Le régulateur japonais pourrait sanctionner Apple et trois opérateurs

Florian Innocente |

Les autorités japonaises de la concurrence envisagent de prendre des mesures à l’encontre d’Apple et des trois principaux opérateurs téléphoniques du pays.

Cette possible action, explique Reuters, fait suite à la parution d’un rapport le mois dernier qui décrit les tactiques de Docomo, KDDI Corp et Softbank Group pour verrouiller le marché des iPhone, à leur avantage.

Apple Store de Omotesando

Il s’agit pour eux de stimuler la demande en iPhone récents et éviter d’être gênés par les ventes de modèle plus anciens et donc moins chers.

Les stocks d’anciens iPhone sont donc envoyés à l’étranger — par exemple à Hong-Kong — pour y être écoulés. Au lieu d’être revendus à des détaillants japonais qui sont prêts à les récupérer.

Par ce moyen, ce trio s’épargnerait une concurrence sur les prix et il serait parvenu à contrôler 90 % du marché du mobile. Sachant que l’iPhone s’arroge quasiment la moitié des ventes des téléphones dans le pays.

Ces opérateurs achèteraient également des iPhone en gros afin de les revendre ensuite, associés à leurs forfaits, à des prix plus attractifs que la moyenne. Reuters cite l’exemple des iPhone 7 et des Galaxy S7 Edge où le premier coûte sensiblement moins cher que le second (38 232 yens avec un forfait sur deux ans contre 54 432 yens pour le Samsung).

Apple n’était pas citée dans le rapport de cet été, mais d’après des sources de l’agence, elle pourrait bien être dans le collimateur du régulateur japonais. Avec le risque pour le groupe américain de devoir renégocier ses contrats de distribution, et pour les opérateurs de devoir composer avec une nouvelle concurrence. Les trois opérateurs ont assuré vouloir coopérer avec les autorités, récusant toutes pratiques illégales. Quant à Apple, sollicitée par Reuters, elle s'est bornée à donner une URL renvoyant vers une page expliquant sa contribution à la création d'emplois au Japon, au travers de ses produits et plateformes logicielles.

Il y a quelques jours, Apple au travers de sa filiale iTunes au Japon, a été condamnée à verser 12 milliards de yens (104 millions d’euros) pour régulariser sa situation fiscale.


avatar Paquito06 | 

En lisant la version francaise, on comprend moins bien. La version anglaise parle de "refus" de vente, de deal (et donc de cartel), là c'est autre chose que d'envoyer des surplus a l'etranger, chose qui n'est pas illegale.

avatar jeanCloud | 

"Les autorités japonaises de la concurrence envisagent de perdre des mesures..."

de "prendre" non ?

avatar 2snake | 

@jeanCloud :
1

avatar LittleSushi | 

Non!!! Apple est blanc comme neige !

avatar awk | 

Les autorités japonaises s'agite pas mal sur le front des sanctions pour les entreprises étrangères.

Il y a des procédure en cours visant quasiment toutes les GAFA et quelques grandes transnationales.

Le japon est traversé régulièrement par de grave crises politiques et la confiance dans les entreprises nationales a été fortement rudoyer par quelques scandales retentissants ces dernières années.

Rien de mieux pour fédérer le peuple très nationalistes que de taper sur des Gaijin.

avatar Ber16 | 

@awk :
Je te confirme qu'il y a pas mal de scandales à la fraude fiscale de la part de grandes entreprises nationales.
Et pour les forfaits, ce sont des voleurs : smartphone bloqué à vie par l'opérateur, 2 ans de contrats à 100€ par mois en moyenne.
J'ai un forfait à 22€ !
Mais je suis obligé d'acheter mon iphone chez Apple pour qu'il soit desimlocké.

avatar Paquito06 | 

@Ber16 :
Smartphone bloque a vie *shocked*

avatar Seize | 

@Ber16 :
Les iPhone étaient bloqués par les opérateurs japonais jusqu'à l'iPhone 6, mais ne le sont plus depuis le 6S, le gouvernement japonais ayant obligé les opérateurs à proposer un déblocage gratuit au maximum 6 mois après l'achat du terminal.
J'ai un 6S chez KDDI qui est maintenant débloqué.
C'est ce qui explique que les opérateurs ont maintenant peur de voir croître le marché de l'occasion et des opérateurs virtuels qui proposent des tarifs avantageux.
L'abonnement est cher (avec le téléphone subventionné) mais la qualité du réseau est exceptionnelle.

avatar 0MiguelAnge0 | 

L'eternel défense de ses boîtes à chaque fois qu'elles sont prises à magouiller: on crée des emplois!!!

Oui, comme le gars qui monte une PME et qui lui paye ses impôts et n'utilise pas des méthodes mafieuses pour buter ces concurrents...

avatar awk | 

@0MiguelAnge0

"Oui, comme le gars qui monte une PME et qui lui paye ses impôts et n'utilise pas des méthodes mafieuses pour buter ces concurrents..."

Le patron de PME qui n'optimise pas sa fiscalité et n'est pas rude avec sa concurrence a, dans bien des cas, des soucis à se faire pour l'avenir de son entreprise.

avatar Silverscreen | 

Jusqu'à preuve du contraire, Apple n'a pas été prise à magouiller sur ce coup.

D'ailleurs je vois mal l'intérêt d'Apple à réduire ses canaux de distribution...

Quand aux téléphones d'ancienne génération, Apple marge autant si ce n'est plus dessus (le 6 étant ultra amorti).

Enfin, Apple tolère très bien les marchés de l'occase (elle y contribue même via les recyclages d'iPhones faits par Brightstar) ou du reconsitionné : mieux vaut qu'un client à petit budget achète un iPhone d'occase plutôt qu'un Galaxy Ace... sachant qu'il n'aurait pas acheté un iPhone 7 de toutes façons.

Bref, l'impression encore une fois que les pays en crise économique et politique versent dans le protectionnisme et voient Apple et ses poches profondes comme l'opportunité facile de renflouer les caisses publiques...

Apple à des torts mais c'est aussi le gros lot pour celui qui arrive à la faire cracher au bassinet

avatar awk | 

@Silverscreen

Tu ramènes l'enjeu à Apple, mais il dépasse largement cette cible.

Le champ des possibles en terme d'optimisation fiscale est devenu si vaste qu'il est socialement aujourd'hui inacceptable, plus encore alors que les pays développés traversent différentes crises.

La lutte contre ces pratiques a bien évidement aussi une dimension de communication politique, en épinglant quelques entreprises très médiatiques on s'achète à bon compte une virginité et l'on montre au peuple que les "crimes" ne restent pas impayés.

Après je ne suis pas très certains que cette approche change réellement la donne qui a permis l'existence de cette optimisation fiscale à outrance et qu'elle n'accouche pas, une fois les recours éteint, d'une souris, tout en ne faisant au final que changer la nature des techniques mise en oeuvre par les entreprises sans peser réellement sur les conséquences.

On s'attaque aux conséquences et pas aux causes actuellement, pour moi, sur ces enjeux.

avatar 0MiguelAnge0 | 

@Silverscreen :
Organise un Applethon pour les aider à rembouser leurs injustes amendes...

avatar melaure | 

Encore un pays ou Apple "contourne" le fisc ??? Comme c'est étonnant ...

avatar awk | 

@melaure

Trouves moi une entreprise du Fortune 500 qui ne pratique pas l'optimisation fiscale ?

Et si on n'observe que les entreprises du périmètres des GAFA c'est encore plus impressionnant.

Le pb de la taxation des transnationales et plus encore de celle vendant de l'immatériel est un pb globale concernant tous les territoire et toutes les entreprise.

Si ce n'était circonscrit qu'Apple ce ne serait qu'un très vague enjeu facilement réglable avec quelques sanction, mais c'est hélas très loin d'être le cas.

CONNEXION UTILISATEUR