Qui fera 70% du chiffre d'affaires d'Apple dans 10 ans ?

Florian Innocente |

40 ans quasiment après sa naissance, Apple est devenu avant tout un fabricant de téléphones. Pour filer l'analogie de ce changement de statut, imaginons que des voitures Boeing roulent dans toutes les rues du monde ou que des avions Renault décollent quotidiennement des aéroports. Ce téléphone est devenu d'une telle importance que l'économie d'Apple repose désormais presque toute entière sur lui.

Janvier 2007, le teasing pour Macworld Expo où sera montré l'iPhone

Pendant ses trois premières décennies, Apple et son logo ont été uniquement associés à des ordinateurs. Cela continue mais ce n'est plus représentatif d'une réalité économique. Le Mac se porte mieux que les PC, cependant il a pesé moins de 10% dans le CA au dernier trimestre, c'est sept fois moins que l'iPhone.

Apple a donné un premier coup de volant en abordant le virage de la musique numérique avec l'iPod, sous la pression du MP3 dont elle avait mal évalué la popularité. Essai plus que transformé et défi renouvelé en ce moment avec Apple Music. Puis un second coup de volant, plus franc encore, a été donné avec l'iPhone quand il est devenu clair que l'iPod n'était pas une fin en soi. Il y a bien eu d'autres tentatives similaires et antérieures — le Newton par exemple ou les appareils photo QuickTake. Mais aucune n'a rencontré le succès escompté ni remodelé l'entreprise et, par ricochet, des pans industriels entiers.

Une route faite de virages

Il est rare qu'un groupe de taille mondiale, engagé sur le marché compliqué — car très mouvant — des produits grands public, réussisse à faire non pas un, mais plusieurs gros coups. Et qu'à l'issue de ces remises en question successives (et potentiellement autodestructrices), il soit encore au sommet de sa forme.

Il n'y a pas eu qu'Apple, on peut citer le baladeur et la console de jeux chez Sony. Mais la Pomme y est parvenu à six reprises au moins : le Mac, l'iPod, l'iTunes Music Store, l'iPhone, l'App Store et l'iPad. L'Apple Watch et Apple Music ? Il est encore trop tôt pour le savoir.

Mardi prochain, la Pomme va annoncer les résultats de son troisième trimestre fiscal 2015. Une période de l'année habituellement molle. Les ventes de Noël sont loin derrière et les nouveaux produits de la rentrée encore sur les chaînes d'assemblage. Pour autant, les estimations données par le directeur financier il y a trois mois pointaient à nouveau vers un record comparé à l'année précédente.

Comme à chaque fois depuis plusieurs années, les résultats des ventes de l'iPhone seront scrutées à la loupe. On pourrait y être habitué mais il est stupéfiant de voir à quel point l'iPhone n'est plus seulement un produit d'Apple mais qu'il est devenu un synonyme de la marque.

L'iPhone plus fort que Microsoft

Les résultats trimestriels d'avril ont montré que les smartphones avaient représenté 69,4% du chiffre d'affaires sur cette période (40,28 milliards de dollars sur un total de 58 milliards). C'était 68,6% au trimestre précédent (qui comprenait les ventes de Noël) et 69% sur toute l'année fiscale 2014. Cette bascule vers un téléphone qui réalise plus de la moitié du CA s'est produite à partir des exercices 2011 (42,5% du CA total) et 2012 (50,2%) au moment des modèles 4s et 5.

Résultats du deuxième trimestre calendaire.

Si 70% du chiffre d'affaires d'Apple provient d'une petite poignée de téléphones, une étude lui accordait récemment 92% des bénéfices dans le secteur global du smartphone, contre 65% l'an dernier. Une domination financière écrasante pour une part de marché de seulement 20%.

Une autre comparaison aide à se représenter l'énormité de la chose. Lorsqu'en avril Apple a annoncé 40,28 milliards de dollars de CA pour sa branche téléphones, Microsoft annonçait 21,7 milliards pour la somme de toutes les activités du groupe : de Windows en passant par Office et la Xbox jusqu'aux claviers et souris…

Cette dépendance à l'iPhone explique peut-être aussi que l'entrée d'Apple dans le secteur des montres n'a pas été dictée seulement par une marotte de Jonathan Ive et son équipe. Ce n'est pas demain que les gens vont arrêter d'acheter des smartphones mais il faut toujours avoir un coup d'avance, préparer le long terme et ne pas se reposer trop, ni trop longtemps, sur une seule famille de produits, fut-elle excellente.

L'iPhone attend toujours son "killer"

Janvier prochain marquera le neuvième anniversaire de la sortie publique de l'iPhone. Sa première présentation avait été entourée de critiques bien senties. De la presse jusqu'aux analystes tout le monde avait promis le pire pour ce produit inattendu, mais il y avait eu quelques appréciations devenues goûteuses avec le recul.

« L'iPhone ne modifiera pas de manière substantielle la structure fondamentale de l'industrie du mobile ni ne lui posera de challenge » estimait Charles Golvin chez Forrester Research. Matthew Lynn, chez Bloomberg, citait le commentaire précédent pour appuyer son point de vue : « L'iPhone n'est rien de plus qu'une babiole de luxe qui plaira à une poignée de cinglés de gadgets. En ce qui concerne son impact sur l'industrie, l'iPhone est bien moins pertinent ». On pourrait ici remplacer "iPhone" par "Apple Watch"…

Un analyste, Michael Eisenberg de Benchmark VC, le mois d'avant la commercialisation, mettait en doute la capacité d'Apple à tenir un prix élevé face à Motorola et Nokia capables de brader les prix de leurs nouveaux modèles. Depuis on peut avoir un iPhone pour moins cher mais aussi pour beaucoup plus !

Chez les concurrents il y eut moult railleries, comme celle restée culte de Steve Ballmer. Olli-Pekka Kallasvuo, patron de Nokia, déclarait crânement en avril 2008, à la veille de l'arrivée de l'iPhone 3G, que ce téléphone d'Apple était un « produit de niche ». Par conséquent il n'y avait pas lieu de se précipiter pour y répondre en lançant un modèle tout tactile comme l'enjoignaient des analystes inquiets pour le finlandais.

Michael Kanellos chez ZDNet, un mois avant la présentation de Steve Jobs, jugeait que le marché était déjà rempli de très bons téléphones, au design soigné et il citait Samsung, BlackBerry et Motorola comme champions des téléphones joliment dessinés. En revanche, son collègue Lance Ulanoff faisait le pari inverse six mois plus tard alors que le téléphone arrivait sur les étals. L'iPhone toucherait d'abord peu de monde puis « en très peu de temps, [il] va devenir le symbole ultime des téléphones portables, écartant le RAZR et le Sidekick. La demande va monter en flèche » (lire Rions un peu : l'iPhone va mourir ! & Il y a 4 ans, l'iPhone changeait tout).

Parier sur l'échec de ce produit quelques semaines avant sa démonstration et alors qu'il n'y avait que des rumeurs bancales pour le décrire (comme celle d'un clavier physique rétractable) était excusable. Personne (et l'auteur de ces lignes se compte volontiers dans le lot) n'imaginait quel concentré d'innovations allait être cet appareil.

Les fabricants à cette époque lançaient à tour de bras des modèles de formats, couleurs et design tous différents, parfois baroques. Hormis quelques modèles très haut de gamme, ils proposaient tous peu ou prou la même philosophie d'utilisation. Bonne pour l'époque mais, rétrospectivement, absolument exécrable. Peu d'utilisateurs imaginaient que l'on puisse faire diamétralement mieux. Après tout, les Nokia, Sony Ericsson, Motorola, Palm, Samsung connaissaient leur sujet. En réalité Apple s'y était attelée depuis deux ans.

La Pomme a rebattu les cartes avec un seul modèle dans lequel toute la valeur ajoutée a été placée dans l'écran, le logiciel… et le plaisir de l'utilisation : multitouch, animations vives et fluides, effets visuels, interface, ergonomie des applications. Un smartphone dessiné depuis une feuille blanche sans les contraintes d'un héritage chargé d'habitudes et de technologies dépassées. Lorsque Steve Jobs déclara « Aujourd'hui nous allons réinventer le téléphone » ce n'était pas qu'un slogan ou une promesse marketing, c'était simplement un fait.

Aujourd'hui, le terme "iPhone killer" renvoie 38,2 millions de résultats sur Google. Certaines occurrences sont toute fraîches, comme ce test du Guardian titré : "Samsung Galaxy S6 review: the iPhone killer".

Rendez-vous dans 10 ans

Les progrès apportés par l'iPhone se sont relativement banalisés, démocratisés, diffusés et un utilisateur lambda trouvera assez vaines les querelles de chapelles entre les pro-iOS et les pro-Android. Quant au carnaval de designs qui prévalait il y a dix ans sur les étagères des boutiques des opérateurs, tout cela s'est bien assagi avec une majorité de formes rectangulaires remplies d'un écran et sans clavier.

On verra la semaine prochaine dans quelles proportions l'iPhone demeure la clef de voute d'Apple. Il ne faut pas s'attendre à des changements brusques, ce cycle de prédominance dans le CA devrait être encore long. Mais long à quel point ?

Il était difficile d'imaginer il y a 10 ans la révolution que porterait ce téléphone. Ce qui rend d'autant plus compliqué d'imaginer quelle sera la prochaine grande étape pour Apple et pour l'industrie. L'Apple Watch est parfois vue comme un successeur dans ce rôle — Tim Cook a fait grand cas de son lancement — mais ce n'est pour l'heure qu'un satellite de l'iPhone. Au mieux, dans un premier temps, elle fera vendre plus de téléphones.

Contrairement aux iPod, iPhone et iPad elle ne peut encore s'émanciper pleinement et prétendre à devenir catégorie spécifique. La question dès lors est ouverte : quel sera dans 10 ans le produit d'Apple qui pèsera 70% de son chiffre d'affaires ?


avatar jmg600 | 

Janvier 2007 la présentation
Donc 10 ans en 2017 !

avatar Martin_a | 

Top article ;-)

avatar natura44 | 

Excellent article ! Merci MacG :-)

avatar NEWIPHONE | 

L'iPhone tiendra encore une bonne place je pense

avatar Simeon | 

Cela suppose de réinventer un objet quotidien. En ce moment c'est visiblement la voiture qui a le vent en poupe chez Apple, mais aussi Google.

avatar loupsolitaire97 | 

Et moi avec mon BlackBerry et mon iPod touch il y a un an qui me disais, jamais l'iPhone, pas d'autonomie, trop cher et et clavier tactile.... Ben je men suis acheter un quand même et le BB faisais office de dinosaure...

Bon j'avoue le prix je ne l'ai pas mis, septembre 2014, iPhone 5 en PARFAIT état à 300€ avec film pour écran et tout les accessoires ;)

Maintenant j'attend la même surprise que celle que j'ai eu avec le dernier iPod... Apple fais moi un iPhone 4 pouces, un capteur digne de l'iPhone 6 actuel, et le reste les performance du dernier iPod me vont très bien (Touch id en plus évidement) le tout pour 500€ en 32 ou 64 si Apple se réveil je prend ;)

avatar fkdev | 

L'iPhone est plus un ordinateur qu'un téléphone.
C'est le véritable ordinateur grand public.
L'Apple Watch est un accessoire comme le casque audio. Mais je la vois bien prendre une plus grande partie des fonctions de l'iPhone sans le remplacer.
Pour l'instant, elle ne le remplace bien que pour la fonction "notification".

avatar heret | 

les clients chez Apple étaient beaucoup plus fidèles
Les très nombreux nouveaux clients d'Apple semblent s'attacher plus que les anciens à la frivolité. Les anciens clients recherchaient l'efficacité au travers d'un ordinateur facile à utiliser et n'ont que faire d'un iGadget tel que cette aWatch. Si l'iPhone est certes plus efficace qu'un Mac pour envoyer un "Yo!" à ses potes, il l'est beaucoup moins pour rédiger un article tel que celui-ci.

avatar patrick86 | 

"Les très nombreux nouveaux clients d'Apple semblent s'attacher plus que les anciens à la frivolité. Les anciens clients recherchaient l'efficacité au travers d'un ordinateur facile à utiliser et n'ont que faire d'un iGadget tel que cette aWatch."

Ahh… La fameuse théorie du remplaçage du bon vieux vrai client Apple, par une espèce de pseudo clientèle complètement aliénée.

Tout ça sur fond de petit avis personnel sur chaque produit de la pomme.

"Si l'iPhone est certes plus efficace qu'un Mac pour envoyer un "Yo!" à ses potes, il l'est beaucoup moins pour rédiger un article tel que celui-ci."

Doit-on en déduire qu'un Mac n'a d'utilité que pour les rédacteurs d'article ?

--

C'est dingue ce que la peur de la mort du Mac peut faire raconter comme âneries.

avatar melaure | 

"Ahh… La fameuse théorie du remplaçage du bon vieux vrai client Apple, par une espèce de pseudo clientèle complètement aliénée.

Tout ça sur fond de petit avis personnel sur chaque produit de la pomme. "

Il me suffit de lire les milliers de réactions de quelques scientologues de la pomme ici pour voir que c'est tout à fait fondé ..

avatar feefee | 

@melaure :

"Il me suffit de lire les milliers de réactions de quelques scientologues de la pomme ici pour voir que c'est tout à fait fondé .."

Par contre il nous suffit juste de voir les tiens pour voir que cette théorie est purement le fruit de fantasmes naissants dans des esprits torturés du c'était mieux avant.

avatar feefee | 

@heret :

"Les anciens clients recherchaient l'efficacité au travers d'un ordinateur facile à utiliser et n'ont que faire d'un iGadget tel que cette aWatch. "

Et oui je suppose que l'ancien client c'était toi : pur, intelligent , objectif , j'en passe sûrement , tu complèteras .
J'espère que tu passes la bonne parole à tes gosses pour que cette race ne s'éteigne pas , on compte sur toi !

Ou peux être sont ils déjà dans cette nouvelle catégorie que tu condamnes ?

avatar NestorK | 

2 pages, prétexte pour finalement ressasser - encore - le succès d'Apple avec l'iPhone (toujours avec cette inusable vidéo de Ballmer en illustration) et une équation : l'Apple Watch est peut être l'iPhone de demain, rappelons nous la réception critique de l'iPhone.

On tourne en rond.

avatar J-C | 

Compliments au rédacteur !
Toujours utile de se replonger dans le contexte de l'époque...
Très bonne journée

avatar SugarWater | 

Du coup, est ce qu'apple a réinventé la montre ? Un moment Apple pensait réinventer le livre, je revois Steve présenter les partenariat avec les éditeurs, ce qui ne fut pas vraiment le cas mais ce fut un succès quand même...

avatar SIMOMAX1512 | 

Si on se fie au rumeur sur les gros projets d'Apple secret dans 10 ans il y a 2 possibilités: une AppleCar ( pas AppleCare hein ), et où une Apple télévision .
Si l'Apple Watch avait été une montre indépendante peut être aurait elle pu être ce futur produit mais en la faisant dépendante de l'iPhone c'est plutôt un vecteur de croissance d'iPhone. Une plus value a la galaxy iOS.

avatar Giloup92 | 

On remarquera, alors que nous sommes censés être dans l'ère de l'immatériel que le succès d'Apple repose de façon écrasante sur un produit physique.

avatar patrick86 | 

"On remarquera, alors que nous sommes censés être dans l'ère de l'immatériel que le succès d'Apple repose de façon écrasante sur un produit physique."

Parce que l'ère de l'immatériel est un fantasme.

L'économie mondial, les échanges commerciaux et, en fait, une part prédominante de l'activité humaine, n'a jamais autant reposé sur le MATÉRIEL que de nos jours.

Certes, le numérique donne l'illusion de la dématérialisation, mais tout le numérique repose entièrement sur de matériel.

Je vous laisse imaginer ce que provoquerait un arrêt brutal de la totalité des systèmes informatiques.

avatar phoenixback | 

@Giloup92 :
Non c'est faux c'est ios qui fait vendre l'iphone pas l'inverse ;-)

avatar sopcaja | 

Malgré le poids des ventes d'iPhone sur le CA d'Apple, cette analyse qui consiste à réduire Apple comme un simple vendeur de téléphones est totalement biaisée et simpliste. Et certains haters en profitent pour balancer des trolls genre "Apple est le nokia d'il y a 10 ans : une chute des ventes d'iPhone et hop c'est fini pour Apple."

Vous oubliez tout l’écosystème développé derrière (App Store, iTunes etc.) et les services annexes (Apple Music, Apple Pay, Carplay etc..) auxquels des centaines de millions de clients se sont attachés. Ce qui les amènent à renouveler systématiquement leurs anciens iPhones par de nouveaux iPhones et entretient donc mécaniquement le business de ventes d'iPhone.
Sans oublier aussi les milliers d'emplois créés indirectement via les sociétés et startups qui basent leur business sur la vente d'applications iOS ou d'accessoires iPhone.

Bref un vrai marché et une économie florissante via un écosystème qu'aucun autre acteur de l'industrie n'a réussi à créer jusqu'ici (La situation de Nokia ou RIM à l'époque de leur gloire n'a donc définitivement rien à avoir celle d'Apple d'Aujourd'hui.)

Même Microsoft , malgré sa force de frappe et tous les moyens qu'il y a mis, n'a pas réussi à faire décoller Windows Phone car il lui manque justement un écosystème équivalent à iOS.

avatar FollowThisCar | 

L'Apple Watch "ne peut encore s'émanciper pleinement et prétendre à devenir catégorie spécifique".

Et pour cause, puisqu'il faut avoir un iPhone pour l'utiliser, soit un coût total qui dépasse largement les 1.000 euros, pour une utilité encore très marginale. Et puis imaginer devenir dépendant d'un truc qu'il faut recharger tout le temps, c'est pas le pied. Enfin, quand on voit qu'il y a une catégorie de modèles qui va de 11.000 à 18.000 euros, on se dit qu'Apple a définitivement changé de clientèle et qu'elle n'est plus un constructeur "grand public". Elle fait penser à ces hotels de grand luxe qui misent sur les richissimes saoudiens ou les néo-potentats du post-communisme soviétique.

Sauf que désormais, sa cible privilégiée est la classe aisée émergente de Chine. Alors les produits dorés et luxueux qu'elle va sortir pour ces clients là, je m'en fous royalement. Bref, la Pomme ne s'adresse plus à moi, vieux Mac User, et son évolution ne me concerne plus.

D'ailleurs, question montre connectée au poignet, moi j'en vois une chez Sony qui coûte moitié prix par rapport à la moins chère des Apple Watch, et qui fonctionne indépendamment d'un mobile.

PS. Merci pour l'article intéressant.

avatar RoboisDesBins (non vérifié) | 

@FollowThisCar
Bonne analyse, que je partage, merci. Tout ceci semble réussir à Apple sur le court terme, mais après ? Elle se lance quand même sur de l'éphémère avec cette Apple Watch, éphémère qui sera peut être sa pierre tombale (le coup "ouais c'est ce qu'on disait à l'époque du premier iPhone" me fait marrer,c'est de la généralisation inverse :-))
Et tout ceci en décevant sa base de clientèle que sont ses vieux utilisateurs de MAC en tous genres. Risqué, très risqué, le public est changeant, très changeant, surtout dans les domaines liés à la mode.
Et si l'Apple killer n'était pas encore visible des radars, mais vivant, bien vivant ?

avatar patrick86 | 

" Elle se lance quand même sur de l'éphémère avec cette Apple Watch, éphémère qui sera peut être sa pierre tombale (le coup "ouais c'est ce qu'on disait à l'époque du premier iPhone" me fait marrer,c'est de la généralisation inverse :-))"

Apple est largement assez solide pour supporter un échec de l'Apple Watch.
Elle a survécu à bien d'autres flops, à des époques ou ses finances n'étaient pas ce qu'elles sont aujourd'hui.

avatar RoboisDesBins (non vérifié) | 

@patrick86
Merci mais je ne suis pas né d'hier, M. le donneur de leçon, et à l'époque où elle a failli crever (départ de SJ), ma société (Microsoft) a du investir pour elle (cela l'arrangeait bien de maintenir un pseudo concurrent pour essayer d'écarter un peu les accusations de pratiques monopolistiques) de manière à la maintenir à flot, donc bon...
Les revers de médailles sont hyper rapides quand la spirale de l'échec est enclenchée, et cela quel que soit le trésor sur lequel on est assis.Cela peut mettre 10 ans, 15 ans, 20 ans, peu importe.

avatar Switcher | 

@ RoboisDesBins

SJ s'est fait virer d'Apple en 1985 (et c'est Science & Vie Micro qui me l'a appris à l'époque).

La situation d'Apple s'est détériorée progressivement (ères Spindler 1994-96 et Amélio) avant le retour du messie en 97 - 12 ans après son éviction.

Microsoft a sauvé ses fesses d'un démantèlement (qui lui pendait au nez) en prenant pour 150M$ de parts chez Apple, revendues en 2003 mais permettant à la compagnie fruitière de sortir la tête de l'eau (maintenant Office aussi).

En ça, tu as raison : MS était obligée d'aider Apple (au corps défendant des fans de Cupertino - oh, l'ironie) car elle pouvait difficilement faire autrement. On peut dire que ça a 'sauvé' les deux entreprises - le reste est spéculation.

Maintenant, les "revers de médaille hyper rapides", je n'y crois pas (plus) des masses, sachant qu'Apple a désormais plusieurs cordes à son arc (tout comme le MS moderne) et du cash. Et Apple n'est pas Commodore ou Atari, il me semble que l'entreprise est correctement gérée. Il faudrait plusieurs "incidents industriels" et une perte massive de confiance du consommateur, une déchéance progressive. Toujours possible, on me dira, rien n'étant immortel.

avatar FollowThisCar | 

A propos des revers du destin hyper rapides. Si l'iPhone a fait en quelques années la fortune de la Pomme au point de constituer 70 % de son CA et ses profits, on peut envisager que l'inverse se produise d'une manière ou d'une autre puisqu'il y a là désormais une dépendance évidente. Bien des géants se sont effondrés dans l'histoire, ce ne serait pas une première.

Mais perso je ne vois pas vraiment ce scénario catastrophe : je crois plutôt à une dérive de plus en plus accentuée au fil du temps, une trajectoire dictée par des profits gargantuesques qui poussent la Pomme de plus en plus loin de son métier d'origine. Puisqu'on peut faire + de 90% des profits d'un secteur, quels sont les autres secteurs où l'on peut réitérer l'exploit ? Si de tels secteurs existent - peu importe le métier ou la branche - , quel conseil d'administration y résistera ? Ce sera de toute façon des "produits incroyables qui améliorent la vie des gens".

Alors oui la boîte est solide et elle continuera sans doute à faire des profits, mais pour quels produits, quels clients et surtout ... quel intérêt pour nous autres ? Gucci fait des belles chaussures et Porsche des belles voitures, so what ? T'as pas ton Apple Watch à 18.000 euros à 30 ans, t'as raté ta vie, c'est çà ?

avatar RoboisDesBins (non vérifié) | 

@FollowThisCar
Oui c'est l'idée que j'ai en tête, mais beaucoup mieux exprimée par toi :-), merci

avatar feefee | 

@FollowThisCar :

"T'as pas ton Apple Watch à 18.000 euros à 30 ans, t'as raté ta vie, c'est çà ?"

Tu racontes n'importe quoi , Rolex ne fait pas des montres a 400€.

avatar FollowThisCar | 

@feefee

"Tu racontes n'importe quoi "

Mouche-toi et vas te laver les doigts, çà dégouline.

avatar RoboisDesBins (non vérifié) | 

@FollowThisCar
T'inquiète c'est un pauv'gars un peu limité et nerveux, il est plus à plaindre qu'autre chose

avatar feefee | 

@RoboisDesBins :

"T'inquiète c'est un pauv'gars un peu limité et nerveux,"

J'arrête pas de démonter que c'est toi qui est limité dans tes "analyses".
Et comme tu ne trouves rien à redire tu as décidé de ne plus répondre sous des prétextes fallacieux :-)
C'est plus pratique pour toi et encourage ta paresse intellectuelle .

avatar RoboisDesBins (non vérifié) | 

@Switcher
Bien sûr que j'ai raison, je travaillais à l'époque chez Microsoft :-)
" une perte massive de confiance du consommateur, une déchéance progressive" genre RAM soudée ? Défaut de la couche antireflet des Mac Retina ? OS X hyoer bugué ? iPhones qui se plient ? une Apple Watch qui ne prend pas ? etc...

avatar patrick86 | 

"genre RAM soudée ?"

Vous avez une idée la quantité d'utilisateurs qui se fout complètement de savoir ce qu'est la RAM ?

"Défaut de la couche antireflet des Mac Retina ?"

Il n'y a que les gens qui ont une mémoire ultra-sélective pour considérer qu'un tel défaut pourrait faire chuter Apple.

Il y a eu bien d'autres défauts sur bien des Mac par le passé.

"OS X hyoer bugué ? "

On va pas refaire le débat sur la mayonnaise montée par les mécontents, qui s'expriment plus fort que les satisfaits — qui ont généralement autre chose à faire —, mais ne sur-estimez pas l'impact que les quelques défauts de Yosemite pourraient avoir sur la succès du Mac. Vous risqueriez d'être déçu.

"iPhones qui se plient ?"

Oui oui. On voit l'impact que ça a eu sur les ventes.
La réalité est que, la plupart des gens qui prétendent que l'iPhone 6 est nul sous prétexte qu'il se plie, ne l'auraient de toute façon jamais acheté. Ce n'est qu'une raison de plus de troller, ou un moyen d'essayer de justifier un choix dont on a honte.

"une Apple Watch qui ne prend pas ?"

On connait pas les ambitions d'Apple. Vous extrapolez sur du vide.

avatar feefee | 

@RoboisDesBins :

"Merci mais je ne suis pas né d'hier, "

Et alors tu as un élément du puzzle : l'histoire .

Le problème c'est qu'il faut savoir l'analyser sans préjugés ce qui est très très loin d'être ton cas .

"Les revers de médailles sont hyper rapides quand la spirale de l'échec est enclenchée, et cela quel que soit le trésor sur lequel on est assis.Cela peut mettre 10 ans, 15 ans, 20 ans, peu importe."

Haaaaa mais tout à fait. Mais dans ce cas là méfie toi que le prochain coup ce ne soit pas l'inverse qui se produise , et que MS soit obligé de de faire renflouée par Apple ! Et avec son joli matelas de cash de côté elle en a les moyens ...

avatar Florian Innocente | 

@RoboisDesBins :
Le court terme d'Apple où tout lui réussit ça fait presque 20 ans maintenant que ça dure, si on démarre avec le retour de Jobs. Ça commence à faire du moyen terme.

Quant aux anciens utilisateurs Mac qui sont laissés sur le bord de la route, on entend cette ritournelle depuis l'iPod voire même, pour certains, depuis qu'on a vu les premiers LC chez Darty. La haute bourgeoisie Mac a pris peur :-)

Il y a a certainement assez de nouveaux venus sur Mac tous les ans pour remplacer les anciens qui ne se sentent plus aimés.

avatar RoboisDesBins (non vérifié) | 

@Florian Innocente
"Le court terme d'Apple où tout lui réussit ça fait presque 20 ans maintenant que ça dure, si on démarre avec le retour de Jobs"
Non non, l'Apple du temps de SJ n'est plus la même que l'Apple de TC, vous nous faites du Patrick86 dans le texte là :-)
"ll y a a certainement assez de nouveaux venus sur Mac tous les ans pour remplacer les anciens qui ne se sentent plus aimés."
Je m'étonne de cette réflexion. Autrement dit, si on parlait d'un café et que je me plaignais d'y être mal accueilli, c'est comme si vous me répondiez "ba, avec le monde qui passe, votre avis on s'en fout". Bien sûr vous vivez dans le sillage d'Apple, mais je ne crois pas que vous ayez intérêt à ce qu'Apple traite ses clients par le mépris, parce que tôt ou tard cette politique vous retombera dessus aussi, vous qui vivez des miettes qu'Apple vous jette.Il me semble que si vous aimez vraiment Apple, vous aspirez forcément à ce qu'elle soit la meilleure possible et ce faisant, cela doit vous amener à être parmi les plus critique vis-à-vis d'elle, selon l'adage "qui aime bien châtie bien"
D'ailleurs, on voit de plus en plus, ici ou là, des articles assez critiques sur la pomme sur votre site, preuve en est que l'avis que vous exprimez ici n'est pas partagé par tout le monde au sein de votre rédaction.
Mais peut être ce commentaire n'est il tout simplement uniquement engendré par le peu de sympathie que je vous inspire. Soit.

avatar patrick86 | 

"Autrement dit, si on parlait d'un café et que je me plaignais d'y être mal accueilli, c'est comme si vous me répondiez "ba, avec le monde qui passe, votre avis on s'en fout"."

Aussi difficile que ça puisse vous paraitre à accepter, c'est bien souvent comme ça que ça se passe.

Un bars qui aurait une bonne et nombreuse clientèle, régulière et renouvelée, ne s'emmerderait probablement pas pour satisfaire un ou deux mécontents.

Les fait est : Apple ne cherche PAS à satisfaire tout le monde.

Comprenez bien que si elle a 1 million de clients satisfaits, elle ne va pas se prendre la tête pour 10 râleurs et un aigris sur 3 forums.

avatar feefee | 

@patrick86 :

"Comprenez bien que si elle a 1 million de clients satisfaits, elle ne va pas se prendre la tête pour 10 râleurs et un aigris sur 3 forums."

C'est bien de rappeler les principes de bases des Stats à notre ami , ça doit lui manquer :-)

avatar feefee | 

@RoboisDesBins :

Bien sûr vous vivez dans le sillage d'Apple, mais je ne crois pas que vous ayez intérêt à ce qu'Apple traite ses clients par le mépris, parce que tôt ou tard cette politique vous retombera dessus aussi, vous qui vivez des miettes qu'Apple vous jette."

Tu analyse très mal comme souvent , mais peut être est ce du au peu de sympathie que tu as envers Apple :-)
Donc non , Apple ne traite pas mal ses clients , mais je comprends que pour toi ayant une culture 100% Microsoft tu sois imperméable à la vision d'Apple .
Apple est capable de faire table rase du passé et de repartir sur de nouvelles bases ce qui est bon pour le progrès , les performances et l'avenir.
NON le client n'a pas toujours raison ! Il veut parfois des trucs qui ne servent pas au plus grand nombre ou il veut souvent ne pas être bousculé dans ses habitudes !
C'est tout ce qu'a fait MS depuis des années , rester rétro compatible pour faciliter la vie des ses clients pro , garder des vieux principes démodés pour ne pas choquer ses clients .
Résultat ?? On va ce que ça donne ! Un OS sans réelles innovations et alourdi pour cette putain de rétro compatibilité . C'est pas ça l' avenir de l'informatique personnelle , ne t'en déplaise , ça c'est juste pour faire plaisir à ceux qui n'aiment pas le changement

"Mais peut être ce commentaire n'est il tout simplement uniquement engendré par le peu de sympathie que je vous inspire. Soit."

Haaaa ben oui c'est plus simple de penser ça plutôt que de se remettre en question cher maître !

avatar feefee | 

@RoboisDesBins :

"Et si l'Apple killer n'était pas encore visible des radars, mais vivant, bien vivant ?"

Hahaha
C'est le titre de ton prochain roman d'anticipation ?? :-))

Ou juste un pur fantasme ?

Toutes les autres entreprises du secteur sont trop frileuses , comme ton banquier qui ne prête plus qu'à ceux qui ont les moyens .
Et il faut avoir de l'audace comme l'avait SJ pour mettre tous les moyens à sortir au quitte ou double un nouveau produit révolutionnaire .

SJ est mort et son remplaçant n'est pas encore visible sur les radars !

avatar Simeon | 

Apple ne trouve pas d'acheteurs pour ces modèles apparemment. À mon avis, ils sont davantage présents pour le soit disant côté mode et haute couture de l'Apple Watch.

Cela dit, n'en déplaise à patrick86, il est évident que le public d'apple a massivement changé avec l'apparition de l'iPhone. D'une boite proposant des produits de niche (par rapport à la concurrence) avec des utilisateurs forcément pointus et exigeants, on passe à une autre vendant des millions d'appareils à un public beaucoup plus large et divers.

avatar Pobla Picossa | 

2000 montres à 18 000 dollars, ça fait quand même 36 millions de dollars, pas mal quand même.

avatar patrick86 | 

"Cela dit, n'en déplaise à patrick86, il est évident que le public d'apple a massivement changé avec l'apparition de l'iPhone."

Raté. Relisez mon propos, dont vous donnez vous-même le fond : "un public beaucoup plus large et divers."

avatar RoboisDesBins (non vérifié) | 

@Simeon
Je ne peux qu'applaudir à deux mains ce commentaire très juste :-)

avatar feefee | 

@Simeon :

"D'une boite proposant des produits de niche (par rapport à la concurrence) avec des utilisateurs forcément pointus et exigeants, on passe à une autre vendant des millions d'appareils à un public beaucoup plus large et divers."

On vit combien De temps avec des produits de niche ?

avatar feefee | 

@FollowThisCar :

"Et pour cause, puisqu'il faut avoir un iPhone pour l'utiliser, soit un coût total qui dépasse largement les 1.000 euros, pour une utilité encore très marginale. "

Comment veux tu te passer du smartphone complètement ?
Tu veux autant de possibilité à mettre dans une montre ? Pour l'instant comment ?
Téléphoner avec ta montre ? Avec une oreillette alors ..

"Et puis imaginer devenir dépendant d'un truc qu'il faut recharger tout le temps, c'est pas le pied. "

C'est juste une question de temps .
Et de toute façon on s'y fait .
On s'est fait à la recharge des téléphones tous les 2 j alors qu'avant ça tenait une semaine !

"Enfin, quand on voit qu'il y a une catégorie de modèles qui va de 11.000 à 18.000 euros, on se dit qu'Apple a définitivement changé de clientèle et qu'elle n'est plus un constructeur "grand public". "

Ha ? Donc les produits à des tarifs en dessous n'existent plus ? Ridicule !

"D'ailleurs, question montre connectée au poignet, moi j'en vois une chez Sony qui coûte moitié prix par rapport à la moins chère des Apple Watch, et qui fonctionne indépendamment d'un mobile."

Mais que fait elle de plus une fois déconnectée de son smartphone à part donner l'heure ?
Ma LG est aussi dépendante de mon smartphone , ça ne me gêne pas .

avatar bonnepoire | 

J'ai toujours trouvé l'iphone cher même si je trouve iOS bien meilleur. J'ai fini par acheter un iPhone la semaine passée car je ne supportais plus Android 4.1.
C'est le jour et la nuit, d'autant plus quand son écosystème Apple est complet, ce qui est mon cas.
Pour avoir toutes sortes d'Android et en faisant abstraction de l'OS c'est la première fois que j'ai l'impression d'avoir un "bijou" entre les mains quand je téléphone. On pourra dire ce qu'on veut mais les Galaxy n'offrent pas cette impression de "luxe" entre les mains. C'est pareil pour l'iPad d'ailleurs.

Apple propose un côté premium que les autres marquent n'ont pas produit en main. Rien que pour ça il n'est pas étonnant que les gens ne rechignent pas à payer plus. Autant les motorola ma plaisent autant les galaxy sont trop cher pour du plastique. Ils sont peut-être bien faits mais un téléphone chinois offre la même sensation, la surcouche immonde en moins.

avatar byte_order | 

Cela devait etre un vieux Galaxy alors, car les GS4 et GS5 ont reçu Android 5 tout de même...

Et je ne comprends "d'autant plus quand son écosystème Apple est complet, ce qui est mon cas" : vous étiez sous Android et dites n'etre passé à l'iPhone que la semaine dernière, mais vous avez un ecosystème Apple complet quand même !?

C'est étrange.

avatar R1x_Fr1x | 

Super papier MacGé merci!

Sinon sur le fond, je reste encore sur ma position, en 2015, et des mois après sa sortie, je ne crois toujours pas en l'Apple Watch. Contrairement à l'iPhone où j'ai tout de suite su, estomaqué, qu'on venait de vivre un moment exceptionnel de l'Histoire. (d'ailleurs un contact aux USA me l'a envoyé dès sa vente en Apple Store à NY... qu'il a fallu jouer du terminal pour le faire fonctionner en France avec une grosse poignée d'autres personnes sur frenchiphone à l'époque, pas plus d'une 30 aine!).

Comme le met en exergue l'article, il y a une différence entre le moment présent et le futur. Aujourd'hui, pour moi, l'AW est pratiquement inutile (pas de nouveaux usages wahou) inutilisable (batterie), moche, grosse, et les dev ne jouent pas encore le jeu (trop tôt? SDK trop limité?).

En revanche, je laisse un gros point d'interrogation sur le pavé dans la marre pour le futur. Préparer le terrain, les mentalités, le marché. Apple est quand même vachement lié aux technologies des batteries. Quand elle multiplieront leurs capacités par X, que les nano technologies, miniaturisation iront plus loin (genre la dernière prouesse de gravure d'IBM) des technologies d'écran plus fines encore, un SDK puissant, le développement parallèle des voitures électriques, de la domotique, iBeacon etc là oui, l'AW aura clairement plus qu'un sens.

Et quand on parle de vision, de futur, au détriment du présent, j'ajouterai à l'AW un certain MacBook et son USB-C... (au détriment du présent sauf pour les early users, éternellement fans d'Apple quoiqu'elle sorte, évidemment)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR