de maniere a ce que son intelligence ait emergé dans sa conscience, et ce qui est certain c'est que c'est pas pour demain!

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@C1rc3@0rc "le beau et le grand sont des jugements humain..."

C'est une simple hypothèse ou une Vérité Révélée ?
Beaucoup d'affirmations gratuites étayées par une vanité
qui attribue à ses divagations deja beaucoup trop de valeur.

avatar awk | 

@C1rc3@0rc

Et oui l'humain vilain pas beau

avatar béber1 | 

C1rc3@0rc
le beau et le grand sont des jugements humain et quasi exclusivement issus du cerveau limbique, donc on peut difficilement parler d'intelligence et de transcendance dans ce cas.

Discutable.
Que les notions de beauté, de grandeur, de sublime, etc soient liées au cerveau humain et à ses conditionnements, cela peut paraitre une évidence frappée au coin de la raison, de la réflexion lucide, voire du bon sens.

Il n'empêche que comme pour l'animal, l'être Humain a longtemps voulu s'en distinguer au point d'être critique sur les projections émotionnelles que certaines personnes pouvaient plaquer sur leurs animaux de compagnie par exemple, ou plus généralement sur l'ensemble de la Vie environnante

Sauf, que ce qui était une critique lucide de l'anthropocentrisme, soit cette tendance à vouloir projeter sur la nature ou la vie environnante des considérations, des émotions, des sentiments, etc purement "humains", est de plus en plus critiquée par des sciences comme l'Ethologie, qui montre que l'affection, le deuil, la vengeance allant au meurtre, la perception de soi, etc... ne sont pas l'apanage du seul humain.
Et qu'en fait, l'être humain ne fait qu'exprimer ce que les niveaux de conscience évoluées dans leurs lignes évolutives permettent.

Autrement dit, on ne peut affirmer que les notions de beau et de grandeur soient strictement "des jugements humains", ou liées qu'au cerveau humain ou qu'aux seuls êtres humains. Disons que circonscrire ces sentiments à la seule psychée humaine procède d'une limitation qui se veut objective et prudente, ne se bornant momentanément qu'au seul vérifié ou démontré.

Un livre qui m'a fait beaucoup réfléchir, comme le Phénomène Humain de Teilhard de Chardin, c'est Formes & Forces de René Huyghe
Dans lequel l'auteur développe un principe qu'il appelle la "Connaturalité" par lequel il montre que l'Homme imite et n'imite pas la Nature, mais "crée" en procédant lui-même des principes de l'Univers dont il fait partie

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@béber1
Merci béber1 pour ton enrichissement bien loin des propos péremptoires et des croyances affirmées comme des certitudes.

avatar awk | 

@béber1 :
Merci pour la référence à René Huyghe

avatar béber1 | 

(je resume à l'arrache)
le mieux pour se faire une meilleure idée, c'est d'écouter René Huyghe lui-même dans un document INA:
http://www.ina.fr/video/CPF10005777

dans lequel il commence ces explications sur "la Forme" à 4'15" env.
qui l'amènent à définir sa notion de "Connaturalité" 8'20" env.

avatar awk | 

@occam :
Après sur sa capacité à produire du beau et de l'intelligent la période n'est vraiment pas faste :-(

avatar béber1 | 

Pas le même avis du tout

avatar awk | 

@béber1 :
Toujours subjectif ;-)
Personnellement j'ai le sentiment de vivre la mort de l'esprit des lumières, la fin du rationalisme, la disparition du surmoi, le triomphe du pathos et du cretinisme :-(

avatar béber1 | 

@awk
pour la subjectivité on est 2, voire 6 milliards

Extrait de l'interview de René Huyghe :
"Je crois que l'Humanisme est un mot dévalué actuellement,
parce qu'on ne se rend pas compte que toutes les notions doivent évoluer.

Il est évident qu'il n'est pas question de reproduire à notre époque l'Humanisme du 16e siècle qui avait sa raison d'être au 16e siècle.
Cet Humanisme là est lié à une culture qui a été "débordée" dans beaucoup de domaines.. et alors (ce qui fait que) nous sommes en face d'une erreur maintenant : c'est que certains restent attachés à cet Humanisme qui est valable pour son domaine, mais qui est, je le répète débordé de partout, par des domaines nouveaux, en particuliers ceux que la Science à créés.

Alors nous sommes en face d'une Culture qui reste Humaniste dans les Lettres, et qui est Scientifique, en face. Il n'y a pas un Humanisme, je ne dirais pas "scientifique"… mais il n'y a pas un Humanisme qui englobe à la fois les Sciences et les Lettres.

Or il n'y a pas de doute qu'une civilisation doit assumer la totalité de sa culture, et elle l'assume le jour où elle a un Humanisme.

Alors ce que j'essaye de faire (par ce livre là qui est en effet une étape plus philosophique) c'est de montrer qu'à partir d'un champ expérimental, donc d'une science (qui est si vous le voulez : une "Science de l'Art", comme disent les allemands), on peut et on doit élargir sans cesse sa conception pour comparer, rapprocher, englober peu à peu les les autres disciplines, (pour) essayer d'arriver à une vue d'ensemble.
(…)
Devant cette civilisation (moderne) qui souffre d'une segmentation : chacun se spécialise; les hommes ne sont plus compétents que dans leurs petits ou grands domaines; vous avez des gens qui ne voient que l'Economie, vous avez des gens qui ne voient que la Sociologie, d'autres la Politique et d'autres que le Piano, et qui en Art ne s'intéresseront qu'à une petite tranche de 30 ans de l'école italienne…"

avatar awk | 

@béber1 :
Je vais être très terre-à-terre : le succès d'un Donald Trump me désole sur l'état intellectuelle de notre temps et est pour moi plus que symptomatique :-(

Je suis en train de puiser à la source que tu as partagè, merci ;-)

avatar béber1 | 

awk
"Je vais être très terre-à-terre : le succès d'un Donald Trump me désole sur l'état intellectuelle de notre temps et est pour moi plus que symptomatique :-("

Désolé de te répondre aussi tardivement.

Si on s'en tient aux hommes de pouvoir tel que Donald Trump,
dois-je te rappeler quels étaient ceux du 16e siècle, ceux du temps d'Erasme, de Thomas More ou de Montaigne ?

L'Humanisme est né aussi des crises diverses que traversait l'Occident, et notamment celles des guerres civiles religieuses issues de la Réforme.

avatar awk | 

@béber1 :
Eux n'étaient pas élu ;-)

avatar awk | 

@béber1 :
Et oui les grands mouvements naissent souvent des horreurs.

Pire on peut adorer l'art issus de la contre réforme dans adhérer à ses objectifs ;-)

avatar béber1 | 

le grand Art du baroque romain est issu des objectifs de la Contre-reforme.

J'ai fait un exposé assez poussé en son temps sur la naissance du baroque à Rome, et sur Nicolas Poussin qui est (ce qui est peu connu car on le tient pour un des tenants du Classicisme) un des pères (furtif) de la peinture baroque :
-Martyre de Saint Erasme (Rome)
-Apparition de la Vierge à saint Jacques le Majeur (Louvre)

Salut ;-)

avatar awk | 

@béber1 :
J'étais il y a peu à Rome, rien que la Piazza Navone tient du manifeste

avatar awk | 

@béber1

On n'a jamais fait le tour de Rome, une de mes belles découvertes lors de ma dernière visite fût le plafond de Saint-Ignace-de-Loyola.

Un travail sur la perspective qu'il faut vivre sur place

https://fr.wikipedia.org/wiki/Église_Saint-Ignace-de-Loyola

avatar awk | 

@béber1 :
Poussin

avatar béber1 | 

(suite)
"et alors (au sein de ces) quantités de connaissances au pluriel, je voudrais rétablir la Connaissance au singulier"

Bel effort de synthèse, qui est une des disciplines les plus difficiles.
René Huyghe y a réussi en grande partie, grâce à des ouvrages qui sont toujours lumineux et éclairants, et une mine d'approfondissement des œuvres d'art et du rapport de l'Etre Humain vis-à-vis de la Nature.

Il était un Humaniste, c'est-à-dire un philosophe, et un héritier des lettres et de la culture classiques.
Un Humanisme que les lettrés à partir du du Moyen-age (oui oui) et évidement ceux de la Renaissance ont travaillé, développé, approfondi en réflexions grâce à leurs redécouvertes émerveillées des auteurs antiques, et à leurs réflexions sur la place et le destin de l'Homme dans la Création.

Cet Humanisme semble mourir ou disparaitre (sous les assauts de l'individualisme, du cynisme et de la marchandisation du monde), il a reflué selon moi. Mais ses acquis, même diffus, sont plus que jamais actuels et irriguent la plupart de nos valeurs symboliques, touchant même d'autres pays dans le monde qui n'y ont pas directement participé.

Donc, il n'est pas mort mais il vit, comme dans toute transition, une crise dans laquelle il se doit de trouver de nouvelles marques, ses propres expressions -de son temps- pour être un ardent acteur, toujours actuel.

PS.
Pour ce qui est d'un Humanisme "moderne" alliant la Science et les Lettres, je pense qu'une personne comme Etienne Klein essaie justement de l'approcher (pour moi, il est un de ceux qui l'incarne), grâce à ses conférences de vulgarisation au sens noble du terme, qui essaient justement de concilier les découvertes de la Physique moderne et la ou les déductions philosophiques que l'on peut chacun en tirer.

avatar awk | 

@béber1 :
Après je partage ton point de vu "optimiste" sur la nature transitoire du phénomène

"« Contrairement à ce que les gens croient, l’intéligence n’est pas une qualité individuelle, c’est un phénoméne collectif, national, intermitent. Athènes en 416. La première d’Electre, d’Euridipe. Dans les gradins ses deux rivaux : Sophocle et Aristophane, et ces deux mais : Socrate et Platon. l’intelligence était là :

Italie en 1504, à Firenze, Palazo Vecchio, deux murs, deux peintres : Léonardo da Vinci, Michelangelo Buonarroti, un apprenti Sanzio Raffaello, un manager Niccolò Machiavelli.

Philadelphie, USA entre 1776 et 1787 : déclaration d’indépendance et constitution des états unis : Adams, Franklin, Jefferson, Washington, Hamilton, Madison se sont succédé au pouvoir. Il n’y a pas d’autre pays qui est eu la chance d’être gouverné par de si grands hommes.

De la mort de Tacite à la naissance de Dante (1265-1321), pendant onze siècles, l’intelligence est partie chez les Arabes

L’intelligence est disparue. Et je ne veux pas être pessimiste mais il y a des fois où elle s’absente longtemps

»

avatar béber1 | 

Attention aux effets de loupe ou de "concentration"

C'est-à-dire que l'on liste des choses remarquables du passé pour en déduire qu'il en avait plus qu'aujourd'hui.

Or, si on prend vraiment une loupe, et que l'on examine vraiment ce qui se passait tout au long des jours des années, on y verrait aussi des platitudes, des choses banales.

Mis à part la Nouvelle Histoire (descendante de l'Ecole des Annales), l'Histoire "généraliste" n'a tendance qu'à se focaliser que sur les éléments vraiment remarquables du passé, et donc de les concentrer en "écrasant" toute la dimension temporelle les séparant, où il y avait sans doute des méga-tonnes de médiocrités.

Maintenant, certains esprits peuvent regretter qu'il n'y ait plus de Socrate ou de Miche-Ange de nos jours. Doit-on pour autant en déduire qu'il n'y en aura plus jamais?
Qu'après Socrate, la philosophie n'a fait que vainement bavarder ?
Qu'après Euclide, il n'y avait plus de progrès en géométrie utiles ?

La vérité est que qu'à chaque génération, nous sommes le nez dans le guidon, et que nous n'avons pas le recul nécessaire pour voir et apprécier ce qu'il est en train d'émerger à notre époque.

L'Intelligence, au sens noble et "humaniste" du terme j'entends, n'a jamais disparue, il suffit d'aller la chercher et de la dénicher comme un chien truffier avide.

avatar awk | 

@béber1 :
Le propos mis en exergue, tiré des dialogues des invasions barbares, ne parle pas de disparition définitive ;-)

avatar awk | 

@béber1 :
Tu sembles très portée sur les questions d'histoire, si ce n'est pas indiscret quel est ton rapport avec cette noble pratique ?

avatar béber1 | 

Je ne suis pas historien.
Bien que passionné je ne l'ai jamais pratiquée dans mes loisirs autant que je l'aurais souhaité.

Le seul bagage que j'ai c'est celui des trois années du 1er Cycle à l'Ecole du Louvre, où j'y ai eu des professeurs vraiment remarquables. Mais le seul vrai Humaniste que j'y ai connu, c'est le professeur émérite, Mr Edouard Pommier.

avatar awk | 

@béber1 :
J'ai un goût certain pour l'histoire, sans doute moins pointu que le tient.

Avec une implication plus sérieuse sur celle de l'art et celle de l'informatique.

Il y a aussi l'épistémologie qui me passionne avec là encore un goût certain pour celle de l'informatique.

Niveau humaniste, même si j'étais très jeune c'est un ami de la famille qui m'a profondément marqué Jankélévitch, je garde un souvenir ému des visites au quai aux fleurs ;-)

avatar béber1 | 

Jankélévitch...
Quelle chance

avatar awk | 

@béber1 :
Oui c'est de ces rencontres qui forgent un rapport au monde.

avatar awk | 

@béber1 :
Je serais quand même très étonné que l'histoire retienne de nos années une grande production artistique, théorique, conceptuelle ... comme l'humanité en connu rarement dans son histoire ;-)

avatar béber1 | 

awk
"je serais quand même très étonné que l'histoire retienne de nos années une grande production artistique, théorique, conceptuelle ... comme l'humanité en connu rarement dans son histoire ;-)"

20e ou 21e siècle débutant (nez dans le guidon…)?
Si on fait une rétrospective générale sur la production artistique du 20s siècle occidental, celle-ci est phénoménale et colossale.

C'est en fait sa diversité et surtout le passage à l'abstrait dans la peinture (révolution conceptuelle autant qu'esthétique. Ne parlons pas du "Ready Made" de Duchamp, de la multiplication des motifs de Warhol), au fonctionnalisme dans l'architecture, aux cassages de codes en règles partout et en sculpture auquel on a assisté et qui déroute et qui laisse dubitatif. C'est du style : y'a tout et n'importe quoi, c'est le bazar, comme les Happenings farfelus.

Il est difficile pour moi ici de m'étaler, car cela me prendrait des heures.
Car c'est un mouvement d'ensemble où il y a eu des matières artistiques qui se répondaient l'une l'autre. Il n'y a qu'à voir le parallèle qu'on fait Picasso et Stravinsky, les œuvres de ballets avec Diaghilev, les danseurs comme Nijinsky, les décors de Chagall, etc.
Donc il faut parler des différentes matières artistiques classiques : Architecture, Sculpture, Peinture, Arts décoratifs, mais aussi Théâtre, Danse, Musique (vindiouuuu... ) comme le Blues et ses dérivés comme le Jazz, Bossa Nova, Rock, etc.
mais aussi, il faudrait parler de la Photo, du Cinema comme nouvel Art majeur (alors là…j'ai le mal de tête), de la BD, des films d'animations, etc, etc.

On va dire que c'est à l'éclatement des genres et surtout à une diversification assez extraordinaire qu'on assiste au 20e.
Diversification qui continue au début 21e avec une créativité assez remarquable dans l'artisanat de qualité.
Je m'arrête.

avatar awk | 

@béber1 :
évidement que la production du XXem est hallucinante de richesse et diversité

Je parlais d'une époque allant des années 80 à nos jours

avatar béber1 | 

awk
"Je parlais d'une époque allant des années 80 à nos jours"

Les Colonnes Buren ?

avatar awk | 

@béber1

J'aime et respect le travail de Daniel Buren. ;-)

avatar awk | 

@béber1 :

La richesse intellectuelle est artistique du XX° est hallucinante dans tous les domaine.

Dans les petites anecdotes que j’aime bien, dans la richesse du XX° il y a l’archicubier 1924 (Liste des anciens) de la Rue d’Ulm : Sartre, Aron, Nizan, Canguilhem, Dieudonné, Néel

Il faut quand même s'accrocher :-)

avatar béber1 | 

awk
"La richesse intellectuelle est artistique du XX° est hallucinante dans tous les domaine.

Dans les petites anecdotes que j’aime bien, dans la richesse du XX° il y a l’archicubier 1924 (Liste des anciens) de la Rue d’Ulm : Sartre, Aron, Nizan, Canguilhem, Dieudonné, Néel"

Oulà
oui, j'ai omis tout le pan de la littérature,
de la Philosophie et des Sciences politiques, sociales, astrophysiques, atomiques, physiques, mathématiques, chimiques, biologiques, médicales et génétiques, etc…
Et, et… informatiques, avec les balbutiements de l'IA

C'est colossal,
et comme révolutions conceptuelles qui ont du mal à être digérées en 1 siècle, y'a pas mieux.
Les gens en sont encore à la physique pré-galliléenne.

Alors, leur parler que poids et masse sont distincts, que la matière n'a pas de masse, et que le vide n'est pas vide… :schplonk!:

avatar awk | 

@béber1 :
Je trouve toujours passionnant de regarde ce qu'était l'état des connaissances, des sciences, de techniques, des arts appliqués ou non ... en 1990

C'est vertigineux

avatar awk | 

@béber1 :
Il y a fort heureusement bon nombre de penseurs essayant de poser les bases d'un humanisme contemporain.

La vie intellectuelle est loin d'être morte, elle vie, elle bouillonne ... on sent en plein de lieu cette absolue nécessité de redonner des cadres intellectuelles à notre temps

Je suis confiant à moyen terme pour qu'advienne une cristallisation et sue le besoin de dépasser les aberrations du temps se généralise ... les choses bougent en de nombreux lieux

Une renaissance se dessine lentement ;-)

avatar béber1 | 

"Une renaissance se dessine lentement ;-)"

Il s'agit d'adaptation.
Le 20e siècle a été un siècle violent, notamment pour les valeurs de l'Humanisme.
Les guerres mondiales ont été des fractures terribles, à tous les niveaux.

Les développements de la Science, de ses découvertes/applications industrielles et commerciales, les développements de la société de consommation (téle/bagnole/supermarché), l'accélération de la vie moderne (voir les travaux de Paul Virilio), la désindustrialisation massive consécutive aux effets de la globalisation de l'économie et de la Mondialisation, etc.
tout cela a participé à bousculer les relations entre individus, les mutations sociologiques, les rapports au pouvoir, les perceptions du monde, et de ce fait le rapport aux valeurs anciennes.

Aussi, il est plus que normal que l'Humanisme ancien en Occident, tel qu'on pouvait encore le concevoir et l'entretenir jusqu'en 1950, soit mis à mal parce qu'il n'est plus adapté dans ses modes d'expressions et de relations au monde.. au monde moderne de la fin du 20e et du début du 21e.
Tout son échafaudage métaphysique a disparu, volé en éclat.
Son lien avec la culture classique a été rompu ou cloisonné.
Il ne reste plus que son tronc central de valeurs centrées sur l'Etre Humain.

C'est maintenant, à l'heure où les urgences s'accentuent, et auxquelles des réponses se dessinent et apparaissent (voir le film "Demain") qu'il vivote comme un fond de valeurs essentielles latentes, mais multi-formes et assez éparses, qui n'attendent qu'à se coordonner, qu'à converger pour se renforcer et se répandre davantage.
Les scientifiques sortent du bois, les politiques sont sommés d'apporter des réponses, mais pressés par le court-termisme, ils manquent de vision.

Ce sont les valeurs communes issues d'un Humanisme "réadapté" qui pourront redonner ce socle nécessaire et communicatif à quelques individus ou groupements d'individus remarquables pour aborder les problématiques actuelles&futures..

avatar ovea | 

@occam :
« … compter — sur les doigts d'une seule main — que jusqu'à quatre. Pour les Yahoos, conclut Borges, l'infini commence au pouce. »

Tien, ça me fait penser qu'il faut que je me trouve un manuel pour conter au-delà de dix avec une seul main … comme les chinois ^^

avatar ovea | 

@C1rc3@0rc :
C'est sûr qu'Apple avec cet universitaire vont pas travailler à résoudre des problèmes NP-complet … donc l'intérêt reste limité par essence.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR