SDK : les réactions des développeurs

Christophe Laporte |
De manière générale, développeurs, analystes et décideurs informatiques ont été agréablement surpris par les annonces de Steve Jobs. Beaucoup n’en attendaient pas tant.

Une nouvelle plate-forme

Paul Kafasis de Rogue Amoeba estime que "c’est une toute nouvelle plate-forme - une plate-forme que les développeurs voulaient depuis neuf mois, quand Apple affirmait que ‘les applications Web étaient la bonne solution. Il a fallu attendre, mais cela vient enfin et c’est une bonne nouvelle pour tout le monde. Sauf peut-être pour Palm, RIM et Win CE".

L’un des motifs de satisfaction de bon nombre de développeurs, c’est d’avoir un package complet avec des outils avec lesquels ils sont habitués de travailler sur Macintosh. John Casasanta à qui l’on doit iClip, affirme pour sa part que «c’est fantastique qu’Apple mette à disposition [des développeurs] les mêmes outils qu’ils utilisent en interne».

index_steps_1


Le fait de proposer les mêmes outils que pour le Mac est une bénédiction pour eux. «Les développeurs Mac auront une longueur d’avance sur les autres. Pendant que les développeurs venus d’autres plates-formes devront se familiariser avec Xcode, les développeurs Mac auront déjà commercialisé leurs applications», estime Paul Kafasis. De son côté, John Gruber pense que le kit de développement l’iPhone va jouer le même rôle auprès des développeurs que l’iPod chez utilisateurs Windows : un effet halo ! Ils vont commencer à se faire la main avec l’iPhone, puis sortiront des logiciels pour Mac…

Techniquement, il faudra un peu de temps pour que les programmeurs s’aperçoivent des forces et faiblesses de l’environnement de développement de l’iPhone. Habitués aux multiples transitions imposées par Apple, ils se méfient des démonstrations de Steve Jobs qui a montré plusieurs exemples d’applications conçues en quelques jours. «Sauf si Apple a trouvé la solution magique, solution qu’elle s’est bien gardée de présenter hier, une petite application pour l’iPhone prendra toujours des mois à développer, et les applications les plus importantes des années», résume John Casasanta.

Pour sa part, John Carmack d'id Software qui n'a pas toujours eu des propos très tendres au sujet d'Apple (lire l'article : J. Carmack critique envers Apple et les jeux), estime que tout cela va dans la bonne direction. Apple offre selon lui le meilleur des deux mondes en proposant un simulateur et un débogueur natif.

index_promofooter_sdk


Certains ont noté déjà l’absence de Core Data sur l’iPhone, ce qui n’est pas une mauvaise chose selon eux, car c’est une API relativement lourde. En revanche, ils se réjouissent qu’Apple ait intégré SQLite à son téléphone.

Tous souhaitent visiblement écrire des applications pour l’iPhone, mais demandent un peu de temps pour exposer leurs plans. Seul Paul Kafasis a rappelé qu’il s’était engagé à porter Airfoil sur un iPhone. Il devrait donc être possible tôt ou tard de diffuser la musique présente sur son iPhone sur une chaîne de salon reliée à une borne Airport Express.

index_steps_3


La distribution

La décision d’Apple de prendre une commission de 30 % sur chaque transaction sur l’App Store les divise. Paul Kafasis estime que c’est un bon deal. Le pourcentage selon lui peut paraître élevé par rapport à la marge que réalise sa société sur la vente d’un logiciel Mac, mais l’App Store, avec sa forte visibilité, devrait permettre de faire du volume, indique-t-il en substance. Ken Aspeslagh, d’Ecamm Network, ne partage pas cet avis et trouve pour sa part ce pourcentage «élevé». Enfin, selon John Carmack, Apple est tout simplement en train de mettre au point le mode distribution du futur pour les terminaux mobiles.

L’entreprise

John Gruber note qu’Apple se donne les moyens d’attaquer le marché de l’entreprise avec l’iPhone. Même son de cloche chez Andy Ihnatko qui met enfin à disposition des décideurs informatiques les outils dont ils avaient besoin. David Sobotta qui a occupé par le passé plusieurs postes importants chez Apple se félicite du support d’Exchange. Sur son blog, il explique avoir milité - sans succès - il y a quelques années pour que le Mac offre une véritable compatibilité avec Exchange. Cette décision selon lui montre bien où est l’intérêt d’Apple et quel appareil a la préférence de Jobs.

[MAJ] Retrouvez notre dossier pour tout savoir du SDK iPhone !
avatar gutiero | 

On ne perd pas le nord chez Apple. 30% c'est quand même énorme, visibilité accrue ou non!

avatar v1nce | 

Programmeur && Opérateur Télécom == même combat !

30% dans votre face !

avatar oomu | 

pas plus énorme qu'autre chose.

ils gèrent le stockage, la certification et la distribution. Les faiseurs d'applications commerciales sauront se débrouiller et voir avec apple si finalement cela ne va pas.

avatar grenoble | 

Le point noir qu'entrevoit les développeurs, c'est le bac à sable pour chaque appli... Ca risque d'empêcher une interopérabilité pourtant essentielle pour un assistant de poche, souvenons-nous le Newton.
En gros, une appli peut s'appuyer sur des bases communes: les contacts du carnet d'adresse, les rendez-vous de l'agenda, les signets de Safari etc.
Si chaque appli ne peut pas atteindre tout ça, ça limite énormément le champ d'action.

avatar BioSS | 

Elle peut atteindre tout ça, il y a des API faites pour, faudrait peut-être se renseigner.

avatar pbas400 | 

30% c est vraiment un taux normal.

En France, independant en informatique, les apporteurs d'affaires prennent en moyenne 20% pour te trouver une mission.

avatar neckaros | 

30% c'est pas énorme sachant qu'ils se chargent de la communication, de la distribution, des serveurs... Par contre c'est trés monopolistique le fait que Apple soit le seul décideur mais bon, moi pour l'instant sa me dérange pas.
Je pense que les 30% servent aussi à amortir le cout de distribution des applications gratuites.

avatar FredX | 

Oui 30% me parait raisonnable sauf sur des applis qui seront vendues cher. Mais là je pense qu'il pourra y avoir négociation.
Sinon n'oublions pas que les freewares seront présents et que là Apple prend tout à sa charge, c'est un très très bon point pour Apple qui ne nous a pas forcément habituée à être généreuse...

avatar creatix | 

Oui 30% c'est juste comme % je trouve c'est pas énorme pour l'hébergement, la diffusion et autres....

avatar littledon | 

après la période hégémonique du 20/80, voici l'ére du 30 !!!!

:)

Sinon cette annonce du SDK est pleine de promesses ; j'ai hâte d'être à juin.

avatar Thierry61 | 

Grenoble : En ce qui concerne le "bac à sable", ce qu'on doit en penser dépend du point de vue dans lequel on se place :
une technologie bac à sable peut intéresser l'utilisateur et le responsable informatique en cela qu'elle sécurise la plate-forme, limite les risques d'incompabilité ou de dégradation de l'environnement logiciel de l'iPhone.

Faut voir qu'aujourd'hui sont en train d'émerger des solution de "streaming applicatif" pour les poste de travail. Ces solutions s'appuient sur des mécanisme de type "bac à sable" pour protéger le poste de travail.

En optant pour cette approche, Apple ne fait que se conformer à une pratique de l'industrie (voir par exemple ce que font des boites comme Citrix et VMware dans le domaine).

avatar egw | 

Si 30% peut ne pas paraitre enorme (je suis de cet avis) pour le service rendu, ce qui me choque est par contre l'aspect monopolistique de la chose. Oui, on quelque chose en echange des 30%, mais pourquoi debattre de l'interet d'une transaction si on n'a d'autre choix que de s'y soumettre ? Surtout que ce dont j'ai peur (enfin, j'ai pas d'iPhone), c'est que beaucoup de developpeurs, etant libres de fixer le prix d'entrer, ne soient tentes de mettre un prix plus elever afin de faire correspondre le revenu net a leurs attentes. En somme, que ce soit l'utilisateur qui paye les 30%.
Question: qu'est-ce qui empecherait de mettre une appli en freeware et de mettre en place un systeme de numero de serie pour forcer un paiement, mais en dehors de ce circuit ? La decision souveraine d'Apple d'autoriser ou non telle appli ? Surement en fait.

avatar David Bosman | 

je comprends pas ça:
"Cette décision selon lui montre bien (...) quel appareil a la préférence de Jobs."
(je comprends pas en anglais non plus, hein ;-))
Je pige pas le lien entre pousser le iPhone vers les entreprises et "la machine préférée de Jobs" ?

merci d'éclairer ma misérable lanterne :)

avatar poco | 

En tout cas ils ont de la chance d'avoir pû le télécharger ou d'accéder au site.

C'est bouché de chez bouché!

avatar Thierry61 | 

"...beaucoup de developpeurs, etant libres de fixer le prix d'entrer, ne soient tentes de mettre un prix plus elever afin de faire correspondre le revenu net a leurs attentes. En somme, que ce soit l'utilisateur qui paye les 30% " :
Parce que le développeur livré à lui même n'aurait aucune charge à assumer, s'il s'occupait lui même de la promotion , de la distribution et de la vente de son soft ???
Je pige pas ce raisonnement qui est de considérer que ces 30% seraient une ponction sur le revenu net du développeur...

avatar buckwell | 

@grenoble :
il semble que oui, les appli pourront atteindre les différentes base mais en lecture seulement...

avatar TotOOntHeMooN | 

Si j'ai bien compris, ça sera aussi compatible avec le Touch via la version 2.0 ?

Avec l'iPhone tu as un abo Orange... Avec le Touch, les maj Apple.
C'est ça de vouloir manger 5 fruits et légumes par jour pour son bien être !
(enfin, le légume... c'est nous...)

avatar Born | 

David-B

Si j'ai bien compris, David Sobbota souhaitait que Jobs mette en place la compatibilité Mac avec Exchange, mais cela avait été refusé.

Or aujourd'hui c'est fait pour Iphone-exchange, ce qui sous-entendrait que Jobs préfère le Iphone au Mac

avatar Cactaceae | 

@poco: bouché ? je dl en ce moment le sdk à 800ko/s… pas mal pour du bouché, non ?

avatar grenoble | 

Bien sûr qu'ils peuvent atteindre les différentes bases mais en lecture seulement. Or, tout l'intérêt est d'interagir avec: Pouvoir ajouter des champs aux données du carnet d'adresse, des rendez-vous au calendrier, des infos aux morceaux iTunes, etc. Et là, c'est moins sûr... Les dévs du côté obscur, avec leur reverse-eng' décomplexé, l'ont souligné.

avatar egw | 

>Thierry61: "Parce que le développeur livré à lui même n'aurait aucune charge à assumer, s'il s'occupait lui même de la promotion , de la distribution et de la vente de son soft ???
Je pige pas ce raisonnement qui est de considérer que ces 30% seraient une ponction sur le revenu net du développeur..."
Ben il y a logiciel et logiciel ! Un petit utilitaire sympa qui n'a pas vocation a etre telecharge en masse n'a pas de terribles besoins non plus (combien ca coute de mettre mon site sur les pages perso de Free.fr ?). Ou une grosse boite peut avoir deja une infrastructure qu'elle paye, si bien qu'un prog iPhone de plus d'augmente pas leur charge plus que ca, ou en tous cas pas dans les memes proportions que les 30%. Enfin, d'une maniere generale, un developpeur "livre a lui-meme" (on se demande comment ils faisaient jusqu'a la) peut chercher a maitrise lui-meme ses charges, de sorte a maximiser sa marge. La, pas de choix. Je dis pas que le AppStore n'est d'aucune utilite, je trouve ca genial, c'est juste que je trouve que parler de la valeur du service rendu contre 30% me semble secondaire, dans la mesure ou le developpeur n'aurapas le choix. Et si demain Apple decide de passer ca a 50% ? Il n'y a pas grand chose de plus a faire...

avatar TotOOntHeMooN | 

2.5Go de SDK... Pour que je test "Hello Word !" ...

avatar Frodon | 

Mais si une application X fournit des API permettrant, par son intermédiaire uniquement, d'accéder à ses donnée, une application Y devra alors faire un appel du type: appliX.readContacts();

Ce qu'empeche le abc a sable c'est de faire fopen(/Application/Contacts.app/Contents/Resources/Contacts.xml);, par exemple. C'est à dire d'acceder aux données directement.

Les applications dans ce cas ne sont donc limités que par ce que les différents développeurs permettent. Si le développeur d'une application de Bourse offre des API de lecture (voir d'ecriture) de ses données, une autre application pour lire (voir écrire) les données de l'application de Bourse.

avatar egw | 

> Frodon: a voir. Il semble fort plausible que tu dises vrai.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR