Apple : la dictature du cool

Christophe Laporte |

Entre iOS 9, OS X El Capitan, watchOS 2.0 et même un Apple Music en guise de one more thing, le keynote de la WWDC a été particulièrement long (près de 2h30) et par conséquent riche en annonces. Toutefois, la rumeur avait bien balisé les nouveautés ; de fait, pas de surprises ou de révélations fracassantes, mais Apple avance sereinement ses pions et prépare l’avenir, avec par exemple Swift qui évolue jusqu'à passer en open source.

Si le fond du keynote ne pose pas de problème, il y a par contre beaucoup à redire sur la forme. Les grand-messes médiatiques d’Apple ont énormément évolué ces dernières années.

Toujours plus de spectacle dans les keynotes

Il a fallu faire sans Steve Jobs, qui était un présentateur hors pair. Jobs avait presque tout pour lui : du charisme, la vision, une certaine éloquence, un caractère bien trempé… Bref, tout ce qu’il faut pour tenir le public en haleine, même lorsque les annonces n’avaient rien d’enthousiasmant — car cela arrivait, même si le champ de distorsion de la réalité qui entourait le fondateur d'Apple a toujours produit ses effets euphorisants.

À côté, il faut le reconnaitre, Tim Cook fait pâle figure, même si le patron d’Apple a réalisé de réels progrès ces dernières années. Bien conscient de ses lacunes dans ce domaine, Tim Cook a toutefois fait évoluer cet exercice : il délègue beaucoup plus que Steve Jobs à la grande époque, se transformant dans le meilleur des cas en chef d'orchestre d'une partition bien huilée, ou dans le pire… en simple passe-plats.

Si Tim Cook a été comme toujours le maître de cérémonie de cette WWDC 2015, le taulier, c’est Craig Federighi. Heureusement pour Apple d’ailleurs, c’est avec Phil Schiller (au temps de présence réduit à la portion congrue cette fois-ci) les deux seules personnes dans les hautes sphères d’Apple qui ont un certain talent dans l’exercice.

Ce qui est frappant dans les derniers keynotes d’Apple, c’est la peur terrible des dirigeants d'Apple que le spectateur s’ennuie. Alors, l'équipe de Tim Cook met le paquet sur la forme. On serait ainsi curieux de connaître le coût des différentes vidéos diffusées durant la conférence, et qui malheureusement n’ont pas toujours beaucoup de sens — leur objectif est tout autre : il faut en mettre plein la vue. Et on a l’impression que c’est bien cela le plus important. En matière de surenchère, Google a également fait fort fin mai lors de sa conférence Google I/O qui se déroulait dans la même salle.

L’autre stratagème pour masquer l'impression de vacuité, c’est de jouer la carte de l’humour. On a le droit à des gags récurrents, comme le fil rouge de l'invraisemblable karaoké, ou encore le brainstorming interne d’Apple pour trouver le nom de la prochaine version d’OS X.

Les équipes marketing en plein brainstorming
Les équipes marketing en plein brainstorming.

Le keynote s’est même ouvert sur une séquence humoristique sans queue ni tête convoquant un ancien du Saturday Night Live jouant le rôle d’un réalisateur de conférences à grand spectacle.

Attention, même l'Apple de l’époque Steve Jobs utilisait ces subterfuges - on se souvient du saut de Phil Schiller pour montrer les bienfaits du Wi-Fi - mais c’était avec parcimonie.

Tout cela donne le sentiment qu’Apple cherche absolument à tenir le spectateur en haleine, comme si les annonces ne se suffisaient pas à elles-mêmes.

Un message qui a de plus en plus de mal à passer

Qu’Apple fasse des blagues dans ses keynotes, pourquoi pas après tout. C’est peut-être une manière (inconsciente ?) de la part de Tim Cook de rendre son entreprise plus humaine et de faire oublier qu’il s’agit d’une des sociétés les plus puissantes au monde… et la puissance peut inspirer la peur.

Mais ce qui est vraiment dommage dans cette affaire, c’est que la qualité du message émis est en franche baisse depuis quelque temps. L’exemple le plus éloquent, c’est sans doute la présentation d’Apple Music. On a eu le droit à un déluge de moyens avec de nombreux clips à la clé et d’intervenants sur scène. À l'issue de ce défilé, qui a vraiment compris ce qu’était Apple Music au bout de quinze laborieuses minutes d’explications (le pompon ayant sans doute été atteint avec l'intervention brouillonne de Drake) ? Le concept, n’en déplaise à ses promoteurs, n’a pourtant rien de radical.

Le plus étonnant dans cette histoire d’Apple Music, c’est que le brouillage du message se poursuit après la présentation. Eddy Cue a ainsi fait doctement savoir, dans une interview post-keynote, que le service musical n’entretenait que peu de rapport avec le streaming (lire : Eddy Cue : « Nous ne sommes pas un service de streaming »). Mais alors, qu’est-ce que c’est ? Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement, pour reprendre la citation de Nicolas Boileau.

Le phénomène n’est pas nouveau : Apple a également eu toutes les peines du monde à expliquer ce qu’était l’Apple Watch, alors que la montre a eu droit à non pas un, mais deux special events ! Mais le sait-elle vraiment aujourd'hui encore ? On peut tempérer la critique en admettant que l'avenir réservé à ce type d'objet est encore délicat à formaliser, bien plus que pour un téléphone ou une tablette.

On a souvent comparé les présentations de l'iPhone et de l'Apple Watch. Là où Steve Jobs avait une idée très précise de l'objet qu'il était « en train de vendre », Tim Cook a été incapable de l'exprimer précisément. Il est malaisé de faire parler les morts (qui peut dire ce qu’aurait fait Steve Jobs dans telle ou telle situation ?), mais le blogueur Jong-Moon Kim avait imaginé en septembre dernier comment l’ancien PDG d’Apple aurait pu présenter l’Apple Watch, et l’exercice était convaincant (lire : Comment Steve Jobs aurait présenté l'Apple Watch). Au lieu de ça, Tim Cook s’est contenté de lever les bras au ciel, en laissant le transfuge d’Adobe Kevin Lynch ânonner sans charisme les fonctions du produit.

On a franchi le sommet du malaise lors de la seconde présentation de l'Apple Watch, en mars dernier. Tim Cook s’est mué l’espace de quelques minutes en monsieur Loyal interviewant Christy Turlington, ancienne mannequin, dont le hobby dans la vie consiste à faire des marathons aux quatre coins de la planète pour la bonne cause. Je caricature, mais à peine : les billets de son blog sur le site de l'Apple Watch ont provoqué chez nous (et sans doute chez une bonne partie d'entre vous) un joyeux concours de facepalm. La montre connectée n'avait sans doute pas besoin de cette communication ratée supplémentaire.

Tim Cook : le nouveau messie

Il y a quelque chose qui dépasse le cadre des keynotes, mais qui se voit également bien lors de ces événements organisés par Apple, c’est la manière dont Tim Cook personnifie désormais l’entreprise. Et c’est probablement là où on attendait le moins le successeur de Steve Jobs. Tim Cook incarne à sa manière Apple comme Steve Jobs la personnifiait il y a dix ans, si ce n’est plus. C’est d’ailleurs, nous a-t-on dit sous couvert d’anonymat, un sujet de crispation en interne. Du moins, certains employés ont parfois du mal à se reconnaitre dans la nouvelle image du groupe façonnée par le CEO.

Il faut pourtant reconnaître à Tim Cook une chose : en occupant la place laissée vacante par Steve Jobs, il a su faire bouger les lignes grâce à un discours rafraîchissant. Voir le patron d’Apple s’exprimer de manière ouverte sur les problématiques sociales de sa société (et de la société en général) était quelque chose auquel on n’était franchement pas habitué.

Le voir prendre à bras le corps certains sujets comme la question des sous-traitants était indispensable. Et là encore, il a sans aucun doute très bien fait. Même chose pour l'environnement et les questions de protection des données privés, puisque ces thématiques découlent de l'activité quotidienne d'Apple et de l'usage que l'on fait de ses produits. Ce qui est plus gênant par contre, c’est l’importance grandissante prise par ces questions dans son discours.

Lors des sessions de la WWDC, les responsables d'Apple citent du Tim Cook.

Cette volonté d’améliorer le monde est louable, surtout venant d’un des patrons les plus importants au monde. Mais Tim Cook en fait beaucoup sur le sujet, au risque d’en faire trop. Chacune de ses interventions publiques évoque longuement ces sujets ou y est tout simplement consacrée. Il est bon qu’un capitaine d’industrie se saisisse de thématiques sociales et politiques, mais quand cela devient la seule histoire racontée, le risque est de lasser, désintéresser, voire pousser des utilisateurs normalement acquis à la marque à aller voir ailleurs où on leur parlera d’abord d’eux et de leurs besoins.

Entendons-nous bien. Qu’Apple s’engage pour la diversité, contre l’homophobie, c’est très bien et c’est même très courageux. Le souci c’est que ces luttes deviennent omniprésentes. À l’époque de Steve Jobs, Apple défendait déjà nombre de ces valeurs, mais ce n’était pas un instrument politique. Tim Cook donne cette impression d’être constamment en campagne présidentielle ou de représenter la société civile.

Cela transpire même dans la manière dont la société se présente désormais. Apple a revu sa « signature » dans les communiqués de presse :

Apple revolutionized personal technology with the introduction of the Macintosh in 1984. Today, Apple leads the world in innovation with iPhone, iPad, the Mac and Apple Watch. Apple’s three software platforms — iOS, OS X and watchOS — provide seamless experiences across all Apple devices and empower people with breakthrough services including the App Store, Apple Music, Apple Pay and iCloud. Apple’s 100,000 employees are dedicated to making the best products on earth, and to leaving the world better than we found it.

Le changement majeur se situe dans la dernière phrase : « Les 100 000 employés d’Apple s’attachent à réaliser les meilleurs produits sur terre, et laisser le monde dans un meilleur état que nous l’avons trouvé ». La modestie et l’humilité ne font pas partie de l’ADN d’Apple ! Alors que tout ce qu'on lui demande, c'est de concevoir des produits beaux, simples, et si possible pas trop chers — au vu du lancement des derniers Mac, on en est malheureusement loin.

Apple cherche maintenant, à tout prix, à laver plus blanc que blanc. Et cela en devient fatigant, et parfois risible. Depuis quelques mois, les sociétés high-tech sont attaquées (à juste titre) parce que les femmes sont sous-représentées ? Tim Cook se mue en féministe convaincu et fait apparaître deux employées d’Apple sur la scène du keynote.

Cette quête incessante du « paraître cool », bien pensante, et irréprochable, devient exaspérante. Elle provoque ricanements et haussements d'épaules, allant à l'envers des principes défendus (avec raison) par Tim Cook. Plus que jamais sur le devant de la scène, Apple se doit de faire attention et de montrer l’exemple, c'est entendu. Mais à force d’en faire trop, cela pourrait se retourner contre elle. La société perçue comme si différente pourrait finalement apparaitre comme terriblement conformiste.


avatar Mathias10 | 

La dernière keynote a démontré que Jobs était belle et bien le meilleur showman d'Apple. Maintenant il est impossible d'écouter 2h30 Tim Cook , et l'équipe de direction fait de son mieux. Laissez les progresser et on aura du bon d'ici quelque temps.

avatar stéphane83 | 

Cette analyse correspond à ce que j'ai ressenti lors de ce Keynote : lourdeur, autosuffisance et un peu culcul...
C'est dommage car finalement iOS 9 est pas si mal que ça et le successeur de Yosemite prometteur.
Mais bon pas évident de regrouper tous ces aspects d'Apple et ses utilisateurs qui sont désormais très diversifiés entre les iPhone, les Apple Watch jusqu'aux plus sérieux des professionnels travaillant sur Mac Pro.

avatar Mekhal | 

TIM COOK PRESIDENT !!!

avatar Lecorbubu | 

Je suis d'accord avec un certain nombre de choses dans cet article. Pas tout bien sûr.
Tim Cook a repris avec beaucoup de compétence la place de Jobs mais il est clair que l'entreprise en terme d'innovation brute est de plus en plus ralentie. Honnêtement ça me pose question.

Il est vrai que je me souviens bien du moment où les premières rumeurs sur l'Apple Watch débutaient aucun constructeur n'avait alors sorti de "vrais" montres connectés, le fait que Samsung se précipitent tout à coup ce marché n'en était que plus drôle surtout quand on a vu la qualité de la Gear première du nom. Mais le fait est que même si Apple travaille sur ce projet depuis fin 2011, le décalage entre Apple et les autres n'est pas si important. Beaucoup moins qu'a pu être l'écart entre l'iPhone et les smartphones de 2007 en tous cas, Jobs annonçant avoir 5 ans d'avance et quand on regarde bien, il aura fallut effectivement environ 5 ans pour que la concurrence deviennent vraiment sérieuse à la fois sur la qualité du matos et sur le nombre de part de marché.

Je me rematais des passages des anciennes WWDC, Apple s'amusait des énormes décalages entre OS X et Windows, aujourd'hui ce n'est plus tellement possible, puisqu'Apple emprunte beaucoup d'idées aux autres. Alors oui, ils le font plutôt bien, mais honnêtement devant un keynote on est de plus à dire/penser "ah ben enfin ils implantent cette fonction".

Et pour Apple Music c'est pareil, le service est certainement bien foutu mais ça ne se surprend personne, et ils s'imposeront par leur intégration et leur force marketing. Il fut une époque où ils avaient des facteurs de différences forts : l'iPod nano = 1000 chansons dans la poche soit 3 jours de musique, dans le contexte en 2005 c'était assez fou.

Et je redoute qu'on continue dans cette logique avec l'hypothétique iPad Pro, qui ne serait qu'une sorte d'ersatz de la Surface sous iOS.

L'Apple de Tim, efficace mais en manque de flair ? Ça y ressemble et c'est regrettable.

avatar Dwigt | 

C'est normal qu'Apple ne parle plus des décalages avec Windows, parce que tout le monde s'en fout. Apple va continuer lentement à récupérer des parts de marché côté PC, mais ils ne sont plus le petit outsider qui peut se moquer du gros mastodonte Microsoft. Ils sont bien plus gros que Microsoft en tant qu'entreprise. Donc ce qui pouvait passer il y a sept ou huit ans n'est plus valide aujourd'hui. C'est comme si Apple avait continué dans les années 90 ou 2000 à faire des vannes sur IBM.

En plus le marché du PC n'est plus aussi stratégique que celui des smartphones ou des services de cloud.

avatar Mekhal | 

Plus sérieusement, après un président noir, vous pensez que c’est possible aujourd’hui un président gay ?

avatar oomu | 

je n'ai aucun problème avec une présidente noire gay. C'est tout aussi efficace qu'autre chose pour porter un projet politique d'un parti qu'on appliquera pas. :)

-
Aux USA, le truc _obligatoire_ c'est que la personne dise au moins 5 ou 6 fois par mois qu'elle est croyante (croyante en n'importe quoi, ça s'en fout totalement, mais au moins croyante)

-
Je note seulement que les fanatiques haineux de la vie sont beaucoup + bruyants qu'il y a 20 ans.

Je ne vis pas dans l'époque que, enfant, j'imaginais que le futur serait

avatar belrock | 

Vous avez la critique un peu trop facile et vous laissez emporter par un courant négatif. Toujours plus toujours mieux.
Vous rendez vous compte de ce que c'est aujourd'hui de réussir dans ce bassin de requin d'inventeur qui ca
Capitalisant (quand est-ce que vous allez régler le bus du retour à la ligne enfin) sur de nouvelles idées
Et technologies?????

Franchement trop facile!!!!

Ce qui ne veut pas dire que j'ai particulièrement apprécié le keynote... C'est comme ça aujourd'hui et je pense que l'ère Jobs est définitivement révolue. Ce n'est plus la société de Steve. Aujourd'hui c'est Tim et il s'approprie "one morte thing" .
Reste que c'est une conférence de développeurs et qu'ils ont eu pas mal de choses à manger.

L'informatique qui nourrit sera celle qui se démarque par l'application et l'intelligence et plus uniquement par le matériel

Je l'ai déjà dit dans d'autres posts, IFTTT, il y a un bout de temps ( et venez me chercher, j'en ai rien
à faire).

Apple montre un investissement voulu pérenne. Personnellement cela me rassure. J'espère qu'ils aussereront
, les 3 dernières années ne m'ont pas beaucoup plues...

avatar belrock | 

Désolé pour les erreurs...

avatar pim | 

Impossible pour moi de comprendre le titre avant d'avoir lu tout l'article jusqu'au bout. J'avais lu « Apple : la dictature du col », sous entendu du col blanc, et pas « Apple : la dictature du cool ». Preuve que pour moi Apple n'a absolument rien de cool, pas plus cool que Microsoft et ses gérémiades sur scène lors des Keynote.

avatar oomu | 

mais c'est quoi être "cool" ?

avatar SIMOMAX1512 | 

Je pense surtout que Cook est un plus grand humaniste et pense bien plus aux autres que Steeve jobs et maintenant qu'il a tous les pouvoirs sur Apple il en profite pour faire passer ses messages alors que jobs se concentrait plus sur le produit. Deux visions deux discours. En fait il trop ou pas assez ? Au vu de la situation dans le monde je pense qu'on en fait jamais assez.

avatar oomu | 

oui.

avatar oomu | 

je suis d'accord sur le point qu'Apple (Tim Cook) ne sait pas trop définir l'Apple Watch, et que cela se voit que l'entreprise est moins convaincue que quand un Steve Jobs VISIBLEMENT FIER (un énorme sourire d'enfant, regardez à nouveau les photos) montrait l'ipod.

Steve Jobs disait un truc très simple avec l'ipod : "c'est ze meilleur baladeur du mondeuuuuh, et ze vais vous le montrer en détail pourquoi". Pas de message philosophique ou autre mais seulement: ipod, bidule blanc, avoir musique dedans, lui être TOP.
idem avec l'iphone (3 produit en un : excellents)

etc.

Mais le "wearable computing", le "cloudeuh", etc sont des chimères qu'on sait pas trop pourquoi on les voudrait. et c'est le cas dans l'ensemble de l'industrie.

Idem avec la domotique. Sur le papier c'est amusant, c'est excitant, c'est SCIFI. Mais concrètement quand il faudra passer à la caisse et s'arrêter 10mn sur l'utilité, la plupart des gens DONT VOUS (et j'en suis intimement convaincu) vont renâcler.

La domotique est essentiellement un besoin chiant : automatiser dans sa maison la gestion de l'énergie (c'est le seul intérêt véritable, celui que tout le monde a à coeur: moins consommer pour le meilleur usage possible en chauffage, lumière, etc).
Un jour ça sera juste comme faire installer sa plomberie. Ca sera fait une fois, maintenu de temps à autre, et vous voudrez pas en entendre parler : le contraire du COOL.

Sur ces produits là, il est normal que tout l'industrie galère à vous dire à quoi ça sert.

avatar Lestat1886 | 

@oomu :
Pour la domotique, tu as bien expliqué à quoi ça sert. C'est pas parce que c'est pas cool que c'est inutile et vice versa

avatar oomu | 

tout à fait d'accord.

vous ne pouvez pas faire rêver les geeks et remplir des forums oranges avec ça :) Mais ça reste utile bien sur.

Je vois la domotique comme le Réfrigérateur ou le Cumulus.

j'adore mon Réfrigérateur hein :) mais je ne lis pas RéfriGéneration.com ni je regarde les Keynotes de Whirlpool.

En ce sens, je pense qu'il est difficile d'expliquer "à quoi ça sert" comme on expliquait des outils de travail ou de loisir.

avatar iphonophile | 

Steve Jobs lui a fait confiance, nous devons faire de même !!

avatar oomu | 

In Steve we Trust !

(sérieux, j'adorais Steve Jobs, de tout petit déjà, car il avait cette passion des ordinateurs qui était communicative. Mais discuter, analyser, décortiquer Apple, son présent et avenir reste salutaire.)

avatar oomu | 

-
le propos "politique".

je ne suis pas d'accord sur le fond de l'article de dire que c'est pour être cool.

Je suis présomptueux, mais je pense que vous ne faites pas attention à ce qui se passe aux USA.

L'ambiance générale (et après on peut aussi le sentir en France) a changé en 15 ans.

Steve Jobs avait une entreprise qui était tranquille dans un contexte politique plutôt serein. L'après 11sep ne concernait pas les entreprises informatiques.

La presson de la NSA, FBI, réseau sociaux est apparue progressivement. Le patriot act ne s'est pas installé d'un coup et globalement un Steve Jobs pouvait rester à l'écart de ces questions.

Snowden a tout changé. Le débat est réel et les entreprises informatiques, à leur coeur défendant (voyez Microsoft), ont été obligées de s'y engager.

La place des femmes, la vie privée, la religion, le terrorisme, la pression entre contrôle de ce qui est dit sur soi et sur les besoins de l'Etat sont devenus des enjeux incontournables.

Tout d'abord, y a véritablement un problème d'embauche dans les entreprises en Californie. Y a pas tergiverser : il est anormal de voir aussi peu de femme dans des postes de responsabilités. ça ne colle pas avec les écoles.
Les USA en font un débat acharné. Donc vous êtes obligés de voir le débat.

La vie privée: les révélations de Snowden ont été le déclencheur qu'attendaient une foule de gens. Enfin la confirmation PAF EN DIRECT. Vous ne pouvez plus ignorer la question. A cela se rajoute les piratages géants de l'administration gouvernementale, de Sony, etc. Et la volonté de l'industrie informatique de faire du tout en ligne, vous ne pouvez pas ignorer cette question.

Apple est obligatoirement + politique par ce que l'environnement médiatiques aux USA est devenu + politique.

Voyez les positions de Carly Fiorina pour la présidence, elles sont radicales. Les lignes de ruptures sont de plus en plus nombreuses aux USA. On voit les gens s'engager.

avatar diegue | 

Maintenant qu'android est au niveau iOS ça devient périlleux pour Apple. iOS9 doit être comparé à androidM, là on rentrera vraiment dans du sérieux.
En ce qui me concerne je trouve Apple Music très décevant car on a des encryptages très basiques : pourquoi pas une version "crincrin" basique et une autre de meilleure qualité audio (sans aller jusqu'à l'apple lossless).
Mais ce qui importe c'est que l'on trouve ce que nous, tout un chacun, recherchons. Pour moi un Siri omniprésent couplé à un "googlelike" me conviendrait !

avatar oomu | 

Sur la question de l'homosexualité, face à des gains récents aux USA, les conservateurs sont devenus beaucoup + radicaux, exigeants, une volonté farouche de revenir en arrière, voir pour les plus fanatiques des propositions législatives très grave.

Un Tim Cook en quelque sorte est obligé de s'exposer d'avantage s'il veut conserver des victoires récentes. Il n'est pas le seul d'ailleurs.

Quand on lit dans les médias la dureté des propos et leur violence, il n'est pas étonnant qu'en face ça s'organise et ça réponde d'avantage.

Je pense que ce n'est pas du "cool", mais la conséquence d'un radicalisme politique aux USA.

C'est très américano-américain. On ne peut pas le comprendre si on imagine nos Hollandouh et Sarkouzes.

-
aussi, Apple est beaucoup + grosse et importante que du temps de Steve Jobs. Elle est donc sollicitée d'avantage. Elle a été obligée de s'investir dans le lobbying à Washington par exemple (face à la déconfiture Amazon. On peut voir l'argent en lobbying et représentation locale avant et après).

Tout cela change Apple et son discours.

en bien ? en mal ? bah...

avatar Dwigt | 

Tes observations sont très justes. Il y a effectivement un changement sociologique et démographique dans l'électorat républicain qui pousse les candidats à la surenchère, maintenant que les groupes religieux sont trop représentés. Jusqu'à Reagan et à Bush père, il y avait une volonté de les tenir à l'écart. Depuis Bush fils, tous les candidats à la présidentielle leur donnent des gages de plus en plus importants, ce qui fait au passage fuir les modérés. On avait vu ça avec John McCain en 2008. McCain était un type raisonnable (bien plus que Bush fils), mais pour rectifier son image, il a choisi Sarah Palin comme colistière histoire de faire le plein dans l'électorat religieux, et il a fait fuir les modérés du côté d'Obama.

Plus concrètement, aujourd'hui, les états contrôlés par les Républicains tentent de train de mettre en place des textes démagos destinés à préserver les "libertés religieuses" en reconnaissant le droit des uns et des autres à discriminer, du moment que la discrimination a un fondement religieux.

avatar oomu | 

Apple a clairement fait de la "vie privée" un argument commercial (et c'est un argument qui me plait, et qui est celui qui m'a paru toujours logique avec son commerce de vendre des MACHINES).

Mais je ne pense pas que tout ça soit "cool", sur l'ensemble de l'industrie (de Uber à Google mais aussi l'industrie militaire pour la police), moi j'y vois un contexte social et politique de plus en plus dur et inquiétant. Les USA sont à la croisée des chemins.

avatar macinoe | 

Oui enfin ne perdons pas de vue qu'Apple n'est qu'un entreprise. Toute la communication d'une entreprise n'a qu'un but final... GAGNER DU POGNON.

Les discours sociétaux convenus qui vont dans le sens du vent n'ont que ce but.

Changer le monde ? C'est vrai qu'il y a de quoi se marrer. Si tenté que c'est drôle d'etre pris pour un con.

avatar reborn | 

Bon L'iPhone était révolutionnaire c'est un fait. L'iPad ? bah la même chose avec un ecran plus grand. Ce qui implique ce l'on peut faire plus chose avec, du fait de cet taille d'ecran.

Le seul produit révolutionnaire (techniquement) de ces 10 dernières années c'est l'iPhone 1er du nom. Le reste l'est moins.

Sinon on parle d'Apple qui a priori n’innoverait plus, mais la concurrence elle innove avec des innovations du niveau de l'iPhone ? non loin de là...

Certains ont tellement la rage contre l'Apple d'aujourd'hui qu'ils ne se rendent pas compte que l'on a pas besoin de science-fiction pour nous rendre la vie plus facile.

Le seul fait d'avoir apporter en 2007 un ordinateur simple à utiliser dans nos mains est suffisant. Aujourd'hui l'on atteint les limites de ce que peuvent faire les composants électronique en terme d’expérience utilisateur. Je précise en terme d’expérience utilisateur, et pas d'innovation de kikoo à la Samsung.

Donc on attend tranquillement de nouvelles forme d’innovation qui pourrait remettre en cause les pseudos innovation actuelles (genre le cloud).

L'on pourrait déjà commencer par accélérer le déploiement de la fibre ( du 1 Gb/S sysmétrique de partout le rêve...)

On attend aussi les memristors qui vont changer bien des choses.

Beaucoup veulent de l'innovation mais ils ne savent pas eux même ce qu'ils veulent. Un iPhone avec écran holographique ? super utile...

"Jobs savait créé le besoin" elle est bien drole celle là, C'est vrai que l'Apple TV est un vrai besoin...

avatar oomu | 

"Oui enfin ne perdons pas de vue qu'Apple n'est qu'un entreprise. Toute la communication d'une entreprise n'a qu'un but final... GAGNER DU POGNON.

Les discours sociétaux convenus qui vont dans le sens du vent n'ont que ce but.
"

ben, Apple ne va pas totalement "dans le vent".

Et même une boite comme Google ou Uber sont des provocations.

Elles ont des cultures d'entreprises et portent des projets de patrons + ou - mégalo

mais oui, elles sont financées par des investisseurs et donc doivent répondre aux intérêts des investisseurs. (mais.. et si l'investisseur n'était pas totalement neutre idéologiquement.. hmmMMM ? )

avatar steph0678 | 

Moi non plus je ne suis pas d'accord avec cet article...
Il faut arrêter de fantasmer la réinvention de la roue à chaque Keynote. Il y a des réalités humaines, techniques et technologiques qui nous rappellent que la réalité est parfois moins vibrante qu'on le voudrait.

On ne peut pas vivre un lancement d'iPhone comme du temps où toucher un écran avec son doigt semblait invraisemblable.

En ce qui concerne la dimension humaine, je trouve que Tim Cook tient parfaitement son rôle. Il donne une certaine âme et transmet des valeurs à cette entreprise. Ses engagements pour la diversité, l'environnent, la protection de la vie privée, sont réels et quantifiables.
Son éloquence est toute personnelle. Il ne s'inscrit pas dans une volonté de plagier Steve Jobs et c'est tant mieux !

Arrêtons de toujours vivre dans le passé et de rabâcher que c'était mieux avant.

avatar fanchig | 

Pas du tout d'accord avec la vision de l'article mais comme un autre l'a dit, à chacun son opinion.

Sinon, ça râle un peu tout le temps non?
Jamais content de ce qui est fait?

avatar bonnepoire | 

Suffit pas de le vouloir pour être cool. Sinon micro$oft et $amsoule ne se battraient pas avec leur image. Ces deux-là pour moi représentent l'anti-cool
Apple est cool, Google est cool, Facebook est cool, Tesla est cool, ...

Suffit pas d'une campagne marketing. Et être cool ça ne veut pas dire glander comme ici en France.

avatar Crkm | 

De toute façon il est clair que le leadership a disparu chez Apple. Ce sont les marketeux qui ont pris le relais, en cherchant à déterminer jusqu'où ils pourront traire les clients-vaches. On rajoute par dessus tout ça quelques features plus où moins utiles, mais ça sent clairement l'absence de vision à long terme (voire même à moyen terme). Après tout ils ont de l'argent à gaspiller, ils auraient tort de s'en priver. Pour l'instant ils arrivent à maintenir l'illusion en se reposant sur leur réputation, mais pour combien de temps ? L'apple des années 90 est de retour j'ai l'impression.

avatar bonnepoire | 

Je trouve justement qu'ils restent cohérents et que leur vision est à long terme. Comme quoi...

avatar reborn | 

tu te trompe, Apple voit à long terme. Les grand écran pour les iPhones étaient discuté depuis 2011 (sous jobs). L'iPad mini à etait validé sous Jobs.

On peut aussi parler du deal avec IBM qui n'a pas encore montré tout son potentiel, ou encore de l'usb-c, le port qui va servir à tout faire et cela chez tout le monde (pc, mac, tablette, smartphone..)

"Ce sont les marketeux qui ont pris le relais" C'est Ive qui voulait la watch edition.

"L'apple des années 90 est de retour j'ai l'impression" eh bien dans ce cas c'est toute une industrie qui va couler alors. Qu'Apple n'arrive plus à vendre ses produits (dans un contexte d'innovation plus ou moins equivalente entre les constructeurs) c'est une bonne nouvelle pour aucun constructeur.

avatar guslefou2 | 

Le clip "sans queue ni tête" c'est juste un hommage à la scène d'ouverture de Birdman (excellent film au passage). La musique est juste pas assez forte et un peu plate par rapport au film...

Sinon pour ce qui est de l'article je suis pas tout à fait d'accord avec oomu, le climat est clairement pas mieux en France, mais par exemple après les attentats du 11 janvier et face à la loi de renseignement, plutôt que de s'engager idéologiquement face à ça les seules entreprises qui ont dit quelque chose c'était OVH et autres fournisseurs d'espace de stockage de données. Et là encore la réponse était purement économique (on va perdre des clients donc on va délocaliser si la loi passe).

Donc je ne pense pas qu'Apple était contraint par le contexte économico-sociétal, mais plus que c'est un choix sur les questions sociétal et un joli enfumage sur la question des conditions de travail (le postulat de base étant qu'il ne fallait rien changer à la relation d'Apple avec ses sous-traitants pour garder ses marges, les changements sont plus que poussifs et relève plus du cosmétique que d'autre chose).

Mais c'est clair que j'ai l'impression qu'ils sont un peu parti dans une fuite en avant pour garder leurs marges et leur croissance qu'autre chose (produits de plus en plus fermés alors que maintenant de nombreux standards existent, que ce soit pour les SSD ou la RAM, d'accord c'était pas le cas avant mais maintenant ça l'est et pourtant rien n'a changé, pareil quand on voit le prix des options et notamment du stockage sur les appareils mobiles...).

Donc je suis assez d'accord avec l'article là dessus ils veulent à tout prix faire croire que tout est génial et qu'ils vont pouvoir continuer comme ça encore un moment.

avatar KeanuReeves | 

Juste excellent l'analyse. Vous devriez en faire de plus en plus surtout sur l'éthique d'Apple en matière de sous-traitants etc...

avatar louisb | 

Tout fait d'accord! C'est bien pourquoi j'ai degeulé Apple à la (seconde) présentation de la Watch.. Toujours plus et toujours moins d'innovations.

avatar wilfried50 | 

Cool n'est pas un créateur c'est tout c'est un patron voilà. Moi je suis très satisfait des annonces iOS OS X et Watch OS ca ana ce dans le bon sens comme iOS 8 qui me ravit et que j'utilise plusieurs heures par jour quand même!

avatar Phoenixxu | 

Kevin Lynch est je pense l'homme le plus ennuyeux de toute la keynote.. C'est grave à
Quel point son manque d'entrain m'a ennuyé...
Il était même obligé de quémander des applaudissements... On ne savait pas à quel moment on était censé être enthousiaste !

avatar Pommeduverger | 

@Phoenixxu :

Lynch c'est une sorte d'escargot humain ...

avatar Ginger bread | 

C sûr qu on ne peut pas presenter un Mac Pro à chaque keynote ;)

avatar misterojd | 

C'est fou ce que je déteste cet article.
Aigri, donneur de leçons, jamais content... C'est tout ce que j'en retire...

avatar philiipe | 

Très bon article. Merci !

avatar Jean-Jacques Cortes | 

Tim Cook = Steve Ballmer.
Beau parleur mais aucune vision claire de l'avenir de l'entreprise. Microsoft a mis 15 ans pour s'en rendre compte, combien de temps Apple va se rendre compte qu'elle va droit dans le mur avec Tim Cook ?
Tim Cook croit que les produits Apple sont des objets de luxe à la pointe de la mode, quitte à perdre sa base de clients fidèles qui avaient permis à Apple de survivre à la fin des années 90. Grossière erreur, car la mode est éphémère. Que se passera t-il lorsque l'iPhone passera de mode ? L'Apple Watch est un pétard mouillé qui risque de tourner au flop de l'année.
Et puis, c'est quoi cette société informatique dirigée par un commercial, un designer et une vendeuse de vêtements ? Pas de programmeur ni d'électronicien à la tête d'Apple. Personne n'irai dans une boucherie ou une pharmacie aussi mal encadrées.

avatar lmouillart | 

"quitte à perdre sa base de clients fidèles qui avaient permis à Apple de survivre à la fin des années 90. Grossière erreur", bof perdre une partie infime de 10 millions de clients historiques (et qui on failli amener Apple dans le mur), et en contre partie en gagner plus de 500 millions qui à propulser Apple au sommet, c'est plutôt une bonne affaire.

avatar reborn | 

surtout que les produits Apple ont toujours étaient hyper cher...

Le luxe ? c'est juste pour bien coller à l'image de l'horlogerie.

Il aurait fallu faire comme samsung et sa galaxy gear en 2013 ? L'on aurait alors critiqué Apple pour son manque de "premium" dans le produit.

Lorsque l'on y réfléchi la stratégie de produit est parfaitement bien pensé, croire que Jobs aurait fait autrement n'est que pure naïveté.

C'est bien pour cette raison qu'il a annoncé une baisse du prix de l'iPhone en 2008... basé sur les retours de clients !

avatar reborn | 

Blackberry était dirigé par un ingénieur. On voit le résultat aujourd'hui...

Tim Cook = Ballmer ?

Eh bien allez vous instruire sur qui est réellement Cook.

"c'est quoi cette société informatique dirigée par un commercial, un designer et une vendeuse de vêtements"

Je sais mm pas quoi répondre tellement c'est stupide... Apple à toujours accorder au design une place de 1er plan, ainsi qu'au apple store...

avatar marenostrum | 

c'est une société commerciale pas informatique. même google est devenu pareil.
informaticien y a que le mec qui fait Linux, peut-être, et ceux qui font les langages. et que le début (quand ils sont jeunes et passionnés) après tout le monde s'attire par la commerce. l'argent seul est le but ultime. ils devient tous des marchands.

avatar Lestat1886 | 

@Jean-Jacques Cortes :
Et Greg fedregherr... Enfin greg quelque chose ? :)

Et le design a tjrs ete portée sur le design, la stratégie actuelle ne sort pas de nulle part. Le seul truc sur lequel je tique un peu c'est la Watch Édition

avatar RoboisDesBins (non vérifié) | 

@Jean-Jacques Cortes
Entièrement d'accord

avatar SIMOMAX1512 | 

Quand on voit un appareil aussi radical dans sa conception que le nouveau macbook on peu pas dire que Apple s'endort, parler d'héritage de jobs sur certains on ressent clairement sa philosophie du minimalisme, un macbook avec un seul port ultra fin léger écran Retina et un peu chère si ça c'est pas de l'héritage de jobs je sais pas ce que c'est.
Pour l'Apple watch il y a encore du travail pour Apple pour montrer les possibilités qu'elle offre, la plupart des gens a qui je la montre sont toujours surpris quand je leur dis qu'on peu appeler avec ( répondre au mail bientôt ) écrire des messages à la voix, comme quoi malgré le matraquage publicitaire d'Apple certains messages basiques ne sont pas passé et c'est d'autant de potentiel clients non accroché pour qui c'est un gadget alors qu'il s'y intéresserait un peu plus si ils connaissaient les fonctions "phares".

avatar Gueven | 

Cet article révèle une chose : l'amnésie de l'être humain. Ici la perception est quelque peut erronée du passée.
J'invite l'auteur a revoir certaines pubs et keynotes de Jobs.
Que Cook aille plus loin que Jobs dans sa volonté d'améliorer le monde, ce n'est en rien choquant et ça le caractérise.
Son combat contre l'homophobie est noble et je ne permettrais pas de le juger pour ça.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR